• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme

La belle réaction de Normandy Elite Team

Les équipages du Tour Voile ont pris part ce dimanche au quatrième ralliement de cette édition 2021 entre Châtelaillon-Plage et Royan. Au terme d’un parcours de 57 milles nautiques à travers l’archipel charentais et d’un intense duel en tête de flotte, c’est l’équipage d’Helvetia Blue by Normandy Elite Team qui s’impose, conservant ainsi sa première place au classement général. Troisième de l’épreuve du jour, Groupe Atlantic manque l’opportunité de stopper la suprématie normande qui dure depuis la première journée de régates dunkerquoises. L’équipage 100% féminin d’Helevetia Purple by Normandy Elite Team signe la belle opération du jour dans la course au podium et à la Super Finale de Serre-Ponçon en décrochant la deuxième place.

C’est dans un flux de nord-est de 10-12 nœuds que le comité de course a libéré les dix équipages en lice dès 11h lançant ainsi le quatrième et dernier ralliement du Tour Voile 2021 entre Châtelaillon-Plage et Royan. D’entrée de jeu, l’angle de vent portant a contraint les Diam24 OD à louvoyer le long de l’île d’Aix pour rejoindre la première marque de parcours mouillée au pied du mythique Fort Boyard.

Entame de course à rebondissements

Après un début de ralliement difficile avec un passage de la bouée de dégagement en avant dernière position, Helvetia Blue by Normandy Elite Team tente une option au plus proche de l’île d’Aix. Inspirés, les Normands reviennent ainsi du diable vauvert et signent une remontée de flotte spectaculaire. L’équipage mené par Jules Ducelier enroule la première marque de parcours de Fort Boyard en tête, au nez et à la barbe de Groupe Atlantic qui, dans la lignée de ses dernières performances, avait réalisé une entame de ralliement presque parfaite.

Contournement d’Oléron, deuxième plus grande île française métropolitaine

Dans des conditions estivales, les marins ont enroulé le Fort Boyard, ancienne prison datant du début du 19e siècle. Le bâtiment était à laisser à tribord avant d’entamer un long bord sous gennaker jusqu’à la pointe nord de l’île d’Oléron et le phare de Chassiron, plus ancien phare de France encore en activité après celui de Cordouan. Une fois les marques de parcours d’Antioche et Chassiron laissées à bâbord, Helvetia Blue by Normandy Elite Team, Groupe Atlantic et Helvetia Purple by Normandy Elite Team sont les premiers équipages à entamer la descente vers l’embouchure de la Gironde.

Helvetia Blue by Normandy Elite Team résiste à la pression

Toujours sous gennaker et sous bonne allure d’une petite quinzaine de nœuds, la flotte s’est étirée le long de la côte ouest oléronnaise. Excellent lorsqu’il s’agit de faire de la vitesse, Groupe Atlantic est revenu fort derrière pour mettre la pression sur Helvetia Blue by Normandy Elite Team. Seulement quatre petites minutes d’écart séparaient les deux grands animateurs de cette édition 2021 au moment de passer la cardinale sud N°6, marque de parcours symbolisant l’entrée dans l’embouchure de la Gironde. Le match pour la victoire était intense et l’issue incertaine. Pour conclure ce dernier ralliement du Tour Voile 2021, les marins ont dû traverser l’embouchure de la Gironde au près, de la pointe de Grave à Royan.

Sur ces derniers milles de course, Helvetia Blue by Normandy Elite Team, Groupe Atlantic et Helvetia Purple by Normandy Elite Team se sont livrés un finish soutenu bord-à-bord. Alors que les Diam24 OD avaient déjà cinq heures de courses dans les dérives et que la chaleur devenait écrasante, les équipages ont dû rester concentrés jusqu’à la dernière seconde. C’est finalement le trio Jules Ducelier, Theau Guicher et Pierrick Letouzé, auteurs de virements de bord parfaitement enchaînés, qui s’est imposé à Royan et décroche une victoire précieuse. Après les cinq victoires consécutives de Groupe Atlantic, revenu à un petit point hier au classement général, Helvetia Blue by Normandy Elite Team a su réagir au bon moment et conserve ce soir son leadership. Les filles d’Helvetia Purple by Normandy Elite Team signent l’autre bonne opération du jour en empochant la deuxième place et en confortant leur quatrième position au général. Une performance qui permet à Pauline Courtois, Lola Billy, Maëlenn Lemaitre et Margaux Billy de remonter à un point de la troisième marche du podium.

Peu de répit pour les dix équipages, qui dès demain, et pour la première journée de régates royannaises s’affronteront sur une série de parcours construits.

CLASSEMENT GÉNÉRAL (AVANT JURY)

Helvetia Blue by Normandy Elite Team – Clément Michel : 29 pts Groupe Atlantic – Clément Cron : 32 pts Royan Atlantique – Gaultier Tallieu : 57 pts Helvetia Purple by Normandy Elite Team – Pauline Courtois : 58 pts BE. Brussels – Kidibul powered by Flying Frogs – Arnaud Vasseur : 62 pts Dunkerque Voile – Louis Lengagne : 96 pts Team Jeune Sud – Oscar Pean : 108 pts Normandy Youth – Noe Ackermann : 114 pts Imagine for Margo – Margot Vennin : 132 pts Emile – Benjamin Sternberg : 137 pts

L’article La belle réaction de Normandy Elite Team est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
18 lectures
0 commentaires

Alexis Loison : « J’ai toujours été le premier fan du Figaro »

Agé de bientôt 37 ans, Alexis Loison disputera dans un mois sa 16e Solitaire du Figaro consécutive, ce qui fera de lui le marin le plus expérimenté au départ. Une Solitaire qu’il a préparée différemment cette année, avec un projet de transmission de son Figaro Beneteau 3 Région Normandie à Guillaume Pirouelle (27 ans). Avant de s’élancer sur la Solo Guy Cotten mercredi, le Cherbourgeois évoque avec Tip & Shaft sa saison, ses ambitions et son avenir.

Tu as essentiellement navigué en double depuis le début de la saison, quel est ton regard sur ces résultats ?
Ils sont satisfaisants. L’association avec Guillaume a bien fonctionné, puisque nous avons été réguliers autour de la 5e place [6e de la Sardinha Cup, 5e de la Transat Concarneau-Saint-Barth et du Tour de Bretagne, NDLR]. Il faut rappeler qu’il y a trois mois, il n’avait encore jamais passé une nuit en mer ni quasiment touché à des bateaux de ce type, puisqu’il vient du dériveur et du Diam 24. Je l’avais d’ailleurs repéré il y a quelques années, il était venu faire un Tour de France en M34, il n’avait alors jamais barré un habitable de sa vie et il tenait tête sans aucun complexe aux ténors de la classe. Là, il s’est adapté très vite au Figaro, qui est finalement un bon mixte de nos deux expériences, c’est de la régate au contact sur du large, nous avons tout de suite été assez complémentaires. Et comme il est ingénieur de formation, il a en plus une approche assez cartésienne qui a bien matché avec la mienne, plus au feeling. C’est quelqu’un de très rigoureux, mais également de très curieux, il se pose beaucoup de questions, cherche toujours à comprendre, propose des réglages… Il m’a apporté un regard nouveau, de la fraîcheur et de la jeunesse. Et il est très attachant.

Comment vous êtes-vous retrouvés dans ce projet de transmission ?
Je suis vraiment à l’initiative de cette proposition. Normalement, mon contrat devait se terminer l’année dernière et je devais tout bonnement être remplacé. Il se trouve que la région était un peu inquiète sur le fait de confier le bateau à un jeune novice en Figaro. Il faut comprendre que la première année en Figaro est souvent extrêmement dure à digérer, parce que tout est nouveau et que tu ne fais pas que du bateau : il faut gérer le projet dans son ensemble, ça passe par le sportif, mais aussi le préparateur, la commande du matériel, les fournisseurs, les partenaires, la communication… Tout ça dans un calendrier chargé, ça fait beaucoup pour une première année. Donc j’ai proposé à la région d’accompagner Guillaume un an de façon à qu’il ait un fil conducteur l’année prochaine. Ils ont adhéré au projet, du coup, ils n’auront souci à se faire en 2022, Guillaume saura à la fois faire du Figaro et gérer un projet. Et s’il sera bizuth sur la Solitaire, il aura déjà une Transat en double, une Sardinha Cup et un Tour de Bretagne dans les pattes, plus l’avant-saison, donc il sera un bizuth à surveiller !

 « Ma série va s’arrêter à 16 »

 Place désormais à une deuxième partie de saison en solitaire, tu vas disputer ta 16e Solitaire de suite, seuls deux marins en ont fait plus consécutivement, Jean-Paul Mouren (25) et Gildas Morvan (20), ça t’inspire quoi ?
Justement, on se posait la question récemment lors du Tour de Bretagne ! Ce que ça m’inspire, c’est que je suis le premier fan de cette série et je l’ai toujours été. Quand j’avais 10 ans, je disais à mes parents que je voulais faire ça, je lisais toutes les histoires de la Solitaire, je suis capable de te sortir tous les anciens vainqueurs ! Un jour, j’ai eu l’opportunité de la faire, et derrière, j’ai toujours eu la chance d’avoir des partenaires qui m’ont suivi. Il y a eu des années très dures avec peu de moyens, mais je me suis accroché, parce que c’est le circuit où je me retrouve complètement. Avec des bateaux à armes égales, tu ne peux pas chercher d’excuse, ça te force à te remettre en question en permanence, le deal, c’est de se servir du même outil mieux que les autres. Et je m’éclate complètement dans ce format de trois-quatre jours en mer.

Tu n’as jamais ressenti d’usure ?
Non, d’autant que pendant longtemps, comme j’avais de petits moyens, je n’ai pas fait des saisons complètes : ma première Transat AG2R ne date que de 2016, et ça faisait déjà dix ans que j’étais sur le circuit. Le nouveau bateau a aussi aidé, on avait un peu fait le tour du Figaro 2, le fait d’avoir un nouveau jouet a relancé l’intérêt. Maintenant, la série consécutive va s’arrêter à 16 : même s’il n’y a pas de lassitude, je pense que j’ai besoin d’aller voir autre chose l’année prochaine, donc je ne ferai pas la Solitaire. Par contre, je ne m’arrêterai pas à 16 participations.

Après 15 participations, tu n’est toujours pas monté sur podium, que te manque-t-il ?
Pendant longtemps, j’ai été sur le podium à mi-course et ça se goupillait mal à la fin. Par exemple il y a deux ans, j’aurais pu jouer le podium, mais au final, j’ai préféré attaquer sur la dernière étape en me disant qu’il y avait une opportunité de gagner et de déstabiliser Yoann (Richomme), ça n’a pas marché. J’ai sans doute parfois eu un caractère un peu trop joueur, mais ça se joue à tellement rien, une Solitaire, qu’il est difficile de savoir ce qui manque. Peut-être que ma préparation un peu différente va payer cette année, mais ce que j’ai appris en quinze participations, c’est qu’il ne faut pas trop faire de plans sur la comète ni trop regarder les résultats d’avant-saison. Là, quand tu regardes le plateau, il y a quasiment la moitié de la flotte qui peut gagner la Solitaire, j’estime en faire partie.

« La Jacques Vabre en Class40 avec Nicolas Jossier »

Vas-tu participer au Fastnet d’ici là ?
Oui, avec Guillaume en JPK 1030. Jean-Pierre (Kelbert, patron du chantier JPK) me prête Léon, le bateau avec lequel on a gagné la dernière fois en double et en IRC3. Dans la catégorie qu’on vise, le double, je sais qu’il y a pas mal d’équipages anglais qui se sont préparés pour cet objectif, comme Dee Caffari (avec James Harayda), Henry Bomby (avec Shirley Robertson), je l’ai gagné quatre fois sur cinq en double, on m’a dit que c’était le record, si je pouvais en remettre une petite couche, je ne me gênerais pas. Ce n’est pas très longtemps avant la Solitaire, mais ça va m’éviter de gamberger dessus et mon préparateur mental m’a dit de prendre ça comme un échauffement, alors je vais aller m’échauffer sur le Fastnet !

Le parcours change avec une arrivée chez toi, à Cherbourg, quelle différence par rapport à un finish à Plymouth ?
J’ai entendu beaucoup de gens qui râlaient en disant que le Fastnet devenait une course de passages à niveau, mais j’ai toujours considéré que c’était la course de passages à niveau par excellence, je ne sais pas combien il y en a sur la course, le Raz Blanchard n’en sera qu’un de plus. Par contre, ça rajoute quand même une centaine de milles et peut-être des options un peu plus tranchées entre le Fastnet et Cherbourg. Avant, on passait le long des Scilly et on mettait le clignotant à gauche, là, on aura plus le choix entre longer les côtes sud anglaises, les côtes nord bretonnes ou passer au milieu, ça va ouvrir pas mal le jeu.

Te verra-t-on également sur la Transat Jacques Vabre ?
Oui, en Class40 avec Nicolas Jossier sous les couleurs du département de la Manche. Je suis super content, parce qu’on est très bons amis et que nous avons un bon bateau qui n’est ni plus ni moins que le vainqueur du dernier Rhum avec Yoann Richomme. Il y a un superbe plateau dans cette série, on s’attend à une super bagarre face à tous les nouveaux scows qui ont l‘air assez incroyables, mais on a vu sur le dernier Vendée Globe que ce n’étaient pas forcément les dernières machines qui gagnaient, donc pourquoi pas ?

Et l’année prochaine ?
C’est plus flou. J’ai forcément des envies de Vendée Globe, je mettrais aussi bien un pied dans cette Class40 qui se développe beaucoup. Sinon, je suis ouvert à toute proposition, j’ai usé beaucoup de cirés en Figaro, j’en userais bien sur d’autres supports, je ne suis pas inquiet sur le fait qu’il y aura de jolies opportunités de naviguer. A l’image de ce que fait Antho (Anthony Marchand) en Ultim (sur Actual) : il a dit haut et fort qu’il avait envie de faire le Vendée Globe, comme il ne trouve pas les partenaires pour l’instant, il navigue ailleurs, ça lui permet de se faire connaître. Mais pour l’instant, je n’ai rien enclenché, déjà parce que j’ai été beaucoup sur l’eau, ensuite, parce que j’évite de m’éparpiller, je veux rester concentré sur l’objectif Solitaire.

Photo : Alexis Courcoux

L’article Alexis Loison : « J’ai toujours été le premier fan du Figaro » est apparu en premier sur Tip & Shaft.

Lire la suite
23 lectures
0 commentaires

SailGP. Belle prestation des Français, 2e à Plymouth

Quand les Français sont dans le match, forcément les régates sont plus belles à regarder. Finalistes après 5 belles courses régulières courues ce week end à Plymouth, l’équipe de Billy Besson fini 2e à quelques encablures de Team Australia.

Les équipiers de Tom Slingsby et de Billy Besson se sont battus jusqu’au bout pour remporter le titre, offrant au passage une finale palpitante. Samedi déjà, après trois manches disputées dans les vents légers (8/9 nœuds), les deux équipes rentrent à terre ex-æquo en points, très bien placées derrière les leaders Américains de James Spithill. Dimanche, dans les mêmes conditions, le triumvirat devait confirmer sa position pour pouvoir prétendre à la finale. Mais tout n’a pas été simple, la plupart des teams étant en mesure de se qualifier à l’issue de la 4e manche. Il a donc fallu attendre la 5e et dernière régate pour connaître la composition du brelan d’as…

La finale a été à l’image de ces chassés croisés : un vrai corps à corps et de multiples changements de leaders. Les Australiens prennent le meilleur départ, mais le trio est au contact et ce sont les Américains qui passent la première porte sous le vent en tête, talonnés par leurs deux rivaux. Dans le premier bord de près, les trois bateaux restent très proches et il suffit d’une manœuvre approximative des Australiens à l’empannage, doublée d’une belle tactique des Français (approche de la marque en tribord, prioritaires) pour que ces derniers prennent l’avantage. Billy Besson et ses hommes gardent la main dans le bord suivant, au portant. Après de nombreux croisements au contact, ils laissent les commandes à Slingsby dans l’ultime louvoyage. Ces derniers franchissent en vainqueurs la ligne d’arrivée… pour quelques longueurs seulement. Une belle revanche au regard de leur dernière place en Italie.

Billy Besson : « On est super heureux de notre progression »

« A bord, nous étions bien concentrés et c’était cool. On aurait aimé faire un meilleur départ et partir avec plus de vitesse, mais c’est la loi des finales, on s’embarque souvent avec un autre bateau (les Américains en l’occurrence). Sur le dernier bord de près, on se fait dépasser notamment à cause d’un problème d’afficheur qui nous calcule mal la layline. Mais on est super heureux de notre progression. On s’aperçoit qu’on a les capacités techniques pour pouvoir jouer en finale, » commente un Billy Besson ravi à son retour à terre.

Avec deux accessions en finale sur trois actes (3e aux Bermudes, 2e en Angleterre) et une 3e place au classement général provisoire, les Français font désormais partie des équipes dangereuses de SailGP.
On est loin de la phase d’apprentissage de la saison 1. Pourtant, rien n’est facile sur l’eau. Entre Tarente (ils terminent avant-derniers) et Plymouth, les tricolores ont su se remettre en cause, mettre le doigt sur leurs lacunes et renverser la vapeur. « Sur tous les départs, on en n’a loupé qu’un seul. On a fait l’inverse de l’Italie, explique Billy. Et faire de bons départs, on sait que c’est ultra important et que c’est ultra compliqué… Alors je suis très content ! On commence à sentir une cohésion dans le groupe, je suis hyper fier de tout le monde, tout le monde a bossé dans le bon sens. On s’aperçoit qu’il ne faut jamais s’arrêter de travailler. Tu ne peux pas te reposer sur tes lauriers sur ce circuit. Le bateau le demande et le niveau des équipes le demande. Il faut rester appliqué, humble, et poursuivre nos efforts pour le prochain Grand Prix (Danemark 20-21 août) ».

Pas prophètes en leur pays

Devant son public venu nombreux assister aux courses sur la pelouse immaculée du front de mer de Plymouth, l’équipage Britannique n’a pas fait briller les couleurs de l’Union Jack autant qu’il l’aurait souhaité (4e). Même si Paul Goodison, remplaçant de Ben Ainslie depuis deux événements, remporte joliment la dernière manche, il leur a manqué quelques points pour aller jusqu’au bout. Leur bonne régularité sur les trois actes leur permet néanmoins de se classer 2e au général, à égalité de points avec les nouveaux leaders australiens.

Ces derniers s’emparent de la place jusque-là occupée par les Espagnols. A Plymouth, les ibériques ont été disqualifiés de la manche 3. C’est la première fois depuis le lancement de SailGP, qu’un concurrent est sanctionné par cette règle mise en place par le jury pour éviter les collisions et les accidents. Trop téméraires au moment du départ, Phil Robertson et ses hommes ont forcé le passage, obligeant les Américains à s’écarter pour éviter l’impact.

Ce type d’incident montre le degré d’intensité avec lequel les huit équipes abordent ce moment crucial de la course. Et tout porte à croire que ce niveau de tension va monter encore au fil de la saison.

Un autre classement dans le classement

France SailGP Team signe donc ce dimanche à Plymouth un beau podium sportif mais désormais c’est une autre course dans la course qui débute : celle de l’Impact League !
Mercredi dernier, SailGP lançait officiellement son initiative unique dans le monde du sport, qui consiste à créer un championnat dans le championnat basé sur l’impact environnemental et sociétal des équipes engagées. Les Français sont actuellement sixièmes au classement général provisoire de l’Impact League après deux épreuves. SailGP communiquera prochainement le classement « développement durable » de l’événement de Plymouth. Les équipes seront jugées entre autres sur 10 critères précis pour un total de 200 points. Parmi eux : l’engagement et la mise en place d’une stratégie de réduction d’impact, la technologie et l’innovation, les opérations sur l’eau, le merchandising, l’utilisation du plastique et la gestion des déchets, la logistique, l’alimentation, la collaboration, la diversité et l’engagement.

GREAT BRITAIN SAIL GRAND PRIX I PLYMOUTH
1 – AUSTRALIA – Tom Slingsby – 27 points
2 – FRANCE – Billy Besson – 26 points
3 – UNITED STATES – Jimmy Spithill – 25 points
4 – GREAT BRITAIN – Paul Goodison – 22 points
5 – DENMARK – Nicolai Sehested – 21 points
6 – JAPAN – Nathan Outteridge – 19 points
7 – NEW ZELAND – Arnaud Psarofaghis – 19 points
8 – SPAIN – Phil Robertson – 18 points

CHAMPIONNAT SAILGP SAISON 2 APRÈS 3 ÉPREUVES
1 – AUSTRALIA – Tom Slingsby – 22 points
2 – GREAT BRITAIN – Ben Ainslie – 22 points
3 – FRANCE – Billy Besson – 21 points
4 – UNITED STATES – Jimmy Spithill – 19 points
5 – JAPAN – Nathan Outteridge – 19 points
6 – SPAIN – Phil Robertson – 19 points
7 – DENMARK – Nicolai Sehested – 17 points
8 – NEW ZELAND – Peter Burling – 17 points

Lire la suite
21 lectures
0 commentaires

Slingsby et les australiens s'imposent sur le SailGP à Plymouth, les Français montent sur la seconde marche du podium

Billy Besson et ses hommes décrochent la 2e marche du podium du Great Britain Sail GP à Plymouth ce dimanche 18 juillet. Au classement du championnat SailGP saison 2, Billy Besson et son équipe sont troisièmes sur huit équipes nationales. Classement.

image

Crédit : RPinto


GREAT BRITAIN SAIL GRAND PRIX I PLYMOUTH

1 - AUSTRALIA - Tom Slingsby - 27 points
2 - FRANCE - Billy Besson - 26 points
3 - UNITED STATES - Jimmy Spithill - 25 points
4 - GREAT BRITAIN - Paul Goodison - 22 points
5 - DENMARK - Nicolai Sehested - 21 points
6 - JAPAN - Nathan Outteridge - 19 points
7 - NEW ZELAND - Arnaud Psarofaghis - 19 points
8 - SPAIN - Phil Robertson - 18 points

CHAMPIONNAT SAILGP SAISON 2 APRÈS 3 ÉPREUVES

1 - AUSTRALIA - Tom Slingsby - 22 points
2 - GREAT BRITAIN - Ben Ainslie - 22 points
3 - FRANCE - Billy Besson - 21 points
4 - UNITED STATES - Jimmy Spithill - 19 points
5 - JAPAN - Nathan Outteridge - 19 points
6 - SPAIN - Phil Robertson - 19 points
7 - DENMARK - Nicolai Sehested - 17 points
8 - NEW ZELAND - Peter Burling - 17 points

Source : V Bouchet

Lire la suite
23 lectures
0 commentaires

Début de ralliement difficile ce dimanche, Helvetia Blue by Normandy Elite Team s’impose, Groupe Atlantic troisième

Les équipages du Tour Voile ont pris part ce dimanche au quatrième ralliement de cette édition 2021 entre Châtelaillon-Plage et Royan. Au terme d’un parcours de 57 milles nautiques à travers l’archipel charentais et d’un intense duel en tête de flotte, c’est l’équipage d’Helvetia Blue by Normandy Elite Team qui s’impose, conservant ainsi sa première place au classement général. Troisième de l’épreuve du jour, Groupe Atlantic manque l’opportunité de stopper la suprématie normande qui dure depuis la première journée de régates dunkerquoises. L’équipage 100% féminin d’Helevetia Purple by Normandy Elite Team signe la belle opération du jour dans la course au podium et à la Super Finale de Serre-Ponçon en décrochant la deuxième place.

image

Crédit : JM Liot 

C’est dans un flux de nord-est de 10-12 nœuds que le comité de course a libéré les dix équipages en lice dès 11h lançant ainsi le quatrième et dernier ralliement du Tour Voile 2021 entre Châtelaillon-Plage et Royan. D’entrée de jeu, l’angle de vent portant a contraint les Diam24 OD à louvoyer le long de l’île d’Aix pour rejoindre la première marque de parcours mouillée au pied du mythique Fort Boyard. Entame de course à rebondissements Après un début de ralliement difficile avec un passage de la bouée de dégagement en avant dernière position, Helvetia Blue by Normandy Elite Team tente une option au plus proche de l’île d’Aix. Inspirés, les Normands reviennent ainsi du diable vauvert et signent une remontée de flotte spectaculaire. L’équipage mené par Jules Ducelier enroule la première marque de parcours de Fort Boyard en tête, au nez et à la barbe de Groupe Atlantic qui, dans la lignée de ses dernières performances, avait réalisé une entame de ralliement presque parfaite. Contournement d’Oléron, deuxième plus grande île française métropolitaine Dans des conditions estivales, les marins ont enroulé le Fort Boyard, ancienne prison datant du début du 19e siècle. Le bâtiment était à laisser à tribord avant d’entamer un long bord sous gennaker jusqu’à la pointe nord de l’île d’Oléron et le phare de Chassiron, plus ancien phare de France encore en activité après celui de Cordouan. Une fois les marques de parcours d’Antioche et Chassiron laissées à bâbord, Helvetia Blue by Normandy Elite Team, Groupe Atlantic et Helvetia Purple by Normandy Elite Team sont les premiers équipages à entamer la descente vers l’embouchure de la Gironde. Helvetia Blue by Normandy Elite Team résiste à la pression Toujours sous gennaker et sous bonne allure d’une petite quinzaine de nœuds, la flotte s’est étirée le long de la côte ouest oléronnaise. Excellent lorsqu’il s’agit de faire de la vitesse, Groupe Atlantic est revenu fort derrière pour mettre la pression sur Helvetia Blue by Normandy Elite Team. Seulement quatre petites minutes d’écart séparaient les deux grands animateurs de cette édition 2021 au moment de passer la cardinale sud N°6, marque de parcours symbolisant l’entrée dans l’embouchure de la Gironde. Le match pour la victoire était intense et l’issue incertaine. Pour conclure ce dernier ralliement du Tour Voile 2021, les marins ont dû traverser l’embouchure de la Gironde au près, de la pointe de Grave à Royan.
Sur ces derniers milles de course, Helvetia Blue by Normandy Elite Team, Groupe Atlantic et Helvetia Purple by Normandy Elite Team se sont livrés un finish soutenu bord-à-bord. Alors que les Diam24 OD avaient déjà cinq heures de courses dans les dérives et que la chaleur devenait écrasante, les équipages ont dû rester concentrés jusqu’à la dernière seconde. C’est finalement le trio Jules Ducelier, Theau Guicher et Pierrick Letouzé, auteurs de virements de bord parfaitement enchaînés, qui s’est imposé à Royan et décroche une victoire précieuse. Après les cinq victoires consécutives de Groupe Atlantic, revenu à un petit point hier au classement général, Helvetia Blue by Normandy Elite Team a su réagir au bon moment et conserve ce soir son leadership. Les filles d’Helvetia Purple by Normandy Elite Team signent l’autre bonne opération du jour en empochant la deuxième place et en confortant leur quatrième position au général. Une performance qui permet à Pauline Courtois, Lola Billy, Maëlenn Lemaitre et Margaux Billy de remonter à un point de la troisième marche du podium.
Peu de répit pour les dix équipages, qui dès demain, et pour la première journée de régates royannaises s’affronteront sur une série de parcours construits. CLASSEMENT GÉNÉRAL (AVANT JURY) Helvetia Blue by Normandy Elite Team - Clément Michel : 29 pts
Groupe Atlantic - Clément Cron : 32 pts
Royan Atlantique - Gaultier Tallieu : 57 pts
Helvetia Purple by Normandy Elite Team - Pauline Courtois : 58 pts
BE. Brussels - Kidibul powered by Flying Frogs - Arnaud Vasseur : 62 pts
Dunkerque Voile - Louis Lengagne : 96 pts
Team Jeune Sud - Oscar Pean : 108 pts
Normandy Youth - Noe Ackermann : 114 pts
Imagine for Margo - Margot Vennin : 132 pts
Emile - Benjamin Sternberg : 137 ptsSource : Effets mer
Lire la suite
24 lectures
0 commentaires

34 skippers à l’assaut de La Solitaire du Figaro

La 52e édition, qui s’élancera depuis Saint-Nazaire le 22 août prochain, promet un sacré spectacle. Tout au long des 2400 miles à parcourir, les 34 skippers inscrits donneront tout pour briller. Parmi eux, 12 bizuths tenteront l’aventure pour la première fois alors que 5 navigatrices y prendront part avec enthousiasme.
Le sommeil y est rare mais la lucidité se doit d’être toujours au paroxysme et le courage, comme l’audace, y sont si souvent récompensés. La Solitaire du Figaro, c’est l’assurance d’une bataille toujours intense qui en fait une course de légende. Son palmarès en est la meilleure illustration : cette école de l’excellence est un passage obligé pour rêver plus grand et s’ouvrir les portes d’une carrière en course au large.

5 anciens vainqueurs d’étapes, 12 bizuths

Avec 12 bizuths, cette 52e édition de l’histoire démontre à nouveau le pouvoir d’attraction de la Solitaire du Figaro. Si 5 anciens vainqueurs d’étapes seront présents – Fabien Delahaye, Éric Peron, Alexis Loison, Gildas Mahé et Xavier Macaire – il n’y a pas d’anciens lauréats de la course. « Ce sera particulièrement intéressant car ça peut permettre à la relève de se montrer. Même si les cadors de la série sont là, cela devrait être très serré », décrypte le directeur de course, Francis Le Goff.

À leurs côtés, 12 bizuths – dont le plus performant remportera le trophée Eric Ingouf, qui récompense le vainqueur du classement Bénéteau des bizuths – sont attendus sur la ligne de départ. Ce nombre reste néanmoins à confirmer à l’issue de la Solo Concarneau. « Certains bizuths doivent en effet la terminer pour se qualifier à la Solitaire du Figaro, explique Francis Le Goff, le directeur de course. Ce n’était pas évident pour eux de se qualifier car il y a eu beaucoup plus de courses en double cette saison qu’en solo ». Par ailleurs, la course comptera 5 navigatrices, démontrant la vitalité de la classe Figaro Bénéteau en matière de mixité. De plus, 8 nationalités seront représentées : ces marins se disputeront le Vivi Trophy qui récompensera le meilleur skipper étranger.

Un parcours propice aux retournements de situation

Dès le 22 août, place aux premières explications. Au programme des skippers : quatre étapes particulièrement exigeantes, des escales à Saint-Nazaire, Lorient, Fécamp, Baie de Morlaix et des points de passage prestigieux à La Corogne (étape 1), à l’île de Wight et Saint Gowen (étape 3) ainsi qu’aux îles Scilly et au phare du Fastnet (étape 4). Ce parcours, de plus de 2 400 milles, s’annonce donc particulièrement corsée, délicat techniquement et propice à de nombreux retournements de situation. Surtout, il garantit un engagement de chaque instant qui poussera chaque participant à tenir bon, à se dépasser et à tout donner. « Le parcours va assurément renforcer le suspense, confie Francis Le Goff. Si l’étape 2 est hargneuse, les autres obligent à tenir longtemps à un bon rythme, à s’attacher à avoir une bonne moyenne sur le temps long. C’est ce qui va renforcer l’attractivité de la course ! ».

Le département de Loire Atlantique à la fête

Fidèle à son histoire, la Solitaire du Figaro s’ancre dans ces territoires qui l’accueille et qui sont résolument tournés vers l’océan. La ville de Saint-Nazaire, Lorient Agglomération, la ville de Fécamp, la CCI métropolitaine Bretagne Ouest Morlaix et la Région Bretagne se sont ainsi mobilisés pour la tenue de l’événement. L’organisateur, OC Sport Pen Duick, se réjouit également de l’implication du département de Loire-Atlantique en tant que partenaire majeur de la Solitaire du Figaro pour les six prochaines éditions.

La course s’ancre ainsi sur ce territoire résolument tourné vers la mer et l’avenir, se réjouit Hervé Favre, CEO d’OC Sport Pen Duick. Cet engagement témoigne de l’ambition maritime très forte de la Loire Atlantique et de ses partenaires. C’est une grande première en plus de 50 ans d’histoire de la course et nous en sommes ravis ! » Le décor est posé, les acteurs sont prêts à entrer sur scène et le compte à rebours est lancé : le spectacle iodé, intense et chargé d’émotions est attendu avec impatience. Lever de rideau le mercredi 18 août prochain pour l’ouverture à Saint-Nazaire du village du Grand Départ.

Ils ont dit

Jean-Luc Séchet, Vice-président du département à l’agriculture, mer et littoral voies navigables et ports

Accueillir La Solitaire du Figaro en Loire Atlantique, c’est l’opportunité de promouvoir l’identité maritime du département, du dynamisme de sa filière nautique engagée dans la durabilité économique et écologique. Avec OC Sport Pen Duick, nous voulons qu’en plus de son identité sportive inégalée, La Solitaire du Figaro soit un événement exemplaire sur le plan écologique. La Solitaire doit constituer un laboratoire, voire une impulsion en faveur d’un cercle plus vertueux pour le nautisme de manière générale, la plaisance et la course au large en particulier. Nous savons que beaucoup de marins sont très engagés sur ces enjeux. Ils et elles seront les bienvenus pour rejoindre notre mobilisation. Bienvenue en Loire Atlantique aux équipes engagés dans cette 52e édition de La Solitaire du Figaro.

Bernard Bocquet, Administrateur de la Fédération française de voile en charge de la course au large

C’est un parcours génial, il va y avoir du jeu. Ça va être très ouvert, il va y avoir du spectacle et de nombreuses nuits blanches sur la cartographique à suivre les marins. Ça va être un souci pour nous tous à terre, mais ce sera avec grand plaisir. Après l’échauffement du Tour de Bretagne, ce sera en solitaire, ce sera encore plus dur.

Jean-Bernard Le Boucher, président de la Classe Figaro Bénéteau

La Solitaire est l’épreuve phare du circuit Figaro, c’est un incontournable. Ici naissent les légendes ! Ils seront donc 34 à participer à cette Solitaire et à prétendre d’entrer dans la légende. C’est quelque chose d’énorme de gagner une Solitaire du Figaro. Cette course est très difficile, c’est un emblème, un symbole ! Je souhaite remercier l’organisation et le directeur de course qui a mis au point ce parcours doté de très belles étapes et également les collectivités qui accueillent la course, et tout particulièrement le département de Loire Atlantique.

L’article 34 skippers à l’assaut de La Solitaire du Figaro est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
21 lectures
0 commentaires

Les Français 2e de la première journée

Belle première journée pour les Français qui occupent la deuxième marche du podium ce soir à Plymouth, troisième acte de la saison 2 de SailGP. Troisièmes aux trois courses du jour, Billy Besson et ses hommes ont fait preuve d’une belle maîtrise sur les départs et ont su rester aux avant-postes, repoussant les attaques de leurs concurrents. Si les Australiens se sont imposés sur les deux premières manches, ce sont finalement les Américains qui sont en tête à l’issue de cette première journée du Great Britain Sail Grand Prix.

Le soleil et le public britannique étaient au rendez-vous pour le spectacle. Les huit équipes nationales se sont affrontées dans une brise thermique de 7 à 10 nœuds de sud-ouest. Juste assez pour voler à cinq équipiers et assurer le show en rade de Plymouth.

Avec trois bons départs, les Français étaient en bonne position dès le premier bord de reaching. Troisièmes tout au long de la première manche, ils n’ont concédé qu’une place aux Danois lors de la deuxième course du jour, suite à un bon coup stratégique de ces derniers à la porte sous le vent. 5e à la première marque de parcours de la troisième manche, et suite à la disqualification des Espagnols (en tête) pour faute au départ sur les Américains, Billy Besson et son équipe se sont battus pour la 3e place, au coude à coude avec les Néo-Zélandais jusqu’au bout. Ils occupent ce soir la 2e place à égalité de point avec les Australiens.

“Avec l’équipe nous avions beaucoup travaillé sur les départs, explique le barreur tricolore. Ça a payé aujourd’hui donc nous sommes très contents. Le vent était très changeant en direction et en intensité. Sur ces bateaux, les F50, ça va très vite, il faut savoir prendre des décisions rapides et là-dessus on a bien joué. Ce n’était pas une journée facile mais on a réussi à rester concentré et à ne rien lâcher du début à la fin.”

Les Australiens, très à l’aise sur les deux premières manches qu’ils remportent, étaient à la peine sur la troisième qu’ils finissent à la septième place. Les Américains, qui étaient passés à côté de la deuxième manche après avoir fait 2e à la première, remportent la troisième et occupent la première marche du podium ce soir, devant les Français et les Australiens.

Au programme demain : deux courses en flotte puis la grande finale qui réunira les 3 meilleurs bateaux, avec une remise à zéro des points pour le podium !

GREAT BRITAIN SAIL GRAND PRIX – JOUR 1

UNITED STATES SAILGP TEAM FRANCE SAILGP TEAM AUSTRALIA SAILGP TEAM DENMARK SAILGP TEAM NEW ZEALAND SAILGP TEAM SPAIN SAILGP TEAM JAPAN SAILGP TEAM GREAT BRITAIN SAILGP TEAM

L’article Les Français 2e de la première journée est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
16 lectures
0 commentaires

Un point c’est tout !

Cinquième victoire consécutive pour l’équipage de Groupe Atlantic, à l’occasion des parcours construits de Châtelaillon-Plage. Tout s’est joué sur la dernière course du jour. Au classement général, Groupe Atlantic met la pression et revient à seulement un point du leader Helvetia Blue by Normandy Elite Team. À une semaine du dénouement, la suite des événements s’annonce passionnante. Demain, les dix équipages participeront au dernier ralliement de cette 44e édition, à destination de Royan.

La troisième et dernière journée de course à Châtelaillon-Plage s’est disputée dans un vent de terre irrégulier qui a mis les nerfs des équipages à l’épreuve. Cinq courses ont été disputées et il n’était pas facile de maintenir une belle régularité. La journée a donc été riche en rebondissements.

Groupe Atlantic vainqueur sur le fil : « Quand il a fallu mettre le coup fatal, on a été là ! »

À l’issue des quatre premières courses, le leader au classement général Helvetia Blue by Normandy Elite Team avait un point d’avance sur Groupe Atlantic. Tout s’est donc joué sur la cinquième et dernière course. Groupe Atlantic (avec à bord Valentin Sipan, Aristide Gasquet et Aurélien Pierroz) a terminé 2e et Helvetia Blue by Normandy Elite Team 6e. « Quand il a fallu mettre le coup fatal, on a été là ! », se réjouit Valentin Sipan. « Cette nouvelle victoire confirme notre belle dynamique. Nous revenons à un point du leader au classement général. Nous n’avions pas fait énormément d’entraînements avant le Tour Voile, on savait qu’on serait meilleurs à la fin de l’épreuve plutôt qu’au début. Des automatismes se créent, la communication est plus fluide, on élève notre niveau de jeu. Il faut continuer car les autres équipages aussi progressent. Nous gardons la tête froide. »

Helvetia Blue by Normandy Elite Team se contente de la deuxième place : « Ça pique un peu… »

À bord d’Helvetia Blue by Normandy Elite Team, Clément Michel, Jules Ducelier et Louise Acker avaient les cartes en main pour remporter la journée. Ils ont finalement terminé à la deuxième place. « Nous sommes un peu amers, ça pique un peu », confie Jules Ducelier. « Nous avons tendance à penser que nous ne naviguons pas à notre meilleur niveau depuis quelques jours et pourtant nous sommes toujours leaders. Nous préférons faire la course en tête en étant réguliers plutôt qu’alterner les « bâches » et les victoires. Sur les derniers jours Groupe Atlantic enchaîne mais cela ne nous inquiète pas plus que ça. » Pour rappel, l’équipage normand est leader du classement général depuis le premier jour à Dunkerque.

Retour sur le podium pour Royan Atlantique

Dans le match pour la troisième place au général, Royan Atlantique a aujourd’hui pris le dessus sur BE.Brussels – Kidibul Powered by Flying Frogs et Helvetia Purple by Normandy Elite Team. « Nos adversaires directs sont derrière. On se remet dans le droit chemin après le raid d’hier qui a été difficile. L’étape d’Erquy n’avait pas été très bonne non plus », souligne Gaultier Tallieu, skipper de Royan Atlantique. « Nos deux concurrents naviguent bien, nous sommes au coude-à-coude. Il est encore trop tôt pour se focaliser à fond sur eux. On ne fait pas notre stratégie vis-à-vis d’eux, ça viendra plus tard. » À noter également que l’équipage de Team Jeune Sud a terminé deux courses sur le podium et décroché une place dans le Top 5 de la journée. « Il y a eu des belles choses aujourd’hui. L’un de nos points forts est l’agressivité sur les départs et les phases de contact. Nous venons des plus petits bateaux, on a l’habitude. Maintenant, il faut qu’on arrive à être plus réguliers », analyse Eliot Bourgeois, régleur du team sudiste.

Rendez-vous demain pour le dernier ralliement du Tour Voile 2021

Pour des raisons de marée, les courses se sont terminées peu avant 13h. Cet après-midi, les marins vont donc pouvoir se reposer et analyser la météo avant le dernier ralliement de cette édition, entre Châtelaillon-Plage et Royan.

CLASSEMENT GÉNÉRAL (AVANT JURY)

Helvetia Blue by Normandy Elite Team – Clément Michel : 28 pts Groupe Atlantic – Clément Cron : 29 pts Royan Atlantique – Gaultier Tallieu : 53 pts Helvetia Purple by Normandy Elite Team – Pauline Courtois : 56 pts BE Brussels – Kidibul powered by Flying Frogs – Arnaud Vasseur : 57 pts Dunkerque Voile – Louis Lengagne : 90 pts Team Jeune Sud – Oscar Pean : 100 pts Normandy Youth – Noe Ackermann : 104 pts Imagine for Margo – Margot Vennin : 123 pts Emile – Benjamin Sternberg : 130 pts

L’article Un point c’est tout ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
22 lectures
0 commentaires

Belle maîtrise sur les départs, Billy Besson et son équipe terminent deuxièmes de la première journée du SailGP à Plymouth

 

Belle première journée pour les Français qui occupent la deuxième marche du podium ce soir à Plymouth, troisième acte de la saison 2 de SailGP. Troisièmes sur les trois courses du jour, Billy Besson et ses hommes ont fait preuve d’une belle maîtrise sur les départs et ont su rester aux avant-postes, repoussant les attaques de leurs concurrents. Si les Australiens se sont imposés sur les deux premières manches, ce sont finalement les Américains qui sont en tête à l’issue de cette première journée du Great Britain Sail Grand Prix.

 

image

Crédit : R Pinto


2e place à égalité de point avec les AustraliensAvec trois bons départs, les Français étaient en bonne position dès le premier bord de reaching. Troisièmes tout au long de la première manche, ils n’ont concédé qu’une place aux Danois lors de la deuxième course du jour, suite à un bon coup stratégique de ces derniers à la porte sous le vent. 5e à la première marque de parcours de la troisième manche, et suite à la disqualification des Espagnols (en tête) pour faute au départ sur les Américains, Billy Besson et son équipe se sont battus pour la 3e place, au coude à coude avec les Néo-Zélandais jusqu’au bout. Ils occupent ce soir la 2e place à égalité de point avec les Australiens. "Ne rien lâcher du début à la fin" “Avec l’équipe nous avions beaucoup travaillé sur les départs, explique le barreur tricolore. Ça a payé aujourd’hui donc nous sommes très contents. Le vent était très changeant en direction et en intensité. Sur ces bateaux, les F50, ça va très vite, il faut savoir prendre des décisions rapides et là-dessus on a bien joué. Ce n’était pas une journée facile mais on a réussi à rester concentré et à ne rien lâcher du début à la fin.” 
Les Australiens, très à l’aise sur les deux premières manches qu’ils remportent, étaient à la peine sur la troisième qu’ils finissent à la septième place. Les Américains, qui étaient passés à côté de la deuxième manche après avoir fait 2e à la première, remportent la troisième et occupent la première marche du podium ce soir, devant les Français et les Australiens. 
Au programme demain : deux courses en flotte puis la grande finale qui réunira les 3 meilleurs bateaux, avec une remise à zéro des points pour le podium !  CLASSEMENTS
GREAT BRITAIN SAIL GRAND PRIX - JOUR 1
1- UNITED STATES SAILGP TEAMS
2- FRANCE SAILGP TEAM
3- AUSTRALIA SAILGP TEAM
4- DENMARK SAILGP TEAM
5- NEW ZEALAND SAILGP TEAM
6- SPAIN SAILGP TEAM
7- JAPAN SAILGP TEAM
8- GREAT BRITAIN SAILGP TEAMCOURSE 1
1- AUSTRALIA SAILGP TEAM
2- UNITED STATES SAILGP TEAM
3- FRANCE SAILGP TEAM
4- SPAIN SAILGP TEAM
5- JAPAN SAILGP TEAM
6- NEW ZEALAND SAILGP TEAM
7- DENMARK SAILGP TEAM
8- GREAT BRITAIN SAILGP TEAM COURSE 2
1- AUSTRALIA SAILGP TEAM
2- DENMARK SAILGP TEAM
3- FRANCE SAILGP TEAM
4- SPAIN SAILGP TEAM
5- UNITED STATES SAILGP TEAM
6- NEW ZEALAND SAILGP TEAM
7- GREAT BRITAIN SAILGP TEAM
8- JAPAN SAILGP TEAMCOURSE 3 1- UNITED STATES SAILGP TEAM
2- GREAT BRITAIN SAILGP TEAM
3- FRANCE SAILGP TEAM
4- NEW ZEALAND SAILGP TEAM
5- JAPAN SAILGP TEAM
6- DENMARK SAILGP TEAM
7- AUSTRALIA SAILGP TEAM
8- SPAIN SAILGP TEAM (disqualification)Source : V Bouchet
Lire la suite
23 lectures
0 commentaires

Cinquième victoire consécutive pour l’équipage de Groupe Atlantic, "Quand il a fallu mettre le coup fatal, on a été là !"

 

Cinquième victoire consécutive pour l’équipage de Groupe Atlantic, à l’occasion des parcours construits de Châtelaillon-Plage. Tout s’est joué sur la dernière course du jour. Au classement général, Groupe Atlantic met la pression et revient à seulement un point du leader Helvetia Blue by Normandy Elite Team. À une semaine du dénouement, la suite des événements s’annonce passionnante. Demain, les dix équipages participeront au dernier ralliement de cette 44e édition, à destination de Royan.

 

image

Crédit : M Bove


La troisième et dernière journée de course à Châtelaillon-Plage s’est disputée dans un vent de terre irrégulier qui a mis les nerfs des équipages à l’épreuve. Cinq courses ont été disputées et il n’était pas facile de maintenir une belle régularité. La journée a donc été riche en rebondissements.

 

Groupe Atlantic vainqueur sur le fil : « Quand il a fallu mettre le coup fatal, on a été là ! » 

À l’issue des quatre premières courses, le leader au classement général Helvetia Blue by Normandy Elite Team avait un point d’avance sur Groupe Atlantic. Tout s’est donc joué sur la cinquième et dernière course. Groupe Atlantic (avec à bord Valentin Sipan, Aristide Gasquet et Aurélien Pierroz) a terminé 2e et Helvetia Blue by Normandy Elite Team 6e. « Quand il a fallu mettre le coup fatal, on a été là ! », se réjouit Valentin Sipan. « Cette nouvelle victoire confirme notre belle dynamique. Nous revenons à un point du leader au classement général. Nous n’avions pas fait énormément d’entraînements avant le Tour Voile, on savait qu’on serait meilleurs à la fin de l'épreuve plutôt qu’au début. Des automatismes se créent, la communication est plus fluide, on élève notre niveau de jeu. Il faut continuer car les autres équipages aussi progressent. Nous gardons la tête froide. »

 

Helvetia Blue by Normandy Elite Team se contente de la deuxième place : « Ça pique un peu… » 

À bord d’Helvetia Blue by Normandy Elite Team, Clément Michel, Jules Ducelier et Louise Acker avaient les cartes en main pour remporter la journée. Ils ont finalement terminé à la deuxième place. « Nous sommes un peu amers, ça pique un peu », confie Jules Ducelier. « Nous avons tendance à penser que nous ne naviguons pas à notre meilleur niveau depuis quelques jours et pourtant nous sommes toujours leaders. Nous préférons faire la course en tête en étant réguliers plutôt qu’alterner les « bâches » et les victoires. Sur les derniers jours Groupe Atlantic enchaîne mais cela ne nous inquiète pas plus que ça. » Pour rappel, l’équipage normand est leader du classement général depuis le premier jour à Dunkerque.

 

Retour sur le podium pour Royan Atlantique 

Dans le match pour la troisième place au général, Royan Atlantique a aujourd’hui pris le dessus sur BE.Brussels – Kidibul Powered by Flying Frogs et Helvetia Purple by Normandy Elite Team. « Nos adversaires directs sont derrière. On se remet dans le droit chemin après le raid d’hier qui a été difficile. L’étape d’Erquy n’avait pas été très bonne non plus », souligne Gaultier Tallieu, skipper de Royan Atlantique. « Nos deux concurrents naviguent bien, nous sommes au coude-à-coude. Il est encore trop tôt pour se focaliser à fond sur eux. On ne fait pas notre stratégie vis-à-vis d’eux, ça viendra plus tard. » À noter également que l’équipage de Team Jeune Sud a terminé deux courses sur le podium et décroché une place dans le Top 5 de la journée. « Il y a eu des belles choses aujourd’hui. L’un de nos points forts est l’agressivité sur les départs et les phases de contact. Nous venons des plus petits bateaux, on a l’habitude. Maintenant, il faut qu’on arrive à être plus réguliers », analyse Eliot Bourgeois, régleur du team sudiste.

 

Rendez-vous demain pour le dernier ralliement du Tour Voile 2021

 

Pour des raisons de marée, les courses se sont terminées peu avant 13h. Cet après-midi, les marins vont donc pouvoir se reposer et analyser la météo avant le dernier ralliement de cette édition, entre Châtelaillon-Plage et Royan.

 

CLASSEMENT GÉNÉRAL (AVANT JURY) 

Helvetia Blue by Normandy Elite Team - Clément Michel : 28 pts 

Groupe Atlantic - Clément Cron : 29 pts 

Royan Atlantique - Gaultier Tallieu : 53 pts 

Helvetia Purple by Normandy Elite Team - Pauline Courtois : 56 pts 

BE Brussels - Kidibul powered by Flying Frogs - Arnaud Vasseur : 57 pts 

Dunkerque Voile - Louis Lengagne : 90 pts 

Team Jeune Sud - Oscar Pean : 100 pts 

 Normandy Youth - Noe Ackermann : 104 pts 

Imagine for Margo - Margot Vennin : 123 pts 

Emile - Benjamin Sternberg : 130 pts

 

Source : Effets Mer
Lire la suite
24 lectures
0 commentaires

Serenis, le Class40 neuf signé Verdier de Jean Galfione, est à l'eau : "ses lignes sont remarquables"

Un an après le lancement de sa construction, le Class40 de Jean Galfione est sorti du chantier Structures, ce vendredi 16 juillet. Le Pogo S4, premier du nom, a été quillé, puis mis à l’eau et mâté dans la foulée, avant de rejoindre Sainte-Marine où seront réalisés les derniers calibrages avant les premières navigations techniques programmées à partir de la mi-août. 

image

Crédit : V Curutchet 

 Douze mois de chantier

Après douze mois de chantier, le tout nouveau Class40 de Jean Galfione aux couleurs de Serenis Consulting a donc désormais rejoint son élément. Un moment forcément fort en émotions pour le skipper et son fidèle partenaire. 

« C’est une première étape importante de ce nouveau projet. Tout s’est parfaitement bien passé selon les timings prévus. A 10 heures, le bateau est arrivé par la route en convoi exceptionnel depuis Loctudy. D’abord quillé, il a ensuite été mis à l’eau à 13h30, puis mâté dans la foulée avant de rejoindre au moteur le port de Sainte-Marine. L’opération a été assez rapide grâce à la qualité du travail fournit en amont par le chantier Structures. Ce Pogo S4 est un très bel objet. Ses lignes sont remarquables et son design vraiment réussi », a commenté le navigateur, forcément impatient de découvrir sur l’eau tout le potentiel de sa nouvelle monture, un 40 pieds dernière génération de type « scow » dessiné par Guillaume Verdier. 

Encore 15 jours de travail

« Il nous reste encore 15 jours de travail pour affiner des points comme l’électronique, les panneaux solaires, le montage des ballasts ou le réglage du moteur. A partir de la mi-août, nous effectuerons les premières navigations sous voile. Nous irons alors chercher des conditions qui nous permettrons de tester puis de pousser le bateau afin de le découvrir et de le prendre en main », a terminé Jean Galfione. 
imageimage

 

 Source : L Dacoury

Lire la suite
23 lectures
0 commentaires

Très belle vidéo de Gitana avec des kitefoilers

Pour marquer la date anniversaire de la mise à l’eau du Maxi Edmond de Rothschild, l’écurie Gitana a réalisé une très belle vidéo signée polaRyse au large de Lorient avec la complicité des kitefoilers de l’association Lorient Glisse et Foil dont fait partie Morgan Lagravière l’un des piliers de l’équipage du Maxi.

Contest de foils! L’équipage du Maxi Edmond de Rothschild mené par Franck Cammas et Charles Caudrelier s’est prêté au jeu. Au programme, runs de vitesse et figures aériennes des kitefoilers qui ont tenté le foil tracté à plus de 30 nœuds par le géant de 32 mètres ; adrénaline et sensations garanties !

Lire la suite
17 lectures
0 commentaires

Banque Populaire XI, l'Ultim d'Armel Le Cléac'h, entre en chantier après sa tournée en Méditerranée - Images

Armel Le Cléac'h et le team Banque Populaire en navigation de nuit sur l'Ultim, "On accélère très vite" - Vidéo

  Immersion à bord du Maxi Banque Populaire XI lors des premières nuits de navigation. Armel le Cléac'h, Kévin Escoffier et le team appr...

image
Lire la suite
21 lectures
0 commentaires

Romain Attanasio en navigation au large de Belle île et Houat, "que la Bretagne est belle !"

Armel Le Cléac'h et le team Banque Populaire en navigation de nuit sur l'Ultim, "On accélère très vite" - Vidéo

  Immersion à bord du Maxi Banque Populaire XI lors des premières nuits de navigation. Armel le Cléac'h, Kévin Escoffier et le team appr...

image
Lire la suite
23 lectures
0 commentaires

Le rouleau compresseur Groupe Atlantic poursuit son irrésistible retour sur le Tour Voile

 

Ce vendredi 16 juillet, l’équipage Groupe Atlantic a remporté le raid de Châtelaillon-Plage (Charente-Maritime), à l’issue d’une bagarre très serrée. Grâce à cette nouvelle victoire, la quatrième consécutive et la huitième sur l’ensemble du Tour Voile 2021, Groupe Atlantic revient à deux points du leader Helvetia Blue by Normandy Elite Team, qui a décroché la troisième place aujourd’hui. Très belle opération de l’équipage féminin Helvetia Purple by Normandy Elite Team, deuxième du raid (à 50 secondes des vainqueurs) et désormais sur le podium au classement général. Demain, les marins disputeront la troisième et dernière journée de course à Châtelaillon-Plage, avec au programme des parcours construits.

 

image

Crédit : JM Liot


Chaque journée est pleine d’enjeux et la course du jour ne faisait pas exception, que ce soit pour la place de leader (entre Groupe Atlantic et Helvetia Blue by Normandy Elite Team) ou pour les 3e et 4e places qualificatives pour la Super Finale de Serre-Ponçon (entre Royan Atlantique, Helvetia Blue by Normandy Elite Team et BE.Brussels – Kidibul Powered by Flying Frogs).

 

46 milles entre Châtelaillon-Plage, La Rochelle, l’île de Ré, l’île d'Oléron, l’île d’Aix, le Fort Boyard…
C’est à 13h10 qu’a été donné à Châtelaillon-Plage le départ du quatrième raid du Tour Voile 2021 (après ceux de Dunkerque, Le Havre et Erquy). Les Diam24 OD sont passés devant La Rochelle puis près de l’imposant pont de l’île de Ré, d’une longueur de près de trois kilomètres et qui culmine à 42 mètres au-dessus de la mer. Les équipages ont ensuite progressé le long de l’île de Ré et contourné le phare de Chanchardon, au large de la Couarde-sur-Mer. Ils sont ensuite passés entre l’île d’Oléron et l’île d’Aix, avec un passage au plus près du Fort Boyard, qu’on ne présente plus. Après avoir salué le père Fouras, Passe-Partout et tous les autres, les marins ont contourné l’île d’Aix (en la laissant à bâbord) avant de rallier la ligne d’arrivée.

 

Groupe Atlantic, vainqueur au bout du suspense, grappille encore des points
Quatre bateaux ont joué aux avant-postes : Groupe Atlantic, Helvetia Purple by Normandy Elite Team, Helvetia Blue by Normandy Elite Team et BE.Brussels – Kidibul Powered by Flying Frogs. La lutte pour la victoire a été acharnée tout au long du parcours. Il n’y avait pas le droit à la moindre erreur pour espérer l’emporter et il fallait être solide pour résister à la pression. À bord de Groupe Atlantic, Clément Cron, Valentin Sipan et Aristide Gasquet ont une nouvelle fois prouvé toute leur efficacité.

 

Après 4 heures et 40 minutes de course, ils ont franchi la ligne d’arrivée en tête, avec seulement 50 secondes d’avance sur les filles d’Helvetia Purple by Normandy Elite Team. Une minute et demi après les gagnants, on a assité à l’arrivée d’Helvetia Blue by Normandy Elite Team, toujours leader au classement général mais plus que jamais sous la menace de Groupe Atlantic, qui revient à deux petits points.

 

Helvetia Purple by Normandy Elite Team sur le podium du classement général
L'équipage féminin d’Helvetia Purple by Normandy Elite Team a réalisé une belle performance aujourd’hui, avec à bord Pauline Courtois, Maëlenn Lemaître, Lola Billy et Élise Leconte. Grâce à cette belle régularité, elles gagnent une place au classement général et monte sur le podium provisoire, toutefois suivies de très près par Royan Atlantique et BE.Brussels – Kidibul Powered by Flying Frogs. Il y a fort à parier que ces trois équipages ne se lâchent plus dans les jours à venir. Demain, les coureurs ont rendez-vous pour une nouvelle journée de parcours construits, la deuxième à Châtelaillon-Plage.

 

CLASSEMENT GÉNÉRAL (AVANT JURY)
Helvetia Blue by Normandy Elite Team - Clément Michel : 26 pts
Groupe Atlantic - Clément Cron : 28 pts
Helvetia Purple by Normandy Elite Team - Pauline Courtois : 50 pts
Royan Atlantique - Gaultier Tallieu : 50 pts
BE Brussels - Kidibul powered by Flying Frogs - Arnaud Vasseur : 53 pts
Dunkerque Voile - Louis Lengagne : 82 pts
Team Jeune Sud - Oscar Pean : 95 pts
Normandy Youth - Noe Ackermann : 97 pts
Imagine for Margo - Margot Vennin : 114 pts
Emile - Benjamin Sternberg : 120 pts

 

Source : Effets Mer
Lire la suite
29 lectures
0 commentaires

La Solitaire du Figaro, c’est l’assurance d’une bataille toujours intense, "Le parcours va assurément renforcer le suspense"

Avec 12 bizuths, cette 52e édition de l’histoire démontre à nouveau le pouvoir d’attraction de la Solitaire du Figaro. Si 5 anciens vainqueurs d’étapes seront présents - Fabien Delahaye, Éric Peron, Alexis Loison, Gildas Mahé et Xavier Macaire – il n’y a pas d’anciens lauréats de la course. « Ce sera particulièrement intéressant car ça peut permettre à la relève de se montrer. Même si les cadors de la série sont là, cela devrait être très serré », décrypte le directeur de course, Francis Le Goff.

 
À leurs côtés, 12 bizuths – dont le plus performant remportera le trophée Eric Ingouf, qui récompense le vainqueur du classement Bénéteau des bizuths – sont attendus sur la ligne de départ. Ce nombre reste néanmoins à confirmer à l’issue de la Solo Concarneau. « Certains bizuths doivent en effet la terminer pour se qualifier à la Solitaire du Figaro, explique Francis Le Goff, le directeur de course. Ce n’était pas évident pour eux de se qualifier car il y a eu beaucoup plus de courses en double cette saison qu’en solo ». Par ailleurs, la course comptera 5 navigatrices, démontrant la vitalité de la classe Figaro Bénéteau en matière de mixité. De plus, 8 nationalités seront représentées : ces marins se disputeront le Vivi Trophy qui récompensera le meilleur skipper étranger.

 

Un parcours propice aux retournements de situation 

Dès le 22 août, place aux premières explications. Au programme des skippers : quatre étapes particulièrement exigeantes, des escales à Saint-Nazaire, Lorient, Fécamp, Baie de Morlaix et des points de passage prestigieux à La Corogne (étape 1), à l’île de Wight et Saint Gowen (étape 3) ainsi qu’aux îles Scilly et au phare du Fastnet (étape 4). Ce parcours, de plus de 2 400 milles, s’annonce donc particulièrement corsée, délicat techniquement et propice à de nombreux retournements de situation. Surtout, il garantit un engagement de chaque instant qui poussera chaque participant à tenir bon, à se dépasser et à tout donner. « Le parcours va assurément renforcer le suspense, confie Francis Le Goff. Si l’étape 2 est hargneuse, les autres obligent à tenir longtemps à un bon rythme, à s’attacher à avoir une bonne moyenne sur le temps long. C’est ce qui va renforcer l’attractivité de la course ! ».

 

Le département de Loire Atlantique à la fête 

Fidèle à son histoire, la Solitaire du Figaro s’ancre dans ces territoires qui l’accueille et qui sont résolument tournés vers l’océan. La ville de Saint-Nazaire, Lorient Agglomération, la ville de Fécamp, la CCI métropolitaine Bretagne Ouest Morlaix et la Région Bretagne se sont ainsi mobilisés pour la tenue de l’événement. L’organisateur, OC Sport Pen Duick, se réjouit également de l’implication du département de Loire-Atlantique en tant que partenaire majeur de la Solitaire du Figaro pour les six prochaines éditions.

 

« La course s’ancre ainsi sur ce territoire résolument tourné vers la mer et l’avenir, se réjouit Hervé Favre, CEO d’OC Sport Pen Duick. Cet engagement témoigne de l’ambition maritime très forte de la Loire Atlantique et de ses partenaires. C’est une grande première en plus de 50 ans d’histoire de la course et nous en sommes ravis ! » Le décor est posé, les acteurs sont prêts à entrer sur scène et le compte à rebours est lancé : le spectacle iodé, intense et chargé d’émotions est attendu avec impatience. Lever de rideau le mercredi 18 août prochain pour l’ouverture à Saint-Nazaire du village du Grand Départ.

 

Source : C Concetti
Lire la suite
23 lectures
0 commentaires

Jean-Baptiste Bernaz, invité d’Into The Wind #40

Into The Wind, le podcast de Tip & Shaft, est disponible ici :

Into The Wind est disponible ici :

Into The Wind #40

Jean-Baptiste Bernaz, le Laser dans la peau et quatre olympiades au plus haut niveau

Ecoutez l'épisode #40 ici :

Écoutez l'épisode #40 ici :

Diffusé le 18 juillet 2021
Générique : In Closing – Days Past
Post-production : Clovis Tisserand
Photo : Robin Christol

Into The Wind est produit par Tip & Shaft,
le média expert de la voile de compétition

Tip & Shaft est le média des grandes courses à la voile : Vendée Globe, Route du Rhum, Volvo Ocean Race, Solitaire du Figaro, Transat AG2R

Tip & Shaft décrypte la voile de compétition chaque vendredi, par email :

Des articles de fond et des enquêtes exclusivesDes interviews en profondeurLa rubrique Mercato : l’actu business de la semaineLes résultats complets des coursesDes liens vers les meilleurs articles de la presse française et étrangère
#mc_embed_signup{; clear:left; font:14px Helvetica,Arial,sans-serif; } /* Add your own Mailchimp form style overrides in your site stylesheet or in this style block. We recommend moving this block and the preceding CSS link to the HEAD of your HTML file. */
* champs obligatoires
Votre adresse email *
Votre nom *
Votre prénom *
Vous êtes : * Coureur/euse pro ou membre d un teamMembre d une federation/classe/organisationPrestataire ou fournisseur/euseJournalisteCommunicant/eSponsorCoureur/euse amateur/eSimple passionne/e


🇬🇧 Want to join the international version? Click here 🇬🇧

Ils sont passés dans Into The Wind

L’article Jean-Baptiste Bernaz, invité d’Into The Wind #40 est apparu en premier sur Tip & Shaft.

Lire la suite
20 lectures
0 commentaires

La Route du Rhum 2022 : C’est demain !

Lundi, à Saint-Malo, ont été inaugurées l’exposition « 50 histoires de la Route du Rhum », en hommage à Michel Etevenon, le créateur de la course, ouverte au public tout l’été, ainsi que les empreintes de Francis Joyon , vainqueur de l’édition 2018, sur le quai de la Route Du rhum.

Quelle plus belle occasion que de lancer dès aujourd’hui l’édition 2022 ? Le départ sera donné à l’automne prochain et les contours de cette édition seront bientôt connus puisque l’organisateur, OC Sport Pen Duick, a annoncé la publication de l’avis de course le 21 Juillet prochain.

Une journée sous le signe de l’histoire.

Imaginée et conçue par la Ville de Saint-Malo, en partenariat avec OC Sport Pen Duick, organisateur de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, abritée dans la gare maritime de la Bourse, l’exposition 50 histoires de la Route du Rhum retrace les grands moments de la Transatlantique depuis 1978, avec ses exploits et ses tragédies. Elle rend hommage à toutes celles et ceux qui ont rendu si unique, l’aventure de la Route du Rhum, à commencer par Michel Etevenon, son créateur.

La cité corsaire va vivre au rythme de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe avec cette exposition ouverte à tous et gratuite, pendant tout l’été 2021 puis les week-ends et toutes les vacances scolaires, jusqu‘au départ de la prochaine édition.

De la photo, de la vidéo, tout un ensemble de contenus a été réuni pour permettre à tous, spécialistes ou novices, de se plonger dans l’histoire de la plus grande des transatlantiques.

Qui pour succéder à Francis Joyon, vainqueur en 2018 ?

Quelques minutes après cette inauguration se tenait l’autre temps fort de la journée avec la présence de Francis Joyon, vainqueur de l’édition 2018.

Ce 12 juillet, le skipper d’IDEC a inauguré la plaque de ses empreintes moulées dans le bronze ; il a rejoint sur le quai de la Route du Rhum, les vainqueurs des 10 éditions précédentes, de Mike Birch à Loïck Peyron en passant par la regrettée Florence Arthaud, Michel Desjoyeaux ou encore le double vainqueur Laurent Bourgnon.

Tous ces moments ont rappelé tout ce qui fait le succès de cet incroyable rassemblement populaire et de cette course unique : de la petite anecdote au record de la traversée, des monocoques aux multicoques, de la fête populaire à Saint-Malo à la ferveur guadeloupéenne à l’arrivée…

A 16 mois du départ, prévu le dernier week-end des vacances de la Toussaint 2022, la prochaine édition était évidemment dans toutes les têtes ! Et si la course délivrera son verdict sportif, l’organisation a dévoilé ses futures grandes échéances.

L’avis de course de l’édition 2022 publié sous 15 jours !

Et notamment concernant le plateau sportif : l’avis de course sera publié le 21 juillet 2021 et permettra de connaître les conditions de participation pour chacune des classes.

L’organisateur, OC Sport Pen Duick, qui a également annoncé la semaine passée l’organisation du Tour du Monde des Ultim, en solitaire en 2023, peut s’appuyer dans la construction de la prochaine édition sur l’engagement de ses partenaires fidèles qui permet, près d’un an et demi avant le départ, l’assurance d’un succès organisationnel et populaire.

Vivement 2022 !

L’article La Route du Rhum 2022 : C’est demain ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
17 lectures
0 commentaires

33 skippers inscrits à la Solo Guy Cotten 2021

Le coup d’envoi de la Solo Guy Cotten 2021 sera donné le 22 juillet prochain, avec 33 Figaro Bénéteau 3 attendus sur la ligne de départ. Cette épreuve, organisée par la Société des régates de Concarneau, fait partie intégrante du Championnat de France Elite de Course au Large et rassemble les plus grands skippers du circuit. A quelques semaines seulement du départ de la mythique Solitaire du Figaro, et après une saison marquée par la navigation en double, cette 45e édition de la Solo Guy Cotten est particulièrement attendue par les figaristes.

Le programme sportif

L’attrait principal de la Solo Guy Cotten réside dans le parcours proposé aux figaristes avec un terrain de jeu et une durée de course similaires à une étape de la Solitaire du Figaro. Hervé Gautier, directeur de course, nous détaille les deux parcours envisagés : « les Figaro Bénéteau 3 étant très rapides aux allures de travers, nous avons élaboré deux longs parcours entre Ouessant et le Golfe de Gascogne. Le plus long de 380 milles nautiques emmènera les navigateurs au Nord-Ouest jusqu’à la bouée “Les Pierres Vertes” dans le sud de Ouessant pour ensuite descendre vers l’ile d’Yeu puis le plateau de Rochebonne avant de revenir vers Concarneau. Le deuxième parcours, un peu plus court avec 335 milles nautiques, emmène les concurrents sur le même parcours en évitant seulement de contourner la bouée de Rochebonne entre l’ile d’ Yeu et Concarneau. Ces parcours promettent de belles bagarres le long des côtes bretonnes et les coefficients de marée élevés (77 à 91) vont générer du suspense. Ce sera une belle mise en jambe avant La Solitaire du Figaro. »

L’organisation sélectionnera le parcours en fonction des prévisions météorologiques afin de voir les concurrents revenir dans l’après-midi du samedi 24 juillet à Concarneau.

Le plateau sportif

Cette édition 2021 rassemblera un excellent cru de Figaristes ! Qu’ils soient amateurs ou professionnels, habitués du circuit ou bizuths, les 33 concurrents ont tous hâte d’en découdre, à l’instar du vainqueur en titre, Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019) : « Je suis heureux de participer une nouvelle fois à cette Solo Guy Cotten. Je remets en jeu le trophée mais sans pression particulière, c’est surtout une course qui va nous permettre de retrouver la navigation en solitaire après une longue partie de saison en double. Je vais tout faire pour conserver mon titre, même si j’arrive cette année beaucoup plus fatigué après la Transat en Double et le Tour de Bretagne. »

Ce sera d’ailleurs la première fois que de nombreux bizuths se confronteront à la navigation en solitaire, comme le détaille Arthur Hubert (MonAtoutEnergie.fr) : « Ce sera ma grande première en solitaire. J’ai hâte ! C’est la concrétisation du projet. Le format de la course est moins stressant qu’une Solitaire et elle va me permettre de valider les réglages et d’ajuster ce qu’il faut améliorer. Ça fait plusieurs bonnes raisons d’y participer ! » Certains autres espèrent de leur côté mettre en application tous les apprentissages acquis en double cette année, à l’image de Violette Dorange (Devenir) : « C’est ma deuxième participation à la Solo Guy Cotten. J’espère pouvoir mettre en pratique tout ce que j’ai pu apprendre lors de la Transat en double. Cette course est importante et est un excellent exercice pour travailler le sommeil en solitaire. »

D’autres skippers enfin ont comme objectif le classement au Championnat de France Elite de Course au Large, comme le détaille Tanguy Le Turquais (Queguinner – Innoveo) : « Je figure dans le Top 10 après les trois premières épreuves du Championnat de France Elite de Course au Large et ce serait dommage de ne pas mettre toutes les chances de mon côté. D’autant que cette course est très conviviale, bien organisée et l’ambiance est vraiment top. Enfin, et surtout, c’est la dernière course de la saison avant La Solitaire. Après un début de saison en double, elle permet de reprendre ses marques en solo. Le parcours est technique : les courants, les effets de vent et les points de passage sont souvent propices à des changements de leader. Grâce à la Solo Guy Cotten, nous pouvons aussi observer la gestion de course de nos adversaires (sommeil, rythme, engagement). Elle a un double enjeu cette année pour moi et je me réjouis d’y participer ! »

Retrouvez la flotte des Figaro Bénéteau Quai Carnot, au pied du restaurant Le Chantier et de la Guy Cotten boutique, à partir du lundi 19 juillet prochain.

Liste des inscrits au 15 JUILLET 2021

BONAFOUS Elodie – BRETAGNE CMB OCEANE CLAPCICH Francesca – STATE STREET MARATHON COSTA Pep – CYBELE VACANCES TEAM PLAY TO BE DELAHAYE Fabien – GROUPE GILBERT DELPECH Jules – ORCOM DOLAN Tom – SMURFIT KAPPA – KINGSPAN DORANGE Violette – DEVENIR FIELDING Jesse – STATE STREET MARATHON GARNIER Mael – AGEAS TEAM BAIE DE SAINT BRIEUC GRECK Estelle – RESPIMER  HARTZ Philippe – MARINE NATIONALE FONDATION DE LA MER HOREAU Corentin – MUTUELLE BLEUE pour l’Institut Curie HUBERT Arthur – MonAtoutEnergie.fr LAPERCHE Tom – BRETAGNE CMB PERFORMANCE  LE DRAOULEC Erwan – SKIPPER MACIF 2020 LE PAPE Martin – GARDONS LA VUE LE PAPE Victor – AD FICHOU INNOVEO LE TURQUAIS Tanguy – QUEGUINER INNOVEO LEBOUCHER Pierre – GUYOT ENVIRONNEMENT LOISON Alexis – REGION NORMANDIE MACAIRE XAVIER – TEAM SNEF MAHE Gildas – BREIZH COLA MARAIS Robin – MARIETTE Benoit – GENERATION SENIORIALES MORVAN Gaston – BRETAGNE CMB ESPOIR PAUL David – JUST A DROP  PALMIERI Nils – TEAMWORK PERON Eric – FRENCH TOUCH POUPON Yaël – BIHANNIC QUIROGA Pierre – SKIPPER MACIF 2019 ROBERTS Alan – SEACAT SERVICES THOMAS Alexis – LA CHARENTE MARITIME YVEN Charlotte – Team Vendée Formation

L’article 33 skippers inscrits à la Solo Guy Cotten 2021 est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
25 lectures
0 commentaires

Point après point

L’équipage de Groupe Atlantic a remporté sa septième victoire dans le Tour Voile 2021 (en douze jours de course), et la troisième consécutive, à l’occasion des parcours construits de Châtelaillon-Plage. L’équipage de Clément Cron continue à rattraper le leader Helvetia Blue by Normandy Elite Team (deuxième aujourd’hui). Ce soir, l’écart n’est plus que de quatre points. Royan Atlantique, troisième aujourd’hui, reste sur le podium au général, devant les filles d’Helvetia Purple by Normandy Elite Team qui ont remporté deux des cinq courses du jour, et restent bien placées dans le match pour la troisième place. Demain, c’est un raid qui attend les concurrents.

Hier, les marins du Tour Voile ont pu souffler après une première partie d’épreuve très intense en Mer du Nord et en Manche. C’est donc reposés et motivés qu’ils ont attaqué ce jeudi la sixième étape de cette édition 2021, avec au programme des parcours construits. Cinq courses spectaculaires ont été disputées, dans un bon vent d’ouest et un courant bien moindre que lors des étapes précédentes.

Groupe Atlantic poursuit patiemment sa remontée

Après la décevante 8e place sur le ralliement entre Saint-Vaast-la-Hougue et Diélette, le 9 juillet, l’équipage de Groupe Atlantic réagit de belle manière : lors des cinq journées qui ont suivi, il a remporté quatre victoires et décroché une 3e place. Groupe Atlantic refait petit à petit son retard : de 12 points le 9 juillet, l’écart avec le leader du classement général Helvetia Blue by Normandy Elite Team passe ce soir à 4 points. « L’objectif n’est pas forcément de tout gagner mais surtout de finir devant Helvetia Blue. Mais si on peut faire les deux on ne va pas s’en priver », réagit Clément Cron, skipper de Groupe Atlantic. « On reprend un point aujourd’hui. On a bien conscience qu’on ne gagnera pas toutes les journées. Mais l’enjeu le plus important est de limiter la casse les jours où on se sent moins bien. Helvetia Blue l’a super bien fait depuis le début, tandis que nous avons pêché à ce niveau. Nous avons tiré une bonne leçon de notre 8e place sur un ralliement, nous n’allons plus le refaire ! » Le duel entre les deux leaders du Tour Voile n’a pas fini de nous tenir en haleine.

Match à trois pour compléter le podium

La lutte entre leurs trois poursuivants est également intense. Royan Atlantique a aujourd’hui décroché la troisième place, et reste sur le podium au classement général. Mais l’équipage féminin d’Helvetia Purple by Normandy Elite Team reste menaçant. Pauline Courtois, Lola Billy, Elise Leconte et Charlotte Yven ont remporté les deux dernières courses disputées aujourd’hui. « Nous avons très bien fini la journée. C’était la première fois qu’on naviguait avec cette configuration d’équipage, nous avons trouvé les manettes pour aller vite », se réjouit Pauline Courtois. « On sait que ça va batailler jusqu’à la fin avec Royan Atlantique et les Belges (de BE.Brussels – Kidibul Powered by Flying Frogs, NDR), il faut continuer à hisser notre niveau de jeu. Nous sommes en confiance avant le raid de demain. » Le raid qu’évoque Pauline Courtois se disputera au départ et à l’arrivée de Châtelaillon-Plage, avec des passages devant des lieux iconiques : La Rochelle, l’île de Ré, l’île D’Aix, le Fort Boyard… La distance de cette course : 46 milles.

CLASSEMENT GÉNÉRAL (AVANT JURY)

Helvetia Blue by Normandy Elite Team – Clément Michel : 23 pts Groupe Atlantic – Clément Cron : 27 pts Royan Atlantique – Gaultier Tallieu : 45 pts Helvetia Purple by Normandy Elite Team – Pauline Courtois : 48 pts BE Brussels – Kidibul powered by Flying Frogs – Arnaud Vasseur : 49 pts Dunkerque Voile – Louis Lengagne : 76 pts Team Jeune Sud – Oscar Pean : 85 pts Normandy Youth – Noe Ackermann : 90 pts Imagine for Margo – Margot Vennin : 105 pts Emile – Benjamin Sternberg : 112 pts

L’article Point après point est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
14 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions