• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme

Les Australiens impériaux à domicile

Victoire à la maison ! On les disait favoris… Ils se sont imposés ! Les Australiens ont donc remporté le Sail Grand Prix de Sydney, dans une belle brise de nord-est, celle qu’ils affectionnent particulièrement à domicile. Avec la petite aile de 18 mètres et les petits foils, ils ont été impressionnants de vitesse. L’autre performance du jour vient des Japonais qui ont remporté les deux dernières manches qualificatives grâce au fair-play des Anglais qui leur ont prêté la plateforme de leur F50, celle-là même qui a endommagé le bateau nippon hier lors d’une spectaculaire collision. Côté Français, les progrès continuent, notamment au près.

Tout était réuni ce samedi à Sydney pour offrir au public une magnifique finale. Soleil, vent de nord-est supérieur à 20 nœuds, mer légèrement formée… Des ingrédients qu’affectionnent particulièrement les Australiens, réputés pour leur aisance dans la brise. S’il n’ont pas forcément brillé sur la première manche de ce samedi (4e), ils n’ont cessé de monter en puissance tout au long de cette journée de confrontation, effectuant une belle remontée lors de la deuxième manche, terminant deuxièmes, grâce notamment à une trajectoire limpide qui leur a fait gagner beaucoup de distance.

Supérieurs en vitesse, inspirés, les Australiens emmenés par Tom Slingsby ont remporté la super finale devant les Américains, bien placés une fois de plus mais qui n’ont pas réussi à s’imposer. Les Espagnols, auteurs d’une très belle journée hier, ont eu moins de réussite aujourd’hui (deux fois 6e avant la grande finale). Ils se sont qualifiés de justesse devant les Japonais que l’on ne pensait pas voir naviguer aujourd’hui tant les dégâts sur leur bateau étaient importants hier après une spectaculaire collision avec les Anglais au départ de la troisième manche. Largement fautif, Sir Ben Ainslie a eu la délicatesse de proposer la plateforme de son F50 aux Japonais. Un geste qui a permis à Nathan Outteridge et son équipage de s’aligner aujourd’hui… Et de remporter les deux manches du jour ! A un point seulement des Espagnols, ils échouent aux portes de la demi-finale, mais gardent la satisfaction d’avoir fait le maximum de ce qu’ils pouvaient faire. Leur bateau, dont l’étrave tribord a été complètement arrachée, va maintenant partir se faire réparer en Nouvelle-Zélande.

Les Français poursuivent leurs progrès

Autres performeurs de cette journée de samedi, Peter Burling et son équipage néo-zélandais ont fait deux podiums de manche (respectivement 2e et 3e), se montrant bien plus inspirés qu’hier et plus à l’aise dans les manœuvres. Comme leurs voisins australiens, les Kiwis affectionnent traditionnellement la brise… Ce qui semble être moins le cas des Danois (7e et 5e) qui ont montré un peu plus de difficultés qu’hier pendant que les Français (5e et 7e) poursuivent leur apprentissage. « Il y a beaucoup de points positifs », assure Thierry Douillard, coach des tricolores.

Le jeune vannetais de 29 ans Quentin Delapierre, qui a pris la barre du bateau français lors du dernier Grand Prix seulement, à Cadix, a tenté de prendre de meilleurs départs en se mêlant à la flotte pour partir plus proche de la layline. Cela a plutôt bien fonctionné sur la première manche du jour (5e) mais s’est soldé par l’arrêt de leur bateau à quelques secondes du départ de la deuxième. Ils n’ont pas pu remonter ensuite. S’ils terminent avant-derniers de l’Australia Sail Grand Prix de Sydney, les points d’optimisation sont nombreux, à commencer par la vitesse au près qui s’est largement améliorée tout au long des manches.

Pour être très honnête aujourd’hui, c’était dur. Il y avait vraiment beaucoup de vent pendant toute la phase d’échauffement. J’ai essayé de préserver au maximum l’équipage et surtout de ne pas chavirer ! Ensuite, j’ai essayé de prendre des départs un peu plus en retrait par rapport à hier pour chercher le bas de la ligne de départ. Cela a failli marcher sur la première, mais j’étais un peu trop près de la layline et lors de la deuxième manche, il y a eu une grosse rotation du vent à gauche, qui nous a fait nous poser juste avant la ligne de départ. Mais je ne reste pas sur cette frustration. Je constate que la communication est de plus en plus fluide à bord. J’aurais aimé montrer que nous pouvons jouer devant, comme nous l’avons fait à l’entraînement, mais c’est comme ça. Nous sommes de plus en plus dans le rythme, notre vitesse est bonne, nos manœuvres un peu conservatrices, mais ça passe plutôt bien… Il ne manque pas grand-chose pour monter d’un cran et jouer au milieu des meilleurs. Il faut juste que j’améliore mes départs, que je prenne la mesure de ce format si spécifique », déclarait Quentin en fin de journée, à la veille de son retour en France.

Il reste maintenant un peu plus de trois mois avant le dernier Sail Grand Prix de la saison. Il se déroulera à San Francisco les 26 et 27 mars prochains et désignera le grand vainqueur… qui empochera un million de dollars !

CLASSEMENT GÉNÉRAL AUSTRALIA SAIL GRAND PRIX

AUSTRALIE/ Tom Slingsby / 10 points ÉTATS-UNIS / Jimmy Spithill / 9 points ESPAGNE / Phil Robertson / 8 points JAPON / Nathan Outteridge / 7 points NOUVELLE – ZÉLANDE / Peter Burling / 6 points DANEMARK / Nicolai Sehested / 5 points FRANCE / Quentin Delapierre / 4 points GRANDE-BRETAGNE / Ben Ainslie / 3 points

CLASSEMENT GÉNÉRAL SAILGP SAISON 2

AUSTRALIE/ Tom Slingsby / 55 points ÉTATS-UNIS / Jimmy Spithill / 53 points JAPON / Nathan Outteridge / 51 points ESPAGNE / Phil Robertson / 43 points NOUVELLE – ZÉLANDE / Peter Burling / 42 points GRANDE-BRETAGNE / Ben Ainslie / 41 points DANEMARK / Nicolai Sehested / 38 points FRANCE / Quentin Delapierre / 35 points

L’article Les Australiens impériaux à domicile est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
102 lectures
0 commentaires

Valentin Gautier et Simon Koster, deuxièmes du Championnat 2021 des Class40 Résultats

Antoine Carpentier a été sacré champion 2021 en Class40 et succède aux champions 2019 Catherine Pourre et Pietro Luciani (le titre n’a pas été attribué en 2020 en raison du peu de courses). L’équipe suisse Valentin Gautier/Simon Koster (Banque du Léman) finit deuxième au classement général suivi par le britannique Luke Berry (Lamotte Module Creation).

image

Crédit : A Beaugé



Résultats du Championnat des Class40 2021 :

1. Antoine Carpentier (Redman)
2. Valentin Gautier / Simon Koster (Banque du Leman)
3. Luke Berry (Lamotte Module Creation)
4. Axel Trehin / Fred denis (Project Rescue Ocean)
5. Pierre Casenave-Pere / Kevin Bloch (Legallais)
6. Olivier et Antoine Magre (E. Leclerc Ville La Grand)
7. Ian Lipinski (Credit Mutuel)
8. Maxime Cauwe (Avanade)
9. Pierre-Louis Attwell / Maxime Bensa (Vogue avec un Crohn)
10. Ivica Kostelic (Croatia Full of Life)

Résumé des courses de l’année:

CIC Normandy Channel Race
1. Axel Trehin / Fred Denis (Project Rescue Ocean)
2. Luke Berry / A. Nebout (Lamotte Module Creation)
3. Antoine Carpentier / Pablo Santurde del Arco (Redman)
4. Ian Lipinski / Ambrogio Beccaria (Crédit Mutuel)
5. Valentin Gautier / Simon Koster (Banque du Leman)

Les Sables - Horta
1. Antoine Carpentier / M. Mergui (Redman)
2.Axel Trehin / Fred Denis (Project Rescue Ocean)
3. Ian Lipinski / Ambrogio Beccaria (Crédit Mutuel)
4. Valentin Gautier / Simon Koster (Banque du Leman)

Rolex Fastnet Race
1. Olivier et Antoine Magre (E. Leclerc Ville La Grand)
2. Valentin Gautier / Simon Koster (Banque du Leman)
3. Luke Berry (Lamotte Module Creation)
4. Antoine Carpentier (Redman)

Transat Jacques Vabre
1. Antoine Carpentier / Pablo Santurde del Arco (Redman)
2. Valentin Gautier / Simon Koster (Banque du Leman)
3. Cédric Château / Jérémie Mion (Seafrigo - Sogestran)

Source : Roesti

Lire la suite
144 lectures
0 commentaires

Actual Ultim 3 au chaud, chantier programmé pour l'Ultim d' Yves Le Blevec à Lorient Keroman

Au coeur de Malama, l'IMOCA mené par Charlie Enright et Pascal Bidegorry - Vidéo inside

Embarquez à bord de Malama, l'IMOCA neuf du 11th Hour Racing Team. Charlie Enright et Pascal Bidegorry ont effectué leur qualification p...

image
Lire la suite
97 lectures
0 commentaires

L'IMOCA MACSF a retrouvé le chemin du chantier, au chaud dans son hangar lorientais

Au coeur de Malama, l'IMOCA mené par Charlie Enright et Pascal Bidegorry - Vidéo inside

Embarquez à bord de Malama, l'IMOCA neuf du 11th Hour Racing Team. Charlie Enright et Pascal Bidegorry ont effectué leur qualification p...

image
Lire la suite
97 lectures
0 commentaires

Class 30 One Design™ : les réservations sont ouvertes pour ce bateau 100% conteneurisable

Alors que la phase d’études préliminaires s’achève, c’est la construction des premières unités du Class 30 One Design qui est en ligne de mire. Les réservations ont été officiellement ouvertes au Nautic à Paris. Ce nouveau bateau destiné à la pratique et à l’apprentissage de la course au large a été conçu à la suite d’un concours d’architecture international organisé par l’Union Nationale pour la Course au Large en partenariat avec le RORC en Angleterre et le Storm Trysail Club aux USA. 

image

Credit : DR

 A ce stade précoce du programme, près de trente réservations de numéros de série ont eu lieu. Le protocole est simple et sécurisé : en échange d’un dépôt de 2 500 euros, les candidats reçoivent un numéro d’ordre. Ce numéro est non-cessible et peut être annulé à tout moment, et les fonds remboursés. 

Un bateau 100% conteneurisable 

 Outre des lignes très contemporaines et une batterie de solutions simples et peu couteuses, c’est une très belle prouesse logistique qui a émergé de la table à dessin et du duo VPLP-Multiplast, lauréat du concours. L’hypothèse de faire intégralement entrer le bateau et son gréement dans un container de 40 pieds n’était pas un prérequis du cahier des charges initial, cet atout s’est rapidement imposé comme majeur afin d’assurer la meilleure diffusion possible du monotype, par transport routier comme maritime. 

Un circuit pour les Class 30 One Design™ 

 Objectif identifié de la classe, mettre en place un programme sportif permettant aux pratiquants – propriétaires et clubs – de régater dès que possible au meilleur niveau sur différents types de parcours et plans d’eau. Dans ce but, le monotype a été conçu pour offrir une réponse optimisée aux critères de la jauge IRC. Cette option ouvrira de fait un vaste programme de courses aux monotypes en France comme à l’étranger, entre trois bouées comme offshore. L’UNCL souhaite également programmer très rapidement l’avènement d’un « Class 30 Tour » : une épreuve qui ne manquera pas de rappeler le positionnement et l’ambition du projet pour la formation et le renouvellement de toute une génération d’équipiers et de skippers de renoms dans la course au large. 

 Source : M Turcat

Lire la suite
150 lectures
0 commentaires

La France remporte le Trophée des Nations et 6 médailles aux Championnats du Monde Jeunes, à Oman

 

Avec 3 médailles d’or et 3 médailles de bronze, la France a remporté le Trophée des Nations à l’issue des 11 épreuves disputées à lors des Championnats du Monde Jeunes 2021 présentés par Hempel. Le Pérou et les Bermudes signent leur première médaille d’or, en 50 ans d'histoire des Championnats du Monde Jeunes.

image

Pour clôturer cinq jours de compétition de classe mondiale à Mussanah, Oman, le ciel bleu était de la partie, avec des vents de 8 à 10 nœuds.

« Ça fait énormément plaisir pour les jeunes et pour tout ce qu’ils ont fait. C’était une vraie équipe, nous étions tous soudés. C’est une histoire incroyable de remporter le Trophée des Nations. Les jeunes vont bien le fêter, parce que là il faut le fêter ! » confiait René Baget, team leader des français sur ces Championnats du Monde Jeunes.

Multicoque en double Nacra 15

Thomas Proust et Eloïse Clabon (FRA) ont remporté l'or après avoir pris la tête d'un match-race contre les américains Kay Brunsvold et Cooper Delbridge (USA) qui ont dû se contenter de l'argent. Axel Grandjean et Noémie Fehlmann (SUI) ont réalisé une bonne dernière journée et remportent le bronze pour la Suisse.

« C’était très intense, car on a mené ce championnat dès le début. Nous avons su garder la tête froide et rester devant les USA. Même en étant très stressés, nous avons réussi à prendre du plaisir, bien que les conditions étaient difficiles » a déclaré la française Eloïse Clabon âgée de 17 ans.

Or : Thomas Proust et Eloïse Clabon (FRA)
Argent : Kay Brunsvold et Cooper Delbridge (USA)
Bronze : Axel Grandjean et Noémie Fehlmann (SUI)

Windsurf Bic Techno 293+ féminin

La française Manon Pianazza, qui s’était déjà assuré la médaille d'or hier, a également remporté les manches d'aujourd'hui, soit un total de 13 victoires sur ces Championnats du Monde Jeunes. Zoe Fernandez de Bobadilla Ramos (ESP) a réduit l'écart avec la deuxième, Kristyna Chalupnikova (CZE), mais pas assez pour lui passer devant au général. La tchèque remporte l’argent et l’espagnole le bronze.

Or : Manon Pianazza (FRA)
Argent : Kristyna Chalupnikova (CZE)
Bronze : Zoe Fernandez de Bobadilla Ramos (ESP)

« Je suis championne du monde avant la dernière manche, ce qui m’enlève du stress, et ça montre qu’on a bien dominé ces Mondiaux. Le Championnat s’est bien passé, le vent m’a un peu mis en difficulté, car physiquement c’est difficile de pomper à toutes les manches » a déclaré la française, avant le dernier jour de compétition.

Dériveur Skiff 29er masculin

Hugo Revil & Karl Devaux (FRA) ont réussi à conserver leur maillot jaune et remporter l'or. Dans la bataille opposant quatre frères, une deuxième place lors de la dernière manche a permis à Mateo et Simon Codoñer Alemany (ESP) de s'emparer de l'argent, devant Ian et Noah Nyenhuis (USA) qui terminent en bronze.

« La compétition était vraiment dure, car il y avait beaucoup de niveau. On n’avait pas le droit à l’erreur, car il n’y avait qu’un seul bateau par pays. La France avait une super délégation cette année, et nous gagnons le Trophée des Nations, ce qui est incroyable car ça fait plus de 10 ans que nous ne l’avions pas gagné » a déclaré Hugo Revil.

« J’étais hyper heureux quand on a gagné. On n’a pas baissé les bras du Championnat et nous sommes restés positifs tout du long » a ajouté Karl Devaux.

Or : Hugo Revil & Karl Devaux (FRA)
Argent : Mateo et Simon Codoñer Alemany (ESP)
Bronze : Ian et Noah Nyenhuis (USA)

Dériveur ILCA 6 féminin

Florencia Chiarella (PER) est entrée dans l'histoire de la voile péruvienne en devenant la première à remporter une médaille d'or aux Mondiaux Jeunes pour son pays. Anja von Allmen (SUI) a remporté l'argent. La française Théa Lubac empoche le bronze, après sa victoire sur la dernière course.

Or : Florencia Chiarella (PER)
Argent : Anja von Allmen (SUI)
Bronze : Théa Lubac (FRA)

« Je suis tellement heureuse », a déclaré Chiarella. « Je me suis entraînée dur pour cela. En tant que péruvienne, c'est formidable d’avoir une chance de réussir dans notre sport. »

« Les conditions ont été super irrégulières et on n’avait aucune certitude. Mentalement c’est super dur, il ne faut rien lâcher, et c’est la régularité qui a payé. Tout s’est joué jusqu’aux derniers moments, jusqu’à la dernière manche. Je savais que ça allait être très compliqué sur cette dernière manche. Je n’avais rien à perdre, j’ai tout donné en me faisant plaisir et ça a fonctionné. Je n’aurais pas pu mieux finir. Gagner le Trophée des Nations est la meilleure chose qui pouvait arriver. Voir de telles performances individuelles pour plus de la moitié des français c’est génial, » a déclaré Théa Lubac à l’issue des régates.

Dériveur 420 en double féminin

Neus Ballester Bover et Andrea Perello Mora (ESP) avaient déjà remporté la médaille d'or à une manche de la fin du Championnat, ce qui ne les a pas empêchés de terminer la compétition en beauté, franchissant la ligne d'arrivée à la deuxième place. Les gagnantes de la dernière course, Vanessa Lahrkamp et Katherine McNamara (USA), remportent la médaille d'argent, tandis que les françaises Manon Pennaneac'h et Victoire Lerat empochent la médaille de bronze.

Or : Neus Ballester Bover et Andrea Perello Mora (ESP)
Argent : Vanessa Lahrkamp et Katherine McNamara (USA)
Bronze : Manon Pennaneac'h et Victoire Lerat (FRA)

Kitesurf FormulaKite féminin

La Française Héloïse Pégourié a remporté le bronze après une semaine très disputée avec ses concurrentes plus proches.

Dériveur ILCA 6 masculin

Tout s'est joué sur le fil. José Gomes Saraiva Mendes (POR) a commencé la journée avec quelques points d'avance, mais le portugais s’est retrouvé en 27e position et n'a pas pu remonter. Pendant ce temps, Luka Zabukovec (SLO) a mis le pied au plancher pour prendre la tête de la flotte et bénéficier d’une mince avance au classement général. Lors de la dernière manche, Sebastian Kempe (BER) maintient un rythme élevé au portant et dépasse suffisamment de bateaux pour franchir la ligne d'arrivée en 6e position. Il ne le sait pas encore à ce moment-là, mais Kempe vient de remporter une médaille d'or historique pour les Bermudes, la première pour sa nation lors de Mondiaux Jeunes. Zabukovec a terminé à égalité de points avec Mendes, l'argent revenant à la Slovénie et le bronze au Portugal.

Or : Sebastian Kempe (BER)
Argent : Luka Zabukovec (SLO)
Bronze : José Gomes Saraiva Mendes (POR)

Dériveur Skiff 29er féminin

Emily Mueller et Florence Brellisford (GBR) ont remporté l'or de justesse lors de l’avant-dernière manche, après avoir battu les américaines. Les britanniques ont donc navigué pour le plaisir sur la dernière course des Championnats, et elles se sont de nouveau imposées ! La Grande-Bretagne a donc remporté l'or en skiff, suivie de Charlie Leigh et Sophie Fisher (USA) qui remporte l’argent devant Alja Petric et Katja Filipic (SLO), médaillées de bronze.

Or : Emily Mueller et Florence Brellisford (GBR)
Argent : Charlie Leigh et Sophie Fisher (USA)
Bronze : Alja Petric et Katja Filipic (SLO)

Dériveur 420 double mixte

Florian Krauss et Jannis Summchen (GER) ont tout donné lors de la dernière manche pour prendre la tête du classement. Les américains Thomas Sitzmann et Luke Woodworth ont cependant réussi à dépasser le duo allemand mais cela n'a pas eu d’impact pour Krauss et Summchen. Ils ont remporté l'or. Leaders tout au long de la semaine, Ian Clive Walker March et Finn Dicke (ESP) ont dû se contenter de l'argent.

Or : Florian Krauss et Jannis Summchen (GER)
Argent : Ian Clive Walker March et Finn Dicke (ESP)

Windsurf Bic Techno 293+ masculin

Le turque Ozan Turker (TUR) s’est imposé dans la première des deux manches finales. Mais c’est l’italien Federico Alan Pilloni (ITA) qui a remporté la dernière, confirmant sa victoire au général. L'or revient à l’italien l'argent pour Boris Shaw (GBR) et le bronze pour Ozan Turker (TUR).

Or : Federico Alan Pilloni (ITA)
Argent : Boris Shaw (GBR)
Bronze : Ozan Turker (TUR)

Kitesurf FormulaKite masculin

Bien que la semaine ait commencé de façon peu enthousiasmante pour Max Maeder (SGP), rien n'a pu arrêter le jeune navigant de 15 ans, venu de Singapour. Maeder a remporté 14 des 18 courses du Championnat. En tant que vainqueur d'une toute nouvelle épreuve des Mondiaux Jeunes, et ayant atteint des vitesses de plus de 30 nœuds dans seulement 10 nœuds de vent, Maeder peut se considérer comme le médaillé d'or le plus rapide de tous les temps sur les Championnats du Monde Jeunes. Singapour considère à juste titre Maeder comme un sérieux espoir de médaille aux prochains JO de Paris 2024. Vainqueur des championnats d'Europe ouverts au niveau senior, l'adolescent s’améliore à un rythme effrayant. En grandissant, il ne va faire que gagner en vitesse. Il en va de même pour l’italien Riccardo Pianosi (ITA), troisième des Championnats du monde seniors en début d'année et désormais médaillé d'argent aux Championnats du Monde Jeunes. Mikhail Novikov (RUS) a poussé Pianosi dans ses retranchements jusqu'au bout, mais lui concède l’argent et décroche le bronze.

Or : Max Maeder (SGP)
Argent : Riccardo Pianosi (ITA)
Bronze : Mikhail Novikov (RUS)

Cette semaine a été marquée par une grande compétition, tenue dans un esprit amicale et d'amour pour notre sport. Certains des marins les plus âgés ont d’ores et déjà annoncé que ce serait la dernière fois qu'ils courraient dans une classe junior avant de passer à autre chose dans le sport, peut-être une campagne olympique. Pour d'autres, c'est le retour aux études avant de se tourner vers les objectifs de l'année prochaine.

Conformément à son engagement en faveur d'un environnement plus propre et d'un monde plus vert, Oman Sail a invité chacun des 11 médaillés d'or à planter un arbre dans l'enceinte du Barceló Mussanah Resort pour donner naissance à un nouveau verger et marquer le coup suite à cette 50e édition des Championnats du Monde Jeunes ayant eu lieu à Oman. C'était la première fois que les Mondiaux Jeunes étaient organisés au Moyen-Orient.

Ce soir, les 335 marins venus de 59 nations célébreront la fin d'une compétition réussie à l’occasion de la cérémonie de clôture. Les meilleurs jeunes marins du monde peuvent maintenant se réjouir de participer à la prochaine édition, qui se tiendra à La Haye, aux Pays-Bas, du 8 au 15 juillet 2022.

Pour les résultats complets: https://worldsailingywc.org/results/

Trophée des Nations - Classement Top 5

1. FRA - 37 points
2. ESP - 49 points
3. USA - 54 points
4. ITA - 55 points
5. GBR - 65 points

La liste des marins français
Théa LUBAC (ILCA 6) – CN Manuréva Balaruc – Championne de France espoir 2021 / 15ème aux championnats d’Europe ILCA6 U19 2021 – LA ROCHELLE
Martin KOWALSKI (ILCA 6) – Brest Bretagne Nautisme – Champion de France ILCA 6 2021 / 15ème aux championnats du monde U21 ILCA 7 – BREST
Ulysse DEREEPER (FormulaKite) – YC Mauguio Carnon – Champion de France Espoir 2021 – 9ème championnats du monde de Formula Kite Youth 2021 – LA GRANDE MOTTE
Heloise PEGOURIE (FormulaKite) - HKA – 4ème championnats du monde Formula Kite Youth 2021 – LA GRANDE MOTTE
Thomas PROUST/Eloise CLABON (Nacra 15) – La Rochelle Nautique/ CN Ares – 2nd championnats du Monde Nacra 15 2021 – LA ROCHELLE
Hugo REVIL/Karl DEVAUX (29er) – CNBPP/CVSQ – 5ème championnats du monde 29er et 3eme U17 2021 – LA BAULE
Caroline PENNETIER/Fleur BABIN (29er) – CNBPP – 2nde championnats du monde 29er en U17 – LA BAULE
Zou SCHEMMEL/Jean-Philippe BOUDARD (420) – SR Antibes/SNO – 8ème championnats d’Europe 420 U17 2021
Manon Le TALLEC-PENNANEAC’H / Victoire LERAT (420) – SNO Nantes
Manon PIANAZZA (Bic Techno 293+) – CN Angoulins – Championne du Monde IQ foil Youth U19 2021 – BREST
Jules CHANTREL (Bic Techno 293+) – CN Lorient – 3ème championnats d’Europe Bic 293 U17 2019 - BREST

À propos des Championnats du monde de voile junior

Organisés pour la toute première fois en Suède en 1971, les championnats du monde de voile junior sont l'événement phare de World Sailing pour les jeunes marins.

Source : E Manzanas de las Heras 

Lire la suite
133 lectures
0 commentaires

L'Australia Sail Grand Prix sacre les Australiens, impériaux à domicile - Résultats

 

Victoire à la maison ! On les disait favoris… Ils se sont imposés ! Les Australiens ont donc remporté le Sail Grand Prix de Sydney, dans une belle brise de nord-est, celle qu'ils affectionnent particulièrement à domicile. Avec la petite aile de 18 mètres et les petits foils, ils ont été impressionnants de vitesse. L'autre performance du jour vient des Japonais qui ont remporté les deux dernières manches qualificatives grâce au fair-play des Anglais qui leur ont prêté la plateforme de leur F50, celle-là même qui a endommagé le bateau nippon hier lors d'une spectaculaire collision. Côté Français, les progrès continuent, notamment au près.

image

Crédit : Sail GP

Tout était réuni ce samedi à Sydney pour offrir au public une magnifique finale. Soleil, vent de nord-est supérieur à 20 nœuds, mer légèrement formée… Des ingrédients qu'affectionnent particulièrement les Australiens, réputés pour leur aisance dans la brise. S'il n'ont pas forcément brillé sur la première manche de ce samedi (4e), ils n'ont cessé de monter en puissance tout au long de cette journée de confrontation, effectuant une belle remontée lors de la deuxième manche, terminant deuxièmes, grâce notamment à une trajectoire limpide qui leur a fait gagner beaucoup de distance.

Supérieurs en vitesse, inspirés, les Australiens emmenés par Tom Slingsby ont remporté la super finale devant les Américains, bien placés une fois de plus mais qui n'ont pas réussi à s'imposer. Les Espagnols, auteurs d'une très belle journée hier, ont eu moins de réussite aujourd'hui (deux fois 6e avant la grande finale). Ils se sont qualifiés de justesse devant les Japonais que l'on ne pensait pas voir naviguer aujourd'hui tant les dégâts sur leur bateau étaient importants hier après une spectaculaire collision avec les Anglais au départ de la troisième manche. Largement fautif, Sir Ben Ainslie a eu la délicatesse de proposer la plateforme de son F50 aux Japonais. Un geste qui a permis à Nathan Outteridge et son équipage de s'aligner aujourd'hui… Et de remporter les deux manches du jour ! A un point seulement des Espagnols, ils échouent aux portes de la demi-finale, mais gardent la satisfaction d'avoir fait le maximum de ce qu'ils pouvaient faire. Leur bateau, dont l'étrave tribord a été complètement arrachée, va maintenant partir se faire réparer en Nouvelle-Zélande.

Les Français poursuivent leurs progrès

Autres performeurs de cette journée de samedi, Peter Burling et son équipage néo-zélandais ont fait deux podiums de manche (respectivement 2e et 3e), se montrant bien plus inspirés qu'hier et plus à l'aise dans les manœuvres. Comme leurs voisins australiens, les Kiwis affectionnent traditionnellement la brise… Ce qui semble être moins le cas des Danois (7e et 5e) qui ont montré un peu plus de difficultés qu'hier pendant que les Français (5e et 7e) poursuivent leur apprentissage. « Il y a beaucoup de points positifs », assure Thierry Douillard, coach des tricolores.

Le jeune vannetais de 29 ans Quentin Delapierre, qui a pris la barre du bateau français lors du dernier Grand Prix seulement, à Cadix, a tenté de prendre de meilleurs départs en se mêlant à la flotte pour partir plus proche de la layline. Cela a plutôt bien fonctionné sur la première manche du jour (5e) mais s'est soldé par l'arrêt de leur bateau à quelques secondes du départ de la deuxième. Ils n'ont pas pu remonter ensuite. S'ils terminent avant-derniers de l’Australia Sail Grand Prix de Sydney, les points d'optimisation sont nombreux, à commencer par la vitesse au près qui s'est largement améliorée tout au long des manches.

"Pour être très honnête aujourd'hui, c'était dur. Il y avait vraiment beaucoup de vent pendant toute la phase d'échauffement. J'ai essayé de préserver au maximum l'équipage et surtout de ne pas chavirer ! Ensuite, j'ai essayé de prendre des départs un peu plus en retrait par rapport à hier pour chercher le bas de la ligne de départ. Cela a failli marcher sur la première, mais j'étais un peu trop près de la layline et lors de la deuxième manche, il y a eu une grosse rotation du vent à gauche, qui nous a fait nous poser juste avant la ligne de départ. Mais je ne reste pas sur cette frustration. Je constate que la communication est de plus en plus fluide à bord. J'aurais aimé montrer que nous pouvons jouer devant, comme nous l'avons fait à l'entraînement, mais c'est comme ça. Nous sommes de plus en plus dans le rythme, notre vitesse est bonne, nos manœuvres un peu conservatrices, mais ça passe plutôt bien… Il ne manque pas grand-chose pour monter d'un cran et jouer au milieu des meilleurs. Il faut juste que j'améliore mes départs, que je prenne la mesure de ce format si spécifique », déclarait Quentin en fin de journée, à la veille de son retour en France.

Il reste maintenant un peu plus de trois mois avant le dernier Sail Grand Prix de la saison. Il se déroulera à San Francisco les 26 et 27 mars prochains et désignera le grand vainqueur… qui empochera un million de dollars !

CLASSEMENT GÉNÉRAL AUSTRALIA SAIL GRAND PRIX

1- AUSTRALIE/ Tom Slingsby / 10 points
2- ÉTATS-UNIS / Jimmy Spithill / 9 points
3- ESPAGNE / Phil Robertson / 8 points
4- JAPON / Nathan Outteridge / 7 points
5- NOUVELLE - ZÉLANDE / Peter Burling / 6 points
6- DANEMARK / Nicolai Sehested / 5 points
7- FRANCE / Quentin Delapierre / 4 points
8- GRANDE-BRETAGNE / Ben Ainslie / 3 points

CLASSEMENT GÉNÉRAL SAILGP SAISON 2

1- AUSTRALIE/ Tom Slingsby / 55 points
2- ÉTATS-UNIS / Jimmy Spithill / 53 points
3- JAPON / Nathan Outteridge / 51 points
4- ESPAGNE / Phil Robertson / 43 points
5- NOUVELLE - ZÉLANDE / Peter Burling / 42 points
6- GRANDE-BRETAGNE / Ben Ainslie / 41 points
7- DANEMARK / Nicolai Sehested / 38 points
8- FRANCE / Quentin Delapierre / 35 points


Source : V bouchet

Lire la suite
129 lectures
0 commentaires

SailGP. Les Australiens s’imposent, les Français derniers

Les Australiens ont remporté le Sail Grand Prix de Sydney, dans une belle brise de nord-est offrant de belles images et des vitesses à plus de 50 nds avec la petite aile de 18 mètres et les petits foils. Les Japonais ont remporté les deux dernières manches qualificatives grâce au fair-play des Anglais qui leur ont prêté la plateforme de leur F50, endommagé la veille lors d’une spectaculaire collision. Côté Français, c’est une déception et on peine à voir leur progression.

Supérieurs en vitesse, inspirés, les Australiens emmenés par Tom Slingsby ont remporté la super finale devant les Américains, bien placés une fois de plus mais qui n’ont pas réussi à s’imposer. Les Espagnols, auteurs d’une très belle journée hier, ont eu moins de réussite aujourd’hui (deux fois 6e avant la grande finale). Ils se sont qualifiés de justesse devant les Japonais que l’on ne pensait pas voir naviguer aujourd’hui tant les dégâts sur leur bateau étaient importants hier après une spectaculaire collision avec les Anglais au départ de la troisième manche. Largement fautif, Sir Ben Ainslie a eu la délicatesse de proposer la plateforme de son F50 aux Japonais. Un geste qui a permis à Nathan Outteridge et son équipage de s’aligner aujourd’hui… Et de remporter les deux manches du jour ! A un point seulement des Espagnols, ils échouent aux portes de la demi-finale, mais gardent la satisfaction d’avoir fait le maximum de ce qu’ils pouvaient faire. Leur bateau, dont l’étrave tribord a été complètement arrachée, va maintenant partir se faire réparer en Nouvelle-Zélande.

Autres performeurs de cette journée de samedi, Peter Burling et son équipage néo-zélandais ont fait deux podiums de manche (respectivement 2e et 3e), se montrant bien plus inspirés qu’hier et plus à l’aise dans les manœuvres. Comme leurs voisins australiens, les Kiwis affectionnent traditionnellement la brise… Ce qui semble être moins le cas des Danois (7e et 5e) qui ont montré un peu plus de difficultés qu’hier pendant que les Français (5e et 7e) poursuivent leur apprentissage. « Il y a beaucoup de points positifs », assure Thierry Douillard, coach des tricolores.

Le jeune vannetais de 29 ans Quentin Delapierre, qui a pris la barre du bateau français lors du dernier Grand Prix seulement, à Cadix, a tenté de prendre de meilleurs départs en se mêlant à la flotte pour partir plus proche de la layline. Cela a plutôt bien fonctionné sur la première manche du jour (5e) mais s’est soldé par l’arrêt de leur bateau à quelques secondes du départ de la deuxième. Ils n’ont pas pu remonter ensuite. S’ils terminent avant-derniers de l’Australia Sail Grand Prix de Sydney, les points d’optimisation sont nombreux, à commencer par la vitesse au près qui s’est largement améliorée tout au long des manches.

” Pour être très honnête aujourd’hui, c’était dur. Il y avait vraiment beaucoup de vent pendant toute la phase d’échauffement. J’ai essayé de préserver au maximum l’équipage et surtout de ne pas chavirer ! Ensuite, j’ai essayé de prendre des départs un peu plus en retrait par rapport à hier pour chercher le bas de la ligne de départ. Cela a failli marcher sur la première, mais j’étais un peu trop près de la layline et lors de la deuxième manche, il y a eu une grosse rotation du vent à gauche, qui nous a fait nous poser juste avant la ligne de départ. Mais je ne reste pas sur cette frustration. Je constate que la communication est de plus en plus fluide à bord. J’aurais aimé montrer que nous pouvons jouer devant, comme nous l’avons fait à l’entraînement, mais c’est comme ça. Nous sommes de plus en plus dans le rythme, notre vitesse est bonne, nos manœuvres un peu conservatrices, mais ça passe plutôt bien… Il ne manque pas grand-chose pour monter d’un cran et jouer au milieu des meilleurs. Il faut juste que j’améliore mes départs, que je prenne la mesure de ce format si spécifique », déclarait Quentin en fin de journée, à la veille de son retour en France.

Il reste maintenant un peu plus de trois mois avant le dernier Sail Grand Prix de la saison. Il se déroulera à San Francisco les 26 et 27 mars prochains et désignera le grand vainqueur… qui empochera un million de dollars !

Lire la suite
140 lectures
0 commentaires

Championnats du Monde Jeunes. La France remporte le Trophée des Nations et 6 médailles à Oman

Avec 3 médailles d’or et 3 médailles de bronze, la France a remporté le Trophée des Nations à l’issue des 11 épreuves disputées à lors des Championnats du Monde Jeunes 2021 présentés par Hempel. Le Pérou et les Bermudes signent leur première médaille d’or, en 50 ans d’histoire des Championnats du Monde Jeunes.

Pour clôturer cinq jours de compétition de classe mondiale à Mussanah, Oman, le ciel bleu était de la partie, avec des vents de 8 à 10 nœuds.

« Ça fait énormément plaisir pour les jeunes et pour tout ce qu’ils ont fait. C’était une vraie équipe, nous étions tous soudés. C’est une histoire incroyable de remporter le Trophée des Nations. Les jeunes vont bien le fêter, parce que là il faut le fêter ! » confiait René Baget, team leader des français sur ces Championnats du Monde Jeunes.

Multicoque en double Nacra 15

Thomas Proust et Eloïse Clabon (FRA) ont remporté l’or après avoir pris la tête d’un match-race contre les américains Kay Brunsvold et Cooper Delbridge (USA) qui ont dû se contenter de l’argent. Axel Grandjean et Noémie Fehlmann (SUI) ont réalisé une bonne dernière journée et remportent le bronze pour la Suisse.

« C’était très intense, car on a mené ce championnat dès le début. Nous avons su garder la tête froide et rester devant les USA. Même en étant très stressés, nous avons réussi à prendre du plaisir, bien que les conditions étaient difficiles » a déclaré la française Eloïse Clabon âgée de 17 ans.

Or : Thomas Proust et Eloïse Clabon (FRA)
Argent : Kay Brunsvold et Cooper Delbridge (USA)
Bronze : Axel Grandjean et Noémie Fehlmann (SUI)

Windsurf Bic Techno 293+ féminin

La française Manon Pianazza, qui s’était déjà assuré la médaille d’or hier, a également remporté les manches d’aujourd’hui, soit un total de 13 victoires sur ces Championnats du Monde Jeunes. Zoe Fernandez de Bobadilla Ramos (ESP) a réduit l’écart avec la deuxième, Kristyna Chalupnikova (CZE), mais pas assez pour lui passer devant au général. La tchèque remporte l’argent et l’espagnole le bronze.

Or : Manon Pianazza (FRA)
Argent : Kristyna Chalupnikova (CZE)
Bronze : Zoe Fernandez de Bobadilla Ramos (ESP)

« Je suis championne du monde avant la dernière manche, ce qui m’enlève du stress, et ça montre qu’on a bien dominé ces Mondiaux. Le Championnat s’est bien passé, le vent m’a un peu mis en difficulté, car physiquement c’est difficile de pomper à toutes les manches » a déclaré la française, avant le dernier jour de compétition.

Dériveur Skiff 29er masculin

Hugo Revil & Karl Devaux (FRA) ont réussi à conserver leur maillot jaune et remporter l’or. Dans la bataille opposant quatre frères, une deuxième place lors de la dernière manche a permis à Mateo et Simon Codoñer Alemany (ESP) de s’emparer de l’argent, devant Ian et Noah Nyenhuis (USA) qui terminent en bronze.

« La compétition était vraiment dure, car il y avait beaucoup de niveau. On n’avait pas le droit à l’erreur, car il n’y avait qu’un seul bateau par pays. La France avait une super délégation cette année, et nous gagnons le Trophée des Nations, ce qui est incroyable car ça fait plus de 10 ans que nous ne l’avions pas gagné » a déclaré Hugo Revil.

« J’étais hyper heureux quand on a gagné. On n’a pas baissé les bras du Championnat et nous sommes restés positifs tout du long » a ajouté Karl Devaux.

Or : Hugo Revil & Karl Devaux (FRA)
Argent : Mateo et Simon Codoñer Alemany (ESP)
Bronze : Ian et Noah Nyenhuis (USA)

Dériveur ILCA 6 féminin

Florencia Chiarella (PER) est entrée dans l’histoire de la voile péruvienne en devenant la première à remporter une médaille d’or aux Mondiaux Jeunes pour son pays. Anja von Allmen (SUI) a remporté l’argent. La française Théa Lubac empoche le bronze, après sa victoire sur la dernière course.

Or : Florencia Chiarella (PER)
Argent : Anja von Allmen (SUI)
Bronze : Théa Lubac (FRA)

« Je suis tellement heureuse », a déclaré Chiarella. « Je me suis entraînée dur pour cela. En tant que péruvienne, c’est formidable d’avoir une chance de réussir dans notre sport. »

« Les conditions ont été super irrégulières et on n’avait aucune certitude. Mentalement c’est super dur, il ne faut rien lâcher, et c’est la régularité qui a payé. Tout s’est joué jusqu’aux derniers moments, jusqu’à la dernière manche. Je savais que ça allait être très compliqué sur cette dernière manche. Je n’avais rien à perdre, j’ai tout donné en me faisant plaisir et ça a fonctionné. Je n’aurais pas pu mieux finir. Gagner le Trophée des Nations est la meilleure chose qui pouvait arriver. Voir de telles performances individuelles pour plus de la moitié des français c’est génial, » a déclaré Théa Lubac à l’issue des régates.

Dériveur 420 en double féminin

Neus Ballester Bover et Andrea Perello Mora (ESP) avaient déjà remporté la médaille d’or à une manche de la fin du Championnat, ce qui ne les a pas empêchés de terminer la compétition en beauté, franchissant la ligne d’arrivée à la deuxième place. Les gagnantes de la dernière course, Vanessa Lahrkamp et Katherine McNamara (USA), remportent la médaille d’argent, tandis que les françaises Manon Pennaneac’h et Victoire Lerat empochent la médaille de bronze.

Or : Neus Ballester Bover et Andrea Perello Mora (ESP)
Argent : Vanessa Lahrkamp et Katherine McNamara (USA)
Bronze : Manon Pennaneac’h et Victoire Lerat (FRA)

Kitesurf FormulaKite féminin

La Française Héloïse Pégourié a remporté le bronze après une semaine très disputée avec ses concurrentes plus proches.

L’équipe de France, vainqueurs du Trophée des Nations 2021, Championats du monde voile jeunes 2021 à Oman
©Lloyd Images/Oman Sail

Dériveur ILCA 6 masculin

Tout s’est joué sur le fil. José Gomes Saraiva Mendes (POR) a commencé la journée avec quelques points d’avance, mais le portugais s’est retrouvé en 27e position et n’a pas pu remonter. Pendant ce temps, Luka Zabukovec (SLO) a mis le pied au plancher pour prendre la tête de la flotte et bénéficier d’une mince avance au classement général. Lors de la dernière manche, Sebastian Kempe (BER) maintient un rythme élevé au portant et dépasse suffisamment de bateaux pour franchir la ligne d’arrivée en 6e position. Il ne le sait pas encore à ce moment-là, mais Kempe vient de remporter une médaille d’or historique pour les Bermudes, la première pour sa nation lors de Mondiaux Jeunes. Zabukovec a terminé à égalité de points avec Mendes, l’argent revenant à la Slovénie et le bronze au Portugal.

Or : Sebastian Kempe (BER)
Argent : Luka Zabukovec (SLO)
Bronze : José Gomes Saraiva Mendes (POR)

Dériveur Skiff 29er féminin

Emily Mueller et Florence Brellisford (GBR) ont remporté l’or de justesse lors de l’avant-dernière manche, après avoir battu les américaines. Les britanniques ont donc navigué pour le plaisir sur la dernière course des Championnats, et elles se sont de nouveau imposées ! La Grande-Bretagne a donc remporté l’or en skiff, suivie de Charlie Leigh et Sophie Fisher (USA) qui remporte l’argent devant Alja Petric et Katja Filipic (SLO), médaillées de bronze.

Or : Emily Mueller et Florence Brellisford (GBR)
Argent : Charlie Leigh et Sophie Fisher (USA)
Bronze : Alja Petric et Katja Filipic (SLO)

Dériveur 420 double mixte

Florian Krauss et Jannis Summchen (GER) ont tout donné lors de la dernière manche pour prendre la tête du classement. Les américains Thomas Sitzmann et Luke Woodworth ont cependant réussi à dépasser le duo allemand mais cela n’a pas eu d’impact pour Krauss et Summchen. Ils ont remporté l’or. Leaders tout au long de la semaine, Ian Clive Walker March et Finn Dicke (ESP) ont dû se contenter de l’argent.

Or : Florian Krauss et Jannis Summchen (GER)
Argent : Ian Clive Walker March et Finn Dicke (ESP)

Windsurf Bic Techno 293+ masculin

Le turque Ozan Turker (TUR) s’est imposé dans la première des deux manches finales. Mais c’est l’italien Federico Alan Pilloni (ITA) qui a remporté la dernière, confirmant sa victoire au général. L’or revient à l’italien l’argent pour Boris Shaw (GBR) et le bronze pour Ozan Turker (TUR).

Or : Federico Alan Pilloni (ITA)
Argent : Boris Shaw (GBR)
Bronze : Ozan Turker (TUR)

Kitesurf FormulaKite masculin

Bien que la semaine ait commencé de façon peu enthousiasmante pour Max Maeder (SGP), rien n’a pu arrêter le jeune navigant de 15 ans, venu de Singapour. Maeder a remporté 14 des 18 courses du Championnat. En tant que vainqueur d’une toute nouvelle épreuve des Mondiaux Jeunes, et ayant atteint des vitesses de plus de 30 nœuds dans seulement 10 nœuds de vent, Maeder peut se considérer comme le médaillé d’or le plus rapide de tous les temps sur les Championnats du Monde Jeunes. Singapour considère à juste titre Maeder comme un sérieux espoir de médaille aux prochains JO de Paris 2024. Vainqueur des championnats d’Europe ouverts au niveau senior, l’adolescent s’améliore à un rythme effrayant. En grandissant, il ne va faire que gagner en vitesse. Il en va de même pour l’italien Riccardo Pianosi (ITA), troisième des Championnats du monde seniors en début d’année et désormais médaillé d’argent aux Championnats du Monde Jeunes. Mikhail Novikov (RUS) a poussé Pianosi dans ses retranchements jusqu’au bout, mais lui concède l’argent et décroche le bronze.

Or : Max Maeder (SGP)
Argent : Riccardo Pianosi (ITA)
Bronze : Mikhail Novikov (RUS)

Cette semaine a été marquée par une grande compétition, tenue dans un esprit amicale et d’amour pour notre sport. Certains des marins les plus âgés ont d’ores et déjà annoncé que ce serait la dernière fois qu’ils courraient dans une classe junior avant de passer à autre chose dans le sport, peut-être une campagne olympique. Pour d’autres, c’est le retour aux études avant de se tourner vers les objectifs de l’année prochaine.

Conformément à son engagement en faveur d’un environnement plus propre et d’un monde plus vert, Oman Sail a invité chacun des 11 médaillés d’or à planter un arbre dans l’enceinte du Barceló Mussanah Resort pour donner naissance à un nouveau verger et marquer le coup suite à cette 50e édition des Championnats du Monde Jeunes ayant eu lieu à Oman. C’était la première fois que les Mondiaux Jeunes étaient organisés au Moyen-Orient.

Ce soir, les 335 marins venus de 59 nations célébreront la fin d’une compétition réussie à l’occasion de la cérémonie de clôture. Les meilleurs jeunes marins du monde peuvent maintenant se réjouir de participer à la prochaine édition, qui se tiendra à La Haye, aux Pays-Bas, du 8 au 15 juillet 2022.

Pour les résultats complets: https://worldsailingywc.org/results/

Trophée des Nations – Classement Top 5

FRA – 37 pointsESP – 49 pointsUSA – 54 pointsITA – 55 pointsGBR – 65 points

La liste des marins français
NOM (CLASSE) – CLUB – PALMARÈS – BASE D’ENTRAÎNEMENT

Théa LUBAC (ILCA 6) – CN Manuréva Balaruc – Championne de France espoir 2021 / 15ème aux championnats d’Europe ILCA6 U19 2021 – LA ROCHELLE

Martin KOWALSKI (ILCA 6) – Brest Bretagne Nautisme – Champion de France ILCA 6 2021 / 15ème aux championnats du monde U21 ILCA 7 – BREST

Ulysse DEREEPER (FormulaKite) – YC Mauguio Carnon – Champion de France Espoir 2021 – 9ème championnats du monde de Formula Kite Youth 2021 – LA GRANDE MOTTE

Heloise PEGOURIE (FormulaKite) – HKA – 4ème championnats du monde Formula Kite Youth 2021 – LA GRANDE MOTTE

Thomas PROUST/Eloise CLABON (Nacra 15) – La Rochelle Nautique/ CN Ares – 2nd championnats du Monde Nacra 15 2021 – LA ROCHELLE

Hugo REVIL/Karl DEVAUX (29er) – CNBPP/CVSQ – 5ème championnats du monde 29er et 3eme U17 2021 – LA BAULE

Caroline PENNETIER/Fleur BABIN (29er) – CNBPP – 2nde championnats du monde 29er en U17 – LA BAULE

Zou SCHEMMEL/Jean-Philippe BOUDARD (420) – SR Antibes/SNO – 8ème championnats d’Europe 420 U17 2021

Manon Le TALLEC-PENNANEAC’H / Victoire LERAT (420) – SNO Nantes

Manon PIANAZZA (Bic Techno 293+) – CN Angoulins – Championne du Monde IQ foil Youth U19 2021 – BREST

Jules CHANTREL (Bic Techno 293+) – CN Lorient – 3ème championnats d’Europe Bic 293 U17 2019 – BREST

À propos des Championnats du monde de voile junior
Organisés pour la toute première fois en Suède en 1971, les championnats du monde de voile junior sont l’événement phare de World Sailing pour les jeunes marins.

Dans la liste des anciens vainqueurs, figurent des skippers de l’America’s Cup : Chris Dickson (NZL), Russell Coutts (NZL) et Dean Barker (NZL) ; des médaillés olympiques : Nathan Outteridge (AUS), Iain Jensen (AUS), Robert Scheidt (BRA), Amelie Lux (GER), Ben Ainslie (GBR), Iain Percy (GBR), Alessandra Sensini (ITA), Elise Rechichi (AUS) et Tessa Parkinson (AUS) ; et des marins de The Ocean Race : Stuart Bannatyne (NZL) et Richard Clarke (CAN). Les champions du monde de voile junior les plus titrés sont Sally Cuthbert (GBR) et Zofia Klepacka (POL). Elles ont remporté quatre titres successifs en Laser II et en Mistral.

Lire la suite
135 lectures
0 commentaires

De retour de transat à bord de son futur bateau à foils, Damien Seguin est prêt à relever ce nouveau défi - ITW

Au coeur de Malama, l'IMOCA mené par Charlie Enright et Pascal Bidegorry - Vidéo inside

Embarquez à bord de Malama, l'IMOCA neuf du 11th Hour Racing Team. Charlie Enright et Pascal Bidegorry ont effectué leur qualification p...

image
Lire la suite
97 lectures
0 commentaires

Chloé Le Bars, lauréate du Challenge Océane, "C’est un honneur de rejoindre le Team Bretagne-CMB"

 

Lors de cette dernière semaine de sélection du Challenge Océane Bretagne-CMB, les trois finalistes se sont affrontées, en solitaire, à bord de 3 Figaro Bénéteau 3 du Team. Vainqueur de 5 des 8 courses disputées dans des conditions variées, Chloé Le Bars, 24 ans, remporte la mise. Succédant à Élodie Bonafous, elle devient la deuxième skipper Océane de la Filière d’excellence de course au large.

 

image

Crédit : M Viezzer


Camille Bertel, Chloé Le Bars et Margot Riou avaient rendez-vous cette semaine au Pôle France de Port-la-Forêt, pour la finale du challenge le plus féminin de la course au large.

 
Fidèle aux valeurs sportives de la Fédération Française de Voile, le Pôle Finistère de Port-La-Forêt et ses entraîneurs ont mis en place de réelles conditions de compétition. Les trois navigatrices ont enchaîné des parcours « bananes » dans des conditions variées, avec un vent de 5 à 14nds.

 
L’enjeu était de taille avec à la clé, un beau cadeau de noël : un bateau, un budget de fonctionnement permettant de disputer dans les meilleures conditions le circuit du Championnat de France Élite de Course au Large et l’intégration au Pôle Finistère Course au Large.

 

Jeanne Grégoire : « Chloé nous a séduit par son engagement et ses qualités techniques »

Jeanne Grégoire, directrice du Pôle Finistère course au large : « Les semaines de sélection sont toujours des moments intenses pour le Pôle. L’objectif est de détecter des talents de la course au Large de demain, de les former à devenir de véritable « chef de projet » capable d’intégrer l’environnement Course au Large, particulièrement en Bretagne. Lors de cette sélection, Chloé qui revenait pour la seconde fois, nous a séduit par son engagement et ses qualités techniques. Le Pôle Finistère Course au Large est fier de l’accueillir et l’accompagnera pendant ses deux années au Pôle sous les couleurs du Team Bretagne -Crédit Océane. Nous lui souhaitons la même réussite qu’à Elodie. »
 

Chloé Le Bars : « Je me suis trouvé un mental fou cette semaine ! »

Chloé Le Bars, lauréate du Challenge Océane : « Je suis tellement heureuse d’avoir gagné… J’étais déjà venue il y a 2 ans, et cette année je revenais avec l’objectif clair de remporter le Challenge Océane ! » C’est chose faite pour la Morbihannaise. Amoureuse de la mer, Chloé a déjà un joli palmarès : championne de France de laser en 2017 puis plus récemment finisher de la Mini Transat 2021, la jeune femme avait l’envie de donner le meilleur d’elle-même sur cette semaine de compétition en baie de la Forêt : « Je me suis trouvé un mental fou cette semaine, et j’ai pris du plaisir sur chaque manche, chaque manœuvre… Mes concurrentes prenaient de très beaux départs, leur atout m’a mis la pression et j’ai dû aller chercher au fond de moi tout ce dont j’étais capable pour montrer ma capacité à jouer aux avants postes sur chaque manche. Maintenant que j’en sors victorieuse, je n’ai qu’une seule hâte : commencer à naviguer sur le Figaro 3 Océane ! C’est un honneur de rejoindre le Team Bretagne-CMB… » termine la lauréate du Challenge Océane.

 

Loïg Chesnais-Girard : « L’apprentissage et les performances futures de Chloé participeront à une plus grande mixité de la voile »

Loïg Chesnais-Girard, Président de la Région Bretagne : « Les femmes ont toute(s) leur place dans les compétitions de voile, y compris dans la course au large. Que la Bretagne soit la première Région à investir dans un parcours de détection et de formation 100% dédié aux femmes dans ce domaine est, pour moi, une grande fierté. Élodie Bonafous, la pionnière a su faire briller cette filière innovante durant ses deux années passées à nos côtés, et nul doute que Chloé Le Bars, nouvelle recrue au talent prometteur, saura prendre ce même chemin. Son apprentissage et ses performances futures vont contribuer à une plus grande mixité dans la pratique de la voile et je m’en réjouis par avance. ».

 

Philippe Rouxel : « La mixité est une source de richesse et un vecteur de performance ! »

Philippe ROUXEL, président du Crédit Mutuel de Bretagne : « Au sein du Crédit Mutuel de Bretagne, nous sommes convaincus que la mixité, à tous les niveaux, est une source de richesse et un vecteur de performance pour l’entreprise. Depuis plusieurs années, nous accompagnons des initiatives favorisant la diversité parmi nos équipes et l’accès des femmes aux avants-postes à responsabilité. Dans le même esprit, nous avons souhaité, avec nos partenaires de la filière d’excellence de course au large, donner à une femme tous les moyens d’exprimer son talent de marin au plus haut niveau, en lançant le challenge Bretagne-CMB Océane, en 2019. Je félicite Chloé Le Bars, lauréate de cette deuxième édition, qui va intégrer l'équipe Bretagne-CMB à compter de la saison prochaine. Et je lui souhaite de connaître la même réussite qu’Élodie Bonafous qui l’a précédée à la barre de Bretagne-CMB Océane. »

 

Source : Rivacom
Lire la suite
114 lectures
0 commentaires

Premier jour de courses à Sydney pour le SailGP, Quentin Delapierre : "C'était une journée vraiment géniale"

 

Quelle première journée de confrontation ! Si les conditions de navigation qui baignaient la magnifique baie de Sydney pouvaient apparaître estivales – grand soleil, température supérieure à 30 degrés, vent modéré aux alentours des 11 nœuds et mer plate -, la puissance des catamarans volants du circuit SailGP emmenés par les meilleurs marins du monde a offert un spectacle de haute intensité, marqué par l'impressionnante collision entre les Anglais et les Japonais au départ de la troisième manche. Cet accident spectaculaire n'a heureusement fait aucun blessé. Côté Français, de bons départs et de belles manœuvres pour le nouveau pilote Quentin Delapierre et son équipe dont les progrès continuent.

 

image
Le format du circuit SailGP génère décidément une source infinie de rebondissements. Les Australiens, grands favoris de cette épreuve à domicile, se sont montrés fébriles sur cette première journée, en alternant coups d'éclats et contre-performances tout au long des trois manches du jour, qu'ils ont respectivement terminées 3e, 7e et 1er. Ils terminent cependant deuxièmes à égalité de points (16) avec les Américains (6e, 3e, 2e), derrière les Espagnols, impressionnants d'aisance sur ces trois manches inaugurales, à chaque fois terminées sur le podium (1er, 2e et 3e). Derrière les trois premières équipes de ce classement provisoire de l’Australia Sail Grand Prix, les Danois ont montré une belle régularité (4e, 5e et 4e), un exercice particulièrement difficile sur des bateaux où la moindre erreur peut se payer au prix fort comme en témoigne la spectaculaire collision qui a impliqué les Japonais, 5e du classement général provisoire et les Anglais, disqualifiés dans la dernière manche pour avoir violemment heurté l'étrave tribord du catamaran volant de Nathan Outteridge à 16 secondes du départ de la troisième manche.

 

Un accident spectaculaire 

Sir Ben Ainslie et son équipage n'ont tout simplement pas vu les Japonais sous le vent… Dans la violente collision, le foil bâbord du bateau anglais à violemment percuté l'étrave tribord du catamaran blanc et rouge et a littéralement coupé le flotteur en deux. Il n'y a heureusement pas eu de blessé, mais les dommages très importants pourraient bien signifier une sortie prématurée du Grand Prix de Sydney pour Nathan Outteridge. Un constat très frustrant pour celui qui avait remporté largement la deuxième manche du jour et affiché les meilleures vitesses au portant avec des pointes à plus de 42 nœuds !

 

Prise de confiance nécessaire pour les Français 

Côté Français, cette première journée a été marquée par des départs plutôt réussis même si les résultats des trois premières manches du Grand Prix d'Australie restent à l’arrière du tableau (8e, 6e et 6e). « C'était une journée vraiment géniale. J'ai été impressionné par le nombre de bateaux spectateurs. On a l'impression qu'ils sont de plus en plus nombreux chaque jour ! C'est incroyable ! Côté départ, je ne voulais surtout pas partir de trop loin car le vent était assez irrégulier. Je ne voulais pas non plus prendre le risque de me trouver trop serré en bas de la layline. Par contre, il est vrai que cette position de contrôle devant le reste de la flotte rend difficiles les départs bien lancés. Il aurait fallu idéalement partir lancé d'un peu plus loin et trouver le moyen de voler rapidement pour doubler la flotte par derrière et trouver la route la plus directe vers la première bouée, je manque encore un peu de confiance pour tenter ce genre de stratégie. Côté manœuvre, je suis un peu déçu de ce que nous avons fait par rapport aux entraînements et côté vitesse, je pense que je dois encore travailler mes angles pour donner le bateau le plus facile possible à mes coéquipiers. Nous avions les grands foils aujourd'hui et je suis moins à l'aise avec eux qu'avec les petits. Cela demande énormément de précision et je dois m'améliorer de ce côté-là. Plus je gagnerai en contrôle et plus je serai confiant. Et plus je serai confiant, plus je pourrai me montrer suffisamment agressif pour jouer aux avant-postes », expliquait le jeune skipper de 29 ans Quentin Delapierre.

 

Une dernière journée de compétition ventée pleine de promesses 

Par chance, la brise de nord-est attendue demain devrait souffler aux alentours des 20 nœuds, ce qui sera synonyme pour toutes les équipes de recours aux petits foils. « Ces appendices moins volumineux poussent moins le bateau et sont plus faciles à lire pour l'équipage et pour moi, ce qui nous permet de donner un bateau beaucoup plus stable à Leigh McMillan, » ajoute le pilote français.

 
Pour Hélène Noesmoen, dont c'était la première journée de compétition au poste de tacticienne, « cette journée de confrontation réelle était beaucoup plus dense que les entraînements d'hier, du fait d'un parcours plus serré et de la proximité bien plus grande des bateaux entre eux ». Elle ajoutait à son retour à terre : « La difficulté pour moi est d'évaluer les distances, les accélérations et les décélérations des autres bateaux, ainsi que leurs trajectoires pour informer Quentin de la façon la plus pertinente possible ».

 
Il reste du chemin à parcourir pour cet équipage reformé depuis le dernier Grand Prix seulement. La brise attendue demain pourrait donner des ailes à l'équipage tricolore qui ne cesse de gagner en confiance. « Il va falloir que je me montre de plus en plus agressif. Pour cela, il faut que je gagne en confiance. C'est tout le travail que je suis en train de faire en ce moment », assurait Quentin Delapierre à son retour à terre.

 

CLASSEMENT GÉNÉRAL PROVISOIRE AUSTRALIA SAIL GRAND PRIX JOUR 1 (après 3 courses)
1- ESPAGNE / Phil Robertson / 21 points
2- AUSTRALIE/ Tom Slingsby / 16 points
3- ÉTATS-UNIS / Jimmy Spithill / 16 points
4- DANEMARK / Nicolai Sehested / 14 points
5- JAPON / Nathan Outteridge /10 points
6- NOUVELLE - ZÉLANDE / Peter Burling / 9 points
7- GRANDE-BRETAGNE / Ben Ainslie / 6 points
8- FRANCE / Quentin Delapierre / 5 points

 

Source : V Bouchet
Lire la suite
78 lectures
0 commentaires

Une déferlante Bleue à Oman !

Quelle démonstration de la part de la délégation Française aux Championnats du Monde Jeunes de Voile, qui se tenait cette semaine au Sultanat d’Oman. Pour le grand rendez-vous des meilleurs athlètes de moins de 19 ans et son format aux allures de « mini Jeux Olympiques » les tricolores ont tout simplement réalisé une moisson historique avec 3 médailles d’or et 3 médailles de bronze glanées dans les 11 disciplines au programme. La France remporte ainsi le titre au classement par équipe, une 13e Nations Cup, 10 ans après la dernière. Dans le sillage de Manon Pianazza (Techno 293), Hugo Révil & Karl Devaux (29er) et Thomas Proust & Eloise Clabon (Nacra15), en or cette semaine, la nouvelle génération de marins Français apporte avec elle de magnifiques promesses !

L’horizon est bien bleu ! Au bout d’une fantastique semaine, les jeunes marins Français en lice aux « Youth Sailing World Championships » se sont offerts une dernière journée de rêve pour aller chercher 6 médailles, un record sur cette épreuve organisée par la Fédération Internationale depuis 1971. Privés de leur Mondial l’année dernière à cause de la crise sanitaire, ils étaient 433 athlètes de moins de 19 ans représentants près de 60 nations cette semaine à Mussanah, dans les contrées désertiques du Sultanat d’Oman. La Relève tricolore a pu enfin faire parler tout son talent, avec une génération qui truste les podiums internationaux depuis plusieurs saisons. Dans ce Championnat aux allures olympiques, avec un seul représentant par nations dans chaque série, les Bleus ont démontré une vraie force d’équipe, servie par une préparation minutieuse.

Un esprit d’équipe et une densité de talents qui a permis à la France de remporter la Nations Cup, le classement par équipe, devant les Italiens et les Espagnols, 10 ans tout pile après la dernière victoire tricolore (à Zadar en Croatie). La France conforte ainsi sa 1ère place dans le palmarès de ce classement avec désormais un 13e succès ! Une victoire d’équipe portée par des belles performances individuelles et des jeunes marins dont on n’a pas fini d’entendre parler.

A commencer par Manon Pianazza, la jeune planchiste, déjà Championne du Monde U19 en iQFOiL cet été, a réalisé un exploit majuscule cette semaine à Oman en Techno 293 (planche à voile à dérive). 13 courses et 13 victoires et un titre mondial de plus dans un palmarès déjà exceptionnel à tout juste 18 ans. Lui en a à peine 15 et il est désormais Champion d’Europe, vice-Champion du Monde de la discipline et vainqueur du Mondial Jeune. Thomas Proust a du talent plein les mains et son association avec Eloise Clabon en Nacra15 a fait des étincelles cette semaine. Au bout du suspense ils ont fini par faire craquer leurs adversaires directs américains pour aller chercher la médaille d’or dans une série où la jeune génération tricolore brille particulièrement. En 29er, Hugo Révil et Karl Devaux ont fait respecter une sorte de tradition tricolore avec un nouveau titre pour la France, 4 ans après celui du frère d’Hugo, Théo Revil avec Gautier Guevel et dans la lignée des victoires de Lucas Rual & Emile Amoros en 2013 et de Brice Yrieix et Loïc Fisher-Guillou en 2014.

L’exploit du dernier jour est pour Théa Lubac, en ILCA 6, victorieuse de la seule course au programme ce vendredi et qui lui permet de bondir de la 9e à la 3e place du classement final. Une incroyable remontée et une émotion forte à l’arrivée mais également sur le podium, avec la médaille de bronze autour du cou. Solides toute la semaine Manon Pennaneac’h et Victoire Lerat ont été récompensées de leur belle régularité avec la médaille de bronze en 420. Enfin, pour la première apparition du KiteFoil au Mondial, Héloise Pégourié a également pris une belle médaille de bronze après 18 courses disputées. Sur les 11 séries en lice, la France s’est classée huit fois dans le Top 5, démontrant une fois encore la force du collective tricolore.

Réaction de Loic Billon, Directeur des Equipes de France Jeunes : « C’est une performance magnifique qui vient récompenser le travail effectué depuis deux ans avec cette génération. C’est pourtant une période compliquée pour ces Jeunes, avec la crise sanitaire qui les a privés de leur Mondial l’année dernière mais qui a aussi largement perturbé leur quotidien. Je suis fier de ce qu’ils ont montré cette semaine à Oman car ça valide les efforts qui ont été faits pour accompagner leur développement et leur progression malgré les contraintes. Tous le monde s’est mobilisé dans ce sens, les clubs, les centres d’entrainement, l’ENVSN, les coachs, et on a pu trouver des solutions pour continuer à les former. Et quelque chose s’est créé avec ce groupe sur le stage de préparation à l’ENVSN au début du mois, une alchimie et un esprit d’équipe qui les ont poussés à se dépasser pendant la compétition. Derrière la performance il y un gros travail collectif, avec les coachs présents sur place mais aussi dans la préparation et dans le suivi des jeunes tout au long de l’année. Ce « Youth » c’est un événement fondateur pour ces Jeunes. A nous de continuer à les accompagner du mieux possible vers le plus haut-niveau en continuant de travailler de concert avec Philippe (Mourniac, entraineur de l’Equipe de France Olympique) et ses équipes !

Les résultats des Bleus en détails :

Manon PIANAZZA (Techno 293 + / CN Angoulins) – 1ère Karl DEVAUX (CVSQ) et Hugo REVIL (CNBPP) / 29er – 1ers Thomas PROUST (La Rochelle Nautique) et Eloise CLABON (CN Arès) / Nacra15 – 1ers Manon PENNANEAC’H et Victoire LERAT (SNO Nantes) / 420 – 3e Théa LUBAC (CN Manureva Balaruc) / ILCA 6 – 3e Héloise PEGOURIE (HKA) / KiteFoil – 3e Jules CHANTREL (Techno 293 + / CN Lorient) – 4e Ulysse DEREEPER (YC Mauguio Carnon) / KiteFoil – 5e Zou SCHEMMEL (SR Antibes) et Jean-Philippe BOUDARD (SNO Nantes) / 420 – 6e Caroline PENNETIER et Fleur BABIN (CNBPP) / 29er – 13e Martin KOWALSKI (Brest Bretagne Nautisme) / ILCA 6 – 21e

L’Equipe de France Jeunes était encadrée par René BAGET, Christophe ESPAGNON et Antoine WEISS

L’article Une déferlante Bleue à Oman ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
142 lectures
0 commentaires

De belles opportunités dans les jours à venir !

Patienter… Mettre en place toute la logistique pour un départ imminent, dire au revoir à la famille, avoir les bottes aux pieds, l’adrénaline qui monte et… Rester finalement au chaud pour quelques jours encore. Ce sont les aléas des départs en Record autour du Monde. Si la situation n’est pas très confortable pour les marins et leurs équipes, elle demeure néanmoins classique.

« Nous sommes toujours sur une fenêtre possible le dimanche 19 ou le lundi 20 décembre. Les modèles américains et européens divergent un peu. Mais un départ semble possible et c’est bien pour cela que nous sommes en Code Orange « , explique Romain Pilliard.

Le skipper du Trimaran Use It Again! ajoute :

 » Quand on se prépare à une épreuve comme La Route du Rhum, on sait que l’on devra composer avec une météo imposée. Sur un Record, c’est différent. Pour ce départ du Record du Tour du Monde à l’Envers, nous n’avons pas besoin d’une fenêtre météo parfaite comme l’équipe de Spindrift par exemple, qui espère battre le Trophée Jules Verne en 40 jours. Nous souhaitons néanmoins partir avec des conditions météo qui nous permettront d’aborder le passage du Cap Horn avec un bateau en état d’affronter les mers du Sud. Entre mercredi et jeudi, nous observions de près une dépression au large des Açores. Nous nous préparions à la traverser avec des conditions toniques (un peu plus de 30 nœuds) mais en quelques heures, la dépression est remontée très vite générant des vents de 50 nœuds. On ne va se mentir, nous n’avons aucune raison d’aller nous faire mal pour le plaisir dès le départ. « 

L’article De belles opportunités dans les jours à venir ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
95 lectures
0 commentaires

Les réservations sont ouvertes !

Alors que la phase d’études préliminaires s’achève, c’est la construction des premières unités du Class 30 One Design qui est en ligne de mire. Les réservations ont été officiellement ouvertes au Nautic à Paris.
Ce nouveau bateau destiné à la pratique et à l’apprentissage de la course au large a été conçu à la suite d’un concours d’architecture international organisé par l’Union Nationale pour la Course au Large en partenariat avec le RORC en Angleterre et le Storm Trysail Club aux USA. Avec l’implication sans faille des vainqueurs, le cabinet d’architecture VPLP et le chantier Multiplast, c’est maintenant la réalisation qui commence.

Coup d’envoi prometteur

A ce stade précoce du programme, le très bel accueil du projet a été confirmé avec près de trente réservations de numéros de série, enregistrées sur le stand UNCL – Yacht Club de France du Nautic où avait lieu le véritable lancement du processus et la présentation de la maquette. Le protocole est simple et sécurisé : en échange d’un dépôt de 2 500 euros sur un compte bloqué Carpa géré par un avocat assermenté, et en fonction de l’ordre d’arrivée des fonds, les candidats reçoivent un numéro d’ordre. Ce numéro est non-cessible et peut être annulé à tout moment, et les fonds remboursés. Au 15 mars au plus tard, les titulaires d’un numéro reçoivent une version définitive de contrat de vente avec les caractéristiques techniques détaillées et la confirmation du prix du bateau.
Ils auront alors 60 jours pour finaliser leur commande ferme.

La production dès janvier 2023

Concernant le planning de la construction, la phase d’étude a été poussée dans le but de finaliser les outillages et les moules afin que la production en série commence dès les premiers jours de 2023, avec comme objectif la présence de quelques bateaux au Spi Ouest France et à la SNIM.
En fonction de l’évolution du carnet de commande, les promoteurs de la série envisageront en temps utiles la possibilité de mettre en œuvre un moule supplémentaire pour augmenter la capacité de production en France, tout en étudiant les possibilités de développer un programme de licences à l’étranger.

Un bateau 100% conteneurisable

Outre des lignes très contemporaines et une batterie de solutions simples et peu couteuses, c’est une très belle prouesse logistique qui a émergé de la table à dessin et du duo VPLP-Multiplast, lauréat du concours. L’hypothèse de faire intégralement entrer le bateau et son gréement dans un container de 40 pieds n’était pas un prérequis du cahier des charges initial, cet atout s’est rapidement imposé comme majeur afin d’assurer la meilleure diffusion possible du monotype, par transport routier comme maritime. La conception d’un ber de transport est également prévue dans ce but. Conformément aux souhaits des parties-prenantes du projet, une attention particulière est dédiée à la partie études avant la fabrication du premier prototype pour assurer la meilleure maîtrise possible du budget de la série, un aspect fondamental du projet.

Un circuit pour les Class 30 One Design™

Objectif identifié de la classe, mettre en place un programme sportif permettant aux pratiquants – propriétaires et clubs – de régater dès que possible au meilleur niveau sur différents types de parcours et plans d’eau. Dans ce but, le monotype a été conçu pour offrir une réponse optimisée aux critères de la jauge IRC. Cette option ouvrira de fait un vaste programme de courses aux monotypes en France comme à l’étranger, entre trois bouées comme offshore. L’UNCL souhaite également programmer très rapidement l’avènement d’un « Class 30 Tour » : une épreuve qui ne manquera pas de rappeler le positionnement et l’ambition du projet pour la formation et le renouvellement de toute une génération d’équipiers et de skippers de renoms dans la course au large.

Ils ont dit :

Géry Trentesaux, nouveau Président de l’UNCL

« Nous sommes extrêmement satisfaits de l’évolution du projet Class 30 One Design™. Une de nos priorités est d’assurer sa réussite, et nous sommes particulièrement contents de l’implication et de la motivation de l’équipe constituée : cabinet d’architectes/chantier. Comme l’a dit Yves Ginoux, nous avons passé avec succès la première bouée de près, et nous sommes maintenant concentrés sur le vent arrière et prêts à profiter des bonnes risées »

James Neville, Commodore du RORC

« Au-delà des querelles politiques, nous sommes là pour prouver que, dans le monde de la voile, on sait porter des projets communs et travailler ensemble entre Français et Anglais ! »

Simon Watin, VPLP design

« Réussir à allier la performance, la simplicité et le fun pour ce voilier qui se veut être une passerelle entre la voile légère et la course au large, c’est un challenge extrêmement motivant pour toute notre équipe ; Après notre belle expérience sur le Figaro 3, c’est un pas de plus que nous faisons dans le monde des monocoques de série »

Dominique Dubois, Multiplast Groupe Carboman

« Nous sommes très fiers d’avoir été retenus pour la réalisation de ce nouveau monotype. Pour Multiplast, la course est déjà lancée et nous mettons beaucoup d’énergie dans ce projet pour que ce bateau soit abordable et facile d’entretien tout en restant rapide et « fun ». C’est un challenge ambitieux comme nous aimons bien les relever. »

L’article Les réservations sont ouvertes ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
127 lectures
0 commentaires

Captain Alternance, le nouveau Class40 Lalou Multi 100 % recyclable

 

Lalou Multi, entreprise engagée dans une stratégie RSE et de modification majeure des process de construction des bateaux de compétition, a lancé en 2021 la construction d’un tout nouveau Class40 dans son chantier au Verdon-sur-Mer. Rendez-vous le 6 janvier 2022, à partir de 18h30 pour sa mise à l'eau.

 

image

Crédit : V Olivaud


Issu de la collaboration technologique avec le groupe Arkema et avec le soutien de la Région Nouvelle Aquitaine et des fonds européens, ce Class40 est le premier de sa génération à être 100 % recyclable et à utiliser des matériaux issus du recyclage.

 
Lalou Multi s’est associé avec le cabinet Marc Lombart qui a accepté de relever le challenge. Cette mise à l’eau est le fruit d’une collaboration constructive, passionnée et intransigeante, les ingrédients nécessaires à un tel défi.

 
Pour Lalou Multi, l’enjeu repose sur un principe fondamental : ne pas systématiquement opposer performance sportive et impact environnemental. Il a d’ailleurs fait l’objet durant toute la phase de construction d’une analyse de bilan carbone.

 
Après plus de 6 ans d’expérimentation et de recherche, la construction d’un bateau de compétition totalement compatible avec les enjeux environnementaux de ce sport et de l’économie associée répond aux enjeux majeurs de l’entreprise Lalou Multi.

 
C’est également dans le même cadre stratégique que Lalou Multi a établi un partenariat avec Walt. Cette association, qui œuvre au développement de l’alternance et de l’apprentissage auprès des jeunes, porte des valeurs partagées avec l’écurie de Lalou Roucayrol.

 
Keni Piperol, recruté par Lalou Multi en 2020 en qualité de jeune talent, sera le skipper de ce nouveau bateau avec pour objectif la Route du Rhum - Destination Guadeloupe 2022.

 

Source : MA Prestation
Lire la suite
145 lectures
0 commentaires

Énorme collision à Sydney

Quelle première journée de confrontation ! Si les conditions de navigation qui baignaient la magnifique baie de Sydney pouvaient apparaître estivales – grand soleil, température supérieure à 30 degrés, vent modéré aux alentours des 11 nœuds et mer plate -, la puissance des catamarans volants du circuit SailGP emmenés par les meilleurs marins du monde a offert un spectacle de haute intensité, marqué par l’impressionnante collision entre les Anglais et les Japonais au départ de la troisième manche. Cet accident spectaculaire n’a heureusement fait aucun blessé. Côté Français, de bons départs et de belles manœuvres pour le nouveau pilote Quentin Delapierre et son équipe dont les progrès continuent.

Le format du circuit SailGP génère décidément une source infinie de rebondissements. Les Australiens, grands favoris de cette épreuve à domicile, se sont montrés fébriles sur cette première journée, en alternant coups d’éclats et contre-performances tout au long des trois manches du jour, qu’ils ont respectivement terminées 3e, 7e et 1er. Ils terminent cependant deuxièmes à égalité de points (16) avec les Américains (6e, 3e, 2e), derrière les Espagnols, impressionnants d’aisance sur ces trois manches inaugurales, à chaque fois terminées sur le podium (1er, 2e et 3e). Derrière les trois premières équipes de ce classement provisoire de l’Australia Sail Grand Prix, les Danois ont montré une belle régularité (4e, 5e et 4e), un exercice particulièrement difficile sur des bateaux où la moindre erreur peut se payer au prix fort comme en témoigne la spectaculaire collision qui a impliqué les Japonais, 5e du classement général provisoire et les Anglais, disqualifiés dans la dernière manche pour avoir violemment heurté l’étrave tribord du catamaran volant de Nathan Outteridge à 16 secondes du départ de la troisième manche.

Un accident spectaculaire

Sir Ben Ainslie et son équipage n’ont tout simplement pas vu les Japonais sous le vent… Dans la violente collision, le foil bâbord du bateau anglais à violemment percuté l’étrave tribord du catamaran blanc et rouge et a littéralement coupé le flotteur en deux. Il n’y a heureusement pas eu de blessé, mais les dommages très importants pourraient bien signifier une sortie prématurée du Grand Prix de Sydney pour Nathan Outteridge. Un constat très frustrant pour celui qui avait remporté largement la deuxième manche du jour et affiché les meilleures vitesses au portant avec des pointes à plus de 42 nœuds !

Prise de confiance nécessaire pour les Français

Côté Français, cette première journée a été marquée par des départs plutôt réussis même si les résultats des trois premières manches du Grand Prix d’Australie restent à l’arrière du tableau (8e, 6e et 6e). « C’était une journée vraiment géniale. J’ai été impressionné par le nombre de bateaux spectateurs. On a l’impression qu’ils sont de plus en plus nombreux chaque jour ! C’est incroyable ! Côté départ, je ne voulais surtout pas partir de trop loin car le vent était assez irrégulier. Je ne voulais pas non plus prendre le risque de me trouver trop serré en bas de la layline. Par contre, il est vrai que cette position de contrôle devant le reste de la flotte rend difficiles les départs bien lancés. Il aurait fallu idéalement partir lancé d’un peu plus loin et trouver le moyen de voler rapidement pour doubler la flotte par derrière et trouver la route la plus directe vers la première bouée, je manque encore un peu de confiance pour tenter ce genre de stratégie. Côté manœuvre, je suis un peu déçu de ce que nous avons fait par rapport aux entraînements et côté vitesse, je pense que je dois encore travailler mes angles pour donner le bateau le plus facile possible à mes coéquipiers. Nous avions les grands foils aujourd’hui et je suis moins à l’aise avec eux qu’avec les petits. Cela demande énormément de précision et je dois m’améliorer de ce côté-là. Plus je gagnerai en contrôle et plus je serai confiant. Et plus je serai confiant, plus je pourrai me montrer suffisamment agressif pour jouer aux avant-postes », expliquait le jeune skipper de 29 ans Quentin Delapierre

Une dernière journée de compétition ventée pleine de promesses

Par chance, la brise de nord-est attendue demain devrait souffler aux alentours des 20 nœuds, ce qui sera synonyme pour toutes les équipes de recours aux petits foils. « Ces appendices moins volumineux poussent moins le bateau et sont plus faciles à lire pour l’équipage et pour moi, ce qui nous permet de donner un bateau beaucoup plus stable à Leigh McMillan, » ajoute le pilote français.

Pour Hélène Noesmoen, dont c’était la première journée de compétition au poste de tacticienne, « cette journée de confrontation réelle était beaucoup plus dense que les entraînements d’hier, du fait d’un parcours plus serré et de la proximité bien plus grande des bateaux entre eux ». Elle ajoutait à son retour à terre : « La difficulté pour moi est d’évaluer les distances, les accélérations et les décélérations des autres bateaux, ainsi que leurs trajectoires pour informer Quentin de la façon la plus pertinente possible ».
Il reste du chemin à parcourir pour cet équipage reformé depuis le dernier Grand Prix seulement. La brise attendue demain pourrait donner des ailes à l’équipage tricolore qui ne cesse de gagner en confiance. « Il va falloir que je me montre de plus en plus agressif. Pour cela, il faut que je gagne en confiance. C’est tout le travail que je suis en train de faire en ce moment », assurait Quentin Delapierre à son retour à terre.

CLASSEMENT GÉNÉRAL PROVISOIRE AUSTRALIA SAIL GRAND PRIX JOUR 1 (après 3 courses)

ESPAGNE / Phil Robertson / 21 points AUSTRALIE/ Tom Slingsby / 16 points ÉTATS-UNIS / Jimmy Spithill / 16 points DANEMARK / Nicolai Sehested / 14 points JAPON / Nathan Outteridge /10 points NOUVELLE – ZÉLANDE / Peter Burling / 9 points GRANDE-BRETAGNE / Ben Ainslie / 6 points FRANCE / Quentin Delapierre / 5 points

L’article Énorme collision à Sydney est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
88 lectures
0 commentaires

Nouvel Imoca sur plan Manuard cherche son skipper

Le chantier Black Pepper Yachts annonce la mise en construction officielle début janvier 2022, d’ un nouvel Imoca sur plan Manuard ; il s’agira de la version V3 si l’on considère que l’Occitane en Provence / Bureau Vallée était la V1 et Initiatives Cœur 4 la V2.
 
Ce bateau sera mis à l’eau  début 2023, et participera à toutes les courses d’avant saison au printemps 2023, puis à la Transat Jacques Vabre 2023, avant bien entendu de s’aligner au départ du Vendée Globe 2024.
 
A ce stade, le financement de la construction de ce bateau est assuré, en revanche le choix du skipper n’est pas encore arrêté. Cela porterait à 14 le nombre de nouveaux bateaux sur le prochain Vendée Globe 2024.

Lire la suite
180 lectures
0 commentaires

Géry TRENTESAUX nouveau Président de l’UNCL

A l’issue de l’assemblée générale de l’UNCL Géry TRENTESAUX été élu Président à la suite d’Anne de BAGNEAUX-SAVATIER.

Cette année, l’UNCL fêtait ses 50 ans ! 130 membres UNCL et leurs amis, ainsi que de nombreux navigateurs et d’éminentes personnalités, ont célébré les navigateurs talentueux, et les 50 ans du Club : Sabine ROUX de BÉZIEUX, Présidente de la Fondation de la Mer, Jimmy PAHUN, Député, Olivier POIVRE d’ARVOR, Ambassadeur des Pôles et des Enjeux maritimes, chargé par le Président de la République de l’organisation du One Ocean Summit, Francis VALLAT, Fondateur et Président d’honneur des Clusters maritime Français et Européen, Geoffroy ROUX de BÉZIEUX, Président du MEDEF, Richard KLABBERS, CIO de l’armement maritime SEVENSTAR, leader mondial du transport de yachts, et partenaire de l’UNCL, Jean-Luc DENÉCHAU, Président de la Fédération Française de Voile, James NEVILLE, Commodore du Royal Ocean Racing Club (RORC), le Capitaine de Vaisseau Philippe MINON, chef d’Etat-major du Centre d’Etudes Stratégiques de la Marine, Kyran O’GRADY, Commodore du Wicklow Sailing Club (Irlande) et nombre de navigateurs de renom !

Photo de famille très gaie de l’UNCL, du RORC et de SEVENSTAR dans les salons de l’Aéroclub de France !
La Présidente Anne de BAGNEAUX-SAVATIER introduisit la soirée en remerciant chaleureusement les personnalités, les membres UNCL et les navigateurs présents, puis rendit hommage au Président de la FFV Jean-Pierre CHAMPION, récemment disparu, lequel fut célébré en standing ovation, avant de céder la parole aux personnalités. Olivier POIVRE d’ARVOR, Francis VALLAT et Sabine ROUX de BEZIEUX demandèrent notamment à l’assistance de se mobiliser fortement pour la sauvegarde des océans !

Anne de BAGNEAUX-SAVATIER remercia vivement la société SEVENSTAR pour sa présence précieuse aux côtés de l’UNCL, avant de passer la parole à son successeur à la barre de l’UNCL, Géry TRENTESAUX, navigateur connu et apprécié de tous !

Ce diner fut exceptionnel, car l’UNCL célébrait son Jubilé !

Le Past-Président Philippe SERENON appela sur scène des personnalités de l’UNCL qui ont particulièrement contribué par leur action au développement de la course au large : Les anciens Présidents de l’UNCL, Jean-Louis FABRY et Pascal HEROLD, l’historique membre de l’UNCL Bernard DECRE, créateur du Tour de France à la Voile et Jimmy PAHUN, Député, navigateur de grand talent, animateur des plans d’eau, des pontons, comme des Dîners UNCL ! Ils commentèrent une série de photos extraites du livre édité par l’UNCL à l’occasion des 50 ans du Club.

Lors de la remise des prix, Thomas RUYANT se vit remettre par sa marraine, Sabine ROUX de BÉZIEUX le trophée AILE NOIRE pour sa victoire sur la Transat Jacques Vabre en Imoca. Certains récipiendaires, bien que non présents, ont reçu leur prix par vidéo, comme les coureurs du Vendée Globe, Yannick BESTAVEN, vainqueur du Vendée Globe, après redressement de temps, qui recevait le Trophée PROWAY créé par Patrice Roynette, et Charlie DALIN, qui fut le premier à franchir la ligne d’arrivée, qui recevait le Trophée UNCL Courses OPEN !

Moment émouvant lorsque Jean-Michel CARPENTIER, qui participa à la première course autour du monde, remit à son fils Antoine CARPENTIER, le prix UNCL du vainqueur de la Transat Jacques Vabre en Class 40 !

Geoffroy ROUX de BÉZIEUX remit le Trophée VARUNA (Dieu de la Mer en Sanskrit !), à chacun de trois entrepreneurs engagés : Alexandre FAYEULLE (ADVENS), Matthias NAVARRO (REDMANN), Philippe REY-GORREZ (TEAMWORK). Ce Trophée VARUNA récompense les sponsors et mécènes qui permettent à la France d’être un leader mondial de la course océanique.

Les vainqueurs des courses IRC des façades Manche-Atlantique et Méditerranées furent célébrés, et en particulier les « Minots de la Nautique », tout jeune équipage de 20 ans de moyenne d’âge, de la Société Nautique de Marseille, leur club, qui a su détecter le talent de ses jeunes, et leur confier un bateau de qualité, pour une saison remarquable !

La DRHEAM cup, qui se déroulera l’été prochain en Manche et en Atlantique fut mise à l’honneur, ainsi que la SEVENSTAR Round Ireland Race, organisée par le club de Wicklow, épreuve qui est particulièrement exigeante !

Lire la suite
165 lectures
0 commentaires

Class40. Antoine Carpentier remporte le Championnat Class40 2021

Suite à sa récente victoire sur la Transat Jacques Vabre, Antoine Carpentier remporte le Championnat Class40 2021, concluant ainsi une splendide saison, riche en podiums et victoires à bord de son Mach40.4 aux couleurs du promoteur immobilier Redman.

Le choix du Mach40.4
Après des années en tant qu’équipier recherché, deux brèves expériences à la tête de son propre projet (Tour Voile 2015 et Route du Rhum 2018) et des années de collaboration étroite avec les différents acteurs techniques de la course au large et en particulier ceux de sa région, lorsque son partenaire principal le soutient dans la construction de son propre bateau, le skipper trinitain opte sans hésiter pour le Mach40.4, du chantier trinitain JPS Production. Potentialisé par Technique Voile et les différents partenaires techniques, pour la plupart morbihannais, le choix se révèle plus que payant comme le démontrent les résultats de la saison.

7 épreuves, 6 podiums, 3 victoires et le Championnat Class40 à la clé
Sur sept épreuves courues depuis la mise à l’eau du bateau en septembre 2020, Antoine et ses équipiers grimpent à six reprises sur le podium et arrachent trois victoires, pour la plupart au terme d’une lutte sans relâche et serrée de bout en bout.
Après un premier podium dans la foulée de la mise à l’eau, le skipper morbihannais souhaite fiabiliser sa monture en course transatlantique dès le mois de janvier, avec la Transat du Royal Ocean Racing Club, puis enchaine les courses en équipage et en double afin de poursuivre son optimisation, cumulant ainsi expériences et milles. Il lui faut attendre Les Sables Horta-Les Sables, courue en duo avec le Hyérois Mikael Mergui, pour savourer sa première victoire. En gagnant la 40’ Malouine avec Pablo Santurde del Arco, avec qui il termine troisième de la CIC Normandy Channel Race 2021, il remporte le Trophée Européen Class40 et confirme ses ambitions de gagne sur l’épreuve phare de la saison : la Transat Jacques Vabre.

Malgré la pression de compter parmi les favoris de cette dernière, tant pour l’avoir remportée à deux reprises lors des deux éditions précédentes (en 2017 sur le Class40 de Maxime Sorel et en 2019 sur le Multi50 de Gilles Lamiré) que pour le niveau soutenu de préparation et d’entraînement tout au long de l’année, Antoine écrit une incroyable histoire en la rafflant à nouveau, épaulé par l’excellent Pablo Santurde del Arco, équipier incontournable du circuit Class40. Au delà du triplé historique, cette victoire permet au Trinitain de remporter le Championnat Class40 2021, consacrant ainsi une année aux résultats constants et dans le haut des classements.

Objectif Route du Rhum
L’objectif à présent ? La Route du Rhum, dont le départ est prévu dans moins d’un an. Il la courra pour la seconde fois et toujours sous les couleurs de son partenaire principal, Redman. Malgré ce palmarès prometteur, Antoine et son équipe se consacrent pourtant aujourd’hui à une priorité absolue : la recherche des co-partenaires pour mener à bien cette nouvelle saison. En effet, outre un programme complet de courses qu’il souhaite mener à bien, le skipper désire optimiser encore davantage sa monture et la faire entrer en chantier dès début 2022 et ce, afin de tenir tête aux bateaux toute dernière génération qui seront nombreux.

Lire la suite
104 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions