• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme

Nouvelle Application Course au Large IOS & Android disponible !

Téléchargez la nouvelle application de Course Au Large disponible sur IOS iPhone & iPad et Android !

Retrouver en téléchargement le numéro actuellement en kiosque et les anciens numéros en un seul clic ! Vous pouvez également vous abonner à la version numérique ici : Accédez au Site internet, réseaux sociaux Page Facebook et compte Twitter de Course au Large. Découvrez également nos nouveaux services de Petites Annonces, Bourse aux équipiers et Offres et recherche d’emploi !

Version Iphone Ipad : https://itunes.apple.com/us/app/course-au-large/id1457962571?l=fr&ls=1&mt=8

Version Android : https://play.google.com/store/apps/details?id=com.forecomm.coursesaularge&hl=fr

 

Lire la suite
7 lectures
0 commentaires

Diam 24 OD : le retour de Franck Cammas !

Franck Cammas revient disputer le Spi Ouest-France Destination Morbihan. L’ancien skipper français dans la Coupe de l’America navigue désormais sous les couleurs du Sultanat d’Oman. Beijaflore : Deuxième du Spi en 2018, Beijaflore, skippé par Valentin Bellet fait toujours partie des favoris. Franck Cammas et son équipage à bord du trimaran omanais lors de l’EFG Sailing Arabia-The Tour en février dernier qu’il termina à la 6e place. Diam 24 : C’est lors du Spi Ouest-France Destination Morbihan – ici le départ d’une manche en 2018 – que la flotte des Diam 24 OD est la plus fournie de toute la saison.

Habitué de l’épreuve trinitaine qu’il a disputée à maintes reprises en Open 750, M34 ou encore Diam 24 OD (il avait terminé deuxième de cette classe lors de son introduction au Spi Ouest France en 2015), Franck Cammas revient à La Trinité-sur-Mer, mais cette fois sous les couleurs d’Oman Sail. Après la Coupe de l’America 2017 et une nouvelle victoire au terme de la saison de GC32, le vainqueur de la Volvo Ocean Race et de la Route du Rhum – entre autres – navigue désormais à la tête d’un équipage qui n’est pas professionnel à 100 %, le principe étant de former de jeunes régatiers du Sultanat d’Oman.

Si l’on ajoute que le niveau sportif est encore monté d’un cran cette année, avec cinq à six trimarans au-dessus du lot, Cammas reconnaît volontiers qu’il n’est pas favori au Spi, et a encore une bonne marge de progression pour venir « taquiner » Beijaflore (Valentin Bellet), Cheminée Poujoulat (Bernard Stamm, Robin Follin) ou encore Golfe du Morbihan Breizh Cola (Solune Robert), parmi les prétendants à la victoire en baie de Quiberon lors du week-end Pascal.

Deuxième du Spi Ouest France Destination Morbihan puis du Tour Voile 2018, vainqueur pour la seconde année consécutive de l’EFG Sailing Arabia-The Tour, Beijaflore et son redoutable équipage – Valentin Bellet, Guillaume Pirouelle, Julien Villion, Valentin Sipan – sans oublier Arnaud Jarlegan, dernière recrue et transfuge de Groupama Team France dans la 35e Coupe de l’America aux Bermudes, n’a qu’un seul objectif cette année : remporter le Tour Voile. Pierre Mas, manager de l’équipe le confirme : « ça passe aussi par une très bonne performance à La Trinité-sur-Mer. Mais vu le niveau général de plus en plus élevé, la moindre erreur se paye cash aujourd’hui, alors qu’il y a encore peu, les meilleurs pouvaient aisément se refaire ! »

Près d’une trentaine de concurrents sont attendus sur le rond A, dont Groupe Atlantic barré par Clément Cron, issu de Team France Jeune, et qui désormais s’entraîne avec Beijaflore, Elengy (Pierre-Loïc Berthet), Ocewood-Waterfamily (Simon Bertheau), Pink Lady – Pays de l’Or (Pieter Tack) ou encore l’équipage féminin de La Boulangère, mené par l’ancienne championne d’Europe de 470 Mathilde Géron.

L’article Diam 24 OD : le retour de Franck Cammas ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
11 lectures
0 commentaires

Kito de Pavant et Alex Pella sur le podium à Horta du Défi Atlantique, "Bref, on n’a pas eu de bol" - Class40

Kito de Pavant et Alex Pella à bord du Class40 « Made in Midi » ont terminé ce mercredi 3 avril en troisième position de la première étape du Défi Atlantique  avec un temps course de 11 jours 45 minutes 55 secondes. Le duo onte sur la troisième marche du podium.  


image

© Pierrick Garenne / GPO

« On appelle ça un passage à niveau. Le nôtre a laissé passer deux trains, mais nous, derrière, on a eu droit à la grève des aiguilleurs, à une manif de bonnets rouges et de gilets jaunes. On est resté planté. Bref, on n’a pas eu de bol. Mais c’est comme ça, la régate ».

Pas mécontent que cette première étape du Défi Atlantique soit terminée, Kito de Pavant. Même si le skipper du Class40 « Made in Midi », secondé sur cette transat par le Catalan Alex Pella, aurait aimé la terminer en meilleure position. La faute à ce maudit nuage qui les a bloqués à mi-chemin entre la Guadeloupe et les Açores.

« En fait, les cinq premiers jours ont été supers. Et là, après une super journée au portant où on reprenait des milles aux deux premiers, on se fait coller quelques heures pendant que ça s’échappait devant. Après, la zone de transition s’est agrandie, le retard accumulé et on s’est pris mer forte et vent de face les cinq derniers jours ».

Et voilà comment « Made in Midi » termine 3e de cette première étape, avec pratiquement 33 heures de retard sur le premier, « Aïna, Enfance et avenir », d’Aymeric Chappellier, et 24 heures sur le deuxième, « Eärendil », de Catherine Pourre.

La deuxième partie de ce Défi Atlantique, entre Açores et Charente Maritime, s’annonce bien serrée. Reste à savoir si les conditions météo seront plus claires que sur la première étape. Et si les chemins de fer seront plus cléments avec Kito et Alex.

Source : Made in Midi

Lire la suite
10 lectures
0 commentaires

En noir et blanc

Au chantier Persico Marine à Bergame, le nouveau monocoque de 60 pieds IMOCA de Thomas Ruyant est en pleine construction. Le pont est terminé et rejoindra la coque du voilier dans les jours qui viennent. Les foils sont en phase de conception et tous les prestataires français impliqués dans cette grande aventure technique initiée par TR Racing et son bureau d’étude sont au diapason pour l’arrivée du navire à Lorient début juillet. Le plan dessiné par l’architecte Guillaume Verdier sera rapide sans aucun doute, et surtout polyvalent pour défier avec son skipper nordiste tous les océans du Globe. La Transat Jacques Vabre et le Vendée Globe sont en ligne de mire. TR Racing recherche activement un partenaire-titre pour que l’histoire s’écrive au fil des milles avec de nouvelles couleurs ! Les impressions de Laurent Bourgués, directeur technique de TR Racing, photos et vidéo – interview de Thomas !

Les impressions de Laurent Bourgués :

Le pontage fin avril

« Les deux puits de foils ont été posés cette semaine avec les cloisons autour. La cloison de mât est en train d’être ajustée. Le support du moteur a été collé. Le pont sera démoulé en fin de semaine prochaine. Le pontage, le pont qui rejoint la coque, aura lieu fin avril. Bref, tout avance conformément à nos attentes chez Persico Marine à Bergame »

Un monocoque de 60 pieds polyvalent

« Nous attendons le monocoque peint à Lorient début juillet. On pourra alors débuter la phase d’assemblage finale : accastillage, gréement, électronique… Nous échangeons beaucoup avec le chantier et Guillaume Verdier. Nous sommes en train de concevoir un voilier polyvalent. Nous voulions vraiment que ce monocoque de 60 pieds Imoca passe mieux dans la mer que les générations précédentes. Nous ne courrons pas après des vitesses de pointe mais après des vitesses moyennes élevées. La stabilité en mer a été primordiale dans notre raisonnement. Dans cette optique, avec François Pernelle, Guillaume Verdier et Thomas, nous avons réalisé un gros travail sur la géométrie des foils dans le but d’avoir un bateau régulier dans son comportement. »

Protéger le skipper

« L’ergonomie a été également un point important dans nos réflexions. Ce monocoque de 60 pieds va aller vite et donc s’arrêter plus vite. Les accélérations et les décélérations vont être puissantes. L’idée est donc de bien protéger le skipper en ne privilégiant pas une chasse au poids à l’extrême. »

L’article En noir et blanc est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
10 lectures
0 commentaires

Michel Desjoyeaux, triple vainqueur, revient sur la Solitaire Urgo Le Figaro sous les couleurs de Lumibird

Double vainqueur du Vendée Globe et marin le plus titré en solitaire, Michel Desjoyeaux fait son grand retour sur un circuit Figaro. Triple vainqueur de la « Solitaire », en 1992, 1998 et 2007, il prendra le départ de la course pour la 13e fois de sa carrière. Sa dernière participation remonte à 2013 avec une 7e place. 

image

Crédit : P Piccolini


C’est l’arrivée du nouveau monotype Figaro Bénéteau 3 qui a convaincu Michel Desjoyeaux de revenir à ses premières amours. Le skipper a prévu de participer à deux courses d’avant-saison, la Solo Maitre Coq et la Solo Concarneau avant de rejoindre Nantes pour le départ de la Solitaire Urgo Le Figaro programmé au 2 juin.

Michel Desjoyeaux skipper de Lumibird : "l’arrivée du nouveau Figaro 3 décuple mon côté compétiteur ! "

"Je reviens sur La Solitaire Urgo le Figaro pour la 13ème fois et j’en suis ravi ! Je dois avouer que l’année dernière, j'avais le sabot qui grattait un peu, de regarder les autres faire. La Solitaire est à mon sens la course la plus dure sur le plan sportif, et l’arrivée du nouveau Figaro 3 décuple mon côté compétiteur ! C’est avec beaucoup de plaisir que je porterai les couleurs de cette très belle société technologique ayant ses racines en Bretagne."

La société Lumibird, leader européen dans les lasers, dont le siège est situé à Lannion en Bretagne.

Source : P Bellalin

Lire la suite
11 lectures
0 commentaires

Les Diam24 en action à Pornichet, Cammas, Follin et Bellet attendus au Grand Prix Atlantique ce week-end

A 14h45, ce vendredi 5 avril, sera donné le départ du Grand Prix Atlantique à Pornichet, organisé par l’APCC Voile Sportive. 17 Diam24 ont répondu présent pour cet évènement avec, en têtes d'affiche, Franck Cammas, Robin Follin et Valentin Bellet.

image

Crédit : B Bouvry


Pour la deuxième des 5 épreuves labellisées du Tour Voile Series, l’APCC lancera des parcours de type stadium d’une durée d’une vingtaine de minutes chacun du vendredi au dimanche, ainsi qu’un raid côtier prévu le samedi. Exceptionnellement cette année, une régate consacrée aux partenaires nommée « exhibition », à bord de laquelle les équipages peuvent inviter leur partenaire, aura lieu le samedi après-midi.La concurrence sera rude en baie de la Baule avec notamment la présence de Valentin Bellet (Beijaflore) et Robin Follin. Sans compter sur le comeback de Franck Cammas sur l’un des Diam24 aux couleurs d’Oman.Le mois dernier, c’est la team Cheminées Poujoulat qui remportait la « régate d’inauguration » : le Grand Prix de la Grande Motte. Adversaire redoutable, Bernard Stamm, manager de l’équipage, s’était également offert la victoire du Grand Prix Atlantique en 2018 face à Stevie Morisson (Team Oman Sail 1). Les INSCRITS au Grand Prix Atlantique Cheminées Poujoulat - Robin Follin
Beijaflore - Valentin Bellet
Elengy - PL Berthet
CER Ville de Geneve - Victor Casas
Groupe Atlantique - Cl Cron & A Gasquet
Helvetia Purple - Pauline Courtois
Helvetia Purple Aurélien Pierroz
Ocewood - Baptiste Hulin
La Boulangère - Mathilde Géron
Team Réseau Ixio - Sandro Lacan
West Team - Yael Poupon
EFG Oman Sail - Franck Cammas
Renaissance Services - Stevie Morisson
SATT - Audrey Ogereau
Team Oman Sail - A. Al Wahaibi
Baptistyl Habitat - Cyrille Le Gloagec
Homkia - A.Dary Programme du Grand Prix Atlantique Vendredi 5 avril
12h00 : Briefing
14h45 : Parcours type stadium
19h00 : Cérémonie d’ouvertureSamedi 6 avril
8h30 : Briefing
10h00 : Raid côtier
13h00 : Régate spéciale partenaires “exhibition” suivie d’un parcours type stadium
20h00 : Diner des équipagesDimanche 7 avril
8h00 : Briefing
9h00 : Parcours type stadium
15h00 : Heure limite pour le dernier signal d’avertissement
16h00 : Remise des prixSource : APCC
Lire la suite
6 lectures
0 commentaires

Massilia Cup 5-7 avril : 100 équipages paré-à-virer

La 38ème édition de la Massilia Cup, et les équipes du CNTL sont désormais à poste pour accueillir plus de 100 équipages français et étrangers qui vont prendre part à l’un des rendez-vous majeurs de la voile dans la cité phocéenne. Courses inshore pour les équipages, course offshore pour les solos, et trois jours de spectacle intégral pour tous les Marseillais, à suivre de la terre, comme en mer !

Les SB20 se mettent au tracker
C’est une des nouveautés de l’édition 2019 : parmi les monotypes inscrits à la Massilia Cup, les SB20, dont l’épreuve intègre officiellement le circuit de la classe cette année, seront équipés d’un système de tracker permettant de suivre leurs évolutions en temps réel tout au long des parcours qui leurs sont proposés. Une véritable révolution dans l’univers humide des sport boats, qui feront le spectacle en rade sud. Le SB20 est un petit quillard de sport monotype – tous les bateaux sont strictement identiques. C’est un bateau moderne, simple, extrêmement stable et performant, dont le transport est rendu facile eu égard au poids du bateau et à sa quille rétractable. « C’est notre premier séjour à Marseille » confie Igor Ginzburg, le skipper du SB20 russe Absolut « Nous sommes très impatients de participer à cette belle épreuve et de nous amarrer dans le célèbre Vieux Port »

Le public marseillais paré-à-virer avec le CNTL
Partager le spectacle de la régate avec le plus grand nombre, telle est la vocation du CNTL. Au-delà du spectacle à couper le souffle visible de la Corniche en rade sud, le Club s’engage comme à l’accoutumée dans une démarche d’ouverture vers tous les publics pour les sensibiliser à la voile sous toutes ses formes en organisant l’événement « Régate en Vue », en partenariat avec l’Office de la Mer. Trois rotations sont prévues le samedi 6 avril à 11h30, 13h et 14h30, à partir du Club. Cet affrêtement permet non seulement au plus grand nombre – adultes et enfants – pour la somme symbolique de trois euros, d’aller voir les régates au plus près, mais également de bénéficier de commentaires de spécialistes sur la voile, la course ainsi que l’environnement et le patrimoine marseillais tels que l’on peut les découvrir, vus de la mer. Les réservations, qui sont obligatoires, sont gérées directement via le site internet www.officedelamer.com, rubrique régate en vue.

La Massilia Cup 2019 – 38e édition – organisée par le CNTL
– Du vendredi 5 au dimanche 7 avril,
– Ouverte aux IRC, OSIRIS (solo et équipages) Monotypes J70, SB20 et Grand Surprise
– Inscrite au Championnat Méditerranée et au Championnat Solo Méditerranée IRC – UNCL
– Plus de 100 bateaux
– Régates en rade de Marseille pour les équipages
– Course 100 milles nautiques au départ de Marseille pour les solitaires (troisième édition)
– Parrain : Jonathan Chodkiewiez, triple champion de France d’Optimist, 10ème à la Mini Transat La Boulangère 2017

Le Programme
Jeudi 4 avril
De 15h-20h : Accueil des équipages, confirmation d’inscription (Tous les groupes)

Vendredi 5 avril
9h30 Briefing des skippers IRC Equipage / Heure 1er signal d’avertissement 11h00
10h30 Briefing des skippers Offshore Solo / Heure 1er signal d’avertissement 13h30
11h30 Briefing des skippers SB20 & J70 / Heure 1er signal d’avertissement 14h00
15h-20h, confirmation d’inscription : OSIRIS équipage, Sport Boat OSIRIS et Grand Surprise
19h – AfterRace, ouverture de la 37e, apéritif dînatoire des équipages

Samedi 6 avril
A partir de 8h30, petit déjeuner pour les équipages (au village)
9h00 – 12h00 Musique live by Banda du Dock
9h30 Briefing skippers (tous les groupes)
11h Heure 1er signal d’avertissement pour tous les groupes (une ou plusieurs courses)
11h30 : 1ère sortie en mer Régate en Vue pour le public CNTL – Office de la Mer
13h : 2ème sortie en mer Régate en Vue pour le public CNTL – Office de la Mer
14h30 : 3ème sortie en mer Régate en Vue pour le public CNTL – Office de la Mer
A partir de 18h – AfterRace, apéritif dinatoire pour les équipages
En fonction de la météo, arrivée possible de la course en solitaire dans la soirée et dans la nuit

Dimanche 7 avril
A partir de 8h30, petit déjeuner pour les équipages (au village)
9h00 Briefing skippers (tous les groupes)
10h00 1er signal d’avertissement pour tous les groupes (une ou plusieurs courses)
Dernier départ possible fixé par avenant la veille avant 20h00
Dès que possible après la dernière régate : remise des prix et cocktail au Club

Lire la suite
10 lectures
0 commentaires

9 équipes engagées sur la RC44Cup au Montenegro

La saison 2019 du circuit RC44 commencera au Monténégro dans les magnifiques eaux de la baie de Kotor du 10 au 14 avril. 9 équipes y participeront.

Tom Slingsby succède à Dean Barker dans l’équipe russe championne du monde en titre, Nika, et Ed Baird rejoint l’équipe Peninsula Petroleum, en remplaçant le tacticien de longue date Vasco Vascotto.
Son équipe australienne ayant récemment remporté le premier événement SailGP à Sydney, Slingsby explique pourquoi les courses en flotte comme la 44Cup sont importantes pour lui:  » Il y a toujours quelque chose à apprendre à nvaiguer sur des supports différents. J’apprends des gens avec qui je cours tous les jours, peu importe qu’il s’agisse d’un champion olympique ou d’un coureur de club, si quelqu’un peut faire mieux que moi, que ce soit un mouvement tactique ou une manœuvre, je veux l’apprendre.  »
L’ancien tacticien Oracle Team USA et médaillé d’or au Laser de Londres 2012 ajoute: « La communication est différente sur les circuits de propriétaire comme en RC44 et celle en équipes pros. Les programmes professionnels sont généralement des bateaux incroyablement silencieux, car vous savez ce que les gens pensent, mais avec les équipes semi-pro développer de bonnes compétences en communication est essentielles « .

2018 RC44 WORLD CHAMPIONSHIP

La 44Cup se jouera pour la première fois à Tivat, au Monténégro. Le tacticien du Team Aqua, Cameron Appleton. « La zone de course se trouve dans une magnifique baie entourée de montagnes gigantesques, nous nous attendons donc à une eau plate et à des vents légers et instables.  »

Les équipes engagées

Aleph Racing (FRA17)
Hugues Lepic (FRA) / Michele Ivaldi (ITA)

Artemis Racing (SWE44)
Torbjörn Törnqvist (SWE) / Andy Horton (USA)

Bronenosec Sailing Team (RUS18)
Vladimir Liubomirov (RUS) and Kirill Frolov (RUS) / Cameron Dunn (NZL)

Charisma (MON69)
Nico Poons (NED) / Morgan Reeser (USA)

Peninsula Petroleum Sailing Team (GBR1)
John Bassadone (GBR) / Ed Baird (USA)

Team Aqua (GBR2041)
Chris Bake (GBR) / Cameron Appelton (NZL)

Team CEEREF (SLO11)
Igor Lah (SLO) / Adrian Stead (GBR)

Team Nika (RUS10)
Vladimir Prosikhin (RUS) / Tom Slingsby (AUS)

Tavatuy Sailing Team (RUS21)
Pavel Kuznetsov (RUS) / Evgeny Neugodnikov (RUS)

Lire la suite
9 lectures
0 commentaires

Michel Desjoyeaux avec Lumibird

Michel Desjoyeaux participera à la Solitaire Urgo Le Figaro sous les couleurs de la société Lumibird, leader européen dans les lasers, dont le siège est situé à Lannion en Bretagne. Triple vainqueur de la « solitaire » en 1992, 1998 et 2007, il prendra le départ de la course pour la 13e fois de sa carrière. Sa dernière participation remonte à 2013 avec une 7e place. Le skipper de Lumibird a prévu de participer à deux courses d’avant-saison, la solo Maitre Coq et la Solo Concarneau avant de rejoindre Nantes pour le départ de la Solitaire Urgo Le Figaro programmé au 2 juin.

Marc Le Flohic PDG de Lumibird commente ce partenariat :
« C’est avec un très grand plaisir que nous allons sponsoriser Michel et toute son équipe pour la Solitaire du Figaro 2019. Nous connaissons bien Mer Agitée, puisque depuis 3 ans nous menons ensemble un partenariat technologique. Michel est un très grand compétiteur et nous espérons tous qu’il fera une superbe saison et qu’il portera haut les couleurs de Lumibird. »

Michel Desjoyeaux skipper de Lumibird confie :
« Je reviens sur La Solitaire Urgo le Figaro pour la 13ème fois et j’en suis ravi ! Je dois avouer que l’année dernière j’avais le sabot qui grattait un peu, de regarder les autres faire. La Solitaire est à mon sens la course la plus dure sur le plan sportif, et l’arrivée du nouveau Figaro 3 décuple mon côté compétiteur ! C’est avec beaucoup de plaisir que je porterai les couleurs de cette très belle société technologique ayant ses racines en Bretagne. »

Lire la suite
8 lectures
0 commentaires

Podium de la première étape

Avec l’arrivée de Made in Midi et de son duo de skippers Kito De Pavant et Alex Pella, la première étape du Défi Atlantique entre la Guadeloupe et les Açores connait son podium. Aymeric Chappellier (Aïna Enfance et avenir) peut se féliciter d’avoir frapper un grand coup. Il a relégué son dauphin, Earendil de Catherine Pourre à 10 heures, et assomme le reste de la concurrence de plus de 24 heures.

La nuit prochaine s’annonce agitée, et courte pour les Açoriens mobilisés comme à leur habitude par l’arrivée de coureurs océaniques, avec les passages de ligne successifs des surprenants Italiens d’Enel Green Energy, emmenés par Andrea Fantini. Le navire vert sera suivi à quelques heures par un autre voilier couleur émeraude, celui de Miranda Merron et Didier Le Vourch, Campagne de France. Au petit jour, ce sont les malouins de Athena Groupe Immobilier – Mer Entreprendre d’Arthur Hubert qui se joindront à leurs prédécesseurs pour un petit déjeuner Açorien.

La flotte ne comptera plus alors que cinq Class40 encore en mer. Colombre XL (Charles Louis Mourruau) et Edenred au duo Emmanuel Le Roch – Cyril Penvern commencent seulement à retrouver de la vitesse en route directe vers Horta, bénéficiant d’une longtemps attendue adonnante du vent au Nord / Nord-Est. Loin, très loin, plus de 180 milles en leur Nord, Marc Dubos (Esprit scout) et Franz Bouvet (Yoda) en finissent avec un interminable contournement de l’anticyclone qui les a emmené par plus de 41 degrés de latitude nord. A plus de 300 milles de l’arrivée, les deux Class40 première génération trouvent dans leur proximité matière à se motiver pour continuer d’exiger le meilleur de leurs montures. Le plus rapide de cette flotte est ce matin Loïc Féquet qui pousse son Tibco à plus de 12 noeuds sur une route pas encore optimisée. A 1 400 milles de Faial, il fait le pari d’arriver avant la date du départ de la seconde manche vers La Rochelle lundi prochain.

Les trois premiers à la loupe…

Temps de course de Aïna Enfance et Avenir :

Le Class40 Team Aïna 151 Enfance et avenir de Aymeric Chappellier, Eric Quesnel et Rodrigue Cabaz a franchi la ligne d’arrivée de la première étape du Défi Atlantique, entre Pointe à Pitre et Horta aux Açores, le mardi 2 avril 2019 à 7 heures, 46 minutes et 19 secondes (heures françaises). Il a parcouru les 2 230 milles théoriques du parcours en 9 jours, 15 heures, 46 minutes et 19 secondes, à la moyenne de 9,6O noeuds. Il a en réalité parcouru 2 507 milles sur le fond, à la vitesse de 10,82 noeuds.

Temps de course de Earendil :

Le Class40 Earendil de Catherine Pourre, Antoine Carpentier, Pietro Luciano et Ambrogio Beccaria, a franchi la ligne d’arrivée de la première étape du Défi Atlantique, entre Pointe à Pitre et Horta aux Açores, le mardi 2 avril 2019 à 14 heures, 44 minutes et 41 secondes (heures locales). Il a parcouru les 2 230 milles théoriques du parcours en 10 jours, 00 heures, 44 minutes et 41 secondes, à la moyenne de 9,24 noeuds. Il a en réalité parcouru 2 519 ,9 milles sur le fond, à la vitesse de 10,47 noeuds.

Temps de course de Made in Midi :

Le Class40 Made in Midi franchi la ligne d’arrivée de la première étape du Défi Atlantique, entre Pointe à Pitre et Horta aux Açores, aujourd’hui mercredi 3 avril 2019 à 14 heures, 45 minutes et 55 secondes (heure locale). Il a parcouru les 2 230 milles théoriques du parcours en 11 jours, 00 heures, 45 minutes et 55 secondes, à la moyenne de 8,40 noeuds. Son retard sur le vainqueur Aïna Enfance et avenir (Aymeric Chapelier) est de 1 jour, 0 heure et 8 mn. Il a en réalité parcouru 2 523 milles sur le fond, à la vitesse de 9,53 noeuds.

Ils ont dit :

Aymeric Chappellier (Aïna Enfance et avenir), premier à Horta :

« Une belle course pour cette première étape. Il reste à gagner la deuxième. On savait que le front arrivait au bout de 5 jours. Il fallait attaquer dans le tempo, imposer un rythme soutenu pour creuser un écart dès le départ avant l’arrivée du front. Il fallait se placer. La stratégie était claire, mais le bon placement n’était pas facile à trouver, avec des fichiers qui se contredisaient. On a affiner au coup par coup sans prendre les routages au pied de la lettre. Il fallait trouver la bonne trajectoire. Le front nous a un peu ralenti, 3 heures, et Catherine (Pourre) est passée très vite aussi. Je n’étais pas inquiet car je savais que l’on allait encore creuser. La première partie au reaching était musclée, rapide mais très humide. Partir à trois sur un Mach 40, c’est un peu la guerre. Il faut trouver sa place. Rodrigue et Eric ont toujours répondu présents, avec du mordant. On a nos automatismes, on s’est créé notre petit univers et on va le garder pour la deuxième étape. On a un petit matelas sur le reste de la flotte. Rien n’est fait. Horta est une de mes destinations préférées qui me réussit plutôt bien. On a eu un spectacle incroyable avec une baleine et son baleineau. On est un peu fatigué mais tout ira bien après une bonne nuit ».

Catherine Pourre (Earendil), 2e à Horta

« J’avais dit qu’on partait pour faire un résultat, avec un bel équipage et un bon bateau. On est donc satisfait. On a eu un coup de mou au départ, dans une course qui partait toujours par devant. On a réglé nos soucis et on a pu maintenir la cadence de Aïna, sans pouvoir refaire notre retard initial. On s’en sort bien dans la dorsale avant l’arrivée de la dep. L’équipage était très pro et très agréable. Un beau casting, avec un Ambroggio qui déborde d’énergie, toujours sur les réglages. Je connais bien Antoine, et Pietro m’étonne en permanence. Il sera difficile d’aller chercher Aïna, mais on a cette belle deuxième place à défendre. »

Kito de Pavant (Made in Midi), 3e à Horta :

« La bonne nouvelle, c’est qu’on est arrivé! Chaque routage semblait rallonger la date d’arrivée. Rien n’a vraiment fonctionné comme on l’espérait. Il y avait deux anticyclones à gérer, le premier à contourner par le Nord, le deuxième par le Sud, et la transition a été compliquée, jamais claire sur les fichiers météos. On a favorisé l’Est, par rapport au Nord, qui nous paraissait plus risqué. La transition entre les deux systèmes était déventée, avec des zones de calme qui bougeaient beaucoup ! On a eu deux jours catastrophiques, avec pour conséquence de prendre du retard sur la deuxième zone sans vent qui s’est agrandie devant nous. Donc, des écarts énormes à l’arrivée alors qu’on était dans le match avec Earandil. Tout est parti à l’envers. Le système météo s’est détérioré, nous imposant du près, toujours face au vent avec jamais moyen de choquer les écoutes ! Le suspens est un peu terminé, même si la troisième place devra être défendue. A deux, on barre peu, on règle beaucoup, on matosse, c’est le pilote qui est le troisième homme. Toujours un bonheur de naviguer avec Alex, toujours de bonne humeur. La légèreté n’était pas un avantage dans ces conditions, car il fallait être lourd et ballasté tout le temps. Cela faisait 10 ans que je n’étais pas venu à Horta. Je suis très content d’être revenu ici… »

L’article Podium de la première étape est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
11 lectures
0 commentaires

Des costauds et des bobos

Comme on pouvait s’y attendre, les 24 premières heures de la Grande Course n°1, deuxième étape de la Sardinha Cup, ont été engagées pour la flotte des 33 Figaro Bénéteau 3 partis mardi à 16h20 de Saint-Gilles Croix-de-Vie. Alors que les premiers, emmenés mercredi par Leyton (Arthur Le Vaillant-Pascal Bidégorry), mènent grand train et sont attendus jeudi après-midi sur la ligne d’arrivée, plusieurs bateaux ont dû rentrer au port, victimes d’avaries diverses.

Un peu plus de 24 heures après le coup d’envoi de la deuxième étape de la Sardinha Cup à Saint-Gilles Croix-de-Vie, la tête de flotte était mercredi en fin d’après-midi quasiment revenue à la case départ, puisqu’elle évoluait cap au nord sur la route des Glénan le long de l’île d’Yeu, après un premier tour de piste qui l’avait fait passer mardi soir par la bouée SN1, au sud de Saint-Nazaire, puis mercredi au petit matin, 100 milles plus au sud par BXA, à l’entrée de l’estuaire de la Gironde.

Comme annoncé, le vent et la mer ont été au rendez-vous de ce premier jour de course copieux, mais aussi la régate, avec un petit groupe de trois qui a franchi BXA quasiment de concert après s’être échappé lors du bord de portant sous spi, et ne s’est pas lâché de la journée de mercredi, dans l’ordre Leyton (Arthur Le Vaillant-Pascal Bidégorry), Le Hub by OC Sport (Charles Caudrelier-Fabien Delahaye) et Action contre la Faim (Benjamin Schwartz-Eric Péron). « Nous avons passé toute la nuit dernière ensemble dans le bord de portant qui était très technique, c’est là que nous avons fait une petite différence, la flotte s’est vraiment étalée à ce moment », a commenté mercredi Fabien Delahaye au moment de longer l’île d’Yeu.

Derrière, à un gros mille de Leyton mercredi après-midi, la meute était emmenée par Breizh Cola-Equi’Thé (Gildas Mahé-Morgan Lagravière), Bretagne CMB Espoir (Tom Laperche-Ronan Treussart) et Groupe Royer-Secours Populaire (Anthony Marchand-Paul Meilhat), suivis par Groupe SNEF (Xavier Macaire-Achille Nebout), Ethical Power (Conrad Colman-Sébastien Marsset), Quéguiner (Tanguy Le Turquais-Armand de Jacquelot), Région Normandie (Alexis Loison-Frédéric Duthil) et StMichel (Yann Eliès-Samantha Davies), ce dernier à 5 milles du leader.

C’est sans doute dans ce groupe de onze bateaux que se trouvera le vainqueur de cette Grande Course n°1 de 408 milles, dont l’arrivée est toujours prévue jeudi après-midi. Si le vent de nord-ouest a faibli dans la journée de mercredi, il devrait reprendre de la vigueur en fin de nuit et surtout prendre de l’ouest puis du sud-ouest, augurant d’une fin de parcours rapide au reaching jusqu’à la ligne devant Saint-Gilles Croix-de-Vie.

Une ligne que ne verront pas les tandems victimes d’avaries diverses (voiles déchirées, électronique…) lors des 24 heures premières heures de course et contraints de faire demi-tour, à savoir NF Habitat (Corentin Douguet-Corentin Horeau) et Atlantic Youth Trust (Joan Mulloy-Mike Golding), rentrés dans la nuit à Saint-Gilles Croix-de-Vie, Action Enfance (Loïck Peyron-Amélie Grassi), Niji (Gildas et Gaston Morvan) et Eclisse (Cécile Laguette-Dan Jowett), qui leur ont succédé mercredi après-midi, tandis que Ma Chance et Moi (Robin Marais-Louis Duc) a fait escale à Port-Médoc. Tous comptent en revanche bien être au départ mardi prochain de la troisième et dernière étape de la Sardinha Cup.

Paroles de marins :

Fabien Delahaye (co-skipper de Le Hub by OC Sport) :

« On a commencé hier par un bord de près en allant chercher l’île d’Yeu puis SN1, avec beaucoup d’oscillations du vent à gérer, ça tapait pas mal dans du vent fort. Ensuite, nous avons eu une descente rapide au portant qui n’a pas été de tout repos, ce n’était pas simple de trouver la bonne toile et on a eu quelques mésaventures d’électronique, mais tout est rentré dans l’ordre. Là, nous sommes sur un long bord de près vers les Glénan, avec de gros grains et encore des bascules à gérer, c’est pour ça que nous sommes allés à l’intérieur vers l’île d’Yeu. Nous avons Leyton et Action Contre la Faim juste à côté de nous, nous avons passé toute la nuit dernière ensemble dans le bord de portant qui était très technique, c’est là que nous avons fait une petite différence, la flotte s’est vraiment étalée à ce moment, nous sommes contents. Et derrière, il y a un paquet de cinq-six bateaux en embuscade. Nous avons hâte d’arriver, parce qu’il fait très froid.»

Corentin Horeau (skipper de NF Habitat) :

« Nous avons essuyé un grain très costaud juste avant SN1 mardi soir, le vent est monté jusqu’à 47 nœuds à l’anémomètre, on a voulu prendre un ris, la chute de la grand-voile a alors battu très fort et la grand-voile a explosé. Ce n’était pas envisageable de continuer même sous voilure réduite, car la déchirure se situe au-dessus de la bosse de deuxième ris. C’est vraiment dommage parce qu’on était sur le point de franchir SN1 dans les cinq premiers, on avait vraiment bien navigué, c’est un coup d’arrêt brutal. Maintenant, on sera au départ de la troisième étape, notre grand-voile est en train d’être réparée, on sera à Saint-Gilles en fin de semaine avec l’envie de briller sur cette dernière manche.»

Amélie Grassi (co-skipper d’Action Enfance) :

« Nous avons d’abord perdu l’électronique dans un grain avant SN1, ensuite, on a envoyé le spi, mais il est passé dans l’eau, s’est enroulé autour de la quille et s’est déchiré, nous sommes repartis sous gennaker, ça se passait bien, mais il est également passé à l’eau et s’est aussi déchiré. Nous n’avions toujours plus d’électronique, donc nous nous avons décidé de rentrer. C’était complètement maniable, l’envoi de spi, c’est nous qui avons fait une erreur, et le génois, on aurait dû mieux l’assurer, c’est l’amure qui a lâché, nous ne sommes pas encore tout à fait au point dans nos manœuvres. Le programme maintenant est chargé, il faut réparer nos voiles et trouver une solution pour l’électronique avant de repartir pour la troisième étape. C’est dommage, car nous avions pris un bon départ, nous avions une bonne vitesse au près, nous avions réussi à correctement nous placer sur la remontée au vent, nous étions super contents avant de faire n’importe quoi. »

L’article Des costauds et des bobos est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
11 lectures
0 commentaires

Michel Desjoyeaux de retour sur la Solitaire du Figaro !

Double vainqueur du Vendée Globe et marin le plus titré en solitaire, Michel Desjoyeaux fait son grand retour sur un circuit dont il a été spécialiste pendant des années. Triple vainqueur de la « solitaire » en 1992, 1998 et 2007, il prendra le départ de la course pour la 13e fois de sa carrière. Sa dernière participation remonte à 2013 avec une 7e place. C’est l’arrivée du nouveau monotype Figaro Bénéteau 3 qui a convaincu Michel Desjoyeaux de revenir à ses premières amours. Le skipper de Lumibird a prévu de participer à deux courses d’avant-saison, la solo Maitre Coq et la Solo Concarneau avant de rejoindre Nantes pour le départ de la Solitaire Urgo Le Figaro programmé au 2 juin.

Marc Le Flohic PDG de Lumibird commente ce partenariat :

« C’est avec un très grand plaisir que nous allons sponsoriser Michel et toute son équipe pour la Solitaire du Figaro 2019. Nous connaissons bien Mer Agitée, puisque depuis 3 ans nous menons ensemble un partenariat technologique. Michel est un très grand compétiteur et nous espérons tous qu’il fera une superbe saison et qu’il portera haut les couleurs de Lumibird. »

Michel Desjoyeaux skipper de Lumibird confie :

« Je reviens sur La Solitaire Urgo le Figaro pour la 13ème fois et j’en suis ravi ! Je dois avouer que l’année dernière j’avais le sabot qui grattait un peu, de regarder les autres faire. La Solitaire est à mon sens la course la plus dure sur le plan sportif, et l’arrivée du nouveau Figaro 3 décuple mon côté compétiteur ! C’est avec beaucoup de plaisir que je porterai les couleurs de cette très belle société technologique ayant ses racines en Bretagne.

L’article Michel Desjoyeaux de retour sur la Solitaire du Figaro ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
9 lectures
0 commentaires

Spindift 2 de retour en Bretagne après le Trophée Jules Verne, le trimaran de Yann Guichard est arrivé à Lorient

Après une tentative de Trophée Jules Verne avortée sur casse de safran survenue le 1er février dernier, le maxi Spindrift 2 était parti d'Australie vers la France par cargo. Ce mercredi matin, le trimaran de Yann Guichard et Dona Bertarelli a été déchargé à Lorient. 

image

Crédit : Spindrift Racing


"Je suis heureux de voir revenir notre trimaran Spindrift 2 à son port d’attache. Même si la déception reste toujours un peu présente sur cette tentative avortée, je retiens aussi les éléments positifs : l’équipage de ce tour du monde était parfait, jamais nous n’avons eu une telle cohésion, c’est une réelle satisfaction. De plus Spindrift 2 va beaucoup plus vite qu’il y a 3 ans, les évolutions et optimisations apportées au bateau sont vraiment satisfaisantes et j’espère que nous pourrons retrouver ce niveau de performance rapidement," raconte Yann Guichard. L’heure est maintenant aux analyses sur les circonstances de cette casse afin de préparer au mieux l’avenir.
image
image
Lire la suite
15 lectures
0 commentaires

Embarquement immédiat

Plus que deux jours avant le coup d’envoi de la 38ème édition de la Massilia Cup, et les équipes du CNTL sont désormais à poste pour accueillir plus de 100 équipages français et étrangers qui vont prendre part à l’un des rendez-vous majeurs de la voile dans la cité phocéenne. Courses inshore pour les équipages, course offshore pour les solos, et trois jours de spectacle intégral pour tous les Marseillais, à suivre de la terre, comme en mer !

Les SB20 se mettent au tracker

C’est une des nouveautés de l’édition 2019 : parmi les monotypes inscrits à la Massilia Cup, les SB20, dont l’épreuve intègre officiellement le circuit de la classe cette année, seront équipés d’un système de tracker permettant de suivre leurs évolutions en temps réel tout au long des parcours qui leurs sont proposés. Une véritable révolution dans l’univers humide des sport boats, qui feront le spectacle en rade sud. Le SB20 est un petit quillard de sport monotype – tous les bateaux sont strictement identiques. C’est un bateau moderne, simple, extrêmement stable et performant, dont le transport est rendu facile eu égard au poids du bateau et à sa quille rétractable. “C’est notre premier séjour à Marseille” confie Igor Ginzburg, le skipper du SB20 russe Absolut “Nous sommes très impatients de participer à cette belle épreuve et de nous amarrer dans le célèbre Vieux Port”

Le public marseillais paré-à-virer avec le CNTL

Partager le spectacle de la régate avec le plus grand nombre, telle est la vocation du CNTL. Au-delà du spectacle à couper le souffle visible de la Corniche en rade sud, le Club s’engage comme à l’accoutumée dans une démarche d’ouverture vers tous les publics pour les sensibiliser à la voile sous toutes ses formes en organisant l’événement “Régate en Vue”, en partenariat avec l’Office de la Mer. Trois rotations sont prévues le samedi 6 avril à 11h30, 13h et 14h30, à partir du Club. Cet affrêtement permet non seulement au plus grand nombre – adultes et enfants – pour la somme symbolique de trois euros, d’aller voir les régates au plus près, mais également de bénéficier de commentaires de spécialistes sur la voile, la course ainsi que l’environnement et le patrimoine marseillais tels que l’on peut les découvrir, vus de la mer. Les réservations, qui sont obligatoires, sont gérées directement via le site internet www.officedelamer.com, rubrique régate en vue.

L’article Embarquement immédiat est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
11 lectures
0 commentaires

Le Vaillant - Bidégorry aux avant-postes sur la Sardinha Cup, Peyron et Douguet abandonnent - Grande Course

La première nuit de la Grande Course de la Sardinha Cup, qui s’est élancée mardi de Saint-Gilles Croix-de-Vie, a été comme prévu ventée. Mercredi matin, c’est Leyton (Arthur Le Vaillant-Pascal Bidégorry) qui pointe en tête, suivi par Le Hub by OC Sport (Charles Caudrelier-Fabien Delahaye) et Action contre la Faim (Benjamin Schwartz-Eric Péron). NF Habitat (Corentin Douguet-Corentin Horeau) et Action Enfance (Loïck Peyron-Amélie Grassi) rentrent au port. 


image

Crédit : Ch Breschi

Comme on pouvait s’y attendre, c’est à une entame de deuxième étape de la Sardinha Cup engagée pour les Figaro 3 à laquelle ont eu droit les 33 tandems qui se sont élancés mardi après-midi à 16h20 de Saint-Gilles Croix-de-Vie pour un parcours de 408 milles. Un premier bord de près de 35 milles vers la bouée SN1 dans du vent de nord-ouest de plus de 20 nœuds terminé par les premiers à 22h35, puis une descente sous spi d’une centaine de milles vers BXA, à l’entrée de l’estuaire de la Gironde, avalée en un peu moins de 7 heures à 14 nœuds de moyenne, cette première partie d’étape s’est faite à très vive allure.

Le Vaillant - Bidégorry aux avant-postes

Et à ce jeu-là, c’est Leyton, du tandem Arthur Le Vaillant-Pascal Bidégorry, qui s’est montré le plus prompt, passant en tête mercredi vers 5h15 la marque de BXA, avec sur ses talons Le Hub by OC Sport (Charles Caudrelier-Fabien Delahaye) et Action contre la Faim (Benjamin Schwartz-Eric Péron), avant d’entamer un nouveau long bord de près de 165 milles à destination de la Jument des Glénan.

Egalement dans le paquet de tête ce mercredi matin, on trouve Groupe Royer-Secours Populaire (Anthony Marchand-Paul Meilhat), Bretagne CMB Espoir (Tom Laperche-Ronan Treussart), Groupe SNEF (Xavier Macaire-Achille Nebout), Ethical Power (Conrad Colman-Sébastien Marsset) et Quéguiner (Tanguy Le Turquais-Armand de Jacquelot), tandis que Breizh Cola-Equi’Thé (Gildas Mahé-Morgan Lagravière) est légèrement décalé dans l’ouest.

4 abandons ce mercredi matin

Les conditions musclées du début de course ont provoqué quelques avaries au sein de la flotte, conduisant certains à rentrer au port : NF Habitat (Corentin Douguet-Corentin Horeau) et Atlantic Youth Trust (Joan Mulloy-Mike Golding) sont arrivés dans la nuit à Saint-Gilles Croix-de-Vie, où se dirige aussi Action Enfance (Loïck Peyron-Amélie Grassi), tandis que Ma Chance et Moi (Robin Marais-Louis Duc) fait route vers Port-Médoc.

Point d'étape de la Grande Course ce matin :

1 - Leyton France : Arthur Le Vaillant Sailing et Pascal Bidégorry
2 - Action contre la Faim (France) : Benjamin Schwartz et Eric PERON
3 - Le HUB by OC Sport : Charles Caudrelier et Fabien Delahaye

Source : Sardinha Cup

Lire la suite
11 lectures
0 commentaires

Actual Leader, le nouvel Ultim D'Yves Le Blevec sortira de chantier mi-mai, "hâte de voir le bateau sortir du hangar"

Nouveau bateau, nouveau nom, nouvelle déco pour le Team Actual. Après 18 ans de partenariat, Samuel Tual, Président d'Actual Leader Group et Yves Le Blevec, skipper du maxi trimaran Actual poursuivent leur collaboration et montent à bord de l'ancien Sodebo Ultim'.

image

Actual Leader, le nouveau nom du maxi trimaran

« Tout au long de nos 18 ans de partage avec Yves, il y a toujours eu une corrélation étroite entre le développement de l’entreprise et celui du partenariat voile. C’est plus que jamais le cas aujourd’hui avec ce rapprochement entre Actual et Leader et l’arrivée de ce nouveau bateau performant et fiabilisé. » présise Samuel Tual, Président d'Actual Leader group.

Sodebo Ultim' 2 entre les mains d'Yves Le Blevec

Dans quelques semaines, Yves Le Blevec sera à la barre de son nouvel Ultim avec, devant ses étraves : 2 tours du monde, 2 transats, 1 tour des Atlantiques sous ses nouvelles couleurs d'Actual Leader group. « Je suis en totale confiance sur cette nouvelle période qui va se construire avec le groupe Leader. Nous travaillons depuis le mois de décembre sur ce nouveau bateau, nous avons tous vraiment hâte de voir le bateau sortir du hangar et de le découvrir sur l’eau ! » explique le skipper.

L’Ultim Actual Leader est aux mains de l’équipe d’Yves Le Blevec depuis le mois de décembre, pour une vérification complète du bateau. Tout a été intégralement démonté, nettoyé, révisé. L’électronique et l’informatique ont été entièrement revus, une foule de détails a été repensée.

« Ces cinq mois de chantier, réalisés avec une équipe sensiblement renforcée puisque nous sommes une quinzaine aujourd’hui au sein du Team, sont aussi une excellente manière de découvrir et prendre en main le bateau de façon approfondie », précise le skipper Actual Leader.

Dans les starting-blocks en mai

La mise à l’eau du géant rouge et noir est prévue pour la mi-mai, avec un programme 2019 qui débutera dès le 18 mai avec le Tour du Belle Ile, suivi de l’Armen Race, de la Rolex Fastnet Race puis de la Brest Atlantiques, un grand tour d’océan, en double, prévu à l’automne prochain.

Source : Kaori

Lire la suite
10 lectures
0 commentaires

Le Mercato de la semaine

Nominations, départs, annonces de partenariats et d’événements, lancements de projet, offres de jobs, de stages et de services, bateaux à vendre…

 

[DÉPARTS & NOMINATIONS]
CATHERINE CHABAUD figure en 5e position sur la liste de La République en Marche pour les élections européennes du 26 mai. SÉBASTIEN COL et NICK HUTTON intègrent l’équipage d’Argo aligné cette année sur le GC32 Racing Tour qui accueillera par ailleurs une nouvelle équipe suisse, Black Star Sailing Team, dirigée par CHRISTIAN ZUERRER, accompagné de Flavio Marazzi, Florian Trüb, Adam Kay et Will Alloway. DOMITILLE JEANNE-BEYLOT (ex OC Sport) est devenue coordinatrice opérationnelle du Grand Prix Guyader et de la Bermudes 1000 Race, organisés par Sea To See. DAMIEN CLOAREC sera le co-skipper du Belge Jonas Gerckens en Class40 sur la Transat Jacques Vabre. PIERRE CASIRAGHI sera, lui, le co-skipper de l’Allemand Boris Hermann à bord de Malizia. NICOLAS TROUSSEL a dévoilé une partie de l’équipe qui l’entoure pour son projet de Vendée Globe sponsorisé par Corum L’Epargne, en plus de Juan Kouyoumdjian(architecte), de Michel Desjoyeaux (maître d’oeuvre) et de Jean-Baptiste Epron (design de la décoration) : GREG EVRARD (ex DG de North Sails France) est directeur de l’équipe tandis TIPHAINE RENARD (ex Ydeos, ex Dongfeng, ex Groupama Team France) est nommée responsable des opérations. la communication sportive voile, les relations médias et le digital ont été confiées à l’agence ULTRA VIOLET (Julia Huvé et Hugo Chartier). PAULINE BELLALIN (ex Mer & Média) rejoint l’agence Effets Mer ce 1er avril. GAËL LE CLÉAC’H (ex coordinateur évènements en baie de Morlaix, ex boat-captain de nombreux Imoca) rejoint la voilerie All Purpose Finistère (Voiles Océan). comme technico-commercial. ÉLÉONORE VILLERS (ex Effets Mer) prend en charge les relations de presse d’Achille Nebout (Figaro), d’Erwan Le Draoulec (Figaro) et du duo Quentin Delapierre-Manon Audinet (Nacra 17).

[JOBS]

OUTREMER recherche un-e chargé-e de projet méthode/industrialisation ainsi qu’un-e concepteur-trice/projeteur-euse ; postes en CDD de 12 mois, basés à La Grande Motte.DMG MORI SAILING TEAM, qui construit un nouvel Imoca pour Kojiro Shiraishi, cherche à étoffer son équipe en recrutant Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., dont deux avec des spécialités en hydraulique et composite ; postes basés à Lorient, statuts à définir. AVEL ROBOTICS recrute Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour un travail en complément des tâches automatisées par robot ; poste en CDI basé à Lorient. MER FORTE, bureau d’études, recrute un-e technicien-ne/concepteur-trice/projeteur-euse 3D ; poste en CDI basé à Port-la-Forêt. PLASTIMO recrute un-e assistant-e commercial-e/SAV nautisme, poste en CDI à pourvoir immédiatement, basé à Lorient. ADRENA recherche un-e technicien-ne support ; CDD d’un an basé à Saint-Sébastien-sur-Loire. Le CENTRE NAUTIQUE DE LORIENT recrute un manager sportif pour piloter son équipe de quatre entraîneurs ; poste en CDI à pourvoir au 1er juillet, basé à Lorient avec déplacements. MARSAUDON COMPOSITES recrute un technicien polyvalent systèmes bord, plomberie et fluides, un accastilleur/mateloteur, un dessinateur-modifications et aménagements de catamarans à voile, un opérateur fabrication pièces composites de grande taille par infusion et un opérateur assemblage de structures de catamarans à voile ; postes basés à Lorient.

[STAGES]

STREAMLINE, bureau d’études spécialisé en ingénierie de la performance, propose deux stages de développement et de validation d’outils de simulation aérodynamique et d’analyse de performances ; stages de 6 mois, à partir du deuxième trimestre 2019, basés à Nantes. INO-ROPE propose deux stages, d’assistant-e webmarketing et d’assistant-e e-commerce, de 2 à 4 mois, basés à Concarneau. GUILLAUME VOYER est Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  du 6 janvier au 1er mars 2020 en Bretagne Sud dans le domaine de l’informatique et de l’électronique embarquée, dans le cadre de sa formation en BTS MASEN à Saint-Malo. PIXEL SUR MER propose un stage ingénieur-développement de composants, d’une durée de 4 à 6 mois à Lorient, à pourvoir dès que possible.

[OFFRES DE SERVICES]

ARIELLE SALMON (ex Dongfeng Race Team, ex Artemis Offshore Academy) est disponible pour des Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. : logistique, administration, finances, avitaillement (technique, sécurité, repas), RP, etc… STREAMLINE, bureau d’études spécialisé en ingénierie de la performance, propose d’accompagner les équipes de course dans leurs projets et de mettre à disposition ses outils et compétences via la mise en place de partenariats techniques.

[ANNONCES & PARTENARIATS]

GUYOT ENVIRONNEMENT a initié un partenariat avec le duo Camille Lecointre/Aloïse Retornaz qui vise la qualification en 470 pour les Jeux olympiques de Tokyo, en plus de son soutien à Pierre Leboucher sur le circuit Figaro et au Pôle France de Brest. ADVENS et LA FONDATION DE LA MER seront les partenaires-titres de Thomas Ruyant en Figaro cette année, ce dernier disputera la Solo Maître CoQ et la Solitaire Urgo Le Figaro. TIMEZERO BY MAXSEA a renouvelé son partenariat pour la troisième édition consécutive comme fournisseur officiel du logiciel de navigation de la Clipper Race. La billetterie pour assister à SAILGP MARSEILLE, dernière épreuve et finale de la première saison du circuit des F50 est ouverte ; 10% de réduction jusqu’à dimanche avec le code SGPPRESALE10. MILLE & UNE VAGUES gère désormais les relations presse du Spi Ouest-France Destination Morbihan. PRYSMIAN GROUP sera le partenaire titre de Giancarlo Pedote sur les Imoca Globe Series et le prochain Vendée Globe, prolongeant un partenariat initié avec l’Italien en 2007. ACCASTILLAGE DIFFUSION NANTES organise son deuxième salon dédié à la préparation de la Transquadra les 5 et 6 avril prochain où seront présents une dizaine des principaux fournisseurs. EFFETS MER gère désormais les relations presse de Yann Eliès et StMichel sur le circuit Figaro. HELLY HANSEN équipera cette année sur le circuit Figaro Fabien Delahaye, Benjamin Schwartz, Erwan Le Draoulec, Tanguy Le Turquais, Anthony Marchand, Thomas Ruyant et André Morante Perez. MAXIME SOREL devient quant à lui ambassadeur Musto jusqu’au prochain Vendée globe. OC SPORT a annoncé être en cours de cession des Extreme Sailing Series, dont le circuit est « jugé non viable financièrement » alors qu’une bonne partie des teams rejoint le GC 32 Racing Tour. Une nouvelle équipe devrait relancer la marque et faire des annonces prochainement. La filiale du Groupe Télégramme ferme à cette occasion son implantation historique de Cowes, préférant se concentrer sur la course au large et le lancement de son Hub à Lorient.

[LANCEMENTS]

Le 10e concours MIRABAUD YACHT RACING IMAGE est lancé : les candidats ont jusqu’au 13 octobre pour envoyer leurs photos prises entre le 13 septembre 2018 et le 13 octobre 2019.

[ACHATS, LOCATIONS & VENTES]

JACK BOUTTELL Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. l’ex Spirit of Canada, plan Owen-Clarke mis à l’eau en 2007 ; bateau et ber visibles près de Lorient. Les FLOTTEURS et le MÂT de l’ex 60 pieds Orma SODEBO, stockés en plein air à Saint-Malo, sont disponibles. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Crédit photo : TR Racing

L’article Le Mercato de la semaine est apparu en premier sur Tip & Shaft.

Lire la suite
0 lectures
0 commentaires

Changement d’ambiance pour la deuxième étape !

« Après un Warm-up qui a très bien porté son nom, cette deuxième étape s’annonce engagée, on savait que ça allait venir, on y est ! » Au moment de quitter mardi en début d’après-midi le ponton n°8 de Saint-Gilles Croix-de-Vie où sont alignés les 34 Figaro Bénéteau 3 inscrits sur la Sardinha Cup, Yann Eliès, le skipper de Saint-Michel, résumait on ne peut mieux le contexte de la deuxième étape de cette course inaugurale du Championnat de France Elite de course au large.

Après les conditions estivales du Vendée Warm-up, remporté dimanche par le duo Alexis Loison-Frédric Duthil (Région Normandie), la Grande Course n°1, d’une longueur de 408 milles, devrait majoritairement se courir dans du vent fort et de la mer formée, avec une alternance de bords de près et de portant, des transitions à gérer, des heures à la barre sous les gerbes d’eau et pas mal de réglages sur le pont pour s’adapter aux variations prévues du vent, en force et en direction.

« On rentre dans un format de large plus proche d’une étape de Solitaire du Figaro, avec des conditions musclées pour lesquelles ces bateaux sont faits. Il y aura des bascules à jouer, la vie à bord à organiser, je pense que ça va être un exercice complet et qu’on pourra tirer des enseignements à l’arrivée. Les conditions sont en tout cas idéales pour s’étalonner par rapport aux autres bateaux », confie de son côté Fabien Delahaye, co-skipper de Charles Caudrelier sur Le Hub by OC Sport.

Quant à Thomas Rouxel, qui seconde Loïs Berrehar sur Bretagne CMB Performance, il ajoute : « On va commencer au louvoyage dans du vent de nord-ouest et un ciel de traîne, avec des grains probablement assez forts, je pense qu’on va se faire un peu cueillir. Derrière, nous attend une descente de nuit jusqu’à l’estuaire de la Gironde, là encore dans du vent fort et dans de la mer. Il y a un peu d’appréhension parce qu’on n’a jamais rencontré de telles conditions, mais les Figaro Bénéteau 3 sont des bateaux marins et ces conditions ne sont pas non plus exceptionnelles.»

Pas exceptionnelles certes, mais sans doute suffisantes pour effectuer des premiers tris parmi la flotte des 33 Figaro Bénéteau 3 qui se sont élancés mardi à 16h dans une grosse quinzaine de nœuds de nord-ouest et une mer hachée – Hive Energy de Will Harris et Eric Péron n’a pas pris le départ (ce dernier a changé de bateau, remplaçant au pied levé de Cédric Pouligny, victime d’une infection au coude, sur Action contre la Faim). « Ça sera à celui qui ne lâche pas et arrive à imprimer du rythme jusqu’au bout. On va avoir le droit à notre chemin de Compostelle sur le bord entre BXA (la bouée à l’entrée de l’estuaire de la Gironde) et les Glénan dans 25 nœuds au près, chacun aura sa petite croix sur le dos, je pense qu’aux Glénan, le tri sera fait, il restera le haut du panier pour se tirer la bourre sur le retour », poursuit Yann Eliès.

Une chose est certaine : tous avaient visiblement une forte envie d’en découdre dans ces conditions musclées, puisqu’ils en ont été quittes pour un rappel général, une grande partie de la flotte ayant franchi la ligne avant le coup de canon. Le second départ, tribord amure pour les 33 bateaux, a été le bon, avec une lutte entre un gros paquet à gauche de la ligne, emmené par Smurfit Kappa (Tom Dolan-Damian Foxall), Région Normandie (Alexis Loison-Frédéric Duthil), Groupe Royer-Secours Populaire (Anthony Marchand-Paul Meilhat), Hawapi (Benoît Mariette-Clément Bouyssou), Skipper Macif 2019 (Pierre Quiroga-Yoann Richomme), Leyton (Arthur Le Vaillant-Pascal Bidégorry) ou Charal (Jérémie Beyou-Alan Roberts), et les centristes Breizh Cola Equi’Thé (Gildas Mahé-Morgan Lagravière), Bretagne CMB Performance (Loïs Berrehar-Thomas Rouxel) et Espoir (Tom Laperche-Ronan Treussart). Le match était lancé, résultat des courses jeudi…

Paroles de marins :

Alexis Loison (skipper de Région Normandie) :

« Changement de décor, d’ambiance et de format, ça va être sympa, on va avoir de l’eau sur le pont et dans nos cirés, avec un premier bord vers Saint-Nazaire puis un long run sous spi qui va être très rapide. Il y aura moins d’aléatoire que sur le Warm-up couru dans des conditions plus faibles, mais la course au large est un sport complet où il faut être capable d’aller dans toutes les conditions. Là, on va pouvoir voir d’autres voiles que nous n’avons pas utilisées sur la première étape, les bateaux vont planer au portant, ce qui n’était pas le cas sur l’étape d’avant, on va apprendre des choses en vue de la suite du programme. »

Loïck Peyron (skipper de Action Enfance) :

« Le Warm-up portait très bien son nom : conditions estivales et idéales. La deuxième étape va être bien différente, dans du vent, c’est bien aussi. On sera encore en mode découverte, nous sommes encore loin d’être opérationnels, ça demande du travail, je vois bien que cette forme de régate est une vraie spécialité qui n’est pas la mienne. Cette Sardinha Cup est vraiment intéressante, le niveau est exceptionnel et il y a de tout. »

Damian Foxall (co-skipper de Smurfit Kappa) :

« On a le droit à toutes les conditions sur cette Sardinha Cup, avec des petits airs sur la première étape, et là, deux grandes manches qui se préparent. Cette deuxième étape promet de bonnes conditions pour les Figaro Bénéteau 3, on repart à zéro, on va pouvoir décoller avec les foils sous spi, on va voir pour la première fois la flotte en régate dans du vent, ça va être sympa. J’aime bien le format de cette Sardinha, c’est comme une Solitaire du Figaro, mais avec le même port à chaque escale. C’est fun d’être là avec un bateau irlandais, en plus, on n’est pas les seuls étrangers (13 sur 68 marins au départ), la classe s’internationalise. »

Corentin Douguet (skipper de NF Habitat) :

« Cette étape s’annonce beaucoup plus musclée, c’est un bon test en course grandeur nature pour les bateaux, c’est bien de faire ce test en double, ça permettra de pallier plus facilement d’éventuels soucis. De notre côté, on va essayer de corriger le tir après notre première étape ratée en termes de score, on a commencé par une 26e place, on ne peut quasiment faire que mieux. L’étape va être assez sélective, avec des choix de voiles importants, notamment entre grand et petit spi quand on va descendre de Saint-Nazaire vers l’entrée de la Gironde, ça va être riche d’enseignements ».

Martin Le Pape (Skipper Macif 2017) :

« Il va y avoir encore du match. En termes de conditions, on va avoir du vent relativement fort, changeant en direction et en force, il va falloir s’adapter et ne rien casser, être très vigilant et réactif, mais aussi rester lucide. Personnellement, j’ai un nouvel équipier sur cette course (Thierry Chabagny remplace Charlie Dalin sur la deuxième étape), on va tout découvrir ensemble, c’est un challenge de plus. Mais Thierry a montré en Figaro Bénéteau 2 qu’il était capable de gagner des étapes dans du vent, je pense avoir le bon cheval pour cette étape, je suis content de repartir après un Warm-up en demi-teinte. »

Alberto Bona (skipper de Sebago) :

« Cette étape va changer la donne, ça s’annonce beaucoup plus musclé, il va faire froid, ce sont des conditions dans lesquelles nous n’avons jamais navigué avec Ian (Lipinski, son co-skipper). Nous n’avons pas vraiment de repères, nous avons hâte de voir comment le bateau va se comporter, la course est aussi faite pour ça. Je pense que nous allons avoir des bords de portant amusants, il va y avoir du jeu dans les rotations de vent, ça va être une étape physique et complète. »

Louis Duc (co-skipper de Ma Chance et Moi) :

« Une belle régate nous attend, il va y avoir beaucoup de changements avec pas mal de passages à niveau et une météo assez complexe, parce que ça ne sera pas tout droit tout le temps. Il y aura beaucoup de petits coups à jouer, il faudra être dessus, comme d’habitude sur le circuit Figaro Bénéteau. »

Tanguy Le Turquais (skipper de Quéguiner) :

« Nous nous sommes clairement ratés sur le Warm-Up avec Armand (de Jacquelot, le co-skipper), nous ne nous l’expliquons pas. Là, nous n’avons pas envie de nous louper, si on se loupe encore une fois, ça na va pas être cool du tout. On a envie de montrer ce qu’on est capables de faire sur cette deuxième étape, parce qu’on sait que nous pouvons faire de belles choses. Nous sommes vraiment très motivés et concentrés pour cette fois éviter les erreurs. Avec les conditions musclées attendues, il y aura sans doute moins d’aléatoire, la gestion et la vitesse du bateau vont être plus importantes, ça nous va bien, car avec Armand, on aime bien ça ».

L’article Changement d’ambiance pour la deuxième étape ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
14 lectures
0 commentaires

Les Figaro 3 au départ de la Grande Course sur la Sardinha Cup ce mardi 16h

Le départ de la deuxième étape de la Sardinha Cup, la Grande Course n°1, sera donné ce mardi à 16h à Saint-Gilles Croix-de-Vie sur un parcours de 405 milles. Les conditions s’annoncent soutenues, laissant augurer d’une belle explication entre les 33 Figaro Bénéteau 3 en course sur cette étape.


image

© Christophe Breschi / Sardinha Cup


Premier Grand Parcours pour le Figaro 3
Le parcours de la deuxième étape de la Sardinha Cup, la Grande Course n°1, a été présenté par le directeur de course, Francis Le Goff, aux 33 tandems qui s’élanceront ce mardi (Hive Energy, de Will Harris et Eric Péron, victime d’une avarie de quille après avoir talonné le long de l’île d’Yeu sur le Warm-up, ne prendra pas le départ mais espère faire son retour sur la troisième étape). Un parcours de 405 milles qui débutera avec un départ devant Saint-Gilles Croix-de-Vie, avant un premier bord de près vers la bouée SN1 à l’entrée du chenal de Saint-Nazaire, puis une descente au portant vers la marque BXA, à l’entrée de l’estuaire de la Gironde.Les Figaro Bénéteau 3 repartiront ensuite mercredi pour un nouveau bord de près jusqu’à la Jument des Glénan, avant de faire demi-tour et de redescendre vers l’île d’Yeu, à laisser à bâbord, et de couper la ligne d’arrivée à Saint-Gilles Croix-de-Vie. Soit un parcours qui devrait durer une grosse cinquantaine d’heures, l’arrivée étant prévue jeudi en fin d’après-midi. Des conditions soutenues Du côté de la météo, les conditions s’annoncent nettement plus soutenues que sur le Warm-up, avec un départ dans une bonne quinzaine de nœuds de nord-ouest et de la mer assez formée, promettant notamment une descente très rapide sous spi vers BXA, puis du vent forcissant mercredi, de l’ordre de 20-25 nœuds, plus fort au large qu’à la côte. Une météo qui devrait donner lieu à une belle étape de costauds. Le vainqueur est attendu jeudi en fin d'après-midi. Vous conseille :
Le Warm-up de la Sardinha Cup pour le duo Loison - Duthil, Région Normandie devant Team Vendée et Groupe Royer - 31 mars 2019
Source : A Bourgeois
Lire la suite
12 lectures
0 commentaires

Aymeric Chappellier et Aïna s'imposent à Horta sur le Défi Atlantique, Catherine Pourre deuxième - Class40

Le Rochelais Aymeric Chappellier, épaulé par Eric Quesnel et Rodrigue Cabaz, s'est imposé ce mardi à 7h46 sur la première étape du Défi Atlantique. Le Class40 Team Aïna 151 Enfance et avenir aura mis 9 jours, 15 heures, 46 minutes et 19 secondes pour rallier Pointe à Pitre à Horta. Earendil de Catherine Pourre est arrivé en deuxième position cet après-midi. 


image
Crédit : Ch Breschi

Le Mach 40.3 d'Aymeric Chappellier s'est très vite, après le départ, emparé de la tête pour ne plus la lâcher. Les « Aïna boys » se sont montrés patients et efficaces pour grimper jusqu'à 40e degré de latitude nord, avant de mettre enfin le clignotant à droite et filer plein Est vers l'archipel Atlantique, à peine ralentis par la petite phase de transition annonciatrice des grands courants d'air perturbés d'Atlantique Nord. Ils terminent les 400 derniers milles de course au plus près d'un vent soufflant jusqu'à plus de 30 noeuds, face à une mer creuse et croisée qui les aura malmenés jusqu'au bout.

Aymeric Chappellier : "trouver la bonne trajectoire"

« Une belle course pour cette première étape. Il reste à gagner la deuxième. On savait que le front arrivait au bout de 5 jours. Il fallait attaquer dans le tempo, imposer un rythme soutenu pour creuser un écart dès le départ avant l'arrivée du front. Il fallait se placer. La stratégie était claire, mais le bon placement n'était pas facile à trouver, avec des fichiers qui se contredisaient. 

On a affiné au coup par coup sans prendre les routages au pied de la lettre. Il fallait trouver la bonne trajectoire. Le front nous a un peu ralentis et Catherine (Pourre) est passée très vite aussi. Je n'étais pas inquiet car je savais que l'on allait encore creuser. 

La première partie au reaching était musclée, rapide mais très humide. Partir à trois sur un Mach 40, c'est un peu la guerre. Il faut trouver sa place. Rodrigue et Eric ont toujours répondu présents, avec du mordant. On a nos automatismes, on s'est créé notre petit univers et on va le garder pour la deuxième étape. On a un petit matelas sur le reste de la flotte. Rien n'est fait. On est un peu fatigué mais tout ira bien après une bonne nuit ».

Temps de course :

Le Class40 Team Aïna 151 Enfance et avenir de Aymeric Chappellier, Eric Quesnel et Rodrigue Cabaz a franchi la ligne d'arrivée de la première étape du Défi Atlantique, entre Pointe à Pitre et Horta aux Açores, aujourd'hui mardi 2 avril 2019 à 7 heures, 46 minutes et 19 secondes (heures françaises). Il a parcouru les 2 230 milles théoriques du parcours en 9 jours, 15 heures, 46 minutes et 19 secondes, à la moyenne de 9,60 noeuds. Il a en réalité parcouru 2 507 milles sur le fond, à la vitesse de 10,82 noeuds.

Vous conseille : Top départ pour les 12 Class40 du Défi Atlantique, cap sur Horta, Kito de Pavant en tête devant Catherine Pourre - 23 mars 2019


Source : Défi Atlantique
Lire la suite
10 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions