• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme

Quentin Lucet : « Sur Hugo Boss, l’idée a été d’optimiser la traînée minimum »

Très attendu, le dernier Hugo Boss d’Alex Thomson a été mis à l’eau début août à Gosport avant d’être officiellement présenté et baptisé jeudi dernier à Londres. L’occasion pour Tip & Shaft d’échanger avec Quentin Lucet, en charge du projet chez VPLP, accompagné, lors de cet entretien, par Vincent Lauriot-Prévost.

Comment avez-vous été choisis par l’équipe d’Alex Thomson ?
Quentin Lucet : Nous avions déjà une une relation de confiance avec eux, puisque nous avions fait leur bateau d’avant, Hugo Boss 6 [avec Guillaume Verdier, NDLR]. Ensuite, nous étions dans un contexte où Guillaume travaillait sur le Super Sixty [le projet de 60 pieds monotype pour la Volvo Ocean Race, NDLR], Alex avait initié des discussions autour de ce projet, mais il ne correspondait pas forcément avec ce qu’il avait en tête, dans le sens où il voulait partir d’une feuille blanche. Nous avons beaucoup discuté avec l’équipe d’Alex, notamment du temps à notre disposition, sachant que l’objectif de mise à l’eau était bien identifié : la Transat Jacques Vabre 2019. En tout, nous avons pu bénéficier de plus de six mois d’études dédiées au projet avant l’envoi des formes, contre trois ou quatre en général.

Quel était le cahier des charges ?
Vincent Lauriot-Prévost : Il était simple : c’était le Vendée Globe, sinon rien ! Quand on lui a demandé si on mettait des ingrédients pour que ce bateau soit utilisable sur d’autres courses, la réponse était « non, pas du tout ».

Qu’en avez-vous déduit en termes de philosophie générale ?
Quentin Lucet : Notre philosophie générale consiste en une optimisation autour de la traînée minimum du bateau, l’accent a été mis sur l’hydrodynamique et sur les foils, puisqu’on compte réellement sur leur puissance pour mener le bateau aux allures de prédilection du Vendée Globe.

Si l’on rentre dans le détail ?
Quentin Lucet : Il y a plusieurs niveaux : d’abord l’optimisation de la masse, sur laquelle nous avons beaucoup insisté, et du centre de gravité, qui correspondait à la demande d’Alex d’avoir un cockpit plus avancé. Nous avons dessiné une géométrie, notamment des formes de livet, avec une répartition des volumes au sein de la coque qui allait réellement dans le sens du gain de masse. Ça nous permet d’avoir un bateau qui, concrètement, a un plancher de cockpit le plus bas de toute la flotte. Le deuxième niveau est la partie aérodynamique, avec une grosse recherche sur le dessin du roof, à la fois sur la partie avant et sur la terminaison au niveau de la barre d’écoute. Nous avons fait des études de fardage sur une plateforme Imoca qui mettaient en évidence le frein important que constituait la barre d’écoutes. Résultat : on ne se retrouve plus avec un roof puis une casquette au-dessus du plancher de cockpit, mais avec un roof continu du pied de mât jusqu’au tableau arrière. En plus, ça va dans le sens de la protection du skipper avec le cockpit entièrement fermé.

Ce cockpit complètement fermé, c’est le fruit de cette réflexion ou une demande d’Alex Thomson ?
Quentin Lucet : C’est plutôt lui qui est venu avec cette idée. Car la mise en place d’un tel cockpit est complètement liée à l’homme qui va être à bord : est-ce qu’il se sent à l’aise ou pas avec cette option ? Lui a poussé dans ce sens.

Concrètement, comment navigue Alex dans ce cockpit fermé ?  
Quentin Lucet : Tout est centralisé, il n’a pas besoin de sortir ni de s’exposer pour aller choquer ou regarder ses voiles, et il y a tout ce qu’il faut en termes d’ouverture sur le dessus pour avoir une vision devant, derrière et sur les voiles, en gros c’est un toit ouvrant. En plus, il a mis des caméras qui permettent de tout voir à 360 degrés. L’autre avantage, c’est que ça permet d’éviter de se retrouver avec 400 litres d’eau dans le cockpit, dans les aspérités du pont et sur les bouts : le gain de masse en dynamique est très important.

Parlons maintenant de la carène, quelles sont ses caractéristiques ?
Quentin Lucet : Le plus frappant, je pense, c’est le tableau arrière assez arrondi avec un bouchain pas très marqué. L’avantage, c’est que quand le bateau commence à déjauger, on a une réduction de surface mouillée très rapide, ce qu’on voit moins avec des formes de carène plus plates. Ensuite, au niveau des entrées d’eau, on a essayé de tendre le plus possible les lignes d’eau, avec une étrave qui a un gros nez, ce qui permet, dès que le bateau se met à la gîte, de réduire encore plus la traînée de coque.

On peut connaître le poids du bateau ?
Quentin Lucet : Ce n’est pas à nous de répondre [7,6 tonnes d’après le communiqué], mais on arrive à une masse à peu près similaire aux bateaux les plus légers de la dernière génération, en ayant des foils largement plus imposants [la paire de foils est annoncée à 500 kilos].

Quelles sont les caractéristiques des foils d’Hugo Boss ?
Quentin Lucet : Nous avons mis l’accent sur un décollage tôt, parce que nous estimons que leur zone d’utilisation est importante dans les petits airs, ce n’est pas forcément dans 25 nœuds de vent que ça va se jouer. La deuxième notion assez importante est celle d’auto-régulation du foil, parce que le « tabouret à deux pieds », ce n’est pas extrêmement stable sur une route pas très bien cabossée, donc on essaie de travailler sur le fait que les perturbations venant de la mer ou du vent puissent s’auto-réguler dans une certaine mesure avec la forme des foils.
Vincent Lauriot-Prévost : Concrètement, il ne s’agit pas de faire un shaft, un coude et un tip – désolé pour Tip & Shaft ! – mais c’est un rayon qui sort du pont, où le shaft, le coude et le tip sont confondus. On cherche à ce que la variation d’enfoncement puisse générer une régulation par les pentes que l’on donne en entrée et en sortie.

Faire décoller le bateau tôt, ça veut dire à partir de quelle vitesse ?
Quentin Lucet : Ça dépend des allures, mais je pense qu’à partir de 10 nœuds, ça reste assez neutre, le foil paie pour la traînée qu’il génère, ensuite, à partir de 12 nœuds, le bateau sort. Ce qui est assez intéressant, c’est que ces foils sont complètement rétractables, ça veut dire que si on n’en a pas besoin, dans toutes les allures où ils génèrent plus de traînée qu’ils ne créent de la portance, on peut les rentrer.

Quelles sont les grandes différences entre Hugo Boss et Charal ?
Quentin Lucet : D’abord, les foils sont différents, parce que les cahiers des charges des skippers le sont en termes d’utilisation et de recherche ou non de polyvalence : Alex considère que le près n’est pas très important pour gagner le Vendée Globe, là où pour Jérémie, ça l’est un peu plus. Ensuite, le cockpit et le plan de pont, dont on a parlé, ne se ressemblent pas. Je pense aussi qu’on a eu une réflexion assez longue avec l’équipe d’Alex sur le design structurel, on a pris le temps de faire des itérations complètes sur des options de petites structures, parce qu’ils nous ont donné le temps de les étudier. A chaque fois qu’il y avait un gain possible de dix-quinze kilos qui répondait aux considérations ergonomiques, on y a été.

Et quelles sont les différences avec les autres Imoca mis à l’eau cet été ?
Vincent Lauriot-Prévost : On n’a pas été chercher la même chose : là où nous avons dessiné une carène pour optimiser le frein hydrodynamique, les autres ont travaillé sur des carènes plus puissantes sans l’aide du foil. Nous n’avons pas accepté de payer en traînée ce qu’on peut gagner en puissance, comme ce qu’on faisait avant avec des petits foils. On a fait un peu moins de concessions, nos projets sont un peu plus radicaux, dans la mesure où si on devait un jour naviguer sans foils, on serait plus pénalisés qu’eux.
Quentin Lucet : Si le foil casse, Alex ne sera plus capable de tenir le rythme comme il l’avait fait il y a trois ans, ce qui était possible parce que les foils étaient beaucoup plus petits. Alex dit d’ailleurs que la marche entre son dernier Hugo Boss et l’actuel est encore plus grande que ne l’était celle d’avant.

En combien de jours le nouveau Hugo Boss serait-il capable de faire le Vendée Globe ?
Quentin Lucet : Je ne serais pas surpris d’avoir le même genre d’écart qu’entre le Vendée Globe de François [Gabart], 78 jours, et celui d’Armel [Le Cléac’h], 74. Donc autour de 70 jours si les conditions le permettent.

Ce bateau pourrait-il être transformé pour The Ocean Race ?
Quentin Lucet : Ce ne serait pas une hérésie, tout ce qui est coque et foils, ça marche, il faudrait en revanche mettre un joli coup de tronçonneuse dans le cockpit, on ne peut pas être à cinq dedans…

Les foils actuels seront-ils ceux du Vendée Globe ? Une V2 est-elle prévue ?
Quentin Lucet : Nous avons fait les foils qui nous paraissaient les mieux, maintenant, les outils ont encore évolué depuis le lancement des formes, mais pour savoir où on va, on a d’abord besoin d’un retour d’expérience du marin et de recevoir les analyses des données.
Vincent Lauriot-Prévost : Il n’y a pas de décision pour l’instant, ni dans un sens ni dans l’autre.

Hugo Boss peut-il gagner la Transat Jacques Vabre ?
Quentin Lucet : Je pense que l’objectif est vraiment de faire un gros travail de fiabilisation. Le processus est long, on l’a vu avec Charal qui, au bout d’un an, est fiable, donc la priorité sera de traverser, plutôt que de se mettre la pression de vouloir gagner.
Vincent Lauriot-Prévost : Après, dans le meilleur des mondes, s’il y a zéro pépin, l’équipage et le bateau peuvent gagner, dès qu’ils auront dégolfé, ça va être tout schuss.

Photo : Lloyd Images/Alex Thomson Racing

L’article Quentin Lucet : « Sur Hugo Boss, l’idée a été d’optimiser la traînée minimum » est apparu en premier sur Tip & Shaft.

Lire la suite
1 lectures
0 commentaires

Le Mercato de la semaine

Nominations, départs, annonces de partenariats et d’événements, lancements de projet, offres de jobs, de stages et de services, bateaux à vendre…

[DÉPARTS & NOMINATIONS]

SÉBASTIEN MARSSET sera le co-skipper de Romain Attanasio à bord de l’Imoca Pure lors de la Transat Jacques Vabre.  BILL ERKELENS, déjà aux côtés de Charlie Enright et Mark Towill sur les deux précédentes Volvo, sera une fois de plus leur « chief operator officer » sur The Ocean Race 2021-2022 au sein de l’équipe 11th Hour Racing. BEN WRIGHT, passé par Groupama Team France sur la 35e Coupe de l’America, a quant à lui été recruté en qualité de directeur technique. L’équipe américaine a par ailleurs confirmé (voir notre article) que PASCAL BIDÉGORRY serait le co-skipper de Charlie Enright à bord de l’ex Hugo Boss sur la Transat Jacques Vabre. SILLAGES (Matthieu Honoré) s’occupe désormais des relations presse d’Arnaud Boissières.

[JOBS]

AVEL ROBOTICS se Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. un-e technicien-ne en composites pour un travail en complément des tâches automatisées par robot ; poste en CDI basé à Lorient. LALOU MULTI, dans le cadre de la construction du nouveau Multi50 Arkema, recrute Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. à compter d’octobre 2019. Conditions plus détaillées après prise de contact. MERCONCEPT recherche dans le cadre du développement de son activité Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  ; poste en CDI à temps plein, basé à Port-la-Forêt. Démarrage rapide souhaité. GIANCARLO PEDOTE recherche Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour son Imoca Prysmian Group ; poste basé à Lorient après la Transat Jacques Vabre 2019. OUTREMER YACHTING recherche un-e ingénieur-e de bureau d’études en industrie ; poste en CDD de 12 mois basé à La Grande Motte, à pourvoir immédiatement. EMIRATES TEAM NEW ZEALAND recherche des « boat builders » pour construire dans les mois qui viennent son deuxième AC75. OCEAN DATA SYSTEM recrute un-e ingénieur-e développeur électronique embarquée (software/hardware) et un-e technicien-ne installateur-trice/intégrateur-trice pour accompagner son développement ; postes en CDI basés à Lorient à pourvoir immédiatement. Le CENTRE NAUTIQUE DE LORIENT recrute un entraîneur en voile habitable ; poste en CDI basé à Lorient.

[OFFRES DE SERVICES]

GUILLAUME DUPONT, ex VPLP, propose Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. en architecture et ingénierie navale dans la course au large et le nautisme. PIERRE-LARRY PETRONE, préparateur physique et navigateur, propose des « training camps » pour les marins, en collaboration avec Marie Dorin, championne olympique de biathlon, à Zecamp, structure située à Corrençon en Vercors.
[ANNONCES & PARTENARIATS]
FABRICE AMEDEO est l’invité du 9e épisode d’INTO THE WIND, le podcast de Tip & Shaft. Il est disponible, comme tous nos podcasts, sur toutes les plateformes de diffusion : iTunesDeezerSpotifySoundCloundGoogle Podcasts… L’épisode a été téléchargé plus de 5 000 fois en une semaine. WORLD SAILING a confirmé mercredi par un vote à l’unanimité de son Conseil le choix du Laser comme support olympique des Jeux de Paris 2024. MERCONCEPT et 11TH HOUR RACING ont annoncé vendredi un partenariat stratégique qui inclura « les aspects techniques et de performance de l’équipe 11th Hour Racing », ainsi que des démarches scientifiques communes. SYDNEY accueillera les 28 et 29 février prochains la première étape du circuit SailGP 2020. LA HAYE, théâtre de l’arrivée de la dernière Volvo Ocean Race, accueillera la course autour du monde pour la troisième fois consécutive : les organisateurs de The Ocean Race ont annoncé que la capitale des Pays-Bas serait ville-étape en 2022. ARNAUD BOISSIÈRES (La Mie Câline-Artisans Artipôle) est le premier skipper inscrit officiellement au Vendée Globe 2020. La RÉGION BRETAGNE et le CRÉDIT MUTUEL DE BRETAGNE ont annoncé la validation de la création de la filière féminine annoncée en juin, 31 dossiers de candidature ayant été reçus par le Pôle Finistère Course au large. Les sélectionnées qui se disputeront en décembre la barre d’un Figaro 3 en 2020 seront connues fin octobre. SURVITEC a annoncé la poursuite de son partenariat avec Alex Thomson Racing jusqu’à fin 2021, tandis que HIGHFIELD est devenu fournisseur officiel de semi-rigides de l’équipe du skipper d’Hugo Boss. TSI INCORPORATED s’est engagé en tant que partenaire du défi américain American Magic. BIOIMPULSE est le nouveau partenaire du tandem de Nacra 17 Quentin Delapierre/Manon Audinet, récent vainqueur de l’étape des World Cup Series d’Enoshima. RENNES MÉTROPOLE et SAINT-MALO AGGLOMÉRATION se sont engagés comme partenaires du projet Mer Entreprendre, porté par BE Racing, jusqu’à la Route du Rhum 2022. Le YACHT RACING FORUM 2020 (25-26 novembre à Bilbao) présentera plusieurs nouveautés, dont une session « New talent in sailing technology », une intervention de Christian Dumard sur les effets du changement climatique sur la voile de compétition et une présentation de Vicky Low (World Sailing) sur la pratique féminine de la voile de compétition. La liste des orateurs est ici. HELSINKI accueillera en 2020 les championnats du monde de 12 Metre (16-23 août). AXEL TRÉHIN courra la Mini Transat La Boulangère sous les couleurs de l’association Project Rescue Ocean, le skipper du proto n°945 étant soutenu par trois partenaires : Oslo, In’Tech Medical et Westlake Plastics.
[LANCEMENTS]
La SAEM VENDÉE a lancé dernièrement plusieurs appels d’offres pour le Vendée Globe, dont celui d' »organisation et gestion de la stratégie d’influence et de relation presse du Vendée Globe 2020-2021″ ; les offres sont à déposer avant le 14 octobre. AMERICAN MAGIC a lancé en catimini son AC75, le défi américain ayant publié cette semaine sur Instagram une photo du bateau en navigation avec Dean Barker à la barre. LALOU MULTI lancera officiellement le 27 septembre son pôle composite et course au large situé au Verdon-sur-Mer, avec un nouvel atelier de 800 m2. MARGAUX LE JOUBIOUX, qui gérait le projet voile de Réauté Chocolat, lance Pétole, la news du large, newsletter s’adressant en particulier à un jeune public et aux non-initiés.

Photo : American Magic / Amory Ross

L’article Le Mercato de la semaine est apparu en premier sur Tip & Shaft.

Lire la suite
0 lectures
0 commentaires

Les TOP et FLOP de la semaine ... #33

Le nouvel IMOCA Apivia a rejoint Port la Forêt, Charlie Dalin : "Toute l'équipe a fait un superbe travail"

Mis à l'eau la semaine dernière à Lorient, Apivia a rejoint ce soir son port d'attache de Port la Forêt. Après les tests statique...

image
Lire la suite
1 lectures
0 commentaires

Le Championnat de France Espoirs Solitaire Equipage débute à Brest, les futurs talents français sont là

Pour la 3e année consécutive c’est week-end de chassé-croisé sur l’eau à Brest avec la fin du Championnat de France Espoirs Glisse vendredi et le début du Championnat de France Solitaire Equipage hier dimanche. Ils seront plus de 450 jeunes marins entre 14 et 25 ans jusqu’à vendredi à bagarrer en Rade de Brest dans les 9 séries en lice (Laser 4.7 G et F, Laser Radial G et F, Laser Standard, 420 G et F, 29er Open, Flotte Collective Longtze). La Brestoise Camille Lecointre, qui vient de remporter le Test Event au Japon en 470, a accueilli les futurs talents de la voile tricolore lors de la Cérémonie d’Ouverture. 

Le Championnat de France Espoirs Solitaire Equipage débute à Brest

Credit : A.Courcoux

Championnat de France Espoirs Solitaire Equipage à Brest

Brest va vibrer au rythme des exploits des meilleurs jeunes régatiers français, avec le Championnat de France Espoirs Solitaire Equipage.

En Laser Radial on retrouvera notamment Sofiane Karim (SR Antibes), devenu Champion d’Europe U19 en Grèce en début d’été.

Chez les Filles toujours en Laser Radial, Manon Peyre (La Pelle-Marseille) fera partie des grandes favorites, elle qui a brillé au Youth World Championships à Gdynia en Pologne fin Juillet en prenant la 7e place au classement général final. Sacha Baraz (SR Antibes) et Yannick Flandorffer (YC Cannes) en 420 partageront le statut de favoris avec leurs compatriotes du Sud, Ange Delerce et Timothé Rossi (SR Antibes), champions d’Europe en titre en 420.

Les 29er démarreront leur championnat mardi, le temps de rentrer du Championnat d’Europe qui s’est achevé hier en Italie. Parmi eux les nouveaux Champions du Monde de la discipline, Aristide Girou et Noah Chauvin (CNBPP), 2e l’an passé sur le Championnat de France Espoirs à Brest.

Enfin en Flotte Collective (Longtze), le plateau sera très relevé. Parmi les 20 équipages en lice, des jeunes skippers comme Valentin Sipan, vainqueur l’an passé et qui sort d’un Tour Voile victorieux avec Beijaflore, Simon Bertheau, 2e en 2018 et finaliste des Internationaux de France de Match-Racing à Pornichet il y a quelques jours, ou bien encore Aurélien Pierroz, vice-champion d’Europe de Match-Racing 2018 !

Les 9 séries : Laser Standard Garçons / Laser Radial Garçons / Laser Radial Filles / Laser 4.7 Garçons / Laser 4.7 Filles / 420 Garçons / 420 Filles / 29er Open / Flotte Collective Habitable Open (Longtze)

Par la rédaction
Source : FFV

Lire la suite
1 lectures
0 commentaires

Lalou Roucayrol remporte le Trophée des Multicoques - Baie de Saint-Brieuc, "On a du se battre" - Classement

Le vent s’est finalement levé avant que le rideau ne tombe sur la dernière journée du Trophée des Multicoques - Baie de Saint-Brieuc. Les cinq Multi50 ont pu enchainer trois parcours construits à des vitesses approchant les 20 nœuds. Au terme de sept manches courues en trois jours, Lalou Roucayrol (Lalou Multi) l’emporte devant Thibaut Vauchel-Camus (Solidaires En Peloton – ARSEP). Sébastien Rogues (Primonial) complète le podium très disputé. 

image

Crédit : P Contin


La dernière journée aura été décisive puisque ce matin, quatre équipages pouvaient encore l’emporter. Loïc Féquet (Ciela Village), qui a mené les débats dans le tout petit temps lors des deux premières journées, n’a pas pu confirmer aujourd’hui. Il a souffert d’un déficit de vitesse, une brèche dans laquelle le Médocain Lalou Roucayrol s’est engouffré. Thibaut Vauchel-Camus aurait pu l’emporter puisque le classement général lui revenait jusqu’à ce que Lalou arbitre magistralement la dernière manche.

Lalou Roucayrol : "On a du se battre"

« On a du se battre mais on a fini par y arriver ! Dans la 6ème manche, on vole le départ, on fait un 360° et on gagne la manche : aujourd’hui, on avait vraiment la vitesse. Nos voiles, neuves, sont très belles et très efficaces. On a un super gennaker, nous avons beaucoup travaillé sur nos voiles et sur le plan de pont. L’équipage est maintenant rôdé et le bateau est à l’aise dans la brise. C’est une belle récompense du travail accompli.» explique le vainqueur du Trophée des Multicoques - Baie de Saint-Brieuc, Lalou Roucayrol.

Sébastien Rogues : "On est face à des équipages de dingue !"

« Nous avons été dangereux et je suis content d’offrir à toute mon équipe cette place sur le podium. A bord, on avait Matthieu Souben, qui connaît bien le Multi50 et une équipe de jeunes qui naviguent en multi de sport. Notre ambition sur les prochains grands prix, c’est de gagner des manches ! On est face à des équipages de dingue ! Ceux de Thibaut, Lalou, c’est du très haut niveau… Ces Multi50, c’est 100% de plaisir en barre, c’est une drogue. Ils sont puissants, ils apportent de l’adrénaline.»

Thibaut Vauchel-Camus, vice président de la classe Multi50 : "C'était une très belle épreuve "

« Le niveau est vraiment intéressant. On a vu un Sébastien Rogues avec une équipe de petits jeunes qui en veulent ; on a assisté au retour des Malouins qui visiblement savent toujours faire marcher un Multi50 ; un Lalou de haut niveau. Quant à Gilles, il commence à faire parler sa nouvelle monture. Ce matin chacun a bien compris qu’il pouvait encore gagner. C’est prometteur pour le grand Prix Valdys la semaine prochaine et le Trophée de Brest, à suivre. C’était une très belle épreuve remarquablement organisée par l’agglo de Saint-Brieuc et qui gagne en qualité chaque année ! Vivement l’année prochaine ! Nous serons encore plus nombreux ! »

Classement général à l'issue de 7 courses

1 – Lalou Roucayrol – Lalou Multi – 11 pts
2 - Thibaut Vauchel-Camus – Solidaires en Peloton ARSEP – 12 pts
3 – Sébastien Rogues – Primonial - 14 pts
4 – Loïc Féquet - Ciela Village – 17 pts
5 – Gilles Lamiré - Groupe GCA Mille et un sourires – 29 pts

Source : Trophée des Multicoques - Baie de Saint-Brieuc

Lire la suite
2 lectures
0 commentaires

Les Voiles de Saint-Tropez fêtent leurs 20 ans, Rambler 88 et French Kiss au rendez-vous fin septembre

A peine plus d'un mois à attendre pour célébrer les 20 ans des Voiles de Saint-Tropez : plus de 4 000 équipiers impatients de prendre part au rassemblement de quelque 300 bateaux, classiques et modernes. Une édition anniversaire qui s'annonce du meilleur cru.

Les Voiles de Saint-Tropez fêtent leurs 20 ans

Crédit : G Martin Raget

Rambler 88 au départ

Chez les plus grandes unités, les regards seront tournés vers Rambler 88, auréolé de sa récente victoire en temps réel à la Rolex Fastnet Race. Sans oublier quelques nouveautés, comme le V68 Pelotari (20 mètres), conçu en collaboration avec l'architecte Mark Mills, qui a été mis à l'eau fin juin, ou du GS80 Essentia (24 mètres), dessiné par Ceccarelli Yacht Design and Engineering, qui devrait également faire sa toute première apparition en course à Saint-Tropez.

Très attendu également, French Kiss, le mythique 12 mJI, affrété par Marc Pajot et un certain nombre d'anciens du projet America's Cup qui a porté les couleurs de la France en Australie en 1987. C'est dire si la concurrence sera âpre pour les quelques 30 super-yachts et maxi de la Classe A, parmi lesquels nombre de grands noms de la voile et de la course au large se mesureront, tel Jean-Pierre Dick (The Kid) ou l'illustre barreur américain Peter Holmberg (Classe J Topaz).

Parmi les gréements Aurique, la nouveauté de l'année, gréée en ketch cette fois, n'a pas moins de 120 ans : c'est l'imposant plan Nicholson de 34 mètres Black Swan, qui fera une première apparition dans les eaux tropéziennes.


Voiles de Saint Tropez - Programme

Voiliers Modernes

Lundi 30 septembre, Mardi 1er, Mercredi 2, Jeudi 3 (journée J. Laurain, Journée des défis),
Vendredi 4 et Samedi 5 octobre : Parcours côtier, 1er départ 11h

Voiliers de Tradition 

Dimanche 29 septembre : arrivée de la Coupe d’Automne du Yacht Club de France en provenance de Cannes
Mardi 1er, Mercredi 2, Jeudi 3 (journée J. Laurain, Journée des défis, Club 55 Cup, GYC Centenary Trophy – Schooner Trophy),
Vendredi 4 et Samedi 5 octobre : Parcours côtier, 1er départ 12h00

Dimanche 6 Octobre, à partir de 11 heures : remise des prix

Par la rédaction
Source : M.Turcat

Lire la suite
4 lectures
0 commentaires

Loïc Fequet, leader sur le Trophée des Multicoques Baie de Saint-Brieuc, Gilles Lamiré forfait - Classement

Un seul parcours côtier aujourd'hui, faute de vent sur le Trophée des Multicoques Baie de Saint-Brieuc. Thibaut Vauchel-Camus l'emporte à bord de Solidaires En Peloton Arsep, devant Sébastien Rogues et Lalou Roucayrol à moins d'une longueur de coque de Loïc Féquet. Gilles Lamiré n'a pas couru en raison d'une avarie en tête de mât de son Multi50. Suite et fin du Grand Prix demain. 


image

Crédit : P Contin

image

Classement provisoire à l'issue de 4 manches (Jours 1 et 2) (après réclamations) :

1. Loïc Fequet - Ciela Village – 9 pts
2. Thibaut Vauchel - Solidaires En Peloton Arsep - 10 pts
2. Arkéma - Lalou Multi – 10 pts
4. Sébastien Rogues - Primonial Voile - 11 pts
5. Gilles Lamiré - Team Groupe GCA – 21 pts

Source : Multi50

Lire la suite
6 lectures
0 commentaires

L'Engie Kite Tour dans le Pas de Calais avec Alex Caizergues, Alexia Fancelli et la Dunkerquoise Anaïs Mai-Desjardins

Après Hendaye et La Baule, l’ENGIE KITE TOUR 2019 met cap sur la mer du Nord et le spot de Wimereux. Du vendredi 6 au dimanche 8 septembre, plus de 50 riders, professionnels et amateurs, s’engageront sur les trois supports possibles : kitefoil, planche directionnelle et twin-tip. Parmi les ambassadrices de l’événement, on retrouvera la jeune Dunkerquoise Anaïs Mai-Desjardins.

image

Crédit : E Bellande


Wimereux, spot prisé des kiters du Nord

L’ENGIE KITE TOUR 2019 fait escale sur toutes les façades maritimes françaises. Après la côte Basque (Hendaye) puis l’Atlantique (La Baule), et avant la Méditerranée (La Grande-Motte), les riders vont se retrouver début septembre en Mer du Nord, sur la grande plage de Wimereux.

« L’idée de ce circuit est de proposer des spots variés », souligne Laure Collin, coordinatrice de l’activité kiteboard à la FFVoile. « Cela permet aux amateurs de tous les secteurs géographiques de pouvoir prendre part à l’épreuve. Quant aux professionnels qui participent à toutes les étapes, ils ont l’opportunité de découvrir des spots où ils n’ont pas l’habitude d’aller. »

Alex Caizergues et Alexia Fancelli sur l'ENGIE Kite Tour

Aux côtés des amateurs, on trouvera de prestigieux ambassadeurs avec, chez les hommes, Chris Ballois et Alex Caizergues (l’homme le plus rapide de la planète en kite). Du côté des femmes, seront présentes Alexia Fancelli, Poema Newland et Anaïs Mai-Desjardins, originaire de Dunkerque,  championne du monde de kitefoil 2017.

« Je connais très bien le spot de Wimereux car j’y vais régulièrement quand le vent ne rentre pas à Dunkerque. J’espère en profiter pour gagner l’étape en kitefoil. Je me sens affûtée. Wimereux est un spot où il peut y avoir beaucoup de houle en fonction de la force du vent. Cela peut être un vrai challenge en kitefoil ! »

Source : M Mermod

Lire la suite
4 lectures
0 commentaires

Arkema 3 au départ de la Mini Transat, le skipper Raphaël Lutard : "Je suis déjà dans la course" - Itw

Le 22 septembre à La Rochelle, Raphaël Lutard prendra le départ de la Mini-Transat à bord d’Arkema 3. L’heure est aux ultimes préparatifs pour le jeune navigateur qui aborde ce grand rendez-vous avec sérénité. « Mentalement, je suis déjà dans la course ! »

image

Crédit : V Ollivaud

Arkema 3 sera à 100 %

Il ne reste plus qu’un mois à Raphaël Lutard pour boucler les ultimes préparatifs en vue de la Mini-Transat-La Boulangère. « Le bateau est fin prêt mais nous peaufinons encore plein de petites choses, pour parfaire la fiabilité et la performance », explique-t-il. « Nous cherchons les petits détails qui comptent, ceux qui pourront faire la différence. Arkema 3 sera à 100 % au départ de la transat. Nous avons installé une nouvelle aile début juin. Elle est en place et bien réglée. Le bateau est bien à ma main, je me sens à l’aise à bord. Les manœuvres passent toutes seules. Je sais très bien à quel moment mettre telle ou telle voile. Tout se passe bien et il n’y a pas de raison que ça change pendant la course. »

Alors que l’échéance approche, Raphaël Lutard reste très serein. « La Mini-Transat est un saut dans l’inconnu mais pour l’instant je ne ressens pas de pression. Je travaille beaucoup avec un coach mental, ce qui m’aide à anticiper le stress. Mentalement je suis déjà dans la course », dit-il. D’ici au jour du départ, Raphaël prévoit quelques navigations pour garder la main, sachant qu’Arkema 3 devrait s’amarrer à La Rochelle le 10 septembre prochain.

Programme sportif 2019 du Mini 6.50 Arkema 3

Trophée MAP – départ le 6 juin
Mini Fastnet – départ le 16 juin (en double avec Quentin Vlamynck)
Transgascogne – départ le 30 juillet
Mini Transat La Boulangère – départ le 22 septembre
Lire la suite
5 lectures
0 commentaires

Focus sur le Championnat de France Espoirs 2019, les jeunes ont fait le show à Brest - Résultats

Jour de Finales sur le Championnat de France Espoirs Glisse 2019. C’est devant les fenêtres du Pôle France de Brest que se sont déroulées les Medal Race décisives pour couronner les nouveaux Champions de France Espoirs. Neuf titres étaient décernés pour autant de séries, en catamaran (SL 16, SL 15.5, HC 16, Nacra 15), en planches à voile (RS:X F, RS:X H, Techno 293 F, Techno 293 H) et en Open 5.70. Du soleil, un léger flux d’est entre 6 et 10 nœuds, le spectacle aura été au rendez-vous pour désigner les meilleurs représentants de la Generation 2024, ces jeunes marins « programmés » pour l’Olympiade à domicile du coté de Marseille. Découvrez le bilan série par série.

image

Crédit : E Bellande

Open 5.70 

Après leur victoire sur le Spi Ouest-France - Destination Morbihan et sur le Grand Prix Ecole Navale, Marine Pereira, Thomas Jourdren et Joseph Cloarec rajoutent un titre de Champions de France Espoirs à leur palmarès de l'année ! Derrière eux, deux équipages normands, qui ont fini le championnat en boulet de canon pour monter sur le podium.

Le podium final :
1. « Voile Baie de Morlaix 1 – Citroen » / Marine PEREIRA (EV Locquirec), Thomas JOURDREN (CN Carantec), Joseph CLOAREC (CN Carantec) - 47 points
2. « ST TIC » / Wandrille OGER, Mathieu PETRIMAUX, Emilien POLAERT (CVSAE) - 56 points
3. Match'Attack by SNPH / Thimoté POLET, Amélie JUVIEN, Antonin ROBE (SNPH) - 59 points

Marine Pereira, Thomas Jourdren, Joseph Cloarec : « On est super content ! On est venu pour le titre de Champion de France. Le contrat est rempli. On n’avait pas commencé le Championnat avec les meilleurs résultats. On a réussi à prendre le maillot jaune le troisième jour et on ne l’a pas lâché. »

SL 16 Open

En tête avec 16 points d’avance sur les 2e, Arthur Perez et Lilian Geolle ont joué à se faire peur en Medal Race avec une 7e place, sans conséquence. Après leur 3e place l’an passé sur le Championnat ils montent à nouveau sur le podium, et sur la plus haute marche.

Le Podium Final :
1. Arthur PEREZ (YC Mauguio Carnon) & Lilian GEOLLE (YC La Grande Motte) – 38 points
2. Zacharie LOUIS & Alanis CHEUVA (CN Wimereux) – 45 points
3. Clément MARTINEAU & Adrien MOURLHON (SR Rochelaises) – 50 points

Arthur Perez et Lilian Geolle : « Je crois qu’on n'a jamais été aussi stressé sur l’eau. Sur le papier, ce n’est pas nos conditions idéales pour naviguer et performer mais on a su être régulier. Tout cela a payé !»

SL 15.5 Open

Scénario spectaculaire sur la Medal Race des SL 15.5. Une course finale survolée par Alexandre Thieulent & Cassiopée Lescane, 6e au classement général finale, et marquée par la prise de pouvoir du duo Gabriel Roux-Dessarps – Raphael Boizumault, nouveaux Champions de France Espoirs pour un petit point seulement.

Le Podium final :
1. Gabriel ROUX-DESSARPS & Raphael BOIZUMAULT (EV Rochelaise) – 40 points
2. Matthis PHEULPIN & Maxence COLLIN (ASN Quiberon) – 41 points
3. Antoine MONTASTIER & Mae COTTEREAU (CN Ares) – 62 points

Gabriel Roux-Dessarps et Raphael Boizumault : « On est super content ! Toute la manche a été tendue car on devait avoir un bateau d’écart avec les autres. On a eu de la chance qu’un bateau soit venu s’intercaler entre nous ! »

RS:X Garçons

Il était arrivé sur le Championnat de France Espoirs remonté à bloc, après une semaine très frustrante en Russie au Championnat du Monde Jeune terminée à la 5e place. Fabien Pianazza a réagi de la meilleure des manières en remportant le titre de Champion de France Espoirs, quelques mois après avoir enlevé le titre Mondial au Youth World Championship. Avec la victoire dans la Medal Race en prime !

Le Podium Final :
1. Fabien PIANAZZA (CN Angoulins) – 11 points
2. Yun POULIQUEN (CN Lorient) – 20 points
3. Tom ARNOUX (YCPR) – 21 points

Fabien Pianazza : « Le Championnat de France a été dur cette année. Je me suis bien battu avec Yun et Tom. La Medal Race s’est bien passée. J’ai bien profité de la bascule de vent et j’ai pu contrôler tout le monde. »

Techno 293 Filles

Derrière la nouvelle Championne de France Espoirs, Lila Bondois, le classement général final a été chamboulé par la Medal Race, remportée par Laura Belmonte-Trebillon, qui passe de la 6e à la 2e place au final. Sacrée en Minimes l’année dernière, Lila Bondois est maintenant la Championne Espoirs, mais il a fallu s’arracher pour ne pas tout perdre dans la dernière course. Elle était même avant-dernière à mi-parcours !

Le Podium Final :
1. Lila BONDOIS (YC du Calaisis) – 24 points
2. Laura BELMONTE-TREBILLON (AV Carry le Rouet) – 27 points
3. Jeanne MERLIN (CN Lorient) – 27 points

Lila Bondois : « Je n’y croyais pas trop. Je n’ai pas fait un bon début de course. J’avais la haine à la première bouée au vent. J’ai bien su reprendre du terrain à la deuxième remontée au vent. Quand j’ai franchi la ligne d’arrivée, je ne savais toujours pas si j’avais le titre. Je n’arrive pas trop à réaliser que je suis Championne de France ! »

Techno 293 Garçons
A domicile et fiers représentants du tout nouveau club « Brest Bretagne Nautisme », fusion des 3 grands clubs Brestois, Valentin Pelt et Moana Postec monteront ensemble sur le podium du Championnat aux cotés de Clément Destombes. A Moana la victoire dans la Medal Race, à Valentin le titre de Champion de France Espoirs.

Le Podium Final :
1. Valentin PELT (Brest Bretagne Nautisme) – 16 points
2. Clément DESTOMBES (CVAN Nantes) – 22 points
3. Moana POSTEC (Brest Bretagne Nautisme) – 25 points

Valentin Pelt : « Je n’étais pas très confiant en début de course. Il y avait que 2 points qui me séparaient du deuxième. J’ai essayé de le marquer toute la régate. Je suis content de mon Championnat. J’ai eu une belle avance au début de la semaine et Clément a su revenir dans le jeu en diminuant l’écart de nos points. C’était une belle bataille sur l’eau ! »

Séries délivrant un titre de Champion de France mais sans Medal Race :

Nacra 15 Open
Déjà sacrés Champions de France hier, grâce à une semaine parfaitement maitrisée, Titouan Pétard et Marion Declef (CN Arradon) ont été impressionnant jusqu’au bout, en remportant la dernière course du Championnat. Le duo, vice-champion du Monde il y a quelques jours, devient donc Champion de France Espoirs de Nacra 15, avant sans doute de refaire parler de lui dans les années à venir.

Le Podium Final :
1. Titouan PETARD & Marion DECLEF (CN Arradon) – 11 points
2. Armand CLABON (CN Ares) & Lou BERTHOMIEU (SNO Nantes) – 34 points
3. Lou MOURNIAC (ASN Quiberonà & Elouen ARNAUD (YC Carnac) – 44 points

Titouan Pétard et Marion Declef : « Aujourd’hui on avait une avance de 19 points. On était serein mais on n’a rien lâché sur l’eau ! On a bien fini le Championnat avec une première place sur la dernière course. En octobre on va au Championnat du monde Open en Nacra 15. C’est le gros objectif de l’année. »

RS:X Filles
Le duel entre Lola Sorin et Manon Pianazza aura été passionnant jusqu’au bout ! Pour les deux filles, leur pire course de la semaine aura été une 4e place ! C’est finalement Lola qui s’est emparée du titre de Championne de France Espoirs pour deux petits points seulement. Kylie Belloeuvre monte, elle, sur la 3e marche du podium.

Le Podium Final :
1. Lola SORIN (CNBPP) – 12 points
2. Manon PIANAZZA (CN Angoulins) 14 points
3. Kylie BELLOEUVRE (AV Carry le Rouet) – 25 points

Lola Sorin : « J’ai abordé la journée sereinement car depuis hier je sais que je suis Championne de France en RSX fille. J’ai bataillé pour rester dans le peloton de tête et montrer que je méritais mon titre ! »

HC 16 Open
En embuscade à la 2e place depuis le début de la semaine, Arthur Boc-Ho et Thibault Chauveau ont profité de la dernière course du Championnat pour prendre les commandes, et remporter le titre de Champion de France Espoirs 2019, au nez et à la barbe des frères Hublet, pourtant leader depuis le premier jour.

Le Podium Final :
1. Arthur BOC-HO (YC Saint-Lunaire) & Thibault CHAUVEAU (YC de La Baule) – 17 points
2. Florian HUBLET & Nicolas HUBLET (Hobie Racing School) – 19 points
3. Aurélien OTTOU & Eliott DEMAREST (Club Var Mer) – 27 points

Arthur Boc-Ho et Thibault Chauveau : « La journée a été un peu tendue car on était deuxième avec deux points d’écart avec le premier. Du coup, il fallait mettre un bateau entre nous et eux. Pendant toute la manche, on a essayé de les marquer. Il y a eu plein de suspense. On a fait un petit refus tribord sur le premier bord qu’on a réparé tout de suite. On a repris le dessus sur la deuxième remontée. »

Lire la suite
4 lectures
0 commentaires

Le Multi50 Solidaires En Peloton – ARSEP en mode Grand Prix, Fred Duthil : "J’ai encore du travail mais je progresse"

Thibaut Vauchel-Camus et Fred Duthil viennent d’engloutir plus de 700 milles entre Saint-Malo et l’Irlande pour s’entraîner et se qualifier pour leur Transat Jacques Vabre qu’ils courront à bord du Multi50, plan VPLP, Solidaires En Peloton – ARSEP. Faute de vent, ils ont interrompu leur navigation afin de revenir en Bretagne Nord et être dans les temps pour le premier des trois Grands Prix qui attend l’équipe du Défi Voile Solidaires En Peloton.

image

Crédit : P Contin


Thibaut Vauchel-Camus et ses équipiers vont enchaîner plusieurs courses au contact, à commencer par le Trophée des Multicoques – Baie de Saint-Brieuc qui débute ce vendredi jusqu’à dimanche sur le plan d’eau de Saint-Quay-Portrieux. Puis le Grand Prix Valdys prendra place à Douarnenez du 28 au 31 août. Enfin le Trophée de Brest Multi50 aura lieu du 5 au 8 septembre. Fred Duthil : « Le Multi50, c’est sport, très sport » « Nous venons d’engloutir dans des conditions musclées 300 milles de portant et 400 milles de près. Nous avons été virer une bouée devant Cork avant de revenir vers Saint-Malo. On complétera notre qualification en septembre. L’essentiel était d’avoir du vent fort afin que je prenne mes marques en Multi50, que je m’habitue à de longues heures à la barre et aux manœuvres des voiles d’avant. 

L’idée, en vue de la Transat Jacques Vabre, est que je sois autonome car on ne sera pas toujours deux sur le pont. J’ai encore du travail mais je progresse et Thibaut m’aide beaucoup car il a une vraie maîtrise du support. Cette navigation a été un bon point de départ dans notre préparation à la Transat. En tout cas, je peux dire que ce sont des navigations engagées et qu’il faut un degré de concentration important, être toujours en alerte pour une meilleure gestion du risque ». Se situer par rapport à la concurrence  « C’est un plaisir pour moi de venir en Baie de Saint-Brieuc, une baie dans laquelle j’ai beaucoup navigué, notamment à certaines reprises avec Thibaut alors que nous étions jeunes. C’est un terrain de jeu que je connais donc bien.

Depuis le début d’année, nous nous sommes beaucoup entraînés seuls. Le Grand Prix de Saint-Quay va être un bon moyen de se confronter à la concurrence et de se concentrer sur la performance de Solidaires En Peloton – ARSEP. Il y aura 5 tops team au départ avec les trimarans de Seb Rogues, Gilles Lamiré, Loïc Féquet et Lalou Roucayrol. » Équipage Solidaires En Peloton - ARSEP
Skipper : Thibaut VAUCHEL-CAMUS
Équipier : Benjamin LAMOTTE
Équipier : Frédéric DUTHIL
Équipier : Frédéric MOREAU
Équipier : Jérémie LAGARRIGUE (Xavier GUEGUEN vendredi)Source : TB Press
Lire la suite
3 lectures
0 commentaires

Basile Bourgnon embarque sur le Class40 Edenred pour la Transat Jacques Vabre

Le nouvel IMOCA Apivia a rejoint Port la Forêt, Charlie Dalin : "Toute l'équipe a fait un superbe travail"

Mis à l'eau la semaine dernière à Lorient, Apivia a rejoint ce soir son port d'attache de Port la Forêt. Après les tests statique...

image
Lire la suite
4 lectures
0 commentaires

Camille Lecointre et Aloïse Retornaz remportent le Test Event en 470

Cette semaine, les athlètes de l’équipe de France de voile olympique disputaient sur le plan d’eau olympique d’Enoshima, au Japon, leur « Test Event » . Ce jeudi, le duo féminin de 470, Camille Lecointre, médaillée de bronze des Jeux olympique à Rio, et sa nouvelle coéquipière Aloïse Retornaz, ont largement dominé leur finale et remportent ainsi le Test Event, la grande répétition générale un an avant les Jeux de Tokyo 2020.

A peine deux ans après s’être associées suite à une pause de Camille pour donner naissance à son premier enfant, les jeunes françaises ont déjà le vent en poupe. Championnes d’Europe et médaillées de bronze du mondial à Enoshima il y a quelques jours, elles semblent suivre une parfaite ascension. Les conditions étaient pourtant difficiles aujourd’hui à Enoshima, avec une forte chaleur, un taux d’humidité de 80% et un vent faible, obligeant l’organisation à annuler toutes les autres régates.. Concentrées, les françaises ont pris un excellent départ, laissant leurs concurrentes anglaises derrière elle et creusant leur avance sans laisser de place au suspens sur cette finale.

Camille Lecointre et Aloïse Retornaz, médaillées d’or :

« C’est génial, on ne réalise pas encore. Gagner le Test Event c’est une première pour nous ! Charline avait gagné celui de Rio en 2015… c’est un beau symbole même si ça ne veut en réalité pas dire grand-chose. Maintenant il n’y a plus que les Jeux qui comptent. On a des étoiles dans les yeux. Toute la semaine on a vécu des rebondissements mais nous avons réussi à être régulières et c’est ce qui a payé. Nous avons trouvé qu’on était de plus en plus dans le match toute au long de la semaine et conclure comme ça c’est super. Aujourd’hui sur la finale nous sommes bien parties, avec un choix stratégique payant dès le départ, puis on est resté aux avants postes avec un bon contrôle sur la flotte dans des conditions de vent léger que l’on avait encore jamais eu jusque-là. C’était notre revanche sur le mondial.»

Malheureusement les conditions météos avec du vent très faible n’ont pas permis aux autres séries (470 hommes, Laser, Radial et Finn) de courir leur finale. Les classements généraux restent ainsi inchangés ce qui permet à la France de comptabiliser 2 médailles avec celle en argent remportée par Charline Picon en RS :X hier et 9 séries sur les 10 engagées dans le Top 10. Des résultats encourageants pour ce Test Event aux allures de répétition générale un an avant les Jeux Olympiques, qui a permis de confirmer le travail de l’ensemble du staff de l’équipe de France venu huiler son organisation pour accompagner les athlètes dans leur performance.

Guillaume Chiellino, directeur de l’équipe de France :

« Le bilan est très positif puisque 9 des 10 séries se sont qualifiées pour les finales. Nous faisons 2 médailles, une en or et une en argent, qui place la France dans le groupe de tête du tableau des médailles, ce qui sera l’objectif l’an prochain évidemment. Performer sur un Test Event nous permet de marquer notre territoire ici au Japon. On a aussi quelques axes de progrès pour l’an prochain dans certaines séries.

Je veux saluer les superbes performances des filles, d’abord Charline hier puis Camille et Aloïse qui ont encore remporté une victoire cette saison. Elles ont complétement dominé cette finale et c’était fabuleux de voir à quel niveau elles jouent. Leur coach Gildas Philippe fait un excellent travail avec elle depuis le début et cela paie ! Charline et Camille réussissent quelque chose d’extraordinaire qui est de conjuguer à la perfection être mère et être sportive de haut niveau. C’est quasiment les seules mamans à jouer à ce niveau-là.

L’ensemble du staff était présent sur cette compétition. Nous avons une équipe qui fonctionne très très bien et c’est une vraie satisfaction. C’est très encourageant pour tout le monde. Ca nous donne de l’élan pour l’an prochain. Il nous reste encore du travail avec encore 3 disciplines que l’on doit qualifier, le Nacra 17, le 49er FX à Auckland début décembre, puis le Finn à Gènes en avril. »

Classement général de l’Equipe de France :

470 femmes : Camille LECOINTRE (SR Brest) et Aloïse RETORNAZ (SN Sablais) : 1ère RS : X femmes : Charline Picon (SR Rochelaises) : 2ème RS : X hommes : Thomas Goyard (SR Calédonienne) : 5ème 49er : Mathieu Frei (SR Calédonienne) et Noé Delpech (YCPR Marseille) : 8ème 49er FX : Lili Sebesi (SN Marseille) et Albane Dubois (GGVLS Gravelines) : 8ème Laser : Jean-Baptiste Bernaz (CN Sainte-Maxime) : 8ème Nacra 17 : Quentin Delapierre (EV Cataschool) et Manon Audinet (St Georges Voile) : 9ème 470 hommes : Kevin PEPONNET (SR Rochelaises) et Jérémie MION (SR Havre) : 9ème Finn : Jonathan Lobert (SR Rochelaises) : 10ème Laser Radial : Marie Barrué (COYCH Hyères) : 15ème

A noter : la sélection pour les Jeux Olympiques est en cours et les résultats au Test Event ne sont pas un gage de participation aux Jeux de 2020. Seule Charline Picon (RS: X) est déjà officiellement sélectionnée par le Bureau Exécutif du CNOSF pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020.

L’article Camille Lecointre et Aloïse Retornaz remportent le Test Event en 470 est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
11 lectures
0 commentaires

Energy Observer rejoint le cercle polaire arctique, le Spitzberg aux premières loges du changement climatique

Energy Observer est devenu, le 10 août 2019, le premier navire au monde à rejoindre le cercle polaire arctique propulsé uniquement aux énergies renouvelables et à l’hydrogène. Plus de 3000 milles nautiques parcourus entre Saint Pétersbourg et le Spitzberg, destination emblématique.


Energy Observer rejoint le cercle polaire arctique

Crédit : A Conty


L’Arctique se réchauffe deux fois plus vite  Cette île de l’archipel norvégien du Svalbard subit de plein fouet les effets du changement climatique, plus que n’importe où sur la planète. Un phénomène qu’Energy Observer a documenté durant cette escale symbolique de l’Odyssée.Globalement, l’Arctique se réchauffe deux fois plus vite que le reste de notre planète. Et au Spitzberg, c’est encore plus marquant. Une centaine de mois maintenant — soit plus de huit ans — que les températures sont supérieures aux normales de saison.Source : Rivacom
Lire la suite
4 lectures
0 commentaires

Des courses vespérales pour dessiner le casting des Finales !

Cette avant-dernière journée du Championnat de France Espoirs Glisse 2019 a furieusement ressemblé à celle d’hier, presque à la minute près ! Comme mercredi, le vent s’est fait désirer en Rade de Brest et l’attente a encore été longue avant que les 410 jeunes marins ne puissent être envoyés sur l’eau. Mais une nouvelle fois, c’est aux alentours de 16h30 que le flux de Nord-Nord Est tant attendu s’est laissé glisser dans la Rade pour permettre d’envoyer de nouvelles courses dans 10-12 nœuds de vent. Une ambiance crépusculaire sur l’eau mais surement pas dénuée d’enjeux puisque demain ce sera déjà l’épilogue du Championnat ! 6 Medal Race seront au programme ce vendredi ainsi que 3 courses finales (pour les séries avec moins de 20 inscrits) pour décider des nouveaux Champions de France Espoirs dans les 9 séries en lice !

Le dénouement du Championnat de France Espoirs Glisse est proche ! Ce vendredi il n’y aura plus qu’une seule possibilité pour aller chercher le titre de Champion de France Espoirs Glisse dans sa catégorie. Dans 6 des 9 séries avec un titre en jeu, les 10 premiers des classements généraux vont même vivre une Medal Race, comme pour les « Grands » en Voile Olympique ! Ce soir, deux séries connaissent leurs Champions de France avant même la dernière journée. Impériaux tout le long de la semaine et encore auteurs d’un doublé aujourd’hui en Nacra 15, Titouan Pétard et Marion Declef se sont offert un matelas assez confortable pour vivre la dernière course du championnat sans pression ! Une performance rare mais presque logique après leur semaine quasi parfaite (8 courses gagnées sur 10). En RS:X Filles, l’impressionnante régularité de Lola Sorin (CNBPP) lui permet d’être assurée du titre alors même qu’elle ne compte que 4 points d’avance sur Manon Pianazza (CN Angoulins) !

Chez les autres catamarans, les SL16 et les SL15.5 ont pu disputer 2 courses contre une seule pour les HC 16, remportée par le duo Aurélien Ottou – Eliott Demarest (Club Var Mer), 3e ce soir au classement général. Ce sera pourtant difficile pour le duo sudiste d’aller chercher la victoire finale demain, qui devrait se jouer en mode duel entre les frères Florian et Nicolas Hublet (Hobie Racing School) et le duo Arthur Boc-Ho (YC Saint-Lunaire) – Thibault Chauveau (YC de La Baule). On devrait aussi avoir droit à un beau duel pour le titre en SL 15.5, qui eux auront droit à une Medal Race pour désigner leurs champions. Ce sera soit Matthis Pheulpin et Maxence Collin (ASN Quiberon), soit Gabriel Roux-Dessarps et Raphael Boizumault (EV Rochelaise). Enfin en SL16 le titre semble promis au duo Arthur Perez (YC Mauguio Carnon) – Lilian Geolle (YC La Grande Motte) qui compte 16 points d’avance sur ses plus proches poursuivants avant la Medal Race.

Dans une des séries avec le plus de suspense, en Open 5.70, les 5 premiers du Classement Général se tiennent en 10 points. Autant dire que tout peut arriver demain avec la Medal Race ! La belle journée du jour est à mettre à l’actif des Havrais de « Match’Attack by SNPH » (avec des courses de 2e – 1er – 4e) mené par Thimoté Polet, récent vainqueur de la Rolex Fastnet Race en IRC 4. L’autre série à gros suspense sera celle des Techno 293 Filles, où les 6 premières sont départagées par seulement 11 points! Pour la 1ère du classement général provisoire, Lila Bondois (YC du Calaisis), maillot Or depuis le 1er jour, rien n’est encore fait ! Chez les Garçons, la Medal Race sera aussi très ouverte, et avec sa 3e place dans l’unique course du jour, Clément Destombes (CVAN Nantes) a mis un peu plus la pression au leader Valentin Pelt (BBN). Enfin en RS:X Garçons, Fabien Pianazza (CN Angoulins), récent Champion du Monde Jeunes, aura fort à faire en Medal Race face à Yun Pouliquen (CN Lorient) et Tom Arnoux (YCPR Marseille) ! Premier départ demain matin à 10h, avec les Open 5.70 pour ouvrir le bal !

L’article Des courses vespérales pour dessiner le casting des Finales ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
5 lectures
0 commentaires

L’école buissonnière

Quand sonne l’heure de la rentrée des classes, l’Open Mach Trophy est la récréation rêvée pour profiter de la fin de l’été. Entre convivialité et passion, les 24 et 25 août, treize équipages vont faire le plein de sensations dans la baie de Quiberon avant de reprendre le chemin de l’école. La coupe Jean-Michel Le Franc sera disputée par huit Mach 6.5 et cinq Open 7.50 pendant deux jours de régate relevée, sous la houlette du Président de Comité de Course Gilles Bricout, et avec le soutien logistique de la Société Nautique de la Trinité-sur-Mer (SNT).

Sur les bancs de la class Mach 6.5

Le match va être serré parmi les huit Mach 6.5 inscrits. Les premiers de la classe seront bien évidemment présents avec Manu Guédon (West Paysages – Le Carré 56) qui caracole en tête du Championnat Atlantique Sportboat UNCL 2019. Accompagné de Anne Geoffroy, de Frédéric Baratay et d’Eric Dumont, Manu Guédon est remonté à bloc pour remporter la régate et le championnat. Il pourra ainsi accrocher une troisième étoile sur sa grand voile. Mathieu Jones et sa bande du Team Alternative Sailing seront bien évidemment de la partie pour tenter de lui mettre des bâtons dans les roues, et de remporter par la même occasion l’Open Mach Trophy pour la quatrième année consécutive. Malgré un bulletin décevant au Spi Ouest-France Destination Morbihan, le Team Alternative Sailing peut prétendre au podium du Championnat 2019. Toujours au tableau d’honneur, Actual sera skippé par Isabelle Joschke et rebaptisé pour l’occasion Horizon Mixité by Actual. Avec un équipage de choc composé de Isabelle Magois du Team MACIF, de Denis Cortella et d’Elise Bakhoum, la navigatrice franco-allemande profitera de cette pause dans sa préparation pour le Vendée Globe 2020.
Plusieurs sportboats n’auront également pas leur skipper habituel. Nicolas Troussel prendra les commandes de L’Ankou tandis qu’Exocet sera skippé par Camille Manrique. Tarmac’h courra sous le nom de Dynemia avec à son bord François Morane, habitué de la série pour avoir skippé Actual lors du GPEN. Nouveau venu dans la cour de récré, Alban Dia Mota fera le déplacement depuis Dieppe avec son équipage normand sur Machapotes. Il pourrait bien en surprendre plus d’un pour sa première régate en Mach 6.5 dans la baie de Quiberon. Elève studieux et qui répond toujours à l’appel, Jérôme Outin s’alignera au départ sur MichMach.

Les Open 7.50 à bonne école

Vainqueur 2018 et élève plus qu’assidu, Nicolas Groleau sera de la partie sur Bretagne Télécom. Il aura fort à faire face à Antoine Gautier, remonté à bloc depuis sa victoire au Spi 2019. Le skipper d’Open Game aura à cœur de terminer la saison avec les félicitations du conseil de classe en récupérant son titre acquis en 2017. Antoine Mermod, président de la classe IMOCA, ne compte pas rester au dernier rang et jouera pour la victoire sur Kermancy.
Matthieu Leys et l’équipage brestois de Qualiconfort Le Bar Tab’ ont les qualités pour accrocher un podium et pourraient bien profiter des effectifs réduits de la flotte pour se faufiler dans les premières places. L’Open Mach Trophy 2019 verra le retour d’Ossian. Mené par Ferdinand Costes, l’Open 7.50 marseillais se fait une joie de revenir jouer avec ses copains de la côte atlantique qu’il n’a pas vus depuis deux ans.

Les cartables sont prêts, les tenues sont impeccables et le maître d’école Gilles Bricout attend les class Mach 6.5 et Open 7.50 pour réviser leurs leçons lors de la 11e édition de l’Open Mach Trophy.

L’article L’école buissonnière est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
7 lectures
0 commentaires

Fin du Test Event d'Enoshima avec deux médailles pour les Bleus, Guillaume Chiellino : "Le bilan est très positif"

Cette semaine, les athlètes de l’équipe de France de voile olympique disputaient sur le plan d’eau olympique d’Enoshima, au Japon, leur « Test Event ». Les conditions météos avec du vent très faible mercredi n’ont pas permis aux séries 470 hommes, Laser, Radial et Finn de courir leur finale. Les classements généraux restent inchangés, ce qui permet à la France de comptabiliser 2 médailles avec l'or par le duo Camille Lecointre - Alois Rétornaz et celle en argent remportée par Charline Picon en RS :X. Neuf séries sur les 10 engagées ont terminées dans le Top 10. Guillaume Chiellino, directeur de l’équipe de France, dresse le bilan.


image

Crédit : Sailing Energy

Guillaume Chiellino, directeur de l’équipe de France : 

« Le bilan est très positif puisque 9 des 10 séries se sont qualifiées pour les finales. Nous faisons 2 médailles, une en or et une en argent, qui place la France dans le groupe de tête du tableau des médailles, ce qui sera l’objectif l’an prochain évidemment. Performer sur un Test Event nous permet de marquer notre territoire ici au Japon. 

Je veux saluer les superbes performances des filles, d’abord Charline (Picon) hier puis Camille (Lecointre) et Aloïse (Retornaz) qui ont encore remporté une victoire cette saison. Elles ont complétement dominé cette finale et c’était fabuleux de voir à quel niveau elles jouent. 

L’ensemble du staff était présent sur cette compétition. Nous avons une équipe qui fonctionne très bien et c’est une vraie satisfaction. C’est très encourageant pour tout le monde. Ca nous donne de l’élan pour l’an prochain. Il nous reste encore du travail avec encore 3 disciplines que l’on doit qualifier, le Nacra 17, le 49er FX à Auckland début décembre, puis le Finn à Gènes en avril. »

Classement général de l’Equipe de France :

470 femmes : Camille LECOINTRE (SR Brest) et Aloïse RETORNAZ (SN Sablais) : 1ère
RS : X femmes : Charline Picon (SR Rochelaises) : 2ème
RS : X hommes : Thomas Goyard (SR Calédonienne) : 5ème
49er : Mathieu Frei (SR Calédonienne) et Noé Delpech (YCPR Marseille) : 8ème
49er FX : Lili Sebesi (SN Marseille) et Albane Dubois (GGVLS Gravelines) : 8ème
Laser : Jean-Baptiste Bernaz (CN Sainte-Maxime) : 8ème
Nacra 17 : Quentin Delapierre (EV Cataschool) et Manon Audinet (St Georges Voile) : 9ème
470 hommes : Kevin PEPONNET (SR Rochelaises) et Jérémie MION (SR Havre) : 9ème
Finn : Jonathan Lobert (SR Rochelaises) : 10ème
Laser Radial : Marie Barrué (COYCH Hyères) : 15ème

Source : M Mermod

Lire la suite
5 lectures
0 commentaires

Camille Lecointre et Aloïse Retornaz remportent le Test Event en 470, "C’était compliqué"

Après la médaille d'argent de Charline Picon, l'équipe de France décroche une médaille d’Or en 470 sur le Test Event d’Enoshima. Camille Lecointre et Aloïse Retornaz remportent la Medal Race et montent sur la plus haute marche du podium. Le couronnement d’une saison marquée par un titre de Championne d’Europe et une médaille de bronze au Championnat du Monde !


image

Crédit : Sailing Energy

Durant les manches qualificatives, le duo a su rester dans le match en cadenassant la première place du classement provisoire. Camille Lecointre et Aloïse Retornaz ont superbement couru cette Medal Race, malgré un vent faible, en restant aux avant-postes de la flotte. A un an des Jeux Olympiques de Tokyo, les deux Françaises ont su montrer un haut niveau de compétition récompensé par la plus belle des médailles.

Les réactions de Camille Lecointre et Aloïse Retornaz :

« On a pu rester aux avant-postes pendant toute la manche et garder le contrôle sur la course. C’était compliqué car ce sont conditions qu’on n’avait jamais connu. Il y avait un secteur de vent différent et on avait un peu la pression. Quand c’est léger comme ça, on se dit toujours qu’il va se passer un truc inhabituel. Du coup on était aux aguets pendant toute la course. »

Source : BPCE

Lire la suite
7 lectures
0 commentaires

Fabrice Payen embarque Mathieu Laperche à bord du Multi50 Team Vent Debout pour la Transat Jacques Vabre

Après avoir pris le départ de la Route Du Rhum en novembre dernier, Fabrice Payen se lance aujourd’hui un nouveau défi sur 3 ans à bord d’un Multi50 nommé Team Vent Debout. Le 27 octobre 2019, le skipper prendra le départ de La Transat Jacques Vabre, direction Salvador de Bahia au Brésil.

image

Crédit : Team Vent Debout


Avec l'ex Multi50 de Gilles Lamiré

« Après ma Route du Rhum écourtée, prendre le départ de la Transat Jacques Vabre est rapidement devenu l’objectif pour toute l’équipe.

Pour cette nouvelle aventure, Fabrice Payen a loué le Multi50 de Gilles Lamiré. Changement d'équipier : Eric Flageul, qui devait être co-skipper sur la Transat Jacques Vabre, cède sa place à Mathieu Laperche.

Un programme sur 3 ans

Avant la prochaine Route du Rhum en 2022, Fabrice Payen participera à plusieurs courses : The Transat et La Transat Québec-Saint-Malo en 2020, la Transat Jacques Vabre 2021.

Le projet de l’association Team Vent Debout s’inscrit autour de la dynamique gouvernemental "cap vers l'entreprise inclusive" permettant de travailler sur le sujet de l'inclusion des personnes en situation de handicap dans les entreprises.

Source : S Guého

Lire la suite
7 lectures
0 commentaires

Morgane Ursault-Poupon embarque sur le trimaran ex-Fleury Michon IX pour la Palermo Montecarlo

Aujourd’hui, Morgane Ursault-Poupon prend le départ de la Palermo Montecarlo sur un multicoque de légende : Fleury Michon IX, multicoque skippé par son père Philippe Poupon. « C’est complètement dingue, c’est le seul poster de bateau que j’avais dans ma chambre d’enfant ! Quelle chance de pouvoir naviguer sur ce trimaran, avec tout ce qu’il a vécu, » juge-t-elle.

image

Crédit : A Clidière

Partenariat de long terme

A bord d’UP– Sailing, Class40 de 2007, son premier bateau de course, Morgane UrsaultPoupon veut courir pour la transition écologique. Fleury Michon Bio lui a permis de prendre le départ de la Route du Rhum en 2018. Une aide ponctuelle de celui qui fût le sponsor de son père pendant 30 ans. « Aujourd’hui je recherche un partenaire de long terme, quelqu’un avec qui construire une relation fertile sur des valeurs communes ».


Programme Morgane Ursault Poupon

Oct 2019 : Transat Jacques Vabre
2020 : Québec – Saint-Malo

Le trimaran Orma Ad Maiora

3ème trimaran de l’architecte Nigel Irens 1988
Chantier Jeanneau
Longueur HT : 18,28 m
Largeur : 14, 50 m
Construction Kevlar et renforts longitudinaux en carbone

Source : Mercredi 11

Lire la suite
11 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions