• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme

Plastimo Lorient Mini 6.50. La victoire pour Frédéric Denis et Luke Berry

Plastimo Lorient Mini 6.50. La victoire pour Frédéric Denis et Luke Berry

Ils ont fait course en tête depuis le départ de Lorient vendredi 12 avril. Après plus de 38h de course, Frédéric Denis et Luke Berry, à bord du 800 prêté par Erwan Le Méné, ont coupé la ligne d’arrivée à 2h14 ce dimanche matin. Les dernières 12h ont complètement redistribué les cartes, le passage de l’Ile d’Yeu et la remontée vers Lorient ont permis aux concurrents de prendre différentes options, certaines gagnantes, d’autres un peu moins. Mais ce qui est sûr, c’est que le retour sous gennaker s’est fait à vive allure.

Déjà sur la 2e marche du podium proto l’année dernière, le 865 Team BFR Marée Haute Jaune de François Jambou et Pascal Fievet a tenu son rang en arrivant 16 minutes après le vainqueur. Le 845 d’Axel Tréhin et Clément Bouyssou termine à la 3e place à 32 minutes du 2e.

Du côté des séries, le nouveau Maxi 6.50 a tenu toutes ses promesses mais le Pogo 3 n’est pas en reste avec une place sur le podium. Au final, c’est le Maxi 951 de Jean-Marie Jézéquel et Benoit Hantzberg qui remporte la course après une belle bataille dans la remontée depuis l’Ile d’Yeu. Le Pogo 3 920 de Simon Koster et Henrik Witzmann, après une option payante avant l’arrivée sur l’Ile d’Yeu prend la 2e place du classement série. Hugo Dhallenne et Franck-Yves Escoffier sur leur Maxi 979 complètent le podium en arrivant à 4h58, ce dimanche matin.

Les arrivées se sont enchaînées toute la matinée pour les 62 bateaux encore sur la course ce dimanche. La remise des prix a rapidement suivie l’arrivée des derniers concurrents. L’ambiance y était décontractée et conviviale et chacun débriefait encore des dernières passées sur l’eau.

Luke Berry, 1er au classement général et au classement proto
” On a navigué l’un contre l’autre pendant une voire deux saisons jusqu’à la Mini-Transat en 2015, où Fred termine 1er tandis que je termine 2nd alors c’était chouette de naviguer ensemble sur un bateau prêté par Erwan Le Méné ! ”

François Jambou, 2e au classement général et au classement proto
” On a eu un peu de chance avant les Glénans, après on s’est raccroché, on voulait arriver pas trop loin des premiers à l’Ile d’Yeu parce qu’on pensait qu’on aurait pu plus facilement se refaire sur la descente au portant. Puis on a galéré, je pense qu’on avait quelque chose dans la quille, on n’avançait pas, on était à 8 nœuds tandis que les premiers avançaient à 14 nœuds. Quand la quille a été libérée, on s’est envolé mais on était trop loin pour revenir. Ils ont été très très bons, on est à notre place sur la 2e marche du podium. ”

Jean-Marie Jézéquel, 1er au classement série et 4e au classement général
” C’était long, c’était dur mais c’était intéressant, on a tout eu : du petit vent, un peu de brise, on est passé par toutes les émotions aussi mais au final ça s’est bien terminé. C’était chouette, très chouette ! ”

Yves Le Blevec, directeur de course
” 68 bateaux au départ, 62 classés c’est bien, 250 milles validées pour la classe, ça pose le décor. Deux nuits en mer pour la plupart, des conditions météos assez variées : on est parti sur du petit temps avec grand soleil et à l’arrivée il pleut et le vent est de la partie.
C’était un parcours très stratégique et nous avons été confronté à beaucoup de rebondissements en course : elle a toujours été très ouverte, jusqu’au dernier moment le classement pouvait être remis en cause. Au final, ceux qui ont gagné sont ceux qui ont su satisfaire les conditions de tous les terrains de jeu, à la fois d’avoir un bon bateau, d’aller au bon endroit, de garder un bateau et un équipage en bon état et d’exploiter toutes les informations à disposition. Je pense que les concurrents sont ravis de l’expérience. A l’arrivée, on a vu de bonnes têtes de gens qui ont passé deux jours sur l’eau au frais ! L’engagement sportif, la découverte, des petites aventures, des choses qui ont marché et d’autres qui ont moins marché, tous les ingrédients étaient réunis pour une édition réussie.
C’était une jolie épreuve bien servie par la météo, bien servie par l’organisation, les bénévoles et un plateau avec des concurrents motivés, sympas et très bons. ”

CLASSEMENT 

Classement Général :
800 – Rousseau Clotures / Frédéric Denis et Luke Berry – 1j 14h 15m 39s
865 – Team BFR Marée Haute Jaune / François Jambou et Pascal Fievet – 1j 14h 30m 20s
945 – Cherche Partenaires / Axel Tréhin et Clément Bouyssou – 1j 15h 2m 46s

Classement Proto – Lorient Agglomération :
800 – Rousseau Clotures / Frédéric Denis et Luke Berry – 1j 14h 15m 39s
865 – Team BFR Marée Haute Jaune / François Jambou et Pascal Fievet – 1j 14h 30m 20s
945 – Cherche Partenaires / Axel Tréhin et Clément Bouyssou – 1j 15h 2m 46s

Classement Série – Lorient La Base :
951 – Technique Voile / Jean-Marie Jezequel et Benoit Hantzberg – 1j 15h 37m 0s
920 – Sunovation / Simon Koster et Hendrik Witzmann – 1j 16h 33m 28s
979 – Jade / Hugo Dhallenne et Franck-Yves Escoffier – 1j 16h 58m 33s

Lire la suite
0 lectures
0 commentaires

Fred Denis et Luke Berry vainqueurs de la Plastimo Lorient Mini 6.50 en Proto, Jézéquel et Hantzperg en Série

Ils ont coupé la ligne d'arrivée en vainqueurs ce dimanche à 2h14. Le duo Frédéric Denis - Luke Berry remporte la Plastimo Lorient Mini 6.50 à bord du proto 800. Le 865 de François Jambou et Pascal Fievet a franchi la ligne en 2e position à 2h30. Le 945 d'Axel Tréhin et Clement Bouyssou complète le podium à 3h02.

image

Crédit : Th Deregnieaux

Côté Série, le 951 de JM Jézéquel et Benoit Hantzperg a coupé la ligne à 3h37. Le duo s'adjuge la 1ère place au classement série. Il est suivi du Pogo 3920 de Simon Koster et Hendrik Witzmann, arrivé à 4h33. Le 979 d'Hugo Dhallenne et Franck-Yves Escoffier a franchi la ligne à 4h58 en 3e position.par la rédaction
Lire la suite
4 lectures
0 commentaires

Thomas Coville : "On va rester humble et concentré", retour sur la première nav' de 24 heures pour Sodebo Ultim 3

The Ocean Race, ex-Volvo Ocean Race, annonce deux teams pour l'édition 2021

Whitbread Round the World Race (de 1973 à 1997) puis Volvo Ocean Race (de 2001 à 2018), The Ocean Race a annoncé deux équipes au départ d...

image
Lire la suite
2 lectures
0 commentaires

Aymeric Chappellier, 2e à La Rochelle, remporte le Défi Atlantique, Earendil et Made in Midi sur le podium - ITW

Arrivés dans la nuit rochelaise en deuxième position de la seconde étape, entre Horta et et La Rochelle, Aymeric Chappellier et son équipage remportent le Défi Atlantique au cumul des temps de course sur l'ensemble des deux parcours depuis Pointe-à-Pitre. Earendil, vainqueur de l'étape cette nuit, prend la deuxième place au général, devant Made in Midi de Kito de Pavant.


image

Credit : Ch.Breschi


Aymeric Chapelier (Aïna Enfance et avenir) - Vainqueur de la première étape, 2e de la seconde étape, vainqueur au général cumulé :

« Je la voulais cette victoire ! Nos adversaires se sont montrés coriaces et n'ont rien lâché. On finit très proche d'eux. Cette course a été très fatigante. La perte de notre grand spi qui explose dans un « planté » dès le deuxième jour nous a fortement mis à contribution. On a passé des heures à le réparer, une fois, deux fois, trois fois. On alternait à la barre et à la réparation, au détriment du sommeil. 

On a dû cravacher pour rester dans la partie. On termine très près d'Earendil qui a très bien navigué. Ce format de course est formidable. C'est bien de faire ainsi une transat d'Ouest en Est, qui ouvre beaucoup le jeu, très intéressante stratégiquement. Et c'est mieux de revenir par la mer que par cargo non ? »

Pietro Luciani (Earendil) - Second de la première étape, vainqueur de la seconde étape, 2e au général cumulé :


« C'est une belle victoire (d'étape). Je suis très heureux. Heureux de notre course, heureux de notre belle entente... Les 24 premières heures étaient cruciales, et on s'est arrachés pour être dans le bon wagon. Tout le monde était en phase à bord. On était tous d'accord sur les décisions à prendre, notamment au niveau du choix des voiles. »

Kito de Pavant (Made in Midi) - Troisième de la première étape, troisième de la seconde étape, 3e au général cumulé :


« Une deuxième étape qui a été vite au début et qui s'est ensuite refermée sur le Golfe de Gascogne. Un peu une habitude sur ce Défi Atlantique où on finit au près... C'était sympa de se bagarrer avec les cinq bateaux devant et surtout avec Aïna que l'on a retrouvé assez rapidement. On a fait toute la course ensemble. Un coup c'était lui devant, un coup c'était nous. 

On a eu un gros souci de connexion, ce qui fait que nous n'avions plus de météo, plus de classement pendant trois jours. Compliqué de suivre, on ne savait plus où il fallait aller. Mais on est content de maintenir cette 3e place. C'était l'objectif fixé en partant de Horta et voilà, c'est fait, car derrière cela poussait un peu ! »

PODIUM DÉFI ATLANTIQUE GUADELOUPE > HORTA > LA ROCHELLE :

1er - Aïna Enfance et avenir - Aymeric Chappellier : Son temps de course global sur l'ensemble des deux étapes depuis Pointe à Pitre, soit 3 800 milles théoriques, est de 15 jours, 03 heures, 42 minutes et 48 secondes, à la moyenne de 9,67 noeuds.

2e - Earendil Catherine Pourre / Pietro Luciani : Son temps de course global sur l'ensemble des deux étapes depuis Pointe à Pitre, soit 3 800 milles théoriques, est de 15 jours, 12 heures, 24 minutes et 15 secondes, à la moyenne de 9,44 noeuds.

3e - Made in Midi - Kito de Pavant : Son temps de course global sur l'ensemble des deux étapes depuis Pointe-à-Pitre, soit 3 800 milles théoriques, est de 16 jours, 13 heures, 22 minutes et 05 secondes, à la moyenne de 8,85 noeuds.


Par la rédaction
Source : GPO
Lire la suite
3 lectures
0 commentaires

10 ans : L’âge de raison ?

2018, CLASS 40, DEPART, DOUBLE, DOUBLE HANDED, NCR 2018, NORMANDY CHANNEL RACE

Le dimanche 19 mai prochain s’élanceront à Caen les concurrents de la 10èmeNORMANDY CHANNEL RACE ; si pour cause d’année post Route du Rhum et de renouvellement de la flotte les records de participation ne seront pas de mise (15 à 20 Class40 néanmoins attendus) les acteurs du projet depuis son origine sont bien décidés à en faire une édition marquante.

En effet à Caen du 15 au 19 mai et pour l’arrivée le week-end suivant les 25 et 26 mai l’animation sera à la hauteur de ce bel anniversaire qui unira Class40, compétiteurs, toutes les collectivités et tous les partenaires impliqués aux côtés des équipes de Sirius Evénements depuis 2010.

L’ombre du Commandant Charcot au bassin St Pierre

Comme clin d’œil à une autre époque et animation forte du bassin St Pierre le 3 mâts LE FRANÇAIS sera présent, ouvert aux visites et disponible pour toute opération réceptive : 52 m de long, 32 m de tirant d’air, 3,6 m de tirant d’eau, une belle image du monde du travail à la mer avant même comme dit l’adage que les plaisanciers comme les compétiteurs aient pris l’habitude « aller en mer pour son plaisir comme aller en enfer pour passer le temps » ;construit au Danemark en 1948, il servait à la pêche au cachalot, puis à l’approvisionnement aux îles Féroé.
Anciennement le KASKELOT, il porte désormais son nom en clin d’œil au premier navire du commandant Charcot.

La soirée des vainqueurs

Puis le vendredi 17 mai la soirée des vainqueurs réunira tous ceux disponibles qui depuis 10 ans ont créé la légende de la manifestation : une belle liste – voir en annexe – ou l’on prend conscience que gagner l’épreuve est non seulement un sacré défi mais aussi une belle porte pour l’avenir : près de la moitié ont déjà répondu présent comme le double vainqueur en titre, britannique mais anglo-normand si proche le talentueux Phil Sharp, 1ervainqueur de la Route du Rhum et 3èmede la dernière édition. Vainqueurs mais aussi tous ceux qui ont fait l’épreuve à l’image des Halvard Mabire, Miranda Merron, Jean Galfione, Louis Duc, ou encore Marc Lepesqueux, totalisants ensemble 37 participations parmi les 200 skippers de 17 nationalités qui ont concouru depuis 2010.

Feu d’artifice au centre de Caen

Le samedi 18 mai ce sera au tour du public Caennais et normand de venir s’associer à l’événement avec une belle journée d’animation et surtout un feu d’artifice tiré depuis le bassin St Pierre à compter de 22H00 ; une main tendue vers ce public Caennais qui chaque année vient accompagner ces skippers, regarder leur palmarès avec les fiches en place devant chaque bateau, signer des autographes à la journée des scolaires – 1000 prévus cette année le jeudi 16 mai – ou les applaudir à la remise des prix finale devant leurs visages fatigués de cette lutte sans répit d’une semaine en mer.

La course reprend ses droits

Mais le dimanche 19 mai à 15H30 il faudra effacer les vapeurs de ces quelques jours de fête pour affronter la 10éme édition : toujours 1000 milles vers les fameux rochers irlandais Tuskar Rock et Fastnet Rock, ce parcours familier « qui n’est chaque fois ni tout à fait le même ni tout à fait un autre » et qui sera initiateur pour près de la moitié des équipages inscrits cette année, confirmant le rôle de point d’entrée de la classe joué par l’épreuve.

Et 2 des 3 skippers acteurs du trio infernal de l’année dernière ( Phil Sharp / Louis Duc / Aymeric Chappelier ) – 6 ‘’ d’écart à l’arrivée – seront à nouveau présents pour tenter d’agrafer à leur tour l’épingle.

L’article 10 ans : L’âge de raison ? est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
0 lectures
0 commentaires

Sardinha Cup. Belle performance du Team CMB Bretagne

Sardinha Cup. Belle performance du Team CMB Bretagne

Les deux duos de la Filière d’excellence de course au large Bretagne – Crédit Mutuel de Bretagne ont bien réussi leur entrée en scène sur le Figaro Bénéteau 3. Le tandem Loïs Berrehar – Thomas Rouxel, sur Performance s’est octroyé une très belle 4e place lors du dernier round de la compétition, se propulsant ainsi sur la deuxième marche du podium, tandis que le binôme Tom Laperche – Ronan Treussart, sur Espoir, a bouclé les 280 milles de ce dernier acte en 14e position, assurant alors une place dans le Top 10 au final. De bon augure pour la suite de la saison !
La saison qui s’ouvre démarre sur les chapeaux de roue pour les skippers Performance et Espoir ! Tom Laperche et Loïs Berrehar, respectivement avec Ronan Treussart et Thomas Rouxel, ont montré de belles choses lors des trois étapes de la Sardinah Cup, la première des cinq épreuves comptant pour le Championnat de France Elite de Course au Large 2019. Mieux, ils ont performé en termes de résultat, terminant respectivement 2e et 10e. « On est bien content de monter sur le podium grâce à notre 4e place sur la dernière course. Au début, on a pourtant pris un départ pas terrible mais ensuite, on est bien revenu en jouant gagne-petit sous spi. Cela nous a permis d’enrouler BXA en 4 et 5e position. Après ça, on a aussi très bien géré une transition dans la molle et on s’est retrouvé 2e durant un bon moment, avant de se faire doubler par Leyton et Groupe SNEF après avoir un peu tardé à envoyer le spi. Quoi qu’il en soit, on a de quoi être satisfait car une 2e place pour la première course au Figaro 3, c’est vraiment un beau résultat dont on est fiers !», a assuré Loïs qui n’a pas ménagé ses efforts lors de ce dernier round, finalement réduit de 322 à 280 milles.

Du plaisir et des résultats
« Il a vraiment fallu être dessus en permanence, et en particulier à la fin, au près, lorsque ça a molli sous l’île d’Oléron. A ce moment-là, ça a été un peu dur pour les nerfs de ralentir et de voir les autres revenir. Il n’empêche que ça s’est joué nettement moins dans la souffrance que lors de l’étape précédente et que l’on s’est fait plaisir. Pendant la première nuit notamment, on a vu des dauphins, des étoiles filantes et ça glissait tout seul. C’était magique ! », a ajouté le skipper Bretagne – CMB Performance qui monte sur le podium d’une épreuve pour le moins complète et difficile. « Je trouve que c’est de bon augure pour la suite. Ça allait pas mal en terme de vitesse et je suis vraiment rassuré sur les choix que j’ai fait en début de saison. C’est presque parfait », assure le morbihannais. De son côté, Tom Laperche, n’est pas moins satisfait de ce premier galop d’essai. Le benjamin de la course, qui fait son entrée sur le circuit des Figaro Bénéteau, ne peut, de fait, que tirer du positif de son travail.

De la confiance engrangée pour la suite
« Ce qu’on a fait, c’est bien. Super bien même, même si on aurait bien aimé faire un petit peu mieux sur cette 3e et dernière étape. A peu de chose près, on pouvait vraiment accrocher le bon wagon et partir avec les premiers. On est tous arrivé hyper groupés à Arcachon et je ne pensais pas qu’en une heure ou deux de temps tout pouvait basculer à ce point. Il y a eu des risées et ceux qui sont partis avec, on ne les a plus revus, même si ça a un peu tassé sur la fin », a détaillé Tom qui termine cependant à une belle 10e place au général après avoir systématiquement été dans le coup. « Si on regarde les quinze jours qui viennent de s’écouler, le bilan est effectivement positif. Le bateau va bien en vitesse et on n’a pas fait de grosses bêtises. Plus personnellement, je me suis fait plaisir et j’ai bien pris mes marques sur le bateau. Il faut que ça continue comme ça ! », a terminé le jeune marin qui affiche d’ores et déjà de belles ambitions.

 

Lire la suite
2 lectures
0 commentaires

Charline Picon et Thomas Goyard médaillés de bronze

221 ESP 1 Blanca Manchon (W) RS:X Women, 226 FRA 57 Hélène NOESMOEN (W) RS:X Women, 249 ITA 46 Flavia TARTAGLINI (W) RS:X Women, Classes, Olympic Sailing, RS:X Women, Sailing Energy, World Cup Series Miami, World Sailing

Quatre membres de l’équipe de France participaient ce samedi aux Medal Races du Championnat d’europe RS :X à Palma (Espagne) : Charline Picon et Thomas Goyard montent sur la 3e marche du podium. Louis Giard décroche la 4e place et Pierre Le Coq se place 6e.

Ce championnat d’Europe avait tout d’une grande compétition mondiale puisque près de 350 windsurfeurs issus des plus grandes nations se sont affrontés, offrant un niveau de sportif très élevé pour cette année pré-olympique.

Une relève en or

Du côté des jeunes, l’équipe de France s’est illustrée, trustant les podiums.

U19 : Fabien Pianazza a remporté le titre de champion d’Europe. Yun Pouliquen et Héloïse Macquaert sont 3èmes.
U17 : Manon Pianazza est également championne d’Europe, tandis que Clémence Cochard décroche la 3e place.

Ils ont dit :

Guillaume Chiellino, directeur des équipes de France :

« Ce championnat d’europe avait vraiment le niveau d’un championnat du monde avec de grandes nations qui se sont bien préparées. L’équipe de France est restée aux avant-postes toute la semaine. Et nous pouvons nous féliciter d’avoir 3 français dans les 6 premiers. Du côté des garçons, seule la Hollande est devant la France, nous allons travailler pour rattraper le petit retard que nous avons sur eux d’ici Tokyo. Charline quant à elle réussi une nouvelle fois à monter sur le podium. Je veux également souligner la très belle performance des français et françaises en jeunes qui montre le savoir-faire de nos filières de formation »

Charline Picon, 3ème :

« Après une semaine très positive, je suis déçue de ma medal race. Je me suis faite bousculer par une adversaire dès le départ ce qui me fait partir 200 mètres derrière le reste de la flotte. J’ai fait mon maximum pour rester dans le match et ai finalement bien remonté mais c’est vraiment difficile de ne pas pouvoir jouer la première place. Cette expérience va me servir pour la suite. La semaine était très bonne avec une vraie régularité. Tous les voyants sont au verts et montrent que je suis capable de jouer au plus haut niveau mondial. Aujourd’hui j’ai trouvé un équilibre physique, sensation sur l’eau et glisse qui est très bon. Et c’est cela que je cherche pour décrocher une médaille olympique l’année prochaine. »

Thomas Goyard, 3ème :

« C’est top une médaille européenne ! Je me positionne derrière les hollandais qui sont clairement au top niveau. Je suis vraiment très content car la semaine avait mal commencée, puis j’ai fait une belle « remontada » et c’est ma régularité qui a fait la différence. Aujourd’hui la medal race était sous haute tension pour tout le monde. Je me suis arraché pour creuser l’écart. Je peux vous dire que le cœur bat très fort à ce moment-là. »

Classement de l’équipe de France de RS:X

RS :X Femme (Windsurf)
Charline PICON (SR Rochelaises) : 3
Lucie BELBEOCH (Stade Français) : 31 RS :X Homme (Windsurf)
Thomas GOYARD (A. Calédonienne P.A.V) : 3
Louis GIARD (YC Carnac) : 4
Pierre LE COQ (CMV ST Brieuc) : 6

L’article Charline Picon et Thomas Goyard médaillés de bronze est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
2 lectures
0 commentaires

SardinhaCup. Eliès : “C’est sympa de gagner la première course du Figaro Bénéteau 3 avec Sam”

SardinhaCup. Eliès : “C’est sympa de gagner la première course du Figaro Bénéteau 3 avec Sam”

« C’est sympa de gagner la première course du Figaro Bénéteau 3 avec Sam, a commenté l’heureux vainqueur à son arrivée au ponton de Port-la-Vie, samedi au lever du jour, une petite demi-heure après avoir coupé la ligne. L’objectif était que je prenne vite le bateau en main, Sam a tout de suite trouvé ses marques, elle s’est « farci » beaucoup de manœuvres, pas mal de basses tâches bien physiques, comme le matossage et les réglages, elle m’a également beaucoup alimenté sur la stratégie. Ce que j’ai aussi apprécié, c’est que j’allais me coucher les yeux fermés, cette victoire, on la partage à 50/50 ! » A ses côtés, la « plus française des anglaises » savoure aussi cette collaboration et ce qu’elle considère comme sa « première vraie victoire en Figaro », elle qui avait déjà remporté le Vendée Défi en 2005… à Saint-Gilles Croix-de-Vie : « C’était un plaisir de naviguer avec Yann, c’est énorme de côtoyer un grand champion comme ça et de vivre de l’intérieur sa façon de naviguer. Il arrive toujours à trouver de supers réglages, c’était super intense et j’ai beaucoup appris. Je pense avoir contribué aussi un peu à ce bon résultat. »

Un bon résultat que les deux skippers de StMichel, septièmes de la Vendée Warm-up et quatrièmes de la Grande Course n°1, ont parachevée sur la Grande Course n°2, troisième étape de la Sardinha Cup, en affichant une parfaite maîtrise de bout en bout. Sixièmes à la bouée de dégagement – « Pour une fois, on a pris un bon départ », glisse Yann Eliès -, ils ont fait la différence dans le grand bord de portant de 130 milles jusqu’à Arcachon, avant de se montrer intraitables lors de la remontée au près vers l’île d’Yeu, dans des conditions de vent pourtant changeantes, et de s’imposer au petit matin, à 7h25, après 1 jour 17 heures et 35 minutes et 23 secondes. Ils devancent Leyton (Arthur Le Vaillant-Pascal Bidégorry) de 13’54, Groupe SNEF (Xavier Macaire-Achille Nebout) de 15’32 et Bretagne CMB Espoir (Loïs Berrehar-Thomas Rouxel) de 18’30.

« Ils nous ont donné une belle leçon », commentera, fair-play, Loïs Berrehar, deuxième au classement général final, avec un petit point d’avance sur Groupe SNEF. Un résultat apprécié à sa juste valeur par le jeune skipper de 25 ans : « Un podium pour ma première régate en Figaro Bénéteau 3, on m’aurait dit ça avant le départ, j’aurais signé tout de suite ! ». Même satisfaction pour Achille Nebout, co-skipper de Groupe SNEF : « Troisième pour ma toute première course en Figaro, c’est exceptionnel, j’espère que ce bon résultat en augure d’autres. J’ai eu la chance de disputer cette Sardinha Cup avec Xavier, j’ai appris plein de choses, ça va me servir pour la suite. » Ce constat aura été unanimement partagé par les 68 marins ayant pris part à cette course d’ouverture de la saison, qu’ils aient terminé dans le Top 5, premiers bizuths comme Conrad Colman et Sébastien Marsset (Ethical Power) ou plus loin. En vue de la suite du programme, et notamment de la Solitaire Urgo Le Figaro (27 mai-30 juin), ceux qui sont passés par le Pays de Saint-Gilles ont indéniablement pris de l’avance.

Lire la suite
2 lectures
0 commentaires

44Cup. A bord d’Artémis Racing

44Cup. A bord d’Artémis Racing

La 44Cup a connu son épilogue ce samedi. 9 courses auront finalement pu été courues sur ce nouveau plan d’eau pour le circuit, à Tivat dans la récente marina de Porto Montenegro dans la baie magnifique de Kotor au Montenegro. La dernière course aura été française et remportée par Aleph, barré par Hugues Lepic.

9 équipes étaient présentes. Chacune a eu son heure de gloire sur ces bateaux monotypes barrés par les propriétaires et où l’on retrouvait Ian Percy, Tom Slingsby, Ed Baird dans les rôles affûtés de tacticiens.
Si les deux premiers jours sans vent et sous la pluie n’ont pas permis d’apprécier pleinement le plan d’eau, les 3 dernières journées ont été à la hauteur du cadre magnifique constituées par la marina de Porto-Montenegro qui accueille à l’année les superyachts et qui a bien compris l’intérêt de faire venir avec son superbe yacht club et son pool house, des circuits comme les RC44. Ce dernier, pour dynamiser la classe et attirer de nouveaux propriétaires, a été rebaptisé 44Cup en lieu et place de RC44, RC comme Russell Coutts à l’origine du circuit et qui s’est retiré depuis l’année dernière.
A bord d’Artémis barré par Torbjörn Törnqvist
Nous avons eu la chance d’embarquer sur une course à bord d’Artémis Racing avec Torbjörn Törnqvist à la barre, Ian Percy comme régleur et Andy Horton comme tacticien. L’expérience comme guest est vraiment superbe. Le RC44 ressemble au Class America, en plus petit, et plus véloce. Assis à l’arrière, à 50 cm du barreur et du tacticien, on se retrouve au cœur de l’action sur ces courses qui durent en moyenne moins de 40 minutes avec 2 bords de près et 2 de portant. Le bateau est capable de remonter au près à 7-8 nds et de filer au portant à 23 nds. Avec ses deux barres à roues, 7 équipiers et 1 barreur, il y a comme un petit goût d’America’s Cup avant que celle-ci ne bascule en multicoque en 2007, surtout quand on retrouve Ed Baird, l’ex tacticien d’Alinghi à Valence en 2004, à bord de Team Nika. A l’issue des 9 courses, c’est l’équipage slovène Team Cereef qui s’est imposé devant les russes de Team Nikka et les anglais Team Aqua. Aleph termine 7e, Artémsi Racing 8e.

A lire dans le prochain Course au Large.

Lire la suite
2 lectures
0 commentaires

Yann Eliès et Samantha Davies, un couple en or !

Après 1 jour 17 heures et 35 minutes et 23 secondes de mer, Yann Eliès et Samantha Davies (StMichel) ont coupé en tête samedi à 7h25 la ligne d’arrivée de la Grande Course n°2, troisième étape de la Sardinha Cup, à Saint-Gilles Croix-de-Vie. Un succès synonyme de victoire au général pour le Briochin et la Britannique, qui remportent ainsi la toute première course du nouveau Figaro Bénéteau 3, dont le podium est complété par Bretagne CMB Performance (Loïs Berrehar-Thomas Rouxel) et Groupe SNEF (Xavier Macaire-Achille Nebout).

Yann Eliès n’a pas perdu la main ! Triple vainqueur de la Solitaire du Figaro (2012-2013-2015), le Briochin, 45 ans, a montré, en remportant la Sardinha Cup, première épreuve du Championnat de France Elite de course au large, qu’il restait un redoutable régatier, expert en réglages et stratégie, mais aussi qu’il savait s’entourer. Son duo avec la Britannique Samantha Davies, d’un an sa cadette, a en effet fait merveille, cette dernière ayant su endosser son rôle d’équipière avec l’enthousiasme qui est sa marque de fabrique.

« C’est sympa de gagner la première course du Figaro Bénéteau 3 avec Sam, a commenté l’heureux vainqueur à son arrivée au ponton de Port-la-Vie, samedi au lever du jour, une petite demi-heure après avoir coupé la ligne. L’objectif était que je prenne vite le bateau en main, Sam a tout de suite trouvé ses marques, elle s’est « farci » beaucoup de manœuvres, pas mal de basses tâches bien physiques, comme le matossage et les réglages, elle m’a également beaucoup alimenté sur la stratégie. Ce que j’ai aussi apprécié, c’est que j’allais me coucher les yeux fermés, cette victoire, on la partage à 50/50 ! » A ses côtés, la « plus française des anglaises » savoure aussi cette collaboration et ce qu’elle considère comme sa « première vraie victoire en Figaro », elle qui avait déjà remporté le Vendée Défi en 2005… à Saint-Gilles Croix-de-Vie : « C’était un plaisir de naviguer avec Yann, c’est énorme de côtoyer un grand champion comme ça et de vivre de l’intérieur sa façon de naviguer. Il arrive toujours à trouver de supers réglages, c’était super intense et j’ai beaucoup appris. Je pense avoir contribué aussi un peu à ce bon résultat. »

Un bon résultat que les deux skippers de StMichel, septièmes de la Vendée Warm-up et quatrièmes de la Grande Course n°1, ont parachevée sur la Grande Course n°2, troisième étape de la Sardinha Cup, en affichant une parfaite maîtrise de bout en bout. Sixièmes à la bouée de dégagement – « Pour une fois, on a pris un bon départ », glisse Yann Eliès -, ils ont fait la différence dans le grand bord de portant de 130 milles jusqu’à Arcachon, avant de se montrer intraitables lors de la remontée au près vers l’île d’Yeu, dans des conditions de vent pourtant changeantes, et de s’imposer au petit matin, à 7h25, après 1 jour 17 heures et 35 minutes et 23 secondes. Ils devancent Leyton (Arthur Le Vaillant-Pascal Bidégorry) de 13’54, Groupe SNEF (Xavier Macaire-Achille Nebout) de 15’32 et Bretagne CMB Espoir (Loïs Berrehar-Thomas Rouxel) de 18’30.

« Ils nous ont donné une belle leçon », commentera, fair-play, Loïs Berrehar, deuxième au classement général final, avec un petit point d’avance sur Groupe SNEF. Un résultat apprécié à sa juste valeur par le jeune skipper de 25 ans : « Un podium pour ma première régate en Figaro Bénéteau 3, on m’aurait dit ça avant le départ, j’aurais signé tout de suite ! ». Même satisfaction pour Achille Nebout, co-skipper de Groupe SNEF : « Troisième pour ma toute première course en Figaro, c’est exceptionnel, j’espère que ce bon résultat en augure d’autres. J’ai eu la chance de disputer cette Sardinha Cup avec Xavier, j’ai appris plein de choses, ça va me servir pour la suite. » Ce constat aura été unanimement partagé par les 68 marins ayant pris part à cette course d’ouverture de la saison, qu’ils aient terminé dans le Top 5, premiers bizuths comme Conrad Colman et Sébastien Marsset (Ethical Power) ou plus loin. En vue de la suite du programme, et notamment de la Solitaire Urgo Le Figaro (27 mai-30 juin), ceux qui sont passés par le Pays de Saint-Gilles ont indéniablement pris de l’avance.

Paroles de marins :

Yann Eliès (skipper de StMichel, vainqueur de l’étape et de la Sardinha Cup) :

« Cette étape nous a paru simple, comme quand ça se passe bien et que tu sens bien les choses. Nous avons pris un bon départ pour une fois, avec un bon passage de bouée de dégagement, ça nous a simplifié la tâche. Et puis au portant, nous avions une super vitesse, nous passons premiers en bas. Après, on a eu le sentiment que c’était plutôt bon pour ceux qui étaient devant, et la messe était dite, il ne restait plus grand-chose à jouer sur le dernier tiers de l’étape. Avant le départ, on savait qu’on avait un coup à jouer, mais on ne pensait pas forcément à la gagne, mais tout s’est bien déroulé et on s’est très bien trouvés avec Sam. »

Samantha Davies (co-skipper de StMichel, vainqueur de l’étape et de la Sardinha Cup) :

« Ce n’est pas facile de démarrer avec un nouveau bateau, mais je pense que tout le monde a trouvé que les sensations étaient sympas, c’est agréable de naviguer dessus et c’était pour moi un plaisir de naviguer avec Yann. C’est ma première vraie victoire en Figaro, c’est la première fois que j’arrive sur un ponton en Figaro et qu’il n’y a aucun bateau ! Saint-Gilles Croix-de-Vie me porte bonheur, j’ai toujours eu mes meilleurs résultats lorsque j’ai navigué ici. »

Arthur Le Vaillant (skipper de Leyton, 2e de l’étape et 5e au général) :

« C’était une belle bataille, avec beaucoup de rebondissements et on réussit à finir deuxièmes, donc je suis plutôt content. On est bien partis, on a fait un beau portant, même si on s’est fait doubler par la fusée StMichel, ils allaient aussi très vite au près sous gennaker. Nous, on a cherché à trouver les bonnes manettes, parfois on les retrouvait, d’autres on les reperdait, il fallait avoir les nerfs solides. Cette Sardinha Cup a été une très belle expérience, je suis ravi de l’avoir faite avec Pascal qui m’a appris à ne jamais rien lâcher et à sans cesse être à l’affût de la moindre opportunité. »

Xavier Macaire (skipper de Groupe SNEF, 3e de l’étape et au général) :

« Cette troisième place clôture bien cette Sardinha Cup, il s’est passé plein de trucs, on s’est bien bagarrés. On a découvert pas mal de choses pendant deux semaines, il n’y a pas de meilleur entraînement que de faire de belles courses comme ça, pendant lesquelles on se bagarre comme des fous sur des formats de 48 heures. Et ça fait super plaisir de terminer sur le podium au général à Saint-Gilles, à la maison, où je m’entraîne toute l’année. »

Loïs Berrehar (skipper de Bretagne CMB Performance, 4e de l’étape et 3e au général) :

« Quatrième de l’étape et deuxième au général, c’est bien. Yann Eliès nous a encore donné une leçon, mais on est contents. La nuit dernière, on était sur la deuxième marche du podium de l’étape, on a fait une petite erreur en envoyant le spi un peu après les autres, ce qui nous a fait perdre deux places, mais de toute façon, la place au général était assurée. Je venais en bonne partie pour continuer à découvrir le bateau et me rassurer sur la vitesse et les réglages, j’ai beaucoup appris. »

Conrad Colman (skipper de Ethical Power, 23e de l’étape et 19e au général, 1er bizuth) :

« Le Figaro, c’est bien dur, je m’attendais à ce que ce soit difficile, je ne suis pas déçu, je suis venu pour prendre la fessée et je l’ai eue ! C’est une manière de naviguer très différente par rapport à ce que j’ai fait précédemment sur mes tours du monde, c’est très exigeant. Je suis en train d’apprendre plein de choses, c’était une découverte pour nous deux, avec Sébastien (Marsset), nous avons eu une bonne entente, je ne pouvais pas espérer meilleur coéquipier. Le bateau est vraiment génial, je crois que c’est la première fois que les lettres NZL sont peintes sur une voile de Figaro, j’espère ramener mes camarades néo-zélandais sur le circuit. Nous avons été super bien accueillis à Saint-Gilles. »

L’article Yann Eliès et Samantha Davies, un couple en or ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
2 lectures
0 commentaires

Charline Picon et Thomas Goyard médaillés de bronze au Championnat d’Europe RS:X, "Je me suis arraché"

Quatre membres de l’équipe de France participaient ce samedi aux Medal Races du Championnat d’europe RS :X à Palma (Espagne) : Charline Picon et Thomas Goyard montent sur la 3e marche du podium. Louis Giard décroche la 4e place et Pierre Le Coq se place 6e.


image

Crédit : J Renedo


Près de 350 windsurfeurs issus des plus grandes nations se sont affrontés lors de ce championnat d’Europe, offrant un niveau de sportif très élevé pour cette année pré-olympique. Charline Picon, 3ème : "Cette expérience va me servir pour la suite" « Après une semaine très positive, je suis déçue de ma medal race. Je me suis faite bousculer par une adversaire dès le départ ce qui me fait partir 200 mètres derrière le reste de la flotte. J’ai fait mon maximum pour rester dans le match et ai finalement bien remonté mais c’est vraiment difficile de ne pas pouvoir jouer la première place. 

Cette expérience va me servir pour la suite. La semaine était très bonne avec une vraie régularité. Tous les voyants sont au verts et montrent que je suis capable de jouer au plus haut niveau mondial. Aujourd’hui j’ai trouvé un équilibre physique, sensation sur l’eau et glisse qui est très bon. Et c’est cela que je cherche pour décrocher une médaille olympique l’année prochaine. » Thomas Goyard, 3ème : "Je me suis arraché" « C’est top une médaille européenne ! Je me positionne derrière les hollandais qui sont clairement au top niveau. Je suis vraiment très content car la semaine avait mal commencé, puis j’ai fait une belle « remontada » et c’est ma régularité qui a fait la différence. Aujourd’hui la medal race était sous haute tension pour tout le monde. Je me suis arraché pour creuser l’écart. » Du côté des jeunes, l’équipe de France s’est illustrée : U19 : Fabien Pianazza a remporté le titre de champion d’Europe. Yun Pouliquen et Héloïse Macquaert sont 3èmes.
U17 : Manon Pianazza est également championne d’Europe, tandis que Clémence Cochard décroche la 3e place. Classement de l’équipe de France de RS:X
RS :X Femme (Windsurf)
Charline PICON (SR Rochelaises) : 3
Lucie BELBEOCH (Stade Français) : 31RS :X Homme (Windsurf)
Thomas GOYARD (A. Calédonienne P.A.V) : 3
Louis GIARD (YC Carnac) : 4
Pierre LE COQ (CMV ST Brieuc) : 6

Par la rédaction
Source : Mille et Une Vagues
Lire la suite
1 lectures
0 commentaires

Frédéric Denis et Luke Berry bien placés pour remporter la Plastimo Lorient Mini 650, arrivées prévues cette nuit

Après plus de 24h de course, la flotte de la Plastimo Lorient Mini 6.50 commence seulement à se disperser au large de l'Ile d'Yeu. Les premières arrivées sont prévues à Lorient La Base dès cette nuit. Le n°800 skippé par Frederic Denis, secondé par Luke Berry, est bien placé pour faire le doublé.

image

Crédit : Th Deregnieaux


Déjà sur le podium en proto l'année dernière, le 800 skippé par Frederic Denis et le 865 de François Jambou sont bien placés pour faire le doublé. Mais il faudra aussi se méfier du 945 d'Axel Trehin et Clément Bouyssou qui ne sont pas loin derrière.Côté série, on est certain d'avoir de belles surprises. Le podium est plébiscité depuis quelques heures par le 979 d'Hugo Dhallenne et Franck-Yves Escoffier, le 951 de Jean-Marie Jezequel et Benoit Hantzberg et le 909 de Sébastien Guého et Thomas Audren.Les premiers sont attendus au port de Lorient La Base entre 1h00 et 2h00 ce dimanche. CLASSEMENT A 16h15 - SAMEDI 13 AVRIL Classement Proto :
800 - Rousseau Clotures / Frédéric Denis et Luke Berry
865 - Team BFR Marée Haute Jaune / François Jambou et Pascal Fievet
945 - Cherche Partenaires / Axel Tréhin et Clément BouyssouClassement Série :
951 - Technique Voile / Jean-Marie Jezequel et Benoit Hantzberg
979 - Jade / Hugo Dhallenne et Franck-Yves Escoffier
909 - De la boue sur les sabots / Sébastien Guého et Thomas AudrenSource : Lorient Grand Large
Lire la suite
1 lectures
0 commentaires

Yann Eliès et Sam Davies, vainqueurs de la dernière étape, remportent la Sardinha Cup, "tout s’est super bien déroulé"

Yann Eliès et Samantha Davies remportent la Sardinha Cup ! Ce samedi à 7h25 min et 23s, les deux marins ont coupé les premiers la ligne d’arrivée de la Grande Course n°2, troisième étape raccourcie de 322 à 280 milles. Les deux skippers de StMichel font coup double, puisque cette victoire leur permet de remporter le général. "Saint-Gilles-Croix-de-Vie me porte bonheur."

image

Crédit : Ch Breschi



Un bon départ Ils avaient terminé 7ème du Warm Up, puis 4ème de la Grande Course 1, Yann Eliès et Samantha Davies avaient à cœur de continuer sur leur belle lancée. C’est chose faite avec cette victoire sur la Grande Course 2. « Pour une fois nous avons réussi à prendre un bon départ avec un bon passage de bouée de dégagement, c’est ce qui nous avait manqué sur les deux précédentes courses ! » confiait Yann Eliès à l’arrivée au ponton. Yann Eliès : "On a bien fait avancer le bateau" Dans le groupe de tête dès les premiers milles, le duo de StMichel finit par prendre les rênes de la course lors de la première nuit, pour ne plus les lâcher. « Nous avions un projet assez clair avec Sam. Nous passons bien dans les premiers en bas avec une super vitesse et après, il y a eu un petit coup de mistoufle. Nous avons senti que c’était plutôt bon pour ceux qui étaient devant et moins pour ceux de derrière. On s’est senti riches sans avoir à faire grand-chose, enfin on a bien fait avancer le bateau quand même ! La messe était quasiment dite ensuite ».Une belle maîtrise et une régularité qui permettent à
Sam Davies et Yann Eliès de remporter la Sardinha Cup. « Quand nous avons vu les duos engagés sur cette course, nous n’imaginions pas finir vainqueurs, même si j’avais dit à Sam : on y va pour la gagne ! Finalement tout s’est super bien déroulé et je suis très heureux de partager cette victoire avec Sam, elle a été une co-skipper exemplaire ! »

Sam Davies : "Quand je viens ici, je navigue toujours bien !"

Toujours aussi souriante, même après 2 nuits passées en mer, Samantha Davies ne cachait pas sa joie d’avoir remporté cette course avec Yann. « C’est ma première vraie victoire en Figaro, c’est incroyable ! C’est la première fois que j’arrive au ponton et qu’il y a aussi peu de bateaux (rires). Saint-Gilles-Croix-de-Vie me porte bonheur. Quand je viens ici, je navigue toujours bien ! ».

La victoire de Yann et Sam fera date puisqu’il s’agissait de la première course disputée à bord du nouveau monotype Figaro 3. « Nous avons découvert ce nouveau bateau à l’occasion de cette Sardinha. Les premières navigations ne sont jamais faciles, mais nous avons tous trouvé, et moi la première que les sensations étaient sympas. Le bateau est très agréable à naviguer. J’ai appris également beaucoup aux côtés de Yann et je suis ravie de terminer sur cette belle victoire ! »

Une victoire prometteuse en vue de la Solitaire

Engagé sur cette première épreuve du Championnat de France Elite de course au Large, Yann Eliès venait avec un objectif clair en tête, « L’idée, c’était que je prenne en main le bateau, que je trouve des sensations, de la vitesse. Depuis les entrainements à Port-la-Forêt, nous avons vu que j’avais des capacités, que j’avais retrouvé ce bon spirit que j’avais en 2015, 2013 et 2012. J’aime bien le bateau, j’arrive à le faire avancer correctement, c’est encourageant pour la suite. »

Le Briochin avait aussi choisi de naviguer avec Samantha Davies pour observer et comprendre l’approche différente de la skipper du 60’ Initiatives cœur. Le duo a fonctionné instantanément et chacun s’est enrichi des qualités de l’autre. Il est certain que cette expérience servira Yann Eliès pour la suite de la saison, notamment en vue de la Solitaire URGO Le Figaro, son objectif majeur pour 2019.

D’ici juin, il va enchaîner avec La Solo Maître Coq à la fin du mois, sur laquelle il sera seul maître à bord de StMichel, « La Solo va être un autre exercice, un peu plus complexe et intense. On va essayer de faire les choses bien aussi, avec en ligne de mire cette Solitaire, j’aimerais bien la gagner ! »

Classement de la Sardinha Cup 2019

1 SAINT MICHEL - 21.00 pts -  ELIES Yann
2 BRETAGNE CMB / PERFORMANCE - 34.00 pts - BERREHAR Lois
3 GROUPE SNEF - 35.00 pts - MACAIRE Xavier
4 GROUPE ROYER SECOURS POPULAIRE - 39.00 pts - MARCHAND Anthony
5 LEYTON - 46.00 pts - LE VAILLANT Arthur
6 GUYOT ENVIRONNEMENT - 47.00 pts - LEBOUCHER Pierre
7 SKIPPER MACIF 2017 - 49.00 pts - LE PAPE Martin MACIF
8 LE HUB BY OC SPORT - 52.00 pts - CAUDRELIER Charles
9 BREIZH COLA - EQUI'THÉ - 57.00 pts - MAHE Gildas
10 BRETAGNE CMB / ESPOIR - 62.00 pts - LAPERCHE Tom

La suite, ici

Programme du Figaro StMichel pour la saison 2019 :

Solo Maitre Coq // 26 avril au 5 mai
Solitaire Urgo Le Figaro // 2 juin au 25 juin

Vous conseille : St Michel vainqueur, Bretagne CMB Performance et SNEF montent sur le podium de la Sardinha Cup

par la rédaction
Source : P Bellalin

Lire la suite
2 lectures
0 commentaires

St Michel vainqueur, Bretagne CMB Performance et SNEF montent sur le podium de la Sardinha Cup - ITW

Après 1 jour 17 heures et 35 minutes et 23 secondes de mer, Yann Eliès et Samantha Davies (StMichel) ont coupé en tête, ce samedi à 7h25, la ligne d’arrivée de la troisième étape de la Sardinha Cup, à Saint-Gilles Croix-de-Vie. Un succès synonyme de victoire au général pour le Briochin et la Britannique, qui remportent ainsi la toute première course du nouveau Figaro Bénéteau 3. Le podium est complété par Bretagne CMB Performance (Loïs Berrehar-Thomas Rouxel) et Groupe SNEF (Xavier Macaire-Achille Nebout).


image

Crédit : Ch Breschi


"Ils nous ont donné une belle leçon" Les deux skippers de StMichel devancent sur cette Grande Course N°2 Leyton (Arthur Le Vaillant-Pascal Bidégorry) de 13’54, Groupe SNEF (Xavier Macaire-Achille Nebout) de 15’32 et Bretagne CMB Espoir (Loïs Berrehar-Thomas Rouxel) de 18’30.« Ils nous ont donné une belle leçon », commentera, fair-play, Loïs Berrehar, deuxième au classement général final, avec un petit point d’avance sur Groupe SNEF. Un résultat apprécié à sa juste valeur par le jeune skipper de 25 ans : « Un podium pour ma première régate en Figaro Bénéteau 3, on m’aurait dit ça avant le départ, j’aurais signé tout de suite ! ».Même satisfaction pour Achille Nebout, co-skipper de Groupe SNEF : « Troisième pour ma toute première course en Figaro, c’est exceptionnel, j’espère que ce bon résultat en augure d’autres. J’ai eu la chance de disputer cette Sardinha Cup avec Xavier (Macaire), j’ai appris plein de choses, ça va me servir pour la suite. » Loïs Berrehar (skipper de Bretagne CMB Performance, 4e de l’étape et 2e au général) : "J’ai beaucoup appris" « Quatrième de l’étape et deuxième au général, c’est bien. Yann Eliès nous a encore donné une leçon, mais on est contents. La nuit dernière, on était sur la deuxième marche du podium de l’étape, on a fait une petite erreur en envoyant le spi un peu après les autres, ce qui nous a fait perdre deux places, mais de toute façon, la place au général était assurée. Je venais en bonne partie pour continuer à découvrir le bateau et me rassurer sur la vitesse et les réglages, j’ai beaucoup appris. » Arthur Le Vaillant (skipper de Leyton, 2e de l’étape et 5e au général) : "Cette Sardinha Cup a été une très belle expérience" « C’était une belle bataille, avec beaucoup de rebondissements et on réussit à finir deuxièmes, donc je suis plutôt content. On est bien partis, on a fait un beau portant, même si on s’est fait doubler par la fusée StMichel, ils allaient aussi très vite au près sous gennaker. Nous, on a cherché à trouver les bonnes manettes, parfois on les retrouvait, d’autres on les reperdait, il fallait avoir les nerfs solides. Cette Sardinha Cup a été une très belle expérience, je suis ravi de l’avoir faite avec Pascal qui m’a appris à ne jamais rien lâcher et à sans cesse être à l’affût de la moindre opportunité. » Xavier Macaire (skipper de Groupe SNEF, 3e de l’étape et au général) : "Il n’y a pas de meilleur entraînement" « Cette troisième place clôture bien cette Sardinha Cup, il s’est passé plein de trucs, on s’est bien bagarrés. On a découvert pas mal de choses pendant deux semaines, il n’y a pas de meilleur entraînement que de faire de belles courses comme ça, pendant lesquelles on se bagarre comme des fous sur des formats de 48 heures. Et ça fait super plaisir de terminer sur le podium au général à Saint-Gilles, à la maison, où je m’entraîne toute l’année. » Conrad Colman (skipper de Ethical Power, 23e de l'étape et 19e au général, 1er bizuth) : "C'était une découverte" « Le Figaro, c'est bien dur, je m'attendais à ce que ce soit difficile, je ne suis pas déçu, je suis venu pour prendre la fessée et je l'ai eue ! C'est une manière de naviguer très différente par rapport à ce que j'ai fait précédemment sur mes tours du monde, c'est très exigeant. 

Je suis en train d'apprendre plein de choses, c'était une découverte pour nous deux, avec Sébastien (Marsset), nous avons eu une bonne entente, je ne pouvais pas espérer meilleur coéquipier. Le bateau est vraiment génial, je crois que c'est la première fois que les lettres NZL sont peintes sur une voile de Figaro, j'espère ramener mes camarades néo-zélandais sur le circuit. Nous avons été super bien accueillis à Saint-Gilles. » Retrouvez
les propos de Yann Eliès et Sam Davies, vainqueurs de la dernière étape et de la Sardinha Cup

Source : A Bourgeois

Lire la suite
3 lectures
0 commentaires

Sardinha Cup. Yann Eliès et Sam Davies impériaux

Sardinha Cup. Yann Eliès et Sam Davies impériaux

Le duo Yann Eliès-Sam Davies a bien trouvé son rythme sur cette 3e étape de la Sardinha Cup partie ce jeudi de Saint-Gilles Croix-de-Vie. Passés en tête vendredi au petit matin devant le Bassin d’Arcachon après une descente au portant de 130 milles depuis le Pays de Saint-Gilles, Yann Eliès et Sam Davies en ont rajouté une petite couche sur la première partie du chemin retour vers l’île d’Yeu, creusant peu à peu l’écart sur leurs poursuivants immédiats, Leyton (Arthur Le Vaillant-Pascal Bidégorry) et Bretagne CMB Performance (Loïs Berrehar-Thomas Rouxel). Leur avance était ainsi de 2 milles vendredi à 16h au moment d’atteindre l’estuaire de la Gironde puis 3 milles en remontant vers Saint-Gilles. Rien à l’échelle des 322 milles du parcours prévu de la troisième étape de la Sardinha Cup, mais une bonne vingtaine de minutes en temps, ce qui, en Figaro Bénéteau, constitue en général un bon petit matelas.

« Leur trajectoire a été pour l’instant remarquable, ils sont bien dans le rythme. Et comme ceux de devant touchent souvent le vent les premiers, ils sont pour l’instant en position favorable », note le directeur de course, Francis Le Goff. Le Briochin et la Britannique, deuxièmes au classement général avant le coup d’envoi de cette Grande Course n°2, devraient remporter l’épreuve ce samedi matin. Leurs principaux concurrents au général, les leaders Pierre Leboucher-Erwan Tabarly (Guyot Environnement) 17e à 2h du matin et les troisièmes Gildas Mahé-Morgan Lagravière (Breizh Cola Equi’Thé), 19e accusaient plus de 7 milles de retard sur StMichel vendredi à 16h. Bretagne-CMB Performance devrait faire également un joli coup au classement.
A noter l’abandon de Clarisse Crémer et d’Erwan Le Draoulec après quecce dernier se soit luxé l’épaule.

 

Lire la suite
2 lectures
0 commentaires

Sun Fast World Cup. Une belle première édition

Sun Fast World Cup. Une belle première édition@ Jean-Marie Liot

C’est à la Trinité-sur-Mer que s’est déroulée la première édition de la Sun Fast World Cup les 6 et 7 avril derniers. 33 équipages – 23 Sun Fast 3200 et 10 Sun Fast 3600 se sont affrontés pendant 2 jours. La régate a pu accueillir 3 bateaux battant pavillon anglais, un équipage lituanien et 29 équipages français. Les équipes se sont affrontées lors de 4 courses : 2 parcours techniques et 2 côtiers. C’était également l’occasion de présenter le tout nouveau Sun Fast 3300.

Podium Sun Fast 3200
1 – PORNIC NAUTIC – Speedloulou III – skippé par Jean-Yves Jaffrezic
2 – EDM SERVICE – Mirabelle – skippé par Bertrand Daniels
3 – TEAM DELTA VOILES PLAISANCE – Haka – skippé par François Le Guern

Podium Sun Fast 3600
1 – TECHNIQUE VOILE – Give Me Five – skippé par Frédéric Duthil
2 – CIAO CIAO – Ciao Ciao – skippé par Paolo Mangione
3 – TIP – TIP – skippé par Gilles Pagès

Lire la suite
3 lectures
0 commentaires

Plastimo Lorient Mini 6.50. Bon départ des 68 duos engagés

Plastimo Lorient Mini 6.50. Bon départ des 68 duos engagés

La Plastimo Lorient Mini, première course en Atlantique de la saison en Mini 6.50 est partie ce vendredi à 12h avec la présence de Thomas Coville, parrain de l’épreuve. Les conditions météos étaient idéales pour les 68 duos engagés. Yves Le Blevec, directeur de course “ le départ s’est très bien passé, il y a avait suffisamment de vent pour que les bateaux avancent correctement. Un jeu de passe-passe au niveau de la pointe de Pen Men puis dans le tour de l’Ile de Groix a dynamisé la flotte “.

En proto, le 800 skippé par Frédéric Denis et co-skippé par Luke Berry est donné favori aux côtés du 945 d’Axel Trehin et Clément Bouyssou. Mais le 865 de François Jambou n’est pas loin derrière, tout comme le 850 d’Antoine Perrin. Rien n’est joué.

Côté série, il peut y avoir de belles surprises avec pour la 1re fois les nouveaux maxi 6.50 à la manœuvre. La bataille sera serrée entre cette nouvelle série et les Pogo 3. Le 905 de Nicolas d’Estais et de Felix de Navacelle pourrait tirer son épingle du jeu.

Suivre la course avec la carto ici

CLASSEMENT A 20h00 – VENDREDI 12 AVRIL

Classement Général :
800 – Rousseau Clotures / Frédéric Denis et Luke Berry
945 – Cherche Partenaires / Axel Tréhin et Clément Bouyssou
709 – Barra / Franck Colin et Thomas Madrange

Classement Proto – Lorient Agglomération :
800 – Rousseau Clotures / Frédéric Denis et Luke Berry
945 – Cherche Partenaires / Axel Tréhin et Clément Bouyssou
709 – Barra / Franck Colin et Thomas Madrange

Classement Série – Lorient La Base :
913 – April Marine / Clément Machetel et Arnaud Boissières
905 – Cheminant Ursuit / Nicolas d’Estais et Felix de Navacelle
979 – Jade / Hugo Dhallenne et Franck-Yves Escoffier

Lire la suite
3 lectures
0 commentaires

Fred Denis - Luke Berry, Clément Machetel - Arnaud Boissières, leaders de la Plastimo Lorient Mini 6.50

68 bateaux étaient au départ ce vendredi à 12h00 de la Plastimo Lorient Mini 6.50. Les 136 marins s'affrontent sur un parcours de 215 milles. Ont pris les commandes, les duos Fred Denis - Luke Berry côté Proto, et Clément Machetel - Arnaud Boissières en série.  Les concurrents seront de retour à Lorient dans moins de 48h.


image
Credit : Th.Deregnieaux

Plastimo Lorient Mini - Pointage à 18h

Classement général et proto
800 - Rousseau Clotures / Frédéric Denis et Luke Berry
945 - Cherche partenaire / Axel Tréhin et Clément Bouyssou
850 - Initiatives Generation Oceans / Antoine Perrin et Victor Turpin

Classement série
913 - April Marine / Clément Machetel et Arnaud Boissières
905 - Cheminant Ursuit / Nicolas d'Estais Skipper et Félix de Navacelle
979 - JADE / Hugo Dhallenne et Escoffier Franck-Yves

par la rédaction
Source : Lorient Grand Large

Lire la suite
2 lectures
0 commentaires

Yann Eliès et Sam Davies aux avant-postes, la Sardinha Cup arrive demain à Saint-Gilles Croix de Vie

Yann Eliès et Sam Davies mènent la danse après plus de 24 heures sur la Grande Course n°2, troisième étape de la Sardinha Cup. La flotte des 31 Figaro 3 encore en lice remonte au près d’Arcachon, à destination de l’île d’Yeu dans un vent de nord assez faible. L’arrivée est prévue samedi matin.

image

Crédit : Ch Breschi

Eux devant, les autres derrière ! 

Passés en tête au petit matin devant le Bassin d’Arcachon, Yann Eliès et Sam Davies en ont rajouté une petite couche sur la première partie du chemin retour vers l’île d’Yeu, creusant peu à peu l’écart sur leurs poursuivants immédiats, Leyton (Arthur Le Vaillant-Pascal Bidégorry) et Bretagne CMB Performance (Loïs Berrehar-Thomas Rouxel).

Le Briochin et la Britannique, deuxièmes au classement général avant le coup d’envoi de cette Grande Course n°2, semblent avoir les cartes bien en mains pour faire un gros coup à l’arrivée à Saint-Gilles Croix-de-Vie. D’autant que leurs principaux concurrents au général, les leaders Pierre Leboucher-Erwan Tabarly (Guyot Environnement) et les troisièmes Gildas Mahé-Morgan Lagravière (Breizh Cola Equi’Thé), accusaient plus de 7 milles de retard sur StMichel vendredi à 16h.

Arrivée prévue samedi matin

Reste à tenir jusqu’au bout et à bien négocier la nouvelle transition thermique attendue dans la nuit de vendredi à samedi sur cette troisième et dernière étape, que le directeur de course n’exclut pas de réduire. La remontée vers l’île d’Yeu est en effet plus longue que ne l’indiquaient les premiers routages en raison d’un vent plus faible que prévu. L’objectif est de permettre à la totalité de la flotte d’arriver à temps pour la remise des prix de la Sardinha Cup, prévue samedi à 17h.

Classement général Sardinha Cup Etape 3 :

1 Saint Michel 136 NM du but
2 Leyton à 138 NM du leader
3 Bretagne - CMB Performance à 138 NM du leader
4 Groupe Snef à 138 NM du leader
5 Smurfit Kappa à 138 NM du leader
6 Groupe Royer secours Populaire à 139 NM du leader
7 Macif 2019 à 139 NM du leader
8 NF habitat à 140 NM du leader
9 Region Normandie à 141 NM du leader
10 Action Contre la Faim à 141 NM du leader

Source : A Bourgeois

Lire la suite
2 lectures
0 commentaires

Une arrivée des premiers en milieu de nuit de samedi et dimanche

Certes, Earendil à bord duquel officient Pietro Luciani, Antoine Carpentier et Edouard-Marie Alikiagalelei conserve toujours la tête. Mais son avance un moment portée à plus de 20 milles, semble fondre inexorablement sous le double impact de l’affaiblissement du régime de Sud-Ouest devant son étrave, et du bel acharnement employé par ses poursuivants à revenir sur ses talons. Le Rochelais Aymeric Chappellier (Aïna Enfance et avenir) revendique ainsi de nouveau le statut de challenger, à seulement 11 milles du leader, ayant dépassé ce matin Kito de Pavant (Made in Midi). Six Class40 naviguent en une quarantaine de milles, alors que l’arrivée ne se situe plus qu’à environ 260 milles. C’est un final haut en suspens et en incertitude qui se dessine, l’approche des côtes charentaises étant barrée par une dorsale anticyclonique. Et c’est dans de tous petits airs que va se jouer le dénouement d’une épreuve débutée à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe le 24 mars dernier. Dernier horaire estimé pour le vainqueur : samedi à partir de minuit !

Un final dans les petits airs.

L’accordéon Atlantique, après s’être langoureusement étiré ces dernières 24 heures, pour atteindre entre le leader Earendil et le dernier Class40 à quitter Horta, Tibco de Loïc Féquet, les 180 milles, se compresse à nouveau, et une grosse centaine de milles ne séparent plus le leader du dernier, Esprit Scout (Marc Dubos). La tête de la course vient buter dans l’anticyclone. Les vitesse chutent, à commencer par celles des leaders, tandis que les poursuivants bénéficient pour encore quelques heures d’une bonne pression qui tourne de plus en plus sur l’avant des bateaux. Viendra ainsi l’heure de virer (enfin) de bord, mettant fin à une longue cavalcade de près de 1 000 milles sur un seul bord tribord, au coeur du front dépressionnaire ce soir moribond. Les cartes seront alors redistribuées, le potentiel de vitesse des voiliers s’équilibrant quelle que soit sa génération dans le petit temps, et au plus près du lit du vent. La tête de la flotte va gagner la latitude de l’île d’Yeu, avant de faire route plus ou moins directe sur La Rochelle. Un finish à vue, terrible pour les nerfs s’annonce, pour clore en beauté une transatlantique hivernale, d’ouest en est, scindée en deux étapes de rêve, qui a ravi tous les participants.

Rien n’est joué…

La Rochelle attend avec impatience les protagonistes du Défi Atlantique. L’ordre d’arrivée fait, à 36 heures du dénouement, l’objet de toutes les conjonctures. Earendil, flamboyant leader depuis 4 jours, auteur d’une trajectoire parfaitement rectiligne depuis le nord de l’archipel des Açores, saura-t-il négocier avec la même habileté les petits airs qui enflent dans le Golfe de Gascogne? Aymeric Chappellier, confortable leader du classement général, parviendra-t’il à exaucer son voeu le plus cher et entrer en vainqueur dans sa ville chérie de La Rochelle ? Le sudiste Kito de Pavant, revanchard à souhait, trouvera-t-il en Atlantique la clé pour s’extraire de calmes si similaires à sa Méditerranée ? Rendez-vous samedi en fin de journée pour trouver réponse et issue à une transatlantique menée tambour battant par 12 (Lamotte Module création ayant abandonné suite à un démâtage) équipages internationaux.

Un village d’ores et déjà ouvert sur le bassin des Chalutiers de La Rochelle

Un Village Arrivée est situé bassin des Chalutiers, au cœur de La Rochelle, et est ouvert du vendredi 12 au lundi 15 avril de 11h à 22h (sauf le lundi de 11h à 18h). Dans ce village, les visiteurs pourront retrouver les Iles de Guadeloupe avec un stand qui fera la promotion de la destination, découvrir les Rhum Bielle venus de Marie Galante, déguster une bière avec le brasseur local la Beun’aise, se restaurer sur l’espace Food truck et découvrir les animations proposées par la SNSM et AMR Location.

Si ce village peut accueillir d’ores et déjà tous les passionnés, notez que des animations seront proposées toute la journée de demain samedi (programme sur la page facebook de la course) et que les bateaux arrivés pendant la nuit entreront à marée haute en parade dimanche dans le bassin à partir de 14 heures. Un temps fort à ne louper sous aucun prétexte !

Classement à 15h00 heures françaises :

 Pietro Luciani (Earendil – 145) > 256,7 milles de La Rochelle Aymeric Chappellier (Aïna Enfance et Avenir – 151) > +10,7 milles Kito De Pavant (Made in Midi – 142) > +11,6 milles Miranda Merron (Campagne de France – 147) > +20,9 milles Andréa Fantini (Enel Green Power – 55) > +22,2 milles Charles-Louis Mourruau (Colombre XL – 101) > +40,5 milles Arthur Hubert (Athena Groupe Immobilier – Mer Entreprendre – 152) > +49,9 milles Emmanuel Le Roch (Edenred – 100) > +59,5 milles Loïc Fequet (Tibco – 123) > +75,7 milles  Franz Bouvet (Yoda – 65) > +91,2 milles Marc Dubos (Esprit Scout – 81) > +105,7 milles
Abandon. Luke Berry (Lamotte – Module Création – 153)

L’article Une arrivée des premiers en milieu de nuit de samedi et dimanche est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
2 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions