• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme

La New Caledonia Groupama Race se prépare déjà à 7 mois du départ

A 7 mois du départ de la 7ème édition de la New Caledonia Groupama Race, la course est déjà lancée pour les marins, organisateurs et partenaires. En Nouvelle Zélande et Australie, c’est également l’effervescence. Miss Scarlett, l’IRC 52 vainqueur de la dernière édition en temps réel, avec à son bord Frank Cammas, annonce son retour. 


image

Credit : EyeFly Pacifique

Miss Scarlett s’engagera juste avant sur la Sail Fidji dont le départ est donné d’Auckland le 30 mai.A 7 mois, du départ, la gestation est en cours : marins, partenaires et organisateurs sont parés ! La 7ème édition de la Groupama Race a le vent en poupe.Source : Turtle
Lire la suite
81 lectures
0 commentaires

Tara lance Planktós, sa première BD digitale, pour plonger dans le monde de l’infiniment petit

Tara lance Planktós, sa première BD digitale, pour plonger dans le monde de l’infiniment petit Il y a 10 ans, en octobre 2009, la goélette scientifique Tara prenait la mer pour sillonner tous les océans du globe et découvrir le monde secret du plancton. Pour célébrer cet anniversaire et à l’occasion de deux importantes publications scientifiques issues de cette expédition, la Fondation Tara Océan vous invite à découvrir PLANKTÓS, première bande-dessinée digitale, créée par Timon Ducos, illustrateur scientifique. image

A lire, ici

Avec cette BD digitale originale, la Fondation Tara Océan poursuit sa mission d’exploration, de partage et d’éducation aux grands enjeux liés à l’Océan. Racontée par Eric Karsenti, biologiste moléculaire – CNRS/EMBL – et père de l’expédition scientifique Tara Oceans (2009- 2013), cette expérience immersive et interactive emmène le spectateur au cœur d’une odyssée qui a permis la découverte des dizaines de milliers d’espèces de plancton et de millions de gènes marins.Cette BD réalisée par l’illustrateur scientifique Timon Ducos, est directement inspirée de l’expédition Tara Oceans. Elle retrace ses objectifs scientifiques et ses découvertes majeures. PLANKTÓS décrypte les résultats étonnants et les perspectives vertigineuses de recherche envisagées par les instituts de recherches internationaux (CNRS, CEA, PSL, EMBL, MIT, …).Source : Tara
Lire la suite
105 lectures
0 commentaires

Armel Le Cléac'h : "Ca commence à être concret !", la coque centrale du futur Ultim Banque Populaire chez CDK

Lire la suite
110 lectures
0 commentaires

Qualifié pour le Vendée Globe, Benjamin Dutreux cherche un partenaire aux côtés de « Water Family »

Après avoir convoyé son IMOCA Water Family entre Salvador de Bahia et les Açores, Benjamin Dutreux est de retour aux Sables d’Olonne, la qualification pour le Vendée Globe 2020 en poche. Il faudra néanmoins attendre des conditions météo plus clémentes pour que le 60 pieds puisse retrouver son chantier à La Mothe Achard. Pour autant, le skipper vendéen ne va pas chômer et a encore des partenaires à trouver.


Qualifié pour le Vendée Globe, Benjamin Dutreux cherche un partenaire

© Ch.Drapeau / ILP Vision


Qualification validée Avec sa qualification validée par la direction de course (2000 milles parcourus en solitaire sur le convoyage retour de la Transat Jacques Vabre), Benjamin Dutreux est plus décidé que jamais à finaliser son budget pour le Vendée Globe. « Nous cherchons toujours activement des sponsors et des mécènes pour faire vivre le projet sportif mais aussi le projet pédagogique. L’idéal serait un partenaire majoritaire en co-naming avec la Water Family, qui serait en accord avec les valeurs que nous portons et souhaiterait embarquer dans un projet pas comme les autres », avance-t-il. Benjamin Dutreux : "notre projet a du sens" « Avec Thomas (Cardrin), nous sommes très fiers de la mise en place de notre projet. Avec un petit budget, nous nous sommes tous serré les coudes avec la Water Family qui s’est encore beaucoup impliquée. On a fait 19ème et c’est top, mais il y a aussi eu plus de 1000 enfants sensibilisés sur le village départ de la transat. C’est aussi une victoire, parce que ça montre que notre projet a du sens. Nos partenaires l’ont bien compris et sont d’autant plus engagés. » Une première transat en solitaire  Après d’importantes réparations nécessaires suite à une collision engendrée par une vedette à passagers dans la marina de Salvador, Benjamin Dutreux a enfin pu quitter le Brésil le 22 novembre dernier et s’élancer pour sa première transat en solitaire en IMOCA.

« J’ai commencé à sortir de la baie, c’était trop beau avec le coucher de soleil… Je me suis retrouvé seul pour la première fois sur le bateau, c’était un moment émouvant ! J’ai fait presque toutes les manœuvres et je les ai toutes chronométrées. J’ai eu mes premiers gros grains en solo avec plus de 40 nœuds de vent sous la pluie. C’était un peu chaud mais c’était formateur. »  En attente aux Açores S’il a dû faire escale aux Açores et laisser l’IMOCA Water Family à l’abri à Horta en attendant une fenêtre météo qui permettra un retour à bon port, en toute sécurité, Benjamin Dutreux tire le bilan de son convoyage retour. « Je suis super content du bateau. Pour un jeune marin, qui est là pour apprendre, c’est vraiment un super bateau et en plus, il est plutôt assez performant. 

J’ai trouvé des pistes d’amélioration mais il faudra d’abord le réparer. On a pas mal d’idées pour le rendre bien plus performant mais on se concentrera d’abord sur la fiabilité et l’ergonomie. Si on a le temps et le budget, on s’attaquera à la performance. Mais on perd déjà un mois rien que pour réparer les dégâts causés à Salvador." PROGRAMME 2020 Janvier : chantier de réparation
Février - mars : chantier de fiabilisation et d’optimisation
Avril : entrainement/RP
10 mai : départ de The Transat (Brest > Charleston)
16 juin : départ de la Transat NY - Vendée (New-York > Les Sables d’Olonne)
Juillet - août : chantier Vendée Globe
Septembre - octobre : entrainements / RP
8 novembre : départ du Vendée GlobeSource : C.Gutierrez
Lire la suite
101 lectures
0 commentaires

Benoit Marie 17e des Championnats du Monde de Moth : "Je suis globalement super content"

Benoit Marie 17e des Championnats du Monde de Moth : "Je suis globalement super content" Championnat du monde de Moth, 17è sur 122 et 2è européen, Benoît Marie a bien figuré sur le plan d'eau de Swan River à Perth en Australie. Entre vent fort, concurrence rude et affûtée, chaleur et plan d'eau instable, ce championnat aura donné du fil à retordre ! "Un niveau un cran plus élevé que ce à quoi je m’attendais. Cependant, je finis ce championnat du monde d’Australie sur une superbe note." Il raconte. Benoit Marie 17e des Championnats du Monde de Moth

Crédit : M.Orsini


Benoît, pouvez-vous nous faire un récapitulatif de la semaine ?

"Une première journée mitigée, avec une chute à 30 secondes du départ et un sac plastique coincé dans mon foil sur un bord et donc un dessalage obligatoire pour m’en tirer, je termine 15-6 et 13e.

Sur le deuxième jour de course, je pense avoir fait un mauvais choix de foil, je n’étais pas très rapide au portant avec mon grand foil sur les deux premières manches, j’ai tout de même réussi à accrocher deux manches de 11e, puis une dernière de 38e à cause de la rupture de mon écoute, j’étais 5e et le temps de réparer j’ai perdu un nombre incalculable de places. J’ai réussi toutefois à assurer ma place dans le rond or.

Sur le troisième jour j’ai continué à me battre malgré du vent forcissant et je rentre des manches de 27 -17 - 18 dans une météo plus que sportive et où mon poids léger ne m’avantage pas vraiment.

L’avant-dernière journée, ce fût une journée de guerrier avec de la brise forte, et des grosses instabilités surtout en haut du parcours où les rafales descendaient comme des coups de poings. 

Et enfin, une belle cinquième et dernière journée avec des conditions faibles (8-11 nds) qui me vont particulièrement bien, mon bateau était rapide dans ces conditions avec mon grand foil. Je suis incroyablement content d’avoir fait le premier tour de la première manche en tête de la flotte avec 18 secondes d’avance sur le deuxième à la marque sous le vent. Sur le second bord de près malheureusement, je suis tombé dans une zone avec un peu moins de vent que les autres mais je finis tout de même 4e de la première manche !

Deuxième manche, j’ai bien tiré dans les sangles ces derniers jours et sur ce cinquième jour de course la fatigue commence à se faire vraiment sentir. Difficultés sur le départ et premier bord de près pas facile, il me manquait sans doute un peu de lucidité à cause de ces jours à tirer sur le bonhomme et j’ai loupé mes deux premiers virements de bord, je passe environ à la 30e position à la première marque au vent. Puis je me suis re-concentré, j’allais vraiment très très vite dans ces conditions, et j’ai remonté toute la flotte pour finir en 6e position un tour et demi plus tard."

Quelles sont vos impressions sur ce championnat ?

"Un niveau un cran plus élevé que ce à quoi je m’attendais, les Australiens sont clairement très très forts dans de la brise. Cependant, je finis ce championnat du monde d’Australie sur une superbe note, je gagne une place au classement général seulement pour finir 17e/122, je suis globalement super content de ce championnat."

Les difficultés que vous avez rencontrées ?

"Mis à part mon gabarit (poids un peu léger pour la force de vent rencontrée), ma plus grande difficulté à été l’endurance. Cinq jours au rappel, avec une flotte d’acharnés, si je loupais un virement je perdais 10 place en deux secondes, si je loupais une layline c’était 15 places. Au moindre truc que je lâchai je pouvais compter deux bateaux par seconde à passer devant moi !"

Quelles ont été vos réussites ?

"Je suis assez content de ma tactique, en fait c’était un plan d’eau où tout se passait à gauche. C’est à dire qu’au près, quasiment tous les bords étaient à gauche ce qui rendait le jeu moins ouvert tactiquement parlant. 

Je trouve que je m’en suis globalement pas mal sorti malgré le fait que je ne sois pas très rapide, j’ai quand même gagné pas mal de terrain en tactique. Une petite victoire pour moi."

Un petit mot de la fin ?

"C’est la dernière fois que je naviguais sur ce bateau là, et ça fait toujours un petit pincement au coeur, de dire merci à mon bateau en tirant le dernier bord vers le retour au port…J’y suis beaucoup attaché car il m’a beaucoup apporté, donc un grand merci à ma « Jess ».

Je souhaite aussi adresser un très grand bravo à Tom Slingsby qui gagne le championnat un jour avant la fin en ayant raflé la première place sur quasiment toutes les manches."
image

Source : Velacom
Lire la suite
104 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions