• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme

Rolex Middle Sea Race. 115 bateaux pour la 40e édition

Rolex Middle Sea Race. 115 bateaux pour la 40e édition

Malte se prépare pour le départ de la Rolex Middle Sea Race. Un rendez-vous incontournable pour les bateaux de la Méditerranée qui viennent chercher ici les sensations d’une course unique, intense dont les conditions météos sont tout aussi variées que les paysages. 115 bateaux seront au départ cette année de cette course organisée par le Malta Yacht Club. « La flotte est constituée d’un mélange traditionnel d’équipages professionnels et corinthiens, certains expérimentant la course pour la première fois, d’autres revenant pour faire un meilleur résultat ou tout simplement pour profiter de l’aventure. » déclarait le commodore Godwin Zammit.

Bien que la flotte de 2019 soit légèrement inférieure au record des 130 bateaux de l’an dernier, le niveau de la course reste relevé. On y retrouve quelques français comme Albator skippé par Frantz Philippe, Arobas 2 skippé par Gérard Logel, Corum Daguet2 avec Frederic Puzin, Desperado un Sun Fast 3200 de JC Cascailh, Eurovoiles, le Sun Fast 3300 de Mallaret, Jeanne le JPK 10.30 de Laurent Camprubi, l’ange de Milon de Jacques Pelettier ou encore le Teasing Machine d’Erik de Turckeim pour ne citer qu’eux.

Quelque 23 nations participeront à la course, selon le Commodore Zammit, venant d’aussi loin que l’Australie et l’Argentine. L’Italie est le plus représenté avec 22 bateaux allant de l’ORMA 60 Ad Maiora, skippé par Bruno Cardile, à l’Akilaria 950 de Francesco Conforto. La présence britannique est également forte, avec Sunrise, le JPK 1180 de Thomas Kneen, le Sun Fast 3600 Black Sheep de Trevor Middleton et le Dazcat 1495 Apollo de Nigel Passmore, parmi ceux à surveiller.

Le départ sera donné samedi à 11h00 CEST de Grand Harbour dans des conditions qui s’annoncent pour l’instant assez légères. 

Lire la suite
28 lectures
0 commentaires

Francis Joyon déclenche le code vert, Idec Sport à l'assaut du record de la Mauricienne ce samedi

Francis Joyon a déclenché le Code Vert, ce qui signifie qu’un départ est possible demain samedi, pour tenter de battre le record de La Mauricienne en solitaire, entre Port Louis (Bretagne) et Port Louis (île Maurice). Si la fenêtre météo se confirme, le skipper du maxi-trimaran IDEC SPORT quittera son port d’attache de la Trinité-sur-Mer ce samedi 19 octobre entre 8h et 9h, avant de rejoindre la ligne de départ situé au large de la citadelle de Port Louis (Morbihan). Débutera alors un périple de 8 800 milles. Temps à battre : 26 jours, 4 heures et 13 minutes.


image

Crédit : F van malleghem

Christian Dumard, routeur à terre de Francis Joyon, explique les conditions attendues pour le début de record : « Francis devrait partir dans un vent d’Ouest de 10-12 nœuds et donc faire du près pendant quelques heures. Il y aura ensuite une transition avec du vent assez léger pendant la rotation du vent. A partir de dimanche matin, Francis profitera d’un vent de Nord assez fort (20-25 nœuds). La sortie du golfe de Gascogne se fera dans des conditions maniables. Les alizés devraient être soutenus jusqu’aux Canaries et ensuite mollir en approche du Cap-Vert. Mis à part les toutes premières heures, le début de record se fera intégralement au portant. »

Vois conseille : Francis Joyon se prépare à sa grande épopée vers l'Asie, la Mauricienne premier record en vue - Images

Source : Mer et Media

Lire la suite
35 lectures
0 commentaires

Giancarlo Pedote au départ de la Transat Jacques Vabre : "Tout se joue surtout au début" - IMOCA

Giancarlo Pedote au départ de la Transat Jacques Vabre : "Tout se joue surtout au début" - IMOCA | ScanVoile

vendredi 18 octobre 2019

Giancarlo Pedote au départ de la Transat Jacques Vabre : "Tout se joue surtout au début" - IMOCA Deux participations à la course, dont l’une couronnée de succès dans la catégorie des Multi50 en 2015, Giancarlo Pedote s’apprête à prendre part à la Transat Jacques Vabre pour la troisième fois. C’est le couteau entre les dents que le skipper italien aborde cette 14e édition de la Route du Café qui les mènera, lui et son co-skipper Anthony Marchand, du Havre jusqu’à Salvador de Bahia, au Brésil. Une épreuve dont il connait les spécificités et les difficultés. Il raconte.image

Crédit : Y Zedda


Les spécificités de cette transat
« On ne se rend pas bien compte, mais sur une transat aussi longue (4350 milles, ndlr), on n'a pas moins de cinq systèmes météo à passer : les dépressions d’ouest sous nos latitudes, les alizés de nord-ouest, le Pot-au-Noir, les alizés de sud-est et une zone très instable et orageuse pour finir. Ça fait un paquet de passages très compliqués !

Reste qu’à mon sens, tout se joue surtout au début, entre la sortie de la Manche et celle du golfe de Gascogne. Une fois passé la zone de convergence intertropicale (ZCIT), où c’est quand même un peu la loterie, ce qui devait casser a déjà cassé et les emmerdes techniques qu’on devait avoir, on les a déjà eus. Après, ça part souvent par devant. » La principale difficulté « C’est clairement le début parce qu’au moment où on prend le départ, ça fait une dizaine de jours qu’on est cloué à terre et que le bateau n’a pas quitté le bassin. Il faut donc réussir à rentrer très vite dans le match surtout que c’est généralement lors des premiers jours que les premiers écarts significatifs se font. 

Ce n’est pas facile car en octobre / novembre, on peut subir des gros changements de temps et/ou de températures. Il fait froid, il pleut, ça souffle, la mer est formée… ce n’est pas une mince affaire de trouver le bon rythme d’emblée. » L’expérience des deux précédentes participations, un atout dans quelle mesure ?« Lorsque l’on participe à une course pour la troisième fois, il y a naturellement moins de stress. On connait le chemin, les problèmes auxquels on peut être confrontés, les pièges du parcours… ça reste néanmoins une transat, un exercice loin d’être anodin. L’une ne ressemble jamais à l’autre. 

Ce qui change pour moi cette fois, c’est que j’assure le rôle de skipper. Par conséquent, je porte beaucoup plus de choses sur mon dos. C’est un autre contexte et j’ai particulièrement à cœur de faire les choses bien ».Source : Rivacom

Lire la suite
35 lectures
0 commentaires

Avarie de foil bâbord pour ARKEA PAPREC, Sébastien Simon : "Nous serons sur la ligne de départ"

A 21h15 hier, alors qu’il convoyait son bateau avec son équipe vers Le Havre, Sébastien Simon a cassé le foil babord de son IMOCA Arkea Paprec. L’avarie est survenue alors que le convoyage depuis Port-La-Forêt touchait à sa fin, à une heure environ du Havre. 


Avarie de foil bâbord pour ARKEA PAPREC

Credit : Team Arkea Paprec

Le tout nouvel IMOCA ARKEA PAPREC évoluait dans des conditions maniables sur mer plate. Le bateau naviguait à 25 noeuds au moment de l’avarie. Le foil bâbord s’est cassé au bord de la coque. L’équipe met tout en oeuvre pour établir un diagnostic précis au plus vite. Sébastien Simon reste dans l’objectif de cette Transat Jacques Vabre : « cela ne remet pas en question notre participation. Nous serons sur la ligne de départ de la Transat Jacques Vabre. »

Lire la suite
33 lectures
0 commentaires

Avarie de foil bâbord pour ARKEA PAPREC

Avarie de foil bâbord pour ARKEA PAPREC

La voile est un sport mécanique mais c’est difficile d’accepter une casse en convoyage à 1h du but. Hier Sébastien Simon à 21h15 , alors qu’il convoyait son bateau avec son équipe vers Le Havre, a prévenu le team à terre que le foil babord venait de casser. L’avarie est survenue alors que le convoyage depuis Port-La-Forêt touchait à sa fin, à 1 heure environ du Havre. ARKEA PAPREC évoluait dans des conditions maniables sur mer plate. Le bateau naviguait à 25 noeuds au moment de l’avarie. Le foil bâbord s’est cassé au bord de la coque. L’équipe met tout en oeuvre pour établir un diagnostic précis au plus vite. Sébastien Simon reste dans l’objectif de cette Transat Jacques Vabre : « cela ne remet pas en question notre participation. Nous serons sur la ligne de départ de la Transat Jacques Vabre. »

Lire la suite
38 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions