• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme

Solitaire. Faites vos jeux !

Les 34 marins de La Solitaire du Figaro sont encore à 300 nm de Saint-Nazaire après avoir enroulé dans la nuit de mardi à mercredi le phare du Fastnet. Aucun favori ne se détache pour l’instant et cela distribue en tête tantôt à l’ouest tantôt à l’est. Pierre Quiroga reste en tête et tient bon pour l’instant sa Solitaire.

Sitôt le rocher doublé, il a fallu, à bord, se remobiliser rapidement sur les moyens de négocier au mieux cette fameuse dorsale qui barre la route des concurrents. On parle ici de crête barométrique, de celle qui hérisse certainement le poil des solitaires. Pétole molle, vents erratiques, houle grossissante, voici les ingrédients avec lesquels les concurrents doivent composer toute la journée pour essayer de trouver une issue rapide et reprendre une progression significative vers l’arrivée.

Jules Delpech tente une “Troussel”
Cet après-midi, la flotte est étalée sur 25 milles en latéral. Le bizuth, Jules Delpech (Orcom) fait cavalier seul au nord de l’orthodromie, tentant ce que les figaristes appellent dans leur jargon une “Troussel” (quand une option isolée et extrême passe). Le jeune marin ose et n’a certainement rien à perdre ; Il pourra même se féliciter d’avoir tout tenté…

Le plus gros de la flotte a opté pour une trajectoire qui lui permet de longer la dorsale et gagner dans le sud. Les marins se positionnent de manière à toucher au plus vite le flux de nord ouest dont les prémices se font déjà ressentir. Il sera alors temps d’empanner pour se remettre sur la route directe. Cet après- midi, les grands spis sont de sortie, le ciel s’est éclairci. Express, l’un des trois bateaux accompagnateurs, a pu joindre Fabien Delahaye (Groupe Gilbert) en début d’après-midi :
« Après une nuit bien humide, je suis au portant sous spi et sous le soleil, je fais sécher le linge et je mange. C’est un moindre mal cette route, même si elle n’est pas optimale. J’étais par le travers de Gildas Mahé (Breizh Cola), il est à 5 milles derrière maintenant. Il y a plus de pression dans l’ouest. J’ai passé le Fastnet avec TeamWork (Nils Palmieri) et il est toujours à côté de moi. Depuis qu’on est sorti du front, on évolue en bordure de la dorsale et le vent est stable. Le pilote barre bien, j’ai fait pas mal de siestes. Il faut en profiter pour le moment, car je ne sais pas si cela va durer. Il y a une houle de travers qui est de plus en plus forte. Elle vient du cyclone qui est passé de l’autre côté de l’Atlantique et ça nous amène cette houle d’ouest créée par le vent fort. Ce train de vagues arrive de là, c’est bizarre parce qu’il n’y a pas beaucoup de vent. Depuis le départ, on est censé avoir moins de vent tout le temps. Et en fait, c’est passé partout plus vite. Nous en avons encore pour 24h à évoluer comme ça dans ce portant de nord-ouest un peu variable entre le nord et l’ouest. Ça sera plus perturbé en approche des côtes françaises. »

Jules Delpech cavalier seul, le gros de la flotte ...
Le Mercato : un nouvel Imoca pour Thomas Ruyant
 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
jeudi 16 septembre 2021

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions