• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme
Super Utilisateur n'a pas encore mis à jour sa biographie

Les Championnats d’Europe Nacra 15 débutent demain à Silvaplana !

 Les meilleurs navigateurs de Nacra 15 se retrouvent à Silvaplana, en Suisse dans les Grisons, ce weekend pour disputer les Championnats d’Europe. Parmi eux, une forte délégation suisse qui aura toute ses chances pour décrocher une médaille.

Une cinquantaine de bateaux s’affronteront dès jeudi dans les Grisons sur le lac de Silvaplana, l’un des plus hauts et beaux lacs de Suisse, connu pour ses conditions venteuses, afin de se disputer une médaille européenne. Les équipes se réjouissent des conditions météos qui s’annoncent grandioses, puisque du soleil et plus de 15 nœuds de vent sont attendus. Les courses officielles débuteront demain avec un objectif de quatre courses par jour – peuvent être augmentés à six selon les prévisions météos – et les grands gagnants seront annoncés dimanche lors des dernières compétitions.

Sur la cinquantaine d’équipes engagées, neuf porteront fièrement le drapeau rouge à croix blanche ce weekend. La Suisse affiche en effet une belle délégation, avec évidemment les trois derniers médaillés aux championnats suisses 2020, soit les vainqueurs Axel Grandjean et Marie Mazuay – qui seront cette fois adversaires sur l’eau –, les genevois Alexander de Weck et Tibor Devaud et enfin l’équipe en bronze, Alexis Pariat et Charlotte Lerch.

La France fera également sans nul doute partie des prétendants à un podium, puisque les Tricolores ont fait le déplacement à pas moins de 15 équipages ! Sont du voyage, les médaillés de bronze aux Mondiaux 2018 à Barcelone, Thomas Proust et Clément Martineau. Il faudra également être attentif au Belge Frédérique Van Eupen, vainqueur des Championnats d’Europe en 2018 et qui compte bien signer un doublé !

L’article Les Championnats d’Europe Nacra 15 débutent demain à Silvaplana ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
41 lectures
0 commentaires

J-1 avant le grand retour du Tour Voile

ACTE DE FECAMP, AMAURY SPORT ORGANISATION, ASO, NAVIGATION, STADE NAUTIQUE, TOUR DE FRANCE A LA VOILE 2017

C’est demain, vendredi 2 juillet, que débutera à Dunkerque la 44e édition du Tour Voile. Annulée en 2020 en raison du contexte sanitaire, la classique estivale fait un retour attendu et repart sur une nouvelle dynamique. Dix équipages sont en lice (dont deux 100 % féminins), pour la plupart composés de jeunes marins prometteurs. L’épreuve commencera par une journée de parcours construits, devant la plage de Malo-les-Bains.

Un sentiment prédomine ce jeudi, à la veille du lancement du Tour Voile 2021 : l’impatience. Cet après-midi, les dix équipages engagés ont profité des jolies conditions pour tirer quelques bords devant la grande plage de Malo-les-Bains, à Dunkerque. Cette ultime navigation a permis de vérifier différents aspects techniques, de faire des tests de vitesse face aux autres bateaux et de travailler les automatismes à bord, encore et encore. Dans le même temps, le Village de l’épreuve a ouvert ses portes et les festivités ont ainsi pu débuter. Alors que les équipages seront présentés au public ce soir à 18h, les Dunkerquois étaient déjà nombreux cet après-midi à visiter l’ensemble des stands qui compose le Village 2021. Dès demain matin, les Diam24 OD prendront part à l’exercice des parcours construits, ces régates entre des bouées disputées au plus près de la côte, afin que le public puisse profiter du spectacle.

« Ce Tour va être sympa à courir et à suivre, il va y avoir du jeu »

La motivation des équipages est décuplée par le fait qu’ils ont été privés de Tour Voile l’an dernier. « Nous avons fait d’autres choses en 2020 mais on sentait qu’il manquait un truc. Cela fait vraiment plaisir d’être de retour sur le Tour », explique Pauline Courtois, skipper de l’équipage 100 % féminin Helvetia Purple by Normandy Elite Team, qui participe pour la cinquième fois à l’épreuve. « Nous sommes notamment curieuses de tester les ralliements (les parcours qui relient deux villes-étapes par la mer, NDR). Nous n’avons pas encore eu l’occasion d’en faire en Diam24 OD. C’est un aspect qui nous plaît beaucoup dans le nouveau format proposé. Ce Tour Voile va être sympa à courir et à suivre, il va y avoir du jeu. »

Des équipages à surveiller

Pour mémoire, la Normandie Cup, dernière épreuve de préparation avant le Tour Voile (disputée du 17 au 20 juin dernier au Havre), avait été remportée par Helvetia Blue by Normandy Elite Team juste devant Groupe Atlantic et Royan Atlantique. Tous ces équipages seront à surveiller. Skipper de Royan Atlantique, Gaultier Tallieu et ses équipiers attaquent leur premier Tour Voile avec de belles ambitions. « Nous avons chacun des qualités individuelles qui font monter l’équipage vers le haut », dit-il. « Nous espérons pouvoir performer et terminer dans les quatre premiers au classement général. Nous avons toutes nos chances et nous pouvons surprendre nos adversaires, y compris les plus expérimentés. »

Le Tour du renouveau et de la jeunesse

Certains équipages viennent avant tout pour engranger de l’expérience et progresser tout au long de l’épreuve. C’est le cas du deuxième team 100 % féminin, Imagine For Margo, composé de jeunes navigatrices venues de Normandie et de Dunkerque. « Notre projet s’est monté en très peu de temps, nous naviguons ensemble depuis seulement un mois et demi », souligne Margot Venin, skipper de cet équipage. « Notre objectif sur le Tour est d’apprendre ensemble, de créer une bonne dynamique et d’apporter de la visibilité à l’association Imagine For Margo qui lutte pour aider à la recherche contre le cancer de l’enfant. » Également très jeune, l’équipage local de Dunkerque Voile espère exploiter sa connaissance du plan d’eau pour faire une belle entame. « Il va notamment falloir bien prendre en compte le courant », prévient le barreur Zacharie Louis. On n’en saura pas plus. À la veille du début des régates, il est hors de question de livrer ses petits secrets.

LE PARCOURS DU TOUR VOILE 2021

Dunkerque (02-03-04 juillet) Le Havre (05-06 juillet) Saint-Vaast-la-Hougue (07-08 juillet) Diélette (09-10 juillet) Erquy (11-12-13 juillet) Châtelaillon-Plage (15-16-17 juillet) Royan (18-19-20 juillet) Serre-Ponçon (22-23-24 juillet)

LES ÉQUIPAGES ENGAGÉS

Be.brussels – Kidibul – Yannick LEFEBVRE & Arnaud VASSEUR Dunkerque Voile – Louis LENGAGNE Helvetia Purple by Normandy Elite Team – Pauline COURTOIS Helvetia Blue by Normandy Elite Team – Clément MICHEL Normandie Youth – Noé ACKERMANN & Émilen POLAERT Imagine For Margo – Margot VENNIN Émile – Benjamin STERNBERG Team Jeune Sud – Oscar PEAN Groupe Atlantic – Clément CRON Royan Atlantique – Gaultier TALLIEU

L’article J-1 avant le grand retour du Tour Voile est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
42 lectures
0 commentaires

Changement de régime !

Après avoir traversé une zone de calmes hier, les 23 duos toujours en lice dans la 8e édition de la Les Sables – Horta – Les Sables ont, comme on s’y attendait, récupéré un flux soutenu de secteur sud hier après-midi. Ce jeudi, ils ont ainsi cavalé une grande partie de la journée au reaching, lancés à plus de 15 nœuds de moyenne, sur la route des Açores.

« Le vent s’est renforcé tout doucement jusqu’à atteindre un peu plus de 20 nœuds. L’angle était parfait et la mer commençait à peine à se former un peu. Le bateau allait assez vite sans taper…. C’était le bonheur ! », a commenté Ian Lipinski, manifestement ravi d’avoir passé la surmultipliée après trois premiers jours de course au ralenti. « Reste à trouver des occasions pour tenter de revenir… », a toutefois concédé le skipper de Crédit Mutuel. Bien remonté après avoir perdu gros dans un passage de grain lors du deuxième jour de course, le double vainqueur de la Mini Transat 6.50 est à l’affût de la moindre opportunité pour revenir au score avec les deux premiers. Force est cependant de constater que ces deux-là, Antoine Carpentier et Mikaël Mergui sur Redman puis Axel Trehin et Fred Denis sur Project Rescue Ocean, ont pris la poudre d’escampette après le jeu de chasse-risées dans la dorsale. La preuve : ils affichent, cet après-midi, une avance de près de 70 milles sur leurs poursuivants les plus proches, et plus de 100 sur le gros du peloton. « Ça fait du bien de batailler en tête et ça fait du bien d’aller vite, même si le confort en prend un coup et que l’ambiance est désormais très humide », a commenté, pour sa part, Axel Trehin qui continue de jouer à « un coup à toi, un coup à moi » aux commandes de la flotte, avec son rival, décalé d’une petite dizaine de milles dans son nord. S’il a repris l’avantage en milieu d’après-midi, lorsque le vent a commencé à tourner à l’ouest, le skipper de Project Rescue Ocean n’a certainement pas le droit à l’erreur s’il veut conserver son leadership car la paire Carpentier – Mergui ne lâche rien, et affiche un moral au beau fixe. « On est super content de notre passage de l’anticyclone. On a réussi à mieux passer que nos adversaires mais depuis la sortie du front chaud, ce matin, ils vont vite. Cela nous oblige à être dessus tout le temps. Le pilote barre et on est aux réglages », a relaté Antoine Carpentier, satisfait de sa position, mais aussi d’avoir solutionné son problème de fuite au niveau du presse-étoupe rencontré hier. « On a bloqué le moteur à l’aide de bouts, et remis une couche de graisse puis de scotch électrique cette fois-ci, et ça a l’air d’être bon. Plus une goutte d’eau ! », a détaillé le Trinitain qui peut donc se concentrer pleinement sur la bonne marche de sa monture, mais aussi sur la suite du parcours qui va désormais se jouer au près. « On est exactement dans les schémas du routage », analyse Denis Hugues, Directeur de course, précisant que si le vent va refuser petit à petit et contraindre les concurrents à virer de bord en fin de journée, il va aussi mollir pour se stabiliser entre 10 et 15 nœuds. En attendant, à tous les étages de la flotte, et notamment dans le gros du peloton où ça progresse encore au reaching, on en profite pour aligner les milles à vitesse grand V et, pour certains, apprécier de nouvelles sensations. « Après la découverte du bon plein, de la pétole, nous apprenons désormais à faire avancer le bateau au reaching. Sa puissance nous pardonnera sans doute quelques imprécisions de réglages de jeunesse… Ça fait du bruit et ça secoue et pourtant, on se régale ! », a commenté Aurélien Ducroz, forcément ravi de pouvoir jauger le potentiel de son nouveau bolide dans des conditions un peu toniques, tout comme Emmanuel Le Roch et Christophe Cremades (Edenred), mais aussi Jonas Gerckens et Benoît Hantzperg (Volvo). A noter par ailleurs : le duo Hervé Thomas – Gérard Veniard (Saint Yves Services), confronté à un problème de barre, fait actuellement route en direction de La Corogne. Il avisera sur place la suite à donner à sa course.

L’article Changement de régime ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
36 lectures
0 commentaires

Départ du Défi 24 Heures de Las Palmas de Gran Canaria

C’est à 12H09 que le Défi 24h du Pro Sailing Tour a été donné dans un alizé d’une petite quinzaine de nœuds et une mer plutôt houleuse au large de la Pointe San Cristobal. Au programme une double circumnavigation canarienne de 303 milles aux détours de Gran Canaria dans le sens anti-horaire et de l’île voisine de Fuerteventura dans l’autre sens.

Ce jeudi matin, les conditions météo s’annonçaient en effet propices pour donner libre cours à un Défi 24 Heures qui tienne toutes ses promesses entre accélérations et sérieux coups de frein au gré des alizés et des canaux qui font la réputation de l’archipel canarien.

Un coup à toi, un coup à moi… Comme prévu, c’est avec de nombreux changements de leader et d’incessantes variations de vitesse qu’a débuté ce Défi 24 Heures autour de l’île volcanique de Gran Canaria parfois comparée à un continent en miniature en raison de la diversité de ses paysages et de ses climats. C’est en tout cas sur le registre de la diversité avec la seule certitude de voir le speedomètre faire le grand écart au gré des sautes d’intensité du vent que s’apprêtaient à en découdre les équipages sur les rangs. Pour l’heure, le scénario se déroule comme prévu avec des retournements de situation qui se succèdent avec une belle intensité. Seule ombre à ce tableau canarien ce jeudi après-midi : l’abandon de The Arch mené par la paire Armel Tripon et Benoît Marie. Les deux skippers ont déchiré leur grand-voile dans un empannage sur les coups de 14 heures au large du cap « La ldena San Nicolas » sur la côte Ouest, là où l’ensemble de la flotte lâchait les chevaux avec des pointes à 26/27 nœuds. L’équipage va bien et peut compter, en dépit de cette fortune de mer, sur une voile de secours pour espérer disputer la suite de ce 3è épisode du Pro Sailing Tour, samedi et dimanche.

Re-décollage à l’aéroport ?

Pour les six autres concurrents, la course continuait de plus belle, même si en approche de la côte Sud, l’alizé commençait à avoir du plomb dans l’aile. Au contact, Primonial (Sébastien Rogues) et Leyton (Sam Goodchild) n’avaient certainement pas fini de jouer des coudes en approche du sud de l’île et d’une zone aussi réputée que redoutée pour son insoutenable légèreté de l’air. Idem pour le trio – Ciela Village (Erwan Le Roux), Arkema 4 (Quentin Vlamynck) et Solidaires en Peloton – (Thibaut Vauchel-Camus) qui se tenait dans un mouchoir de moins de 0,2 mille aux abords de cette zone à haut risque. Aux yeux de Gilles Chiorri, le directeur de course, « le jeu de patience, de finesse et de choix pour aller parer la pointe Maspalomas, située dans la zone déventée commençait, avec le risque que la course se joue sur cette zone piégeuse. »

Mais pour tous, la promesse de changer de cadence l’emportait, alors qu’au même moment on mesurait 28 nœuds de vent au niveau de l’aéroport sur la côte Est, augurant un vrai coup d’accélérateur. La flotte était toujours attendue sur les coups de 21 heures ce soir à la bouée de Saint Cristobal. « De là, les bateaux mettront le cap au NE, vers le Nord de Fuerteventura, sur un bord de près océanique plutôt rapide dans 15 à 18 nœuds de vent et une mer qui se calmera un peu. Ils sont attendus en fin de nuit dans le passage entre Fuerteventura et Lanzarote, avant de redescendre le long de l’île. Au final, les premiers devraient couper la ligne d’arrivée sur les coups des 12h30 demain. » ajoutait celui qui suit au plus près la progression de ces six trimarans, tous susceptibles de l’emporter au terme de cette course offshore terriblement disputée.

Ils ont dit sur les pontons du Club Maritimo de Veradero

Matthieu Souben (Primonial) : « Le parcours est assez original. Il nous promet une navigation assez compliquée, avec des pannes de vent, beaucoup de regroupements. On y va en connaissance de cause avec pas mal d’envie. On sait aussi qu’on va aussi se faire cueillir par du vent assez fort, il va donc falloir rester très vigilant et naviguer en bon marin. Le vent fait le tour de l’île de Gran Canaria avec des grandes variations en intensité entre les côtés où il souffle fort et le dessous où il n’y a rien du tout. On s’attend à vivre des moments de pétole très sollicitants, où il faudra être sur les réglages. À bord, on espère rester dans la dynamique positive qui s’est mise en place après notre démâtage à Brest. On sait que pour mériter la victoire finale sur cet épisode, il faut aller chercher un podium sur le Défi de 24 Heures. L’objectif sera donc d’essayer d’être devant dès le début. »

Corentin Douguet (Solidaires en Peloton – ARSEP) : « On ne sait pas trop à quelle sauce on sera mangé sur ce tour de l’île, avec une zone de molle au Sud. Il faudra être malin à ce moment-là pour éviter que de gros écarts se fassent dans le mauvais sens pour nous. Quand on aborde les Canaries lors d’une transatlantique, on essaye d’éviter de passer dans ces parages, mais là on ne pourra pas éviter la côte Sud de Gran Canaria et pour la première fois on la verra de près. On s’attend à une chute brutale du vent qui pourra passer de 30 nœuds à rien, ou presque. Puis, quand on rejoindra Maspalomas, la variation se fera de manière aussi brutale dans le sens inverse. Il faudra rester attentif à bord de ce bateau ; Cela reste un multicoque, avec le risque de se retrouver dans une situation compliquée, voire définitive. »

Aymeric Chappellier (Leyton) : « Le parcours est sympa, même s’il ne s’annonce pas très évident pour les neurones avec une alternance entre des effets tampon et des accélérations dans des vents qui peuvent potentiellement atteindre les 30 nœuds. On sait que ce sera difficile de trouver son chemin dessous, avant que le vent remonte franchement en intensité dans le canal entre Gran Canaria et Fuerteventura, où on risque de prendre un bon coup de pied aux fesses. Tout ça nous promet beaucoup de manœuvres et de changements de voiles. Cette fois encore, cela s’annonce très serré avec des vitesses très proches entre les uns et les autres. On ne sous-estime aucun bateau. »

Equipages engagés sur le Défi 24 Heures de Las Palmas de Gran Canaria :
Groupe GCA 1001 sourires (Gilles Lamiré, Phil Sharp, Pierre-Antoine Morvan)
Solidaires En Peloton-ARSEP (Thibaut Vauchel-Camus, Corentin Douguet, Antoine Joubert)
Primonial (Sébastien Rogues, Matthieu Souben, Julien Villion)
Arkema 4 (Quentin Vlamynck, Lalou Roucayrol, Raphaël Lutard)
Ciela Village (Erwan Le Roux, Xavier Macaire, Alan Pennaneac’h)
Leyton (Sam Goodchild, Aymeric Chappellier, François Morvan)
The Arch (Armel Tripon, Benoit Marie, Frédéric Moreau)

Lire la suite
27 lectures
0 commentaires

Drheam-Cup, le Grand Prix de France de course au large se tiendra du 13 u 23 juillet

La course multi-classes, qui est née en 2016 de la volonté de Jacques Civilise, se tiendra dans un an, du 13 au 23 juillet 2022. Comme en 2018 pour l’arrivée de la 2ème édition et en 2020 pour le départ, la ville de Cherbourg-en-Cotentin accueillera de nouveau une flotte de haut vol avec 12 classes de bateaux invitées qui s’élanceront le dimanche 17 juillet en équipage, en double ou en solitaire.

Pour cette grande course, trois parcours innovants, adaptés aux différences de vitesse des bateaux, sont maintenus afin que la flotte arrive à La Trinité-sur-Mer dans un timing resserré, après environ 3 à 4 jours de mer.
Et comme en 2018, les organisateurs de la Route du Rhum Destination Guadeloupe ont retenu la DRHEAM-CUP / GRAND PRIX DE FRANCE DE COURSE AU LARGE, comme épreuve qualificative à la transat en solitaire.

Tous les détails sont disponibles à compter d’aujourd’hui dans l’avis de course qui est publié sur le site officiel.

Créée en 2016 par Jacques Civilise, LA DRHEAM-CUP / GRAND PRIX DE FRANCE DE COURSE AU LARGE a réussi en peu de temps à se positionner comme un rendez-vous estival incontournable de la course au large tous les deux ans, attirant sur chaque édition de plus en plus de concurrents, séduits par le triptyque compétition-partage-fête qui constitue véritablement son ADN.
Compétition, avec l’objectif affiché et assumé par son organisateur d’inscrire LA DRHEAM-CUP / GRAND PRIX DE FRANCE DE COURSE AU LARGE dans la catégorie des grandes épreuves hauturières, comme la Rolex Fastnet Race, courue les années impaires, et qui partage désormais le même port de Cherbourg-en-Cotentin.

Partage, avec le principe d’une épreuve OPEN – d’où la labellisation GRAND PRIX DE FRANCE DE COURSE AU LARGE – c’est-à-dire ouverte à tous les bateaux, à tous les formats (solitaire, double et équipage) et à tous les publics, amateurs et professionnels, hommes et femmes, avec un accent particulier mis sur les jeunes via l’opération Rêves de Large.

Fête enfin, véritable ADN de cette épreuve estivale que ses terres d’accueil – Cherbourg-en-Cotentin, le Cotentin, la Manche et la Région Normandie d’un côté́, La Trinité-sur-Mer et le Morbihan de l’autre – se font une joie de recevoir dans un esprit de convivialité à même de rassembler le plus grand nombre. Cela avait été le cas en 2016 et 2018, avec notamment des dizaines de milliers de personnes lors de l’arrivée de la deuxième édition à Cherbourg-en-Cotentin, mais également, malgré́ les restrictions sanitaires, en 2020, avec de nombreux visiteurs venus admirer les bateaux depuis les quais de Port Chantereyne.

Une 4ème édition qualificative pour la Route du Rhum–Destination Guadeloupe et des parcours adaptés à chacune des classes invitées

Place désormais à la quatrième édition qui, comme en 2018, a été retenue par l’organisateur de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe, OC Sport Pen Duick, comme course qualificative pour cette transat en solitaire qui s’élancera en novembre 2022. La DRHEAM-CUP sera ouverte aux solitaires pour toutes les classes de bateaux admises sur la Route du Rhum, à savoir Ultimes, IMOCA, Ocean Fifty, Class40, Rhum Monocoques et Rhum Multicoques (*). Ce qui promet un plateau sportif très relevé, beaucoup de solitaires faisant de LA DRHEAM-CUP / GRAND PRIX DE FRANCE DE COURSE AU LARGE un passage obligé pour valider leur qualification et/ou se préparer en vue de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe.
Pour les classes invitées n’ayant pas pour objectif la transat en solitaire, la DRHEAM-CUP / GRAND PRIX DE FRANCE DE COURSE AU LARGE se court en équipage ou en double, comme à l’accoutumée.

Fidèles à l’esprit d’innovation qui caractérise l’épreuve depuis son lancement, Jacques Civilise et ses équipes proposeront trois parcours inédits, de 600, 1 000 et 1 500 milles.
Le parcours de 600 milles rejoint ainsi le club fermé des grandes courses, telles que la Fastnet Race, Sydney-Hobart, la Caribbean 600 et la Middle Sea Race, qui font toutes 600 milles nautiques.

Ces parcours, tous allongés et imaginés avec soin, mélangent côtier et océanique, ce qui fait le sel de ce genre de grandes épreuves multi-classes, ils garantissent également de naviguer à toutes les allures, quelle que soit la direction du vent :
Le parcours dit DC 600, de 600 milles nautiques (Figaro Bénéteau 3, Multi 2000, IRC, Osiris habitables, Rhum Monocoques et Multicoques, Open grands monocoques, yachts classiques), passera par le sud de l’Angleterre (West Shamble), les Scilly, Ouessant et le plateau de Rochebonne.
Le parcours dit DC 1000, de 1 000 milles nautiques (Ocean Fifty, Imoca, Class 40), ira quant à lui au Fastnet après les Scilly, avant de mettre le cap sur Ouessant et la bouée BXA (entrée de l’estuaire de la Gironde), puis sur la baie de Quiberon.
Le parcours dit DC 1500, de 1 500 milles nautiques (Ultimes) emmènera les plus grandes unités à l’île de Man puis au Fastnet, avant un passage par Ouessant, une traversée du Golfe de Gascogne direction Bilbao et un dernier grand bord vers La Trinité-sur-Mer.
Le départ de la grande course, prévu le dimanche 17 juillet, sera précédé le vendredi 15 juillet d’un prologue, le DRHEAM-TROPHY, qui donnera lieu à l’opération Rêves de Large lancée dès la première édition en 2016 : elle consiste à inviter des jeunes, en l’occurrence issus des territoires du Cotentin, à participer au prologue à bord de bateaux concurrents.

Rendez-vous du 13 au 23 juillet 2022 !

LES GRANDES DATES DE LA DRHEAM-CUP/GRAND PRIX DE FRANCE DE COURSE AU LARGE

Jeudi 1er juillet 2021 : Publication de l’avis de course sur le site officiel
Samedi 4 décembre 2021 : Ouverture des inscriptions (1er jour du Nautic de Paris) et lancement de la DRHEAM-CUP / GRAND PRIX DE FRANCE DE COURSE AU LARGE 2022
Samedi 14 mai 2022 : Clôture des inscriptions
Mardi 12 juillet 2022 : Date limite d’arrivée des bateaux à Cherbourg-en-Cotentin
Mercredi 13 juillet 2022 : Contrôles bateaux ; Ouverture du village
Jeudi 14 juillet 2022 : Feu d’artifice
Vendredi 15 juillet 2022 : DRHEAM-TROPHY (prologue)
Dimanche 17 juillet 2022 : Départ de LA DRHEAM-CUP / GRAND PRIX DE FRANCE DE COURSE AU LARGE devant la rade de Cherbourg-en-Cotentin
Mercredi 20 juillet 2022 : Arrivée estimée des premiers bateaux
Samedi 23 juillet 2022 : Remise des prix à La Trinité-sur-Mer
*L’avis de course de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe n’a à ce jour pas encore été publié, cette liste est donc susceptible d’être modifiée.

Lire la suite
27 lectures
0 commentaires

J-1 avant le grand retour du Tour Voile, la classique estivale fait un retour attendu et repart sur une nouvelle dynamique

C’est demain, vendredi 2 juillet, que débutera à Dunkerque la 44e édition du Tour Voile. Annulée en 2020 en raison du contexte sanitaire, la classique estivale fait un retour attendu et repart sur une nouvelle dynamique. Dix équipages sont en lice (dont deux 100 % féminins), pour la plupart composés de jeunes marins prometteurs. L’épreuve commencera par une journée de parcours construits, devant la plage de Malo-les-Bains.

image

Crédit : M Bove


Un sentiment prédomine ce jeudi, à la veille du lancement du Tour Voile 2021 : l’impatience. Cet après-midi, les dix équipages engagés ont profité des jolies conditions pour tirer quelques bords devant la grande plage de Malo-les-Bains, à Dunkerque. Cette ultime navigation a permis de vérifier différents aspects techniques, de faire des tests de vitesse face aux autres bateaux et de travailler les automatismes à bord, encore et encore. 
« Ce Tour va être sympa à courir et à suivre, il va y avoir du jeu »  La motivation des équipages est décuplée par le fait qu’ils ont été privés de Tour Voile l’an dernier. « Nous avons fait d’autres choses en 2020 mais on sentait qu’il manquait un truc. Cela fait vraiment plaisir d’être de retour sur le Tour », explique Pauline Courtois, skipper de l’équipage 100 % féminin Helvetia Purple by Normandy Elite Team, qui participe pour la cinquième fois à l’épreuve. « Nous sommes notamment curieuses de tester les ralliements (les parcours qui relient deux villes-étapes par la mer, NDR). Nous n’avons pas encore eu l’occasion d’en faire en Diam24 OD. C’est un aspect qui nous plaît beaucoup dans le nouveau format proposé. Ce Tour Voile va être sympa à courir et à suivre, il va y avoir du jeu. »  Des équipages à surveiller  Pour mémoire, la Normandie Cup, dernière épreuve de préparation avant le Tour Voile (disputée du 17 au 20 juin dernier au Havre), avait été remportée par Helvetia Blue by Normandy Elite Team juste devant Groupe Atlantic et Royan Atlantique. Tous ces équipages seront à surveiller. Skipper de Royan Atlantique, Gaultier Tallieu et ses équipiers attaquent leur premier Tour Voile avec de belles ambitions. « Nous avons chacun des qualités individuelles qui font monter l’équipage vers le haut », dit-il. « Nous espérons pouvoir performer et terminer dans les quatre premiers au classement général. Nous avons toutes nos chances et nous pouvons surprendre nos adversaires, y compris les plus expérimentés. »  Le Tour du renouveau et de la jeunesse  Certains équipages viennent avant tout pour engranger de l’expérience et progresser tout au long de l’épreuve. C’est le cas du deuxième team 100 % féminin, Imagine For Margo, composé de jeunes navigatrices venues de Normandie et de Dunkerque. « Notre projet s’est monté en très peu de temps, nous naviguons ensemble depuis seulement un mois et demi », souligne Margot Venin, skipper de cet équipage. « Notre objectif sur le Tour est d’apprendre ensemble, de créer une bonne dynamique et d’apporter de la visibilité à l’association Imagine For Margo qui lutte pour aider à la recherche contre le cancer de l’enfant. » Également très jeune, l’équipage local de Dunkerque Voile espère exploiter sa connaissance du plan d’eau pour faire une belle entame. « Il va notamment falloir bien prendre en compte le courant », prévient le barreur Zacharie Louis. On n’en saura pas plus. À la veille du début des régates, il est hors de question de livrer ses petits secrets.  LE PARCOURS DU TOUR VOILE 2021  Dunkerque (02-03-04 juillet) 

Le Havre (05-06 juillet) 

Saint-Vaast-la-Hougue (07-08 juillet) 

Diélette (09-10 juillet) 

Erquy (11-12-13 juillet) 

Châtelaillon-Plage (15-16-17 juillet) 

Royan (18-19-20 juillet) 

Serre-Ponçon (22-23-24 juillet)

 

LES ÉQUIPAGES ENGAGÉS 

Be.brussels - Kidibul - Yannick LEFEBVRE & Arnaud VASSEUR 

Dunkerque Voile - Louis LENGAGNE 

Helvetia Purple by Normandy Elite Team - Pauline COURTOIS 

Helvetia Blue by Normandy Elite Team - Clément MICHEL Normandie Youth - Noé ACKERMANN & Émilen 

POLAERT Imagine For Margo - Margot VENNIN Émile - Benjamin STERNBERG 

Team Jeune Sud - Oscar PEAN Groupe Atlantic - Clément CRON Royan Atlantique - Gaultier TALLIEU

 

LE PROGRAMME DE DEMAIN 

9h15 : point presse 

9h30 : début des mises à l'eau 

11h00 à 16h00 : parcours construits à suivre en direct depuis la Zone Spectateurs 

17h30 : podium des vainqueurs

 

Source : Effets Mer
Lire la suite
25 lectures
0 commentaires

Redman et Project Rescue Ocean prennent la poudre d'escampette sur la Les Sables Horta, "Le pilote barre et on est aux réglages "

 

Après avoir traversé une zone de calmes hier, les 23 duos toujours en lice dans la 8e édition de la Les Sables – Horta – Les Sables ont, comme on s’y attendait, récupéré un flux soutenu de secteur sud hier après-midi. Ce jeudi, ils ont ainsi cavalé une grande partie de la journée au reaching, lancés à plus de 15 nœuds de moyenne, sur la route des Açores.

 

image

Crédit : Ch Breschi


« Le vent s'est renforcé tout doucement jusqu'à atteindre un peu plus de 20 nœuds. L'angle était parfait et la mer commençait à peine à se former un peu. Le bateau allait assez vite sans taper.... C’était le bonheur ! », a commenté Ian Lipinski, manifestement ravi d’avoir passé la surmultipliée après trois premiers jours de course au ralenti. « Reste à trouver des occasions pour tenter de revenir... », a toutefois concédé le skipper de Crédit Mutuel. Bien remonté après avoir perdu gros dans un passage de grain lors du deuxième jour de course, le double vainqueur de la Mini Transat 6.50 est à l’affût de la moindre opportunité pour revenir au score avec les deux premiers. 

Antoine Carpentier et Mikaël Mergui sur Redman puis Axel Trehin et Fred Denis sur Project Rescue Ocean, ont pris la poudre d’escampette après le jeu de chasse-risées dans la dorsale. La preuve : ils affichent, cet après-midi, une avance de près de 70 milles sur leurs poursuivants les plus proches, et plus de 100 sur le gros du peloton. « Ça fait du bien de batailler en tête et ça fait du bien d'aller vite, même si le confort en prend un coup et que l'ambiance est désormais très humide », a commenté, pour sa part, Axel Trehin qui continue de jouer à « un coup à toi, un coup à moi » aux commandes de la flotte, avec son rival, décalé d’une petite dizaine de milles dans son nord. 

« On est super content de notre passage de l’anticyclone. On a réussi à mieux passer que nos adversaires mais depuis la sortie du front chaud, ce matin, ils vont vite. Cela nous oblige à être dessus tout le temps. Le pilote barre et on est aux réglages », a relaté Antoine Carpentier, satisfait de sa position, mais aussi d’avoir solutionné son problème de fuite au niveau du presse-étoupe rencontré hier. « On a bloqué le moteur à l’aide de bouts, et remis une couche de graisse puis de scotch électrique cette fois-ci, et ça a l’air d’être bon. Plus une goutte d’eau ! », a détaillé le Trinitain qui peut donc se concentrer pleinement sur la bonne marche de sa monture, mais aussi sur la suite du parcours qui va désormais se jouer au près. « On est exactement dans les schémas du routage », analyse Denis Hugues, Directeur de course, précisant que si le vent va refuser petit à petit et contraindre les concurrents à virer de bord en fin de journée, il va aussi mollir pour se stabiliser entre 10 et 15 nœuds. 

Source : Vendée Les Sables

Lire la suite
34 lectures
0 commentaires

Abandon de The Arch d'Armel Tripon et Benoit marie sur le Défi 24 Heures du Pro Sailing Tour

 

C'est à 12H09 (heure française), après un rappel général par cause de départ précipité dans un alizé d'une petite quinzaine de nœuds et une mer plutôt houleuse au large de la Pointe San Cristobal, qu'a été donné le coup d'envoi du Défi 24 Heures de l'épisode de Las Palmas de Grand Canaria du Pro Sailing Tour. C'est parti pour une double circumnavigation canarienne de 303 milles aux détours de Gran Canaria dans le sens anti-horaire et de l'île voisine de Fuerteventura dans l'autre sens. 

 

image

Crédit : J Vapillon


Abandon de The Arch

Pour l'heure, le scénario se déroule comme prévu avec des retournements de situation qui se succèdent avec une belle intensité. Seule ombre à ce tableau canarien ce jeudi après-midi : l'abandon de The Arch mené par la paire Armel Tripon et Benoît Marie. Les deux skippers ont déchiré leur grand-voile dans un empannage sur les coups de 14 heures au large du cap « La ldena San Nicolas » sur la côte Ouest, là où l'ensemble de la flotte lâchait les chevaux avec des pointes à 26/27 nœuds. L'équipage va bien et peut compter, en dépit de cette fortune de mer, sur une voile de secours pour espérer disputer la suite de ce 3è épisode du Pro Sailing Tour, samedi et dimanche.

 

Pour les six autres concurrents, la course continuait de plus belle, même si en approche de la côte Sud, l'alizé commençait à avoir du plomb dans l'aile. Au contact, Primonial (Sébastien Rogues) et Leyton (Sam Goodchild) n'avaient certainement pas fini de jouer des coudes en approche du sud de l'île et d'une zone aussi réputée que redoutée pour son insoutenable légèreté de l'air. Idem pour le trio - Ciela Village (Erwan Le Roux), Arkema 4 (Quentin Vlamynck) et Solidaires en Peloton - (Thibaut Vauchel-Camus) qui se tenait dans un mouchoir de moins de 0,2 mille aux abords de cette zone à haut risque. Aux yeux de Gilles Chiorri, le directeur de course, « le jeu de patience, de finesse et de choix pour aller parer la pointe Maspalomas, située dans la zone déventée commençait, avec le risque que la course se joue sur cette zone piégeuse. » 

La flotte était toujours attendue sur les coups de 21 heures ce soir à la bouée de Saint Cristobal. « De là, les bateaux mettront le cap au NE, vers le Nord de Fuerteventura, sur un bord de près océanique plutôt rapide dans 15 à 18 nœuds de vent et une mer qui se calmera un peu. Ils sont attendus en fin de nuit dans le passage entre Fuerteventura et Lanzarote, avant de redescendre le long de l'île. Au final, les premiers devraient couper la ligne d'arrivée sur les coups des 12h30 demain. » ajoutait celui qui suit au plus près la progression de ces six trimarans, tous susceptibles de l'emporter au terme de cette course offshore terriblement disputée. 

Equipages engagés sur le Défi 24 Heures de Las Palmas de Gran Canaria : 

Groupe GCA 1001 sourires (Gilles Lamiré, Phil Sharp, Pierre-Antoine Morvan) 

Solidaires En Peloton-ARSEP (Thibaut Vauchel-Camus, Corentin Douguet, Antoine Joubert) 

Primonial (Sébastien Rogues, Matthieu Souben, Julien Villion) 

Arkema 4 (Quentin Vlamynck, Lalou Roucayrol, Raphaël Lutard) 

Ciela Village (Erwan Le Roux, Xavier Macaire, Alan Pennaneac'h) 

Leyton (Sam Goodchild, Aymeric Chappellier, François Morvan) 

The Arch (Armel Tripon, Benoit Marie, Frédéric Moreau)

 

Source :
Lire la suite
19 lectures
0 commentaires

Reed Expositions France continuera d’organiser le Cannes Yachting Festival jusqu’en 2041

Reed Expositions France devenu Rx France continuera d’organiser le Cannes Yachting Festival jusqu’en 2041 en a décidé la Cour d’appel de Paris après environ cinq ans de procédures judiciaires engagées par la Fédération des Industries Nautiques (FIN) en 2016.

La FIN contestait l’accord contractuel qu’elle avait passé avec RX France et qui octroyait à cette dernière les droits d’exploitation du Yachting Festival de Cannes jusqu’en 2041. Pour rappel, l’Autorité de la concurrence a débouté la FIN de ses demandes contre RX France le 9 août 2017, et la FIN a également été déboutée par le Tribunal Administratif le 30 juin 2020 dans son procès contre la CCI de Nice-Côte d’Azur.

« C’est une décision favorable que nous accueillons avec satisfaction car elle permettra au Yachting Festival de Cannes de poursuivre son développement au profit de nos clients. Nous avons conclu ce contrat en toute bonne foi et, sous notre gouvernance, le Yachting Festival de Cannes est devenu le plus grand événement nautique à flot en Europe et le deuxième au monde. Nous sommes particulièrement reconnaissants pour le soutien que nous avons reçu de nos clients, de la ville de Cannes et de la CCI de Nice-Côte d’Azur », commente Michel Filzi, Président de RX France.

« Malgré les poursuites judiciaires, nous avons continué à innover, en augmentant la portée internationale de l’événement et en élargissant nos zones d’exposition à flot en créant un nouvel Espace Voile au Port Canto permettant de développer fortement ce secteur. Quant aux bateaux à moteur, ils se sont étendus dans tout le Vieux-Port de Cannes. Nous mettons tout en oeuvre pour continuer à offrir à la communauté nautique française et internationale une expérience exceptionnelle pour les années à venir », ajoute Michel Filzi.

« Je suis incroyablement fière de la façon dont le Yachting Festival de Cannes a évolué. Nous avons été en étroite collaboration avec la communauté nautique française et internationale et en 2019 nous avons été récompensés car 82% des participants professionnels ont déclaré être très satisfaits du salon et pour l’industrie française, ce résultat s’élève à 89% » déclare Sylvie Ernoult directrice de l’événement. « Malgré le contexte, nous avons travaillé sans relâche pour faire en sorte que l’édition de septembre 2021 soit un succès avec la poursuite de l’Espace Voile au Port Canto. Notre ambition est de maintenir un taux de satisfaction élevé pour nos exposants comme pour nos visiteurs ».

La prochaine édition du Yachting Festival de Cannes est prévue du 7 au 12 septembre 2021. Elle accueillera environ 470 acteurs de la plaisance française et internationale dont 120 nouvelles sociétés. A flot et à terre, 560 unités neuves de 3 à 45 mètres, monocoques ou multicoques, seront exposées au Vieux Port pour les bateaux à moteur et au Port Canto pour les voiliers, dont près de 150 seront présentées en avant-première mondiale.

Lire la suite
23 lectures
0 commentaires

Arkema 4 et son équipage fin prêts pour l’Act3 du Pro Sailing Tour, Quentin Vlamynck : "Le résultat sera déterminant"

Le trimaran Arkema 4 est amarré depuis vendredi 25 juin dans le port de Las Palmas de Gran Canaria, d’où il prendra part cette semaine au 3e épisode du Pro Sailing Tour. Arrivé au terme d’un convoyage tonique et express, le binôme Quentin Vlamynck et Lalou Roucayrol a profité de cette navigation entre l’Aquitaine et les Canaries pour valider sa qualification à la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre. 

image

Crédit : V.Olivaud

Après les épisodes de Brest et de La Rochelle, la compétition reprend dès ce jeudi 1e juillet pour les Ocean Fifty dans le superbe cadre des Canaries. 

 Qualifiés pour la Transat Jacques Vabre 

 « Le convoyage s’est super bien passé. » commente Quentin. « Nous avons eu des conditions difficiles pour partir, une météo digne d’un départ de course hivernal pour traverser le Golfe de Gascogne, avec du vent portant très soutenu, jusqu’à 30 nœuds, le tout dans une mer croisée très désagréable. 

Nous sommes très contents du comportement du bateau car nous avons eu des conditions typiques d’un départ de Transat ! C’était idéal pour valider notre qualification car nous avons rarement eu jusqu’alors la possibilité de partir en double aussi loin. C’est un super entraînement. » 


Truster les plus hautes marches

 Une fois amarré dans le port de Las Palmas, le bateau a rapidement été remis en configuration équipage pour permettre à Quentin Vlamynck et ses équipiers d’effectuer quelques sorties d’entraînement en équipage avant le coup d’envoi de ce 3e épisode. 

La compétition reprend dès jeudi 1e juillet, avec le défi 24 heures, sur lequel Quentin et Lalou embarqueront Raphaël Lutard, boat captain d’Arkema 4. « Le plan d’eau de Las Palmas est très technique. Nous le savons car nous venons régulièrement nous entraîner ici l’hiver. Il y a de nombreux effets de côtes et de dévents autour de l’île. Nous en avions fait les frais lors de notre record du tour des îles en 2019 avec Lalou » explique Quentin, bien décidé à truster les plus hautes marches du podium. 

Terminer devant Leyton

« Il faudra être vigilant mais notre objectif est de terminer devant Leyton, en mettant le maximum de concurrents entre nous ! Nous sommes très proches au classement général et le résultat final de ce 3e épisode sera déterminant. Nous sommes en confiance, que ce soit dans le bateau ou dans l’équipage, et nous avons toutes les cartes en main pour décrocher un résultat. » 

 L’équipage d’Arkema 4 sur le 3e épisode du Pro Sailing Tour : Quentin Vlamynck, skipper Lalou Roucayrol, embraque Raphaël Lutard, tacticien Étienne Carra, règleur J1 Alejandro Cantero, wincheur 

Classement général provisoire à l'issue de 2 épisodes 

 1 - Leyton (Sam Goodchild) - 14 pts 

 2 - Arkema 4 (Quentin Vlamynck) - 11 pts 

 3 - Ciela Village (Erwan Le Roux) - 9 pts 

 4 - Primonial (Sébastien Rogues) - 8 pts 

 5 - Solidaires En Peloton - ARSEP (Thibaut Vauchel-Camus) - 6 pts 

 6 - Groupe GCA 1001 sourires (Gilles Lamiré) - 6 pts 

Lire la suite
39 lectures
0 commentaires

Francis Joyon fin prêt pour sa saison avec Idec Sport, le skipper annonce son programme 2021

 Francis Joyon trépigne de renouer avec la compétition et s’est concocté un joli programme 2021 : Tour de l'île de Wight dès le 3 juillet, tentative sur la Route de la Découverte, en équipage cette fois.

image

Crédit E.Allaire


« La crise sanitaire nous a contraint à l’inaction depuis notre retour d’Asie (IDEC ASIAN TOUR) début 2020. » décrit Francis Joyon. « Nous en avons profité pour remette en forme le maxi trimaran IDEC SPORT qui avait beaucoup souffert de ses navigations océaniques et en mer de Chine. D’innombrables chocs avec toutes sortes d’OFNIS avaient laissé des traces profondes sur les appendices et la coque. Notre équipe, constituée de Bertrand Delesne, Corentin Joyon et Antoine Blouet n’a pas chômé. Le bateau est prêt et nous trépignons d’impatience à l’idée de repartir, en équipage réduit constitué de mon équipe technique, à laquelle pourraient s’adjoindre Christophe Houdet et Bernard Stamm. »

Le Tour de l’île de Wight pour débuter le 3 juillet

Pas moins de 1 200 bateaux sont d’ores et déjà inscrits, répartis en 11 groupes pour autant de départs échelonnés toutes les 10 minutes. Les 50 milles d’une épreuve haute en couleur ! « C’est une vraie course à l’anglaise. Le départ est donné quelles que soient les conditions de mer et de vent, à 6 heures du matin, sous les canons du Royal Yacht Squadron. » 

Cowes – Dinard en course le 9 juillet

Covid oblige, IDEC SPORT ne pourra que s’amarrer au large de Cowes en attendant le départ. Une fois la ligne d’arrivée franchie, le maxi trimaran ne pourra débarquer son équipage et rentrera directement se mettre à l’abri à Saint-Malo. Francis et ses hommes n’y demeureront que quelques jours puisqu’ils s’aligneront dès le 9 juillet au départ de la grande épreuve du RORC, la course Cowes-Dinard. 

Une Route de la Découverte en équipage 

Dès Septembre, le maxi-trimaran IDEC SPORT retrouvera l’Espagne et la Méditerranée pour plusieurs escales avant de traverser à nouveau l’Atlantique. La période automnale constituent la fenêtre de tir idéale pour se lancer sur l’Atlantique en direction des Bahamas. Francis Joyon a une tendresse particulière pour la Route de la Découverte. Double détenteur du temps référence en solitaire, c’est cette fois au chrono réalisé en 2013 par le Géant Spindrift de Dona Bertarelli et Yann Guichard que Francis et son équipage réduit comptent s’attaquer. 

6 jours, 14 heures, 29 minutes et 21 secondes seront les chiffres à ne pas dépasser. « Ce parcours est magnifique !» s’enthousiasme Francis Joyon. « Il est très proche de celui de la Route du Rhum et on y apprend toujours quelque chose. Le record établi par Spindrift est très pointu. C’est un énorme challenge! » 

 Source : Mer & Media

Lire la suite
32 lectures
0 commentaires

Corsica Med : Tapis roulant et zone de tir activée sur la 1ère étape

Après un parcours magnifique sous forme de glissade avec 15-20 nœuds de vent d’ouest pour la majorité de la flotte, les concurrents sont arrivés mardi à partir de 13h52, dans le sillage de HBF – Reforest’Action*, plus ou moins fourbus après une traversée, mais satisfaits : de la fatigue bien sûr, mais principalement beaucoup de plaisir. Pour les IRC et les OSIRIS, la nuit avait été à la fois très agréable en termes de navigation et plus surprenante en termes de réglementation. Conformément à la possibilité qui avait été évoquée au briefing, ils se sont trouvés au cœur de la nuit aux alentours de Porquerolles avec toutes les zones militaires activées en configuration de tir. Plusieurs bateaux ont ainsi dû se dérouter, et parfois remettre leurs choix tactiques en question. Le dernier bord, dans le petit temps sous le vent du Cap Corse jusqu’à la ligne d’arrivée, aura mis à vif les nerfs des navigateurs, mais laissé à la course un intérêt stratégique réel jusqu’au terme de cette première manche.

Les deux Mini 6.50 en course ont fait leur parcours quasiment toujours au contact avec la fin de la flotte IRC OSIRIS jusqu’au Cap Corse, point où les trajectoires se sont séparées puisque les premiers mettaient le clignotant à droite à la Giraglia, alors que les seconds continuaient tout droit jusqu’à Capraia, ouvrant à une séance sportive, voire même très sportive, avec un contact brutal avec un Libeccio violent – vent d’ouest bien connu dans la région, enregistré autour de 40 à 45 nœuds. Dans ces conditions très rudes, les deux concurrents espagnol et italien, tout deux encore en phase de découverte de leur support, ont finalement réussi à rejoindre la latitude de Macinaggio où leur course a été stoppée. Ils prendront demain la même route que le reste de la flotte, après une nuit au calme bienvenue.

Macinaggio en fête
« Ce n’était que du bonheur de les voir arriver ! C’était magique, vraiment magique… » commente Isabelle Murzilli, présidente du CNM, vice-présidente ligue Corse voile, qui, avec ses équipes et la complicité de celles de U Scalu, n’a pas ménagé sa peine tout au long de la journée et de la nuit dernière « Tout le monde est heureux. On a fait l’accueil qu’on souhaitait faire. On n’a pas fini parce que ce soir on leur réserve une très belle soirée après la remise des prix et le cochon sauvage à la broche. Voilà maintenant on a le Libecciu : ils ne pouvaient pas arriver dans le Cap Corse sans connaître cette Giraglia blanche. Comme on dit chez nous : le Cap Corse sans le vent, ce n’est pas le Cap Corse, voilà !
« Ici, tout le monde parle de la course et tout le village va sur les pontons, grâce à l’investissement permanent de la commune de Rogliano, de son maire Patrice Quilici, et de toute son équipe – c’est comme au Vendée Globe !… Sur l’eau il y avait du monde aussi : il y a des bateaux qui sont venus les accueillir, et je suis sûre qu’il y en aura demain aussi. Je crois que ça va faire le double de participants l’année prochaine parce que là, tout le monde est vraiment très satisfait. »

Lire la suite
36 lectures
0 commentaires

Tour Voile 2021 : Départ ce vendredi

Pour la 35e fois de l’histoire de l’épreuve, Dunkerque accueillera le Grand Départ du TourVoile. Jusqu’au 24 juillet, dix équipages s’affronteront en Diam24 OD. Après Dunkerque, les marins mettront le cap sur Le Havre, Saint-Vaast-la-Hougue, Diélette, Erquy, Châtelaillon-Plage, Royan et Serre-Ponçon. Parmi les nouveautés, le retour des ralliements par la mer. Cela n’était pas arrivé depuis 2014.

Les dix équipages engagés dans le Tour Voile 2021 peaufinent leurs préparatifs à Dunkerque, plus précisément sur la plage de Malo-les-Bains. Vendredi matin, ils débuteront une compétition intense, exigeante et sportivement relevée, sur laquelle rien ne doit être laissé au hasard pour espérer briller.

Trois jours à Dunkerque pour lancer l’événement

La compétition débutera par une journée de « Parcours construits », c’est-à-dire un enchaînement de régates courtes et au contact entre des bouées, à quelques mètres des côtes. Les teams mettront à l’épreuve leurs techniques de navigation et le public pourra suivre les courses depuis la plage. Samedi, les dix Diam24 OD partiront pour un « Raid ». Il s’agit d’un parcours de longue distance, au départ et à l’arrivée de Dunkerque, mêlant à la fois vitesse et stratégie pour les navigateurs. Dimanche, les équipages repartiront pour une journée de parcours construits.

Quatre étapes inédites

Dimanche soir, les teams prendront la route pour rejoindre Le Havre, cadre de la deuxième étape. Ils commenceront ainsi à adopter le rythme soutenu qui va les mener de ville en ville, pendant trois semaines. Ce Tour Voile 2021, qui fait la part belle aux nouveautés, propose quatre étapes inédites : Diélette, Erquy, Châtelaillon-Plage et Serre-Ponçon. Les autres villes ont déjà été visitées dans la longue histoire du Tour : Le Havre (9e fois ville-étape), Saint-Vaast-la-Hougue (2e fois) et Royan (17e fois).

Le grand retour des ralliements par la mer

Autre grande nouveauté de cette édition : le retour des « Ralliements », en plus des raids et des parcours construits. Depuis le choix du Diam24 OD comme support du Tour Voile, en 2015, ces parcours qui rallient deux villes-étapes par la mer n’avaient plus été organisés. Cela va donc changer cette année. Quatre ralliements sont au programme, d’une longueur de 52 à 65 milles : Le Havre/Saint-Vaast-la-Hougue, Saint-Vaast-la-Hougue/Diélette, Diélette/Erquy et Châtelaillon-Plage/Royan.

Lire la suite
42 lectures
0 commentaires

Pro Sailing Tour. Début de l’épisode 3 à Las Palmas de Gran Canaria avec 7 multicoques

Les sept multicoques ont pris leurs quartiers du côté de Las Palmas de Gran Canaria et sont venus s’amarrer aux pontons du Club Maritimo Varadero dans le Nord-Est de l’île. Un petit dernier, The Arch, mené par Armel Tripon et Benoît Marie, a rejoint les six protagonistes des deux précédents épisodes du Pro Sailing Tour.

Le départ du Défi 24 Heures donnera les trois coups de ce rendez-vous canarien dont l’intensité promet de monter crescendo dans les conditions de vent et de mer qui font la réputation de l’archipel espagnol. Au large des côtes africaines, par 27°Nord et 15°0uest, souffle un solide régime d’alizés qui fait des Canaries un petit paradis pour tous les amateurs de sensations fortes sur l’eau.

« Cet épisode canarien est certainement le plus difficile disputé jusqu’ici, tant pour les équipages que pour celles et ceux qui orchestrent les courses au programme. C’est dû aux conditions de vent et de mer de cette destination exotique avec ses effets de site complexes, des accélérations et des dévents, qui mettront les tacticiens à pied d’œuvre. Il faut s’attendre à voir des grands différentiels de vitesse qui peuvent générer de nombreux changements de leader au fil des manches. » détaille Gilles Chiorri, directeur de course.

Un record à battre autour de Gran Canaria

Même son de cloche de la part de Quentin Vlamynck, le skipper d’Arkema 4, qui vient souvent s’entraîner sur ce plan d’eau, et détenteur du record autour de Gran Canaria qu’il avait établi en 2019 aux côtés de Lalou Roucayrol. Cette connaissance des effets de site locaux constitue certainement un atout de taille pour tirer son sillage du jeu tout au long des trois jours de régate au programme. L’équipage d’Arkema 4, qui a déjà démontré que ce nouveau trimaran en a sous le capot, ne fait d’ailleurs pas mystère de ses prétentions. Il vise clairement la première marche du podium pour empocher de précieux points et prendre l’avantage sur Sam Goodchild et les siens qui mènent au classement général provisoire après leurs deux victoires consécutives à Brest et La Rochelle à bord de Leyton. « Il faudra être vigilant mais notre objectif est de terminer devant eux en mettant le maximum de concurrents entre nous ! Nous sommes en confiance, que ce soit dans le bateau ou dans l’équipage, et nous avons toutes les cartes en main pour décrocher un résultat », ajoute sans détour le jeune skipper médocain.

Un Défi 24 Heures en mode course au large

Ce jeudi devant les étraves affutées des Ocean Fifty s’ouvrira le parcours du Défi 24 Heures, l’incontournable course offshore d’ouverture qui donne le « la » à chaque nouvel épisode de ce Pro Sailing Tour. Les sept équipages de trois, tous accompagnés d’un reporter embarqué, commenceront par un tour de Gran Canaria dans le sens anti-horaire au départ de San Cristobal avec des marques de passage à respecter au niveau de Sardina Point au Nord-Ouest, et de Maspalomas tout au Sud de cette île volcanique toute en rondeur. Puis ils seront amenés à doubler la zone de l’aéroport sur la côte Est où un important effet venturi peut générer des vents puissants pouvant souffler jusqu’à 40 nœuds dans les rafales. Un passage forcément périlleux qui nécessitera une extrême vigilance de la part des équipages à bord de ces voiliers très volages. Après ce tour de Gran Canaria avec le record à battre de 10 h 22 mn en ligne de mire, la flotte des sept Ocean Fifty mettra le cap sur Fuerteventura. En fin de journée demain, avant la tombée de la nuit, la direction de course décidera alors, au regard des dernières prévisions de vent, si elle envoie les multicoques faire le tour de cette île voisine pour un parcours de 303 milles au total ; ou si elle l’invite à faire un aller-retour pour un Défi 24 Heures raccourci à 264 milles. Quoi qu’il en soit, c’est une entrée en matière complète et intense qui attend les équipages aux détours de ces îles, qui ont la particularité d’offrir des conditions et sensations de grand large à proximité immédiate des côtes.

The Arch : un apprentissage en accéléré

Armel Tripon, de retour sur le circuit des Ocean Fifty, en sait quelque chose. C’est ici, aux Canaries, qu’il avait tiré ses premiers bords en solitaire à la barre de son Ocean Fifty qu’il avait ensuite hissé sur la plus haute marche du podium de la légendaire Route du Rhum. « Sur le Défi 24 Heures, il faudra composer avec l’alizé assez prononcé qui souffle actuellement et accompagne la grande houle de l’Atlantique pour nous offrir de vraies conditions d’offshore, » détaille celui qui se réjouit de retrouver un plateau qui s’étoffe autant qu’il gagne en compétitivité. « C’est fou, le circuit a clairement gagné en attractivité. Il suffit de regarder la composition des équipages qui rassemblent des rock-stars de la voile olympique et du match race pour s’en rendre compte. Le niveau est impressionnant et on ne peut pas faire beaucoup mieux en termes de compétition, » souligne-t-il. A ses côtés, Benoît Marie, deuxième skipper de The Arch, ne cache pas son impatience de rentrer dans le vif de la compétition face aux six autres équipages. Pour autant, pas question de se laisser impressionner. « Nous misons beaucoup sur la complémentarité de nos expériences, entre celle d’Armel qui a développé une solide expertise de ce support en offshore, et la mienne très tournée vers le vol et le foil », justifie Benoît Marie. « Toutes les conditions sont réunies ici pour prendre nos marques dans les meilleures dispositions. Nous sommes en phase de découverte totale du bateau. Le convoyage jusqu’ici nous a confortés dans la conviction qu’il dispose d’un potentiel de développement très important. Nous sommes ici pour progresser en accéléré et nous n’avons aucun complexe. » Les concurrents de ce nouveau duo de skippers sont prévenus !

Equipages engagés sur le Défi 24 Heures de Las Palmas de Gran Canaria :
Groupe GCA 1001 sourires (Gilles Lamiré, Phil Sharp, Pierre-Antoine Morvan)
Solidaires En Peloton-ARSEP (Thibaut Vauchel-Camus, Corentin Douguet, Antoine Joubert)
Primonial (Sébastien Rogues, Matthieu Souben, Julien Villion)
Arkema 4 (Quentin Vlamynck, Lalou Roucayrol, Raphaël Lutard)
Ciela Village (Erwan Le Roux, Xavier Macaire, Alan Pennaneac’h)
Leyton (Sam Goodchild, Aymeric Chappellier, François Morvan)
The Arch (Armel Tripon, Benoit Marie, Frédéric Moreau)

Classement général provisoire du pro Sailing Tour à l’issue de deux épisodes
1 – Leyton (Sam Goodchild) – 14 pts
2 – Arkema 4 (Quentin Vlamynck) – 11 pts
3 – Ciela Village (Erwan Le Roux) – 9 pts
4 – Primonial (Sébastien Rogues) – 8 pts
5 – Solidaires En Peloton – ARSEP (Thibaut Vauchel-Camus) – 6 pts
6 – Groupe GCA 1001 sourires (Gilles Lamiré) – 6 pts

Lire la suite
25 lectures
0 commentaires

Les Sables – Horta – Les Sables : Duel entre Redman et Projet Rescue

Les deux leaders de la flotte de Class40 Antoine Carpentier et Mikaël Mergui sur Redman et Axel Trehin et Frédéric Denis sur Projet Resue ont toujours 70 milles d’avance sur le reste de la flotte. Mais ils sont à 1788 milles de l’arrivée et il peut encore se passer beaucoup de choses.

Alors qu’elle évolue, ce mercredi, à une centaine de milles au large du cap Finisterre, la flotte de la 8e édition de la Les Sables – Horta – Les Sables a, comme on s’y attendait, de nouveau nettement ralenti la cadence depuis ce matin. En cause, un col barométrique planté pile-poil sur sa route. Cette zone de calmes, qui sépare deux systèmes anticycloniques, ne simplifie évidemment pas la tâche des duos qui tentent de trouver le meilleur passage pour la traverser.

Pour l’heure, à ce petit jeu, Antoine Carpentier et Mikaël Mergui semblent plutôt bien inspirés puisqu’après avoir compté jusqu’à 6,8 milles de retard sur Axel Trehin et Frédéric Denis au lever du jour, ils ont inversé la tendance et caracolent désormais en tête avec un bonus de 4,8 milles. « On avance au gré des nuages », a commenté le skipper de Redman, bien conscient que dans ce type de situation aléatoire, la réussite fait aussi partie du match.

Reste que si lui et son acolyte tirent impeccablement leur épingle du jeu depuis ce matin, ils sont par ailleurs confrontés à une fuite d’eau par le presse-étoupe (endroit par lequel l’arbre d’hélice sort de vers l’extérieur du bateau). « On a dû vider 50 litres d’eau en seulement quelques heures ! On a essayé de limiter la fuite, ce qu’on a réussi à faire, mais dès qu’on allume le moteur pour recharger les batteries, la fuite recommence… », détaille le Trinitain qui, tout comme son concurrent direct Project Rescue Ocean, compte plus de 30 milles d’avance sur le gros du peloton, lui aussi empêtré dans cette zone de mélasse. « On savait que la traversée de cette dorsale aurait un petit effet loterie. On est en plein dedans et on voit que les positions des uns et des autres évoluent pratiquement à chaque pointage. La bande du col n’est pas énorme, mais elle s’étale malgré tout sur une quarantaine de milles. Tous les bateaux vont donc rester bien tanqués une bonne partie de l’après-midi », assure Denis Hugues. « Une fois cette zone délicate derrière eux, les marins y verront un peu plus clair et pourront commencer à envisager la manière dont ils vont aborder l’atterrissage sur les Açores », ajoute le Directeur de course, rappelant qu’à l’arrière de cette fameuse dorsale, les duos vont récupérer un flux de secteur sud relativement soutenu qui va progressivement s’orienter au sud-est.

« La route de Horta n’est décidément pas simple ! », constate Luke Berry qui vient tout juste de terminer la réparation de son spi. « La vie s’annonce penchée dans le bateau lors de ces prochains jours. Une fois cette transition compliquée passée, ça va être reaching puis près, près, près… », détaille le skipper de Lamotte Module Création qui va, de fait, se retrouver avec le vent dans le nez à partir de demain soir et potentiellement affronter des rafales à plus de 30 nœuds. « La météo annonce un temps très perturbé, avec un tas de dépressions secondaires », confirme Ian Lipinski (Crédit Mutuel) « Ça ne va clairement pas ressembler à des vacances ! ». De fait, non. Il va falloir garder les yeux bien ouverts et continuer d’observer avec attention ce que se passe sur l’eau car une dépression actuellement située dans l’ouest des Açores, se déplace et remonte vers le nord tout en prenant de l’ampleur. « La situation en Atlantique nord est perturbée en ce moment. Nous ne sommes pas dans un schéma classique avec un anticyclone des Açores bien en place », détaille Denis Hugues dont les derniers routages laissent envisager un atterrissage sur Horta entre samedi soir et dimanche matin pour les premiers.

Des routages qui ont, par ailleurs, bien évolué depuis hier, laissant désormais entrevoir un écart de près de 24 heures aux abords de l’archipel portugais entre les leaders et le tandem Jonas Gerckens – Benoît Hantzperg (Volvo) décalé à plus de 160 milles au nord par rapport au reste de la meute. La route est toutefois encore longue. C’est d’ailleurs ce que rappelait à juste titre Pierre Casenave – Péré ce matin, après avoir, pour sa part, tenté un coup audacieux à l’intérieur du dispositif de séparation de trafic du cap Finisterre. « On espérait que nos concurrents s’arrêtent au nord-ouest du DST. Bon, ça n’a pas tout à fait été ça puisqu’aujourd’hui on fait un peu de route en travers de la piste », a commenté le jeune skipper de Legallais qui se recale petit à petit dans l’axe du peloton. Un peloton qui ne va donc assurément pas battre des records cette année pour rallier Horta, mais qui pourrait, en revanche, mettre un temps canon pour effectuer la route retour. A suivre.

Classement Les Sables – Horta30 Juin
Pointage de 9h – 30/06

Pointage de 9h – 01/07
1- Antoine CARPENTIER & @Mikael Mergui – Redman
2- Axel Tréhin Skipper & Frédéric Denis Skipper – Project Rescue Ocean
3- Ian Lipinski-Skipper Crédit Mutuel & Ambrogio Beccaria – Navigatore
4- Luke Berry Sailing & Jean-Baptiste Daramy – Lamotte Module Création
5- Roesti Sailing Team – Banque du Léman
6- Hervé Thomas Class 40 & Gérald Veniard – Saint-Yves Services
7- Aurelien Ducroz Skieur / Skipper & David Sineau – Crosscall
8- Team Edenred : Emmanuel Le Roch & Basile Bourgnon & Christophe Cremades
9- Stan Thuret – Cinéaste Navigateur & Roland Jourdain – Everial
10- Experiences pour la Planète



Message d’Antoine Carpentier (Redman)

« Encore une nuit en mer, ce coup-ci avec du vent ! On est super content de notre passage de l’anticyclone. On a réussi à mieux passer qu’Axel (Trehin) et Fred (Denis), du coup on a repris le leadership. Ça fait du bien. L’ambiance à bord avec Mikaël est toujours au top. Le fait d’avoir un sudiste pour la molle a sûrement été un atout ! Sinon, le programme de la journée a été de vérifier l’étanchéité de la fuite au niveau du presse-étoupe. Comme ça fuyait encore un peu, rien de bien méchant : un demi litre d’eau sur plus de 12 heures. On a bloqué un peu le moteur à l’aide de bouts, et remis une couche de graisse puis de scotch électrique cette fois-ci, et ça a l’air d’être bon. Plus une goutte d’eau ! Un vrai désert ! Niveau allure, on est sous grand-voile haute, grand genak et trinquette. Le bateau file sur l’eau. La mer est relativement calme et c’est assez agréable ! Je viens de me réveiller d’une grosse sieste de 3 heures et Mikaël vient d’aller se coucher. Normalement, dans ce laps de temps, on ne devrait pas avoir de manœuvre. On a regardé le dernier pointage. Axel et Fred vont vite, comme d’habitude. Ça nous oblige à être dessus tout le temps. Le pilote barre et on est aux réglages. Niveau carte postale, pas d’étoiles, que des nuages. On a croisé des baleines en fin d’après-midi, à deux reprises. On a eu le droit à un souffle ou deux, puis elles ont disparu. On a une ETA dans une semaine. J’ai un peu de mal à y croire. Quand on regarde les routages Adrena, il y a des sections à plus de 20 nœuds de moyenne, ce que je n’ai encore jamais fait avec le bateau ! »

162 TREHIN Axel – DENIS Frederic – PROJECT RESCUE OCEAN
Message d’Axel Trehin (Project Rescue Ocean)

« Passage du col : check, même si on trouve que notre décalage sud n’a pas eu l’effet escompté. C’est parti en bâbord amure pour aller chercher le front. Ça fait du bien d’aller vite, même si le confort en prend un coup. On n’aura pas changé de voile, juste de bord et d’ambiance (un poil plus humide). »

Message d’Olivier Delrieu (Vicitan II)

« Pas d’avarie à bord. Nous sommes contents d’être sorti de la zone sans vent. Didier est monté dans le mat pour resserrer la girouette. Mon fils a réussi ses concours. Le moral est donc bon ! »

Message de Valentin Gautier (Banque du Léman)

« On est bord à bord avec Luke Berry et Jean-Baptiste Daramy (Lamotte Module Création). On est à une allure où notre bateau marche super bien, donc on est plutôt en train de leur revenir dessus. Le vent est progressivement monté au fil de la nuit. On a 17-18 nœuds établis et on marche régulièrement à 14-15 nœuds, au reaching, sous gennaker. On sort progressivement de la boucaille. On était un peu dans la « peuf » toute la nuit et j’ai l’impression que la visibilité est en train de s’améliorer. Je pense que ça laisse présager l’arrivée du prochain front froid. Dans la journée, le vent va continuer de prendre des tours jusqu’à atteindre, selon les fichiers, entre 25 et 30 nœuds. On va rester au reaching, mais ensuite ça va se resserrer petit à petit et on va se retrouver au près. Le moral est bon. On s’est plutôt bien reposé ces derniers jours. »

Message de Benoît Hantzperg (Volvo)

« ENFIN du vent comme on aime ! On se croirait au pays des Abers avec de la boucaille et entre 15 et 20 nœuds ! Le bateau est super. Aucun dégât à déplorer. On a vécu une journée horrible, hier. Trois fois le vent est rentré et retombé dans la foulée. On était bien tendus tous les deux. C’est déjà 100 miles derrière maintenant. L’objectif, à présent, c’est de remonter le plus possible. D’ailleurs, nos waypoints s’appellent « remontada ».

Message de Franz Bouvet (Yoda)

« On a rangé les maillots de bain. Le vent est revenu. Le temps est idéal, avec une mer plate et 10 nœuds de vent ce matin. Le moral est bon malgré le retard pris dans des vents de 1 à 3 nœuds. On a des provisions. »

Message d’Emmanuel Le Roch (Edenred)

« Hier, le vent est tombé progressivement pour être quasi nul. On en a profité pour faire un check du bateau encore en rodage. Visserie, usure prématurée… On en a aussi profité pour faire une plus grande toilette, avec un rasage en prime ! Un petit goût de terre! Comme la météo le permettait, nous avons également fait un petit repas gastro : pâtes à l’huile d’olive ! Tout propre qu’on était, on se serait cru au resto ! Dans l’après-midi, le vent est rentré comme prévu, et Edenred a accéléré petit à petit. La flotte est partie par devant, comme d’habitude dans ces conditions. Les écarts se sont creusés, mais le rythme à bord est bon. Nous sommes en forme ! Ça cavale entre 12 et 14 nœuds ! »

Lire la suite
35 lectures
0 commentaires

Ocean Globe Race. Le compte à rebours est lancé !

La conférence de presse de l’Ocean Globe Race ce mercredi 30 juin aux Sables d’Olonne a lancé le compte à rebours du départ, avec des inscriptions presque closes. Marie Tabarly a annoncé l’inscription de Pen Duick VI, et la légende du Vendée Globe Jean Le Cam fournit son Swan 59 à l’équipe Mad Atao/Yes we Cam.

La France, terre d’accueil de grands événements nautiques, fournit le plus gros contingent de l’édition inaugurale de l’OGR, comme elle l’avait fait il y a 50 ans lors de la première Whitbread Round the World Race.

–Dominique Dubois, propriétaire du chantier Multiplast, constructeur d’IMOCA et multicoques de course, fera le tour du monde à bord de son Swan 651 Futuro avec un équipage composé de sa famille et de ses amis.

–Lionel Reignier, skipper Sablais vainqueur de l’OSTAR et Pierre-Yves Cavan, ont ramené L’Esprit d’Équipe, vainqueur de la Whitbread 85-86 depuis Ushuaia pour lancer leur campagne.

–Arnaud Lizop, équipier de Tabarly sur Pen Duick en 1973, courra à bord de son S&S 55 Nakamal contre deux autres Swan 55, le britannique Ariana et le Galiana de Tapio Lehtinen.

–Jean Christophe Petit, double participant à la Transquadra, mène campagne depuis Barcelone, en Espagne, en compagnie d’Armancio Macia et finalise l’achat de leur monture.

La course a également attiré l’attention de navigateurs renommés : Marie Tabarly a annoncé l’inscription du légendaire Pen Duick 6, et la légende du Vendée Globe Jean le Cam, met son Swan 59 à la disposition de l’équipe Mad Atao/Yes We Cam de François Abiven.

Marc Gareton avec François Abiven (Team Mad Atao avec Yes We Cam )
«Pen Duick 6 va avoir 50 ans cette année, j’avais un programme autour du monde avec mon projet Elemen’Terre qui a été annulé par le Covid, et cherchais quoi faire pour marquer l’anniversaire du Bateau » a annoncé Marie, «Pen Duick ne peut pas passer à côté d’une course autour du monde comme celle-ci. Nous avons un équipage de 12 personnes, le bateau porte bien son âge et après un refit gréement sera prêt à partir ! »

Marie Tabarly heureuse d’annoncer sa participation lors de la conférence de presse, en présence de Don McIntyre, l’organisateur de l’OGR et Sébastien Delasnerie, le media Director.
En plus de L’Esprit d’Équipe et de Pen Duick VI, plusieurs gloires de la Whitbread prendront part de la première édition de l’OGR en 2023, notamment le Farr 60 Maiden de Tracy Edwards, le Swan 65 “Translated 9” de Marco Trombetti, ex-ADC Accutrac, le Swan 651 norvégien Second Wind, ex-Fazer Finland, et en guest-star Evrika, l’ancien Swan 65 de Nick Wrights, membre des Pink Floyd.

Plus important encore que les bateaux, l’esprit de la Whitbread est bien vivant dans la famille OGR, composée de propriétaires amenant leur bateau autour du monde avec des équipages composés principalement d’amis, de membres de la famille et de marins en herbe, loin du sport entièrement professionnel qu’il est devenu aujourd’hui,.

“Les histoires de nos participants sont vraiment incroyables, et accueillir Marie Tabarly au sein de l’OGR, sentir sa passion et son attitude vis-à-vis de la course est une véritable inspiration“, a déclaré Don McIntyre, fondateur de l’OGR et organisateur de la course. “C’était une journée passionnante, pour sortir enfin l’OGR du nuage Covid, rencontrer les acteurs de l’OGR en personne, et accueillir Nick Bice dans notre équipe!“.

OGR Race Director, Nick Bice.
Le Directeur de Course Nick Bice, originaire d’Australie, a participé à 5 campagnes de la Volvo Ocean Race, en tant que constructeur de bateaux, navigateur, shore-manager et finalement chef du Boatyard VOR, il sait certainement comment faire tourner une flotte autour du monde.

Nick est également un athlète d’Ironman et apportera encore plus d’énergie à l’équipe composée de Don McIntyre (Fondateur et Président), Melissa Payne (CEO Media), Sébastien Delasnerie (Directeur Media), Aida Valceanu (Relations Publiques et Evénements) et Jane Zhou (Finances et Administration).

Avec 14 nations représentées, la classe Adventure close, la classe Sayula virtuellement complète et deux places restantes en classe Flyer, l’Ocean Globe Race est en passe de devenir la plus grande course autour du monde avec équipage … depuis la Whitbread !

Lire la suite
30 lectures
0 commentaires

Comment Araldite propose de simuler les collages structuraux – article sponsorisé

Pour appuyer sa stratégie d’implantation dans l’univers de la voile de compétition (voir notre article), Araldite a ouvert en mai sur son site une page dédiée à la simulation des collages structuraux, baptisés les « Material Models« . Un vrai plus, qui tient compte des matériaux utilisés, de la résistance exigée, de la possibilité de serrage, de l’épaisseur du joint, de la température d’utilisation des pièces… autant de facteurs qui font de chaque collage un cas spécifique.

Dix produits phares de la marque – qui en compte deux cents – y sont ainsi décortiqués, de la préparation des surfaces aux process de collage en passant par les données techniques. Le tout servi par une mise en page que ses concepteurs ont voulu soignée et accessible, bien loin des indigestes fiches techniques que servent parfois les fabricants.

« Ces dix produits couvrent 80% du spectre des applications dans le nautisme, qu’il s’agisse de la compétition ou de la construction de bateaux de plaisance », explique Patricia Albisser, responsable marketing et communication chez Huntsman, la société américaine propriétaire d’Araldite. Toutes les données présentées sont issues des résultats obtenus au sein des laboratoires maison. Des données diffusées gratuitement sur demande avec une pré-visualisation en accès direct qui en donne déjà un aperçu très significatif.

« Ces Material Models représentent un investissement important. Nous les avons déjà testés dans l’éolien et nous savons qu’ils répondent à une véritable demande, poursuit Patricia Albisser. Nous nous donnons six mois pour tirer un premier bilan de l’impact de ces présentations et des retours des professionnels qui sont vraiment importants pour nous pour améliorer le service proposé. »

Spécialiste adhésifs chez Huntsman, Laurent Chouvet ajoute : « Dans le nautisme, les concepteurs sont de plus en plus confrontés à un besoin de calcul, ce que permet la simulation. C’est évidemment le cas dans le domaine de la course, mais aussi de la plaisance, car il faut se démarquer, offrir de la nouveauté, donc utiliser la technologie dans ce qu’elle a de meilleur. »

Hormis un adhésif polyuréthane très spécifique, les neuf autres produits sélectionnés dans les « Material Models » sont issus de la famille des époxy et des méthacrylates. Les premiers sont généralement utilisés lorsque la recherche de performance mécanique est la plus élevée, pour alléger une structure ou répondre à une importante concentration de charges. Ils sont généralement privilégiés sur les bateaux de course, d’autant que leur chimie utilise la même base que les résines de construction, d’où une parfaite compatibilité.

« Notre expertise dans les époxy date de plus de 70 ans et nous n’avons eu de cesse de progresser dans ce domaine. Mais nous avons aussi beaucoup investi ces dernières années dans la gamme méthacrylate qui intéresse de près la production de voiliers de série », explique Laurent Chouvet, Les trois adhésifs méthacrylates détaillés dans les « Material Models » sont en effet compatibles avec le styrène (solvant du polyester) majoritairement utilisé dans les industries nautiques. « Ils réagissent plus vite également, ce qui est intéressant lorsque la recherche de productivité fait partie des critères de choix », poursuit Laurent Chouvet.

Plus flexibles que les époxy, les méthacrylates sont aussi beaucoup plus tolérants en matière de préparation des surfaces. Utilisés parfois en film mince, ils peuvent combler des jours jusqu’à trois centimètres d’épaisseur pour certaines formulations, une donnée précieuse lorsqu’il faut accoster des pièces de grandes dimensions comme une liaison pont-coque ou un contre-moule structurel.

En matière de réparation, les méthacrylates ont aussi leur intérêt : on a coutume de dire qu’ils « collent tout sur tout » ! Et même sous l’eau pour l’Araldite 2051, petite dernière de la gamme, qui devrait intéresser de près les coureurs au large et tous ceux qui veulent conserver une certaine autonomie technique lors de navigations ambitieuses…

Photo : iStock

Contenu proposé par   Logo Araldite

L’article Comment Araldite propose de simuler les collages structuraux – article sponsorisé est apparu en premier sur Tip & Shaft.

Lire la suite
22 lectures
0 commentaires

Le Tour Voile débute ce vendredi à Dunkerque, les dix équipages peaufinent leurs préparatifs

 

C’est dans deux jours, vendredi 2 juillet, que débutera la 44e édition du Tour Voile. Pour la 35e fois de l’histoire de l’épreuve, Dunkerque accueille le Grand Départ. Jusqu’au 24 juillet, dix équipages s’affronteront en Diam24 OD. Après Dunkerque, les marins mettront le cap sur Le Havre, Saint-Vaast-la-Hougue, Diélette, Erquy, Châtelaillon-Plage, Royan et Serre-Ponçon. Parmi les nouveautés, le retour des ralliements par la mer. Cela n’était pas arrivé depuis 2014.

 

image

Crédit : JM Liot


Les dix équipages engagés dans le Tour Voile 2021 peaufinent leurs préparatifs à Dunkerque, plus précisément sur la plage de Malo-les-Bains. Vendredi matin, ils débuteront une compétition intense, exigeante et sportivement relevée, sur laquelle rien ne doit être laissé au hasard pour espérer briller.

 

Trois jours à Dunkerque pour lancer l’événement 

La compétition débutera par une journée de « Parcours construits », c’est-à-dire un enchaînement de régates courtes et au contact entre des bouées, à quelques mètres des côtes. Les teams mettront à l’épreuve leurs techniques de navigation et le public pourra suivre les courses depuis la plage. Samedi, les dix Diam24 OD partiront pour un « Raid ». Il s’agit d’un parcours de longue distance, au départ et à l’arrivée de Dunkerque, mêlant à la fois vitesse et stratégie pour les navigateurs. Dimanche, les équipages repartiront pour une journée de parcours construits.

 

Quatre étapes inédites 

Dimanche soir, les teams prendront la route pour rejoindre Le Havre, cadre de la deuxième étape. Ils commenceront ainsi à adopter le rythme soutenu qui va les mener de ville en ville, pendant trois semaines. Ce Tour Voile 2021, qui fait la part belle aux nouveautés, propose quatre étapes inédites : Diélette, Erquy, Châtelaillon-Plage et Serre-Ponçon. Les autres villes ont déjà été visitées dans la longue histoire du Tour : Le Havre (9e fois ville-étape), Saint-Vaast-la-Hougue (2e fois) et Royan (17e fois).

 

Le grand retour des ralliements par la mer 

Autre grande nouveauté de cette édition : le retour des « Ralliements », en plus des raids et des parcours construits. Depuis le choix du Diam24 OD comme support du Tour Voile, en 2015, ces parcours qui rallient deux villes-étapes par la mer n’avaient plus été organisés. Cela va donc changer cette année. Quatre ralliements sont au programme, d’une longueur de 52 à 65 milles : Le Havre/Saint-Vaast-la-Hougue, Saint-Vaast-la-Hougue/Diélette, Diélette/Erquy et Châtelaillon-Plage/Royan.

 

Source : Effets Mer
Lire la suite
24 lectures
0 commentaires

Antoine Carpentier et Mikaël Mergui en tête de la Les sables Horta, 4,8 milles d'avance sur Axel Trehin et Frédéric Denis

 

Alors qu’elle évolue, ce mercredi, à une centaine de milles au large du cap Finisterre, la flotte de la 8e édition de la Les Sables – Horta – Les Sables a de nouveau nettement ralenti la cadence depuis ce matin. En cause, un col barométrique planté pile-poil sur sa route. Cette zone de calmes, qui sépare deux systèmes anticycloniques, ne simplifie évidemment pas la tâche des duos qui tentent de trouver le meilleur passage pour la traverser. Pour l’heure, à ce petit jeu, Antoine Carpentier et Mikaël Mergui semblent plutôt bien inspirés puisqu’après avoir compté jusqu’à 6,8 milles de retard sur Axel Trehin et Frédéric Denis au lever du jour, ils ont inversé la tendance et caracolent désormais en tête avec un bonus de 4,8 milles. « On avance au gré des nuages », a commenté le skipper de Redman, bien conscient que dans ce type de situation aléatoire, la réussite fait aussi partie du match. 

 

image

Crédit : Ch Breschi


« On savait que la traversée de cette dorsale aurait un petit effet loterie. On est en plein dedans et on voit que les positions des uns et des autres évoluent pratiquement à chaque pointage. La bande du col n’est pas énorme, mais elle s’étale malgré tout sur une quarantaine de milles. Tous les bateaux vont donc rester bien tanqués une bonne partie de l’après-midi », assure Denis Hugues. « Une fois cette zone délicate derrière eux, les marins y verront un peu plus clair et pourront commencer à envisager la manière dont ils vont aborder l’atterrissage sur les Açores », ajoute le Directeur de course, rappelant qu’à l’arrière de cette fameuse dorsale, les duos vont récupérer un flux de secteur sud relativement soutenu qui va progressivement s’orienter au sud-est. 

Source : Vendée Les sables

Lire la suite
25 lectures
0 commentaires

Tom Laperche embarque avec François Gabart sur la Transat Jacques Vabre : "une fierté et une reconnaissance"

 

Tom Laperche rejoint François Gabart. Il sera son co-skipper pour la Transat Jacques Vabre avec le futur Ultim SVR Lazartigue, dont la mise à l'eau est prévu le 22 juillet. 

image

Crédit : G.Gatefait 

Ingénieur, Tom Laperche a déjà un riche palmarès malgré son jeune âge : champion du monde d’Open Bic en 2008, vice-champion de France de planche à voile Bic Techno 293 en 2011, deux titres nationaux en Open 5.70 en 2013 et 2014, des succès en Flying Phantom au sein du Team France. 

Il a remporté le Challenge Espoir Bretagne – CMB en 2018, la Solo Maître Coq en 2020 et en terminant 3ème de la Solitaire du Figaro en 2020. 

Tom Laperche : 

"C’est à la fois une fierté et une reconnaissance d’avoir été choisi par François Gabart et Didier Tabary. Savoir qu’ils me font confiance pour cette course au large est très fort pour moi. Le Trimaran SVR-LAZARTIGUE est un véritable défi technologique. On va devoir maintenant le prendre en mains et bien le connaitre. Je suis impatient de prendre la mer pour démarrer l’aventure." 

Source : F.Gabart

Lire la suite
27 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions