• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme

Pos. Report #44 club de la presse

Pos. Report, le podcast de Tip & Shaft, est disponible ici :

Pos. Report est disponible ici :

Pos. Report #44

Club de la presse

Ecoutez l'épisode #44 ici :

Vendée Globe, Route du Rhum, Solitaire du Figaro, Volvo Ocean Race, les marins d'Into The Wind ont fait les plus grandes courses et le racontent sur Deezer

Deezer

Ecoutez l'épisode 44 ici :

Ce 44e épisode de Pos. Report, spécial club de la presse, évoque l’actualité de la voile de compétition en compagnie de Camille El Bèze, journaliste indépendante, qui travaille notamment pour le site du Vendée Globe, dont elle est rédactrice en chef, ce qui est également le cas de Frédéric Pelatan, par ailleurs rédacteur en chef du Journal du Nautisme, tandis que notre troisième invitée est Laurène Coroller, journaliste pour Voiles & Voiliers.

 

Avec cette dernière, qui a suivi le week-end dernier le Spi Ouest-France, nous commençons par parler de la 43e édition de ce traditionnel rendez-vous, décalé, Covid oblige, pour la deuxième année de suite de Pâques à l’automne, et qui aura notamment été marqué par le retour des Figaro, puisque la classe organisait à l’occasion son National équipage, une première sur les Figaro 3. Un National remporté par Pierre Leboucher sur Guyot Environnement, une belle manière pour le skipper de clore un partenariat qui s’achève cette année.

 

Deuxième sujet du jour, la Mini Transat EuroChef, dont le dénouement de la première étape a eu lieu en fin de semaine dernière en série, avec la victoire du jeune Allemand Melwin Fink qui, contrairement à la quasi-totalité de la flotte, ne s’est pas abrité en Espagne, d’où l’énorme avance à l’arrivée sur ses deux poursuivants, Christian Kargl et Hugo Dhallenne. Pour nos invités, si la question se pose du « gentlemen’s agreement » au sein de la flotte qui a pu être mal compris, ils soulignent tout de même la très belle performance du vainqueur, qui s’élancera sur la deuxième étape avec une marge très importante, mais une étiquette de favori pas forcément facile à assumer, à 19 ans.

 

Nous évoquons ensuite le circuit SailGP, qui faisait escale le week-end dernier à Cadix ; nos invités commentent notamment le remplacement au sein de l’équipe de France de Billy Besson par Quentin Delapierre, que Frédéric Pelatan confie avoir pressenti lorsqu’il s’était rendu cet été sur le Grand Prix du Danemark à Aaarhus, en raison notamment de « l’ambiance tendue » qui régnait entre le skipper et l’Anglais Leigh McMillan, le régleur d’aile.

 

Nous terminons par la Transat Jacques Vabre dont le départ sera donné le 7 novembre du Havre, une édition qui enthousiasme nos trois spécialistes en raison de son plateau – « dans chaque classe, c’est quasiment impossible de faire des pronostics », souligne Laurène Coroller – et de son triple parcours qui fait dire à Camille El Bèze : « Stratégiquement, on va se régaler devant la carto. »

 

Diffusé le 12 octobre 2021

Générique : Fast and wild/EdRecords
Post-production : Clovis Tisserand

Photo : Mini Transat EuroChef 2021/Vincent Olivaud – JM Liot/Alea/TransatJV – YM Quemener/Ouest-France.fr – Ricardo Pinto for SailGP

Pos. Report est produit par Tip & Shaft,
le média expert de la voile de compétition

Tip & Shaft est le média des grandes courses à la voile : Vendée Globe, Route du Rhum, Volvo Ocean Race, Solitaire du Figaro, Transat AG2R

Tip & Shaft décrypte la voile de compétition chaque vendredi, par email :

Des articles de fond et des enquêtes exclusivesDes interviews en profondeurLa rubrique Mercato : l’actu business de la semaineLes résultats complets des coursesDes liens vers les meilleurs articles de la presse française et étrangère
#mc_embed_signup{; clear:left; font:14px Helvetica,Arial,sans-serif; } /* Add your own Mailchimp form style overrides in your site stylesheet or in this style block. We recommend moving this block and the preceding CSS link to the HEAD of your HTML file. */
* champs obligatoires
Votre adresse email *
Votre nom *
Votre prénom *
Vous êtes : * Coureur/euse pro ou membre d un teamMembre d une federation/classe/organisationPrestataire ou fournisseur/euseJournalisteCommunicant/eSponsorCoureur/euse amateur/eSimple passionne/e


🇬🇧 Want to join the international version? Click here 🇬🇧

L’article Pos. Report #44 club de la presse est apparu en premier sur Tip & Shaft.

Lire la suite
15 lectures
0 commentaires

Comment Edenred monte en puissance dans la course au large

Entrée dans la course au large pour soutenir Emmanuel Le Roch sur la Route du Rhum 2018, la société Edenred y a pris goût : elle a renouvelé son contrat avec ce dernier jusque fin 2023, nouveau Class40 à la clé, tout en accompagnant Basile Bourgnon, en Mini, puis sur le circuit Figaro Beneteau 3 à partir de 2022. Décryptage.

L’histoire est née sur un quai de La Trinité-sur-Mer et c’est Emmanuel Le Roch, alors patron de Nautic Sport, société de location de bateaux, qui la raconte : “Je rêvais de Route du Rhum, j’avais acheté un Class40 pour l’édition 2018, mais je cherchais un financement. Il se trouve que Bertrand Dumazy était un client depuis une quinzaine d’années, il faisait partie d’une dizaine de personnes que j’avais identifiées pour leur présenter mon projet, mais je ne savais pas du tout ce qu’il faisait professionnellement.”

Bertrand Dumazy est en fait le patron d’Edenred, une société spécialisée dans les services aux entreprises – elle édite notamment le Ticket Restaurant – cotée à la Bourse de Paris, qui affiche aujourd’hui un chiffre d’affaires de 1,5 milliard d’euros et compte 10 000 collaborateurs. “Un jour, j’ai pris un café avec lui, il m’a dit que ça l’intéressait, mais il ne voulait pas que ce soit son projet perso, il m’a demandé d’aller le défendre devant son conseil d’administration.”

Emmanuel Le Roch parvient à convaincre les dirigeants, d’autant que le timing est bon : “On avait fait un rebranding de la marque en 2017 avec un nouveau logo, on avait besoin de le mettre en avant vis-à-vis de nos utilisateurs et de nos collaborateurs, nous avons été séduits par le projet”, confirme Julien Tanguy, directeur général finance d’Edenred.

Au départ, l’entreprise devait apporter une contribution plutôt modeste, elle s’avère plus importante que prévu : “C’était un petit partenariat, mais comme ils voulaient que le bateau soit entièrement marqué à leur nom, ils ont accepté d’augmenter leur participation en finançant quasiment tout”, poursuit Emmanuel Le Roch.

“Basile a été un énorme booster
en termes de communication externe”

La Route du Rhum de ce dernier tourne court (abandon pour panne de pilote et cloison fissurée), mais le “coup pour voir” ne reste pas sans lendemain : “On s’est rendu compte que le projet, qui était alors surtout tourné vers de la communication interne, avait vraiment bien marché, poursuit Julien Tanguy. On s’est dit que ce serait dommage d’arrêter là-dessus, on a regardé la course d’après, c’était la Transat Jacques Vabre. Comme elle se courait en double, s’est posée la question du co-skipper.”

Emmanuel Le Roch propose Basile Bourgnon, qui n’a alors que 17 ans : “J’étais hyper pote avec son père, Laurent, qui m’a beaucoup fait naviguer, donc je le connais depuis qu’il est tout gamin. Je savais qu’il voulait faire de la course au large, je me suis dit que ça pouvait être un tremplin pour lui et une belle histoire de passation entre nous.” Avec un bateau daté (Pogo 40 S2 mis à l’eau en 2010), les deux hommes terminent 12e, l’arrivée à Bahia et les retombées média finissent de convaincre Edenred de s’installer durablement dans la course au large.

“Basile a été un énorme booster en termes de communication externe. Nous avons eu des retombées de près de 900 000 euros en équivalent média, ça a été une opération très positive, on y a vraiment pris goût”, confirme Julien Tanguy. Edenred accepte alors la proposition d’Emmanuel Le Roch de viser plus haut et de construire un nouveau Class40 (Mach 40.4 chez JPS, mis à l’eau en juin dernier) – propriété d’Enjoy Racing, la structure du skipper. Et se réengage pour quatre ans, jusqu’à fin 2023, avec au programme deux Jacques Vabre et la Route du Rhum 2022.

Et le Vendée Globe ?

Parallèlement, Basile Bourgnon soumet au sponsor un projet de Mini Transat 2021 (en série, sur un Maxi) qui, là encore, dit banco. Projet qui a bien failli ne pas aller à son terme, puisqu’il ne faisait pas partie des 84 inscrits, avant d’être accepté in extremis lorsque l’organisateur a accepté d’élargir la liste à 90. Sous la pression d’Edenred ? “On a poussé, mais on n’était pas les seuls, répond Julien Tanguy. Les organisateurs avaient parfaitement conscience de l’investissement des skippers et des sponsors, on a pu avoir des discussions qui ont permis d’aboutir à cette solution. Maintenant, ce serait un peu fort de dire qu’on a pesé sur cette décision, c’est surtout la détermination de Basile qui a été prise en compte.”

Contraint de s’abriter en Espagne puis victime d’un problème de gréement, ce dernier est arrivé samedi 38e de la première étape, loin du vainqueur, Melwin Fink, mais il sait que la suite est déjà écrite pour lui : à partir de 2022, il courra pour trois ans sur le circuit Figaro Beneteau sous les couleurs d’Edenred. “C’est la suite logique de l’histoire, on s’est attachés à Basile et le Figaro est vraiment la série où on voit ce que vaut un marin. On a choisi de s’inscrire dans le temps, un peu comme Pierre Quiroga avec Macif [ce dernier est le co-skipper d’Emmanuel Le Roch sur la Jacques Vabre, Basile Bourgnon courra l’édition 2023, NDLR] : il avait un plan de trois ans qui lui a permis de monter en puissance jusqu’à gagner la Solitaire, c’est un bel exemple. Et ça reste dans ce qu’on peut se permettre en termes de budget.”

Qui de cet investissement ? “Près de 200 000 euros annuels pour le Figaro et un peu moins de 400 000 euros par an pour le Class40“, répond Emmanuel Le Roch, qui héberge avec sa structure les projets voile d’Edenred – des chiffres confirmés par le partenaire. “On est sur des coûts très raisonnables, ce n’est pas un budget d’Imoca”, estime Julien Tanguy. A propos d’Imoca, l’entreprise pourrait-elle accompagner Basile Bourgnon dans ses velléités de Vendée Globe ? “Aujourd’hui, ce n’est pas à l’ordre du jour, on va déjà faire ce premier cycle de quatre ans, mais rien ne nous empêche de rêver à une poursuite de notre croissance et d’accompagner Basile plus loin”, répond le directeur directeur général finance.

Photo : Jean-Marie Liot / Edenred

L’article Comment Edenred monte en puissance dans la course au large est apparu en premier sur Tip & Shaft.

Lire la suite
22 lectures
0 commentaires

SVR-LAZARTIGUE en pleine action, objectif Jacques Vabre pour François Gabart et Tom Laperche - Images

Au coeur de Malama, l'IMOCA mené par Charlie Enright et Pascal Bidegorry - Vidéo inside

Embarquez à bord de Malama, l'IMOCA neuf du 11th Hour Racing Team. Charlie Enright et Pascal Bidegorry ont effectué leur qualification p...

image
Lire la suite
18 lectures
0 commentaires

Marie Tabarly embarque sur l'Imoca de Louis Duc, « Je me sens super bien à bord de ce bateau : il est sain, facile et intuitif »

 

6 semaines après la mise à l’eau de leur IMOCA Kostum – Lantana Paysage, Louis Duc et Marie Tabarly ont eu le temps de se qualifier pour la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre, de naviguer dans plus de 50 nœuds, de passer plusieurs nuits en mer, d’aller à la rencontre de leurs partenaires… « Je suis ravi du niveau de préparation que nous avons pu atteindre aujourd’hui, c’était inespéré il y a quelques semaines », se réjouit le skipper Normand. « Je me sens super bien à bord de ce bateau : il est sain, facile et intuitif », complète Marie Tabarly.

 

image

Crédit : B Le Bars


En un gros mois seulement, Louis et Marie ont réussi à découvrir et apprivoiser leur 60 pieds. Ils n’ont pu réaliser que quatre navigations, dont leur parcours de 1000 milles qualificatif pour la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre et un aller-retour Normandie - Bretagne avec un passage à plus de 50 nœuds à la pointe de Bretagne, mais chaque sortie a rempli ses objectifs avec efficacité.

4 sorties en mer de 0 à 55 nœuds et 1 mois de préparation

Marie Tabarly, co-skipper de l’IMOCA Kostum – Lantana Paysage : « Je me sens super bien à bord de ce bateau. Ensuite, il faudra le faire aller vite : ça va venir... -Je me suis très vite familiarisée avec le plan de pont, le piano. C’est ma formation d’être à l’avant, au pied de mat, j’ai trouvé mes marques. Avec Louis, c’est très simple ! C’est comme à terre : aucune surprise. Ce sera sans doute un peu différent en course avec la pression de la compétition et le rythme à adopter sur du long terme. Mais à deux, ça va être facile à mettre en place. Il y a encore beaucoup de points techniques à régler et quelques navigations de validation à faire. Il faudrait passer du temps en mer, mais ce ne sera pas possible. Nous avons vraiment bien optimisé les navigations que nous avons pu faire : nous avons eu beaucoup de chance avec la météo, notamment d’avoir 40 – 55 nœuds avant de partir. »
 
Louis Duc, skipper de l’IMOCA Kostum – Lantana Paysage : « Je suis extrêmement content de notre niveau de préparation, c’était inespéré ! On a commencé par une navigation de nuit, ce qui est assez rare quand on découvre un bateau. Cela nous a tout de suite permis d’orienter notre job-list vers ce qu’il fallait prioriser pour être à l’aise en mer et la nuit. Pour notre parcours de qualification, les conditions ont été assez douces. Nous avons déballé toutes les voiles et découvert le mode d’emploi du bateau. Nous avons commencé à créer des selects, des polaires, que nous avons ajustées après notre sortie à 40 – 55 noeuds… J’ai l’impression de connaître déjà le bateau par cœur ! En mer, on arrive à bien se caler. Marie a une belle analyse du plan de pont. Elle comprend très vite tout ce qui se passe. C'est génial. J’ai mon regard plus technique, on se complète et on se comprend. Ça colle très bien. Nos partenaires sont hyper enthousiastes, c’est un grand plaisir de partager ce défi avec eux. Nous avons pu embarquer des collaborateurs de Lantana Paysage : ils sont tous repartis avec le sourire, ça fait vraiment plaisir ! Nous sommes aussi allés à la rencontre des collaborateurs de Cadiou à Locronan et à Paris lors d’un salon avec leurs équipes. La météo nous a en revanche empêchés de les embarquer avec nous : nous étions très déçus. Nous aimerions avoir plus de temps… partie remise ! Nous avons également à nos côtés un Club de partenaires « Votre Entreprise Autour du Monde » qui réunit aujourd’hui 11 sociétés. Il y a une belle énerg ie qui se dégage de tout cela ! C’est le début, tout s’enchaine assez bien… Ce sont des projets porteurs, nous faisons le maximum pour que cela fonctionne au mieux. Nous sommes aux portes d’une belle aventure commune, j’espère que tout le monde sera satisfait ! »

 

Source : Kaori
Lire la suite
18 lectures
0 commentaires

Les ETF26 étaient au Spi OF, le Team Pro de JC Mourniac s'impose devant ABC Arbitrage de Kevin Fischer - Résultats

Ce dimanche au Spi Ouest-France Banque Populaire Grand Ouest, les six ETF26 couraient les dernières courses des ETF Series 2021. 15 noeuds de vent de nord-est sur mer plate ; les conditions idéales étaient réunies pour finir la compétition en beauté. Team PRO remporte l'événement en terminant premier de 8 courses du 12 disputées.

image

Crédit : Th Deregnieaux


Classement général de l'événement : 

1- Team PRO - 20 points 

2- ABC Arbitrage - Entreprises du Morbihan - 33 points 

3- Toroa Racing Team - 36 points 

4- Youth Foiling Team - 37 points 

5- Cool Running Racing Team - 52 points 

6 - Bourgnon's Foily - 63 points 

Retrouvez la saison ETF26, ici

Source : ETF26

Lire la suite
20 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions