• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme

Camille Lecointre et Aloïse Retornaz à Tokyo pour les Jeux olympiques, "la préparation mentale prend une grande part"

 

Camille Lecointre et Aloïse Retornaz sont à Tokyo depuis une semaine, et ont pu débuter leurs navigations sur le plan d'eau olympique d'Enoshima. Au très haut niveau, les écarts sont si faibles en terme de performances techniques et tactiques que la différence peut se faire sur le plan du mental... C’est pourquoi Camille Lecointre et Aloïse Retornaz ont fait le choix de travailler avec une préparatrice mentale dès les débuts de leur collaboration en 2018, pour apprendre à se connaître, comprendre l'autre et pour gagner du temps en vue de Tokyo 2020.

 

image

Crédit : Sailing Energy


Pourquoi le choix de la préparation mentale ? « Quand on arrive au très haut niveau, on s’aperçoit que la préparation mentale prend une grande part car il n’y a pas tant de différences que ça en tactique et en technique. On fait un sport d’équipe, donc on a besoin de beaucoup communiquer, et on a besoin de le faire bien ! » explique Camille. Même son de cloche chez Aloïse : « C’est important de travailler en équipe, notre performance n’est pas liée uniquement à nos compétences techniques, la préparation mentale nous aide à mieux fonctionner dans notre équipage. ». C’est dans cette optique que Camille, Aloïse et Gildas Philippe (coach de l’équipe de France féminine de 470) ont fait appel à Émilie Pelosse, préparatrice mentale qui officiait déjà auprès de Camille et Hélène Defrance lors de l’olympiade précédente.

 

Comment ça marche ? « On voit Émilie tous les deux mois environ, elle vient à certains entraînements, certaines préparations de régates. On a des temps d’échanges à quatre (entre Camille, Aloïse, Gildas Philippe et Émilie Pelosse, ndlr) durant lesquels on peut discuter des problèmes rencontrés, mais aussi de tous les sujets que l’on souhaite aborder. » explique Camille. « Lors de ces échanges, le but est de mettre en avant les problèmes potentiels et d’y trouver des solutions. Lors de certains entraînements, on s’enregistre sur l’eau pour pouvoir débriefer ensuite avec Émilie la façon dont on se parle, cela nous permet d’être plus pertinentes dans notre relation à deux », détaille Aloïse.

 

Ça leur apporte quoi ? Si la préparation mentale permet d’être plus performant en compétition, elle a aussi permis à Camille et Aloïse de gagner du temps dans la mise en place de leur fonctionnement à deux. Selon Camille, « Au début on se marchait un peu sur les pieds, on a bien compris que cela n’était ni agréable ni efficace. On a pu détailler notre organisation en fonction de nos points forts et de nos points faibles, aujourd’hui c’est quelque chose de solide auquel on peut se raccrocher ! Emilie nous aide aussi beaucoup dans la construction de la prise de décision, sur la façon de nous répartir les rôles à ce moment-là. ». De son côté, Aloïse explique « Au début, la préparation mentale nous a permis de déblayer le terrain pour mieux nous connaître plus rapidement, de mieux connaître nos comportements sous stress. Dans un deuxième temps cela nous a permis d’accepter qu’il est naturel de stresser et de reproduire ces contraintes de stress pour ne plus les subir en compétition ! ».

 

En savoir plus sur la préparation mentale « La préparation mentale est un vaste sujet ! On parle aussi de psychologie de la performance. En fait il s’agit de savoir comment on est capable de mobiliser tout ce que l’on a appris à l’entraînement en situation de contrainte psychologique. » explique Émilie Pelosse, préparatrice mentale du duo. Il s’agit de détecter les déterminants psychologiques de la performance, puis de faire une évaluation pour savoir où en est l’équipage. Enfin, le préparateur mental propose un programme pour faire progresser l’équipage. Celui-ci peut s’adapter en faisant des choix stratégiques, par exemple en améliorant les points forts. En fait, comme dans l’entraînement physique, il s’agit d’être prêt pour être performant au moment choisi. « Sur un programme long comme celui des filles, on ne travaille pas la même chose la première année et à la f in de l’olympiade ! Avec la crise sanitaire, le schéma s’est un peu redessiné car on a eu une année en plus, mais forcément, le travail évolue ! » détaille Émilie.

 

PROGRAMME TOKYO 2020 . VOILE 470 

25 juillet : Contrôles de jauge 

28 juillet : Première épreuve voile 470 

31 juillet : Jour de réserve 

3 août : Jour off 

4 août : Medal race 

6 août : Arrivée à Paris

 

Source : Kaori
Vers une finale décisive entre Toulon et Brest sur...
Reprise des entrainements pour Jérémie Beyou, proc...
 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
samedi 31 juillet 2021

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions