• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme

Le Maxi Edmond de Rothschild attendu à Lorient avant le week-end

Il y a une semaine, Franck Cammas et Charles Caudrelier célébraient avec tout le Gitana Team leur grande victoire sur la Transat Jacques Vabre, dans la catégorie Ultime. Samedi midi (heure de Fort-de-France), quatre jours à peine après son sacre martiniquais, le Maxi Edmond de Rothschild pointait à nouveau ses étraves vers le large. À son bord, Charles Caudrelier était accompagné de David Boileau, le boat captain, et Yann Riou, le médiaman. Pour le skipper du géant de 32 mètres, qui partage habituellement la barre avec Franck Cammas, l’occasion de ce retour vers l’Europe était trop belle pour engranger des milles en conditions de solitaire, en vue de sa participation à la Route du Rhum 2022.

Seize jours à l’aller mais entre cinq à six jours de mer estimés au retour … Le créneau météo avec lequel le Maxi Edmond de Rothschild a quitté la Martinique samedi dernier valait vraiment le coup d’être exploité. Certes, la distance à couvrir n’est pas comparable. Rappelons en effet que les grands multicoques avaient un parcours théorique de 7 500 milles sur la Transat Jacques Vabre et ont en moyenne réellement parcouru près de 9 200 milles sur l’eau. Tandis que la route directe entre la Martinique et les rivages bretons ne compte guère plus de 3 500 milles nautiques. Mais surtout, Charles Caudrelier profite actuellement de conditions météos musclées, dans le Sud d’une dépression, mais propices à exploiter le plein potentiel du Maxi Edmond de Rothschild. C’est ainsi un convoyage express que connaît actuellement le trio embarqué sur le maxi-trimaran aux cinq flèches. Un timing qui tombe parfaitement car à son retour à Lorient, le géant sera confié aux mains expertes de l’équipe technique. L’objectif annoncé par le Gitana Team en début de saison restant inchangé : les fêtes de Noël devraient en effet coïncider avec un, nouveau stand-by de tentative de record sur le Trophée Jules Verne pour Franck Cammas, Charles Caudrelier et leurs quatre équipiers.

Une victoire éclatante, fruit d’un travail collectif

Ariane de Rothschild, armatrice de l’écurie aux cinq flèches et premier soutien des membres du Gitana Team dans les défis qu’ils entreprennent, était présente au départ et a suivi la course chaque jour. Le sacre martiniquais de son équipe et du Maxi Edmond de Rothschild restera pour elle un moment particulier : « Nous avons vécu une grande émotion la semaine dernière ! Cette victoire représente beaucoup pour mes filles et moi cette année, avec le décès de Benjamin. Gagner cette transat, avec ce bateau, était la meilleure manière de lui rendre hommage. Nous avons assisté à une course technique et stratégique, pas uniquement une course de vitesse. Ce bateau est déjà incroyable mais nos skippers, Franck et Charles, viennent de démontrer dans leur gestion remarquable de l’aspect technologique qu’il n’était pas encore au maximum de son potentiel. Je remercie chaleureusement Cyril Dardashti, qui dirige Gitana avec passion et engagement depuis 13 ans, et toutes les équipes qui sont aussi les grands artisans de cette magnifique victoire. Gitana 17 est aussi flamboyant que Benjamin l’était. Il aurait été particulièrement fier. »

Résumé d’une transat victorieuse dans les yeux des skippers

16 jours 1 heure 49 minutes et 16 secondes, c’est le temps qu’il aura fallu à Franck Cammas et Charles Caudrelier pour s’imposer sur la Transat Jacques Vabre 2021 dans la catégorie Ultime. Les skippers du Gitana Team nous embarquent à bord du Maxi Edmond de Rothschild tout au long des 7500 milles théoriques du parcours entre Le Havre et Fort-de-France, via le Brésil. Marins talentueux, nous les découvrons tout aussi à l’aise derrière une caméra pour nous faire vivre les coulisses de leur magnifique performance sportive.

Franck Cammas & Charles Caudrelier, morceaux choisis

Le duo Cammas-Caudrelier, un fonctionnement audacieux et inédit mais dont la pertinence se confirme course après course.

Franck Cammas : « Notre duo a bien fonctionné, c’est le bienfait de l’expérience qu’on a depuis trois ans, à force de naviguer on converge vers des solutions, on y croit, on tente et ça c’est grâce à l’expérience. Il faut savoir essayer des choses et être très honnêtes dans les résultats, mais à force de naviguer tous les deux on arrive à avoir plus de certitudes tous les deux, si elles sont communes tant mieux. La façon de régler le bateau, de le toiler, la prise de risque etc…on sent bien les choses maintenant avec le bateau. C’est sûr que comparé à il y a deux ans on a beaucoup progressé. On a été solides dans tous les domaines, que ce soit dans le petit temps, dans les hautes vitesses, dans les prises de décisions stratégiques ça a toujours été très fluide. »

Charles Caudrelier : « Quand on est arrivés chez Gitana en 2019, on se connaissait super bien tous les deux mais on avait une façon différente de mener le bateau. On n’était pas raccord sur ça et ce n’était pas simple. Sur cette transat nous avons fait un pas l’un vers l’autre. Moi j’ai essayé d’être un peu plus sage parfois et Franck moins conservateur. On a porté un peu plus de toile que d’habitude et ça a plutôt bien fonctionné de ce côté-là. On a été un peu plus en mode attaque et je pense que c’est ce qui nous a permis de faire le creux. On était clairement à l’attaque au passage du cap Finisterre et je crois que l’on n’aurait jamais navigué comme ça l’an dernier. »

Le Maxi Edmond de Rothschild et son duo ont assumé le statut de favoris qu’ils endossaient sur cette Transat Jacques Vabre.

Charles Caudrelier : « On vit un rêve depuis 2 – 3 ans à naviguer sur ces bateaux volants qui sont révolutionnaires. Ces maxis de nouvelle génération sont des marqueurs de l’architecture navale et nous avons la chance d’être les pionniers. Avec ces bateaux, on a changé d’univers. Le Maxi Edmond de Rothschild on le connaît. Nous sommes en parfaite harmonie avec lui aujourd’hui. Mais c’est super intéressant car le fait d’avoir navigué contre des bateaux neufs, performants, nous a poussé à aller plus loin. Les conditions météos très variées nous ont aussi amenées à trouver de nouveaux réglages. Notamment dans le petit temps face à SVR qui s’est montré très rapide à cette allure. De notre côté, on a identifié beaucoup de choses à faire progresser, ce qui est positif pour la suite. Cela signifie que le bateau n’a pas encore exprimé tout son potentiel. »

Franck Cammas : « On a essayé de bien faire ce qu’on devait faire à chaque fois et effectivement d’être toujours au mieux, dès le départ. Le départ ça reste une anecdote mais c’est toujours important de bien faire les choses dès le début, on entre en confiance petit à petit. C’est vrai que les premières heures de course ont été assez magiques, le bateau était top et de voir nos nouveaux petits camarades qui allaient bien, mais qui étaient quand même derrière (rires)… ça s’est super bien passé. Bon après quand on était au Fromveur et qu’on a recroisé nos deux compatriotes c’était moins glorieux mais c’était une très bonne décision finalement de se dire qu’on rebroussait chemin et de ne pas insister, ça montre qu’on avait une certaine confiance en nos choix. »

Cette nouvelle victoire sur la Transat Jacques Vabre – la quatrième pour Franck et la troisième pour Charles – a une saveur particulière pour les deux skippers comme pour l’ensemble du Gitana Team.

Charles Caudrelier : « 2020 a été une année difficile. Nous avons eu très peu de courses, deux tentatives de Jules Verne avortées et surtout la disparition de Benjamin de Rothschild, notre armateur en janvier. Forcément l’année a été frustrante sportivement et avec beaucoup de tristesse pour l’équipe Gitana. Sans la passion de Benjamin de Rothschild, le Gitana Team n’existerait pas ! Il a fait le choix il y a 20 ans de poursuivre la tradition familiale mais en la révolutionnant et la tournant vers les multicoques. Il a fait cela humblement, avec respect, mais cette volonté qui aujourd’hui mène au Maxi Edmond de Rothschild. Quand l’équipe Gitana a lancé ce bateau personne ne croyait que l’on pourrait un jour voler au large. Et aujourd’hui c’est la réalité ! Pour tout cela je suis heureux de pouvoir offrir cette victoire à Ariane de Rothschild, ses filles et toute l’équipe. »

Franck Cammas : « On a eu des problèmes techniques sur le Jules Verne, ça met à rude épreuve une équipe… Mais c’est dans ces moments-là que c’est important d’avoir une équipe organisée et efficace, qui a envie et qui croit aux chances de ce bateau. Et le fait de gagner ça met tout le monde en confiance et ça motive tout le monde individuellement, c’est super important les victoires aussi pour ça. Ça construit l’avenir sur de bonnes bases. On se projette déjà sur la suite, en équipage… »

Transat Jacques Vabre, les chiffres d’une victoire

Départ le 7 novembre à 13h27 Arrivée le 23 novembre à 15h 16min 16 sec Temps de parcours : 16 jours 1 heure 49 minutes et 16 secondes Nombre de milles théoriques : 7500 Vitesse orthodronmique : 20,51 noeuds Nombre de milles parcourus : 9262,13 Vitesse moyenne sur le tracé : 24,01 noeuds Passages de l’équateur : 3 (1 à l’aller, 2 sur le chemin du retour après le passage de São Pedro) Avance maximum enregistrée sur la concurrence : 443, 7 milles sur Banque Populaire XI lors de la remontée entre Trindad et São Pedro. Record sur 24 heures : 803 milles parcourus à la vitesse moyenne de 33,5 nœuds

L’article Le Maxi Edmond de Rothschild attendu à Lorient avant le week-end est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
2 lectures
0 commentaires

Sailorz est lancé !

Après plusieurs mois de travail, toute l’équipe de Tip & Shaft est très fière de vous présenter Sailorz, la première plateforme de vidéo à la demande dédiée à la voile de compétition, en ligne depuis hier.

Sailorz, c’est une plateforme unique sur laquelle vous trouverez :

des contenus en accès libre, soigneusement sélectionnés par l’équipe éditoriale de Tip & Shaft parmi les vidéos disponibles sur Internet. Plus besoin de fouiller au fond d’une chaîne YouTube ou sur les réseaux sociaux pour trouver LA vidéo de voile à ne pas rater. Sont d’ores et déjà disponibles cette semaine des titres comme Second souffle, A toute berzingue, Tu garderas ton cap ou Solitaire(s). dans la section payante, on retrouve la crème des documentaires, des reportages, des films – comme Tabarly -, pour beaucoup introuvables sur les plateformes traditionnelles. C’est le cas de Mor BIhan le temps d’une course, François Gabart coureur au large, Une Anglaise dans le vent ou Francis Joyon, skipper no limit.

Animé par l’équipe de Tip & Shaft, Sailorz propose des nouveautés chaque semaine, et, à partir du printemps prochain des productions originales.

Notre objectif : vous proposer le meilleur de la voile de compétition !

Je découvre Sailorz >

Pour accéder au meilleur de la voile de compétition en streaming, les tarifs de Sailorz sont serrés :
5,99 euros par mois ou 60 euros par an

Le tout sans engagement et avec 7 jours d’essai gratuits. Vous embarquez ?

 

Et puisque c’est bientôt le Salon, on vous propose une offre spéciale :

Pour les 20 premiers à prendre un abonnement annuel : on vous offre 2 badges privilèges pour le Nautic – Salon nautique de Paris. Valables du 4 au 12 décembre prochains, ils vous permettront de profiter du rendez-vous majeur de la voile, porte de Versailles, à Paris, avec accès au lounge VIP => code : SALONVIP. Et pour les 100 premiers à prendre un abonnement mensuel : on vous offre 2 entrées pour le salon Nautic => code : INVITSALON.

Je profite de l’offre Nautic >

 

 

Une dernière chose : n’hésitez pas à passer le mot à votre famille, vos amis, vos collègues ou vos équipiers, pour partager et faire connaître Sailorz à tous les passionnés de voile.

Une info, une question, une remarque, des félicitations ou des critiques ? N’hésitez pas à nous écrire à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

 

A tout de suite sur www.sailorz.com !

L’article Sailorz est lancé ! est apparu en premier sur Tip & Shaft.

Lire la suite
2 lectures
0 commentaires

Amélie Grassi et Marie Riou, premier équipage 100% féminin à franchir la ligne d’arrivée en Martinique lundi dernier

 

Amélie Grassi et Marie Riou ont franchi la ligne d’arrivée de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre dans la baie de Fort-de-France (Martinique) lundi 29 novembre à 12 heures 56 minutes et 20 secondes (heure locale), soit 17 heures 56 minutes et 20 secondes (heure de métropole). Les deux navigatrices s’emparent de la 9e place dans la catégorie Class40 au terme de 22 jours 4 heures 29 minutes et 20 secondes de course. Un résultat d’autant plus remarquable que le 40 pieds La Boulangère Bio a été mis à l’eau il y a deux mois seulement.

 

image

Crédit : PolaRyse 


Premier équipage 100% féminin à franchir la ligne d’arrivée en Martinique, Amélie Grassi et Marie Riou réalisent aujourd’hui une superbe performance en terminant à la 9e place ! Parties du Havre le 7 novembre dernier, les deux navigatrices se sont élancées sur la Transat Jacques Vabre avec beaucoup d’humilité, mais aussi avec la volonté de donner le meilleur d’elles-mêmes. Tout au long de ces 22 jours de course, le duo a fait preuve d’un engagement et d’une détermination sans faille pour mener jusqu’à Fort-de-France le Class40 La Boulangère Bio. Amélie et Marie ont véritablement pu prendre en mains le bateau puisqu’elles n’avaient jusqu’alors effectué que la qualification et le convoyage vers Le Havre. Et le plan Raison a visiblement donné pleine satisfaction au duo durant toute la transatlantique.
 

Après cette première course en double et ce superbe résultat qui vient récompenser le travail de toute une équipe, c’est en solitaire qu’Amélie Grassi courra la saison 2022 avec en ligne de mire la mythique Route du Rhum ! 

Amélie Grassi, skippeuse La Boulangère Bio : "des moments vraiment durs"

« C’est pas mal d’émotions ! Pour nous ça a commencé sur les chapeaux de roues ! Nous avons pris un magnifique départ. Nous étions déjà super émues à ce moment-là car en plus nous étions en tête de la flotte. Après la réalité nous a rattrapées, nous avons pris une pénalité d’entrée de jeu de 90 minutes suite à la rupture du plomb moteur. Ça ne nous a pas aidé dans le début de course. Mais nous sommes restées mobilisées. Ce que je retiens de cette transat c’est que je suis assez fière qu’avec Marie on ait réussi à mettre du rythme du début à la fin. Il y a eu des moments vraiment durs, notamment après le Cap-Vert où ce n’était pas des supers conditions pour notre bateau. Nous avons eu du mal à nous reposer et nous nous sommes faites rattraper, ce qui était un peu ingrat vu tous les efforts que l’on produisait. Malgré ça, nous sommes restées soudées et motivées. Nous avons bien travaillé notre positionnement ce qui nous a permis de faire un super retour les dernières 48 heures. C’est énormément de bonheur que tout ce travail ait payé et qu’on ait décroché un top 10 ! Nous avons mis le bateau à l'eau juste avant la course, nous avions navigué quelques jours seulement avant de partir donc ça n’était pas gagné, mais nous sommes arrivées jusqu’ici et le bateau est en pleine forme, comme nous ! »

 

Marie Riou, co-skippeuse La Boulangère Bio : "Nous allons savourer"

« C’était super ! Nous sommes super contentes d’être dans les 10 avec un super final et une belle bagarre avec les Legallais Boys que nous avons vus une bonne partie de la course. Notre objectif c’était de finir devant Jean Galfione et Eric Peron, et ça c’est fait (rires). Nous sommes très heureuses d’être ici en Martinique. C’était une super expérience. On ne se connaissait pas avec Amélie, c’était un pari osé. Nous nous sommes régalées du début à la fin ! Nous allons savourer un peu maintenant, mettre les pieds sur terre et profiter car c’était long quand même ! Cette 9e place récompense aussi tout le travail d’une super équipe, Julien, Fred qui ont beaucoup bossé pour que l’on parte dans de bonnes conditions, merci à eux ! »

 

Source :
Lire la suite
3 lectures
0 commentaires

Kevin Peponnet et Aloïse Retornaz, un duo 470 pour la qualification Olympique, "C’était assez évident pour nous"

 

En juillet 2024, s’ouvriront les Jeux Olympiques de Paris. La voile Olympique elle, prendra place sur le plan d’eau de Marseille, et la donne a changé pour le 470 car il devient mixte. De plus, en voile, seul un équipage est choisi par nation et peut participer aux Jeux Olympiques. Kevin Peponnet, qui a déjà participé aux JO de Tokyo, et Aloïse Retornaz, médaillée de bronze à Tokyo, se sont donc choisis pour essayer de se qualifier pour Paris 2024.

 

image

Crédit : G Acquarone


Pour Kevin et Aloïse, la question de savoir s’ils repartaient pour une Olympiade supplémentaire ou non ne s’est pas posée très longtemps. Leurs motivations ne sont pas les mêmes, « un désir de revanche après l’échec de Tokyo » pour Kevin, et « l’envie de faire mieux qu’une médaille de bronze » pour Aloïse, mais tous les deux se rejoignent sur deux points « les Jeux Olympiques à domicile, c’est un truc qu’on ne vit qu’une fois dans une carrière, et puis la flamme de l’Olympisme brûle toujours en nous ! ».

 
Le choix de faire équipe avait été fait il y a quelques temps déjà, « on en parlait depuis qu’on avait entendu parler du 470 mixte, ça nous trottait en tête car c’était assez évident pour nous. » explique Aloïse. Il restait donc à confirmer ce choix. Et quoi de mieux pour se tester que d’aller directement à l’affrontement avec d’autres équipages en régate. Chose faite en octobre dernier lors du championnat de France élite sur le lac de Carcans-Maubuisson où le nouveau duo s’impose. « Je n’avais pas de grosses attentes, je voulais surtout voir comment on marchait ensemble sur une régate, car faire des essais en entraînement ce n’est pas tout à fait pareil, il n’y a pas d’adversité. Forcément niveau comptable c’était top, mais surtout, j’ai pu remarquer qu’à bord on est sur la même longueur d’onde, qu’on a la même motivation ! C’est prometteur ! » explique Kevin. De son côté, Aloïse abonde, « c’était une première expérience, on voulait se faire plaisir sur le bateau. On a pris le temps de parler de la répartition des rôles à bord, de décomposer les manœuvres, tout s’est fait assez naturellement ! ».

 
Pour la suite, Kevin et Aloïse reprendront les navigations à la fin de l’hiver, en février / mars 2022. Pendant l’hiver, ils prendront le temps de naviguer sur d’autres support (Waszp, Sail GP, Star Sailor League, etc.) afin d’enrichir leurs expériences personnelles. Ensuite, ils participeront aux World Cups qui auront lieu en 2022 (Trofeo Princesa Sofia à Palma, Semaine Olympique Française à Hyères, etc). Ils prendront également part aux championnats d’Europe qui auront lieu en septembre en Turquie, et aux championnats du monde qui auront lieu en octobre en Israël.

 
En attendant, comme ils travaillent tous les deux en entreprise (avec des horaires aménagées), le programme de l’hiver est préparation physique et présence au bureau. Ce temps sera aussi consacré à la recherche intensive de partenaires pour les suivre sur leur nouveau projet. Ils seront notamment présents au salon nautique international de Paris du 4 au 7 décembre.

 Source : Kaori

Lire la suite
3 lectures
0 commentaires

Kevin Peponnet et Aloïse Retornaz en duo pour la qualification Olympique !

En juillet 2024, s’ouvriront les Jeux Olympiques de Paris. La voile Olympique elle, prendra place sur le plan d’eau de Marseille, et la donne a changé pour le 470 car il devient mixte. De plus, en voile, seul un équipage est choisi par nation et peut participer aux Jeux Olympiques. Kevin Peponnet, qui a déjà participé aux JO de Tokyo, et Aloïse Retornaz, médaillée de bronze à Tokyo, se sont donc choisis pour essayer de se qualifier pour Paris 2024.

Pour Kevin et Aloïse, la question de savoir s’ils repartaient pour une Olympiade supplémentaire ou non ne s’est pas posée très longtemps. Leurs motivations ne sont pas les mêmes, « un désir de revanche après l’échec de Tokyo » pour Kevin, et « l’envie de faire mieux qu’une médaille de bronze » pour Aloïse, mais tous les deux se rejoignent sur deux points « les Jeux Olympiques à domicile, c’est un truc qu’on ne vit qu’une fois dans une carrière, et puis la flamme de l’Olympisme brûle toujours en nous ! ».

Le choix de faire équipe avait été fait il y a quelques temps déjà, « on en parlait depuis qu’on avait entendu parler du 470 mixte, ça nous trottait en tête car c’était assez évident pour nous. » explique Aloïse. Il restait donc à confirmer ce choix. Et quoi de mieux pour se tester que d’aller directement à l’affrontement avec d’autres équipages en régate. Chose faite en octobre dernier lors du championnat de France élite sur le lac de Carcans-Maubuisson où le nouveau duo s’impose. « Je n’avais pas de grosses attentes, je voulais surtout voir comment on marchait ensemble sur une régate, car faire des essais en entraînement ce n’est pas tout à fait pareil, il n’y a pas d’adversité. Forcément niveau comptable c’était top, mais surtout, j’ai pu remarquer qu’à bord on est sur la même longueur d’onde, qu’on a la même motivation ! C’est prometteur ! » explique Kevin. De son côté, Aloïse abonde, « c’était une première expérience, on voulait se faire plaisir sur le bateau. On a pris le temps de parler de la répartition des rôles à bord, de décomposer les manœuvres, tout s’est fait assez naturellement ! ».

Pour la suite, Kevin et Aloïse reprendront les navigations à la fin de l’hiver, en février / mars 2022. Pendant l’hiver, ils prendront le temps de naviguer sur d’autres support (Waszp, Sail GP, Star Sailor League, etc.) afin d’enrichir leurs expériences personnelles. Ensuite, ils participeront aux World Cups qui auront lieu en 2022 (Trofeo Princesa Sofia à Palma, Semaine Olympique Française à Hyères, etc). Ils prendront également part aux championnats d’Europe qui auront lieu en septembre en Turquie, et aux championnats du monde qui auront lieu en octobre en Israël.

En attendant, comme ils travaillent tous les deux en entreprise (avec des horaires aménagées), le programme de l’hiver est préparation physique et présence au bureau. Ce temps sera aussi consacré à la recherche intensive de partenaires pour les suivre sur leur nouveau projet. Ils seront notamment présents au salon nautique international de Paris du 4 au 7 décembre.

PALMARÈS KEVIN PEPONNET

Champion d’Europe 2021 Champion du Monde 2018 Double vainqueur Tour Voile (2016, 2018)

PALMARÈS ALOÏSE RETORNAZ

Médaillée de bronze aux JO de Tokyo (2020) Double championne d’Europe (2019, 2021) Marin de l’année 2019

L’article Kevin Peponnet et Aloïse Retornaz en duo pour la qualification Olympique ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
2 lectures
0 commentaires

L’UNCL dévoile les calendriers des Championnats 2022

MANCHE-ATLANTIQUE 2022 : 19 ÉPREUVES EN DOUBLE, DONT 2 TRANSAT, ET 12 EN OVERALL

Le calendrier 2022 s’étoffe avec 19 épreuves en double et 12 en équipage. La saison démarre avec l’étape transatlantique de la Transquadra, se poursuit avec le Spi Ouest-France qui retrouve son week-end pascal. La Cap Martinique, course non stop entre La Trinité (départ le 1er mai) et la Martinique est dotée du plus gros coefficient, 1.4. Deux nouvelles courses apparaissent au mois de juin : les 100 milles du Grand Prix du Crouesty et La A2 à Lorient. A même époque, le mois de juin est décidément propice à la navigation à voile, s’ajoute une autre épreuve au long cours : la SSE Renewables Round Ireland Race.

Juillet n’est pas en reste avec la nouvelle offshore de nos amis rochelais entre la cité charentaise et les Açores, aller et retour, ainsi que la Dhream Cup-GPFCL disputée les années paires entre Cherbourg et La Trinité-sur-Mer. Une épreuve du championnat ne pourra être comptabilisée que si au moins 12 bateaux sont classés ensemble. Le classement général reste établi au meilleur de 5 épreuves pour les Double, et de 4 épreuves pour l’Overall. Pour ce dernier classement introduit voici trois ans afin de rassembler des flottes et des classements suffisamment fournis, il s’agissait de tenir compte du classement Double ET Equipage. Ce qui n’est possible que si tous les bateaux effectuent le même parcours (même avec des départs décalés de quelques minutes).

Dans les régates Inshore, style Ouest France ou Télégramme, les flottes Equipage sont souvent scindées en plusieurs catégories et ne font pas les mêmes parcours que les Double. Ces deux dernières années, nous avions appliqué un mode de calcul identique à celui du Championnat d’Europe mais où personne ne s’y retrouve dans notre championnat UNCL. En conséquence, il a été décidé que lorsque les parcours ne peuvent être les mêmes entre les deux catégories, seuls les classements Equipage sont pris en compte. Pour les épreuves en Double, seuls les classements Double sont retenus même si l’épreuve est ouverte aux Solos. Une catégorie qui monte et devrait avoir son championnat bientôt !

L’addition des milles que comportent toutes ces courses inscrites au calendrier 2022 laisse rêveur et conforte une fois encore votre volonté de naviguer au large. Vous conviendrez qu’il y a de quoi s’éclater après deux années perturbées !

MÉDITERRANÉE 2022 : La Middle Sea Race et les IRC Vintage rejoignent les Championnats UNCL 2022.

Après la crise sanitaire et une saison 2021 en demi-teinte, la course au large IRC continue son développement en Méditerranée en attirant de plus en plus d’équipages nationaux sudistes mais également quelques bateaux venus de l’Atlantique ou de la Manche, une preuve supplémentaire de la compétitivité des régates organisées par les Clubs méditerranéens avec l’aide et le support de l’UNCL. Pour 2022 la Rolex Middle Sea Race, organisée par le Royal Malta Yacht Club (RMYC), sera inscrite au calendrier des Championnats Equipages et Duos 2022, venant ainsi s’ajouter aux 7 autres épreuves Offshore des Championnats avec notamment Au Large de St Tropez, la Rolex Giraglia, la Corsica Med, Palerme Monaco ou la Coupe Napoléon.

Autre nouveauté en 2022, la création de la Classe IRC Vintage qui a pour but d’encourager les courses et régates sous la jauge IRC pour les voiliers représentatifs de la flotte IOR et l’organisation de compétitions conviviales dédiées à ces bateaux souvent restaurés magnifiquement. Cette classe est ouverte aux bateaux dont un premier exemplaire a été construit entre 1967 et 1994 et dont la carène est inspirée de l’architecture IOR en vigueur durant cette époque.

Hors championnats, mais preuve supplémentaire de l’attractivité des courses au large méditerranéennes, l’année 2022 verra le lancement du Trophée Class 40 Méditerranée avec 8 épreuves au large dont 3 au départ de Marseille (CNTL) et de Saint-Tropez (SNST). Les différentes épreuves des Championnats sont désormais bien implantées, proposant un calendrier équilibré entre l’Est et l’Ouest du bassin, durant près de 10 mois de régates ouvertes aux équipages, duos et solos afin de satisfaire le plus grand nombre de skippers et leurs équipages.

L’article L’UNCL dévoile les calendriers des Championnats 2022 est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
2 lectures
0 commentaires

Paris 2024. Un duo de choc : Kevin Peponnet et Aloïse Retornaz pour la qualification Olympique !

Kevin Peponnet, qui a déjà participé aux JO de Tokyo, et Aloïse Retornaz, médaillée de bronze à Tokyo, se sont choisis pour essayer de se qualifier pour Paris 2024.

Pour Kevin et Aloïse, la question de savoir s’ils repartaient pour une Olympiade supplémentaire ou non ne s’est pas posée très longtemps. Leurs motivations ne sont pas les mêmes, « un désir de revanche après l’échec de Tokyo » pour Kevin, et « l’envie de faire mieux qu’une médaille de bronze » pour Aloïse, mais tous les deux se rejoignent sur deux points « les Jeux Olympiques à domicile, c’est un truc qu’on ne vit qu’une fois dans une carrière, et puis la flamme de l’Olympisme brûle toujours en nous ! ».
Le choix de faire équipe avait été fait il y a quelques temps déjà, « on en parlait depuis qu’on avait entendu parler du 470 mixte, ça nous trottait en tête car c’était assez évident pour nous. » explique Aloïse. Il restait donc à confirmer ce choix. Et quoi de mieux pour se tester que d’aller directement à l’affrontement avec d’autres équipages en régate. Chose faite en octobre dernier lors du championnat de France élite sur le lac de Carcans-Maubuisson où le nouveau duo s’impose. « Je n’avais pas de grosses attentes, je voulais surtout voir comment on marchait ensemble sur une régate, car faire des essais en entraînement ce n’est pas tout à fait pareil, il n’y a pas d’adversité. Forcément niveau comptable c’était top, mais surtout, j’ai pu remarquer qu’à bord on est sur la même longueur d’onde, qu’on a la même motivation ! C’est prometteur ! » explique Kevin. De son côté, Aloïse abonde, « c’était une première expérience, on voulait se faire plaisir sur le bateau. On a pris le temps de parler de la répartition des rôles à bord, de décomposer les manœuvres, tout s’est fait assez naturellement ! ».
Pour la suite, Kevin et Aloïse reprendront les navigations à la fin de l’hiver, en février / mars 2022. Pendant l’hiver, ils prendront le temps de naviguer sur d’autres support (Waszp, Sail GP, Star Sailor League, etc.) afin d’enrichir leurs expériences personnelles. Ensuite, ils participeront aux World Cups qui auront lieu en 2022 (Trofeo Princesa Sofia à Palma, Semaine Olympique Française à Hyères, etc). Ils prendront également part aux championnats d’Europe qui auront lieu en septembre en Turquie, et aux championnats du monde qui auront lieu en octobre en Israël.
En attendant, comme ils travaillent tous les deux en entreprise (avec des horaires aménagées), le programme de l’hiver est préparation physique et présence au bureau. Ce temps sera aussi consacré à la recherche intensive de partenaires pour les suivre sur leur nouveau projet. Ils seront notamment présents au salon nautique international de Paris du 4 au 7 décembre.

Lire la suite
2 lectures
0 commentaires

Comment Araldite accompagne le projet Use it Again ! – article sponsorisé

Use it Again !  est dans les starting-blocks. L’ancien trimaran d’Ellen MacArthur, mené par le tandem Romain Pilliard-Alex Pella, va très prochainement quitter La Trinité-sur-Mer pour Cadix, d’où il s’élancera dans la foulée à l’assaut du record du tour du monde à l’envers (*). Au moment de boucler leur avitaillement, les deux skippers n’ont pas oublié d’embarquer plusieurs cartouches de colles et de résines fournies par Araldite, partenaire technique du projet. Des outils, qui, sur un défi aussi long et exigeant, auront sans doute leur utilité !

Ce partenariat s’est noué il y a quelques mois, comme le raconte Clément Denis, directeur du développement commercial et marketing opérationnel chez Huntsman, propriétaire de la marque Araldite – et ancien du circuit Mini : “Suite à un article publié en mai dans Tip & Shaft, Romain a fait partie de la vague de gens qui nous ont contactés. Son projet nous a plu, d’abord parce qu’il est sportivement très engagé ; ensuite parce que, même si je souhaite que ce soit le moins possible, lui et Alex vont probablement devoir utiliser nos produits dans des univers assez hostiles.”

Clément Denis et son équipe ont ainsi, dans le cadre de cette collaboration technique, fourni à Romain Pilliard les adhésifs (polyuréthanes, époxy, méthacrylates), résines et durcisseurs Araldite, dont il avait besoin, en amont de son tour du monde, mais également ce qu’il pourrait utiliser pendant. En accompagnant chaque produit d’une fiche simplifiée pour expliquer dans quelles conditions utiliser tel ou tel adhésif, pour quel type de préparation…

“Nous nous sommes servis de certains produits pendant la préparation, notamment quand il a fallu coller du monolithique pour quelques renforts ou panneaux, confirme le skipper. A côté de ça, nous embarquons des adhésifs pour nos éventuelles réparations en mer, certains adaptés aux températures chaudes, d’autres à l’humidité et au froid, comme l’Araldite 2051, qui colle très bien sous l’eau et dans le froid. Comme on part pour trois ou quatre mois, on n’a pas été avares en matériel, on devrait avoir ce qu’il faut !”

Pour Araldite, ce partenariat va au-delà de la simple fourniture de produits, il s’inscrit aussi dans une réflexion globale autour du développement durable : “Le message porté par Romain autour de l’économie circulaire et du recyclage a également été un élément clé pour nous, confirme Clément Denis. Au sein de notre division Advanced Materials, nous avons en effet lancé une analyse de cycle de vie de nos produits qui fait apparaître que beaucoup d’entre eux sont en partie biosourcés. Notre ambition est d’aller encore plus loin en proposant un portefeuille de produits plus éco-responsables. C’est aussi pour cela que nous sommes en train d’embaucher un sustainability manager.”

(*) Aucun multicoque n’a à ce jour bouclé ce tour du monde à l’envers et il n’existe pas de temps de référence en double, le record (en solitaire) étant détenu depuis 2004 par Jean-Luc Van den Heede (122 jours 14 heures 3 minutes) qui était parti d’Ouessant.

Photo : Jean-Marie Liot / Use it Again !

Contenu proposé par Logo One Sails

L’article Comment Araldite accompagne le projet Use it Again ! – article sponsorisé est apparu en premier sur Tip & Shaft.

Lire la suite
2 lectures
0 commentaires

Les Voiles de St.Barth intègrent le Caribbean Maxi Challenge

Après la Méditerranée, l’International Maxi Association (IMA) lance un nouveau circuit dans les Caraïbes : le Caribbean Maxi Challenge. Ouvert à tous les Maxis de plus de 60 pieds, il intègre 4 régates de prestige, dont les Voiles de St. Barth Richard Mille, qui auront lieu du 17 au 23 avril prochains…

Benoît de Froidmont, Président de l’International Maxi Association à l’origine de cette idée explique : « l’objectif du Caribbean Maxi Challenge est de proposer aux propriétaires de Maxis un cadre homogène pour un championnat sur plusieurs manches ; Toutes les régates sélectionnées sont superbes mais très différentes dans leurs organisations. A terme, l’IMA souhaite fixer les mêmes règles de course pour que les participants puissent se confronter sur des bases égales et avoir un championnat qui fait sens ».

Et le concept séduit : les circuits offshore et inshore lancés respectivement en 2016 et 2019 en Méditerranée réunissent chaque année de nombreux propriétaires de Maxi Yachts, qui ont plaisir à se retrouver pour se challenger. Les Caraïbes étant le deuxième endroit de rassemblement de Maxis au monde, il paraissait logique d’y étendre le championnat, d’autant plus que les bateaux effectuant la traversée restent souvent plusieurs mois sur place.

Les organisateurs des Voiles de St Barth Richard Mille sont quant à eux honorés d’intégrer un circuit aussi prestigieux : « Avoir été sélectionnés par l’IMA pour intégrer le Caribbean Maxi Challenge est une belle reconnaissance, tant sur le professionnalisme de notre organisation en mer que sur la qualité de l’événement à terre » expriment François Tolède et Luc Poupon. « Après deux années sans compétition, nous avons vraiment hâte de retrouver toute la magie des Voiles et 2022 promet d’être une édition mémorable ».

Pour preuve, le nombre particulièrement élevé de pré-inscrits, à cinq mois de l’événement. Près d’une trentaine de voiliers, répartis dans les classes Maxi, Spinnakers, Racing Multihull et Melges 24 ont d’ores et déjà montré leur enthousiasme à se retrouver sur le magnifique plan d’eau de St Barthélemy.

« La régate des Voiles de St Barth Richard Mille est un mythe pour n’importe quel navigateur » indique Benoît de Froidmont, « Le plan d’eau est magique, le plateau relevé , l’organisation à terre est fantastique. Nous avons beau être des compétiteurs, nous voulons également passer de bons moments avec notre équipage et avec nos amis. Pour cela, les Voiles de St. Barth Richard Mille représentent le parfait compromis ».

Lire la suite
3 lectures
0 commentaires

Ouverture des inscriptions pour la Semaine Olympique Française de Hyères

La 53ème Semaine Olympique Française de Hyères se déroulera du 23 au 30 avril prochains. Pour la première en France, la SOF réunira sur le plan d’eau d’Hyères les 10 séries qui seront présentes à Marseille pour les Jeux Olympiques de Paris 2024.


L’avis de course est en ligne et les inscriptions sont ouvertes :
Télécharger l’avis de course : ici
Pour s’inscrire : ici

Christophe Gaumont, Event Manager de la SOF : « Pour la première fois en France, nous allons faire naviguer les 10 séries olympiques 2024 sur un même plan d’eau. Ce sera un bel événement sportivement mais aussi un beau spectacle. Sur les 10 séries présentes, 5 sont équipées de foils. Ce sera notamment la première fois que nous allons accueillir l’iQFOiL homme et femme. Dans cette nouvelle configuration, la SOF se déroulera avec une parité parfaite.
L’engouement va être fort, car nous sommes à seulement 3 ans des jeux. La période de préparation est donc réduite d’un an par rapport aux autres olympiades. Performer sur le plan d’eau d’Hyères, plan d’eau unanimement apprécié des concurrents, permettra à chacun de se placer dans la hiérarchie mondiale. Les inscriptions devraient être nombreuses ».
Organisée par la Fédération Française de Voile avec le soutien de la ville de Hyères et de la métropole Toulon Provence Méditerranée, la Semaine Olympique Française est une course historique de voile olympique d’ampleur internationale et sera le premier jalon Français en vue des Jeux Olympiques de Paris, dont les épreuves de voile s’organiseront à Marseille.

Programme (sous réserve de modifications) :
Samedi 23 avril : accueil et inscriptions
Dimanche 24 avril : accueil et inscriptions
Lundi 25 avril : cérémonie d’ouverture
Lundi 25 au vendredi 29 avril : phase qualificative
Samedi 30 avril : Medal Races
Samedi 30 avril : Remise de prix et cérémonie de clôture.

A retenir : les dates des prochaines éditions
2022 : 23 au 30 avril – 53ème édition
2023 : 22 au 29 avril – 54ème édition
2024 : 20 au 27 avril – 55ème édition

Lire la suite
3 lectures
0 commentaires

Retour en code rouge pour Spindrift racing, Sails of Change restera à quai dans l'attente d'une fenêtre météo favorable

Au coeur de Malama, l'IMOCA mené par Charlie Enright et Pascal Bidegorry - Vidéo inside

Embarquez à bord de Malama, l'IMOCA neuf du 11th Hour Racing Team. Charlie Enright et Pascal Bidegorry ont effectué leur qualification p...

image
Lire la suite
6 lectures
0 commentaires

Charlie Dalin et Paul Meilhat sacrés Champions IMOCA 2021

Deuxièmes de la Transat Jacques Vabre derrière LinkedOut, Charlie Dalin et Paul Meilhat ont été de grands animateurs de la saison à bord d’APIVIA. Le classement annuel des Globe Series le prouve puisque les deux marins emportent le titre de Champions IMOCA 2021.

Le tandem a participé à trois des quatre courses officielles de l’année. S’ils ont fait l’impasse sur The Ocean Race Europe en juin, Charlie et Paul ont dominé la Rolex Fastnet Race en août, puis réitéré la performance sur les 48H du Défi Azimut, mi-septembre. Les co-skippers ont ensuite enchaîné par une Transat Jacques Vabre particulièrement disputée dans le trio de tête et conclue pour eux par une deuxième place en Martinique.

Pour Charlie Dalin – 37 ans et originaire du Havre -, cette saison a été d’une constance impressionnante après avoir remporté les honneurs de la ligne sur le Vendée Globe en janvier dernier. S’il y a toujours un risque pour les équipes de s’essouffler après le tour du monde lorsque le calendrier en double commence ; les skippers d’APIVIA ont commencé à travailler très tôt en saison et construit une alliance solide, basée une belle amitié et une intensité compétitive partagée. Les deux marins ont aussi bénéficié d’une équipe technique des plus compétentes et mobilisée sans relâche.

« C’est une année en double bienvenue à la suite du tour du monde en solitaire », confie Charlie juste après avoir reçu un trophée unique lors de la cérémonie de remise des prix à Fort de France. En effet, les deux marins ont brandi une maquette d’un IMOCA en bois, imaginée par Thomas Vanwindekens, architecte bruxellois, inventeur des IMO-CUP. Joli symbole, tandis que les marins ramèneront leur maquette ‘à monter’ en France, la version montée a, elle, été offerte à l’équipe des jeunes champions de la ligue de voile martiniquaise.

Charlie ajoute ensuite en souriant : « En double, c’est bien de pouvoir partager les discussions, les décisions, les manœuvres et même le matossage ». Il fait référence au dur labeur qui accompagne chaque changement de bord lorsqu’il faut déplacer les voiles et tous les sacs d’un côté à l’autre du bateau. « C’est aussi agréable de retrouver la compétition avec les autres bateaux du circuit IMOCA et cette génération de prototypes très pointus. Cela a été des régates très intenses à chaque fois et nous sommes très heureux de remporter ce titre de Champions IMOCA 2021 », complète-t-il.

Dès les premiers moments ensemble, Paul Meilhat a compris que Charlie avait encore beaucoup d’énergie à consacrer à la performance cette saison, même après les épreuves surmontées durant le Vendée Globe. « Comme les autres co-skippers, Morgan, Christopher ou moi, on a très vite su qu’on ferait cette année en double. On pense alors que les skippers sont « cramés » après le Vendée et on se dit que, en tant que co-skipper, on peut apporter un supplément de motivation et sa fraîcheur physique, » explique Paul. « Charlie avait lui la tête tout de suite tournée vers les courses 2021, donc l’envie était très forte et tout s’est vite bien équilibré entre nous. »

Le moment le plus marquant de l’année des deux marins restera sans doute leur domination et celle de leur bateau sur la Rolex Fastnet Race. En effet, APIVIA est sorti du Solent au vent de toute la flotte, puis a déroulé une stratégie sans faille jusqu’au rocher du Fastnet puis jusqu’au nouveau port d’arrivée à Cherbourg. C’est d’ailleurs pour Charlie ce qui restera comme le point d’orgue de la saison.

« La sortie du Solent dans la Rolex Fastnet Race m’a beaucoup marqué. C’est vraiment un beau souvenir pour nous, avec une vitesse vraiment phénoménale par rapport aux autres. Première course et première victoire très appréciée avec Paul », confie le skipper.

Le Défi Azimut n’a pas été trop mal non plus. « Dans les 48 Heures, nous avons eu un enchaînement parfait de manœuvres et de choix stratégiques », poursuit Charlie, « et dans la Transat Jacques Vabre, nous avons beaucoup de bons souvenirs aussi. Nous avons notamment réalisé un bord mémorable entre la sortie du Pot-au-Noir et Fernando de Noronha, où nous avons atteint des vitesses moyennes très élevées. »

Paul Meilhat, qui a remporté la Route du Rhum en 2018 sur SMA, ajoute même qu’ils auraient pu battre des records sur ce tronçon. « Mon petit regret justement, c’est d’avoir dû tourner à droite après Fernando, car nous aurions pu battre le record des 24 heures. Ces bateaux sont magiques ; parfois 12/13 nœuds de vent suffisent pour atteindre des vitesses incroyables, on pourrait battre les 24 heures dans 15 nœuds de vent ! »

Les deux marins font remarquer aussi le dynamisme de la Classe, notamment Charlie : « En IMOCA, il y a beaucoup d’équipes avec des techniciens et des ingénieurs très compétents. Cela ne s’arrête jamais, le progrès est continu et on ne peut jamais se reposer sur ses lauriers. Il faut toujours se réinventer, se remettre en question, trouver des nouvelles idées, des nouvelles solutions pour rester en haut de la vague et cela me passionne. »

Charlie Dalin et Paul Meilhat terminent ainsi la saison avec 12 points d’avance sur Thomas Ruyant et Morgan Lagravière sur LinkedOut, qui ont réalisé une superbe performance en remportant la Transat Jacques Vabre sur un bateau de plus en plus rapide à toutes les allures.

En troisième position du championnat, nous retrouvons Sébastien Simon et Yann Eliès sur ARKEA PAPREC qui ont terminé quatrièmes à Fort-de-France, après avoir fait cinquièmes sur l’Azimut et quatrièmes sur le Fastnet. Ils devancent d’un point, Jérémie Beyou et Christopher Pratt, troisièmes en Martinique, deuxièmes sur le Fastnet mais absents de l’Azimut. Les skippers de Charal prennent ainsi la quatrième place du classement annuel.

L’article Charlie Dalin et Paul Meilhat sacrés Champions IMOCA 2021 est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
7 lectures
0 commentaires

Charlie Dalin et Paul Meilhat sacrés Champions IMOCA 2021, "des régates très intenses à chaque fois "

Deuxièmes de la Transat Jacques Vabre derrière LinkedOut, Charlie Dalin et Paul Meilhat ont été de grands animateurs de la saison à bord d’APIVIA. Les deux marins empochent le titre de Champions IMOCA 2021.

 

image

Le tandem a participé à trois des quatre courses officielles de l'année. S’ils ont fait l'impasse sur The Ocean Race Europe en juin, Charlie et Paul ont dominé la Rolex Fastnet Race en août, puis réitéré la performance sur les 48H du Défi Azimut, mi-septembre. Les marins ont ensuite enchaîné par une Transat Jacques Vabre particulièrement disputée dans le trio de tête et conclue pour eux par une deuxième place en Martinique.

 
Pour Charlie Dalin, cette saison a été d'une constance impressionnante après avoir remporté les honneurs de la ligne sur le Vendée Globe en janvier dernier. S’il y a toujours un risque pour les équipes de s'essouffler après le tour du monde lorsque le calendrier en double commence ; les skippers d'APIVIA ont commencé à travailler très tôt en saison et construit une alliance solide, basée une belle amitié et une intensité compétitive partagée. Les deux marins ont aussi bénéficié d’une équipe technique des plus compétentes et mobilisée sans relâche.

 
"C'est une année en double bienvenue à la suite du tour du monde en solitaire", confie Charlie juste après avoir reçu un trophée unique lors de la cérémonie de remise des prix à Fort de France. Charlie ajoute ensuite en souriant : "En double, c'est bien de pouvoir partager les discussions, les décisions, les manœuvres et même le matossage". Il fait référence au dur labeur qui accompagne chaque changement de bord lorsqu’il faut déplacer les voiles et tous les sacs d'un côté à l'autre du bateau. "C'est aussi agréable de retrouver la compétition avec les autres bateaux du circuit IMOCA et cette génération de prototypes très pointus. Cela a été des régates très intenses à chaque fois et nous sommes très heureux de remporter ce titre de Champions IMOCA 2021", complète-t-il.

 
Dès les premiers moments ensemble, Paul Meilhat a compris que Charlie avait encore beaucoup d'énergie à consacrer à la performance cette saison, même après les épreuves surmontées durant le Vendée Globe. "Comme les autres co-skippers, Morgan, Christopher ou moi, on a très vite su qu’on ferait cette année en double. On pense alors que les skippers sont "cramés" après le Vendée et on se dit que, en tant que co-skipper, on peut apporter un supplément de motivation et sa fraîcheur physique," explique Paul. "Charlie avait lui la tête tout de suite tournée vers les courses 2021, donc l’envie était très forte et tout s’est vite bien équilibré entre nous." 

 

Charlie Dalin et Paul Meilhat terminent ainsi la saison avec 12 points d'avance sur Thomas Ruyant et Morgan Lagravière sur LinkedOut, qui ont réalisé une superbe performance en remportant la Transat Jacques Vabre sur un bateau de plus en plus rapide à toutes les allures.

 
En troisième position du championnat, nous retrouvons Sébastien Simon et Yann Eliès sur ARKEA PAPREC qui ont terminé quatrièmes à Fort-de-France, après avoir fait cinquièmes sur l'Azimut et quatrièmes sur le Fastnet. Ils devancent d’un point, Jérémie Beyou et Christopher Pratt, troisièmes en Martinique, deuxièmes sur le Fastnet mais absents de l'Azimut. Les skippers de Charal prennent ainsi la quatrième place du classement annuel.

 
Source : IMOCA


Lire la suite
7 lectures
0 commentaires

Le retour d’Alinghi dans la Coupe de l’América

Alinghi, l’ennemi juré de Team New Zealand est de retour dans l’America’s Cup après onze années d’absence. Le syndicat suisse a en effet payé les 1.47 million de Dollars de droit d’entrée pour la 37e America’s Cup. L’acquisition d’un ancien AC75 d’entraînement est à l’ordre du jour.

Le rideau est levé cette nuit à Auckland avec les premières inscriptions des Challengers pour cette 37e Coupe de l’América. En plus des Suisses, un autre syndicat a payé son droit d’entrée.

Mené par le milliardaire suisse Ernesto Bertarelli, Alinghi a remporté par deux fois l’Aiguière d’Argent. La première à Auckland (NZL) en 2003 face aux Néo-Zélandais sur un score sans appel de 5-0. Quatre ans plus tard à Valence (ESP), les Suisses rééditent l’exploit de conserver la Coupe. Une Coupe qui leur échappe en 2010 face à Oracle de Larry Ellison lors du Deed of Gift Challenge.

La confirmation de l’inscription et l’engagement du syndicat Alinghi pour 2024 vont donner un coup de booster pour le Defender Team NZ ainsi que pour le Challenger of Record Ineos Britannia. Si le Protocol est déjà officiel, reste maintenant à savoir où va se jouer la prochaine Coupe. Pour l’heure rien n’est acté.

Cork (IRL), Valnece (ESP) ou Jeddah (KSA) sont encore dans la short list des possibles ports d’accueil de la Coupe alors qu’une épreuve à Auckland (NZL) n’a pas encore été validée. La confirmation du lieu où se disputera l’épreuve devrait être entérinée au plus tard le 31 mars 2024.

L’article Le retour d’Alinghi dans la Coupe de l’América est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
6 lectures
0 commentaires

Une dernière fête pour le podium des Class40

La dernière journée d’ouverture du village de la Transat Jacques Vabre à Fort-de-France, ce mardi, est l’occasion de célébrer les Class40, arrivés depuis hier en Martinique. Cette troisième cérémonie de remise des prix a honoré le vainqueur, Redman, et les autres membres du podium, Banque du Léman et Seafrigo – Sogestran.

Le podium de la Class40 :

Redman (Antoine Carpentier – Pablo Santurde del Arco) Banque du Léman (Valentin Gautier – Simon Koster) Seafrigo – Sogestran (Cédric Chateau – Jérémie Mion)

Le mot des vainqueurs, Antoine Carpentier et Pablo Santurde del Arco (Redman) :

Antoine Carpentier : « On dit jamais 2 sans 3, donc je suis venu ! Nous sommes ravis avec Pablo. Nous avons su gérer la pression face à un niveau important sur l’Atlantique cette année. Il y avait des pointures, des nouveaux bateaux, des anciens très bien menés. Nous avons eu de la réussite sur les conditions que nous avons eues, qui correspondaient à notre bateau. Nous avons beaucoup réfléchi sur la trajectoire et le contrôle des adversaires, et ça a marché vu qu’on arrive devant. »

Pablo Santurde del Arco : « J’ai beaucoup de chance de toujours naviguer avec de superbes équipes ! Je remercie l’organisation, ce n’était pas facile de faire ça dans ces conditions. Et merci à Antoine de m’avoir permis de vivre ça. »

Le mot de Valentin Gautier et Simon Koster (Banque du Léman) :

« Nous avons réussi à monter sur le podium. Cette course est souvent revenue par derrière, c’était sans répit même si les conditions étaient molles. Merci à tous nos partenaires, qui ont permis que ce projet naisse. »

Le mot de Cédric Chateau et Jérémie Mion (Seafrigo – Sogestran) :

« Nous sommes très contents d’arriver ici en Martinique. Nous sommes super fiers d’avoir obtenu cette 3ème place, grâce à nos partenaires Seafrigo – Sogestran sans qui nous ne pourrions être là. Nous n’avons jamais rien lâché. Il fallait tout donner sur les dernières heures pour nous hisser sur le podium. »

Cette dernière cérémonie a aussi été l’occasion pour Caroline Caron, directrice générale de Transat Jacques Vabre, et Damien De Longueville, président de l’association Martinique Transat, de clotûrer les 10 jours de village à Fort-de-France, marqués par les arrivées successives de bateaux depuis le 22 novembre, et qui se poursuivront jusqu’en fin de semaine.

Le mot de Caroline Caron :

« Nous sommes là pour célébrer les exploits des marins, des équipes techniques, des sponsors. Entre les Class40 et la Transat Jacques Vabre, il y a un grand trait commun, qui est le duo. La joie de vivre ensemble, la joie de surmonter l’adversité. Nous aussi, nous avons vécu le duo, avec Damien, de plusieurs manières. Nous avons vécu le meilleur mais aussi, un petit peu, le pire, il ne faut pas le nier. Nous acceptons le pire, et nous ne nous souviendrons que le meilleur. Le Havre et la Martinique forment le plus beau des duos, nous avons fait tout ça ensemble et nous y reviendrons avec plaisir en 2023. De cette amitié, nous ne retiendrons que le meilleur. Vive la Martinique ! »

Le mot de Damien De Longueville :

« Je voudrais souhaiter la bienvenue à tous les Class40 qui sont arrivés, ils nous ont fait vivre une régate d’anthologie. C’est la classe la plus méritante, car ils ont passé le plus de temps en mer. Redman a eu une adversité très forte, ça rend leur victoire encore plus belle. Nous avons tenu à montrer le plus beau visage possible de la Martinique et à leur donner le meilleur accueil, en se réinventant tous les jours, toutes les heures. Nous avons posé les jalons d’un bel avenir ici pour la Transat Jacques Vabre. Nous avons envie de voir revenir les skippers. »

Enfin, le Trophée du Rocher du Diamant Caraïbe Price de la catégorie Imoca a été décerné. Il récompense l’équipage le plus rapide entre le Rocher du Diamant et la ligne d’arrivée. Parmi les 60 pieds, c’est Groupe Apicil (Damien Seguin – Benjamin Dutreux) qui a été le plus rapide (avant les deux dernières arrivées), avec un chrono de 1h05’21 (devant La Mie Câline et Compagnie du Lit – Jiliti).

CLASSEMENT 30 NOVEMBRE – 21h

OCEAN FIFTY

Tous les Ocean Fifty sont arrivés à Fort-de-France.

1. Primonial

2. Koesio

3. Leyton

ULTIME

Tous les Ultime sont arrivés à Fort-de-France.

1. Maxi Edmond de Rothschild

2. SVR – Lazartigue

3. Banque Populaire XI

IMOCA

19. Les Laboratoires de Biarritz – No Limit 4 us – Distance arrivée 259,95 milles

20. EBAC – Distance arrivée 432,79 milles

CLASS40

24. Fullsave – Distance arrivée 15,35 milles

25. Vogue avec un Crohn – Distance arrivée 37,72 milles

26. Everial – Distance arrivée 38,12 milles

VIRTUAL REGATTA

CLASS40 – 1. Baptiste_Rep – PVe OCEAN FIFTY – 1. Ferarepa C IMOCA – 1. Vingilot_esST ULTIME – 1. PassTaga-BSP

L’article Une dernière fête pour le podium des Class40 est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
6 lectures
0 commentaires

Le Mercato : Banque Populaire rachète Apivia

DÉPARTS & NOMINATIONS

LA FFVOILE a dévoilé jeudi la liste des 12 nommés pour le titre de Marin de l’année 2021 qui sera décerné le 6 décembre lors de la Soirée des champions à l’Olympia.

EMANNUEL VERSACE vient d’être nommé responsable de la communication de la Star Sailors League.

CHRISTIAN FÉVRIER, célèbre photographe de mer et de bateaux, et sa compagne ANNIE FYOT, également photographe, se sont vus remettre dimanche dernier au chantier Multiplast la médaille de Chevalier de l’Ordre du Mérite Maritime.

 

JOBS & RECRUTEMENTS

MAGMA COMPOSITES recrute Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., poste en CDD à pourvoir immédiatement, avec possibilité d’évoluer en CDI, basé à Questembert (56).

LA CLASSE IMOCA, dans le cadre de son développement, recrute Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., avec expérience dans l’événementiel sportif. Anglais exigé ; poste basé à Lorient, avec déplacements.

LA FÉDÉRATION FRANÇAISE DE VOILE recrute un-e chargé-e de mission handivoile ; poste en CDI, basé à Paris (15e arrondissement), avec déplacements.

NKE MARINE ELECTRONICS recrute un-e chargé-e support technique pour être en lien avec ses partenaires/équipes de course au large ; poste en CDI à pourvoir immédiatement, basé à Hennebont.

NEEL-TRIMARANS GROUP recrute en CDI à La Rochelle :

son directeur commercial groupe H/F (Neel-Trimarans, Leen-Trimarans, Trimaran Yacht Charter) un responsable commercial H/F Leen-Trimarans (gamme moteur).

VPLP DESIGN recrute Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. expérimenté-e (Star-CCM+), poste basé à Vannes, à pourvoir immédiatement.

PLASTIMO recrute un-e category manager ; poste en CDI, à pourvoir dès que possible, basé à Lorient.

MARSAUDON COMPOSITES développe sa gamme avec la sortie de l’ORC57 et recherche des profils techniques et commerciaux (H/F) ; postes en CDI basés à Lorient La Base :

un responsable systèmes bord au sein du bureau d’études un technicien polyvalent systèmes bord (électricité, plomberie et fluides) un accastilleur un finisseur un opérateur composite

COCOON CRUISERS, projet de R&D interdisciplinaire, basé en partie à Lorient, portant sur la conception d’une nouvelle génération de voiliers à moteur dotés de foils, recherche :

un-e jeune docteur-e CFD appliquée sur OpenFOAM, poste en télétravail basé en France un-e jeune docteur-e (en France) ou ingénieur-e senior (Buenos Aires, salaire local), calcul composite. Plusieurs designers/architectes/ergonomistes pour un regard résolument féminin sur la vie à bord (Buenos Aires).

GUNBOAT recherche à La Grande Motte, sur des postes en CDI, à pourvoir immédiatement :

un ingénieur mécanique senior (H/F) pour compléter son bureau d’études un chef d’équipe menuiserie/agencement (H/F) pour la fabrication des Gunboat 68 et 72 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour l’assemblage des deux premiers Gunboat 80 (début en février 2022)

OUTREMER recherche un-e boat technical advisor ; poste en CDI, à pourvoir immédiatement, basé à La Grande Motte.

GRAND LARGE YACHTING MÉDITERRANÉE recherche sur des postes en CDI, à pourvoir immédiatement, basés à La Grande Motte :

un technicien dessinateur (H/F) pour rejoindre son bureau d’études un technicien de maintenance nautique (H/F)

TEAM MALIZIA recrute un-e communicant-e, bilingue allemand/anglais.

L’AGENCE DISOBEY recherche un-e directeur-trice de clientèle ; poste en CDI, basé à Nantes.

 

STAGES

QUENTIN MOCUDET, étudiant en première année de Master éco-conception des polymères et composites, après une licence polymères et composites à l’université Bretagne Sud, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. un stage de minimum 14 semaines à compter du 21 mars dans le domaine de la course au large.

CLAIRE BROHAN, actuellement en école d’ingénieur en génie mécanique à l’Université technologique de Belfort-Montbéliard et passionnée de voile, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. d’un stage d’assistante ingénieure de février à juillet 2022.

ETIENNE BELLEC, étudiant en troisième année à l’Insa Rennes, spécialisé en mécanique et automatique, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. un stage d’assistant ingénieur en conception mécanique et calcul de structures dans le domaine de la course au large pour l’été 2022.

LOUIS BOUDAILLIEZ, en Master of Science in Advanced Mechanical Engineering à l’université de Cranfield, après deux ans à l’école des Arts et Métiers à Lille, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. un projet de recherche de fin d’études dans le domaine de la voile de compétition à partir d’avril 2022.

MARTIN GREIVELDINGER, en fin de deuxième année d’ingénieur généraliste à l’École centrale de Lyon (bac +4), particulièrement intéressé par les matériaux et la mécanique, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. un stage de césure pour une durée de 4 à 6 mois à partir de février 2022, idéalement dans la course au large.

 

ANNONCES & PARTENARIATS

SAILORZ, la plateforme de vidéo à la demande par abonnement (SVOD) dédiée à l’univers de la voile de compétition, a été officiellement lancée ce mercredi par Tip & Shaft ! Notre objectif est de vous proposer, à un tarif maîtrisé – 5,99 € par mois ou 60 € par an – le meilleur de la voile de compétition sur une plateforme accessible depuis tous vos appareils : PC, téléphone, tablette, applis, box internet. Si vous voulez rejoindre les 600 premiers contributeurs qui se sont d’ores et déjà abonnés lors de la campagne sur Ulule, c’est ici !

POS. REPORT, le podcast de Tip & Shaft qui décrypte chaque mardi l’actualité de la voile de compétition, reçoit pour son 51e épisode Maxime Sorel, skipper du futur Imoca V &B-Monbana-Mayenne, Antoine Mermod et Halvard Mabire, présidents des classe Imoca et Class40. Un épisode à retrouver sur notre site.

BANQUE POPULAIRE a annoncé lundi le rachat, après la Route du Rhum 2022, de l’Imoca Apivia pour Clarisse Crémer qui disputera le Vendée Globe 2024 à bord de ce nouveau Banque Populaire XII.

THE OCEAN RACE s’élancera finalement le 15 janvier 2023 d’Alicante, avec une première étape qui mènera la flotte au Cap Vert. Les dates des autres étapes seront communiquées avant la fin de l’année.

AMA s’est engagé comme fournisseur officiel de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe, l’entreprise rennaise mettra à disposition des skippers sa solution de réalité connectée, XpertEye.

AMERICAN MAGIC a confirmé, après la publication du Protocole de la 37e Coupe de l’America, son intention de déposer un défi auprès du defender néo-zélandais.

LA CLASS WASZP FRANCE a dévoilé son calendrier 2022.

L’IRC a publié ses règles pour l’année 2022.

LE 8E MARTINIQUE CATA RAID, disputé en F16 et en F18, aura lieu du 23 au 29 janvier.

L’ASSOCIATION FRANÇAISE DE CLASE 1 MÈTRE propose à un nouveau coureur le prêt du classe 1 mètre Pikanto pour toute la saison 2022.

LE CHALLENGE CMB OCÉANE a lieu du 29 novembre au 3 décembre à Port-la-Forêt, 9 candidates vont se disputer la succession d’Elodie Bonafous à la barre du Figaro Beneteau 3 Bretagne CMB Océane.

MARIN DE L’ANNÉE : si vous souhaitez assister à la cérémonie organisée le 6 décembre à L’Olympia, vous pouvez Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. – dans la limite des places disponibles.

 

LANCEMENTS

LE YACHT-CLUB DE LA BAULE a annoncé relancer en 2022 la Yacht Cup, course en équipage de 250 milles (aller-retour La Baule-chaussée de Sein) qui aura lieu du 15 au 18 avril, ouverte à tous les monocoques de plus de 8,50 mètres, jaugés Osiris ou IRC.

LE VENDÉE GLOBE DE SAMANTHA DAVIES en bande dessinée est sorti le 5 novembre (éditions du Chemin des Crêtes), les dessins sont signés Mathias Rebuffé.

 

VENTES & LOCATIONS

LE CHANTIER NAVAL BEBOAT, situé à Arradon, est en quête d’un repreneur compétent et sérieux pour racheter les actifs et/ou louer l’atelier de 400m² bâti en 2015.

 

Photo : Jean-Marie Liot/Alea/Disobey/Apivia

En partenariat avec Altaide Recrutement

L’article Le Mercato : Banque Populaire rachète Apivia est apparu en premier sur Tip & Shaft.

Lire la suite
7 lectures
0 commentaires

Nautic de Paris. Le Yacht Club de France et l’UNCL ensemble au Nautic

Le Yacht Club de France sera présent au Nautic de Paris avec l’UNCL prémices d’une coopération appelée à se renforcer au cours des prochains mois. Plusieurs évènements auront lieu sur le stand à ne pas manquer.

Pour cette nouvelle édition particulièrement attendue après l’annulation en 2020 due au contexte épidémique, le Yacht Club de France innove en s’installant sur un espace de 90 m2 (Hall 1 E50) au sein duquel il accueillera pour la première fois son club allié l’UNCL (Union Nationale pour la Course au Large). Partenaire du Vendée Globe et de la Transat Jacques VABRE – Normandie Le Havre, l’espace du YCF accueillera les skippers fraichement rentrés de Martinique. L’explorateur Jean-Louis Etienne exposera la maquette du Polar Pod et nous dévoilera ses projets.

Vous trouverez ci-dessous le programme des principaux évènements prévus sur l’espace YCF-UNCL, auxquels vous êtes conviés :
• Samedi 4 décembre à 15h : Remises des prix de la saison classique et annonces pour 2022, avec l’Association Française des Yacht de Tradition (AFYT), l’Atlantique Yacht Club (AYC) et le Yacht Club Classique (YCC).
• Dimanche 5 décembre à 11h : Lancement de la transat Cap Martinique par l’UNCL.
• Mardi 7 décembre à 17h : Cocktail en présence de Jean-Louis Etienne.
• Mercredi 8 décembre à 16h : Le 12 mJI France recrute son nouvel équipage et prépare les prochains championnats du monde en Méditerranée.
• Jeudi 9 décembre 18h : Voiles et Voiliers et l’UNCL célèbrent ensemble leurs 50 ans.
• Vendredi 10 décembre :
o 14h : Rencontre avec l’équipage de Futuro pour la sélection de 8 jeunes en préparation de Ocean Globe Race 2023 (tour du monde en équipage avec escales).
o 15h : Présentation à la presse du nouveau monotype de course au large, le Class30 lancé par l’UNCL.
o 18h : L’équipe de la Transat Jacques Vabre vous accueille pour fêter cette édition exceptionnelle.
o 18h : Cocktail des clubs alliés, en partenariat avec les Rhums Clément.
• Samedi 11 décembre :
o 14h : Rencontre avec les talents du Yacht Club, Marine Legendre (10e de la Mini Transat Eurochef) et Nicolas d’Estais (encore en course sur la Transat Jacques Vabre et 2nd de la précédente Mini Transat).
o 16h : Présentation des Championnats IRC 2022 : Manche-Atlantique et Méditerranée.
Au cours de ces différents évènements, les Talents du pôle course du YCF et le projet Futuro seront présentés plus en détails.
Le « Pôle Course » du YCF a été créé en 2020 pour regrouper des équipiers expérimentés en régate et/ou course au large, parfaire leur entrainement (théorique et pratique), et participer avec succès à des événements nationaux et internationaux. Il repose sur 2 piliers :
• les Talents, jeunes espoirs que le Yacht Club de France sélectionne et accompagne dans leurs projets. Les skippers sélectionnés pour 2021-2022 sont : Marine Legendre, Robin Follin, Nicolas d’Estais, Jean-Baptiste Ducamin et le duo Amélie Riou / Lara Granier.
• les Sportifs, membres du club expérimentés qui alimentent un vivier de compétences pour les membres, propriétaires ou armateurs, souhaitant régater et représenter le Yacht Club de France dans les événements majeurs.

Le projet Futuro est un Swan 651 qui participera à l’Ocean Globe Race 2023 sous les couleurs du Yacht Club de France. Dans le cadre de sa mission de promotion de la navigation de plaisance, le YCF ouvre un appel à candidatures pour recruter 8 jeunes marins de moins de 24 ans le jour du départ. Ces équipiers seront formés et embarqueront pour une étape de cette course autour du monde en équipage.
Détails sur : http://ycfrance.fr/futuro/

« Nous sommes très heureux et fiers d’être à nouveau partenaires du Salon Nautic, qui est le lieu de rencontre de tous les passionnés de la mer, amateurs comme professionnels, a déclaré Philippe Heral, président du Yacht Club de France. Nous sommes particulièrement enthousiastes à l’idée de partager notre stand avec nos amis de Union Nationale pour la Course au Large avec lesquels nous entretenons de longue date des liens très forts que je souhaite voir se renforcer encore au cours des prochains mois. Ces dernières années, malgré un contexte sanitaire difficile, le YCF a multiplié les initiatives en faveur du monde de la course symbolisées notamment par la formalisation d’un Pôle Course pour soutenir de jeunes marins dans leurs défis sportifs sur l’eau. »

RORC Transatlantic Race 2022 : Le Salon Nautic est aussi le dernier événement avant la première course transatlantique de l’année 2022. Elle est coorganisée par Royal Ocean Racing Club (RORC), l’International Maxi Association (IMA) et le Yacht Club de France. Le départ est prévu le 8 janvier 2022 à Lanzarote aux Canaries pour une arrivée à la Grenade.
Détails sur : http://rorctransatlantic.rorc.org/

Lire la suite
7 lectures
0 commentaires

Pos. Report #51 Avec Maxime Sorel, Antoine Mermod et Halavard Mabire

Pos. Report, le podcast de Tip & Shaft, est disponible ici :

Pos. Report est disponible ici :

Pos. Report #51

Avec Maxime Sorel, Antoine Mermod et Halavard Mabire

Ecoutez l'épisode #51 ici :

Ecoutez l'épisode 51 ici :

Ce 51 épisode de Pos. Report est une nouvelle fois consacré à la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre et plus précisément aux classes Imoca et Class40, dont les premiers sont arrivés à Fort-de-France entre le jeudi 25 et le lundi 29 novembre. Nos invités sont le skipper du futur Imoca V&B-Monbana-Mayenne, Maxime Sorel, vainqueur de cette Route du Café en 2017 en Class40, et les présidents des classes Imoca et Class40, Antoine Mermod et Halvard Mabire.

Antoine Mermod, qui revient tout juste de Martinique, commence par raconter le contexte particulier sur place, dans un climat social très tendu, contraignant les marins arrivant de nuit à respecter le couvre-feu nocturne avant d’être accueillis sur le ponton d’honneur.

Nous évoquons ensuite la course en Imoca et notamment la victoire du tandem Thomas Ruyant/Morgan Lagravière, qui, en plus d’avoir très bien navigué, a bénéficié, selon le président de la classe Imoca, de sa nouvelle version de foils, plus efficace au portant que ceux d’Apivia, ce dernier s’étant montré auparavant dominateur au reaching. Un Apivia que Maxime Sorel, qui en fait actuellement construire un sistership, a particulièrement suivi, même s’il estime que les conditions météo très particulières de cette édition ne permettent pas vraiment de tirer des conclusions techniques.

Nous évoquons ensuite les performances d’Arkéa Paprec, avec un « vrai soulagement » à l’arrivée, d’après Antoine Mermod, pour Sébastien Simon et l’équipe d’avoir enfin terminé une grande course, d’Intiatives Cœur – Halvard Mabire soulignant le talent du duo Sam Davies/Nicolas Lunven – et de Prysmian Group, premier « petit foiler » à l’arrivée.

Nous ouvrons ensuite une page Class40, nos trois invités ayant suivi avec passion une transat qui aura été serrée jusqu’au bout avec 17 bateaux sur la ligne en 16 heures. Maxime Sorel, qui a gagné la Jacques Vabre en 2017 avec Antoine Carpentier, vainqueur de sa troisième transat en double consécutive (il s’était imposé en 2019 avec Gilles Lamiré en Ocean Fifty), met en avant le caractère de battant du skipper de Redman, parfaitement complété, selon Halvard Mabire, par Pablo Santurde qui a su canaliser sa fougue.

Antoine Mermod se montre impressionné par la manière dont les vainqueurs auront su gérer toute la fin de course, avec une meute à leurs trousses, nous évoquons ensuite les bonnes surprises et les différences architecturales, avec notamment des vitesses impressionnantes pour les nouveaux Pogo S4. Des bateaux signés Guillaume Verdier, auteur d’un quasi grand chelem sur cette Jacques Vabre.

 

Diffusé le 30 novembre 2021

Générique : Fast and wild/EdRecords
Post-production : Clovis Tisserand

Photo : Jean-Marie Liot/Alea

Pos. Report est produit par Tip & Shaft,
le média expert de la voile de compétition

Course au large

Tip & Shaft décrypte la voile de compétition chaque vendredi, par email :

Des articles de fond et des enquêtes exclusivesDes interviews en profondeurLa rubrique Mercato : l’actu business de la semaineLes résultats complets des coursesDes liens vers les meilleurs articles de la presse française et étrangère
#mc_embed_signup{; clear:left; font:14px Helvetica,Arial,sans-serif; } /* Add your own Mailchimp form style overrides in your site stylesheet or in this style block. We recommend moving this block and the preceding CSS link to the HEAD of your HTML file. */
* champs obligatoires
Votre adresse email *
Votre nom *
Votre prénom *
Vous êtes : * Coureur/euse pro ou membre d un teamMembre d une federation/classe/organisationPrestataire ou fournisseur/euseJournalisteCommunicant/eSponsorCoureur/euse amateur/eSimple passionne/e


🇬🇧 Want to join the international version? Click here 🇬🇧

L’article Pos. Report #51 Avec Maxime Sorel, Antoine Mermod et Halavard Mabire est apparu en premier sur Tip & Shaft.

Lire la suite
10 lectures
0 commentaires

Pos. Report #51 avec Maxime Sorel, Antoine Mermod et Halvard Mabire

Pos. Report, le podcast de Tip & Shaft, est disponible ici :

Pos. Report est disponible ici :

Pos. Report #51

Avec Maxime Sorel, Antoine Mermod et Halvard Mabire

Ecoutez l'épisode #51 ici :

Ecoutez l'épisode 51 ici :

Ce 51 épisode de Pos. Report est une nouvelle fois consacré à la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre et plus précisément aux classes Imoca et Class40, dont les premiers sont arrivés à Fort-de-France entre le jeudi 25 et le lundi 29 novembre. Nos invités sont le skipper du futur Imoca V&B-Monbana-Mayenne, Maxime Sorel, vainqueur de cette Route du Café en 2017 en Class40, et les présidents des classes Imoca et Class40, Antoine Mermod et Halvard Mabire.
 
Antoine Mermod, qui revient tout juste de Martinique, commence par raconter le contexte particulier sur place, dans un climat social très tendu, contraignant les marins arrivant de nuit à respecter le couvre-feu nocturne avant d’être accueillis sur le ponton d’honneur.
 
Nous évoquons ensuite la course en Imoca et notamment la victoire du tandem Thomas Ruyant/Morgan Lagravière, qui, en plus d’avoir très bien navigué, a bénéficié, selon le président de la classe Imoca, de sa nouvelle version de foils, plus efficace au portant que ceux d’Apivia, ce dernier s’étant montré auparavant dominateur au reaching. Un Apivia que Maxime Sorel, qui en fait actuellement construire un sistership, a particulièrement suivi, même s’il estime que les conditions météo très particulières de cette édition ne permettent pas vraiment de tirer des conclusions techniques.
 
Nous évoquons ensuite les performances d’Arkéa Paprec, avec un « vrai soulagement » à l’arrivée, d’après Antoine Mermod, pour Sébastien Simon et l’équipe d’avoir enfin terminé une grande course, d’Intiatives Cœur – Halvard Mabire soulignant le talent du duo Sam Davies/Nicolas Lunven – et de Prysmian Group, premier « petit foiler » à l’arrivée.
 
Nous ouvrons ensuite une page Class40, nos trois invités ayant suivi avec passion une transat qui aura été serrée jusqu’au bout avec 17 bateaux sur la ligne en 16 heures. Maxime Sorel, qui a gagné la Jacques Vabre en 2017 avec Antoine Carpentier, vainqueur de sa troisième transat en double consécutive (il s’était imposé en 2019 avec Gilles Lamiré en Ocean Fifty), met en avant le caractère de battant du skipper de Redman, parfaitement complété, selon Halvard Mabire, par Pablo Santurde qui a su canaliser sa fougue.
 
Antoine Mermod se montre impressionné par la manière dont les vainqueurs auront su gérer toute la fin de course, avec une meute à leurs trousses, nous évoquons ensuite les bonnes surprises et les différences architecturales, avec notamment des vitesses impressionnantes pour les nouveaux Pogo S4. Des bateaux signés Guillaume Verdier, auteur d’un quasi grand chelem sur cette Jacques Vabre.
 
Diffusé le 30 novembre 2021
Générique : Fast and wild/EdRecords
Post-production : Clovis Tisserand
Photo : Jean-Marie Liot / Alea

Pos. Report est produit par Tip & Shaft,
le média expert de la voile de compétition

Tip & Shaft est le média des grandes courses à la voile : Vendée Globe, Route du Rhum, Volvo Ocean Race, Solitaire du Figaro, Transat AG2R

Tip & Shaft décrypte la voile de compétition chaque vendredi, par email :

Des articles de fond et des enquêtes exclusivesDes interviews en profondeurLa rubrique Mercato : l’actu business de la semaineLes résultats complets des coursesDes liens vers les meilleurs articles de la presse française et étrangère
#mc_embed_signup{; clear:left; font:14px Helvetica,Arial,sans-serif; } /* Add your own Mailchimp form style overrides in your site stylesheet or in this style block. We recommend moving this block and the preceding CSS link to the HEAD of your HTML file. */
* champs obligatoires
Votre adresse email *
Votre nom *
Votre prénom *
Vous êtes : * Coureur/euse pro ou membre d un teamMembre d une federation/classe/organisationPrestataire ou fournisseur/euseJournalisteCommunicant/eSponsorCoureur/euse amateur/eSimple passionne/e


🇬🇧 Want to join the international version? Click here 🇬🇧

L’article Pos. Report #51 avec Maxime Sorel, Antoine Mermod et Halvard Mabire est apparu en premier sur Tip & Shaft.

Lire la suite
7 lectures
0 commentaires

Coup d’envoi des championnats du monde 2021 ILCA

Cette semaine, Oman Sail accueillera les marins de la classe internationale ILCA 6 Radial venus du monde entier à l’occasion du Championnat du monde ILCA 6 Radial 2021 ayant lieu au Barceló Mussanah Resort. Les courses se dérouleront tous les jours, à raison de deux par jour, avant que les médailles ne soient décidées lundi 6 décembre prochain. Les compétitions masculines et féminines se dérouleront simultanément, tandis que tous les concurrents bénéficient d’une journée d’entraînement en ce début de semaine, avant le début officiel de la compétition, dès mercredi.

Plusieurs vedettes seront présentes parmi lesquelles les dix meilleures navigantes mondiales de la classe, ainsi que la championne olympique de Tokyo 2020, Anne-Marie Rindom (DEN), la numéro deux mondiale et championne du monde 2018, la Belge Emma Plasschaert, les meilleures navigantes du championnat d’Europe 2021, Agata Barwinska (POL), Maxime Jonker (NED), Vasiliea Karachaliou (GRE) et la française Marie Barrue (10e au classement mondial), qui a notamment remporté la Coupe du monde ILCA 6 à Medemblik en juin dernier. Il s’agit de la première étape vers les JO de Paris 2024.

Autres françaises présentes, la championne senior 2021 Pernelle Michon, de La Rochelle, et Louise Cervera, de Cannes, qui a raté de peu le podium des championnats européens plus tôt cette année.

Avant le début de ces championnats du monde, Marie Barrue (Hyères, 1996) confie :

« C’est vraiment super d’être ici à Oman et de participer à un championnat du monde, car cela fait 2 ans que nous n’avons pas eu une telle compétition. Les conditions sont tops et il fait beau et chaud. J’aime le médium/petit temps, donc c’est plutôt positif. L’organisation est au top, nous sommes à l’hôtel juste au-dessus des bateaux, avec accès aux salles de sport, donc pour la préparation c’est parfait. C’est la première fois que je viens à Oman. Je suis agréablement surprise. Malheureusement nous n’avons pas le temps de visiter, mais c’est un pays dans lequel j’aimerais bien revenir en vacances, avec le temps de pouvoir explorer. L’objectif sur ces championnats du monde est de gagner. Cela fait 1 an et demi que je me prépare avec mon équipe Sailing Academy Gran Canaria. Tout est prêt, tout est au vert, donc on va donner le meilleur de soi-même et essayer d’aller chercher la plus haute marche du podium. Ma campagne olympique pour Paris 2024 est ‘full on’. Depuis la fin des JO à Tokyo, il n’y a que ça pour moi. »

Pernelle Michon (La Rochelle, 1993) affiche également ses ambitions :

« Je veux faire le meilleur résultat possible sur ce championnat. Mon objectif est le top 10. Les conditions ne sont pas faciles à Oman, car on a le clapot qui peut rapidement se lever lorsque le vent monte. Le vent est en général assez léger, nous aurons au mieux du petit/médium. C’est un vent assez chaud, qui ne donne pas beaucoup de sensations et qui marque peu sur l’eau, donc c’est assez compliqué. Malgré tout j’aime beaucoup Oman, les gens sont très accueillants, tout le monde nous aide dès qu’on a besoin. J’étais déjà venue aux championnats du monde 2015, lors desquels nous avions eu un peu plus de vent que ce que nous avons jusqu’à maintenant. Je suis en campagne pour Paris 2024. Après la déception des JO de Tokyo lors desquels je n’ai pas été sélectionnée, j’ai pris une année off pour terminer mes études. En mars 2021, j’ai décidé de revenir en Laser, donc cela ne fait que quelques mois. Ce sont des conditions particulières, car je n’ai pas d’entraineur fédéral. C’est un cycle compliqué et pourtant je serais très heureuse de représenter mon pays lors de JO qui se tiendront en France. Ce serait un honneur et un rêve, et ce serait une belle aventure. »

Louise Cervera (Cannes, 1998):

« Il y a presque 2 mois, je terminai 5ème des championnats d’Europe à seulement deux petits points du podium. Je suis à Oman pour prendre ma revanche.
Mais avant tout je veux prendre du plaisir et je ne suis pas attachée aux résultats. Je voudrais mettre en place ce que j’ai appris pour ne rien regretter. Mais l’objectif c’est aussi de préparer la saison prochaine et rien de mieux qu’un championnat du monde pour se confronter aux meilleures. C’est la première fois que je navigue à Oman. Il fait très chaud et le vent est plutôt faible. Il faut être focus sur ses sensations pour faire avancer vite le bateau et en même temps être à l’affût des pressions sur le plan d’eau. Ce n’est pas facile, mais c’est un bon challenge.
Paris 2024 est clairement mon objectif numéro 1. L’épreuve de voile se tiendra à Marseille, sur le plan d’eau où j’ai grandi. Je me lève tous les matins avec l’envie de m’améliorer chaque jour pour atteindre mon rêve et il y a une chose qui me tient à cœur c’est de parcourir ce chemin avec de la bonne humeur en prenant plaisir. Je veux continuer mes études en parallèle et continuer d’avoir cette soif d’apprendre sur l’eau comme à terre. Je n’ai qu’à continuer sur cette voie et apprécier chaque moment.”

 

Côté hommes, la course opposera quatre des meilleurs marins de l’ILCA 6 d’Oman, qui chercheront tous à faire bonne figure sur leur plan d’eau local. Abdulmalik Al HInai, Almoutasim Al Farsi et Ali Al Sadi ont impressionné sur le circuit au cours des 12 derniers mois et ont mérité leur place aux championnats du monde.

Hamed Al Yahmadi, le chef de projet de l’événement côté Oman Sail, a déclaré : «

C’est une nouvelle belle opportunité pour Oman Sail d’accueillir les meilleurs marins mondiaux. Le niveau de la flotte est incroyablement relevé et nous nous attendons à une excellente semaine de navigation. Ce période a été très chargé pour Oman Sail et Mussanah en particulier, avec de nombreux championnats du monde et championnats d’Asie venus sur nos côtes. Nous sommes heureux de pouvoir montrer une nouvelle fois nos capacités en tant qu’hôte de classe mondiale, mais également en tant que nation de voile et destination touristique émergente.»

Initialement prévu à Houston, aux États-Unis, l’événement a été annulé jusqu’à ce que le Sultanat d’Oman soit choisi comme hôte de remplacement en juillet 2021 afin de garantir la bonne tenue des championnats du monde. Cela permet aux marins féminins et masculins les mieux classés de concourir pour être les meilleurs au monde dans leur catégorie.

Le championnat du monde ILCA 6 2021 n’est pas le seul événement de voile qui ait lieu à Oman en ce moment. La deuxième étape du Sailing Arabia – The Tour d’Oman Sail est en cours à Sur, où une flotte internationale de six équipes, dont une équipe française menée par Antoine Rucard, est en tête. Au programme, un mélange de courses côtières et de régates inshores. La prochaine étape se déroulera à Marina Bandar Rowdha du 1er au 2 décembre 2021 puis à Al Mouj Muscat du 3 au 5 décembre pour la dernière manche avant la medal race puis la remise des prix.

L’événement est soutenu par la compagnie nationale Oman Air, OQ et le Barceló Mussanah Resort en tant que partenaires officiels, et Be’ah en tant que soutien environnemental. La compagnie nationale d’eau minérale Salsabeel Water a fourni tous les approvisionnements pour l’événement, tandis que la marine royale d’Oman a apporté son soutien médical.

L’article Coup d’envoi des championnats du monde 2021 ILCA est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
7 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions