Les 24 et 25 septembre, les neuf équipes internationales de SailGP vont s’affronter dans l’arène Andalouse de Cadix, en Espagne, sur les rives de l’océan Atlantique. Ce sixième Sail Grand Prix marque la fin de la tournée européenne des F50 et un tournant dans la saison 3. Si l’on peut s’attendre à des régates incroyablement intenses entre des équipages de plus en plus aguerris, deux équipes fortes commencent à gentiment s’éloigner au classement. Les Français, qui ont prouvé leur solidité à Saint-Tropez, ont des arguments pour s’illustrer.

Où en sont les équipes à la mi-saison ?

Depuis le mois de juin, les Sail Grand Prix s’enchaînent à raison d’un à deux par mois. Même si Cádiz ne met pas un terme à ce rythme effréné, il sonne la fin de l’été et des rencontres européennes.
Sixième des onze rendez-vous de la saison 3, ces confrontations espagnoles amorcent aussi un virage. Car deux équipes commencent à se démarquer en haut du classement provisoire : les Australiens de Tom Slingsby, talonnés (1 point) par des Néo-Zélandais de Peter Burling, en ascension continue depuis leur premier top 3 à Plymouth.
Derrière ce tandem rival, cinq teams se tiennent en 9 points à peine. Leaders de ce peloton compact, les Britanniques du multi médaillé olympique Ben Ainslie ont joué trois fois la finale, mais ont aussi connu de sérieuses déconvenues (forfait au Danemark). Deux points plus loin, les Danois font figure de petit poucet qui monte, parfois très haut (3e à Plymouth et 3e à Copenhague).

Un Grand Prix ‘anniversaire’ pour Delapierre

Vient ensuite le clan français, de plus en plus solide et nouveau recordman de vitesse en F50, après une pointe frôlant les 100 km/h, réalisée lors d’une folle journée dans le mistral tropézien. L’épreuve espagnole aura aussi une saveur particulière pour Quentin Delapierre : il y a un peu moins d’un an, il y prenait pour la première fois la barre du F50 tricolore.
Sixième au classement, les Canadiens qui avaient commencé fort la saison (3e aux Bermudes, 2e à Chicago) sont un peu en déveine. Mais on peut compter sur leur fougueux pilote Phil Robertson pour retrouver la saveur du succès.
En queue de ce groupe de chasseurs, les Américains ont réussi un come-back impressionnant en remportant la mise sur la Côte d’Azur (avec la Française Amélie Riou à bord). « C’est un tournant pour nous, déclarait récemment leur skipper James Spithill. Saint-Tropez a fait office d’énorme boost psychologique pour l’équipe ». Un boost qui pourrait bien durer, compte tenu de la qualité de ce collectif entraîné par Philippe Presti.

Xammar, Trittel et Botin à la maison

Cadix sourira-t-elle aux « locaux », le jeune équipage espagnol porté par Jordi Xammar (médaillé de bronze aux JO de Tokyo et tout juste médaillé d’argent au Championnat d’Europe de 470) ? Cela ferait du bien à ce groupe plein de personnalités de talent, mais qui peine encore à trouver ses marques – à l’instar des Suisses –. Ce qui est certain, c’est que dans la baie de la cité antique qui fut le port d’attache de Christophe Colomb, les fans seront nombreux pour acclamer le bateau rouge et jaune !

CLASSEMENT SAILGP SAISON 3 APRÈS 5 ACTES

AUSTRALIE / Tom Slingsby 42 pts NOUVELLE – ZÉLANDE / Peter Burling 41 pts GRANDE-BRETAGNE / Ben Ainslie 34 pts DANEMARK / Nicolai Sehested 33 pts FRANCE / Quentin Delapierre 31 pts CANADA / Phil Robertson 29 pts ÉTATS-UNIS / Jimmy Spithill 25 pts ESPAGNE / Jordi Xammar 15 pts SUISSE / Nathan Outteridge 12 pts

Les résultats du France SailGP Team / Saison 3

Bermuda Sail Grand Prix : 8e
Détail des manches : 9, 2, 2, 9, 8 T-Mobile United State Sail Grand Prix Chicago : 5e
Détail des manches : 9, 8, 6, 1, 4 Great Britain Sail Grand Prix I Plymouth : 5e
Détail des manches : 3, 3, 5, 4, 9 Rockwool Denmark Sail Grand Prix I Copenhague : 2e
Détail des manches : 6, 4, 2, et 2e de la finale Range Rover France Sail Grand Prix I Saint-Tropez : 4e
Détail des manches : 6, 6, 2, 5

L’article Holà Andalucía ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.