• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme
Super Utilisateur n'a pas encore mis à jour sa biographie

The Race, une épreuve d’anthologie

The Race : No Limit Around The World1 est une épreuve sportive imaginée et créée par Bruno Peyron qui consiste à faire le tour du monde à la voile en équipage, sans escale et sans assistance. Sa particularité est son aspect « no-limit », les voiliers n’étant pas soumis à une limite de taille. L’unique édition part de Barcelone le 31 décembre 2000 et est remportée par le skipper Grant Dalton sur le catamaran Club Med en 62 jours, 6 heures, 56 minutes et 33 secondes. (source Wikipédia)

L’article The Race, une épreuve d’anthologie est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
181 lectures
0 commentaires

Le Mercato de la semaine

[CORONAVIRUS : LES ANNONCES DE LA SEMAINE]  
LA MAILASAIL OSTAR/TWOSTAR, dont le départ prévu le 10 mai avait été reporté, a été reprogrammée un an plus tard, elle s’élancera le 9 mai 2021 de Plymouth. LA SAILING CHAMPIONS LEAGUE a reporté à plus tard cet été la première des trois épreuves qualificatives pour la finale 2020 qui était prévue du 11 au 14 juin à Mariehamn (Finlande). LA SSE RENEWABLES ROUND IRELAND YACHT RACE, dont le départ devait être donné le 20 juin, s’élancera finalement deux mois plus tard, le 22 août. LA TRANSAT QUÉBEC SAINT-MALO (départ prévu le 12 juillet) n’aura pas lieu cet été, suite à la décision du gouvernement québécois d’interdire les événements sportifs sur son territoire jusqu’au 31 août. LES CHAMPIONNATS DU MONDE DE J/70 (25-juillet-1er août, Los Angeles) ont été reportés d’un an, ils auront lieu du 7 au 15 août 2021, même chose pour les championnats d’Europe (3-11 juillet, Copenhague), qui se dérouleront du 4 au 12 juin 2021.

[JOBS]

OCEAN DATA SYSTEM recrute un-e technicien-ne installateur-trice/intégrateur-trice et un-e assistant-e polyvalent-e bilingue TPE pour accompagner son développement ; postes en CDI basés à Lorient, à pourvoir immédiatement. THE OCEAN RACE recrute un-e responsable de la communication  développement durable. L’INTERNATIONAL LASER CLASS ASSOCIATION recrute un-e assistant-e technique, poste à temps partiel pouvant évoluer vers un plein temps ; les dossiers de candidature sont à envoyer avant le 30 avril. GRAND LARGE YACHTING recherche pour ses activités de développement et de suivi de production de ses gammes Outremer, Gunboat et Ocean Voyager, un ingénieur mécanique ; poste en CDI basé à La Grande-Motte. NODUS FACTORY recrute un-e responsable commercial-e, poste en CDI basé à Sarzeau (56).

[OFFRES DE SERVICES]

APOLLINE JAMES après un stage de fin d’étude à la Ligue de voile de Normandie aux côtés de Cédric Chateau, cherche dès maintenant Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. dans le domaine de la voile et plus spécialement de la course au large. JEAN-PIERRE ROUX, avocat à Lorient La Base en propriété intellectuelle, web et RGPD, avec 30 ans d’expérience des contrats commerciaux et du conseil dans le sponsoring voile et surf, propose de répondre gratuitement par téléphone (30 min’ max) aux entreprises du secteur qui s’inquiètent des conséquences de la crise sanitaire sur leurs contrats (hors contrats de travail) : 06 26 24 19 50

[STAGES]

LOUIS GUAY, étudiant en 2e année à l’Institut Nautique de Bretagne (technico-commercial de l’industrie et des services nautiques) souhaitant poursuivre en licence professionnelle, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. d’un an en matelotage, gréement, voilerie à partir de septembre 2020.
[ANNONCES & PARTENARIATS]
LE YACHT RACING FORUM 2020 (23-24 novembre à Portsmouth) propose un tarif « early bird » pour les 80 premiers inscrits et offre Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. sur tous ses forfaits de partenariat jusqu’au 30 avril, valable pour une durée de deux ans. En cas de report, qui n’est pas envisagé pour le moment, « les partenariats confirmés pour 2020, de même que les inscriptions anticipées seraient automatiquement attribués au nouvel événement », précise l’organisateur. LA GRANDE ÉVASION, transat virtuelle entre La Rochelle et Curaçao, a été remportée en Imoca par un joueur ukrainien, Sylk, tandis que chez les coureurs pros, c’est Alexis Loison qui s’est imposé (il a terminé 202e). LE SPI OUEST-FRANCE DESTINATION MORBIHAN, reporté à fin septembre, se met lui aussi au virtuel avec des régates inshore qui ont été organisées avec Virtual Regatta du 10 au 13 avril. Même chose pour la TRANSAT AG2R LA MONDIALE qui lance sa course virtuelle, départ le 19 avril, avec sur la ligne la plupart des marins qui étaient engagés sur la course « réelle ». De son côté, IRISH SAILING, la fédération irlandaise de voile, organise avec Virtual Regatta le premier Irish Sailing eSailing National Championship. NORTH SAILS a été choisi, pour la troisième fois consécutive, comme fournisseur officiel des voiles de la flotte des VO65 sur la prochaine édition de The Ocean Race. L’UNCL organise le mercredi 15 avril un atelier en visio-conférence, animé par Nicolas Lunven, sur la centrale de navigation NKE, pour s’inscrire, c’est ici.

[LANCEMENTS]

LE MIRABAUD YACHT RACING IMAGE 2020 est officiellement lancé, les candidats ont jusqu’au 6 octobre pour envoyer leurs photos, le lauréat sera annoncé lors du Yacht Racing Forum de Portsmouth les 23-24 novembre. PLANET SAIL vient de lancer On Course, une nouvelle émission présentée par Matt Sheahan, consacrée à la voile de compétition, dont le premier épisode s’intéresse notamment à American Magic, au Club Swan 36 et à la naissance de la classe 5.5. LE RORC a quant à lui lancé une série d’entretiens vidéos intitulée Time Over Distance, dont le premier invité est le navigateur britannique Brian Thompson.

Photo : Jean-Marie Liot/Alea

Nos articles sont publiés en avant-première chaque vendredi dans notre newsletter, quelques jours avant leur parution sur le site. Abonnez-vous ici, si ce n’est pas déjà fait 🙂

S’ABONNER GRATUITEMENT

L’article Le Mercato de la semaine est apparu en premier sur Tip & Shaft.

Lire la suite
0 lectures
0 commentaires

La Transat Québec St-Malo 2020 est annulée

Les organisateurs ont pris la difficile décision d’annuler la dixième édition de la Transat Québec St-Malo 2020 dont le départ devait être donné le 12 juillet prochain. Nous sommes bien conscients des décisions que nos dirigeants ont dû prendre pour la sécurité de tous et nous saluons leur courage. Nos pensées sont, d’abord et avant tout, avec ceux qui souffrent de ce virus et tous ceux qui subissent les inconvénients de cette pandémie mondiale.

Nous tenons à remercier tous nos partenaires et fournisseurs pour leur implication, leur compréhension et leur dévouement total. Les marins sont des aventuriers qui savent faire face aux éléments. Lorsque nous aurons traversé cette tempête, nous nous rassemblerons tous ensemble pour un nouveau départ autour des valeurs de la mer. Nous aimerions profiter de l’occasion pour souligner le travail de ceux qui restent trop souvent dans l’ombre :

Québec, Canada
Catherine Chénier, Fanny Côté, Marike Robitaille, Éric Villemagne, Maxime Côté, Kathleen Paré, Chantal Dubois, Éric Pilote, Nadia Marceau, Noémie Dansereau-Lavoie, Chantal Courtois, Grégory Cloutier;

Saint-Malo, France
Yves Allaire, Jean-Pierre Lebel, Christophe Jaffrelot, Claire Guinemer, Isabelle Varrin, Laurence Bozzuffi, Christian Rouxel, Michel Leduc, Maurice Gromil, Jean-Claude Bazin, Jean-François Tilly, Bernard Lhomer, Louis Lezcano, Thomas De La Broise, François Natali, Bruno Epp, Guillaume Gougeon, Béatrice Glinche, Marilyn Bourquin, Valérie Guérin, Freddy Martin

Enfin, un remerciement tout spécial à Monsieur Sylvain Gagné notre président sortant de Voile Internationale Québec inc. qui a tenu la barre de l’événement pendant plusieurs années et à notre nouveau président Monsieur Réjean Desgagnés qui saura mener notre navire à bon port.

La prochaine édition de la Transat Québec St-Malo nous offrira ce que la mer a de plus beau, l’espoir. Bon courage et bon vent!

L’article La Transat Québec St-Malo 2020 est annulée est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
130 lectures
0 commentaires

La Transat Québec St-Malo 2020 est annulée

Les organisateurs ont pris la difficile décision d’annuler la dixième édition de la Transat Québec St-Malo 2020 dont le départ devait être donné le 12 juillet prochain. "Lorsque nous aurons traversé cette tempête, nous nous rassemblerons tous ensemble pour un nouveau départ autour des valeurs de la mer."

image

Crédit : Québec Saint Malo

"Nous sommes bien conscients des décisions que nos dirigeants ont dû prendre pour la sécurité de tous et nous saluons leur courage. Nos pensées sont, d’abord et avant tout, avec ceux qui souffrent de ce virus et tous ceux qui subissent les inconvénients de cette pandémie mondiale.

Nous tenons à remercier tous nos partenaires et fournisseurs pour leur implication, leur compréhension et leur dévouement total. Les marins sont des aventuriers qui savent faire face aux éléments. Lorsque nous aurons traversé cette tempête, nous nous rassemblerons tous ensemble pour un nouveau départ autour des valeurs de la mer."

Source : S Guého

Lire la suite
171 lectures
0 commentaires

On embarque avec Aurélien Ducroz et Louis Duc sur la dernière Transat Jacques Vabre - Inside

En attendant de pouvoir (re)prendre la mer et ou de retourner en montagne, Aurélien Ducroz, skipper-montagnard, vous propose de vivre une Transat de l'intérieur au travers de ce film: Au coeur de la Transat Jacques Vabre. Un récit de l'intérieur, en double, partagé avec Louis Duc. C'était cet hiver à bord d'un Class40.


Lire la suite
138 lectures
0 commentaires

Plongée dans les archives - Victoire de Charlie Dalin et Yann Eliès sur Apivia lors de la Transat Jacques Vabre

Plongée dans les archives - Victoire de Charlie Dalin et Yann Eliès sur Apivia lors de la Transat Jacques Vabre | ScanVoile
Plongée dans les archives - Victoire de Charlie Dalin et Yann Eliès sur Apivia lors de la Transat Jacques Vabre En ces temps difficiles, la rédaction a décidé de replonger dans ses archives. L'occasion de revivre des moments forts de ces derniers mois. Pour continuer à vous évader, même confinés chez vous. Suite de la série : la victoire de Charlie Dalin et Yann Eliès sur Apivia lors de la dernière Transat Jacques Vabre. image

Credit : JL Carli/Alea

Duo complémentaire, ils embarquent sur Apivia, un foiler de dernière génération. Mais le monocoque, qui a été 

mis à l’eau

 au mois d’août, n’a que 3000 milles dans ses foils. Le plan Verdier semble bien né mais tiendra-t-il la cadence ? La réponse tombe assez vite. 

Charlie Dalin : "

Les conditions n’ont pas été idéales pour les foilers. On a fait beaucoup de près au départ puis du portant complet. le seul moment au vent de travers, c’est après le Pot-au-noir. Mais je crois que pour gagner ces courses, il faut un bateau polyvalent et Apivia a cette qualité. 

Les vitesses sont élevées mais les décélérations aussi ! Ces foilers sont de super machines. Elles sont très sollicitantes et je n’en attendais pas moins." 


Retrouvez l'article complet, icci

Par la rédaction
Source : S.Gueho

Lire la suite
137 lectures
0 commentaires

Superbe Mont Saint Michel vu de drone par Jérémie Eloy

Lire la suite
136 lectures
0 commentaires

Les TOP et FLOP de la semaine ... #14

Les TOP et FLOP de la semaine ... #14 | ScanVoile
Lire la suite
129 lectures
0 commentaires

Thibaut Vauchel-Camus, skipper du Multi50 Solidaires en Peloton : "On ne sera pas au départ de The Transat CIC"

Comme la majorité d'entre nous, Thibaut Vauchel Camus respecte le confinement. Le skipper du Multi50 Solidaires en Peloton revient sur son quotidien chamboulé. "L’objectif est de naviguer dès que possible afin de réaliser notre SEPtour. Nous naviguerons de toute façon davantage à l’automne qu’au printemps."

image

Crédit : P Contin


Comment vivez-vous ce repos forcé ? 

Thibaut Vauchel - Camus : "Je profite de ma chérie et de ma petite fille, je joue un peu à Virtual Regatta dans la catégorie des Ultim pour croire que nous faisons de la voile et je prépare la sortie du confinement. L’idée est de se remettre en ordre de bataille dès que possible afin de partager de bons moments d’évasion avec nos partenaires, notre communauté, les patients atteints de la Sclérose En Plaques...

Ce confinement a-t-il un impact sur votre saison sportive et solidaire ?

Nous avions prévu “une tournée – événement”, le SEPtour, afin d’aller à la rencontre de nos partenaires et des patients en mai dans des ports pas vraiment habitués à voir un trimaran comme le nôtre. Pour l’instant, nous sommes en stand-by sur ce sujet. 

Notre Multi50 Solidaires En Peloton – ARSEP est toujours au sec. Nous attendons quelques pièces afin d’être prêts pour sa mise à l’eau dès que l’on sortira de la crise. L’objectif est de naviguer dès que possible afin de réaliser notre SEPtour et de progresser techniquement en performance. J’attends aussi des informations de la Transat Québec Saint-Malo qui sera, peut-être, reportée de deux semaines. 

Nous naviguerons de toute façon davantage à l’automne qu’au printemps. Il est certain que l’on ne sera pas au départ de The Transat CIC même si elle est reportée en 2020. Mes nouveaux concurrents ne sont pas prêts à une traversée de l’Atlantique en solitaire. En revanche, si elle a lieu en 2021, pourquoi pas ?

Les personnes fragiles, dont les personnes atteintes de la Sclérose En Plaques, sont actuellement impactées, quel est votre message ?

Je pense fort à tous les patients atteints de la SEP et plus généralement à tous les patients français souffrant d’une maladie, dont ceux atteints par le Covid-19. La période n’est pas simple pour eux. 

Les patients de la SEP, s’ils ont des questions, doivent les poser à leurs médecins traitants ou directement à la Fondation ARSEP. Il ne faut pas stresser, respecter les consignes, vivre au jour le jour. 

Et puis, je pousse les patients qui le peuvent à faire des exercices quotidiennement afin de garder la forme. La pratique physique soulage l’esprit. Enfin, je souhaite remercier fortement les soignants et toutes les personnes qui font tourner notre pays actuellement comme les producteurs, caissières, les services de voiries, les bénévoles… 

Je pense, par exemple, aux salariés de l’un de mes partenaires, le transporteur Delanchy, qui nous permettent grâce à leurs transports de marchandise, de sauver une partie du travail des producteurs et de nous nourrir. Je pense enfin aux chercheurs SEP de l’Inserm de Caen, mobilisés afin de trouver un vaccin contre le Covid-19 et dans la gestion des patients à l’hôpital."

Source : TB Press

Lire la suite
145 lectures
0 commentaires

Comment les différentes classes tentent d’adapter leur programme 2/2

Après bientôt un mois de confinement, les différentes classes océaniques passent beaucoup de temps à travailler avec les organisateurs de courses sur la reprogrammation de leur calendrier 2020, voire 2021, tout en tentant de rassurer leurs adhérents, touchés à des degrés divers par la crise économique. Tip & Shaft, après avoir donné la parole la à Antoine Mermod, président de l’Imoca, a interrogé des représentants des classes Figaro Bénéteau, Mini, Diam 24, ainsi que certains organisateurs.

Classe Figaro : 2020 et 2021 à reconstruire

Solo Maître CoQSolo Guy Cotten Concarneau et Transat AG2R La Mondiale reportées, le début de la saison de la classe Figaro Beneteau a été très perturbé. Le bureau et la commission courses tentent de mettre en place des plans B, à la fois en 2020 et en 2021. Pour l’année en cours, un scénario possible serait de reprogrammer la Solo Maître CoQ début juin, de décaler la Le Havre All Mer Cup, initialement prévue du 5 au 14 juin, à la fin du mois, avant la Drheam-Cup en juillet et la Solitaire du 30 août au 20 septembre.

Pour Yvon Breton, président de la classe, ce scénario reste cependant loin d’être joué : « J’ai des contacts au ministère des sports et auprès du délégué interministériel aux grands rendez-vous sportifs [Jean Castex, qui a été chargé cette semaine par le gouvernement de préparer le déconfinement, NDLR], qui me font dire que plus le temps passe, plus le mois de juin me paraît encore un peu tôt. Les quinze jours qui viennent seront probablement déterminants pour voir comment évolue la pandémie. »

L’ancien cadre dirigeant d’AG2R La Mondiale veut pour autant rester positif, estimant que « tout ce qui peut contribuer à une reprise, comme le sport et donc la course au large, sera pris en compte. On peut imaginer des courses sans avoir tout le décorum autour. La question qui se posera alors est de savoir si ça a de l’intérêt, pour les marins, les partenaires et les collectivités, que ça se passe dans le désert le plus complet. Aujourd’hui, le mieux est d’attendre lundi l’intervention du président de la République. »

Pour ce qui est de la Transat AG2R La Mondiale, OC Sport Pen Duick a annoncé ce vendredi aux marins qu’« une tenue de la course en 2020 dans de bonnes conditions n’était pas possible, notamment du fait du déroulement en simultané d’un événement majeur du calendrier mondial de la course au large [le Vendée Globe], qui cannibaliserait l’attention médiatique et l’intérêt populaire. » Autre argument avancé par Yvon Breton : « C’était difficile de la déplacer en fin d’année, parce que si tu arrives à Saint-Barth en novembre-décembre, c’est la haute saison, les prix sont au plus haut et il n’y a pas de place dans le port. Et comme la saison actuelle est morte, ils vont mettre les bouchées doubles ».

OC Sport Pen Duick, qui a décidé de « procéder sans plus attendre au remboursement des droits d’inscription à hauteur de 2 300 € HT », travaille donc sur un report en 2021, à condition que le partenaire-titre, qui n’a pas encore été sondé, donne son aval. Et que la classe s’accorde avec les coureurs et les organisateurs sur un un scénario très dense pour le premier trimestre 2021 : « L’idée serait de caser la Sardinha Cup, la Transat AG2R La Mondiale à peu près aux mêmes dates que cette année, puis la Med Sea Race [nouvelle course en Méditerranée, NDLR] au retour », ajoute Yvon Breton.

Ce nouveau programme impliquerait de déplacer la Sardinha Cup, aller-retour au Portugal prévu en avril, une hypothèse que n’envisage pour l’instant pas Estelle Graveleau, qui organise la course au sein du Team Vendée Formation : « A ce jour, nous ne changeons pas ce sur quoi nous travaillons depuis longtemps. Par rapport à l’histoire que nous racontons et à nos partenaires portugais, une autre date qu’avril est compliquée. Attendons déjà de connaître la position d’AG2R, on espère en tout cas que tout le monde trouvera sa place et surtout que personne ne s’imposera. »

Classe Mini : une question de qualification

Avec une seule course courue à ce jour, la Mini Golfe, et six annulées (Plastimo Lorient Mini et Pornichet Select en Atlantique, Arcipelago, Mini Petrolera, 222 Mini Solo et Grand Premio d’Italia en Méditerranée), la classe Mini ronge son frein et il y a peu de chances que la Mini en Mai ait lieu à la date prévue. « Ça risque d’être court, reconnaît Sébastien Pebelier, président de la classe. On a en revanche tous envie de garder espoir pour le Trophée Marie-Agnès Péron, le Mini Fastnet et la Calvados Cup en juin-juillet, et, bien sûr, Les Sables-Les Açores ».

Directeur de course de ces quatre dernières épreuves, Denis Hugues confirme : « Pour l’instant, on travaille comme si elles allaient avoir lieu. Ce qui est certain, c’est qu’on peut redémarrer dans les premiers sans risque : c’est du double ou du solitaire, nous ne drainons pas des millions de spectateurs, le village n’est pas indispensable, on peut se passer de la remise des prix, et les briefings, on peut les faire en visio-conférence, des solutions existent. »

Toutes ces courses requièrent cependant des qualifications sur les épreuves précédentes, notamment Les Sables-Les Açores, de catégorie A. « On élabore des plans pour permettre aux coureurs de la faire sans course de qualification préalable, confirme Sébastien Pebelier. Nous avons un parcours de qualif en Atlantique prédéfini – départ sous le pont de l’île de Ré, une cardinale au sud-est de l’Irlande à virer et retour au plateau de Rochebonne – suffisamment exigeant pour montrer que si tu le boucles, tu sais faire du bateau et tu es donc admissible aux courses A. Pour celles de niveau B, type Mini Fastnet, tu es normalement obligé d’avoir fait avant une de catégorie C, comme le Trophée MAP, là encore, on s’adaptera en fonction, on pourra faire des parcours de qualification, peut-être dans le cadre des convoyages. »

Parallèlement, la classe imagine organiser et/ou reprogrammer des épreuves à l’automne : « Si aucune course n’a lieu, on va tout faire pour organiser des épreuves en septembre-octobre. On n’a pas d’énormes sponsors qui soutiennent nos courses, on est un peu plus flexibles que dans d’autres classes« , poursuit le président d’une classe qui, avec 140 bateaux différents inscrits au total sur la Mini en mai et le Mini Fastnet, continue de faire recette.

Peut-elle subir les effets de la crise, notamment sur son épreuve-phare, la Mini-Transat, dont la prochaine édition est prévue en 2021 ? Sébastien Pebelier est partagé : « On est la classe océanique qui coûte le moins cher, avec beaucoup de ministes qui arrivent à s’autofinancer, mais s’ils n’ont plus de boulot ou voient leur salaire baisser, ce ne sera pas leur priorité d’aller faire du bateau. Donc il y en aura forcément qui vont se désister, mais je pense que l’impact va être limité sur l’édition 2021 car beaucoup ont déjà tout prévu, ça sera peut-être plus la promo qui suivra qui sera impactée. »

Diam 24 : le Tour Voile très compromis

En dehors de Sailing Arabia The Tour, les Diam 24 n’ont pas encore pu courir en compétition officielle cette année : les Grands Prix de La Grande Motte et Atlantique ont été annulés, tandis que celui de La Rochelle, prévu du 7 au 10 mai, a été reporté du 18 au 21 juin. Du côté de la Normandie Cup, qui doit avoir lieu du 3 au 10 juin, Cédric Château, responsable de l’événement, nous a indiqué « réfléchir sur un report, soit fin juin, soit en septembre, voire octobre. »

Une très grosse interrogation plane sur la tenue du Tour Voile (3-19 juillet), le grand rendez-vous de la saison qui semble très compromis. Joint vendredi matin, son nouveau directeur Victor Mathevet ne cache pas que la situation est compliquée : « Nous (ASO, qui organise l’épreuve mais aussi le Tour cycliste) avons reporté une trentaine d’événements prévus jusqu’à fin mai ; aujourd’hui, nous sommes en position d’attente pour ceux du mois de juillet. La situation sanitaire étant celle que tout le monde connaît, à date, ça paraît complexe, mais personne ne sait ce que ça donnera dans deux mois. » Et l’intéressé de conclure : « On s’est donné jusqu’à la fin du mois pour décider. »

IRC : la Transquadra va sans doute revoir ses plans

Prévu en juillet, de Marseille et de Lorient, le départ de la première étape de la Transquadra 2020-2021 à destination de Madère pourrait ne pas avoir lieu cet été, même si, à ce jour, aucune décision n’a encore été prise. « Quelques éléments préfigurent quand même des modifications au programme initial, explique Mico Bolo, son créateur. On a notamment un problème sur Madère, une île qui vit du tourisme. Le gouvernement local a annoncé qu’il allait salarier à ses frais tous les gens qui travaillent dans le secteur et sont aujourd’hui au chômage, ça peut remettre en cause le soutien financier qu’on attendait de Madère. A cela s’ajoute le fait que les pays européens vont extrêmement restreindre l’accès des frontières entre eux, ça me parait compliqué de débarquer à 600 en avion comme c’est prévu. Et le dernier sujet, c’est qu’on a beaucoup de concurrents qui sont patrons de PME ou professions libérales et nous disent qu’ils n’ont plus forcément la tête à ça. »

Du coup, l’organisation travaille sur trois options : « Soit on maintient tel quel, ce qui paraît peu probable ; soit on laisse les gens rejoindre Madère librement et on fera un départ normal de la deuxième étape, la traversée Madère-Martinique, le 6 février 2021 comme prévu ; soit on décale tout d’un an. On attend les positions plus officielles du gouvernement, on devrait se prononcer d’ici la fin du mois. »

Photo : Alexis Courcoux/Solitaire du Figaro

Nos articles sont publiés en avant-première chaque vendredi dans notre newsletter, quelques jours avant leur parution sur le site. Abonnez-vous ici, si ce n’est pas déjà fait 🙂

S’ABONNER GRATUITEMENT

L’article Comment les différentes classes tentent d’adapter leur programme 2/2 est apparu en premier sur Tip & Shaft.

Lire la suite
166 lectures
0 commentaires

Laurent Bourgnon, itinéraire d'un enfant prodige, double vainqueur de la Route du Rhum - documentaire

Laurent Bourgnon, itinéraire d'un enfant prodige, double vainqueur de la Route du Rhum - documentaire | ScanVoile
Lire la suite
291 lectures
0 commentaires

Le confinement vu par Isabelle Joschke, skipper MACSF : "j’accepte la situation et je fais avec"

Depuis le début de la crise sanitaire liée au Covid-19, Isabelle Joschke respecte les mesures sanitaires et le confinement. La skipper de l'IMOCA MACSF partage aujourd'hui comment elle vit cette période si particulière, à quelques mois du Vendée Globe 2020. 


image

Crédit : R Gladu


Comment allez-vous ?

Isabelle Joschke : "Tout va bien, je suis comme tout le monde, j’accepte la situation et je fais avec, même si l’année du Vendée Globe, ce n’est pas la meilleure pour vivre ça. Mais avec notre mode de vie actuel, en fait, ce n’est jamais la bonne année !

Quelles sont les différences entre confinement à terre et confinement en mer ?

Pour moi, cela n’a rien à voir. En mer, on se confine et en même temps on navigue dans des espaces auxquels personne n’a vraiment accès. On se confine pour se sentir en liberté, entouré des éléments et de l’horizon. Le bateau, lui, se déplace et l’air que je respire est pur. Physiquement, je suis très sollicitée et très active, au point de rogner sur mes nuits de sommeil, qui ressemblent plus à des successions de siestes qu’à de véritables nuits. 

Le confinement à terre, lui, m’impose de ralentir mon rythme et d’entreprendre moins d’activités. Je peux moins bouger, cela a un côté frustrant, mais il me semble important d’apprendre à faire avec la situation qui m’est imposée. J’en profite, par exemple, pour récupérer du temps de sommeil, j’ai tellement accumulé de dettes à ce niveau-là !

Comment avance le projet dans cette période particulière ?

Maintenant, cela ne sert à rien de se tourner vers le passé, pour l’instant on avance doucement et on s’arrange pour être prêt quand ce sera possible de démarrer à nouveau.

Un message de soutien pour les pros de santé ?

(NDLR : MACSF, son sponsor, est une Mutuelle d'assurance des professionnels de la santé) Pour les pros de la santé, c’est eux qui tiennent la barre du bateau en ce moment, en pleine tempête. Ils étaient déjà fatigués avant l’arrivée du virus, et les voilà exposés aux embruns. J’ai énormément de respect et d’admiration pour eux !"

Par la rédaction
Source : MACSF

Lire la suite
151 lectures
0 commentaires

Comment les différentes classes tentent d’adapter leur programme 1/2

Après bientôt un mois de confinement, les différentes classes océaniques passent beaucoup de temps à travailler avec les organisateurs de courses sur la reprogrammation de leur calendrier 2020, voire 2021, tout en tentant de rassurer leurs adhérents, touchés à des degrés divers par la crise économique. Tip & Shaft, après avoir donné la parole à Antoine Mermod, président de l’Imoca, a interrogé les représentants des classes Ultim 32/23, Multi50 et Class40, ainsi que des organisateurs.

Ultim : pour un événement en juillet

Avec une seule course au programme de son calendrier officiel en 2020, The Transat CIC,  dont le départ était prévu le 10 mai, la classe Ultim 32/23 n’est pas forcément la plus impactée, il n’en demeure pas moins que pour tous ses acteurs, et notamment ceux qui ne prévoient pas de record en fin d’année, il n’est pas question de faire une saison blanche. D’où la volonté de suivre OC Sport Pen Duick dans son intention de mettre en place une course de remplacement à The Transat CIC.

« Notre position est très nette, la classe et les teams ont répondu, c’est d’avoir un événement qui puisse se faire dans le courant du mois de juillet 2020, quitte à ce qu’il soit dégradé, parce qu’on sait qu’on ne pourra pas avoir une course du même acabit que celui qui était prévu le 10 mai, c’est une certitude. Il faut que nos bateaux naviguent, si on ne fait rien sur le premier trimestre et pas grand-chose sur le deuxième, Vendée Globe oblige, ça fait une année blanche, ce qui serait une erreur », explique Emmanuel Bachellerie, délégué général de la classe Ultim 32/23.

Et l’intéressé de rester partisan d’une épreuve multi-classes : « Pour le moment, nous n’avons pas de plan B. Notre conviction, c’est qu’il faut que les bateaux naviguent le plus possible en flotte, parce que plus il y aura de bateaux, plus l’événement sera intéressant sportivement et plus il sera visible. Je sais que d’autres classes, notamment une [l’Imoca, voire l’interview d’Antoine Mermod], ne voient pas forcément ça de la même manière, mais je pense qu’on est dans un moment où je crois moins aux sauve-qui-peut individuels qu’aux élans collectifs. Tout le monde a intérêt à naviguer ensemble, c’est important pour l’avenir général de ce sport. »

Le programme 2021 (voir notre article), qui doit comporter The Arch au printemps et une course autour du monde en équipage au départ de Méditerranée (probablement Nice) en fin d’année, peut-il être impacté ? « Assez mécaniquement, si tu prends entre quatre et six semaines de retard en 2020, tu les retrouves en 2021, donc on peut imaginer que les bateaux en construction [Macif 101 et Banque Populaire XI] auront eux-mêmes du retard, poursuit Emmanel Bachellerie. Avec l’organisateur de The Arch [Damien Grimont], on travaille sur les scénarii qui peuvent arriver en 2021, l’ambition est en tout cas que ce tour de l’Europe se fasse au premier semestre. Se fera-t-il exactement au même moment, dans les mêmes conditions et avec le même parcours ? C’est ce qu’on est en train de regarder. Quant au tour du monde, c’est aujourd’hui beaucoup trop loin, à aucun moment nous n’avons a envisagé de retirer cette épreuve du programme. »

Multi50 : priorité aux Grands Prix

Du côté de la classe Multi50, qui se réunit une fois par semaine en visio-conférence, on planche également sur « des plans A, B et C », selon son président, Erwan Le Roux. The Transat CIC n’était pas au programme, la Transat Québec Saint-Malo (départ prévu le 12 juillet) si, avant un été de Grands Prix qui devait passer par Saint-Malo (très compromis), Saint-Quay-Portrieux, Brest et La Rochelle. La tenue du programme va dépendre en partie de la Transat Québec Saint-Malo, dont les organisateurs planchent actuellement sur un report de quelques semaines. « La situation nous oblige à envisager plusieurs scénarios et nous travaillons présentement sur un report en août. Nous prendrons une décision définitive d’ici la fin avril », nous a confié son directeur général Richard Samson.

Pour Erwan Le Roux, la date choisie conditionnera la participation ou non de la classe Multi50 : « Pour l’instant, il y a deux dates possibles, le 2 et le 9 août. Si c’est le 2, je pense que certains voudront y aller, si c’est le 9, on n’ira pas, parce que c’est trop près du Trophée de Saint-Quay-Portrieux [21-23 août], or notre priorité, c’est les Grands Prix. Ce sont des organisations déjà actées, ce sont eux aussi qui font vivre la classe Multi50, avec des collectivités et des partenaires privés qui financent ces événements et comptent sur nous. D’autant que ces épreuves peuvent se courir à huis clos. Donc on attend, et s’il n’y a pas de transat, on va réfléchir aux courses existantes ici, comme l’ArMen Race fin mai, la Drheam Cup en juillet… si elles ont lieu. »

La crise économique est-elle une menace pour la classe à moyen terme ? « C’est un coup de frein, c’est clair, mais je relativise en me disant que vu d’où on vient, on ne pourra que faire mieux que notre année dernière post Route du Rhum au cours de laquelle on a vraiment touché le fond, parce que nous ne sommes pas arrivés à présenter un plateau honorable. L’année prochaine, les bateaux seront construits [Arkema 4 chez Lalou Multi et Planet Warriors chez Persico devaient être mis à l’eau en mai-juin pour le premier, fin mars pour le second, voir notre article], je ne sais pas si on arrivera à avoir de gros événements, mais les bateaux seront présents et restent des outils pour des partenaires. Si on ne fait pas de course, on fera au moins des RP, il faut donc rester positif ! ».

Class40 : coller au maximum au programme prévu

Comme les Multi50, la Class40 faisait de la Transat Québec Saint-Malo un des événements phares de sa saison, l’un des quatre du championnat officiel avec The Transat CIC, l’Atlantic Cup, qui a été annulée, et la Normandy Channel Race en septembre. « Aujourd’hui, on est en discussion avec les organisateurs de The Transat et de la Québec Saint-Malo pour trouver des dates de report, explique Vanessa Boulaire, responsable du bureau de la classe des 40 pieds. On souhaite rester au plus près de notre calendrier initial, quitte à ce qu’il soit un peu décalé. On s’est prononcés pour un report de The Transat cette année, d’abord parce que c’est important pour les teams qui ont des sponsors, ensuite parce qu’en 2021, beaucoup ne savent pas ce qu’ils vont faire, et nous avons, en plus, des accords pour 2021 avec un calendrier déjà bien complet. Et comme du côté de Québec Saint-Malo, ils sont prêts à décaler de quelques semaines, tout pourrait s’accorder. Quant à la Normandy Channel Race, elle n’est aujourd’hui pas remise en cause. »

Pour ce qui est de l’avenir de la classe, dont nombre de coureurs sont soutenus par des PME forcément impactées par la crise, Vanessa Boulaire se montre plutôt confiante : « Je ne pense pas que cela mette la classe en péril, déjà parce que nous avons une partie de notre flotte constituée de propriétaires sans sponsors, ensuite, parce qu’on reste sur des budgets raisonnables. Et on se dit qu’on est un des seuls sports qui peut avoir lieu cet été. Le fait de ne pas avoir de JO, peut-être pas de foot et autres, ça peut permettre un focus sur la voile. Donc si on arrive à avoir des courses, ça peut être bénéfique pour la course au large. »

Photo : Jérémie Eloy/Macif

Nos articles sont publiés en avant-première chaque vendredi dans notre newsletter, quelques jours avant leur parution sur le site. Abonnez-vous ici, si ce n’est pas déjà fait 🙂

S’ABONNER GRATUITEMENT

L’article Comment les différentes classes tentent d’adapter leur programme 1/2 est apparu en premier sur Tip & Shaft.

Lire la suite
154 lectures
0 commentaires

Francois Gabart en mode SUP Foil à la Pointe de la Torche

Lire la suite
166 lectures
0 commentaires

Tara vous invite à embarquer en Haute Mer à travers de l’une de ses expositions digitales

Lire la suite
167 lectures
0 commentaires

La Mie Caline toujours en chantier, Arnaud Boissières : "On a repris à petite vitesse"

C’est vendredi dernier que l'IMOCA La Mie Câline – Artisans Artipôle d'Arnaud Boissières devait sortir du chantier. Mais le programme a été perturbé par les mesures de confinement. L’activité reprend au ralenti.


image

Crédit : V Ollivaud


Reprise au chantier à petite vitesse

« On a repris à petite vitesse mais on n’est jamais plus de deux au chantier et on prend toutes les précautions » explique Arnaud Boissières, le skipper. Dans cette période d’incertitude, le retard est conséquent mais ne met pas en péril la préparation sportive et surtout pas la possibilité d’être au départ du Vendée Globe.

Le marin estime qu’une fois les conditions réunies – avec une équipe au complet, à plein temps – il aura besoin d’une dizaine de jours pour finaliser le chantier et permettre au 60 pieds de reprendre la mer.

Préparation à la maison

Arnaud Boissières a mis à profit cette période à domicile pour travailler la météo du tour du monde ainsi que la préparation physique. Il a également répondu à de nombreuses interviews pour partager son expérience du confinement. Sur ses trois Vendée Globe, il a tout de même passé 299 jours seul en mer.

Source : Boissieres

Lire la suite
143 lectures
0 commentaires

Embarquement sur la Mini Transat 2019 à bord de l'Occitane, Matthieu Vincent termine à la 6ème place - Vidéo

Lire la suite
137 lectures
0 commentaires

Morbihan, du côté de Saint Philibert, le drone est de sortie

Morbihan, du côté de Saint Philibert, le drone est de sortie | ScanVoile
Lire la suite
170 lectures
0 commentaires

La quête du graal !

Vingt ans d’émotion, de victoires et de défaites, de passion et de sacrifice. C’est l’histoire de Luna Rossa sur la Coupe de l’America !

L’article La quête du graal ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
162 lectures
0 commentaires

Au coeur de la Transat Jacques Vabre

Au coeur de la Transat Jacques Vabres avec Aurélien Ducroz et Louis Duc, à bord du Crosscall – Chamonix-Mont-Blanc.

L’article Au coeur de la Transat Jacques Vabre est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
157 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions