• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme

Maxime Sorel, parrain de Vaincre la Mucoviscidose, s’apprête à gravir le Kilimanjaro,"Nous comptons mettre 6 à 7 jours"

 

Maxime Sorel, parrain national de l’association Vaincre la Mucoviscidose, s’apprête à gravir le Kilimanjaro, point culminant du continent africain situé au Nord-Est de la Tanzanie. Le marin a répondu positivement à l’invitation de l’association « gravir pour guérir » qui œuvre pour récolter des fonds pour Vaincre la Mucoviscidose à travers des aventures montagneuses.

 

image

Un groupe d’une dizaine de personnes est constitué pour cette ascension. Il est composé de Paul Fontaine (atteint de la mucoviscidose et ancien parrain de l’Imoca qui vient de boucler le Vendée Globe avec Maxime), de personnel soignant et de sportifs de haut niveau comme la kayakiste Manon Hostens et le skipper V and - Monbana - Mayenne.

 
Maxime Sorel est arrivé en Tanzanie hier pour débuter l’ascension du Kilimanjaro qui culmine à 5 895 mètres.

 

Maxime Sorel : "ma première ascension au-delà de 4000 mètres"

« J’ai toujours aimé la montagne et la grimpette ! Je suis donc emballé par l’idée de gravir le Kilimanjaro et donner de la visibilité à l’association Vaincre la Mucoviscidose que je soutiens depuis longtemps. Après avoir gravi le Mont Blanc, « gravir pour guérir » avait promis d’atteindre un second sommet qui s’élèverait à hauteur de la cagnotte récoltée lors de cette première ascension soit 5700 euros. Le toit de l’Afrique est donc le deuxième défi. Cette ascension ne demande pas de techniques de hautes altitudes. Elle sera donc adaptée à tous dont Paul Fontaine qui dispose de 55% de capacité respiratoire à cause de sa Mucoviscidose. Nous comptons mettre 6 à 7 jours. Cela sera ma première ascension au-delà de 4000 mètres. J’ai hâte d’y être et de pousser un maximum de monde à se mobiliser autour de ce challenge et pour vaincre la Muco. »

 
Source : TB Press

Lire la suite
21 lectures
0 commentaires

RORC Transatlantic Race. 30 bateaux en course

La course de 3 000 nm partie avec des conditions de vent idéales de Lanzarotte vers Grenade le 8 janvier dernier compte 256 marins de 27 pays différents et 30 bateaux.

Après une première journée marquée par l’approche d’un système dépressionnaire, émanant de la Nouvelle-Écosse, contraignant les équipes a trouver le bon positionnement, les concurrents ont rapidement progressé vers l’ouest emmenés par les multicoques et le MOD70 PowerPlay qui devance Argo et Maserati. Ils sont déjà à mi-course. Derrière le Maxi Comanche vise de battre le record de la course. A noter la présence de plusieurs équipages français dont l’Ange de Millon de Jacques Pelletier représentant le Yacht Club de France, Lady First3 , Tonnerre de Glenn, GDD, Challenge Ocean, Eugenia V, Faiaoahe.

MOCRA
Le MOD70 PowerPlay (CAY) de Peter Cunningham mène la course après avoir parcouru 569 milles au cours des 24 premières heures. Le MOD70 Argo (USA) de Jason Carroll est à 24 milles de PowerPlay et le Multi70 Maserati (ITA) de Giovanni Soldini est troisième, à 48 milles du leader. PowerPlay est le plus avancé des trois en direction ouest, mais se positionne également au sud du groupe, ce qui exagère légèrement son avance.

Ultim Emotion 2 a envoyé l’équipage en l’air pour résoudre un problème technique avec la drisse principale mais est de retour dans la course © Ultim Emotion 2

Un peloton de trois multicoques est désormais à l’ouest de Funchal et emprunte une route plus au nord que les leaders. L’Ultim Emotion 2 d’Antoine Rabaste a signalé qu’ils ont dû aller sous le vent d’une île pour régler un problème avec leur drisse de grand-voile (voir photo, à gauche), mais l’équipe est de retour dans la course et va bien. Gunboat 68 Tosca (USA), co-skipper par Ken Howery et Alex Thomson se porte bien. Le membre d’équipage Patrick Condy rapporte :

« Bien s’installer et accélérer. Ken Howery mène le score de vitesse maximale – 26,1 nœuds ! Pas très chaud à bord et ne fait que se refroidir plus au nord.

IRC SUPER ZÉRO
Le Maxi Comanche (RUS) à quille pendulaire de 100 pieds a pris une avance de plus de 60 milles dans la flotte des monocoques. Comanche a parcouru 448 milles au cours des 24 premières heures, bien dans le rythme record de la course. Plus au nord que Comanche, le Volvo 70 L4 Trifork (DEN) est engagé dans une bataille avec le Volvo 70 I Love Poland (POL). Les deux équipes ont enregistré des vitesses de plus de 20 nœuds.

IRC ZÉRO
Botin 52 Caro (CH) de Max Klink est en tête, mais de justesse. Le Botin 56 Black Pearl (GER), barré par Stefan Jentsch, et le Botin 52 Tala (GBR) de David Collins sont en formation de chasse de 50 pieds, déferlant à travers les vagues de l’Atlantique sur une large portée. Il ne fait aucun doute que les sourires de l’équipage sont plus larges que la distance entre ces trois-là. Après correction du temps IRC, Caro mène la classe et la course au général, mais il est très tôt dans la course pour faire des pronostics.

IRC UN
Une forte divergence d’opinion a provoqué le premier grand jeu en IRC One, la flotte étant divisée sur la décision à Tenerife. L’Oyster 48 Scarlet Oyster (GBR) de Ross Applebey, le Milon 41 L’Ange De Milon (FRA) de Jacques Pelletier et le JPK 10.10 Jangada (GBR) de Richard Palmer sont alignés pour traverser le sommet de Tenerife. Pendant ce temps, le Lombard 46 Pata Negra (GBR) d’Andrew Hall mène un groupe de bateaux alignés pour courir vers le sud.

Le nord semble être l’appel gagnant jusqu’à présent, car le groupe a profité d’une bonne brise. Les équipes à l’ouest de Tenerife semblent avoir calé dans l’ombre du vent de l’île. Cependant, la stratégie à long terme peut encore favoriser les bateaux du sud, comme l’explique Chris Jackson depuis le Pata Negra :

« En regardant la piste extrême nord, cela nous semble très inconfortable et aussi risqué d’avoir une route au sud plus tard dans la course, bien sûr cela pourrait changer. Nous nous rapprochons de la ligne de rhumb, ce qui, espérons-le, nous donnera une meilleure route vers le sud plus tard. »

Lire la suite
27 lectures
0 commentaires

Retour en France pour Louis Duc et son IMOCA blessé, Kostum - Lantana Paysage est arrivé à Caen - Image

 

Louis Duc et son compagnon de route sont arrivés ce matin à Ouistreham après 11 jours de convoyage sous gréement de fortune depuis les Açores. Direction le chantier V1D2 pour une mise au sec de Kostum - Lantana Paysage.

image

Crédit : Kostum - Lantana Paysage

ScanVoile

Lire la suite
26 lectures
0 commentaires

Stand-by prolongé, Yann Guichard : "repousser jusqu’à fin janvier, voire même après janvier !"

 

En attente d’une ouverture météorologique, Sails of Change a décidé de reporter son stand-by jusqu’à la fin du mois de janvier : une quinzaine de jours supplémentaires bienvenus en raison d’une situation sur l’Atlantique peu favorable.

image

Crédit : Sails of Change

  Il n’y avait pas d’ouvertures cet automne pour tenter de battre le record autour du monde à la voile établi en 2017 en 40 jours 23 heures et 30 minutes. Mais il peut encore y en avoir cet hiver ! L’Atlantique Nord n’est pas franchement coopératif ces derniers temps. Et si Sails of Change a bien failli s’élancer par deux fois avant le solstice d’hiver, la configuration s’est avérée finalement peu favorable pour établir un temps suffisamment court au passage du cap de Bonne-Espérance. Car c’est désormais la pointe Sud de l’Afrique qui est dans le collimateur : il ne suffit plus de franchir l’équateur en moins de cinq jours (ce que le trimaran géant a déjà fait plusieurs fois). Il faut au minimum avoir un temps à l’entrée de l’océan Indien qui approche, voire améliore, celui de tenant du titre !
 
« À l’origine, nous avions prévu un stand-by jusqu’au 15 janvier, mais la situation météo n’a pas vraiment été favorable ces dernières semaines … Nous avons donc décidé de le repousser jusqu’à fin janvier, ce qui n’a rien d’exceptionnel puisque certaines tentatives et certains records sur le Trophée Jules Verne ont démarré après le réveillon, voire même après janvier ! Nous savions qu’il y a des années avec et des années sans : c’est difficile de dire si les modifications climatiques que nous constatons ont une influence, mais ce qui est sûr, c’est qu’il n’y a pas d’alizés établis parce que l’anticyclone des Açores n’est pas à sa place habituelle. Les dépressions se succèdent, parfois même à la latitude des Canaries … » précise Yann Guichard.

 

Source : Spindrift
Lire la suite
31 lectures
0 commentaires

2022 sous le signe des compétitions sportives !

MONACO OPTIMIST TEAM RACE (12-16 janvier 2022) : PROMESSE D’AVENIR

60 régatiers âgés de moins de 14 ans vont se retrouver dès la semaine prochaine à l’occasion de la 12e édition de la Monaco Optimist Team Race qui attire l’élite mondiale du team-racing dans la catégorie Optimist. 15 nations seront représentées dont l’Uruguay, les Etats-Unis, la Finlande, la Turquie ou encore le Chili qui s’alignera pour la première fois au rendez-vous et dont l’équipe est déjà arrivée à Monaco.
Le format permet aux participants, répartis par équipe de quatre, de s’affronter à armes égales sous forme de duels. A l’issue de la phase de round-robin durant laquelle toutes les formations se rencontrent, se dérouleront les quarts puis les demi-finales avant les finales tant attendues ! « Cette épreuve internationale destinée aux jeunes régatiers s’inscrit dans le cadre de notre démarche Monaco, Capitale du Yachting » explique Bernard d’Alessandri, Secrétaire Général du Y.C.M. « Au-delà de l’aspect purement sportif, cet évènement est l’occasion pour ces jeunes régatiers de rencontrer d’autres passionnés du même âge, de cultures et horizons différents, autour des valeurs fédératrices : convivialité, fraternité et solidarité ».
En guise de warm-up, les équipes venues d’Ukraine, de Belgique, des Pays-Bas, d’Allemagne, de Monaco et de France participeront à une Clinic Internationale (10-12 janvier), chapeautée par Philippe Gomez, jury et pointure dans le monde du team-racing, également responsable de la partie règlementation au sein des équipes de France. Ces trois journées serviront de galop d’essai aux jeunes régatiers qui s’entraineront à la course par équipe, à la communication et à la cohésion.
Rappelons que la précédente édition avait été remportée par l’équipe nationale américaine suivie des Suédois du KSSS. Les jeunes Monégasques avaient complété le podium.

MONACO SPORTSBOAT WINTER SERIES, ACTE 3 (3 au 6 février 2022) : LES J/70 À L’ASSAUT DU PLAN D’EAU MONÉGASQUE

En février, les régatiers plus aguerris seront à leur tour sur le pont lors du troisième acte des Monaco Sportsboat Winter Series, où une quarantaine de formations internationales (12 nations) est attendue. Cette série de régates mensuelles prend cette année une toute nouvelle dimension pour les J/70, avant le championnat du monde de la série (14-22 octobre 2022), organisé pour la première fois par le Yacht Club de Monaco, en collaboration avec FxPro. Pour les équipages monégasques, le championnat 2021-2022 des Monaco Sportsboat Winter Series, qui s’achèvera en mars, sera leur épreuve qualificative pour décrocher une place au mondial.
À mi-parcours de la saison, l’équipage de Junda mené par Ludovico Fassitelli du Y.C.M. mène brillamment la danse au classement général avec 5 points d’avance sur les équipages moscovites de Tenzor Sport et de Dolce Vita. Le prochain acte sera d’ailleurs placé sous le signe de la Russie puisqu’il donnera le coup d’envoi du circuit russe de régates de J/70. La Tenzor International Cup a en effet choisi la destination Monaco pour organiser une étape préliminaire de son calendrier.

PRIMO CUP – TROPHÉE CREDIT SUISSE (3-6 mars 2022) : DERNIER TEST EVENT AVANT LE MONDIAL

La flotte internationale de J/70 reviendra en Principauté, à l’occasion de la 38e Primo Cup-Trophée Credit Suisse, qui constituera également le quatrième et dernier acte du circuit des Monaco Sportsboat Winter Series. Lancée en 1985 sous l’impulsion de S.A.S. le Prince Albert II, Président du Y.C.M., cette régate dotée en vêtements techniques de l’équipementier Slam s’est depuis imposée comme le plus grand rassemblement hivernal européen de la monotypie en Méditerranée.
C’est un week-end haut en couleurs, qui s’annonce, avec la présence de plus d’une centaine d’équipages, répartis en cinq séries. Aux côtés des fidèles J/70, Smeralda 888 et Longtze Premier, l’on pourra découvrir le très en vogue RS 21, qui a fait son entrée en 2018 dans le paysage des quillards sportifs. Pour les Dragon, ce rendez-vous sera la première épreuve de leur circuit européen (European Grand Prix), qui débutera dès le 2 mars.
L’intensité du programme est à la hauteur de l’ambition de la Principauté de proposer des évènements de haut niveau et dont la réputation rayonne à l’international afin d’affirmer la place de Monaco comme Capitale du Yachting.

L’article 2022 sous le signe des compétitions sportives ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
32 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions