• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme
Super Utilisateur n'a pas encore mis à jour sa biographie

Solitaire. Xavier Macaire en symbiose avec son bateau

Le skipper de Groupe Snef a fait la démonstration de sa vitesse en grappillant place après place en direction des côtes espagnoles après un départ en demi-teinte, passant de la 10ème place dimanche soir à la première au passage de La Corogne mardi matin. Puis il a démontré sa capacité à mener la flotte et contenir ses concurrents, ne lâchant plus la tête de course jusqu’à l’arrivée, malgré une remontée du golfe de Gascogne au près difficile et usante, entre mer formée et vent soutenu.


Avec une avance de 47 minutes sur Pierre Quiroga, deuxième, et de 1 heure 28 minutes sur Tom Laperche, troisième, et même si la route jusqu’à l’arrivée finale est encore longue, Xavier Macaire prend un ascendant psychologique sur ses adversaires au terme de cette première manche.

« Je suis très heureux ce matin ! Et j’ai le sentiment du travail bien fait. C’était une belle étape qui a tenu ses promesses. J’ai réussi à donner et à produire ce que je voulais, je suis content. Je n’ai pas pris un excellent départ mais j’ai réussi à faire une belle descente du golfe de Gascogne, j’étais en phase avec mon bateau, j’ai pu faire le break à partir de La Corogne.
J’ai un bon feeling sur les réglages depuis la Sardinha Cup et mon association avec Morgan Lagravière. Cette course a été un déclic sur certains points. Maintenant je me sens vraiment en symbiose avec le bateau, j’arrive à comprendre ce qu’il faut faire ou non. Bien sûr ce n’est pas toujours facile, je cherche, je me pose des questions mais je trouve les réponses plus rapidement. Je croise les doigts pour que cela continue comme ça parce que ça se passe vraiment bien.
Je suis vraiment content, c’est une belle manche, ma deuxième victoire d’étape en deux ans, et j’ai pris de l’avance au classement général. Mais il faut garder la tête froide, ce n’est que le début de la Solitaire du Figaro, il reste trois étapes, tout peut arriver. »

Lire la suite
35 lectures
0 commentaires

Jour J pour Louis Duc, Marie Tabarly, l’IMOCA Kostum – Lantana Paysage a été mis à l’eau - Images

Jour J pour Louis Duc, Marie Tabarly, leur équipe et leurs partenaires : l’IMOCA Kostum – Lantana Paysage a été mis à l’eau ce matin à Caen. Il y a 10 mois tout juste, ce plan Farr de 2006 entrait au chantier V1D2, où Louis et son équipe lui ont donné une deuxième vie : elle commence aujourd’hui. Les premières navigations sont prévues la semaine prochaine, puis, très vite, viendra le parcours de qualification de Louis et Marie en vue de leur participation à la Transat Jacques Vabre Normandie - Le Havre.


image

Crédit : Image in France

image image

A 9h22 ce jeudi 26 août, l’IMOCA Kostum – Lantana Paysage touchait l’eau. Après 10 mois de chantier, ce bateau lourdement endommagé par un incendie il y a deux ans, est à nouveau en mode course.

Louis Duc, skipper : "Ce n’était vraiment, vraiment pas gagné…"

« À 9h, on a mis les sangles et à 10h30, le bateau était mis à l’eau et maté ! En avril 2020, on avait fait les premières offres pour acheter ce bateau, elles ont été acceptées début octobre. Et je me souviens très bien de la réflexion que je me suis faite lorsque nous l’avons sorti de l’eau, fin octobre, pour l’amener ici au chantier V1D2 : « il n’est pas près de renaviguer celui-ci ! » Et voilà, 10 mois plus tard, il est à nouveau à l’eau. Et, dans quelques jours, il sera prêt à naviguer en mode course ! Et ça, ce n’était vraiment, vraiment pas gagné… »

ll a fallu être inventif !

« Il a fallu trouver le financement pour ce chantier, cela s’est fait via un emprunt participatif et l’opération Votre Epargne Autour du Monde, qu’il a fallu mettre en place. Nous avons, en parallèle, cherché les meilleures solutions de recyclage et d’optimisation du bateau avec les architectes et l’équipe technique, etc. Bref, il a fallu être inventif sur ce projet ! »

On va pouvoir se détendre un peu

« Il y a pas mal de monde sur le quai, c’est cool ! On va pouvoir partager, se détendre un peu et profiter un peu de ce beau moment. » 

Marie Tabarly, co-skipper : Je suis vraiment impatiente d’y aller !

« C’est un moment génial et un peu bizarre : on en parle, on a travaillé dessus et on se projette depuis des mois… et là on y est ! C’est beau de voir toute l’équipe qui s’affaire autour du bateau. En tous cas, ça commence à devenir sacrément réel cette histoire ! Même s’il faut patienter encore quelques jours avant de pouvoir naviguer. Je suis vraiment impatiente d’y aller ! »

Au programme pour le team Kostum – Lantana Paysage

26 août : bateau mis à l’eau et mâté
27 août : mise en place de la dérive et de la bôme
31 août : tests de jauge
1er sept. : armement du bateau
3 sept. : première navigation possible

Source : Kaori

Lire la suite
31 lectures
0 commentaires

Xavier Macaire remporte la première étape de la Solitaire, "Ça s’est joué sur la vitesse" pour le skipper du Figaro SNEF

 

Il faisait partie des marins attendus aux avant-postes. Il n'a pas déçu. Au terme de 3 jours 14 heures 30 minutes 21 secondes de course (avant jury), Xavier Macaire (Groupe SNEF) vient de s'imposer avec panache à Lorient, ville d'arrivée du premier acte de cette 52e Solitaire du Figaro.

 

image

Crédit : A Courcoux



Xavier Macaire (Groupe SNEF) : "Ça s’est joué sur la vitesse"

« Quelle étape ! Elle était conforme à ce que l’on nous avait promis. C’était une belle étape. Ça a commencé à se jouer dans la nuit de lundi à mardi, après Rochebonne. Après, j’ai continué à grappiller, je me suis donné à fond, je n’ai pas regardé dans le rétroviseur avec l’objectif d’aller toujours plus vite. Ça a bien marché ! J’ai eu une petite frayeur après la bouée Farallones : c’est parti au près, moi j’étais un peu plus bas que le paquet de derrière. Ils ont commencé à lofer, je me suis demandé si ça allait passer mais j’ai réussi à me repositionner. Avec les zones interdites, ce n’était pas évident non plus, au niveau des timing avec les bascules de vent… Mais finalement ça s’est bien passé. J’étais super à l’aise sous spi sur la descente, hyper en phase avec le bateau, c’était génial. Ça s’est joué sur la vitesse, j’étais vraiment rapide au portant. Après, au près, je n’étais pas au contact donc dans ces cas-là, on ne sait pas trop si c’est le système météo ou si ma vitesse était vraiment meilleure. Maintenant il faut garder la tête froide, ce n’est que le début ! Il va se passer encore plein de choses sur les prochaines étapes. Je vais me concentrer sur la suite, bien me reposer, refaire un check du bateau. Il y a de l’écart avec les autres, tant mieux, mais je reste surtout concentré sur la suite. »

 

Classement de la 1ère étape Saint-Nazaire / Lorient (avant jury) : 

1. Xavier Macaire - Groupe SNEF : 08h 27 minutes 21 secondes Temps de course. : 3j 14h 30min 21sec Distance parcourue : 721.87 nm 
2. Pierre Quiroga - Skipper Macif 2019 : 09h 14 minutes 36 secondes Temps de course : 3j 15h 17min 36 sec à 0j 0h 47min 15 sec du premier Distance parcourue : 722.29 nm 
3. Tom Laperche - Bretagne - CMB Performance : 9h 55 minutes 25 secondes - Temps de course : 3j 15h 58min 25sec à 0j 1h 28min 4 sec du premier Distance parcourue : 725.63 nm

 
Source : C Concetti

Lire la suite
33 lectures
0 commentaires

Solitaire du Figaro. Xavier Macaire s’impose à Lorient sur la 1ère étape

Xavier Macaire (Groupe Snef) est arrivé en tête ce jeudi matin à 8h27 à Lorient et remporte la première étape devant Pierre Quiroga.

Grand favori de l’épreuve Xavier Macaire a pris la tête de la course au passage de la bouée espagnole dans la nuit de lundi à mardi pour ne plus la quitter jusqu’à l’arrivée. Mieux, il est parvenu à augmenter son avance sur ce dernier tronçon de parcours où il a fallu tricoter toute la nuit le long de la zone interdite à la navigation (pour cause d’essais militaires par la Marine Nationale).

Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019) a coupé la ligne d’arrivée de l’étape 1 de La Solitaire du Figaro en 2e position à 09:14:36. 

Tom Laperche (Bretagne – CMB Performance) a coupé la ligne d’arrivée de l’étape 1 de La Solitaire du Figaro en 3e position à 09:55:25. 

Classement de la 1ère étape Saint-Nazaire / Lorient (avant jury) :

1. Xavier Macaire – Groupe SNEF : 08h 27 minutes 21 secondes  
Temps de course. : 3j 14h 30min 21sec  
Distance parcourue : 721.87 nm

2. Pierre Quiroga – Skipper Macif 2019 : 09h 14 minutes 36 secondes  
Temps de course : 3j 15h 17min 36 sec à 0j 0h 47min 15 sec du premier
Distance parcourue : 722.29 nm

3. Tom Laperche – Bretagne – CMB Performance : 9h 55 minutes 25 secondes –
Temps de course : 3j 15h 58min 25sec à 0j 1h 28min 4 sec du premier
Distance parcourue : 725.63 nm

Lire la suite
28 lectures
0 commentaires

La pression est maximum sur Xavier Macaire, le leader de la première étape de la Solitaire, la flotte est demain matin à Lorient

 

À la veille d'une arrivée qui s'annonce très serrée demain matin à Lorient, l'ensemble des skippers de La Solitaire du Figaro a finalement choisi de passer entre les zones interdites à la navigation pour cause d'essais militaires. Toute la nuit, Xavier Macaire (Groupe SNEF) a tenu avec brio et détermination sa place de leader en maintenant ses poursuivants Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019) et Tom Laperche (Bretagne - CMB Performance) 2 milles dans son tableau arrière. 

 

image

Crédit : A Courcoux


Qu'elle est longue cette remontée vers Lorient ! Depuis le passage de la bouée espagnole, les concurrents de la 52e édition de La Solitaire du Figaro naviguent contre une brise solide qui n'est jamais descendue sous les 20 nœuds, avec des rafales à 30. Dans une mer courte, qui lève des vagues de deux mètres, l'inconfort est total et l'humidité permanente, le sommeil une denrée rare et la vigilance une obligation constante. S'il n'est pas de casse officielle à déplorer, la rencontre inopportune du jeune bizuth anglais David Paul (Just a drop) a eu raison de sa participation à cette étape.

 

Macaire, solide leader ? 

Pour le reste de la flotte où les écarts latéraux atteignent désormais une vingtaine de milles, la grande majorité des coureurs a choisi de déclencher ensemble les virements de bords nécessaires au recadrage vers Lorient, une première fois à une heure du matin vers l'est et trois heures plus tard pour reprendre la voie du nord. Un enchaînement dont Alexis Loison (Région Normandie) a su exploiter les subtilités puisqu'il est passé de la 11e place cette nuit à la 4e cet après-midi. Un gain de 2 milles sur le leader qui replace le Normand dans la course au podium.

 
Un podium dont la plus haute marche semble pour l'instant tendre les bras à Xavier Macaire. Le skipper de 40 ans aux dix participations à La Solitaire du Figaro occupe la première place depuis plus de 36 heures maintenant. Même si beaucoup de choses peuvent encore se produire d'ici Lorient, il vient de faire la démonstration – si besoin en était - de sa capacité à rester devant. Il va tout de même avoir fort à faire pour contenir les assauts de Pierre Quiroga, Tom Laperche, Alexis Loison donc, Corentin Horeau (Mutuelle bleue pour l'Institut Curie) ou encore Pierre Leboucher (GUYOT Environnement – Ruban rose) dont le petit recalage récent montre l'envie farouche de revenir au contact du leader. La pression est maximum sur Xavier Macaire...

 
Source : C Concetti

Lire la suite
29 lectures
0 commentaires

Ils sont arrivés à Madère, les flottes Méditerranée et Atlantique ont bouclé la première étape de la Transquadra

 

Les conditions complexes (une dorsale sans vent au départ, un front à négocier dans le golfe de Gascogne, une transition météo au cap Finisterre) de cette première étape de la Transquadra entre Lorient et Funchal auguraient un jeu très ouvert : et ce fut le cas. Les bateaux de l'ancienne génération (deux JPK 10.10 notamment sur la plus haute marche du podium) ont tiré leur épingle de ce jeu stratégique et technique même si les carènes planantes ne sont pas loin. Et, en solitaire comme en double, les vainqueurs ont été les premiers surpris de leurs lauriers !

 

image

Crédit : G Huguet


« Ce n'était pas une étape favorable aux bateaux très typés. Cela montre que le jeu reste très ouvert sur la Transquadra Madère Martinique, ce qui permet à des équipages qui n'ont pas forcément une préparation très pointue ni des bateaux dernier-cri d'être dans le match. Cela fait partie de la magie de cette course », résume Frank Lang, président de la Transquadra.

 

« Il y en a eu pour tout le monde, tous les bateaux » 

Un point de vue partagé par Alex Ozon (Sun Fast 3300 - Sapristi), 3e des solitaires : « Il y a eu du match tout le temps : c'était vraiment top pour ça ! Il y en a eu pour tout le monde, tous les bateaux. Ceux qui étaient en Sun Fast 3600 ou JPK 10.80 ont eu de superbes conditions. »
 
« Notre bateau est extrêmement polyvalent et comme il y a eu beaucoup de près sur cette étape, cela nous a avantagé par rapport aux bateaux récents, plus typés... Mais ce ne sera pas tout le temps comme ça ! », sourient Jean Passini et Dominique Dubeau (JPK 10.10 - SNA Numerobis), vainqueurs en temps compensé des doubles de la flotte Atlantique.

 

Une montée en puissance technique : pour le plaisir 

Les bateaux récents et leurs skippers ont cependant eux aussi bien sûr été de grands animateurs de cette belle étape. Les duos Noël Racine / Ludovic Sénéchal (JPK3300 - Foggy Dew), David Alonso / Ramon Junemann (Sun Fast 3300 - Blue Oscar), Gérard Quenot / Jérôme Apolda (JPK 10.30 - Mécanique Expertises) sont respectivement 3e, 4e et 5e en double.

 
Alexandre Ozon (Sun Fast 3300 - Sapristi), Stéphane Bodin (JPK 10.30 - Wasabi II), Jean-François Hamon (Sun Fast 3300 - Festa Pour Aster), s'emparent, dans l'ordre, des 2e, 3e et 5e places chez les solos !

 
Cette montée en puissance technique ajoute son nécessaire pesant de piment et de pression dont les quadrasailors raffolent. « On a pris un bon départ. A Pen Men on était en tête des doubles, ça nous a mis la pression ! Du coup on a été en apnée depuis ! », s'amusent le duo Passini / Dubeau.

35 petites minutes séparent les 3 premiers duos, 2h11 entre le 1er et le 3e solitaire : après 6 jours et demi de course, ce n'est pas grand-chose. Et pas moins de 25 concurrents sont arrivés ces 12 dernières heures !

 

Victoires surprises 

En double comme en solitaire, les vainqueurs ont été les premiers surpris de leur résultat : « C'est une très très bonne surprise de finir en tête ! je ne suis pas peu fier ! Je ne m'y attendais pas du tout, je suis vraiment content ! », déclarait Arnaud Vuillemin (JPK 10.10 - Jubilations Corses) à son arrivée. Le Méditerranéen ne s'était jamais confronté à la flotte Atlantique et ne savais pas du tout où se positionner par rapport à ses concurrents Bretons, Rochelais et Normands. Voilà chose faite.

 
« Nous avions mis toutes les chances de notre côté en termes de préparation, mais au niveau du classement on ne savait pas où se situer. Notre première confrontation avec la flotte de la Transquadra s'est jouée sur la 45.5, que nous avons gagnée en double... ça nous a mis en confiance, il faut être honnête. Mais on n'est pas du style à se dire qu'on allait gagner ici. Nous savions en revanche que nous étions capables de faire quelque chose, si on travaillait bien », précise le duo de Numerobis.

 
Au final, quel que soit le résultat et l'option choisie pour dégolfer et les frissons qu'ils ont tous vécus en mer, que ce soit sous la pluie dans le front ou sous spi avec la lune et les dauphins comme compagnons magiques, l'ensemble des coureurs arrivés ici, à Funchal, ont partagé une même belle aventure qu'ils n'ont pas fini de raconter.

 

Étape Lorient - Funchal - Classements en temps compensés avant jury 

Solitaires

1er Arnaud Vuillemin (JPK 10.10 - Jubilations Corses) 6j 12h 26min 37s
2e Alexandre Ozon (Sun Fast 3300 - Sapristi !) 6j 14h 07min 15s
3e Stéphane Bodin (JPK 10.30 - Wasabi II) 6j 14h 37min 12s
4e Pierrick Penven (Sun Fast 3200 - Zephyrin) 6j 15h 41min 33s
5e Jean-François Hamon (Sun Fast 3300 - Festa Pour Aster) 6j 16h50min 02s
...


 

Doubles

1er Jean Passini/Dominique Dubeau (JPK 10.10 - SNA Numerobis) 6j 12h 59min 51s
2e Patrick Isord/Antoine Huchet (Sun Fast 3200 - USHIP) 6j 13h 21min 57s
3e Noël Racine/Ludovic Sénéchal (JPK 10.30 - Foggy Dew) 6j 13h 34min 17s
4e David Alonso/Ramon Junemann (Sun Fast 3300 - Blue Oscar) 6j 14h51min 49s
5e Gérard Quenot/Jérôme Apolda (JPK 10.30 - Mécanique Expertises) 6j 15h17min 36s
...


Source : I Delaune

Lire la suite
31 lectures
0 commentaires

Immersion à bord de l’IMOCA MACSF sur la Fastnet

MACSF

Embarquez à bord de l’IMOCA MACSF pour 72h sur la Rolex Fastnet Race avec ce superbe film de Ronan Gladu. Vivez comme si vous y étiez le départ dans 30 nœuds de vent et le passage du mythique rocher. Une immersion avec le duo Isabelle Joschke et Fabien Delahaye en 12 minutes.

Lire la suite
32 lectures
0 commentaires

Ouverture du village de la Solitaire du Figaro à Lorient La Base, la flotte des figaristes attendue demain matin

Tandis que les concurrents de la 52ème édition de la Solitaire du Figaro sont attendus jeudi matin pour l'arrivée de la première étape Saint Nazaire - Lorient, le village ouvre ses portes au grand public à Lorient La Base du mercredi 25 au dimanche 29 août.

 

image

Crédit : E Allaire


Les séances de dédicaces des skippers Lorient Grand Large 

Les skippers accompagnés par Lorient Grand Large, en lice pour cette édition de la Solitaire du Figaro seront présents sur le stand accueil vendredi et samedi après-midi pour des séances de dédicaces, en présence de leur manager sportif Bertrand Pacé.

 
- Vendredi 27 août à 16h : Fabien Delahaye, Estelle Greck et Gildas Mahé 

- Samedi 28 août à 14h : Benoît Mariette et Philippe Hartz 

- Samedi 28 août à 15h : Nils Palmieri, Jules Delpech et Pep Costa

 

Le programme sportif : L'arrivée des bateaux de la course jeudi matin 

Sur la scène du village : 

La remise des prix de l'étape Saint-Nazaire > Lorient vendredi 27 août à 18h 

La présentation des skippers dimanche 29 août à 11h 

Tous les jours à 17h, le Journal de la Solitaire Les bateaux repartiront dimanche 29 août à 14h pour la 2ème étape vers Fécamp.

 

Source : LGL
Lire la suite
32 lectures
0 commentaires

Stoppé depuis hier soir par un filet dérivant, le bizuth anglais David Paul repart, hors course, sur la Solitaire vers Lorient

 

Stoppé depuis hier soir par un filet dérivant pris dans la quille et les safrans, David Paul (Just a Drop), le jeune concurrent anglais qui fermait la marche de cette 52e Solitaire du Figaro, vient finalement de réussir à se dégager, avec l'aide de la vedette media Express. Cette intervention extérieure signifie pour lui l'abandon de l'étape.

 

image

Crédit : A Courcoux


Arrêté depuis la veille, un peu avant minuit, le jeune bizuth a été rejoint par la vedette media Express un peu avant trois heures du matin . Dans des conditions difficiles (25 nœuds de vent et une houle courte de 2 mètres, au cœur de la nuit), l'équipage du trimaran à moteur a finalement pu porter assistance au marin anglais au petit matin, ce qui signifie pour ce dernier l'abandon de cette première étape. Heureusement, son Figaro BENETEAU 3 n'a subi aucun dégât structurel apparent. Le temps retenu suite à cet abandon sera celui du dernier concurrent classé de la première étape, auquel sera ajoutée une majoration de deux heures.

 
Source : C Concetti

Lire la suite
28 lectures
0 commentaires

Palermo-Montecarlo. 4e titre pour Guido Miani du Yacht Club de Monaco

Organisée par le Circolo della Vela Sicilia, en collaboration avec le Yacht Club de Monaco et le Yacht Club Costa Smeralda, la 16e édition du Palermo-Montecarlo a pris le départ du Golfo di Mondello samedi à 12h00. Le parcours de 437 milles a emmené la flotte jusqu’à la porte du YCCS au large de Porto Cervo, puis continué jusqu’à l’arrivée de Montecarlo, soit en passant par le détroit de Bonifacio et en laissant la Corse à tribord, soit sur la route un peu plus longue – en remontant la côte est de la Corse puis en traversant le célèbre rocher de la Giraglia.

Palermo-Montecarlo est réputée pour être l’une des courses au large les plus difficiles tactiquement de la Méditerranée. À cet égard, elle a tenu toute ses promesses cette année, avec des conditions de vent variées, y compris des calmes plats jusqu’au Mistral fournissant des vents contraires de 30 nœuds alors qu’il traversait le détroit de Bonifacio.

C’est à 23h03 ce lundi 23 août et après 59 heures, 3 minutes et 8 secondes de navigation que Guido Miani du Yacht Club de Monaco et associé à Furio Benussi, a remporté la 16e Palermo-Montecarlo en temps réel à bord d’Arca SGR – maxi de 100 pieds e-Skandia. C’est aux côtés de son fils Daniel et de son neveu Francesco Vauban qu’il s’offre ainsi un quatrième titre sur cette classique de Méditerranée après trois précédentes victoires dont deux en temps compensé (en 2007 et 2008) et une en temps réel (en 2013).

Chez les poursuivants, le suspense est resté entier puisque Pendragon VI et Aragon ont tout donné jusque dans les derniers mètres pour décrocher la deuxième place, finalement obtenue par le Laurie Davidson 69 Pendragon VI. Organisée par le Circolo della Vela Sicilia, en collaboration avec le Yacht Club de Monaco et le Yacht Club Costa Smeralda, l’épreuve marque le calendrier depuis sa création en 2005.

Arca SGR, un bête de course
100 pieds, 28 tonnes dont 9,5 de quille, la monture est à l’image des ambitions de son équipage composé de 19 marins. Après une victoire en temps réel décrochée un peu plus tôt cet été lors de la 68e Rolex Giraglia, voici le 30 pieds Arca SGR de nouveau victorieux sur une autre grande épreuve. « Les conditions étaient difficiles mais cela s’est très bien passé. Nous avons eu du petit temps sur les trois-quarts de la remontée de la Sardaigne puis on a eu presque 30 nœuds arrivés dans les Bouches de Bonifacio avant de reprendre du petit temps par la suite. Cela nous a permis de bien tester les performances du bateau » note Guido Miani à son arrivée à Monaco. « La Rolex Giraglia était le premier objectif, la Palermo-Montecarlo était le deuxième et place maintenant au mondial qui se déroulera du 6 au 11 septembre à Porto Cervo et qui réunira pour la première fois, huit bateaux de 100 pieds, c’est historique « conclut le régatier.

De nombreux grands noms de la voile ont décidé de prendre part à ce rendez-vous de 480 milles nautiques dont Kito de Pavant et Gwen Gbick, qui, à bord du Class40 HBF – Reforest’Action, participent à leur dernière compétition officielle avant la Transat Jacques Vabre. A noter également la présence de Neil Cheston du Y.C.M (Eupraxia) qui a embarqué des membres de la section voile adulte du Y.C.M., l’occasion de leur offrir une première expérience exceptionnelle et inédite de la course au large. Les arrivées se poursuivent au Yacht Club de Monaco qui continue d’accueillir le reste de la flotte.

Record encore à battre
Le record reste détenu depuis 2015 par Esimit Europa 2 en 47 heures, 46 minutes et 48 secondes qui avait pu bénéficier de conditions météo optimales. Autre ambiance sur cette 16e édition qui a donné du fil à retordre à la flotte dès le départ donné samedi 21 août du Golfe de Mondello en Sicile. L’intégralité des équipages se retrouvera jeudi 26 août pour la remise des prix qui permettra de connaître le vainqueur de l’épreuve en temps compensé.

Lire la suite
38 lectures
0 commentaires

Récit. La Fastnet en A31 sur Laudato Si

Régis Vian a participé en double à la Fastnet à bord de son A31 en IRC 4 où il s’est classé 10e. Il partage sa course avec nous.

Cette édition de la Rolex Fastnet Race 2021 s’annonce particulière à plusieurs égards. La quarantaine imposée en Angleterre nous prive de l’ambiance unique qui règne à Cowes avant le départ de cette course mythique. L’arrivée à Cherbourg en lieu et place de Plymouth est une grande première. Enfin, la météo annonce depuis plusieurs jours un début de course musclé, voire très musclé. Il va y avoir du spectacle quand les 350 bateaux inscrits vont devoir tirer des bords dans le Solent, pour rejoindre la pleine mer.

C’est ainsi que nous nous retrouvons le 8 août, avec mon cousin Thierry, à bord de mon fidèle A31 Laudato Si, à attendre notre coup de canon dans 30 noeuds de vent établis, au milieu de ce qui est sans doute la plus belle flotte de bateaux qu’une course peut réunir. Nous courons en catégorie IRC4 et duo.

Les trimarans Ultimes, les IMOCA, les Class 40 et les maxi IRC (catégorie IRC 0) partiront avant nous. Le spectacle garanti est au rendez-vous. Nous en profiterons à peine car le vent prévu est aussi au rendez-vous. C’est chaud!

Nous prenons un très mauvais départ, et coupons la ligne avec 1 minute de retard, suite à un banal problème d’écoutes de génois qui s’emmêlent au mauvais moment. Mais dans ces conditions, il n’y a pas de problème banal. La sortie du Solent (le bras de mer entre la côte Anglaise et l’île de Wight) tient aussi toutes ses promesses. Le courant jusqu’à 5 noeuds qui s’oppose aux 30 à 35 noeuds de vent d’Ouest lève une mer dantesque, à la limite de ce que peut supporter notre A31, léger et bas sur l’eau.

Ces conditions vont se maintenir pendant plus de 24 heures. Nous sommes secoués et trempés en permanence, par la mer ou par la pluie. Eau douce ou eau salée, nous ne faisons plus la différence. Nous tirons péniblement des bords vers l’ouest et faisons le dos rond en attendant des conditions meilleures.

La stratégie du premier jour sera conservatrice : ne pas casser le bateau, ne pas (trop) nous fatiguer. La course est longue. C’est pourquoi nous préférons partir vers le large plutôt que de tenter de profiter des courants autour de la pointe de Portland Bill, lieu peu recommandable par vent fort. Nous ne devons y perdre en théorie que 20 minutes. Nous y perdrons sans doute plus, car le groupe de tête de notre catégorie IRC4, passé par là, aura déjà beaucoup d’avance. Serions-nous passés sans rien casser? Nous ne le saurons jamais. C’est dans ce contexte que nous apprenons l’abandon de nos amis de Tagan, Alain et Marc. Coup dur!

Le soir du deuxième jour, à l’approche du Cap Lizard, le vent s’est calmé (un peu trop?). Nous pointons autour de nous quelques concurrents directs de notre catégorie : Bigfoot, Aldebaran et Oromotco devant nous, et Cavok pas très loin derrière. La nuit est fraîche, étoilée, humide et studieuse. Nous jouons quelques coups gagnants avec les courants du Cap Lizard et de Land’s End et nous retrouvons devant Bigfoot et Aldebaran au passage des îles Scilly. Nous sommes bien dans la course, dans le tiers de tiers de tête de notre catégorie. Nous avons limité les dégâts, nous n’avons rien cassé et avons pu avaler notre premier repas chaud depuis le départ. Un semblant d’humanité s’installe à bord! Néanmoins, nous arrivons aux Scilly en début de flot, et nous devons naviguer six heures durant dans un courant contraire, là où les premiers sont passés sur un tapis roulant: premier passage à niveau, la barrière se ferme juste devant nous!

La traversée de la mer d’Irlande ressemble… à une traversée de mer d’Irlande. Vent de travers sud-ouest, beau temps le matin, pluie l’après-midi, grains et vagues pendant la nuit. Nous sommes de nouveaux mouillés et secoués. Nous prenons un front et sa rotation de vent au nord ouest comme prévu, 20 miles avant d’arriver au Fastnet. 20 miles à tirer des bords alors que ce nouveau vent est encore une fois favorable à ceux de devant: deuxième passage à niveau, nous sommes encore du mauvais côté de la barrière.

Nous virons le fameux rocher en milieu de journée, sous un ciel bleu sans nuage. Les côtes irlandaises en toile de fond s’ajoutent à la magie du lieu. C’est un moment intense, à la proportion des efforts qu’il a fallu produire pour arriver là. Pas le temps de rêver. Nous avons Oromocto à rattraper, et Bigfoot, Aldebaran et Cavok qui ne sont pas loin derrière.

Nous parvenons à charger un classement. Nous sommes 18èmes. C’est une bonne surprise pour nous. Nous avons honorablement limité les dégâts des premières 24 heures. Nous sommes aussi impressionnés par la course de nos amis Ludovic et David sur Raphael (#Adeosys – course au large), 1er en IRC4, et 2ème duo. Ils font une course incroyable!

La lecture des fichiers météo du jour est implacable: une dosable anticyclonique va ralentir fortement les bateaux de tête. Troisième passage à niveau, cette fois-ci en notre faveur! L’occasion est trop belle de revenir sur les bateaux de tête, nous ne calculons plus trop nos efforts. Entre le Fastnet et les Scilly, nous sommes sous spi asymétrique. Le vent d’ouest-sud-ouest va refuser de quinze degrés. L’angle de vent est serré, et va se resserrer encore . Nous prenons une route sud qui nous permettra d’accompagner la rotation du vent et tenir le spi le plus longtemps possible. Nous nous relayons à la barre toutes les heures, jusqu’au cœur de la nuit que nous terminons finalement sous génois. Nous tenons bien notre place, mais nous sentons que Cavok pousse fort derrière.

Changement de cap après les Scilly, direction Cherbourg! Le spi léger est sorti. Nous nous décalons un peu au nord de la route alors que nos camarades de jeu choisissent la route directe. C’est dur de maintenir les écarts, leur angle de vent est meilleur. Mais nous nos rattrapons bien lorsque nous remontons vers le DST des Casquets (dispositif de séparation de trafic pour les cargos). Finalement l’opération aura été bonne. Nous y avons néanmoins laissé quelques heures de sommeil! Cavok et Bigfoot toujours derrière, et Oromocto encore dans le viseur. Nous le dépasserons au sud d’Aurigny, à la faveur d’un petit décalage vers le sud, et nous sommes au coude à coude pour traverser le fameux raz Blanchard à la pointe du Cotentin. Il est fidèle à sa réputation. Sous l’effet des forts courants de marée, la mer est une vraie marmite.

Oromocto nous a mis la pression jusqu’au bout! Nous profiterons du paysage une autre fois. Nous coupons finalement la ligne d’arrivée moins de deux minutes avant lui, et quarante minutes avant Cavok. Bigfoot est plus loin derrière.

Quelle course! Elle n’est pas mythique par hasard ! Le parcours est extraordinaire, la météo toujours exigeante, des rebondissements et des concurrents qui ne lâchent rien: cocktail parfait!

Nos classements sont au-delà de nos objectifs:

– Classement IRC4: 10eme sur 70 partants (19 abandons)

– Duo: 7eme sur 57 partants (21 abandons)

– Overall (toutes classes IRC): 30eme sur 250 partants (70 abandons)

Lire la suite
33 lectures
0 commentaires

Le Mercato : Douarnenez lance son centre d’entraînement

JOBS & RECRUTEMENTS

MULTIPLAST recrute à Vannes :

un opérateur prototypiste polyvalent (H/F), poste en CDD de 10 mois à pourvoir à partir de septembre, avec possibilité d’évoluer en CDI. un technicien bureau d’études (H/F), poste en CDD d’un an à pourvoir à partir de septembre, avec possibilité d’évoluer en CDI.

INCIDENCE SAILS recrute un-e couturier-ère en voilerie et sellerie pour son plancher de Toulon ; CDD à pourvoir immédiatement, transformable en CDI.

MERCONCEPT Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour son siège de Concarneau :

un directeur technique (H/F) pour suivre le design et la construction d’un nouvel Imoca un ingénieur structure (H/F) un ingénieur senior (H/F) à dominante architecture navale (aéro/hydro

JADE GRÉEMENT recrute un gréeur/mateloteur (H/F), poste en CDI, basé à Pornic.

STAGES

ADVANCED AERODYNAMIC VESSELS (A2V) recherche un-e stagiaire business development, profil école de commerce ou équivalent, pour une durée de 6 mois (juillet à décembre 2021), basé à La Rochelle.

OFFRES DE SERVICES

KATIA PRÉAUD est disponible dès à présent pour des postes de chargée de projets, coordinatrice ou assistante, au sein d’équipes de course au large.

ANNONCES & PARTENARIATS

DAMIEN SEGUIN accompagne, à la demande du Cnosf, les équipes de France aux Jeux Paralympiques de Tokyo qui ont débuté mardi. Le triple médaillé paralympique de voile (deux fois en or) est aussi consultant pour Radio France, mais pas pour les épreuves de voile qui ne figurent plus au programme.

GRANT DALTON, patron d’Emirates Team New Zealand, a annoncé sur le site officiel du défi kiwi qu’il restait « une chance (bien que faible) » que la 37e Coupe de l’America se tienne en Nouvelle-Zélande, avant d’ajouter : « Nous avons reçu un nombre important de manifestations d’intérêt (pour accueillir l’épreuve) et nous avons maintenant réduit ce nombre à trois ».

UNCOMMON LIMITED, marque de vêtements de sport, s’est engagé en tant que partenaire de The Race Around, la course autour du monde en Class40 qui s’élancera l’été 2023.

727 SAILBAGS poursuit cette année son partenariat avec la Solitaire du Figaro, avec une nouvelle collection officielle d’ores et déjà disponible.

ORIGINAL LONELY ROCK RACE : l’avis de course de cette épreuve dont le départ sera donné le 17 juillet 2022 sur le parcours originel du Fastnet (Cowes-Plymouth) vient d’être publié, ouvrant ainsi les inscriptions.

LANCEMENTS

DOUARNENEZ COURSES a annoncé jeudi le lancement du Centre d’entraînement course au large Douarnenez, ouvert aux Mini, Figaro Beneteau, IRC et Class40, et animé par Kevin Bloch, vainqueur du classement bizuth sur la Solitaire du Figaro 2020.

Photo : Thomas Deregnieaux / Puru Race Challenge

En partenariat avec   Altaide Recrutement

L’article Le Mercato : Douarnenez lance son centre d’entraînement est apparu en premier sur Tip & Shaft.

Lire la suite
35 lectures
0 commentaires

La flotte de La Solitaire du Figaro entre dans le dur

Finies les paisibles glissades au portant. Les 34 concurrents de la 52e Solitaire du Figaro ont mangé leur pain blanc. Depuis ce matin, menés par le nouveau leader Xavier Macaire (Groupe SNEF), ils ont enroulé la bouée cardinale ouest au large des îles espagnoles Farallones. Débute maintenant une longue remontée au près vers Lorient, dans une courte houle de 2 mètres et un vent qui pourrait atteindre plus de 30 nœuds dans les rafales.

Après une nuit sans sommeil où s’est allongée la foulée des concurrents en même temps que les écarts au sein de la flotte (qui s’étale désormais sur une trentaine de milles, contre 10 hier soir), les skippers de la Solitaire du Figaro ont radicalement changé d’ambiance. A la descente en rangs serrés au portant amorcée depuis Saint-Nazaire, dans une brise irrégulière mais légère, succède une remontée qui s’annonce très inconfortable, difficile. Xavier Macaire (Groupe SNEF), nouveau leader de la course après une nuit très rapide où il a souvent navigué un demi-noeud plus vite que le reste de la flotte, en avait pleinement conscience ce matin, malgré la fatigue. Il déclarait au passage de la bouée cardinale ouest Farallones : « Cela va être assez long parce qu’on remonte au près. Mais c’est une belle fin d’étape qui nous attend. Cela va être sympa. Je ne dis pas pour autant que j’apprécie, car ce n’est pas très confortable. C’est un peu dur de gérer le bateau dans ces conditions. C’est difficile de manger, nous sommes trempés, c’est vraiment difficile à tous les niveaux. Je n’ai pas pu trop lâcher la barre cette nuit du coup, je suis un peu fatigué, mais bon en général, je me débrouille bien dans ces conditions-là. Si cela peut me permettre d’être bien placé, c’est bon à prendre. »

Les chevronnés de la Classe Figaro Beneteau aux avant-postes

Il est fort probable que l’expérience sera un atout de poids dans cette pénible remontée où il faudra trouver le bon curseur entre vitesse, préservation du matériel, du skipper et choix de la meilleure trajectoire. Ce retour vers Lorient offre un large champ de possibilités sur le plan stratégique, accentué par l’ajout récent de zones interdites à la navigation pour cause d’essais militaires en mer au large de Belle-île et de la Rochelle. Dans le sillage du leader , à 2 milles, Pierre Leboucher (GUYOT Environnement – Ruban rose) à toutes les apparences d’un solide deuxième, lui qui après un départ prudent, a fait une descente pleine d’opportunisme en déclenchant tous ses empannages au bon moment. Tout proche, Gildas Mahé (Breizh Cola) s’est fait redoubler par Tom Laperche (Bretagne –CMB Perfomance), revenu troisième après avoir perdu quelques places dans la nuit. A trois milles de Xavier Macaire, Fabien Delahaye (Groupe Gilbert), Corentin Horeau (Mutuelle Bleue pour l’institut Curie) et un demi-mille plus loin Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019) et Martin Le Pape (Gardons la vue), habitués du circuit Figaro, font la démonstration de l’importance de l’expérience, même si le jeune Gaston Morvan (Bretagne – CMB Espoir), 10e et premier bizuth de la flotte à un peu plus de 4 milles du leader, aime à venir jouer les troubles-fêtes dans ce classement fait de ténors et de marins d’expérience. Juste devant lui, Elodie Bonafous dont c’est seulement la deuxième participation à la Solitaire du Figaro montre également une belle constance aux avant-postes.

L’heure des choix

L’ensemble de la flotte de cette 52e Solitaire du Figaro, fermée par Maël Garnier (Ageas Team – Baie de Saint-Brieuc), a désormais enroulé la cardinale « Ouest Farallones ». Tous visent désormais la prochaine marque du parcours, la bouée « Les Chats », mouillée à l’est de l’île de Groix, tout près de l’arrivée.

Les skippers ont maintenant passé la moitié du parcours et sont tous confrontés aux mêmes conditions, à savoir un vent d’ouest-nord-ouest d’une vingtaine de nœuds avec des rafales possibles à 30, qu’ils remontent face à une houle courte de deux mètres. Ils sont dans le dur, l’humidité usante d’une longue remontée au près vers Lorient qui va solliciter l’expertise et l’expérience des plus anciens skippers de la classe, tester la motivation et l’envie des moins aguerris et confronter l’ensemble de la flotte aux premiers grands choix stratégiques. « Le vent devrait progressivement tourner un peu vers la gauche, ce qui va obliger tous les concurrents à choisir un point de virement en fin de journée ou en début de nuit », commentait cet après-midi Yann Château, adjoint à la Direction de Course. Il ajoutait « Ceux qui auront choisi comme Xavier Macaire de faire une route un peu plus rapide vers l’ouest pour éviter de trop naviguer face aux vagues y arriveront en premier mais en ayant parcouru plus de distance comparés à ceux qui auront décidé de remonter au plus près du vent. Il restera ensuite pour les skippers à choisir entre passer à l’est des zones de tirs interdites à la navigation ou au milieu. Si l’option de contourner ces zones par l’ouest semble désormais obsolète, certains modèles météorologiques comme le GFS, laissent a contrario entendre qu’une option est pourrait s’avérer pertinente. Mais les figaristes sont par nature conservateurs et choisiront sans doute de passer au milieu ».

Le choix sera assurément difficile, surtout sur une première manche où les marins ont avant tout intérêt à ne pas faire d’erreur coûteuse qui ruinerait prématurément toute chance de bien figurer au classement…Premières réponses demain en fin d’après-midi !

L’article La flotte de La Solitaire du Figaro entre dans le dur est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
33 lectures
0 commentaires

Charlie Dalin, invité-vedette de la Translém

La 48ème édition de la Syz Translémanique en Solitaire réunira cent régatiers ce week-end sur un parcours exigeant entre Genève et le Vieux-Rhône. Vainqueur du Fastnet début-août, et deuxième du Vendée Globe, Charlie Dalin disputera la course à bord du Luthi 1090 Katana. Les conditions s’annoncent plutôt musclées.

C’est une annonce de dernière minute très intéressante que le Comité d’organisation de la Syz Translémanique en Solitaire partage aujourd’hui : Charlie Dalin sera l’ambassadeur de l’édition 2021. A terre, mais sur l’eau également ! Le skipper français de 37 ans a terminé deuxième du Vendée Globe 2020-2021 et a récemment remporté la Rolex Fastnet Race dans la catégorie IMOCA à bord d’Apivia. Il changera de support ce week-end puisqu’il naviguera à bord de Katana. Une grande première pour le régatier originaire du Havre, qui découvrira le tout nouveau Luthi 1090 samedi. Troisième de la Genève-Rolle-Genève et deuxième du Bol d’Or Mirabaud cette année, le monocoque mis à disposition par Philippe de Weck pourrait continuer sur sa lancée après un excellent début de saison.

« Je suis très heureux de participer à cette Syz Translémanique en Solitaire 2021, et fier d’en être l’ambassadeur. C’est une première pour moi sur le Léman, j’ai vraiment hâte de découvrir le plan d’eau, les bateaux dédiés à la navigation sur ce lac, et de rencontrer les skippers avec lesquels je vais partager cette régate ! », a-t-il déclaré.

Temps record pour les inscriptions, et du vent au programme

Les férus du lac étaient au rendez-vous à l’ouverture des inscriptions. En moins d’une semaine, les 100 places à disposition ont été prises d’assaut. Une quinzaine de bateaux étaient même sur liste d’attente. C’est dire l’engouement autour de cette 48ème édition de la Syz Translémanique en Solitaire. Avec la participation de son ambassadeur Charlie Dalin, cela promet un magnifique spectacle tout au long du weekend. A quelques jours du grand départ, Météo Suisse annonce une légère Bise tandis que d’autres modèles météo semblent privilégier du vent de sud-ouest. Grande incertitude donc, mais une chose est sûre: la météo de cet été n’est pas stabilisée, ce qui devrait favoriser la présence de vent. Affaire à suivre… Le départ sera donné à 9h30 samedi 28 août, et la régate sera à suivre sur Manage2Sail.

Jacques Emery, une figure emblématique de la Syz Translémanique en Solitaire

A bord de son Psaros 33 Makani, Jacques Emery sera du rendez-vous samedi pour le départ de la Syz Translémanique en Solitaire. Découvrez dès à présent l’interview de cet habitué et ancien vainqueur de la régate, qui a aussi été le président du Comité d’organisation de 2010 à 2014.

Les conseils de Guillaume Girod !

C’est en Surprise que Guillaume Girod s’alignera sur la Syz Translémanique en Solitaire ce samedi. Classe reine de la régate, elle réunira cette année plus de 40 navigateurs, soit près de la moitié des concurrents.

L’article Charlie Dalin, invité-vedette de la Translém est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
28 lectures
0 commentaires

"C'est maintenant qu'on a besoin de vous !" dixit Armel Tripon, l'Ocean Fifty The Arch est arrivé à la Trinité sur Mer après son démâtage

 

Après 5 jours de remorquage depuis Portimão (Portugal) dans des conditions météo très variées, The Arch a fait son entrée en baie de Quiberon jeudi 19 août au lever du jour. L'Ocean Fifty d'Armel Tripon et Benoit Marie avait démâté lors du Final Rush, dernière épreuve du circuit pour les multicoques de 50'. 

 

image

Armel Tripon : "Rejoignez-nous !"

"Je suis heureux de voir notre OCEAN FIFTY de nouveau à quai en Bretagne. Le compte à rebours est lancé pour être au départ de la Transat Jacques Vabre, le 7 novembre prochain. Après les coups durs, on a envie de vous partager nos victoires. Alors rejoignez-nous... ! Car c'est maintenant qu'on a besoin de vous."

ScanVoile 

Lire la suite
37 lectures
0 commentaires

Louis Duc et Marie Tabarly ont trouvé leurs sponsors pour leur IMOCA, le duo au départ de la Transat Jacques Vabre

 

C’est une grande première pour la marque Kostum. Les portails et clôtures haut de gamme, fabriqués à Locronan en Bretagne, vont s’afficher sur le bateau des skippers Louis Duc et Marie Tabarly, à l’occasion de la Transat Jacques Vabre, aux côtés du réseau de paysagistes Lantana Paysage. Le Normand et sa co-skipper sont désormais assurés de participer à la transat en double, une grande première pour eux aussi, en IMOCA.

 

image

Crédit : L Duc


Mise à l'eau le 26 août

Louis Duc, skipper de l’IMOCA Kostum – Lantana Paysage : « Nous sommes vraiment ravis de l’engagement de Kostum aux côtés de Lantana Paysage. C’est génial et précieux d’avoir cette cohérence de métiers et de valeurs. Cela nous permet d’aborder la Transat Jacques Vabre de façon sereine. »

 
Toutes les planètes se sont donc alignées cet été pour la mise en place de ce co-partenariat, jusqu’au timing de l’arrivée de Kostum, pile au moment de définir la décoration de l’IMOCA n°172. La mise à l’eau de « Kostum – Lantana Paysage » est programmée ce jeudi 26 août, à Caen. Le duo Louis Duc/Marie Tabarly pourra ensuite se concentrer sur sa préparation technique et la découverte de leur nouvelle monture en vue de la Transat Jacques Vabre.

 
Source : Kaori

Lire la suite
45 lectures
0 commentaires

Une pointe à 44 nœuds, les premiers bords de l'Ultim SVR Lazartigue prometteurs - Vidéo

Naissance du dernier né des Ultim 32/23, le Trimaran SVR Lazartigue de François Gabart est à l'eau , "C’est une grande fierté"

La mise à l’eau du trimaran SVR LAZARTIGUE s'est déroulée ce jeudi 22 juillet, un bateau d’exception, en rupture avec les technologies a...

image
Lire la suite
31 lectures
0 commentaires

Xavier Macaire aux commandes de La Solitaire du Figaro, premier à la bouée espagnole, Leboucher et Mahé dans son sillage

Cette nuit, Xavier Macaire (Groupe SNEF) a pris les commandes de la Solitaire en allongeant la foulée vers les côtes espagnoles. En quelques heures et grâce à un bon angle au vent qui lui a permis un dernier empannage bien placé, il est remonté de la 6e à la 1e place. A 8 h 20, il enroulait la marque la plus sud du parcours avant d’amorcer la grande remontée qui s’annonce très tonique vers Lorient. 

image

Crédit : A Courcoux

Elodie Bonafous première féminine, Gaston Morvan premier bizuth

Au près, dans une mer courte qui opposera aux concurrents 2 mètres de houle, les 34 solitaires vont devoir négocier un vent de 20/25 nœuds avec des rafales supérieures à 30. 

 Pierre Leboucher (GUYOT Environnement – Ruban rose) passait la marque 10 minutes après Xavier Macaire à près d’un mille et demi dans son sillage. A 8 h 37, Gildas Mahé (Breizh Cola) passait en 3e position suivi une minute après par Fabien Delahaye (Groupe Gilbert) et Tom Laperche (Bretagne – CMB Performance) 3 minutes plus tart (8 h 40). 

Corentin Horeau (Mutuelle Bleue pour l’Institut Curie) et Martin Le Pape (Gardons la vue) passaient respectivement en 6e et 7e position à 8 h 45, 3,7 milles dans le sillage du leader. 

A 8 h 53, Elodie Bonafous (Bretagne – CMB Océane), première féminine de la course enroulait la bouée en 8e position devant Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019) et le premier bizuth Gaston Morvan (Bretagne – CMB Espoir), à près de 6 milles de Xavier Macaire. 

 Xavier Macaire au passage de la bouée espagnole : 

“Je suis content de repartir sur le deuxième grand tronçon en direction de Lorient et de l’arrivée. On est maintenant dans le bon sens, mais cela va prendre du temps. Cela va être assez long parce qu’on remonte au près. Mais c’est une belle fin d’étape qui nous attend. Cela va être sympa. 

Je ne dis pas pour autant que j’apprécie, car ce n’est pas très confortable. C’est un peu dur de gérer le bateau dans ces conditions. C’est vraiment difficile à tous les niveaux. 

Je n’ai pas pu trop lâcher la barre cette nuit du coup, je suis un peu fatigué, mais bon en général, je me débrouille bien dans ces conditions-là. Si cela peut me permettre d’être bien placé, c’est bon à prendre.”

 Ordre et temps de passage : 

 1 / Xavier Macaire (Groupe SNEF) à 8h20 

 2 / Pierre Leboucher (GUYOT Environnement – Ruban rose) à 8h30 

 3 / Gildas Mahé (Breizh Cola) à 8h37 

 4 / Fabien Delahaye (Groupe Gilbert) à 8h38 

 5 / Tom Laperche (Bretagne – CMB Performance) à 8h40 

 6 / Corentin Horeau (Mutuelle Bleue pour l’Institut Curie) à 8h45 

 7 / Martin Le Pape (Gardons la vue) à 8h45 

 8 / Elodie Bonafous (Bretagne – CMB Oceane) à 8h53 

 9 / Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019) à 8h53 

 10 / Gaston Morvan (Bretagne – CMB Espoir) à 8h54 

 11 / Achille Nebout (Primeo Energie – Amarris) à 9h07 

 12 / Eric Peron (French Touch) à 9h09 

 13 / Benoît Mariette (Génération Sénioriales) à 9h10 

 14 / Erwan La Draoulec (Skipper Macif 2020) à 9h12 

 15 / Alexis Loison (Région Normandie) à 9h13 

 16 / Nils Palmieri (TeamWork) à 9h14 

 17 / Tom Dolan (Smurfit Kappa – kingspan) à 9h15 

 18 / Alexis Thomas (La Charente Maritime) à 9h16

 Source : La Solitaire

Lire la suite
31 lectures
0 commentaires

Solitaire du Figaro. Xavier Macaire en tête à La Corogne

Les 34 skippers passent ce matin la marque des îles Farallones aux abords de La Corogne. Xavier Macaire (Groupe Snef) a viré en tête avec une petite avance devant Pierre Leboucher et Gildas Mahe. Une longue et éprouvante ascension de 290 milles pour rallier Lorient au près commence.

La flotte est descendue sous spi vers la Corogne dans des conditions idéales. Tom Laperche du Team Bretagne-CMB emmenait les 33 autres skippers à sa suite avec Pierre Leboucher et Fabien Delahaye. Au jeu du meilleur placement du dernier empannage, c’est Xavier Macaire qui a choisi la meilleure option en se décalant plus à l’ouest pour profiter d’un léger avantage en vitesse tout comme Gildas Mahe. On retrouve dans le Top 10 Martin Le Pape, Corentin Horeau et les deux autres skippers Bretagne-CMB ELoidie Bonafous et Gaston Morvan premier bizuth.

Descente du golfe de Gascogne efficace pour Xavier qui est le premier à enrouler la bouée Los Farallones devant La Corogne ! Direction Lorient maintenant ! #TEAMSNEF https://t.co/NfrqQ7FOXg

— Xavier Macaire (@MacaireXavier) 24 août 2021

Pierre Leboucher (Guyot Environnement – Ruban rose), Fabien Delahaye (Groupe Gilbert), Gildas Mahé (Breizh Cola) et Corentin Horeau (Mutuelle Bleue pour l’Institut Curie) complètent dans l’ordre ce quinté de tête réuni en moins de quatre milles. Dans les conditions plus soutenues et sportives, de premiers écarts se dessinent au sein de la flotte de cette 52e Solitaire du Figaro qui avait pourtant entamé sa descente du golfe de Gascogne en mode navigation synchronisée au rythme des empannages que les uns et les autres, qui s’épiaient d’un bord à l’autre, déclenchaient presque comme un seul homme. La flotte progresse désormais tel un essaim, avec une trentaine de milles entre le chef de fil et le bizuth britannique David Paul (Just a drop), le plus en arrière.

Xavier Macaire (Groupe SNEF) en approche de la marque de Los Farallones : « Il y a de l’eau sur le pont du bateau, du bruit parce que la quille vibre. Je me prends aussi des paquets de flotte sur la mer bien formée. Le jour se lève et cest sympa de démarrer une belle journée avec le passage de cette petite bouée. Cette nuit, on a eu un empannage à faire pour descendre sur lEspagne. On a empanné presque tous en même temps. Puis le vent est rentré et des écarts se sont un peu créés assez rapidement. On a eu 25 nœuds de vent toute la nuit avec des rafales à 30 nœuds. Dans ces conditions, le bateau va vite. J’ai trouvé des bons réglages, et j’ai mis un peu de distance aux poursuivants. »

Ordre et temps de passage :

1 / Xavier Macaire (Groupe SNEF) à 8h20

2 / Pierre Leboucher (GUYOT Environnement – Ruban rose) à 8h30

3 / Gildas Mahé (Breizh Cola) à 8h37

4 / Fabien Delahaye (Groupe Gilbert) à 8h38

5 / Tom Laperche (Bretagne – CMB Performance) à 8h40

6 / Corentin Horeau (Mutuelle Bleue pour l’Institut Curie) à 8h45

7 / Martin Le Pape (Gardons la vue) à 8h45

8 / Elodie Bonafous (Bretagne – CMB Oceane) à 8h53

9 / Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019) à 8h53

10 / Gaston Morvan (Bretagne – CMB Espoir) à 8h54

11 / Achille Nebout (Primeo Energie – Amarris) à 9h07

12 / Eric Peron (French Touch) à 9h09

13 / Benoît Mariette (Génération Sénioriales) à 9h10

14 / Erwan La Draoulec (Skipper Macif 2020) à 9h12

15 / Alexis Loison (Région Normandie) à 9h13

16 / Nils Palmieri (TeamWork) à 9h14

17 / Tom Dolan (Smurfit Kappa – kingspan) à 9h15

18 / Alexis Thomas (La Charente Maritime) à 9h16

Lire la suite
33 lectures
0 commentaires

Foils en place, 11.2, l'Imoca de l'écurie 11th Hour, est à flot après un bref chantier dans le hangar de Mer Concept - Images

Naissance du dernier né des Ultim 32/23, le Trimaran SVR Lazartigue de François Gabart est à l'eau , "C’est une grande fierté"

La mise à l’eau du trimaran SVR LAZARTIGUE s'est déroulée ce jeudi 22 juillet, un bateau d’exception, en rupture avec les technologies a...

image
Lire la suite
32 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions