• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme

La 10e édition de la Transquadra Madère - Martinique attend une centaine de bateaux, départ cet été

Dixième édition pour la Transquadra Madère - Martinique, avec 96 bateaux (160 coureurs) inscrits à ce jour. Des nouveautés sur cette course réservée aux amateurs de plus de 40 ans, avec un départ de Marseille (au lieu de Barcelone) pour la flotte méditerranéenne et une arrivée de la 1ère étape à Funchal, chef-lieu de Madère (au lieu de la marina de Quinta do Lorde). A noter le retour du tenant du titre en solo Alexandre Ozon, mais aussi de Jean-Pierre Kelbert, Jean-Marie Vidal ou encore Bernard Mallaret. Rendez-vous en juillet pour le coup d'envoi de cette édition anniversaire.

La 10e édition de la Transquadra Madère - Martinique attend une centaine de bateaux

Crédit : F van Malleghem

Des flottes de près de 100 bateaux à chaque édition

C'est encore le cas cette année avec d'ailleurs un regain chez les solitaires (35% de la flotte contre un petit tiers habituellement), et plus de la moitié de ces solitaires sont des récidivistes.

Parmi eux, Alexandre Ozon grand vainqueur de la flotte Atlantique de la dernière édition. Il avait notamment bataillé avec Jean-Pierre Kelbert. Le patron du chantier JPK sera lui aussi sur les rangs de cette Transquadra 2020, armé du petit dernier de sa gamme, le JPK 10.30, tandis qu'Alex Ozon court désormais sur le tout nouveau Sun Fast 3300.

Leur mano a mano devrait donc reprendre de plus belle, mais il y a fort à parier qu'il soit notamment pimenté des attaques du très expérimenté sudiste et bizuth de l'épreuve Bernard Mallaret, et de celles de Stéphane Bodin, Frédéric Couture, Jean-François Hamon, Olivier Lunven, Jean-Marc Riebell... tous camarades d'entrainement à La Rochelle.

En Méditerranée, 5 solitaires seront sur les rangs, dont le grand et fidèle animateur de l'épreuve, Frédéric Ponsenard ; Daniel Dupont, fort de deux Transquadra dans son sillage ; Arnaud Vuillemin qui, à peine arrivé de sa transat en double en 2018, s'impatientait déjà de revenir s'y frotter en solitaire. Et deux nouveaux venus, Laurent Favreau et Laurent Camprubi.

Des duos tout neufs

En double, la flotte est largement renouvelée avec 80% de bizuths. Au départ de Lorient, il faudra sans doute compter sur un solide duo, Gérard Quenot et Jérôme Apolda, 3e de la dernière édition ; Olivier Grassi, 5e en 2018 revient avec Eric Troussel ; gare aussi au bizuth Eric Guigné, en duo avec Tangi Caron ; à Noël Racine double vainqueur de la Fastnet Race en duo avec Ludovic Sénéchal ; à Alain Caudrelier et Marc Chalumeau ; aux frères Castel...

15 duos méditerranéens seront sur les rangs à Marseille, avec, notamment, Jean-Marie Vidal Figariste de la première heure, accompagné de son fils Romain ; Dominique D'Andrimont ancien Figariste également et double vainqueur du Tour de France à la Voile et vainqueur de la SNIM, il sera associé à Etienne Boyer ; Ludovic Gérard et Philippe Mariani.

Sans oublier un duo de femmes, Caroline Petit et Emmanuelle Blivet.

A moins de 5 mois du coup d'envoi de la 10e Transquadra Madère - Martinique, la pression va commencer à monter doucement mais sûrement.

Source : I Delaune

Lire la suite
115 lectures
0 commentaires

Fabien Delahaye et Benjamin Schwartz ensemble sur la Transat AG2R : "On se donne des objectifs ambitieux"

Après une Solitaire URGO Le Figaro victorieuse en 2019 avec Yoann Richomme, HelloWork revient cette saison en alignant son Figaro Bénéteau 3 sur la Transat AG2R LA MONDIALE. Cette fois, ce seront Fabien Delahaye et Benjamin Schwartz, déjà partenaires d’entrainement au Hub by OC Sport, qui relèveront le défi. En entrainement depuis la mise à l’eau du bateau en janvier, le duo nourrit de grandes ambitions sur cette épreuve. Le départ sera donné le 19 avril prochain. Interview.

Fabien Delahaye et Benjamin Schwartz ensemble sur la Transat AG2R

Crédit : Hellowork

Même parcours, bateau différent

Benjamin Schwartz : « Ce sera ma première Transat AG2R LA MONDIALE. C’est la seule course en Figaro Bénéteau 3 que j’inclus pour le moment dans mon programme, c’est pour moi une belle façon de clôturer un premier cycle sur le circuit. Cela va être intéressant de voir ce que donne le nouveau bateau sur une traversée de l’Atlantique ; en termes de stratégie, avec les angles un peu plus hauts, on devrait avoir des ouvertures de trajectoires plus importantes. Et puis on a une belle récompense à la fin en arrivant à St Barth ! ».

Fabien Delahaye : « J’ai participé trois fois à la Transat AG2R LA MONDIALE avec à chaque fois de beaux résultats (vainqueur en 2010, 4e en 2012 et 2e en 2014), c’est une course sur laquelle je n’ai que de bons souvenirs. 

Cette fois ce sera particulier car ce sera la première Transat du Figaro Bénéteau 3, on connait le chemin mais on sait aussi que l’on doit penser la stratégie complètement différemment. Rien ne sera gagné jusqu’à la ligne d’arrivée car le bateau a des pics d’accélération dans certaines allures et le différentiel entre deux bateaux peut être énorme selon où l’on se trouve sur le plan d’eau. »

Sur le pont depuis janvier

Benjamin : « On s’entraîne beaucoup en double depuis la mise à l’eau pour prendre nos repères. On continue à découvrir le bateau mais le gros avantage c’est que nous n’avons plus de problèmes techniques à régler, qui nous avaient fait perdre beaucoup de temps de navigation en avant-saison l’année dernière. On a donc pu naviguer rapidement après la mise à l’eau. Nous travaillons beaucoup avec la voilerie Incidences pour disposer d’un jeu de voiles spécifique pour la Transat. »

Fabien : « On s’entraine beaucoup, dans toutes les conditions et cela se passe toujours bien, on est à l’aise. On continue d’explorer un certain nombre de possibilités dans l’optique de la Transat AG2R LA MONDIALE, on teste beaucoup de voiles, on travaille sur tous les petits détails. »

Des objectifs ambitieux

Benjamin : « Bien sûr qu’on se donne des objectifs ambitieux ! Je pense qu’on peut légitimement les avoir, notre duo est compétitif. Après quand on voit les duos annoncés, on sait qu’il y aura un très bon niveau sur la course. On se fixe des objectifs importants, on va se donner les moyens d’y arriver. »

Fabien : « Encore une fois je n’ai que des bons souvenirs sur cette Transat AG2R LA MONDIALE donc j’ai forcément envie de goûter de nouveau à tout ça ! Mais on sait que rien ne sera gagné, le Figaro Bénéteau 3 peut générer de gros écarts de distance, il faudra être concentré jusqu’au bout. »

Source : J Cornille

Lire la suite
105 lectures
0 commentaires

Quentin Vlamynck prêt à mener Arkema 4

À 27 ans, Quentin Vlamynck se prépare à prendre la barre du futur Arkema 4. Le plus jeune skipper de l’histoire de la Classe Multi50 aborde ce défi avec envie et sang froid. Conscient de sa chance et des espoirs placés en lui, Quentin sait aussi qu’il peut compter sur l’expertise de son mentor, Lalou Roucayrol, et sur l’ensemble des compétences que comptent le groupe Arkema et l’écurie Lalou Multi. De quoi progresser pas à pas pendant deux saisons avant de s’attaquer en solitaire à la mythique Route du Rhum, fin 2022.

Rencontre au chantier Lalou Multi Composite où la construction du Multi50 rentre dans sa dernière ligne droite.

Un bruit de palan lui fait lever la tête de son écran. Quentin Vlamynck n’est pourtant pas encore à la barre d’Arkema 4. Le palan en question, c’est celui qui soulève le moule de bras de liaison. La pièce en carbone traverse l’atelier du nouveau chantier Lalou Multi, installé au Verdon-sur-Mer, pour rejoindre l’étuve et acquérir sa rigidité finale.

Concentré à vérifier les listings d’accastillage de son futur trimaran, Quentin est depuis le début du projet intégré à l’équipe de construction, une quinzaine d’équipiers qui s’affairent autour des moules du futur trimaran. « Être au contact permanent du chantier, aider ceux qui construisent rend plus humble. Pour moi, ça fait totalement partie du métier » explique l’ancien étudiant en matériaux composites au Lycée de la mer de Gujan-Mestras, où en 2010, il croisa la route d’un certain Lalou Roucayrol…

Assemblage

Le puzzle qui s’étale aujourd’hui sous ses yeux dessine les contours d’une nouvelle histoire. Rien d’effrayant pour le jeune navigateur de 27 ans, promu skipper de ce nouveau Multi50, qui n’en est pas à son premier chantier. Dès 2013, il suit l’intégralité de la construction du trimaran Arkema 1, puis celle d’Arkema 3, le premier prototype de 6,50 mètres doté de foils et construit en résine thermoplastique recyclable Elium®.

Déterminé, talentueux… et patient !

Reconnu dans le milieu pour avoir mené en 2017, pour la première fois, ce Mini 6.50 très innovant de l’autre côté de l’Atlantique (avec une belle sixième place à la clef), voici désormais Quentin propulsé dans la cour des grands. « La course au large est ma passion et j’en fais aujourd’hui mon métier. Après la Mini, la plupart des autres skippers sont partis en Figaro ou en Class40. Beaucoup m’envient de prendre la barre d’un Multi50. Je suis conscient de ma chance ! ». Chanceux certes mais aussi méritant : « J’ai été patient. Je me suis toujours impliqué dans l’écurie et j’ai su faire les sacrifices et les choix qu’il fallait aux moments importants. La course au large, ça ne se passe jamais comme prévu et la semaine de travail ne se termine pas le vendredi soir ! »

Transmission

Bosseur, déterminé, talentueux… Voilà des qualités vite identifiées par Lalou Roucayrol qui a vu grandir Quentin depuis maintenant neuf ans. « Il a été pilote d’un Mini qui était un prototype complexe et a choisi ensuite le Multi50. Ces trimarans sont aujourd’hui ce qu’on fait de plus engagé, de plus dur. Après deux années d’expérimentation en 2018 et 2019, il a décidé de persévérer, et ce n’est pas un hasard. »

Les deux compagnons sont partis en novembre dernier aux Canaries s’entraîner en double pendant un mois, avec à la clef un nouveau temps record autour de l’île de Gran Canaria. « J’ai retrouvé le large que j’avais quitté après la Mini 2017, raconte Quentin. Il y avait 25 nœuds à chaque sortie, c’était sportif et très formateur. Pour rentrer, nous n’avons mis que 4 jours avec des conditions musclées, jusqu’à 40 nœuds et nous alternions à la barre sur des quarts de deux heures ! »

Sans relâche

Les semaines qui vont s’enchaîner s’annoncent tout aussi intenses. Pour être au départ de la Transat Québec Saint-Malo qui sera donné le 12 juillet prochain, il faudra mettre à l’eau avant la fin du mois de mai et ne connaître aucun souci de mise au point. Suivent trois Grand-Prix en août et septembre, avec à la clef un plateau de Multi50 élargi et de nouveaux concurrents talentueux.

Avant d’enfiler à nouveau le ciré, Quentin s’applique à nager régulièrement, sillonne les routes de l’estuaire à vélo et poursuit le travail de fond entamé depuis 18 mois avec Emmanuelle Fouillet, sa coach mental : « L’hiver, on travaille sur Quentin le “terrien”, sa capacité à animer l’équipe, à prendre le leadership, à gérer la communication. Et le printemps venu, l’aspect psychologique de la navigation en multicoque reprend le dessus. C’est Quentin le “marin”’ ! » raconte le skipper.

Investi à 100% dans la naissance de son futur trimaran, Quentin Vlamynck a aussi noté dans son calendrier la participation en mai à son premier triathlon. Le Multi50, c’est de la maîtrise technique mais c’est aussi avant tout du sport !

La saison Multi50 :

Québec Saint-Malo
Départ 12 juillet Trophée Multi50 Lodigroup (à Saint-Malo)
24, 25 et 26 juillet Trophée Baie de Saint-Brieuc (à Saint-Quay Portrieux)
21, 22 et 23 août Grand Prix de Brest
4, 5 et 6 septembre

L’article Quentin Vlamynck prêt à mener Arkema 4 est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
130 lectures
0 commentaires

Lou Berthomieu, 18 ans se lance en Figaro 3

A 18 ans, Lou Berthomieu sera au départ de la Duo Concarneau puis de la Transat AG2R La Mondiale en Figaro 3, associée au figariste britannique Alan Roberts. Championne de Nacra 15, « La Benjamine de l’Océan » découvrira la course au large, sa première transatlantique, la gestion des événements techniques ou météo.

Vacances au bord de la mer… Premier stage de voile… Une révélation. C’était en 2011. Depuis, Lou Berthomieu n’a plus quitté sa ceinture de trapèze, et les résultats sont tombés en cascade. Championne du monde de Hobie Dragoon à 14 ans, deux fois victorieuse du Championnat d’Europe de F16 ; à 17 ans, elle se voit proposer par Jérémie Beyou – himself – une association sur la Catagolfe en F16 Viper.

De la voile légère à la course au large

Il n’en faut pas davantage au triple vainqueur de la Solitaire du Figaro pour voir dans la jeune Lou un espoir qui pourrait bien dépasser les plans d’eau inshore… Il l’invite à naviguer en Figaro 3. Puis Lou fera ses premières gammes en Figaro 3 avec Guillaume Farsy sur le Tour de Bretagne à la voile en septembre 2019. Une belle histoire démarre pour cette spécialiste du catamaran de sport, puisque l’équipe de BeYou Racing a décidé de la prendre sous son aile pour lui faire découvrir la course au large.

« J’aime la voile légère car c’est un sport cérébral dans lequel le physique, le mental et la tactique opèrent au même niveau. C’est un peu semblable en course au large. Avant de faire du Figaro 3, je n’imaginais pas que je puisse avoir des sensations sous spi, ou à la barre. Certes, j’ai moins d’expérience qu’en Nacra, donc les sensations sont moins fines, mais c’est une bonne surprise », reconnait la jeune Nantaise.

Première expérience au long cours

Lou Berthomieu prendra le départ de la Duo Concarneau le 2 avril puis de la Transat AG2R La Mondiale entre Concarneau et Saint-Barth le 19 avril. En double, elle sera associée à Alan Roberts, figariste chevronné, mais qui disputera, comme Lou, sa première transatlantique. Après quelques stages à Lorient puis des entrainements en double à Port-la-Forêt, Lou se sent prête à vivre une première expérience au long cours.

« La course au large c’est très différent de ce que je connais. Quand il y a du vent, tu ne rentres pas jouer aux cartes en buvant un chocolat chaud. Non, tu continues, tu n’as pas le choix. Il faut gérer des événements qui ne sont pas prévus, mais que l’on doit essayer d’anticiper. On navigue sur du temps long. Mon ambition sera de prendre confiance en moi, la nuit ou quand il y a beaucoup de vent. Ce sont des situations qui ne me sont pas encore familières mais je commence à les apprivoiser… »

Un Duo mixte franco-britannique

Pour Alan Roberts, ce sera une 7ème saison en Figaro Bénéteau. Le Britannique de 30 ans, qui partage son temps entre Southampton et les pontons de Port-la-Forêt, fera équipe avec « La Benjamine de l’océan » : « naviguer avec Lou sur une transat, c’est un challenge pour nous deux. J’ai plus d’expériences en Figaro mais Lou navigue bien et surtout, elle a envie. Nous n’avons pas le même sens marin car elle vient de la voile légère. Nous allons naviguer safe, sans oublier de se faire plaisir. » Comme préalable à la Transat AG2R La Mondiale, Lou et Alan disputeront la Duo Concarneau, une grande boucle de trois jours en Atlantique.

Lou et Alan vers 2024

Lou ne choisira pas entre la course au large et la voile légère. Dès son retour de Saint-Barth, elle reprendra les entraînements avec Titouan Pétard* (vice-champion olympique de la jeunesse) pour disputer le championnat du Monde de Nacra 15 fin juillet à Medemblick aux Pays-Bas et le championnat du Monde Jeunes en Nacra 17 fin août sur le Lac de Côme en Italie avec comme objectif suprême : les Jeux Olympiques de 2024 en Nacra 17 !

* Lou et Titouan ont remporté ce week-end les Europeans Super Series Nacra 15

Alan, quant à lui, disputera ensuite la Solitaire du Figaro avant de travailler sur un projet Vendée Globe 2024.

Calendrier :

Solo Duo Concarneau Guy Cotten – 2 au 5 avril 2020 Transat AG2R La Mondiale / Concarneau-Saint-Barthélémy – 19 avril au 15 mai 2020

L’article Lou Berthomieu, 18 ans se lance en Figaro 3 est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
98 lectures
0 commentaires

Une petite revanche à prendre

Dans un peu plus d’un mois, le coup d’envoi de la 15e Transat AG2R – La Mondiale sera donné. Vingt-quatre tandems quitteront alors Concarneau pour rallier Saint-Barthélemy, avec un total de 3.890 milles à parcourir, parmi lesquels Anthony Marchand et Alexis Loison.

Lors de la dernière édition de l’épreuve, les deux navigateurs s’étaient « contentés » d’une cinquième place, une performance plus qu’honorable mais toutefois en-deçà de leurs attentes. Les voilà donc de nouveau associés cette année sur Groupe Royer secours populaire pour aller chercher le podium qui leur avait échappé la dernière fois.
« Avec Alexis, nous repartons ensemble avec effectivement une petite revanche à prendre. Nous savons que notre duo fonctionne et qu’humainement, ça se passe super bien. Ça ne peut être que des atouts », relate Anthony Marchand. Sentiment partagé par son binôme. « Anthony et moi avons, de fait, un boulot à terminer car même si cela s’était bien passé il y a deux ans, notre 5e place nous a, malgré tout, laissé un goût un peu amer. Cette année, nous nous sommes donc dit pourquoi pas repartir ensemble et aller chercher ce podium qui nous est passé sur le nez la dernière fois », détaille Alexis Loison qui travaille étroitement depuis maintenant trois saisons avec le skipper de Groupe Royer secours populaire. « Le boulot que nous réalisons ensemble en termes de préparation sur nos bateaux respectifs nous fait progresser tous les deux, mais la navigation en double reste un exercice particulier. Aussi, même si nous nous connaissons parfaitement, nous devons travailler la communication à bord, décomposer chaque manœuvre… Il y un fonctionnement à trouver et à perfectionner continuellement », souligne Anthony, conscient que cette première transat en Figaro 3 va fatalement réserver son lot de surprises.

Quelques interrogations mais aussi des certitudes

« Une traversée de l’Atlantique n’est jamais anodine, et avec le nouveau bateau que nous allons franchement découvrir au large, il y a évidemment des interrogations dans l’air. Pour moi, ça enlève encore un peu la possibilité de faire la route nord, mais cela pose surtout des questions concernant la vie à bord. Nous savons déjà que ça va être très humide et très bruyant. Ce ne sera pas simple de se sentir bien sur le long terme et ce sera notamment un challenge de naviguer dans du vent fort avec de la mer, mais aussi dans les grains. Ce ne sera clairement pas facile d’arriver à Saint-Barth avec ses trois spis intacts », souligne le Costarmoricain. Réussir à bien gérer le matériel et les bonshommes dans la durée sera donc l’un des principaux enjeux de cette Transat AG2R LA MONDIALE.

« L’un des points positifs, c’est que cette année, contrairement à d’autres par le passé, la Solitaire n’est pas programmée au mois de juin. Le calendrier de la classe est tronçonné en deux ce qui aura pour avantage de permettre de bien récupérer avant la Figaro qui reste l’objectif numéro 1 », note Anthony qui, pour mémoire s’apprête à prendre part à l’épreuve pour la quatrième fois (il a terminé 21e avec Ronan Treussart en 2008 puis 5e avec Romain Attanasio en 2012 et à nouveau 5e avec Alexis Loison en 2018). « Nous avons une vraie carte à jouer. Nous avons l’expérience et de l’aisance dans la brise. Si nous avons, comme l’a dit Antho, quelques interrogations concernant le comportement du bateau, nous avons l’avantage de ne pas en avoir l’un sur l’autre », assure Alexis Loison.

L’article Une petite revanche à prendre est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
98 lectures
0 commentaires

Le Mercato de la semaine

[DÉPARTS & NOMINATIONS] PASCAL BIDÉGORRY a été choisi par la Macif pour remplacer François Gabart, qui estime ne pas avoir assez récupéré, à la barre du trimaran du groupe d’assurances sur The Transat CIC (voir notre article). MARIE RIOU officiera cette saison comme consultante pour Canal+ sur les épreuves de SailGP, en alternance avec Thierry Fouchier. LUNA ROSSA a reçu le trophée du meilleur bateau pour son AC75 lors des Foiling Awards décernés le 20 février à Milan, qui ont également notamment mis à l’honneur le circuit SailGP (trophée de l’événement), l’équipe Alex Thomson Racing (trophée du développement durable) et le TF35 (trophée de l’innovation). ANNIE LUSH, deux participations au compteur, a confirmé son engagement en vue de la prochaine édition de The Ocean Race au sein de l’équipe allemande de Offshore Team Germany qui, sous réserves de boucler son budget, s’alignera en Imoca sur l’ancien Acciona. FRANÇOIS JAMBOU, vainqueur de la dernière Mini-Transat en proto, sera le parrain de l’édition 2020 de la Massilia Cup à Marseille (27-29 mars). GWÉNOLÉ GAHINET sera quant à lui le parrain de la Plastimo Lorient Mini 6.50 (13-18 avril). MATTHIAS DE CHRISTEN a été nommé directeur général d’Incidence Group après le départ d’Eric Ohlmann. LUCIE HARDY quitte l’agence OConnection pour se lancer dans un tour du monde.
[JOBS] GUNBOAT recherche son-sa Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour le suivi et le support technique des Gunboat 68 ; poste en CDI basé à la Grande Motte. VIRTUAL REGATTA recherche un-e community manager-rédacteur-trice pour prendre en charge l’animation de la communauté autour des jeux offshore et inshore ; poste en CDI, basé à Issy-les-Moulineaux. AUDOUARD CRÉMIEUX, actuellement en année de césure entre ses masters 1 et 2 à Kedge Business School et après un stage de 6 mois chez BE Racing, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. de 3 à 6 mois dans une équipe de course au large en communication, marketing ou logistique). ADRENA recrute un-e assistant-e commercial/marketing/communication, bilingue anglais ; poste en CDI, basé à Saint-Sébastien-sur-Loire. AG PLUS SPARS recherche un technicien en composites, monteur de mât atelier carbone ; poste à plein temps, basé à Saint-Laurent-de-la-Prée (17).

[STAGES]

MARGAUX SCHWEBLIN, monteuse vidéo depuis 10 ans, en formation bac+3 événementiel & communication, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. d’un an, secteur Lorient-Vannes. GUNBOAT recrute un(e) stagiaire production/méthodes 5 S ; stage de 6 mois à pourvoir dès que possible, basé à La Grande Motte. ANTONIO ARANHA, étudiant en troisième année en architecture navale à l’université de Southampton, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. du 14 juin au 25 septembre, dans le domaine du design ou de la construction de bateaux de course, au Brésil ou en Europe.
[ANNONCES & PARTENARIATS]
MANON AUDINET et QUENTIN DELAPIERRE, récents 4e du Mondial Nacra 17 interviendront à TIP & SHAFT/CONNECT, la 6e édition du rendez-vous business de la voile de compétition, le mardi 17 mars 2020 à la CCI de Nantes. Ils évoqueront le modèle économique d’une campagne pour les JO de Tokyo. Prendront également la parole, entre autres, CÉCILIA LAURENT, directrice générale adjointe de PRB, JEAN-PIERRE DENIS, président du Groupe Arkéa, SÉBASTIEN PETITHUGUENIN, directeur général de Paprec Group, FABRICE AMÉDÉO, skipper de Newrest-Art & Fenêtres, NICOLAS BÉRENGER, responsable des ventes Europe du Sud de Musto, SÉBASTIEN VANDAME, responsable du pôle service aux partenaires de la Ligue de football professionnel… Infos et réservations ici. WIND : après le Grand Rex, le festival du film de voile de compétition débarque au Cinéville de Lorient le 2 avril à 19h30. Au programme : 4 films exceptionnels avec les plus grands marins actuels à l’écran… et dans la salle. Pour acheter vos places, c’est ici. LALOU ROUCAYROL a annoncé son intention de courir The Race Around, tour du monde en double et en deux étapes en Class40, qui s’élancera en 2023 d’une ville « bientôt annoncée », et dont The Transat CIC (départ le 10 mai prochain) sera course qualificative. 8 ÉQUIPES participeront à la première saison du TF35 Trophy, successeur du D35 Trophy, nombre d’entre elles composées de barreurs et  de tacticiens français. LA DRHEAM-CUP 2020 récompensera, en plus des skippers, les clubs et les constructeurs à qui seront décernés des trophées Open de France de course au large. ODZALA DISCOVERY CAMPS est le partenaire-titre de la première épreuve de la saison des 52 Super Series qui débute cette semaine au Cap. LA YOUTH AMERICA’S CUP, dont les finales auront lieu du 8 au 12 mars 2021 à Auckland, compte à l’issue de la première période d’inscriptions dix candidats venus de Nouvelle-Zélande, Chine, Australie, Italie, Hongkong, Suisse (deux équipes), Russie, Argentine et des Pays-Bas. LE JEC WORLD 2020, salon international de l’industrie du composite, initialement prévu 3 au 5 mars au Parc des expositions de Paris Nord-Villepinte, a été reporté au 12-14 mai à cause de l’épidémie de coronavirus. LE GRAND PRIX DE L’ÉCOLE NAVALE a publié son avis de course pour son édition 2020 (20-24 mai), les pré-inscriptions sont ouvertes. 28 SOLITAIRES prendront le départ le 10 mai de Brest de The Transat CIC à destination de Charleston, 17 en Imoca, 7 en Class40, 4 en Ultime. SISLEY PARIS rejoint le cercle des partenaires des Voiles de St Barth Richard Mille. ALL PURPOSE CONCARNEAU s’agrandit, avec un nouveau plancher de 250 m2 qui doit permettre à la voilerie de produire 50 voiles par an contre 30 auparavant. SQUID X 1.10.0, logiciel de routage, s’enrichit d’une nouvelle fonctionnalité, la prévision des marées.

[LANCEMENTS]

LA CLASSE 49ER a lancé un appel à candidatures pour le design et la fabrication des voiles de 49er et/ou de 49er FX pour la période 2021-2024.

[CARNET]

BARBARA BERNARD, co-créatrice avec Emmanuel Terrien, il y a dix ans de l’agence de relations presse La Septième Vague, qui oeuvra longtemps dans la voile, s’est éteinte jeudi dernier des suites d’une longue maladie. Tip & Shaft adresse ses sincères condoléances à ses proches, son mari et ses deux enfants.

Photo : Yvan Zedda / The Transat CIC

Nos articles sont publiés en avant-première chaque vendredi dans notre newsletter, quelques jours avant leur parution sur le site. Abonnez-vous ici, si ce n’est pas déjà fait 🙂

S’ABONNER GRATUITEMENT

L’article Le Mercato de la semaine est apparu en premier sur Tip & Shaft.

Lire la suite
0 lectures
0 commentaires

Energy Observer quitte Saint Malo pour un voyage autour du monde de 4 ans

Energy Observer, le premier navire aux énergies renouvelables et à l’hydrogène, a largué les amarres ce mardi 3 mars pour une odyssée de 4 années autour du monde. À l’horizon, 2020 verra le navire français traverser 2 grands océans et réaliser 9 escales.

image

Crédit : A Conty


De nouvelles technologies à bord

Après 3 ans de navigation en Europe pour tester et développer toutes ses technologies embarquées, Energy Observer a de nouveau été optimisé cet hiver. Équipé d’une nouvelle pile à combustible Toyota, de panneaux solaires supplémentaires notamment verticaux et sérigraphiés (portant sa surface totale dédiée au solaire à 202m²), mais également de nouvelles hélices à pas variables et des deux ailes rigides Oceanwings® optimisées, Energy Observer qui combine plusieurs sources d’énergies renouvelables et un système de production et de stockage d’hydrogène vert, est prêt pour ses prochaines étapes de navigation en autonomie totale.

Suivez les aventures d'Energy Observer, ici


Source : Rivacom
Lire la suite
84 lectures
0 commentaires

Le Multi50 Arkema 4 en construction, Quentin Vlamynck : "Être au contact permanent du chantier"

« La course au large est ma passion et j’en fais aujourd’hui mon métier. » À 27 ans, Quentin Vlamynck se prépare à prendre la barre du futur Arkema 4. Le plus jeune skipper de la Classe Multi50 sait qu’il peut compter sur l’expertise de Lalou Roucayrol et sur l’ensemble des compétences que comptent le groupe Arkema et l’écurie Lalou Multi. De quoi progresser pas à pas pendant deux saisons avant de s’attaquer en solitaire à la mythique Route du Rhum, fin 2022. 


image

Crédit : V Ollivaud


Quentin Vlamynck est depuis le début du projet intégré à l’équipe de construction, une quinzaine d’équipiers qui s’affairent autour des moules du futur trimaran. « Être au contact permanent du chantier, aider ceux qui construisent rend plus humble. Pour moi, ça fait totalement partie du métier » explique l’ancien étudiant en matériaux composites au Lycée de la mer de Gujan-Mestras, où en 2010, il croisa la route d’un certain Lalou Roucayrol.
Assemblage Le jeune navigateur de 27 ans, promu skipper de ce nouveau Multi50, n’en est pas à son premier chantier. Dès 2013, il suit l’intégralité de la construction du trimaran Arkema 1, puis celle d’Arkema 3, le premier prototype de 6,50 mètres doté de foils et construit en résine thermoplastique recyclable Elium®. Transmission Bosseur, déterminé, talentueux… Voilà des qualités vite identifiées par Lalou Roucayrol qui a vu grandir Quentin Vlamynck depuis maintenant neuf ans. « Il a été pilote d’un Mini qui était un prototype complexe et a choisi ensuite le Multi50. Ces trimarans sont aujourd’hui ce qu’on fait de plus engagé, de plus dur. Après deux années d’expérimentation en 2018 et 2019, il a décidé de persévérer, et ce n’est pas un hasard. »Les deux compagnons sont partis en novembre dernier aux Canaries s’entraîner en double pendant un mois, avec à la clef un nouveau temps record autour de l’île de Gran Canaria. « J’ai retrouvé le large que j’avais quitté après la Mini 2017, raconte Quentin. Il y avait 25 nœuds à chaque sortie, c’était sportif et très formateur. Pour rentrer, nous n’avons mis que 4 jours avec des conditions musclées, jusqu’à 40 nœuds et nous alternions à la barre sur des quarts de deux heures ! » Sans relâche Les semaines qui vont s’enchaîner s’annoncent tout aussi intenses. Pour être au départ de la Transat Québec Saint-Malo qui sera donné le 12 juillet prochain, il faudra mettre à l’eau avant la fin du mois de mai et ne connaître aucun souci de mise au point. Suivent trois Grand-Prix en août et septembre, avec à la clef un plateau de Multi50 élargi. La saison Multi50 : Québec Saint-Malo
Départ 12 juilletTrophée Multi50 Lodigroup (à Saint-Malo)
24, 25 et 26 juilletTrophée Baie de Saint-Brieuc (à Saint-Quay Portrieux)
21, 22 et 23 aoûtGrand Prix de Brest
4, 5 et 6 septembreSource : MA Prestation
Lire la suite
96 lectures
0 commentaires

Plastimo Lorient Mini 6.50 en vue, Gwénolé Gahinet parrain de l'épreuve : "Un grand plaisir"

Plus que quelques semaines avant le coup d’envoi de l'édition 2020 de la Plastimo Lorient Mini 6.50. 250 milles de côtier et de semi-large, 24h de navigation : la Plastimo Lorient Mini 6.50 est un véritable baptême du feu pour les bizuths du circuit. 65 duos prendront le départ. Cette année, le parrain de l’épreuve sera Gwénolé Gahinet.

image

Credit : E.Allaire


Gwénolé Gahinet, parrain de la Plastimo Lorient Mini 6.50

« C’est un grand plaisir d’être le parrain de la Plastimo Lorient Mini 6.50 ! Cela me rappelle d’excellents souvenirs de mes années Mini, mes débuts en course au large... J’ai fait trois saisons en Mini et, en 2018, j’ai eu la chance d’être invité sur mon ancien bateau par Erwan Le Mené sur la Plastimo Mini Lorient 6.50, nous l’avions remporté en proto. 

C’est un format côtier et semi-large très sympa sur ces bateaux. Je suis vraiment ravi de parrainer cette course parce que c’est absolument génial de côtoyer des Ministes, ils débordent d’énergie et de rêves, c’est rafraîchissant ! »

Parcours court et complet

Une boucle de 250 milles au départ de Lorient avec en général un petit côtier devant Lorient, puis la flotte s’élance plein nord vers une marque de parcours située au large de la pointe de Penmarc’h, avant de « descendre » vers l’île d’Yeu et retour. Yves Le Blévec, directeur de course : « Cela démarre par de l’hyper côtier, puis un peu de large avec les Glénan à négocier, un retour semi-large avec souvent des options possibles vers Yeu et un final vers la côte. Il y a en général de belles options tactiques à saisir, des conditions variées, de la technique… »

65 partants, 117 pré-inscrits

117 duos sont pré-inscrits à ce jour, pour 65 places. A chaque édition de la Plastimo Lorient Mini 6.50, la Classe doit réaliser un premier tri en tenant compte des formulaires de préférence de chaque coureur. Les skippers doivent en effet hiérarchiser, par ordre de préférence, les courses du calendrier auxquelles ils souhaitent participer. Ceux qui ont placé la Plastimo Lorient Mini 6.50 en haut de ce classement sont donc choisis en priorité. Et si la liste compte encore plus de 65 noms, un tirage au sort est effectué.

Source : LGL


Lire la suite
97 lectures
0 commentaires

Arcachon ouvrira l’Engie Kite Tour 2020, Nicolas Parlier et Benoit Gomez de la partie

Du 13 au 15 mars se tiendra la première des cinq étapes au programme de l’Engie Kite Tour 2020. Ce circuit de référence du kiteboard est placé pour la deuxième année consécutive sous la houlette de la Fédération Française de Voile. Arcachon ouvrira le bal avec de nombreux kiteboarders attendus sur la plage Pereire, dont les locaux Nicolas Parlier et Benoit Gomez. Ils seront accompagnés d’autres ambassadeurs et de nombreux amateurs. Un éclectisme qui fait le charme de l’Engie Kite Tour.

image

Crédit : DR

Retour aux sources pour Nicolas Parlier et Benoit Gomez

Deux ambassadeurs de l’Engie Kite Tour attendent cette première étape du cru 2020 avec impatience. Champion du monde de kitefoil, triple champion du monde de Formula kite, Nicolas Parlier a tiré ses premiers bords du côté d’Arcachon.

« C’est même ici que tout petit, je faisais voler mes cerfs-volants », raconte le jeune homme de 24 ans. « Cela fait un moment que je n’ai pas navigué à Arcachon et je serai ravi de revenir à cet endroit qui a une part sentimentale pour moi. Ce sera une étape spéciale, à domicile, et je compte bien l’emporter en kitefoil. »

Egalement engagé en foil, Benoit Gomez, 19 ans, est une figure montante du kite. Multiple champion de France espoir, il a aussi décroché une 4e place en championnat d’Europe.

Quand des amateurs locaux côtoient les meilleurs mondiaux

Outre les régionaux de l’étape Nicolas Parlier et Benoit Gomez, d’autres ambassadeurs ont déjà annoncé leur engagement sur l’étape arcachonnaise. Il s’agit d’Alexia Fancelli, Poema Newland, Axel Mazella, Théo de Ramecourt et Alex Caizergues. Mais ce sont bien les riders amateurs, femmes et hommes, qui réuniront le gros des troupes, avec des profils et des âges variés.

Plus de 50 participants sont attendus, pour ce qui sera à n’en pas douter une belle fête du kite. Les concurrents auront le choix entre trois supports : foil, directionnelle et Twin-Tip. Trois classements seront ainsi établis : junior, senior et master. Les jeunes pourront ainsi s’affronter et se lancer leur propre défi.

Une découverte du kite pour le public

Pour la première fois, sur la plage d’Arcachon, le public pourra s’initier au maniement de l’aile de kite accompagnés par un professionnel. Pour cette première découverte, on ne se mouille pas, on reste sur le sable. Rendez-vous le samedi 14 mars à partir de 14h. La découverte du kite est une animation gratuite et ouverte à tous.

Le programme de l’ENGIE Kite Tour 2020

13-15 mars : Arcachon
12-14 juin : Wimereux
26-28 juin : Lorient-Gâvres
18-20 septembre : La Grande-Motte
9-11 octobre : Hyères

Source : S Guého

Lire la suite
99 lectures
0 commentaires

Arcachon ouvrira l’Engie Kite Tour 2020

C’est du 13 au 15 mars que se tiendra la première des cinq étapes au programme de l’Engie Kite Tour 2020. Ce circuit de référence du kiteboard est placé pour la deuxième année consécutive sous la houlette de la Fédération Française de Voile. Arcachon ouvrira le bal avec de nombreux kiteboarders attendus sur la plage Pereire, dont les locaux Nicolas Parlier et Benoit Gomez. Ils seront accompagnés d’autres ambassadeurs et de nombreux amateurs, femmes et hommes, jeunes et moins jeunes. Un éclectisme qui fait le charme de l’Engie Kite Tour.

Un spot adapté et technique

Orientée à l’Ouest, face aux vents dominants, la plage Pereire attire de nombreux pratiquants quand les conditions sont favorables. Aux dates auxquelles sera organisée l’étape de l’Engie Kite Tour, le spot ne sera pas surchargé ce qui permettra de lancer les différents parcours en toute sécurité. Dans cette zone située non loin de l’entrée du Bassin d’Arcachon, le courant sera une donnée importante à prendre en compte, notamment lors des franchissements de bouées.

Retour aux sources pour Nicolas Parlier et Benoit Gomez

Deux ambassadeurs de l’Engie Kite Tour attendent cette première étape du cru 2020 avec impatience. Champion du monde de kitefoil, triple champion du monde de Formula kite, Nicolas Parlier a tiré ses premiers bords du côté d’Arcachon. « C’est même ici que tout petit, je faisais voler mes cerfs-volants », raconte le jeune homme de 24 ans. « Cela fait un moment que je n’ai pas navigué à Arcachon et je serai ravi de revenir à cet endroit qui a une part sentimentale pour moi. Ce sera une étape spéciale, à domicile, et je compte bien l’emporter en kitefoil. » Egalement engagé en foil, Benoit Gomez, 19 ans, est une figure montante du kite. Multiple champion de France espoir, il a aussi décroché une 4e place en championnat d’Europe. « J’ai commencé le kite dans le bassin d’Arcachon. Je vis à Montpelier pour les études mais quand j’ai du temps j’aime revenir naviguer à la maison », explique-t-il. « La plage Pereire est parfaite pour accueillir l’Engie Kite Tour. Il y a de la place, le spot couvre une grande fenêtre de vent et il est praticable à toutes les marées. Quand la mer est basse, les bancs de sable cassent la houle venant du large et le plan d’eau devient plat. »

Quand des amateurs locaux côtoient certains des meilleurs mondiaux

Outre les régionaux de l’étape Nicolas Parlier et Benoit Gomez, d’autres ambassadeurs ont déjà annoncé leur engagement sur l’étape arcachonnaise. Il s’agit d’Alexia Fancelli, Poema Newland, Axel Mazella, Théo de Ramecourt et Alex Caizergues. Mais ce sont bien les riders amateurs, femmes et hommes, qui réuniront le gros des troupes, avec des profils et des âges variés. A ce jour, les inscrits ont de 17 à 60 ans ! Plus de 50 participants sont attendus, pour ce qui sera à n’en pas douter une belle fête du kite. Les concurrents auront le choix entre trois supports : foil, directionnelle et Twin-Tip. Trois classements seront ainsi établis : junior, senior et master. Les jeunes pourront ainsi s’affronter et se lancer leur propre défi

Le Cercle de la Voile d’Arcachon sur le pont

Ce sera la toute première fois que le Cercle de la Voile d’Arcachon (CVA) organisera une étape de l’Engie Kite Tour. Mais ce club dynamique a l’habitude des grands événements de kite, comme l’explique son Président Eric Limouzin. « Nous avons déjà organisé des compétitions de kitefoil, réunissant 70 riders. Par ailleurs, nous avons dans notre club des licenciés de top niveau comme Nicolas Parlier et Benoit Gomez. Nous sommes donc immergés dans ce milieu du kite et c’est un joli challenge de renouer avec une grande compétition. »

Une découverte du kite pour le public

Pour la première fois, sur la plage d’Arcachon, le public pourra s’initier au maniement de l’aile de kite accompagnés par un professionnel. Pour cette première découverte, on ne se mouille pas, on reste sur le sable.
Rendez-vous le samedi 14 mars à partir de 14h. La découverte du kite est une animation gratuite et ouverte à tous.

Le programme de l’ENGIE Kite Tour 2020

13-15 mars : Arcachon 12-14 juin : Wimereux 26-28 juin : Lorient-Gâvres 18-20 septembre : La Grande-Motte 9-11 octobre : Hyères

L’article Arcachon ouvrira l’Engie Kite Tour 2020 est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
97 lectures
0 commentaires

JO 2024 : les chantiers se positionnent pour le bateau offshore

Le processus de sélection par World Sailing de l’équipement qui sera utilisé sur la nouvelle épreuve de course au large double mixte introduite aux Jeux olympiques de Paris 2024 a connu une nouvelle étape mi-février : la fédération internationale a publié une liste de 12 bateaux présentés par leurs constructeurs, qui pourraient postuler lorsque le véritable appel d’offres sera lancé. Pour les chantiers, il s’agit d’avancer leurs pions en vue des prochaines échéances. Tip & Shaft fait le point.

A quatre ans et demi des Jeux de Paris 2024, la nouvelle épreuve de course au large double mixte fait l’objet d’un long processus initié depuis plus d’un an par World Sailing, chargée à la fois d’en édicter les règles du jeu, mais également de choisir le futur support, un monocoque monotype. Pour ce dernier, un « working party », constitué de membres de différents comités et de cadres de World Sailing, planche sur le sujet, il a envoyé en fin d’année 2019 une « request for information » (RFI) à l’adresse des constructeurs et des classes, destinée à faire un état des lieux des bateaux qui pourraient postuler et des chantiers qui pourraient être intéressés.

12 réponses lui sont parvenues, publiées récemment, qui font dire à un acteur du dossier : « Il y a un peu à boire et à manger là-dedans. Certains ne répondent pas aux critères en termes de catégorie, d’autres sont plus des bateaux d’équipage, et niveau budget, ça va de 30 00 dollars [pour le Far East 28 R] à 200 000 euros [prix d’un Figaro 3]. » Le Figaro 3 figure d’ailleurs dans cette liste alors qu’au début du processus de sélection, World Sailing avait évoqué un « non-foiling boat « . Un revirement de sa part ? « Ça dépend de ce qu’on entend par un bateau à foils, nous confie une source bien informée, qui estime que les foils du Figaro 3 peuvent tout aussi bien être considérés comme des appendices anti-dérive. Et je pense que World Sailing n’a pas la volonté d’écarter définitivement cette option pour ne pas se couper de l’évolution actuelle des bateaux de course au large. »

Beneteau a senti l’opportunité et a donc proposé le monotype sorti l’an dernier. « Product manager » du chantier vendéen, Luc Joëssel explique : « Sur ce dossier, on a une démarche de groupe et on travaille main dans la main avec Jeanneau qui a présenté le Sun Fast 3300. En fonction de l’évolution du dossier, on pourra pousser l’un ou l’autre. Le Figaro a pour lui le haut niveau qui correspond un peu à l’esprit olympique, le Sun Fast est un bateau qui va vite et est résolument moderne par rapport à certains bateaux proposés. »

Parmi les autres chantiers à avoir postulé, l’Américain J Boats a présenté trois bateaux, le J88, le J99 et le J105 ! « Pour nous, ça aurait été une faute professionnelle de ne pas répondre, parce que le monotype habitable, c’est dans l’ADN de J Boats, explique Didier Le Moal, patron de J Composites, fabricant en Europe des J Boats. Nous sommes la marque qui a le plus de bateaux monotypes internationaux au catalogue. » Et s’il reconnaît que le chantier a « ratissé large » en présentant trois bateaux, il estime que le J99 est « le plus adapté » au format de l’épreuve de course au large olympique, « parce que plus récent et plus imaginé dans ce sens. Le 88 est plus sportif et le 105 est trop vieux. »

De son côté, Jean-Pierre Kelbert, à la tête du chantier JPK, a présenté une version customisée du JPK 1030 : « Dans le petit temps, on ne peut pas mettre trop de toile, sinon, le rating flambe, mais pour l’épreuve olympique, on n’a pas ce problème, donc on s’est dit qu’il y avait moyen d’adapter le bateau aux conditions de la Méditerranée en été, et notamment de le rendre plus vivant dans le petit temps. »  Comment ? « On met une grand-voile à corne avec deux pataras, un code zéro sur le bout-dehors, plus de surface de spi, un couple plus intéressant avec une quille bulbe profonde. Bref, on garde les qualités du bateau en ajoutant de la polyvalence, tout ça pour des coûts pas très élevés. »

Parmi les autres réponses adressées à World Sailing, celle du Vector, Mini 650 de série, construit par le chantier polonais Yacht Service et dessiné par Etienne Bertrand, est sortie du chapeau au dernier moment. « Je suis complètement innocent, sourit ce dernier. C’est un ami allemand du chantier, Roland Gaebler, qui a pensé que ça valait le coup d’essayer et a monté tout le dossier, je lui ai donné mon accord, même si je n’y crois pas une seconde. » Pourquoi ? « Je pense qu’il y a des chantiers qui ont les reins beaucoup plus solides et qui seront plus à même d’être choisis par le comité. Et je ne suis pas sûr que les gens qui vont décider soient très ouverts aux innovations du genre scow, le look savonnette, je doute que ça passe bien. Maintenant, faire cette course en Mini, ça peut être marrant. » 

La suite du programme pour tous les chantiers ayant répondu à la RFI de World Sailing ? Ils sont d’abord conviés à Londres au siège de cette dernière le 7 avril pour une réunion destinée à rentrer dans les détails des dossiers présentés. World Sailing a ensuite prévu de publier avant le 31 décembre 2020 une liste de critères que devra remplir le futur bateau olympique et servira de base à sa « request for proposal » (RFP), l’appel d’offres formel qui sera lancé à une date encore inconnue – auquel d’autres candidats que les 12 bateaux actuels peuvent répondre. Dans le même temps, sera publiée avant le 31 décembre une liste de bateaux sur lesquels pourront se disputer les épreuves de sélection pour les Jeux de Paris 2024.

Les critères attendus pour la fin de l’année tourneront autour de la sécurité, de tout ce qui relève de la qualité de fabrication et du contrôle de la monotypie, des dimensions, du plan de voilure, de la capacité des chantiers à produire une vingtaine de bateaux dans les temps, et, critère important pour World Sailing, que ces derniers aient une vie après les Jeux. Ce qui semble le cas d’une bonne partie des 12 bateaux proposés, qui naviguent pour la plupart sur des circuits existants – à l’exception du Dehler 30, dont le constructeur envisage de créer une flotte monotype spécifique. « Lancer aujourd’hui une classe monotype de cette taille-là, c’est franchement compliqué », commente, dubitatif, Jean-Pierre Kelbert, rejoint par notre expert des arcanes de la fédération internationale : « Sur le papier, le Dehler est super intéressant, il se situe entre le Figaro et les bateaux plus axés IRC, mais son marché est pour l’instant moins identifié que les autres. »

Après épluchage des candidatures, le choix final de World Sailing sera connu avant le 31 décembre 2023, la fédération internationale souhaitant se décider tard pour éviter aux « grosses fédérations » de prendre de l’avance. Quid des capacités de production des chantiers si World Sailing devait attendre cette date butoir ? « On doit pouvoir y arriver. Aujourd’hui, on est sur une cadence d’un bateau tous les quatre jours sur le J99« , répond Didier Le Moal. « C’est le sujet le plus délicat, mais si ponctuellement on a besoin de répondre à une offre de ce type-là, on peut doubler notre capacité de production« , ajoute Jean-Pierre Kelbert. Chez Beneteau, Luc Joëssel est plus circonspect : « Le timing ne paraît pas réaliste de construire 20 bateaux monotypes au millimètre près en si peu de temps. Le seul moyen pour que les bateaux soient prêts dans un tel délai serait qu’ils existent déjà. »

Une hypothèse que n’exclut pas World Sailing, ce qui nécessiterait de convaincre des propriétaires et/ou des classes de mettre leurs bateaux à disposition du COJO – le comité d’organisation des Jeux, qui en tant qu’organisateur, fournit l’équipement – le temps des Jeux Olympiques. Et même en amont de l’épreuve, puisqu’il faudrait qu’ils repassent par la case chantier pour être uniformisés.

Beaucoup de questions restent donc en suspens pour les éventuels candidats au bateau olympique, qui, tous, se rejoignent sur un point : pour eux, l’enjeu est plus une question de prestige que commerciale. « C’est clairement une question d’image, mais aussi de soutien à Paris 2024, les Jeux sont en France, ce serait mieux d’avoir un bateau français, non ? » confirme Luc Joëssel.  « Qu’on soit choisis ou pas ne mettra pas la société en péril ni dans un sans ni dans l’autre », estime de son côté Didier Le Moal, tandis que Jean-Pierre Kelbert conclut : « Ce serait un bon focus sur le chantier, et on ne fait pas les choses que pour de l’argent, on les fait aussi pour le fun« .

Photo : Yvan Zedda / La Solitaire du Figaro

Nos articles sont publiés en avant-première chaque vendredi dans notre newsletter, quelques jours avant leur parution sur le site. Abonnez-vous ici, si ce n’est pas déjà fait 🙂

S’ABONNER GRATUITEMENT

L’article JO 2024 : les chantiers se positionnent pour le bateau offshore est apparu en premier sur Tip & Shaft.

Lire la suite
97 lectures
0 commentaires

Arthur Le Vaillant a mis à l’eau son Multi50 Leyton à Port Médoc, "Il va y avoir une transmission avec Lalou Roucayrol

4e de la dernière Route du Rhum en Class 40, Arthur Le Vaillant franchit une nouvelle étape cette saison. Il fait son entrée sur le circuit des Multi50 avec Leyton et l'ancien bateau de Lalou Roucayrol. "Le bateau a pratiquement été refait à neuf"

image

Crédit : M Horlaville


C’est l’ex-Arkema 3 qui arbore désormais les couleurs du cabinet de conseil spécialisé dans le financement de l’innovation et la fiscalité de l’énergie. Après un chantier de plusieurs mois au Verdon, avec l’équipe de Lalou Roucayrol, le bateau a été mis à l’eau et mâté mardi. Il va rejoindre dans les prochains jours La Trinité-sur-Mer son port d’attache. Nouvelle saison sur 3 coques pour Arthur Le Vaillant et Leyton Après deux saisons en Class 40 puis en Figaro 3, skipper et sponsor se lancent en trimaran. C’est la première fois que le marin rochelais skippera un voilier de cette taille et un multicoque. Si prendre la barre d’un tel bateau constitue un véritable challenge pour ce jeune marin de 32 ans, c’est aussi une démarche souhaitée et réfléchie.Les prochaines semaines seront consacrées aux premières navigations et à la découverte de ce fabuleux bateau. Une étape essentielle qui vise à préparer Arthur Le Vaillant pour une saison 2020 d’exception avec, en ouverture : la Transat Québec Saint-Malo.La course se déroulera au mois de juillet. Pour cette première, le skipper de Leyton sera accompagné de Jean-Baptiste Le Vaillant, triple vainqueur de l’épreuve, Aymeric Chappellier (2e avec Arthur de la Transat Jacques Vabre 2017) et Christophe Espagnon. image image image

Arthur Le Vaillant : "le bateau a pratiquement été refait à neuf"

« J’ai une passion pour les multicoques depuis toujours. J’ai vu des grands marins passer à la maison et me dire que le multicoque c’est vraiment fun ! Nous avons décidé de ce nouveau projet après la Route du Rhum avec Leyton. Cela prend forme depuis 1 an et demi et maintenant j’ai vraiment hâte d’aller parcourir les océans sur ce bateau.

Il va y avoir une transmission avec Lalou. Après son chavirage lors de la Route du Rhum 2018, le bateau a pratiquement été refait à neuf. Nous allons prendre le temps de le connaître, de naviguer pour emmagasiner des données et on pourra ensuite l’adapter à notre main, à ce que l’on veut en faire.

Avec Leyton, nous essayons de fédérer des envies, des expériences pour avoir une démarche la plus respectueuse possible en ce qui concerne l’environnement. Nous avons un impact, c’est indéniable mais nous allons tendre à le réduire. 0 impact, cela n’existe pas alors nous essayons d’être les meilleurs possibles dans la gestion de notre équipe, des déplacements, de l’avitaillement du bateau. »

Le programme 2020

- Mars / avril / mai : entraînements et relations publiques
- 21-24 mai : Armen Race
- Juin / juillet : Relations publiques aux Etats-Unis et au Canada
- 12 juillet : Départ de la Transat Québec-Saint-Malo
- Fin juillet : Trophée Multi50 Lodigroup à Saint-Malo
- 21-23 août : Trophée de la Baie de Saint-Brieuc
- 4-6 septembre : Grand Prix de Brest
- 29 septembre – 4 octobre : Grand Prix de La Rochelle
- Fin Septembre : Malaga (à confirmer)

Le groupe Leyton présentera dans les prochaines semaines son ambition pour développer son engagement dans la voile et la Leyton Sailing Team qui s’est étoffée pour cette saison.

Source : Effets Mer

Lire la suite
151 lectures
0 commentaires

Les TOP et FLOP de la semaine ... #8

François Gabart cède sa place à Pascal Bidegorry sur The Transat : "Les saisons s’enchainent et la fatigue s’accumule"

François Gabart a décidé de mettre momentanément la compétition entre parenthèses cette saison. Un temps que le skipper du trimaran MACIF ...

image
Lire la suite
71 lectures
0 commentaires

L'Occitane, l'IMOCA d'Armel Tripon, passe les tests de jauge - Images

François Gabart cède sa place à Pascal Bidegorry sur The Transat : "Les saisons s’enchainent et la fatigue s’accumule"

François Gabart a décidé de mettre momentanément la compétition entre parenthèses cette saison. Un temps que le skipper du trimaran MACIF ...

image
Lire la suite
104 lectures
0 commentaires

Amélie Grassi à l'entraînement à Lorient en Figaro, la navigatrice prépare la Transat AG2R avec Ambrogio Beccaria

Amélie Grassi et Ambrogio Beccaria sont sur l'eau à peu près tous les jours en ce moment. Le duo travaille dure à bord du Figaro Mutuelle Bleue pour l'Institut Curie. "C'est la fin du premier bloc d'entraînements. Ça se passe bien, on a des bons moments, des moins bons moments, des "très" moins bons moments... Y a de tout mais on progresse !" commentait Amelie Grassi qui prendra le départ de La Transat AG2R La Mondiale le mois prochain avec le navigateur italien. 


image

Crédit : A Beaugé

Le duo Grassi - Beccaria a profité du week-end pour recharger les batteries et repartir de plus belle cette semaine, avec au programme deux sessions offshore au large de Lorient.

Source : A Grassi

Lire la suite
120 lectures
0 commentaires

Une édition disputée en perspective

2018, NORMANDY CHANNEL RACE, NCR 2018, CLASS 40, DOUBLE HANDED, DOUBLE, depart

La présence des meilleurs de la série, vers un record de participation ?

Après une édition 2019 marquée par la transition post Route du Rhum l’édition 2020 de la NORMANDY CHANNEL RACE, 11ème du nom, devrait retrouver ses meilleurs niveaux de participation (record à 27 unités en 2016 et 2018).

La « NORMANDY » sera effectivement la seule course de l’année au championnat officiel de la Class40 – parmi 4 évènements – à être au départ et à l’arrivée des côtes françaises (les 3 autres étant The Transat en mai, l’Atlantic Cup en juin, et Québec – St Malo en juillet) ; par ailleurs aucune transat ne clôt la saison cette année.

Et en effet les meilleures équipes de la série ont d’ores et déjà officialisé leur présence comme le vainqueur de la dernière Transat Jacques Vabre lan Lipinski (Crédit Mutuel) avec Adrien Hardy, sur son redoutable et redouté n°158, innovation architecturale sur plan David Raison avec son fameux nez arrondi (scow) ; de même le dernier Class40 mis à l’eau le n° 159 de Valentin Gautier et Simon Koster (Banque du Léman), 4èmeet dernière version du célèbre Mach40 de l’architecte Sam Manuard.

Egalement à son programme officiel pour le n° 153 de Luke Berry (Lamotte – Module Création). De nouveaux propriétaires comme l’Italien Andrea Fornaro avec le n° 123 (ex vainqueur de la Route du Rhum 2014 avec l’espagnol Alex Pella) ont aussi annoncé leur participation.

A noter que la Class40 et SIRIUS EVENEMENTS ont renouvelé pour une nouvelle période de 4 ans (2021/ 2023) leur partenariat officiel marquant s’il en était besoin l’ancrage profond de la manifestation dans le paysage Class40.

L’effet tour du monde

Le lancement de la GLOBE40, tour du monde en double en Class40 (juin 2021 / mars 2022) par le même organisateur que la Normandy Channel Race ne sera pas sans effet sur cette dernière.

L’engouement autour de ce projet planétaire avec déjà une quinzaine de pré-inscrits dynamise le marché de l’occasion ( et déjà un Class40 neuf lancé pour l’épreuve) et va conduire la plupart des prétendants au tour du monde sur les épreuves de la saison, dont la NCR, pour engranger des milles en vue de leur préparation et de leur qualification.

Le chantier V1D2 à Caen partenaire de la NCR depuis sa création est aussi au centre de la préparation technique et de l’assistance course qui se met en place pour la GLOBE40 ; l’expertise développée par le chantier normand sur les Class40, l’expérience de son dirigeant Marc Lefebvre en assistance sur des courses autour du monde, seront mises à profit pour la préparation de la grande giration planétaire à venir.

A la rencontre du public normand
L’édition anniversaire des 10 ans en 2019 avait été un moment fort de rencontre du public caennais et normand avec l’épreuve, en particulier avec le très beau feu d’artifice sur le bassin Vendeuvre tiré au milieu des Class40 et resté dans les mémoires.

Dans le même état d’esprit l’organisation travaille sur un nouvel événement grand public d’envergure apte à mobiliser des milliers de participants, passionnés de course au large ou simplement ouverts à la rencontre avec les navigateurs et leurs belles machines. A suivre…

L’article Une édition disputée en perspective est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
100 lectures
0 commentaires

Un sponsoring nouvelle génération avec Advens et Thomas Ruyant !

La construction et l’optimisation d’un monocoque IMOCA capable de prétendre s’imposer dans le Vendée Globe s’accompagne, depuis sa genèse, pour Thomas Ruyant et Alexandre Fayeulle (Président d’Advens), d’une réflexion aussi poussée qu’originale sur les vertus et les finalités du sponsoring dans la voile.
La rencontre de ces deux passionnés entrepreneurs et innovateurs – l’un dans la voile et le sport de haut niveau, l’autre dans le numérique et les nouvelles technologies – ouvre des portes dans le développement du bateau comme dans la finalité ultime d’un investissement dans la voile hauturière.

Advens, 1er pure-player français de la cybersécurité, évolue et se développe au cœur de cette nouvelle économie sans frontière, riche de valeurs, et retrouve dans l’expérience du marin solitaire la quintessence de sa démarche entrepreneuriale. Mieux, l’entreprise développe des savoir-faire auxquels les nouvelles générations de bateaux totalement connectés font appel, et travaille ainsi avec le navigateur sur des applications technologiques pour permettre au bateau et au marin de gagner en performance, et ce en toute sécurité. Mais Alexandre et Thomas, en vrais visionnaires, dépassent aussi les clichés du sponsoring classique. Leur démarche se veut porteuse de sens et de messages, et le plan Verdier affiche aussi pour vocation de servir des causes chères au cœur des deux innovateurs.

Entrepreneurs et innovateurs

C’est probablement le saillant de la personnalité de Thomas Ruyant qui a le plus séduit Alexandre Fayeulle : sa détermination et sa capacité à tracer sa route, sans peur de se tromper, mais aussi son désir de pousser très loin l’ambition sportive associée au défi technologique, avec une volonté très entrepreneuriale d’innover et d’inventer. « Le projet de Thomas bouscule les codes, tout comme le fait Advens sur son marché » souligne Alexandre Fayeulle. « Nous traçons notre route et suivons nos idées, avec beaucoup de détermination et d’indépendance, et la compétition nous énergise. Après l’expérience du Vendée Globe 2016, je me suis complètement retrouvé dans la volonté de Thomas de rebondir et son ambition, ses idées et sa conception progressiste de son métier de marin. » C’est ainsi très naturellement qu’Alexandre, épaulé par de fidèles partenaires, s’est engagé aux côtés de Thomas et de ses équipes dans la construction d’un prototype dernier cri. « Advens revendique une vision très avancée sur le marché de la cybersécurité, » poursuit son Président. « tout comme Thomas qui a, depuis la conception du bateau, un regard visionnaire sur les nouvelles façons de naviguer, ainsi que sur l’exploitation des technologies – notamment numériques – associées à une toute nouvelle manière d’appréhender la voile. C’est bien l’ADN de l’innovation que nous avons en commun avec Thomas et toute son équipe TR Racing. »

Advens acteur de la nouvelle économie

« Qu’on le veuille ou non, la société numérique est aujourd’hui omniprésente, et nos métiers sont tout simplement indispensables à son développement » explique Alexandre Fayeulle. « Les enjeux de cybersécurité sont énormes et touchent tous les états, toutes les entreprises et tous les citoyens. Notre mission consiste à les protéger, et à permettre à chacun d’évoluer sereinement dans ce nouvel environnement ». Advens compte d’ailleurs bien exploiter son partenariat avec Thomas Ruyant et se servir de la formidable chambre de résonance que représente le Vendée Globe pour faire connaître ses métiers et sensibiliser le plus grand nombre. « Les états sont extrêmement sensibilisés, les entreprises de plus en plus, il est dorénavant indispensable que le plus grand nombre de parents et d’enfants prenne conscience des risques induits par l’usage du numérique dans leur quotidien et adopte les bonnes pratiques pour se protéger. Un autre enjeu est d’attirer vers nos filières et nos entreprises le plus de talents possibles, nos métiers sont nobles et passionnants, or il manque aujourd’hui 3 millions d’experts dans le monde. »

Des applications concrètes pour l’homme et sa machine

Les technologies et les données numériques sont aujourd’hui partout, même dans la course au large. La multiplication des capteurs embarqués sur les bateaux et les skippers, génèrent des milliards de données devenues essentielles pour comprendre et développer les performances des voiliers et des marins. Le développement d’une véritable intelligence autour de ces datas devient une des clés de la performance. « Advens est au cœur de ces problématiques » sourit Alexandre Fayeulle. « Nous avons avec ce bateau un terrain de jeux passionnant sur lequel appliquer nos savoir-faire… Les équipes d’Advens travaillent main dans la main avec celles de TR Racing sur des applications spécifiques pour permettre, par exemple, d’alerter le skipper sur la position et l’incidence des foils, le réglage et l’optimisation de ses voiles etc… D’autres applications vont gérer les données de santé de Thomas, lui permettre d’évaluer sa forme, anticiper sa fatigue, gérer ses phases de sommeil … » Tout en assurant le bon niveau de protection. « L’introduction du numérique dans les bateaux engendre de nouveaux risques qu’il est nécessaire de maîtriser, sinon il sera très facile pour une personne mal intentionnée de prendre la main et le contrôle de bateaux vulnérables et ainsi changer le cours d’une course. Comme partout, le numérique est source de nombreuses opportunités mais aussi de nouveaux risques, il est important d’en prendre conscience et d’appliquer les bonnes pratiques de sécurité, le plus en amont possible. C’est justement notre cœur de métier ! »

Contribuer à un monde plus juste et plus durable…

Les collaborateurs Advens appartiennent à cette nouvelle génération consciente de son impact et soucieuse du monde dans lequel elle évolue. A travers leurs métiers, Advens protège la société mais souhaite s’engager plus loin en faveur du bien commun. « Il est important que notre partenariat avec Thomas puisse nourrir des actions utiles et positives. Notre réussite ultime est que notre performance, qu’elle soit économique ou sportive, ait du sens et contribue à faire avancer les choses ! »

L’article Un sponsoring nouvelle génération avec Advens et Thomas Ruyant ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
87 lectures
0 commentaires

Manuel Cousin inscrit pour le Vendée Globe

Qualifié pour le tour du monde sans escale et sans assistance depuis la Route du Rhum 2018, Manuel Cousin vient de s’inscrire officiellement pour le Vendée Globe 2020.  Bien qu’il figure dans le peloton de tête de la course aux milles avec 8667 milles parcourus en course depuis le lancement des Imoca Globe Series, Manuel Cousin souhaite ajouter à son palmarès les deux transatlantiques inscrites au programme IMOCA 2020, The Transat-CIC et la New York – Vendée – Les Sables d’Olonne.

Asseoir le travail effectué depuis 3 ans

Lorsqu’on lui demande pourquoi il souhaite réaliser un sans-faute sur le programme Imoca Globe Series, Manuel Cousin répond en souriant :

« C’est le moment pour nous d’asseoir le travail réalisé en 3 ans. Depuis fin 2017, date de l’acquisition de mon IMOCA, je n’ai pas cessé de m’employer au quotidien afin que ce projet devienne réalité. Il ne suffit pas d’avoir un bateau et un sponsor pour espérer figurer au départ du Vendée Globe et c’est normal. C’est une question d’engagement de tous les instants. Mon équipe travaille actuellement à rendre le bateau encore plus fiable, c’est l’objectif principal de notre chantier d’hiver.
D’ailleurs, je me sens pleinement à l’aise sur cette machine ; on peut dire que je fais corps avec elle et que le couple homme-bateau fonctionne à merveille sportivement et techniquement. Alors quand deux transatlantiques de début de saison me permettent de peaufiner mon expérience du large en solitaire, je dois absolument saisir cette occasion.»

Boucler son premier Vendée Globe pour les 100 ans de Groupe Sétin

Ce n’est pas un hasard si le projet de Manuel Cousin porte le nom d’Energie Globe. L’objectif principal, c’est bien de boucler le tour du monde, et de disputer une course dans la course avec les bateaux à dérives droites, pour fêter les 100 ans de l’entreprise familiale Groupe Sétin.

« A partir de maintenant, je me projette dans les détails pour arriver le plus sereinement possible sur la ligne de départ du Vendée Globe. Je continue ma préparation sportive, je travaille la météo, je supervise le chantier car je dois connaître intégralement le bateau dans ses moindres détails. Et puis le port d’attache du bateau est Les Sables d’Olonne et c’est un avantage dans l’optique d’un Vendée Globe ; nous sommes à la maison. » précise Manuel Cousin.

Deux Transatlantiques en solitaire avant la grande échéance

« Pour moi, The Transat-CIC est une course mythique. C’est aussi la répétition grandeur nature du premier quart du Vendée Globe. C’est une course très engagée, il faudra placer le curseur entre performance et prudence. La New-York- Vendée- Les Sables d’Olonne est symbolique. Franchir notre fameux chenal au retour de New York, c’est un premier frisson avant le grand départ du 8 novembre.» ajoute Manuel Cousin.

L’article Manuel Cousin inscrit pour le Vendée Globe est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
104 lectures
0 commentaires

Arthur Le Vaillant : « Ce serait magique de gagner la Québec-Saint-Malo avec mon père »

A 32 ans et après deux saisons en Class40 et Figaro, Arthur Le Vaillant change de braquet en 2020 : toujours sous les couleurs de Leyton, il s’alignera sur le circuit Multi50 (voir notre article) sur l’ancien Arkema, loué à Lalou Roucayrol, mis à l’eau en début de semaine dernière. Le fils de Jean-Baptiste Le Vaillant, grand spécialiste du multicoque, évoque ce nouveau défi, son parcours et son engagement environnemental.

Tu viens de lancer le collectif La Vague, avec une première conférence qui a eu lieu le 12 février à Lorient, quel est l’objectif ?
Cela fait deux trois ans qu’avec Bilou (Roland Jourdain), Paul Meilhat, Gwénolé Gahinet, on se dit qu’on n’est plus en phase avec la manière dont on fait de la course au large et qu’il est temps d’agir. Ce petit collectif a grossi avec Stan Thuret, Eric Péron et d’autres, et nous avons organisé cette conférence dans l’objectif de bien expliquer les enjeux et d’échanger avec tout l’écosystème du nautisme.

Concrètement, comment faire vraiment bouger les choses ?
Il y a plusieurs terrains : au sein des classes, je pense notamment à l’Imoca, parce que c’est une démarche que nous faisons actuellement avec mon sponsor, il faut étudier la possibilité de construire des bateaux avec des matériaux autres que le carbone. Est-ce que ça sert vraiment à quelque chose d’avancer un ou deux nœuds plus vite, plutôt que de baisser drastiquement l’empreinte carbone, quitte à ce que le bateau pèse 500 kilos ou une tonne en plus ? Toute l’intelligence collective mise dans une optique de performance depuis 30 ans, il faut l’utiliser dans une démarche environnementale. Ça passe aussi par les courses. Aujourd’hui, ce n’est pas normal que le Vendée Globe ou la Route du Rhum ne soient pas précurseurs au niveau de leur impact. Enfin, l’autre gros sujet, c’est que les marins fassent comprendre à leurs partenaires qu’ils ne sponsorisent pas un sport comme les autres : nous ne sommes pas juste des panneaux publicitaires qui recevons de l’argent pour courir, il faut que le skipper et son partenaire soient porteurs d’engagements liés à la protection de notre terrain de jeu. Aujourd’hui, trop de skippers ont tendance à ne vendre que de la performance à leurs sponsors.

Evoquons maintenant ton parcours : la semaine dernière pour la 200e de Tip & Shaft, nous interviewions Loïck Peyron, il a beaucoup compté dans ton parcours, de quelle façon ?
Oui, quand j’étais jeune, les personnes les plus proches de mes parents étaient Loïck, Florence Arthaud, Jean Maurel, Philippe Poupon… Plus tard sont aussi passés à la maison les Karine Fauconnier, Franck Cammas, Thomas Coville… Toutes ces personnes me fascinaient et je suis resté très proche de la plupart, notamment de Florence, qui était une femme incroyable, avec une façon de voir le monde de la course au large très différente des marins d’aujourd’hui. Et Loïck, c’est quand même une sacrée star, on oublie un peu que des marins comme lui, Florence, Titouan Lamazou, ont permis à la course au large d’exister, parce qu’ils parlaient d’autre chose que de leurs performances sportives.

Etait-ce une évolution naturelle pour toi de faire de la course au large ?
Au début, je visais les Jeux en planche à voile. Après le bac, comme je voulais sortir un peu de l’univers familial, j’ai fait des études, du droit, des sciences politiques, de la philo, mais finalement, très vite, j’ai dit à mes parents que je voulais essayer de faire de la course au large, ce qui ne leur a pas trop plu. Mon père m’a dit que je n’y arriverais pas et qu’il fallait que j’arrête de rêver. Mais à cet âge, comme tu as une défiance importante pour l’autorité, j’ai fait tout l’inverse et je me suis retrouvé à faire deux ans de Longtze avec Luc Gellusseau et Pierre Mas, puis j’ai fini par trouver mon premier partenaire pour faire la Solitaire du Figaro en 2010. C’était une année magique, j’avais fait toute la préparation avec Yoann Richomme qui commençait aussi, on n’avait pas un radis, on avait fait camion commun sur la Solitaire. Je découvrais le large, j’avais adoré me retrouver à attaquer comme un fou dans du portant à 30-40 nœuds. L’année suivante, j’ai commencé à m’entraîner à La Grande Motte, mais en avril, sur un Wally, je me suis retrouvé suspendu en l’air par le bras à cause d’un lashing mal fait et je me suis fait broyer le bras. J’ai dû arrêter de faire du large pendant quasiment quatre ans. J’ai alors passé beaucoup de temps à Paris pour me construire un réseau, j’ai rencontré des personnes formidables, dont Marc Van Peteghem, qui m’a beaucoup aidé.

Quand as-tu repris la course au large ?
En 2016, j’ai refait la Solitaire, ça m’a permis de me prouver que je pouvais refaire de la course au large en solitaire alors que les médecins m’avaient dit que mon bras ne remarcherait plus. Et l’année suivante, Aymeric Chappellier m’a proposé de faire la Transat Jacques Vabre en Class40. Ça a été un bon choix, parce que j’ai été impliqué très tôt dans le projet, notamment sur la construction du bateau avec Nicolas Groleau et JPS, et on a fait une très belle course en finissant deuxièmes. Juste avant le départ, j’ai rencontré François Gouilliard, le patron de Leyton, qui avait envie de se lancer dans la course au large, je lui ai parlé de la Route du Rhum en Class40, c’est ce qui paraissait le plus facile et le plus raisonnable en termes de budget, et on a lancé la construction d’un bateau, encore avec Nicolas Groleau. J’ai réussi à finir quatrième, mais juste après, je me suis cassé la malléole en courant, ça a malheureusement mis plus de temps que prévu à se remettre en place.

Malgré ça, tu as repris assez tôt en Figaro l’an dernier, comment s’est passée ta demi-saison sur le bateau ?
J’ai eu une très belle avant-saison avec Pascal Bidégorry qui m’a bien aidé pour prendre en main le bateau, mais sur la Solitaire, après une première étape qui s’est très bien passée, je me suis rendu compte que mon pied était énorme. J’ai quand même continué et je garde finalement un souvenir incroyable de cette bataille de fou avec des rebondissements dans tous les sens. Quelle course ! Aujourd’hui, je n’ai qu’une envie, c’est de refaire la Solitaire, je sais que j’y retournerai avec l’intention de travailler pour être dans le Top 10 ou le Top 5.

Et finalement, tu n’as pas pu faire la seconde partie de saison en Class40 ?
Non, j’ai dit stop, je me suis fait opérer au mois d’août. J’avais choisi Sam (Goodchild) pour être co-skipper du bateau, on a appelé Fabien Delahaye qui m’a remplacé au pied levé, ils ont fait une très bonne Transat Jacques Vabre et Leyton a proposé à Sam de skipper le Figaro en 2020.

Tu es de ton côté passé en Multi50, quand est né ce projet ?
Après la Route du Rhum. On a étudié différentes possibilités avec Leyton, l’Imoca, c’était trop cher, on s’est dit que le Multi50 était une bonne solution. On a réfléchi à lancer la construction d’un bateau, mais quand Lalou Roucayrol nous a dit qu’il mettrait son bateau en location parce qu’il en construisait un nouveau, on a saisi l’opportunité. L’idée serait de faire deux ans jusqu’à la Transat Jacques Vabre 2021.

Pourquoi le Multi50 et comment vois-tu le circuit ?
C’est un circuit qui a un potentiel énorme, auquel il manque juste une petite impulsion. J’espère que mon arrivée, celle de Fabrice Cahierc, les ambitions de Seb Rogues, vont insuffler une dynamique pour attirer un ou deux autres bateaux pour faire des courses à dix, ce serait magique. Pour moi, le multicoque est un vrai rêve depuis toujours ; au moment où je te parle, je suis dans ma chambre devant une photo de Pierre 1er [le trimaran vainqueur du Rhum 1990 avec Florence Arthaud, NDLR] que je regarde tous les jours. J’ai adoré l’époque de l’Orma avec les Grands Prix, le format du circuit Multi50 est proche. Ce qui me plaît aussi, c’est, après avoir passé énormément de temps tout seul ces dernières années, de faire de l’équipage. En plus avec mon père ! J’ai 32 ans, je n’ai jamais régaté avec lui, je suis très fier et heureux de naviguer avec lui, j’espère qu’il va m’apprendre beaucoup de choses.

Quels objectifs sportifs te fixes-tu cette saison ?
On a un bon bateau, une super équipe, avec papa, Aymeric Chappellier qui est très motivé, Christophe Espagnon, bref tout ce qu’il faut pour être performants. Je ne te cache pas que ça serait magique de gagner Québec-Saint-Malo avec mon père.

L’après Multi50, ce sera le Vendée Globe ?
J’y pense, oui, on est en train d’y réfléchir avec mon sponsor, ne serait-ce que pour partager des idées de recherche et développement, mais ça pourrait aussi être sur d’autres bateaux. Aujourd’hui, le Vendée Globe me fait rêver, mais il ne me fait pas rêver sous son aspect quête de l’opulence et du toujours plus.

Photo : Martin Keruzoré

Nos articles sont publiés en avant-première chaque vendredi dans notre newsletter, quelques jours avant leur parution sur le site. Abonnez-vous ici, si ce n’est pas déjà fait 🙂

S’ABONNER GRATUITEMENT

L’article Arthur Le Vaillant : « Ce serait magique de gagner la Québec-Saint-Malo avec mon père » est apparu en premier sur Tip & Shaft.

Lire la suite
101 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions