• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme

François Gabart : « La course au large joue un vrai rôle dans notre société »

Avec la pandémie de Covid-19 qui touche la planète s’ouvre une grande période d’incertitude pour le sport, à laquelle la voile de compétition n’échappe pas. Quels vont êtes les impacts sur la discipline ? Quels changements de modèles économiques s’annoncent-ils ? Comment les courses doivent-elles se transformer ?  Quels vont être les comportements des sponsors ?
Pour essayer de mieux comprendre ces nouveaux enjeux, Tip & Shaft a lancé une série de cinq grands entretiens autour du futur des courses à la voile. Deuxième invité, François Gabart, skipper du trimaran Macif – il avait décidé de prendre du recul cette année et de laisser la barre à Pascal Bidégorry -, et patron de MerConcept, l’entreprise qui héberge, en plus de ce projet Ultim, ceux de l’Imoca Apivia de Charlie Dalin et des Figaro Skipper Macif, et s’occupe de la construction d’un Imoca pour 11th Hour Racing en vue de The Ocean Race.

Comment vous-êtes-vous organisés du côté de MerConcept depuis le 17 mars et quel est le programme à partir de mardi prochain, jour du déconfinement ?
Le trimaran Macif, qui avait été mis à l’eau le 12 mars, juste avant le confinement, est resté à quai à Port-la-Forêt et va renaviguer quand les règles nous le permettront, a priori dans pas très longtemps, mais je parle au conditionnel. Aujourd’hui, on ne sait pas exactement ce qu’on va faire au niveau du programme, ce qui est sûr, c’est qu’on va tout faire pour continuer à progresser sur le bateau et à nourrir des réflexions pour le futur trimaran. On essaiera aussi de faire des opérations de RP pour faire naviguer des sociétaires de la Macif, mais aussi des personnels soignants qui ont fait face à la crise. L’Imoca Apivia va quant à lui être remis à l’eau la semaine prochaine avec l’objectif de le préparer au mieux pour le Vendée Globe. Pour ce qui est des chantiers du futur trimaran Macif et du nouvel Imoca, une partie de MerConcept, le bureau d’études continue à avancer en télétravail depuis le 17 mars, la construction s’est arrêtée dans un premier temps puis a progressivement repris. Quant au déménagement à Concarneau, qui devait avoir lieu fin mars, on va déménager la partie atelier la semaine prochaine, les bureaux pendant l’été quand les travaux seront finis.

Tu as participé mardi à la réunion en visioconférence organisée par la FFVoile pour proposer des mesures de reprise de la navigation au ministère des Sports (voir notre interview de Corinne Migraine), était-ce nécessaire que la course au large fasse corps pour interpeller les pouvoirs publics ?
Oui, c’était de toute façon important d’échanger, parce que tellement de choses se passent dans cette période très incertaine, que c’est par la co-construction que nous arriverons à sortir de tout ça. Donc c’est bien que chacun puisse exposer ses bonnes idées, on ne peut pas se permettre aujourd’hui de les garder dans son coin, il faut qu’elles se diffusent pour arriver à trouver des solutions rapidement pour renaviguer et refaire des courses qui restent le pilier de notre écosystème. Je pense que cet écosystème a une capacité de résilience très forte, mais dans les jours, les mois et les années qui viennent, il va falloir qu’on soit bons, qu’on essaie de réagir intelligemment, qu’on s’entraide, qu’on s’adapte et qu’on se transforme. Il y a plein de chantiers à mettre en place pour faire face à la tempête que nous sommes en train de vivre.

« Si le Vendée Globe permet à certaines personnes de mieux passer l’hiver prochain, il faut le faire »

 Est-ce important, dans la crise que nous traversons, que la Solitaire du Figaro et le Vendée Globe, érigées en priorité lors de cette réunion, aient lieu d’ici la fin de l’année ?
C’est très difficile de répondre à ça, parce que si tu prends du recul, il y a forcément des choses beaucoup plus importantes, comme la santé. Et quand je parle de santé, c’est celle liée à un virus qui tue des gens, c’est terrible, mais a aussi des effets indirects, touchant ceux qui souffrent du confinement ou ceux atteints d’autres maux et qui ne peuvent avoir accès aux soins dont ils ont besoin. Et si on parle de santé au sens plus large de bien-être, il y a aussi tous ceux qui vont se retrouver sans boulot. Donc, dans ce contexte, est-ce important de faire la Solitaire ou le Vendée Globe ? J’ai envie de dire que si ça peut apporter quelque chose à la société, si le Vendée Globe permet à certaines personnes de mieux passer l’hiver prochain, oui, il faut le faire. Ça ne veut pas dire qu’il faut faire n’importe quoi et prendre des départs si les conditions sanitaires ne peuvent être respectées, évidemment. Mais il faut essayer de prendre en compte les raisons pour lesquelles on fait ce métier : on le fait aussi pour mettre une petite bouffée d’oxygène, de liberté et de rêve dans la tête de pas mal de gens qui vivent par procuration ce que l’on vit. Je ne sais pas dans quelle situation sanitaire et économique sera la France l’hiver prochain, mais je pense qu’il faut se dire que ces courses ont peut-être un rôle à jouer. Je ne dis pas qu’il faut absolument les faire, mais il faut prendre ça en compte dans la grande équation très complexe à laquelle nous sommes confrontés.

Un Vendée Globe sans public, ce qui pourrait être une hypothèse, serait-il encore un Vendée Globe ?
Est-ce que tous les Vendée Globe se ressemblent depuis le début de l’histoire de la course ? Probablement pas, il y a des points communs mais aussi des évolutions. Est-ce qu’une course doit être exactement à l’identique de la précédente ? Probablement pas, au contraire même, tout événement doit évoluer au fil de sa vie. Le Vendée Globe 2020, s’il a lieu, sera forcément différent des éditions précédentes, je pense que ce n’est pas grave. Evidemment, la fête populaire est super importante, c’est un des éléments qui définit cette course, mais pas que. Aujourd’hui, la course au large est un des seuls sports qui peut se dérouler en respectant parfaitement les règles sanitaires. Donc, est-ce que si tous les éléments ne sont pas réunis, il faut se priver de ce qui peut être maintenu ? C’est une grande question à laquelle, je pense, personne n’a la réponse aujourd’hui, parce qu’on n’a pas tous les éléments. La grande difficulté, c’est qu’on ne sait rien, il faut faire preuve d’un peu de patience.

« Nous, acteurs de la course au large, pouvons apporter du rêve, c’est un des rôles sociaux que nous pouvons tenir »

Projetons-nous maintenant un peu plus loin : penses-tu que cette crise est l’occasion de se poser la question du sens de ce que l’on fait et de la manière dont on peut contribuer à faire avancer la société ?
Oui, forcément. Moi, ces questions du sens, de l’intérêt, du rôle, me turlupinent depuis plusieurs années, et aujourd’hui, au vu de ce qui se passe, on se doit de se les poser. Personnellement, je pense que la course au large a un vrai rôle dans notre société. Comme on a besoin d’artistes, on a besoin de sportifs, tous font partie de notre culture et de notre société. Je parlais tout à l’heure de la dimension rêve, c’est un des rôles sociaux que nous pouvons tenir. Par contre, ce n’est pas parce que nous faisons rêver certaines personnes, que nous pouvons faire n’importe quoi. Aujourd’hui, nous avons par exemple un impact environnemental qui n’est pas neutre, il faut que ce que l’on fait rapporte au moins autant, même plus et beaucoup plus, que ce que ça ne coûte. Un autre rôle de la course au large tient aux progrès techniques : tout ce qui est développé en course au large doit à mon avis servir à nourrir d’autres secteurs, comme la plaisance et le transport maritime. L’émulation de la compétition peut aboutir à des choses hyper intéressantes et servir à bien plus qu’à simplement gagner des courses. Je suis notamment convaincu que dans les années qui viennent, on utilisera de plus en plus le vent dans le transport maritime, de même que la révolution du vol et des foils est hyper intéressante car elle permet de diminuer l’énergie dont on a besoin pour se déplacer. Et j’ai envie que MerConcept puisse contribuer de manière encore plus forte à ça.

La période que l’on vit peut-elle permettre d’accélérer le mouvement ?
Oui, cette période est propice aux remises en question et à des évolutions. J’ai l’impression qu’une telle situation fait ressortir le meilleur comme le pire ; moi, je crois au meilleur parce que je revendique d’être optimiste. Je pense que des choses magnifiques vont ressortir de tout ça et qu’il y a une vraie volonté de changer certains modèles dans lesquels on vit, et même d’accélérer. On le voit par exemple avec le collectif La Vague qui a bénéficié d’un effet catalyseur du fait du confinement. La course au large est un milieu qui a envie et qui est prêt à bouger. On nous reproche souvent d’être un petit milieu, y compris au niveau géographique, mais c’est aussi une opportunité énorme pour faire bouger les choses, c’est plus facile de le faire quand les gens se connaissent et sont proches. Et, de fait, on ne va pas avoir d’autre choix que de changer : à court et moyen terme, nous ne pourrons pas avoir de courses avec du public ou en tout cas pas beaucoup, donc il va falloir réinventer les villages. A côté de ça, la situation économique va être compliquée dans les mois et les années qui viennent, donc il va falloir réinventer les modèles économiques dans lesquels on évolue… C’est terrible de dire ça, mais on sait qu’il va y avoir des sponsors qui vont se retirer, des marins au chômage, mais cette crise va aussi créer des opportunités, parce que pour relancer des projets dans les années qui viennent, on n’aura pas d’autre choix que de le faire d’une manière un peu différente, tout en continuant de miser sur nos forces. Nos projets s’appuient sur l’humain avec un grand H, la course au large a quand même des valeurs hyper fortes.

« A nous de changer certaines règles : c’est en s’imposant des contraintes qu’on arrive à créer « 

 Mark Turner parlait la semaine dernière de la nécessité de mettre des causes sociétales au cœur des projets, est-ce dans cette direction qu’il faut aller selon toi ? Et à propos de cause, tu t’es engagé hier auprès de l’initiative Le temps est venu !, peux-tu nous en dire plus ?
Oui, évidemment. Nous, avec la Macif, depuis quasiment le début du projet, cette nécessité de donner du sens a toujours été très forte, parce que c’est un acteur majeur de l’économie sociale et solidaire. Forcément, le sponsoring doit être à l’image de cet engagement et doit rejaillir dans ce que le projet renvoie au grand public. Pour ce qui est de l’initiative Le temps est venu !, elle a été lancée mercredi par la Fondation Nicolas Hulot pour justement sensibiliser toute la société sur le fait qu’il est temps d’agir. Mon rôle dans tout ça, en tant que marin et chef d’entreprise, est de faire en sorte que l’impact de nos activités puisse être en adéquation avec la société de demain. Aujourd’hui, clairement, on ne l’a pas fait assez, il faut faire mieux, viser loin, parce que l’enjeu face à nous est énorme.

Beaucoup d’initiatives de cette sorte sont lancées, comment passer concrètement des paroles aux actes au niveau de la course au large ?
Les leviers sont multiples. L’une des solutions peut être de réinventer les règles du jeu. Ce n’est pas si simple que ça, mais c’est peut-être plus facile à faire dans la course au large que dans d’autres sports, parce que ces règles, c’est nous, marins, qui les imaginons et les écrivons. Donc à nous de changer certaines règles, parce que je suis persuadé que c’est aussi en s’imposant des contraintes qu’on arrive à créer. Après, il ne faut pas attendre le consensus d’un changement de règles pour agir.

Pour finir, penses-tu que la voile est un des sports qui peut le mieux sortir de cette crise en raison des valeurs qu’elle véhicule ?
Oui, j’en suis archi convaincu. Ce qui ne veut pas dire que ça ne va pas être très compliqué dans un avenir proche, mais on a tous les ingrédients pour faire quelque chose de fabuleux. On a la capacité à inventer la course au large de demain pour faire en sorte que celle-ci se relève très rapidement de cette crise et puisse avoir un rôle pour construite la société de demain. Après, ça va être difficile, il va falloir faire certains sacrifices, se serrer les coudes et travailler dur.

Photo : Yvan Zedda/Alea/Macif

L’article François Gabart : « La course au large joue un vrai rôle dans notre société » est apparu en premier sur Tip & Shaft.

Lire la suite
50 lectures
0 commentaires

En route pour l'Ile de Sein, l'île du bout du monde vue par le photographe Benoit Stichelbaut - Drone

Lire la suite
48 lectures
0 commentaires

Rappel de conseils de sécurité pour la pratique des activités nautiques en mer à compter du 11 mai

À partir de demain lundi 11 mai 2020, dans le respect des dispositions gouvernementales en vigueur, la pratique des activités nautiques en mer sera de nouveau possible sur la façade atlantique. Avant de reprendre la mer, après plusieurs semaines d’inactivité, il est essentiel que chaque usager se soit assuré de sa bonne forme physique, de sa maîtrise des règles de navigation et du bon état général de son matériel.


image

Crédit : M Ollivier - OF


Adopter un comportement responsable

Le vice-amiral d’escadre Jean-Louis Lozier, préfet maritime de l’Atlantique, tient à souligner le comportement civique remarquable de l’immense majorité des pratiquants d’activités nautiques en Atlantique qui ont différé leur sortie en mer pendant la période de confinement, afin de se protéger et de ne pas exposer davantage les personnels de secours et de santé.

Le préfet maritime de l’Atlantique appelle les usagers qui souhaiteront reprendre une activité nautique à partir du 11 mai 2020 à adopter un comportement responsable, basé sur la prudence, la vigilance, le respect strict des consignes de sécurité et des règles sanitaires de protection contre le Coronavirus COVID-19 en vigueur, ainsi que la protection de l’environnement et la bonne connaissance du milieu marin.

Moyen de communication et gilets de sauvetage

Pour évoluer en sécurité en mer, dans le respect des autres usagers, la préfecture maritime de l’Atlantique tient à rappeler quelques règles essentielles :

• Informez-vous sur les conditions météorologiques et les données liées à la marée (horaires, coefficient, force des courants dans la zone), même à faible distance des côtes ;

• Disposez en permanence d’un moyen de communication : VHF ou téléphone portable dans une pochette étanche ;

• Prévenez un proche à terre de l’heure de votre départ et de votre heure de retour estimée (et l’informer de tout changement de programme afin d’éviter inquiétudes et fausses alertes) ;

• Équipez tous les membres d’équipage et/ou les passagers de gilets de sauvetage ou vêtements à flottabilité intégrée (VFI) dès la montée à bord et durant toute la navigation.

• Disposez d’équipements adaptés aux conditions environnementales : en cette période de l’année, le différentiel de température entre l’air et l’eau peut être important et conduire à des accidents graves en cas d’homme à la mer.

Par ailleurs, en cas d’urgence en mer, chaque minute compte. Le premier réflexe de toute personne victime ou témoin d’un accident en mer doit être de contacter un Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage (CROSS) au 196, le seul numéro national d’urgence dédié au sauvetage en mer et gratuit. En mer, le canal 16 de la radio VHF vous relie directement à un CROSS.

La réglementation de la plaisance

Le Ministère de la transition écologique et solidaire met à disposition des fiches d'information sur l'essentiel de la réglementation de la plaisance :  https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/fiches-dinformation-et-editions-navigation-plaisance-et-des-loisirs-nautiques.

Dans les ports comme en mer, les gestes barrières et la distanciation sociale restent de mise. Retrouvez les dernières consignes à jour en matière sanitaire sur le site dédié : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

Enfin, en cas de doute ou de questions, n’hésitez pas à contacter la délégation à la mer et au littoral (DML) de votre département.

Source : Premar Atlantique 

Lire la suite
55 lectures
0 commentaires

Anticiper la bascule, pour virer au bon moment !

Dès ce lundi 11 mai, Achille sera en mesure de retourner sur l’eau, un soulagement et une grande joie pour le skipper qui, comme l’ensemble des français, a été dans l’obligation de rester confiné chez lui, à Lorient, de façon à combattre la propagation du Covid-19. Après deux mois propices à la réflexion, la vie sportive va progressivement reprendre son cours, le Figaro Bénéteau 3 Be Green Ocean sera mis à l’eau cette semaine et de nouvelles sessions d’entraînement devraient très vite être reprogrammées. Malgré le report d’une majeure partie des courses de la saison, Achille garde en ligne de mire la Solitaire du Figaro, dont le départ est prévu le 30 août prochain, mais pas seulement…

Le mot d’Achille Nebout:

Lundi 11 mai marquera la fin d’un confinement inédit de deux mois, et, espérons-le, la fin de course de ce virus ravageur.

Deux mois sans voir la mer, un petit record, durant lesquels il a fallu réfléchir et réinventer le quotidien, par des choses simples : j’ai retrouvé le bonheur de la lecture (merci Alain Damasio), progressé et innové en cuisine, j’ai dessiné, j’ai repris le défrichage musical en travaillant et diffusant des playlists quotidiennes, je suis devenu un champion au Backgammon, je suis entré dans la trentaine de façon joyeuse et inédite et renforcé les liens et l’échange avec mes proches, même lointains.

Bien sûr, j’ai préparé la suite de la saison en faisant du sport régulièrement et en participant à des formations en ligne très enrichissantes. Le parcours de la prochaine Solitaire du Figaro n’a (presque…) plus de secrets grâce à un roadbook météo très complet étudié avec Dominic Vittet et les coureurs du groupe d’entraînement de Lorient. Et j’ai hâte de mettre en pratique sur l’eau ce que j’ai appris avec Olivier Douillard sur l’analyse de performance. Pour ne pas perdre la main, j’ai couru la grande course virtuelle (mais très réaliste !) de la Solo Maître Coq sur Virtual Regatta, à laquelle j’ai terminé 2ème des figaristes à quelques secondes de mon ami Alberto Bona, après 2 nuits intenses…

Enfin, cette période a été propice à la réflexion sur les temps à venir. J’ai suivi avec grand intérêt et plaisir le travail du collectif La Vague, qui s’interroge sur un avenir plus éco-responsable de la course au large, qui va, ou plutôt qui est, fortement impactée par cette crise et doit évoluer pour survivre.
Changer les modèles économiques et les règles du jeu, repenser notre engagement environnemental et notre implication envers le public, telles sont les questions que je me pose pour donner sens à la poursuite de mon projet : avec un bateau, symbole de vitesse et de liberté, l’océan à protéger et à partager, et l’envie de communiquer, je pense élargir le champ des possibles et m’engager dans de nouveaux domaines : l’écologie bien sûr, mais aussi l’éducation et la pédagogie, la culture… De belles idées et je l’espère des actions à suivre rapidement…

Pour le moment, nous avons l’autorisation de retourner sur l’eau dès lundi, et je compte bien aller prendre un bon bol d’air iodé la semaine prochaine. Après 2 mois d’entraînement hivernal intense, la saison sportive a été coupée nette dans son élan le 10 mars, à quelques jours du départ de la première course et la suite est encore très incertaine. Nous serons fixés sur les prochaines compétitions le 15 juin, et en particulier sur la Solitaire du Figaro, prévue début septembre. Si elle a bien lieu, je serai au départ, avec un mini budget et une énorme motivation.

En effet, fin mars, mon plus gros sponsor s’est malheureusement désengagé, supprimant toutes ses actions de partenariats. Ce n’est pas le cas de tous, et je remercie vivement ceux qui poursuivent ou arrivent à mes côtés, et avec lesquels nous allons imaginer de nouvelles actions, adaptées au tempo de cette année particulière. Le bateau va changer de couleurs et porter, entre autres, celles de Be Green Ocean pour de nouvelles aventures !

Je profite de ce message pour partager une belle vidéo florilège de la saison dernière, réalisée par Robin Christol, et avec quelques images drone d’Hugo de Pavant, merci à eux ! Cela fait un peu plus d’un an que j’ai mis mon Figaro Bénéteau 3 à l’eau pour la première fois aux Sables d’Olonne et l’année 2019 a été intense et enrichissante ! Belles émotions de revoir toutes ces images et merci à tous mes partenaires, et notamment Le Grand Réservoir, ainsi que mon équipe, qui nous ont permis de les vivre.

L’article Anticiper la bascule, pour virer au bon moment ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
49 lectures
0 commentaires

MCES embarque sur Virtual Regatta !

Acteur majeur de l’esport en France dans le développement de la pratique amateur et professionnelle, MCES innove une nouvelle fois en constituant la première équipe esport à se lancer sur le jeu Virtual Regatta ! Un choix stratégique qui sonne comme une évidence tant les synergies sont nombreuses entre la structure esport française et le leader mondial de la voile en ligne.

« Avoir un coup d’avance ». Chez MCES, plus qu’une pensée quotidienne, c’est une véritable culture d’entreprise. Depuis sa création, MCES œuvre au quotidien pour accompagner le développement de l’esport à travers la mise en place d’académies et d’équipes portées par les valeurs du sport traditionnel, et la signature de partenariats économiques ambitieux.
Cette structure unique en France, qui vise à mêler le meilleur de l’expertise sportive et esportive, met aujourd’hui le cap vers le grand large avec son arrivée sur Virtual Regatta, le jeu de simulation des régates et grandes courses à la voile.
Une décision plus que légitime pour Romain Sombret, fondateur de MCES : « Qu’est ce qui relie San Francisco, New York, Paris, Tokyo et Marseille ? La voile ! En effet, avec le SailGP et les Jeux Olympiques de 2024, Marseille s’impose comme une ville référente dans le monde de la voile. C’est donc avec passion et enthousiasme que MCES, structure basée à Marseille, et forte de son ADN « sport et esport » décide d’accompagner ce mouvement en mettant ses compétences au service de joueurs de Virtual Regatta, le jeu phénomène du moment qui représente un pont naturel entre le virtuel et le réel. Sport et esport, régates virtuelles et régates réelles, le mariage est une évidence ! ».

C’est l’assurance d’un nouveau challenge pour MCES, dans un univers très compétitif. Une équipe de 8 joueurs vient ainsi d’être constituée pour affronter les plus grands eskippers de la planète. En mode Virtual Regatta Offshore, l’objectif sera de figurer rapidement dans le top 30 des différentes régates. En mode Inshore, il s’agira davantage de cumuler des points pour qualifier plusieurs joueurs en finale du Championnat de France et un joueur aux prochains Championnats du monde.
Jérôme Trogant, manager de la team Virtual Regatta, affiche ses ambitions : « Ma sélection de joueurs s’est faite bien entendu sur le niveau de jeu mais également en tenant compte de leur mentalité de compétiteur. Nous mettons en œuvre un programme complet d’accompagnement : préparation des compétitions, bootcamp à Marseille, planification des entraînements, analyse et debriefing des compétitions…. L’objectif majeur est d’atteindre les finales du Championnat de France mais aussi de la Coupe du monde ! ».

Liste des joueurs de la Team MCES Virtual Regatta :

Inshore GALZIN Stéphane Inshore CARPENTIER Tim Inshore PÉRON Tristan Inshore GOUIN Alexandre Offshore / Inshore SCHEMBRÉ William Offshore / Inshore GULLY Baptiste Offshore BRICHET Thierry Offshore GROBETY Pascale

Planning des compétitions 2020 :

1er juin 2020 – Panteanius Rund Skagen : Départ 23h00 / Durée 6 jours 16 juin – Atlantic Record : Départ 11h00 / Durée 5 jours 17 juin – Transat NY-Vendée : Départ 0h00 / Durée 15 jours 21 juin – Groupama Race : Départ 14h00 / Durée 7 jours 1er août – New York-San Francisco : Départ 11h00 / Durée 30 jours 5 octobre – La Mauricienne : Départ 11h00 / Durée 26 jours 19 novembre – Jules Verne Trophy : Départ 02h00 / Durée 41 jours

L’article MCES embarque sur Virtual Regatta ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
56 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions