• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme

Billy Besson et Marie Riou à la tête de l’Équipe Française

Billy Besson, quadruple champion du monde et représentant de la France aux JO en 2016, sera le barreur de l’Équipe Française de la ligue SailGP, qui débutera en février 2019 à Sydney. L’Équipe Française du SailGP compte deux marins olympiques, Billy Besson et Marie Riou – également quadruple champions du Monde et en lice pour les prochains JO de Tokyo 2020. Marie Riou sera la seule femme navigante de cette nouvelle ligue.
Elle comprend également 3 marins expérimentés qui ont participé aux précédentes America’s Cup : Matthieu Vandame, Devan Le Bihan, Olivier Herledant, et en équipier de réserve Timothé Lapauw, la « nouvelle garde » qui figure parmi les jeunes marins les plus doués du pays.

Face aux « Frenchies », les 5 autres équipes viennent d’Australie, de Chine, de Grande-Bretagne, du Japon et des États-Unis. Elles s’affronteront à bord de catamarans F50 monotypes sur-vitaminés à aile rigide, capables de franchir la barre des 50 nœuds (100 km/h).
La première saison se conclura par l’étape de Marseille du 20 au 22 septembre 2019. Cette épreuve se clôturera par une troisième journée de compétition : un duel en match racing entre les deux meilleures équipes de la ligue, pour déterminer le champion de la saison SailGP, titre doté d’un prix d’1 million de dollars.

“L’Équipe Française sera certainement un concurrent de taille lors de cette première saison de SailGP et pourrait en surprendre plus d’un !” commente Russell Coutts, CEO de SailGP. “Billy et Marie ont déjà accompli de belles choses ! Avec à leurs côtés le renfort de trois marins talentueux qui ont couru sur l’AC50, ils alignent une équipe solide et expérimentée. Cette première saison s’annonce passionnante, avec le point culminant ici, à Marseille, où le mistral viendra challenger les meilleurs marins du monde en quête du prize money d’1 million de dollars.”

 

” C’est une opportunité exceptionnelle et fascinante pour nous tous, et je suis très fier de faire partie de cette équipe et de la ligue “, explique Billy Besson. “Je n’ai jamais navigué sur ce genre de bateau, j’ai beaucoup à apprendre et je compte sur mon équipage qui lui a une grande expérience sur ce support. C’est une chance pour toute la voile française d’avoir une étape en France. A Marseille il y a un plan d’eau et des infrastructures exceptionnelles, et le public pourra suivre les régates à partir d’endroits magnifiques.”

 

” Je suis très fière de faire partie de l’Équipe Française, particulièrement avec Billy comme skipper. Il est extrêmement talentueux et j’ai totalement confiance en lui, ” dit Marie Riou. “Je suis très honorée d’être la première femme à bord des F50, et j’espère qu’il y en aura d’autres dans cette ligue très ouverte et en pleine évolution. Je suis avant tout une compétitrice et une navigante, et j’espère avoir l’opportunité de signer de belles performances pour cette équipe et pour notre pays.”

COMPOSITION DE L’ÉQUIPE FRANÇAISE SAILGP

Billy Besson
37 ans, Tahiti
Barreur Marie Riou
37 ans, Plougastel-Daoulas
Régleur de vol Matthieu Vandame
36 ans, Vannes
Régleur d’aile Devan Le Bihan
35 ans, Hennebont
Wincheur Olivier Herledant
38 ans, Concarneau
Wincheur Timothé Lapauw
22 ans, Nice
Wincheur remplaçant

CALENDRIER 2019

Sydney : 15 et 16 février San Francisco : 4 et 5 mai New York : 21 et 22 juin Cowes : 10 et 11 août Marseille : 20 au 22 septembre

La compétition SailGP Marseille se déroulera en Rade Nord, devant la digue du large à la sortie du Vieux Port et devant le Grand Port Maritime de Marseille. Des moyens seront mis en œuvre pour accueillir le public sur la digue et sur le plan d’eau, afin de faire de cet événement une compétition de haut vol et un magnifique spectacle sur l’eau. L’événement se déroulera du vendredi au dimanche, avec des courses de 14h à 16h.

Jean-Claude GAUDIN, Maire de Marseille, Vice-Président Honoraire du Sénat, accueille l’événement avec enthousiasme : « La désignation de Marseille pour accueillir la grande finale de SailGP, du 20 au 22 septembre 2019, représente à la fois un privilège et une récompense pour la deuxième ville de France. Ce choix, aux côtés de Sydney, San Francisco, New York et Cowes confirme en effet la renommée internationale de Marseille et de sa rade dans le milieu de la voile. Mais il conforte aussi notre ville, Capitale européenne de la culture en 2013 et Capitale européenne du sport en 2017, dans sa politique ambitieuse qui lui a valu d’accueillir des événements sportifs d’envergure comme l’Euro 2016 ou le contre-la-montre du Tour de France en 2017. Cette nouvelle épreuve au rayonnement mondial servira de formidable support à la découverte par le plus grand nombre des conditions exceptionnelles de notre plan d’eau avant le grand rendez-vous des Jeux Olympiques 2024 lors desquels Marseille accueillera les épreuves de voile. »

Henry Bacchini, Président délégué de la Fédération Française de Voile
Je suis très fier de voir des olympiens français engagés dans le SailGP ainsi que des membres de la filière de Match Racing. Il est normal que la Fédération Française de voile les suive et nous discutons d’un accompagnement avec la cellule performance de l’équipe de voile olympique, sous la houlette du marseillais Guillaume Chielino. Ce circuit va permettre à Billy et Marie de conforter leurs acquis sur ces bateaux volants, en vue des JO 2020 qui restent un objectif majeur pour nous.
La France est une nation majeure de la voile et elle ne peut être absente d’un circuit mondial innovant.
Marseille est le plan d’eau des JO 2024 et s’affirme une fois encore comme une place forte de la voile mondiale.

L’article Billy Besson et Marie Riou à la tête de l’Équipe Française est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
90 lectures
0 commentaires

Billy Besson, Marie Riou, Matthieu Vandame, Devan Le Bihan, Olivier Herledant sur le SailGP

L’équipe française du circuit SAILGP de F50 a été dévoilée ce jour à Marseille. Billy Besson, quadruple champion du monde et représentant de la France aux JO en 2016 sera le barreur. On retrouvera à bord Marie Riou, Matthieu Vandame, Devan Le Bihan, Olivier Herledant, et en équipier de réserve Timothé Lapauw.
C’est Russell Coutts qui a choisit Billy pour son parcours olympique en Nacra, un point commun avec les autres équipes du circuit.

« L’Équipe Française sera certainement un concurrent de taille lors de cette première saison de SailGP et pourrait en surprendre plus d’un !” commente Russell Coutts, CEO de SailGP. « Billy et Marie ont déjà accompli de belles choses ! Avec à leurs côtés le renfort de trois marins talentueux qui ont couru sur l’AC50, ils alignent une équipe solide et expérimentée. Cette première saison s’annonce passionnante, avec le point culminant ici, à Marseille, où le mistral viendra challenger les meilleurs marins du monde en quête du prize money d’1 million de dollars. »

 » C’est une opportunité exceptionnelle et fascinante pour nous tous, et je suis très fier de faire partie de cette équipe et de la ligue « , explique Billy Besson. Je n’ai jamais navigué sur ce genre de bateau, j’ai beaucoup à apprendre et je compte sur mon équipage qui lui a une grande expérience sur ce support. C’est une chance pour toute la voile française d’avoir une étape en France. A Marseille il y a un plan d’eau et des infrastructures exceptionnelles, et le public pourra suivre les régates à partir d’endroits magnifiques. »
 » Je suis très fière de faire partie de l’Équipe Française, particulièrement avec Billy comme skipper. Il est extrêmement talentueux et j’ai totalement confiance en lui, «  dit Marie Riou. Je suis très honorée d’être la première femme à bord des F50, et j’espère qu’il y en aura d’autres dans cette ligue très ouverte et en pleine évolution. Je suis avant tout une compétitrice et une navigante, et j’espère avoir l’opportunité de signer de belles performances pour cette équipe et pour notre pays. »

La compétition SailGP Marseille se déroulera en Rade Nord, devant la digue du large à la sortie du Vieux Port et devant le Grand Port Maritime de Marseille. Des moyens seront mis en œuvre pour accueillir le public sur la digue et sur le plan d’eau, afin de faire de cet événement une compétition de haut vol et un magnifique spectacle sur l’eau. L’événement se déroulera du vendredi au dimanche, avec des courses de 14h à 16h.

Jean-Claude GAUDIN, Maire de Marseille, Vice-Président Honoraire du Sénat, accueille l’événement avec enthousiasme : « La désignation de Marseille pour accueillir la grande finale de SailGP, du 20 au 22 septembre 2019, représente à la fois un privilège et une récompense pour la deuxième ville de France. Ce choix, aux côtés de Sydney, San Francisco, New York et Cowes confirme en effet la renommée internationale de Marseille et de sa rade dans le milieu de la voile. Mais il conforte aussi notre ville, Capitale européenne de la culture en 2013 et Capitale européenne du sport en 2017, dans sa politique ambitieuse qui lui a valu d’accueillir des événements sportifs d’envergure comme l’Euro 2016 ou le contre-la-montre du Tour de France en 2017. Cette nouvelle épreuve au rayonnement mondial servira de formidable support à la découverte par le plus grand nombre des conditions exceptionnelles de notre plan d’eau avant le grand rendez-vous des Jeux Olympiques 2024 lors desquels Marseille accueillera les épreuves de voile. »

Henry Bacchini, Président délégué de la Fédération Française de Voile
Je suis très fier de voir des olympiens français engagés dans le SailGP ainsi que des membres de la filière de Match Racing. Il est normal que la Fédération Française de voile les suive et nous discutons d’un accompagnement avec la cellule performance de l’équipe de voile olympique, sous la houlette du marseillais Guillaume Chielino. Ce circuit va permettre à Billy et Marie de conforter leurs acquis sur ces bateaux volants, en vue des JO 2020 qui restent un objectif majeur pour nous.
La France est une nation majeure de la voile et elle ne peut être absente d’un circuit mondial innovant.
Marseille est le plan d’eau des JO 2024 et s’affirme une fois encore comme une place forte de la voile mondiale.

Lire la suite
110 lectures
0 commentaires

Ricardo Pinto remporte le Mirabaud Yacht Racing Image devant Martin Keruzoré et Pierre Bouras

109 photographes, représentant 25 pays, ont participé à la neuvième édition du concours photo Mirabaud Yacht Racing Image à Lorient. Le Portugais Ricardo Pinto remporte le prix principal, alors que les délégués du Yacht Racing Forum ont récompensé la photo d'Eloi Stichelbaut. Brigi Török (HUN) remporte le prix du public, basé sur les votes en ligne. 

Image gagnante du Mirabaud Yacht Racing Image 2018 © Ricardo Pinto

Credit : R.Pinto

Ricardo Pinto : "partager ces instants avec le plus grand nombre"

Le jury international a décidé d'honorer le photographe portugais Ricardo Pinto et son image prise lors de la Volvo Ocean Race. Basé à Lisbonne, il travaille comme photographe de voile depuis des années. « C’est un véritable privilège de couvrir les plus grands événements de voile dans le monde entier et d’être le témoin de moments comme celui qu’illustre la photo », a déclaré le vainqueur. « Mon but est de pouvoir partager ces instants avec le plus grand nombre, en leur donnant le sentiment d’être à mes côtés. »

Le Mirabaud Yacht Racing Image Award a une nouvelle fois rencontré un succès populaire important, notamment sur les réseaux sociaux. Environ 10'000 votes ont été comptabilisés, tandis que le site Internet a enregistré plus de 235'000 pages vues.

Le vainqueur, actuellement en reportage en Afrique, succède au photographe allemand Sören Hese. Il s’est imposé devant deux photographes français: Martin Keruzoré et Pierre Bouras.

Eloi Stichelbaut remporte le Yacht Racing Forum award, décerné par les délégués du Yacht Racing Forum. Brigi Török (HUN) décroche quant à elle le prix du public, ayant accumulé le plus de votes sur internet.

Mirabaud Yacht Racing Image 2018 - Top 10

1. Ricardo Pinto (POR)
2. Martin Keruzoré (FRA)
3. Pierre Bouras (FRA)
4. Michael Chittenden (NZL)
5. Jöran Bubke (GER)
6. Benjamin Sans (CHL)
7. Yann Riou (FRA)
8. Yvan Zedda (FRA)
9. Eloi Stichelbaut (FRA)
10. Andrea Francolini (AUS)

Yacht Racing Forum award - Top 5


1. Eloi Stichelbaut (FRA)
2. Martin Keruzoré (FRA)
3. Benjamín Sans (CHL)
4. Loris von Siebenthal (SUI)
5. Michael Chittenden (NZL)

Prix du public - Top 5


1. Brigi Török (HUN)
2. Gàbor Cserta (HUN)
3. Alex Irwin (UK)
4. Andras Kollmann (HUN)
5. Martina Orsini (ITA)

Jury du Mirabaud Yacht Racing Image 2018

Jesus Renedo, photographe professionnel
Cory Silken, photographe professionnel
Brice Lechevalier, rédacteur en chef, Skippers Magazine
Nicolas Mirabaud, Membre du Comité Exécutif de Mirabaud & Cie SA
Sofia Bekatorou, ex-championne olympique, 470
Jean-Baptiste Epron, designer graphique de voiliers de course

Source : MaxComm Communication

Lire la suite
93 lectures
0 commentaires

Loïc Lepage en sécurité, le marin francais de la Golden Globe Race a été récupéré

Charles Caudrelier et Marie Riou, deux marins français nommés au titre de World Sailor of the Year Awards 2018

Le World Sailing vient d'annoncer la liste des 11 marins sélectionnés pour remporter le titre du Marin de l'Année 2018. Vainqueurs...

image
Lire la suite
82 lectures
0 commentaires

SMA dans la dernière ligne droite avant la Route du Rhum, Paul Meilhat : "Ne rien laisser au hasard !" - IMOCA

Charles Caudrelier et Marie Riou, deux marins français nommés au titre de World Sailor of the Year Awards 2018

Le World Sailing vient d'annoncer la liste des 11 marins sélectionnés pour remporter le titre du Marin de l'Année 2018. Vainqueurs...

image
Lire la suite
86 lectures
0 commentaires

Le village de la Route du Rhum à Saint-Malo ouvre ses portes le mercredi 24 octobre, demandez le programme

Le village de la Route du Rhum est en plein montage sous les remparts de Saint Malo. Une véritable fourmilière couvrant une superficie de 50 000m2, du jamais vu pour l’événement. Deux millions de personnes avaient visité la ville il y a quatre ans et la fréquentation pourrait encore augmenter cette année pour les 40 ans de l'événement. Le village ouvrira ses portes officiellement le mercredi 24 octobre à 14 heures et sera inauguré à 18 heures. 

image

Crédit : AFP 


Village de la Route du Rhum hors norme

Le site ouvrira tous les jours de 10h00 à 20h00, et dès 8h le dimanche 4 novembre, avec des nocturnes jusqu’à 22h00 les deux vendredis et deux samedis. Parmi les temps forts, la présentation officielle des 123 skippers aura lieu le samedi 27 octobre à 18 heures à la Fosse aux Lions (Intra-muros).

Des mesures de sécurité sont mises en place, avec notamment un accès limité aux véhicules et une fouille systématique aux quatre entrées du village. Avec 172 exposants répartis sur une vingtaine de halls, le choix pour le public s’annonce riche.

Incontournable, le pavillon de 1 200m2 des Iles de Guadeloupe offre un voyage en saveurs et senteurs au cœur du terroir et de la culture de l’archipel. La Bretagne propose une exposition valorisant le dynamisme de la Région et sa richesse maritime. La Ville de Saint-Malo proposera notamment des activités nautiques et sportives sur les bassins comme sur la plage du Sillon.

Partenaire principal de la course, la Banque Populaire Grand Ouest ouvre un espace numérique et ludique où le skipper Armel Le Cléac’h, le maxi-trimaran mais aussi la Fédération Française de la Voile et la Cité de la Voile Eric Tabarly seront à l’honneur.

Émissions en direct sur le grand plateau

La grande scène de l’Esplanade Saint-Vincent au cœur du village accueillera les émissions phares de la course. Tout d’abord, le journal de la mi-journée ainsi que le Journal du Rhum en soirée, animés par Serge Herbin, iront à la rencontre les skippers de cette 11e édition.

Les partenaires médias de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe y réaliseront également leurs émissions à l’image du Télégramme avec le Café de la Marine ou de Radio France avec les délocalisations France Bleu et France Info et notamment les Informés du Sport, vendredi 2 novembre à 20h.

France Télévisions, partenaire historique de la course, a mis en place un large dispositif de couverture de l’événement avec plusieurs éditions des journaux délocalisées à Saint-Malo du 2 au 4 novembre, la couverture de la sortie des écluses le samedi 3 à partir de 15h20 et le grand direct du départ sur France 3 National, France O et Guadeloupe 1ère le 4 novembre de 13h30 à 15h35, présenté par Valérie Chopin, accompagnée de Laurent Bignolas, Gaël Robic et Gwenaëlle Bron et leurs consultants, les navigateurs Roland Jourdain et Franck Cammas.

Source : Rivacom

Lire la suite
101 lectures
0 commentaires

Le Cigare Rouge fait son grand retour sur la Route du Rhum : "Que ce bateau recyclé poursuive sa vie"

Le 4 novembre à Saint-Malo, Jean-Marie Patier prendra le départ de sa première Route du Rhum dans la catégorie Rhum Mono. Pour ce grand défi en solitaire, ce skipper/entrepreneur a sauvé et entièrement restauré « Le Cigare Rouge », un voilier élégant et historique, mis à l’eau en 1991 pour Jean-Luc Van Den Heede. Présentation d’un bateau emblématique qui a notamment bouclé cinq tours du monde (dont quatre Vendée Globe) et participé à deux reprises à la Route du Rhum.

image

Credit : B.Stichelbaut

Mis à l'eau en 1991

Il s’agit du dernier plan dessiné par l’architecte Philippe Harlé (avec Alain Mortain), construit au chantier CDK et mis à l’eau en 1991. A son bord, Jean-Luc Van Den Heede a terminé à la 2e place du Vendée Globe en 1992-1993, après 116 jours de course. Ce voilier a bouclé quatre autres tours du monde, à commencer par le BOC Challenge en 1994-1995 avec Van Den Heede (3e), puis trois nouveaux Vendée Globe.

En 1996-1997, après 140 jours de mer, Catherine Chabaud a terminé à la 6e place, devenant au passage la première femme à terminer une course autour du monde en solitaire et sans escale. Quatre ans plus tard, c’est Joé Seeten qui a mené le Cigare Rouge sur le Vendée Globe (115 jours). Pour l’édition 2004-2005, la navigatrice Karen Leibovici a réalisé l’exploit à son tour. Son temps de course : 126 jours.

Le Cigare Rouge a aussi terminé deux fois la Route du Rhum, avec Jean-Luc Van Den Heede en 1998 (2e place en monocoque) et Patrick Favre dans la redoutable édition 2002.

Une renaissance

A partir de 2005, ce voilier emblématique a vécu un long moment d’abandon à La Rochelle. Ce n’est qu’en juin 2017 qu’il a été acheté aux enchères par Jean-Marie Patier, qui l’a récupéré à l’état d’épave.

« Le bateau était en train de pourrir, tout était à refaire. Il a fallu l’expertiser pour voir s’il pouvait être sauvé », raconte Jean-Marie Patier. S’en est suivi un grand chantier d’une durée d’un an, à La Rochelle puis à Caen. « Tout était à refaire, le bateau avait été pillé et il partait à la casse. Mis à part la coque, les deux mâts et le pont, il ne restait plus rien. Pour mener à bien le projet de restauration, il fallait beaucoup de volonté et un peu de chance, sans compter l'intervention déterminante et la disponibilité du cabinet Lombard dans le refit du bateau ».

Le Cigare Rouge a été remis à l’eau en juin dernier.

S’inscrire dans une démarche durable

Pour remettre à flot le Cigare Rouge, Jean-Marie Patier souhaitait à la fois rester fidèle à l’état d’origine du bateau et s’inscrire dans une démarche durable. « Ce voilier a toujours été rouge et il était évident de conserver cette identité visuelle. Je constate que de nombreuses personnes identifient le Cigare Rouge et sont heureuses de le revoir naviguer. 

Nous avons entrepris une restauration de bon sens en faisant de la récupération de matériel dans différents chantiers. Nous avons par exemple installé la quille de l’ancien Foncia de Michel Desjoyeaux (un plan Farr mis à l’eau en 2007, NDR). Nous voulions que ce bateau ‘recyclé’ poursuive sa vie. Nous avons essayé de le rendre plus performant, de le faire progresser techniquement. » 

Ce monocoque sera pour la troisième fois au départ de la plus prestigieuse des transatlantiques en solitaire, entre les mains d’un passionné soucieux d’en prendre soin et de le mener à bon port à Pointe-à-Pitre.

Ambassadeur de l'Appel "OCEAN AS COMMON"

Le voilier FORMATIVES NETWORK sera sur la Route du Rhum l’ambassadeur de l’Appel pour "un Océan, Bien commun de l’Humanité", porté par Catherine Chabaud et quelques ONGs. Les signataires de l’Appel demandent instamment que tous les espaces marins, côtiers comme hauturiers, soient considérés comme un bien commun de l’Humanité.

Source : Mer et Media

Lire la suite
99 lectures
0 commentaires

Vidéo du sauvetage de Loïc Lepage, Susie Goodall après la tempête

Le navigateur français en grande difficulté sur son bateau arès avoir démâté et subissant une importante voie d’eau a pu être secouru ce matin. Il est désormais à bord d’un cargo qui s’est dérouté pour lui prêter secours. Il n’est pas blessé.

La course continue pour 8 skippers dont la navigatrice britannique Susie Goodall qui a subit une terrible tempête à bord de Rustler 36 DHL Starlight. La tempête est arrivée d’un coup et avec la même violence que celle qui a fait chavirer et démâter Gregor McGuckin et Abhilash Tomy il y a 2 semaines. “La tempête a vraiment cogné entre 9h du soir et 9H du matin » J’avais 70 noeuds de vent et des vagues de 13 mètres. Elles étaient méchantes…pratiquement à la verticale avec des vagues qui cassaient. Je ne sais pas comment nous (avec le bateau) sommes passés au travers . Mon régulateur d’allure s’est cassé et j’ai dû barrer pendant 7 heures. Le bateau s’est couché plusieurs fois et j’avais peur de chavirer à tout moment ». Tout était mouillé sur le pont et dans la cabine, les matelas de couchette et le sac de couchage. « J’ai vraiment perdu du poids pendant la tempête car je ne pouvais pas laisser la barre pour aller manger et maintenant j’ai tout le temps froid et je n’arrive pas à me réchauffer ».

Elle a particulièrement souffert des mains. « Je n’ai jamais eu des mains aussi douces » dit-elle en plaisantant, et elle ajoute « Elles ne sont pas bien belles à voir. Couvertes de crevasses et de coupures et maintenant couvertes de pansements pour éviter le sel ».

Avec la tempête se refermant sur elle, Susie a pris la décision de faire demi-tour direction ouest pour la contourner et se retrouver dans une zone plus clémente. Elle n’a pas échappé aux vents très forts mais au moins ils avaient une direction constante. Contrairement à McGuckin et Tomy qui ont eu un mer chaotique et des vents tournant à 180°. Pour conclure on peut dire que Susie peut se vanter d’être la première solitaire à avoir passé le Cap Leeuwin 3 fois en un seul tour du monde ! . » Je suis vraiment contente que le bateau avance encore bien aujourd’hui « .

La tempête est maintenant passée mais elle a laissé derrière elle une mer suffisamment mauvaise pour l’empêcher de réparer son régulateur d’allure pour l’instant.  » Il ne marche mais pas très bien. Seulement par vent de travers, donc je dois barrer avec peu de toile pour l’instant « .

Avec encore 1000 milles jusqu’au Point de dépose Boatshed.com des films à Hobart, son arrivée à Hobart est prévu vers le 1er Novembre.

Igor Zaretskiy a cassé son régulateur d’allure

Le skipper russe Igor Zaretskiy sur son Endurance 35 Esmeralda, se traînant maintenant en queue de course quelques 6 000 milles derrière le leaderJean-Luc Van Den Heede, a dû rester 4 heures en haut de son mât pour réparer la fixation de son étai avant. Dans un message à son équipe il confie  » J’ai cru mourir car les vagues déferlaient par dessus bord « . En redescendant sur le pont Igor a raconté qu’il ne sentait plus ses mains et ses pieds et que depuis il s’est reposé dans sa couchette. Cela explique son ralentissement ces derniers jours, mais le Russe dit qu’il est à nouveau prêt à naviguer et le tracker de la course montre qu’Esmeralda avance à nouveau dans la bonne direction à 4,7 noeuds.

Lui et le 7ème de la course Mark Sinclair (Lello 34 Coconut) ont de la route à faire ne serait-ce que pour rattraper l’avance de Sir Robin Knox-Johnstonet son Suhaili il y a 50 ans sur le même parcours. Le tracker montre une avance d’une journée pour le Suhaili .

Jean-Luc Van Den Heede à bord de son Rustler 36 Matmut, traverse maintenant le Pacifique et apprécie son avance de 2 semaines sur Mark Slats(Ohpen Maverick) le 2ème de la Course qui a quitté le point de dépose de films BoatShed.com à la porte de Hobart hier. En parlant via son téléphone satellite au PC Course aujourd’hui le Français âgé de 73 ans raconte « Bons vents aujouurd’hui et hier…j’essaie d’aller le plus vite possible. » Il a réparé son gennaker et ne tarissait pas d’éloges sur son régulateur d’allure Hydrovane. « Dans un coup de vent ça a un grand avantage car il ne régule pas le gouvernail ayant sa propre direction à part. Ce petit gouvernail est plus efficace que le principal. »

Le prochain skipper à passer le Point de dépose de films BoatShed.com à la Porte de Hobart est l’Estonien Uku Randmaa (Rustler 36 One and All). Son jour d’arrivée est estimé le 26 Octobre, suivi de Susie Goodall le1er November.

Positions des skippers de la flotte GGR à 16:30 UTC aujourd’hui (18:30 en France) 22.10.18

Jean- Luc VDH (FRA)Rustler 36 Matmut Mark Slats (NED)Rustler 36 Ohpen Maverick Uku Randmaa (EST) Rustler 36 One and All Susie Goodall (GBR) Rustler 36 DHL Starlight Istvan Kopar (USA) Tradewind 35 Puffin Tapio Lehtinen (FIN) Gaia 36 Asteria Mark Sinclair (Aus) Lello 34 Coconut Igor Zaretskiy (RUS) Endurance 35 Esmeralda

RETIRED

Ertan Beskardes (GBR) Rustler 36 Lazy Otter Kevin Farebrother (AUS) Tradewind 35 Sagarmatha Nabil Amra (PAL) Biscay 36 Liberty II Antoine Cousot (FRA) Biscay 36 Métier Intérim Philippe Péché (FRA) Rustler 36 PRB Are Wiig (NOR) OE 32 Olleanna Gregor McGuckin (IRE) Biscay 36 Hanley Energy Endurance Abhilash Tomy (IND) Suhaili replica Thuriya Francesco Cappelletti (ITA) Endurance 35 007 Loïc Lepage (FRA) Nicholson 32 Laaland
Lire la suite
115 lectures
0 commentaires

Maserati et Rambler premiers en temps réel

Le MOD70 Maserati de Giovanni Soldini a franchit le premier la ligne d’arrivée de la Middle Sea Race après 2 jours, 11 heures et 54 minutes de course avec son équipage composé de  Guido Broggi, Carlos Hernandez Robayna, Oliver Herrera Perez, Matteo Soldini, Nico Maori Malingri di Bagnolo, Vittorio Bissaro et Francois Robert.
En monocoque c’est Rambler qui s’impose en temps réel.

Lire la suite
85 lectures
0 commentaires

Sauvetage en cours de Loïc Lepage

8:25 La récupération de Loïc est prévue dès le lever du jour le Mardi 23. Avoir 2 bateaux sur zone avec un avion en survol est TRES important pendant l’opération. Il se peut que l’équipage du SHIOSAI ne puisse pas mettre à l’eau son bateau de sauvetage. Le cargo est GIGANTESQUE : 279 mètres de long, 45 de large et 177000 tonnes ce qui rend la manoeuvre délicate. Si c’est impossible, Loïc devra mettre à l’eau son radeau de survie et monter à bord d’Alizés II. L’accès au Beneteau Oceanis 43 peut rendre l’opération plus facile. Tout peut arriver à ce moment là. Les conditions météo sont bonnes. 25 noeuds de vent ouest et 3-4 mètres de vagues.

8h22 : Un avion de surveillance du JRCC survole Loïc Lepage faisant le point sur la situation et surveillant tout bateau à proximité pouvant porter assistance. Cette nuit Loïc a appelé la GGR pour dire que tout restait stable. Il pompe l’eau manuellement toutes les 20 minutes SANS utiliser la pompe électrique pour économiser les batteries. A environ 10H UTC le 22 Octobre (3H locale du matin en France) le cargo SHIOSAI était à environ 145 milles Nord-Nord Est de Loïc avec une ETA probable tôt demain matin mardi en Australie (moins 9H en France). Francis Tolan à bord d’Alizés II, qui était à 140 milles Nord-Nord Ouest de Loïc, devrait arriver à peu près en même temps. Ses conditions de navigation sont bonnes et il navigue vraiment TRES BIEN pour aller aussi vite.

Lire la suite
98 lectures
0 commentaires

Isabelle Joschke se prépare pour sa première Route du Rhum : "Plus je navigue et plus je suis à l'aise" - IMOCA

Elles seront six au départ de la Route du Rhum cette année. Le 4 novembre prochain, six femmes, Isabelle Joschke, Samantha Davies, Alexia Barrier, Miranda Merron, Morgane Ursault Poupon et Claire Pruvot s'élanceront à l'assaut de l'Atlantique. Peu avant de quitter Lorient, le port d'attache de l'IMOCA Monin, rencontre avec la navigatrice franco-allemande Isabelle Joschke qui participera à son premier Rhum. 


image

Crédit : E Allaire



Après une Mini Transat en 2005, 7 Solitaire du Figaro et une saison en Class40, Isabelle Joschke a embarqué, depuis 2017, sur l'IMOCA Monin, l'ex-Safran de Marc Guillemot, passé ensuite entre les mains de Yann Eliès (Queguiner). A son bord, elle a terminé huitième de la dernière Transat Jacques Vabre. La skipper était alors accompagnée de Pierre Brasseur pour rallier Le Havre à Salvador de Bahia. Isabelle Joschke affine ses gammes 2018 a démarré sur les chapeaux de roue pour le team Monin. De belles deuxièmes places, d'abord sur le Monaco Globe Series, la nouvelle course disputée en juin dernier, pour le duo Joschke - Gautier, puis sur la DRHeam Cup cet été, après un beau duel 100% féminin face à Samantha Davies. "Plus je navigue et plus je suis à l'aise," commente la navigatrice qui affine ses gammes. "Je me connais de plus en plus. Je m'appuie sur mes forces et suis consciente de mes faiblesses.""Le bateau est polyvalent et est redoutable dans le petit temps," poursuit Isabelle Joschke qui navigue sur un monocoque à dérives droites. Sur les 20 IMOCA au départ de la Route du Rhum, elle se battra donc contre les non foilers, même si les anciens bateaux dotés de moustaches aujourd'hui ne lui font pas peur. "L'objectif pour moi est de performer. Je ne fais pas le match avant la course." Fabien Delahaye en renfort  Pour parfaire sa préparation, la navigatrice a embarqué ses dernières semaines le performer Fabien Delahaye. "Fabien est venu naviguer en juillet et en septembre. On a fait un programme sur mesure. Il m'a aidée à mieux connaitre mon bateau. C'est très enrichissant." Sans oublier ses entraînements à terre, menés depuis 3 ans avec un préparateur physique. "Au quotidien, je commence la journée par une 1h15 de préparation physique. Sur ces derniers jours, c'est surtout course à pieds et pilates."Après une dernière journée de 24 heures en mer, jeudi dernier, la navigatrice se prépare à larguer les amarres de Lorient. Rendez-vous le 4 novembre prochain pour 3542 milles à l'assaut de l'Atlantique en solitaire.
image

Crédit : B Stichelbaut


E Allaire
Lire la suite
92 lectures
0 commentaires

Le X37 équipé d’une barre composite Nautex

« Beaucoup plus légère et agréable à utiliser » dixit le propriétaire de ce X37 qui vient d’équiper son voilier de la barre à roue en fibre de verre Nautex. Fabriquée comme les barres carbone en une seule pièce sans collage, elle donne une structure très résistante pour le même poids mais au tiers du prix. Autre avantage l’inertie induite est moindre, le pilote automatique et les batteries du bord sont ainsi préservés !
Plus d’infos sur : http://www.nautex-international.com/barre-a-roue.html

Lire la suite
86 lectures
0 commentaires

Début de la finale du Challenge Espoir Bretagne – CMB 2019

Après les sélections du skipper Macif, c’est au tour du Challenge Espoir Bretagne – CMB2019 de décider qui sera son skipper l’année prochaine. Trois prétendants sont encore en lice :  Kévin Bloch, Tom Laperche et Gaston Morvan. Les trois jeunes retenus à l’issue de la phase 2 du dispositif de sélection du Challenge Espoir Bretagne – Crédit Mutuel de Bretagne 2019 ont rendez-vous à partir de ce lundi, au Pôle Finistère de Course au Large à Port-la-Forêt, pour la finale à l’issue de laquelle l’on connaitra le nom du prochain skipper Espoir de la Filière d’excellence de course au large Bretagne – CMB. Lors de cette ultime phase de test, les trois marins en herbe vont s’affronter en solitaire à bord de Figaro Bénéteau 2 sur, a minima, neuf parcours de type « banane ».

« Celui qui totalisera le maximum de point remportera l’épreuve sur l’eau mais à l’arrivée, c’est le jury qui décidera du vainqueur du Challenge en se laissant le droit de ne pas retenir le gagnant s’il juge que ce dernier n’a pas fait preuve d’un comportement adapté. Concernant le nombre de manches courues, si l’un des candidats domine l’épreuve, il se peut que le nom du nouveau skipper Espoir soit connu dès mercredi mais nous prévoyons de disputer autant de courses que nécessaire pour avoir un classement clair, avec un premier, un deuxième et un troisième », avance Christian Le Pape, le Directeur du Pôle Finistère Course au Large. Côté météo, si ce premier jour de test promet d’être assez musclé, avec entre 15 et 20 nœuds de vent, les suivants devraient se jouer dans des conditions plutôt mollassonnes. « Dans ce contexte, la gestion de l’enjeu et du stress sera assurément déterminante pour cette finale », assure Christian Le Pape.

 

Pour rappel 

Les trois finalistes : 

Kévin Bloch, 23 ans, de Brié et Angonnes (38), licencié au CNV Aix-les-Bains (73)
Tom Laperche, 21 ans, de Carnac (65), licencié à la SNBSM (35)
Gaston Morvan, 21 ans, de Landéda (29), licencié à l’USAM Voile Brest (29)

L’enjeu de la compétition : 

Le vainqueur de cette compétition deviendra, après validation du comité de sélection, lauréat du Challenge Espoir Bretagne – CMB avec, à la clé, un bateau, un budget de fonctionnement permettant de disputer dans les meilleures conditions le circuit du Championnat de France de Course au Large en Solitaire et l’intégration au Pôle Finistère Course au Large, gage d’une formation professionnelle sérieuse et d’un apprentissage au contact des meilleurs navigateurs français.

Lire la suite
82 lectures
0 commentaires

Les TOP et FLOP de la semaine ... #41

Charles Caudrelier et Marie Riou, deux marins français nommés au titre de World Sailor of the Year Awards 2018

Le World Sailing vient d'annoncer la liste des 11 marins sélectionnés pour remporter le titre du Marin de l'Année 2018. Vainqueurs...

image
Lire la suite
84 lectures
0 commentaires

Les secours s'organisent pour Loic Lepage sur la Golden Globe Race, victime d'une voie d'eau

A 18h27 UTC samedi, le Centre de Coordination de Sauvetage Aéromaritime de Canberra (JRCC Australie) a récupéré un appel de détresse de Loïc Lepage (Golden Globe Race), victime d'un démâtage et de voie d’eau sur son bateau Laaland quelques 600 milles au Sud-Ouest de Perth. A 20h30 UTC, un avion Challenger a décollé de Perth, muni d’une pompe à eau pour la lancer à bord du bateau, et pour constater la situation. L’avion est arrivé sur zone à 23h09 UTC et l’équipage a pu communiquer avec le skipper français par radio VHF. 


Credit : GGR

Loïc Lepage a précisé qu’il effectuait des réparations sur son moteur et qu’il n’avait pas besoin de la pompe ou de tout autre outil. Il a aussi confirmé que le flux d’eau faisait environ 160 litres par heure mais que les pompes à bord fonctionnaient. L’équipe de l’avion a rapporté que le mât ne semblait pas être attaché au bateau et qu’aucun autre dommage n’était visible à l’extérieur.

A 00:28 UTC, un RAAF P8, avion de recherche et de sauvetage, a été missionné pour survoler la zone et plus tard un avion civil s’est rendu de Sydney à Perth en position de réserve. Le Stoker, un navire des Services Maritimes a aussi été appelé en stand-by.

A 05:07 UTC les organisateurs de la GGR ont parlé à Loic Lepage par téléphone satellite. Le Français a précisé que le niveau de l’eau restait stable, que les pompes fonctionnaient toujours et qu’il ne risquait pas de couler dans l’immédiat. Il a aussi confirmé que le moteur a été noyé et qu’il ne démarrait pas et aussi qu’un gréement de fortune devait être mis au point. Laaland continue de dériver position 38°50.33′ Sud 104°15.27 Est, et Loïc demandait d’être secouru et de quitter le navire.

Vous conseille : Un marin français de la Golden Globe Race démâte, Loic Lepage en difficulté au sud de l'Australie

Source : GGR

Lire la suite
111 lectures
0 commentaires

Comment s’organise le Yacht Racing Forum

Après Aarhus l’année dernière, le Yacht Racing Forum pose cette année ses valises à Lorient pour deux jours de conférences, de débats et de rencontres BtoB les 22 et 23 octobre. Tip & Shaft s’est intéressé à l’organisation d’un événement qui, au coeur de la Sailing Valley, accueillera 450 participants.

Lancée en 2008, la manifestation s’est d’abord appelée World Yacht Racing Forum et a été organisée par Informa, société basée à Dubaï, spécialisée dans l’organisation de conférences. Et si les premières éditions à Monaco ont été un succès, le rendez-vous annuel, passé ensuite par Estoril (2011), Göteborg (2012-2013) et Barcelone (2014), s’est peu à peu essoufflé, avec 200 participants lors de cette édition en Catalogne. Jusqu’ici en charge de la communication de l’événement avec sa société MaxCommBernard Schopfer – ancien dircom d’Alinghi puis d’Ericsson sur la Volvo Ocean Race – a alors pris l’initiative d’en reprendre l’organisation : « Je l’ai fait par passion, avec l’objectif de le relancer et d’en faire un événement digne de son potentiel. C’est un rendez-vous qui répond à un besoin pour la communauté vélique, il n’y a rien d’autre de comparable », explique le Suisse. La première édition de ce qui devient alors le Yacht Racing Forum se tient fin 2015 à Genève, les suivantes à Malte et Aarhus (Danemark), avant de s’arrêter cette année à Lorient (voir le programme et les speakers).

Les critères du choix des villes ? « Comme la ville est le partenaire principal, il faut qu’elle ait une volonté stratégique d’accueillir le Forum, répond Bernard Schopfer. Par exemple à Malte, ils avaient parallèlement organisé une étape du RC44 Tour : ils voulaient à la fois montrer à la communauté vélique internationale qu’on pouvait régater chez eux en hiver et qu’ils savaient organiser des événements. Pour Aarhus, cela faisait suite aux aménagements de la zone portuaire transformée en espace de tourisme dédié aux sports nautiques, leur but était de montrer que cet endroit était apte à organiser des événements de voile de haut niveau, ce qu’ils ont fait en août dernier avec les championnats du monde de World Sailing ».

Le rapprochement avec Lorient s’est fait par l’intermédiaire de Carole Bourlon, en charge notamment de la voile de compétition à Bretagne Développement Innovation, l’agence régionale de développement économique financée par la région Bretagne. « Quand je suis arrivée en octobre 2016, j’ai rédigé une feuille de route pour la voile de compétition avec comme objectif majeur de permettre aux entreprises bretonnes de davantage pénétrer le milieu anglo-saxon et international. Je me suis mise à la recherche d’un événement porteur pour faire passer ce message, j’ai vite identifié le Yacht Racing Forum comme essentiel. Je me suis alors rendue à Malte pour voir l’événement, prendre contact avec Bernard Schopfer et faire le forcing ».

Un forcing qui a payé, puisque deux mois plus tard, une lettre d’intention était signée entre MaxComm et BDI pour l’accueil de l’événement. Concrètement, cette dernière, soutenue par des partenaires institutionnels (département du Morbihan, Golfe du Morbihan Vannes Agglomération, Lorient Agglomération et Quimper Cornouaille Développement), prend en charge tout ce qui a trait à la logistique sur place, pour un budget total que Carole Bourlon estime à 150 000 euros. L’équipe de MaxComm (5 personnes à l’année, 12 pendant l’événement) s’occupe du contenu (organisation des ateliers/débats/conférences, sélection des speakers), de la recherche des partenaires privés, auxquels sont proposés trois niveaux d’engagement (12 000, 5 000 et 2 500 euros), et de la gestion des inscriptions (400 euros par délégué pour les deux jours).

« Pour nous, c’est un vrai investissement, poursuit Carole Bourlon. Notre but est de rayonner et d’attirer.Nous aurons en ce sens un stand présentant sept entreprises emblématiques de la Bretagne Sailing Valley et nous avons obtenu de l’organisateur un atelier qui présentera l’excellence du Morbihan dans la voile de compétition. Enfin, on organise gratuitement, en marge de l’événement, trois circuits le 24 octobre sur trois territoires de la Sailing Valley, pour lesquels on a d’ores et déjà 40 inscrits ». Et l’intéressée de se réjouir du total de 450 participants (ils étaient 280 à Aarhus) annoncé par Bernard Schopfer, dont environ 35% de Français – les autres pays les plus représentés sont la Grande-Bretagne, les Etats-Unis, la Suisse, l’Irlande, les pays scandinaves, les Pays-Bas, l’Allemagne et l’Espagne : « C’est déjà une réussite avant que l’événement commence ». Un événement qui devrait cette année encore réserver quelques scoops, comme cela a régulièrement été le cas par le passé (nouveau nom de l’ex Isaf, devenue World Sailing, annonce du sponsoring OSM/Imoca, du choix du VO65 pour la Volvo Ocean Race…).

Lire la suite
109 lectures
0 commentaires

Opérations de sauvetage en cours de Loïc Lepage

A 18:27 UTC le 20 October, le Centre de Coordination de Sauvetage Aéromaritime de Canberra (JRCC Australie) a récupéré un appel de détresse du navigateur solitaire français Loïc Lepage, ayant été prévenu auparavant par les organisateurs de la GGR du démâtage et de la voie d’eau de son bateau Laaland quelques 600 milles au Sud-Ouest de Perth, zone Ouest Australie, et le JRCC a pris la responsabilité de coordonner la mission de sauvetage.
Le JRCC a immédiatement lancé un appel de secours relais MAYDAY à tous les bateaux et à 20:30 UTC, un avion Challenger a décollé de Perth, muni d’une pompe à eau pour la lancer à bord du bateau, et pour constater la situation et prendre des photos des dégâts sur Laaland. L’avion est arrivé sur zone à 23:09 UTC et l’équipage a pu communiquer avec Lepage par radio VHF . Loïc a précisé qu’il effectuait des réparations sur son moteur et qu’il n’avait pas besoin de la pompe ou de tout autre outil. Il a aussi confirmé que le flux d’eau faisait environ 160 litres par heure mais que les pompes à bord fonctionnaient. L’équipe de l’avion a rapporté que le mât ne semblait pas être attaché au bateau et qu’aucun autre dommage n’était visible à l’extérieur.

Au même moment le JRCC Aus. a continué à chercher assistance auprès de navires marchands, pendant que les organisateurs de la GGR essayaient de communiquer avec d’autres voiliers dans la zone de l’incident. Deux navires ont prévenu qu’ils ne pouvaient porter assistance à cause des très mauvaises conditions météo mettant leur sécurité en danger. A 00:28 UTC, un RAAF P8, avion de recherche et de sauvetage a été missionné pour survoler la zone et plus tard un avion civil s’est rendu de Sydney à Perth en position de réserve. Le Stoker, un navire des Services Maritimes a aussi été appelé en stand-by.
A 01:22 UTC, Francis Tolan, skipper du voilier Alizés II, un Bénéteau Océan 43 participant à la Longue Route, une course sans escale sans assistance autour du monde, a proposé
assistance étant à quelques 300 milles Nord Ouest de Laaland.
Puis à 3:14 UTC, le cargo Shiosai (APPROX POS) a aussi accepté de porter assistance et a dévié sa route vers la zone de détresse.
A 05:07 UTC les organisateurs de la GGR ont parlé à Lepage par téléphone satellite. Le Français a précisé que le niveau de l’eau restait stable, que les pompes fonctionnaient toujours et qu’il ne risquait pas de couler dans l’immédiat. Il a aussi confirmé que le moteur a été noyé par l’eau pénétrant dans le bateau et qu’il ne démarrait pas et aussi qu’un gréement de fortune devait être mis au point. Laaland continue de dériver position 38°50.33′ Sud 104°15.27 Est, et Loïc demandait d’être secouru et de quitter le navire.
Le JRCC d’Australie a l’intention d’avoir recours au MV Shiosai et au voilier Alizés II pour la mission de sauvetage en surface et de garder le Stocker en stand-by jusqu’à Lundi 22 Octobre quand une décision sera prise selon l’évolution des conditions météo et la progression de Shiosai et d’Alizés II dans la nuit.
De plus un RAAF P8, avion de recherche et de secours fera un vol direct de Learnmonth à la zone de détresse avec un ETA prévu à 00:30 UTC Lundi. Deux autres avions ont été missionnés pour survoler la zone dès maintenant et jusqu’à la fin de l’opération

Lire la suite
96 lectures
0 commentaires

Départ de la Middle Sea Race

Les premières 24h de la Middle Sea Race ont été longues pour la majorité des 130 bateaux qui ont du longer la Sicile dans un souffle d’air. Ce dimanche matin, le MOD70 Maserati était le premier devant l’autre multicoque PowerPlay avec 1h30 d’avance malgré un safran cassé. Suivaient derrières, les Maxi 72 Momo et Rambler. La flotte passait cette nuit Messine.

Lire la suite
89 lectures
0 commentaires

LNVOILE2018 le doublé du CVSAE

Cédric Chateau et Pauline Courtois se sont imposés sur la deuxième étape de la LNVOILE. Une épreuve réunissant 18 équipages issus chacun à 100% du même club. Pourtant cette année le niveau était monté encore d’un cran avec la présence notamment à La Rochelle de grands noms de la Voile comme Kévin Péponnet, Mathilde de Kérangat (SR Rochelaises), Pierre Leboucher (APCC Nantes) ou encore Maxime Mesnil (YC Cherbourg).

La compétition, qui se déroulait pour la première fois en deux étapes (Brest fin Juin et La Rochelle ce weekend), a été serrée jusqu’au bout. Au final le CVSAE devance d’un souffle les Nantais de l’APCC et les Franciliens du CVSQ. A domicile d’une étape organisée de main de maître par leur club, l’équipa ge de la Société des Régates Rochelaises termine 3e de « son » étape, ce qui les hisse à la 4e place au classement général, la dernière qualificative pour la Sailing Champions League, la compétition interclubs au niveau européen.

Classement final LNVOILE2018

Classement étape de la Rochelle

Lire la suite
90 lectures
0 commentaires

Un marin français de la Golden Globe Race démâte, Loic Lepage en difficulté au sud de l'Australie

Charles Caudrelier et Marie Riou, deux marins français nommés au titre de World Sailor of the Year Awards 2018

Le World Sailing vient d'annoncer la liste des 11 marins sélectionnés pour remporter le titre du Marin de l'Année 2018. Vainqueurs...

image
Lire la suite
89 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions