• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme

Le CNTL, Champion de France des Clubs UNCL – IRC 2019 !

Le CNTL, Champion de France des Clubs UNCL – IRC 2019 !

Tête de file de la DSP* 1 du Vieux-Port de Marseille, le Cercle Nautique et Touristique du Lacydon – CNTL – décroche pour la première fois l’un des prix les plus convoités remis par l’UNCL : celui de 1er Club de France pour l’année 2019. Un titre national qui a été confirmé ce week-end à l’occasion de la remise des prix des Championnats IRC UNCL Méditerranée, et qui sera officiellement remis lors de la Nuit de la course au large, le 14 décembre, en marge du Nautic à Paris.

Equipage et double
« Ce titre vient récompenser un bel effort du pôle voile et de ses régatiers, et conforte la position majeure du CNTL sur l’échiquier national » analyse le président Michel Graveleau, « C’est un bel échelon qui a été gravi, avec la détermination de porter haut les couleurs du club à Marseille et en dehors, de développer la course en double, et grâce à une volonté d’ouverture à l’international également. Un beau résultat dans la perspective des JO sur le plan d’eau de la Métropole Aix-Marseille Provence. » Décerné par l’Union Nationale pour la Course au Large, ce trophée qui existe depuis 2012 intègre les trois meilleurs bateaux de chaque club. Le titre 2019 -particulièrement disputé puisque remporté d’un seul point – revient aux performances individuelles d’Absolutely II, le farr 36 d’Yves Ginoux, littéralement intouchable cette année en IRC3, d’Alkaïd 3, le JPK 1010 de Christophe Heurtauld, lui aussi champion d’Europe en IRC4 à Sanremo pour ce qui est du classement équipage, et à Solenn, le JPK 1080 de Ludovic Gérard, auteur d’une très belle saison en IRC Double, notamment dans la grande course de la Rolex Giraglia dont l’organisation est placée, comme à l’accoutumée, sous la direction du Yacht Club Italiano.

Carton plein pour le CNTL
« C’est une très belle récompense et une grande fierté pour nos équipages de ramener ce prix au Club » explique Marc Sanjuan, le responsable du pôle voile et vice-président. « Rien ne pourrait se faire sans l’action du Club qui assure tout au long de l’année la mise à disposition de places réservées aux coureurs, le vote d’aides financières, l’organisation de régates et son corollaire, la fourniture et la gestion des équipes de bénévoles compétents et efficaces, que je tiens à remercier à cette occasion, car ce titre leur revient aussi. Il faut rappeler que une grande partie du financements vient directement du club. » Trois des épreuves entrant dans le palmarès du trophée des clubs sont effectivement organisées par le CNTL, au premier titre desquelles la Massilia Cup pour ce qui est des courses en équipages, mais aussi la Duo Max et la Duo Sail, deux des épreuves du programme du championnat en double. Au-delà du titre, de nombreux autres équipages du club performent régulièrement en IRC, comme c’est le cas par exemple de Laurent Camrpubi à bord du TP52 Alizee en IRC0 – qui termine second de la saison au classement individuel – de Bruno Maerten avec le Figaro 2 Shamrock V , quatrième de la grande course de la Rolex Giraglia en IRC B, ou encore de Luc Baradat sur le Delher36 Overdose Charly, troisième à la course de ralliement entre Sanremo et Saint-Tropez.

* Délégation de Service Public

Le détail des performances
Absolutely II – Yves Ginoux, IRC3 (vainqueur du Championnat Equipage IRC 3) : 454 points
– Vainqueur Massilia Cup
– 3ème SNIM
– Vainqueur Hyères Séries
– Vainqueur Porquerolles’ Race
– Champion d’Europe : vainqueur toutes classes du Sanremo European IRC Championship

Alkaïd 3 – Christophe Heurtauld, IRC4 (deuxième du Championnat Equipage IRC4) : 418 points
– Vainqueur Massilia Cup
– 5ème SNIM
– 3ème Hyères Séries
– Vainqueur Sanremo European IRC Championship
– 2ème Trophée Sémac

Solenn – Ludovic Gérard, IRC Double (deuxième du Championnat Double) : 350 points
– 5ème aux 900 Nautiques
– 2ème Giraglia
– 6ème Duo Max
– 3ème QuadraSoloDuo
– 2ème Duo Sail

Lire la suite
49 lectures
0 commentaires

Salon Nautique International de Paris, le programme !

Salon Nautique International de Paris, le programme !

Le 7 décembre prochain, le 59ème Nautic de Paris ouvrira ses portes pour 9 jours de nouveautés, de rencontres, d’évènements et de conférences autour du nautisme.
Comme chaque année, le Salon Nautique de Paris regroupe toutes les filières des industries nautiques et devient le plus grand port indoor de France déployé sur 130 000m2.

A quelques jours de l’événement qui attend plus de 200 000 visiteurs et reçoit 825 exposants de 25 pays, découvrez les événements marquants du Nautic 2019.
La 10ème édition du Nautic Paddle le 8 décembre sur la Seine
Le plus grand rassemblement de stand up paddle au monde. 1 000 participants, professionnels et amateurs, sont attendus sur la Seine à Paris, entre la Bibliothèque Nationale de France et le quai de Javel Bas, pour une course au décor d’exception.
Nouveauté : cette année, les paddles de 14′ seront autorisés à concourir.

Le Nautic prend le cap de la transition écologique et solidaire
Sous un nouveau « label » Cap bleu, le Nautic 2019 s’engage dans une démarche éco-responsable.
« Tout évènement de l’ampleur du Nautic génère invariablement des impacts forts sur l’environnement. Conscients de nos responsabilités, nous avons voulu, avec la Fédération des Industries Nautiques (FIN), nous engager pour réduire l’empreinte écologique du salon. 2019 est une première étape. A l’horizon 2022, nous souhaitons avoir diminué nos émissions de CO2 de 50% et réutiliser 90% des produits servant à l’aménagement du Nautic »; annonce Alain Pichavant, commissaire général du salon.

Le 2ème Nautic Hackathon
Le Salon Nautique de Paris avait accueilli son premier Hackathon l’année dernière pour imaginer la base de loisirs nautiques du futur. Fort de son succès, le Nautic lance une deuxième édition sur la thématique du « port de plaisance de demain ». Développeurs, étudiants, architectes, passionnés ou simples curieux, cet Hackathon est ouvert à tous. Véritable challenge humain, les équipes auront 24 heures pour inventer les infrastructures d’avenir et imaginer les services associés capables d’accueillir la navigation du futur.

Le Concours d’innovation nautique
Le Concours d’innovation nautique 2919 a été initié par le Salon Nautique de Paris et la Fédération des Industries Nautiques (FIN). La 1ère phase du concours a été réalisée avec le soutien de 18 régions et des territoires ultramarins. Il offrira une visibilité inégalée aux 22 meilleurs projets régionaux présélectionnés qui seront présentés sur l’Espace Innovations du Hall 1.

Volvo Cars Plogging
Pour cette seconde année de partenariat avec le Salon Nautique de Paris, Volvo Car France réaffirme ses valeurs communes avec le monde du nautisme et son engagement dans le respect de l’environnement et le développement durable. Au-delà de participer au Nautic Paddle le dimanche 8 décembre, Volvo Car France organisera un Plogging dans Paris. À la fois ludique et éco-responsable, le Plogging consistera à profiter de son jogging pour ramasser le plus de déchets. Ceux-ci seront nettoyés et réutilisés par l’artiste Cicia Hartmann pour donner naissance à une œuvre d’art en live dans le Hall 1. L’œuvre sera vendue aux enchères le samedi 14 décembre sur le salon au profit d’une des associations de l’Espace Bleu.
Vous aussi faites un geste pour votre corps et la planète en vous inscrivant au #VolvoPlogging. Attention, les places sont limitées !

Les nouveautés des exposants
Voiliers, bateaux à moteur, accastillage, glisse, location, vêtements, tourisme … Cette année encore les 825 exposants du Nautic vous réservent de belles surprises.

Samuel Le Bihan. Un parrain engagé
Issu d’une famille de marins et ayant passé une partie de son enfance dans la rade de Brest, Samuel Le Bihan a gardé un fort attachement au milieu marin et a développé une sensibilité pour le respect des environnements naturels.
C’est avec d’anciens compagnons d’ACF que Samuel Le Bihan a créé Earthwake en 2014, une association qui lutte contre les déchets plastiques en offrant des solutions pour les revaloriser.
Samuel Le Bihan participera également au Nautic Paddle le 8 décembre, en binôme, avec David Labarre, malvoyant de naissance. Ancien médaillé paralympique de cécifoot, il a à son actif plusieurs exploits comme, cette année, l’ascension du Mont-Blanc.
En savoir plus

Le Spot Nautic. Une expérience glisse et beach au salon
Spot incontournable du Nautic
Ce lieu, désormais emblématique du Nautic, sera l’occasion pour vous de renouer avec l’été au cœur de l’hiver parisien. Venez assister aux démonstrations des pros et participer aux initiations de Beach Volley et Beach Tennis organisées par les fédérations sportives. Des transats sont à votre disposition pour en profiter au maximum. Ambiance festive et bonne humeur garantie !
Le Bassin Nautic
Le bassin de 700m² est «the place to be» pour vous initier à plusieurs sports de glisse auxquels vous n’auriez jamais imaginé vous adonner en pleine période hivernale (wakeboard, stand-up paddle, yoga paddle, longe côte…). Au programme, plusieurs compétitions d’envergure telles que la 2nde manche du Nautic Paddle en catégorie Pro (All-Stars France contre All-Stars Etranger), en wakeboard, la finale du Two Tower Tour ou le Chicks on Tour (initiation 100% féminine) ou encore la première compétition indoor de longe côte.
La Nautic Wave
Faire du surf en plein Paris, sur une vraie vague… Oserez-vous vivre l’expérience ? Notre vague artificielle vous attend dans le Hall 1 ! Que vous soyez passionné(e) de glisse, en manque d’adrénaline ou simplement tenté(e) par l’expérience, une équipe d’animateurs est mobilisée dans un seul but : vous faire surfer !

La Scène Nautic. Les temps forts
7 décembre : à 10h, présentation du Tour de France à la voile. A 12h30, Classe Figaro Bénéteau. A 14h, conférence Macif. A 15h, présentation de The Transat et Brest 2020. A 16h, remise de prix de la Transat Jacques Vabre. A 17h30, remise de prix de la Mini-Transat La Boulangère.
8 décembre : à 16h30, remise de prix du Nautic Paddle.
11 décembre : à 17h30, remise du prix du bateau de l’année (voile & moteur).
13 décembre : à 11h, remise du prix du bateau électrique de l’année. A 17h, remise de prix des athlètes de l’année.
14 décembre : à 13h, remise de prix de la 2ème édition du Nautic Hackathon et du Concours d’innovation nautique.

Les infos pratiques :
Dates, horaires et lieu :
Du 7 au 15 décembre 2019, à la Porte de Versailles – Halls 1, 2.1, 2.2, 2.3, 3 et 4.
Tous les jours de 10h à 19h.
Fermeture à 18h le dimanche 15 décembre.
Nocturne le vendredi 13 décembre jusqu’à 22h.
Tarifs :
Entrée plein tarif : 17 € TTC
Entrée tarif réduit : 14 € TTC
Entrée groupe (à partir de 10 pers.) : 10 € TTC
Entrée gratuite pour les titulaires du permis bateau 2019, les licenciés des fédérations nautiques, des étudiants, des lycéens de moins de 26 ans et des moins de 16 ans.

Lire la suite
55 lectures
0 commentaires

Vendée Globe. Armel Tripon présente son Imoca à étrave ronde

Le chantier nantais, Black Pepper Yachts, a dévoilé ce lundi l’Imoca L’Occitane, skippé par Armel Tripon et signé Sam Manuard. C’est désormais dans un peu moins d’an, qu’Armel prendra le départ du Vendée Globe à la barre de son nouvel IMOCA, foiler de dernière génération. Premier Vendée Globe pour Armel, Premier Imoca dessiné pour Sam Manuard, construit par Black Pepper Yachts, et sponsorisé par l’Occitane.

L’IMOCA « L’Occitane » est résolument différent de ses futurs concurrents. « Nous avons basé notre réflexion sur le principe d’efficience dans le cadre du Vendée Globe. Comment un homme seul dans un milieu hostile et en charge de sa propre sécurité peut-il exploiter au mieux le potentiel de son bateau ? Comment réussir à pousser le bateau tout au long du parcours et en particulier dans le Grand Sud ? C’est cette grille de lecture qui nous a amené à prendre ces choix. Nous voulons un bateau facile et homogène, qui préserve au mieux son skipper. La dernière Transat Jacques Vabre l’a encore démontré, ces nouveaux Imoca sont très rapides mais très exigeants à mener, et nombreux skippers considèrent qu’ils ne pourront pas tenir ces cadences de double en mode solo. » Sam Manuard.

Février 2018 : Démarrage des études
Septembre 2018 : Démarrage de la construction des moules
Février 2019 : Démarrage de la construction du bateau
Janvier 2020 : Mise à l’eau, soit 2 ans exactement après le démarrage du projet.

#td_uid_1_5ddc9534646f3 .td-doubleSlider-2 .td-item1 { background: url(http://www.courseaularge.com/wp-content/uploads/2019/11/PIERRE_BOURAS__bo_6374.jpg) 0 0 no-repeat; } #td_uid_1_5ddc9534646f3 .td-doubleSlider-2 .td-item2 { background: url(http://www.courseaularge.com/wp-content/uploads/2019/11/PIERRE_BOURAS_pbo_0411.jpg) 0 0 no-repeat; } #td_uid_1_5ddc9534646f3 .td-doubleSlider-2 .td-item3 { background: url(http://www.courseaularge.com/wp-content/uploads/2019/11/PIERRE_BOURAS__bo_5807.jpg) 0 0 no-repeat; } #td_uid_1_5ddc9534646f3 .td-doubleSlider-2 .td-item4 { background: url(http://www.courseaularge.com/wp-content/uploads/2019/11/PIERRE_BOURAS__bo_5868.jpg) 0 0 no-repeat; }
Imoca L'Occitane
1 de 4
Imoca L'Occitane @Pierre Bouras
Imoca L'Occitane @Pierre Bouras
Imoca L'Occitane @Pierre Bouras
Imoca L'Occitane @Pierre Bouras

Entreprendre, Oser, Chercher, Innover : ce bateau se démarque sur plusieurs points, la carène de scow, la largeur modérée, les foils déportés, le pont flush deck, le cockpit reculé, la casquette à vision frontale, des poids reculés avec le cockpit et la zone de vie très en arrière.

• La carène de scow, grâce à son étrave spatulée permet de mieux passer la mer au portant lorsque le bateau rattrape les vagues. Moins de coups de frein dans les vagues permettent d’obtenir une meilleure vitesse moyenne, tout en réduisant le stress mécanique (pics d’efforts dans les plantés) et le stress humain.

• La largeur modérée permet de réduire les surfaces développées pont/coque pour réduire la masse du bateau. C’est aussi un facteur favorable pour optimiser la jauge IMOCA (AVS et test à 180°). Bien que la largeur soit contenue, les formes de coque sont puissantes, afin de garder de la stabilité en particulier lorsque le bateau évolue à faible vitesse lors des manœuvres d’empannages notamment.

• Les foils déportés de grandes dimensions permettent de générer du RM dynamique avec peu de trainée. On se rapproche du mode de fonctionnement d’un trimaran. Les foils déportés fonctionnent dans un flux propre, décalé du train de vague de la coque. Nos foils permettent aussi d’être relevés pour ne pas trainer dans l’eau dans le petit temps lorsqu’ils sont inutiles/néfastes, ainsi que dans le gros temps où le skipper peut vouloir naviguer en mode dégradé pour sa propre sécurité.

• Le pont flush deck convexe est minimaliste, une forme simple pour que l’eau ne soit pas piégée et puisse quitter au plus vite le pont, dans le but de rester léger en navigation. Cette forme pure permet de matosser les voiles aisément en les trainant.

• Le cockpit est de petite dimension pour avoir tout sous la main sans trop se déplacer. Il est placé au plus bas pour baisser le centre de gravité du cockpit et de tout son équipement. Il est en position reculée afin de dégager beaucoup d’espace à la fois sur le pont et à l’intérieur pour pouvoir matosser efficacement. Le matossage est un réglage de performance très effectif mais demande de gros efforts de la part du skipper.

Lire la suite
61 lectures
0 commentaires

Armel Tripon dévoile son nouvel IMOCA à foils, signé Sam Manuard : "Nous voulons un bateau facile et homogène"

Après 9 mois de chantier, il est l’heure pour le chantier nantais, Black Pepper Yachts, de dévoiler l’Imoca L’Occitane, skippé par Armel Tripon. C’est désormais dans un peu moins d’an que le skipper prendra le départ du Vendée Globe à la barre de son nouvel foiler dernière génération, dessiné pour Sam Manuard et sponsorisé par l’Occitane.

image

Credit : P.Bouras

Carène de scow, foils déportés, ... place à la nouveauté

Ce bateau se démarquera sur plusieurs points, la carène de scow, la largeur modérée, les foils déportés, le pont flush deck, le cockpit reculé, la casquette à vision frontale, des poids reculés avec le cockpit et la zone de vie très en arrière.


La carène de scow, grâce à son étrave spatulée, permet de mieux passer la mer au portant lorsque le bateau rattrape les vagues. Moins de coups de frein dans les vagues permettent d'obtenir une meilleure vitesse moyenne, tout en réduisant le stress mécanique (pics d'efforts dans les plantés) et le stress humain.

La largeur modérée permet de réduire les surfaces développées pont/coque pour réduire la masse du bateau. C'est aussi un facteur favorable pour optimiser la jauge IMOCA (AVS et test à 180°). Bien que la largeur soit contenue, les formes de coque sont puissantes, afin de garder de la stabilité en particulier lorsque le bateau évolue à faible vitesse lors des manœuvres d'empannages notamment.

Les foils déportés de grandes dimensions permettent de générer du RM dynamique avec peu de trainée. On se rapproche du mode de fonctionnement d'un trimaran. Les foils déportés fonctionnent dans un flux propre, décalé du train de vague de la coque. Nos foils permettent aussi d'être relevés pour ne pas trainer dans l'eau dans le petit temps lorsqu'ils sont inutiles/néfastes, ainsi que dans le gros temps où le skipper peut vouloir naviguer en mode dégradé pour sa propre sécurité.

Le pont flush deck convexe est minimaliste, une forme simple pour que l'eau ne soit pas piégée et puisse quitter au plus vite le pont, dans le but de rester léger en navigation. Cette forme pure permet de matosser les voiles aisément en les trainant.

Le cockpit est de petite dimension pour avoir tout sous la main sans trop se déplacer. Il est placé au plus bas pour baisser le centre de gravité du cockpit et de tout son équipement. Il est en position reculée afin de dégager beaucoup d'espace à la fois sur le pont et à l'intérieur pour pouvoir matosser efficacement. Le matossage est un réglage de performance très effectif mais demande de gros efforts de la part du skipper.

imageimage
image

Un bateau facile et homogène

« Nous avons basé notre réflexion sur le principe d'efficience dans le cadre du Vendée Globe. Comment un homme seul dans un milieu hostile et en charge de sa propre sécurité peut-il exploiter au mieux le potentiel de son bateau ? Comment réussir à pousser le bateau tout au long du parcours et en particulier dans le Grand Sud ? 

C'est cette grille de lecture qui nous a amenés à prendre ces choix. Nous voulons un bateau facile et homogène, qui préserve au mieux son skipper. La dernière Transat Jacques Vabre l'a encore démontré, ces nouveaux Imoca sont très rapides mais très exigeants à mener, et nombreux skippers considèrent qu'ils ne pourront pas tenir ces cadences de double en mode solo, » explique Samuel Manuard.

AGENDA

Janvier 2020 : Mise à l’eau à Nantes
Mai 2020 : Départ de la Transat Anglaise en solitaire « The Transat » Brest /Charleston.
Juin 2020 : Transat retour en solitaire New York – Vendée.
Novembre 2020 : Départ du Vendée Globe.

Source : M.Pennaneac'h

Lire la suite
60 lectures
0 commentaires

Journées à plus de 700 milles pour Francis Joyon et ses hommes : "Nous sommes descendus plus bas que prévu"

Après un peu plus de 4 jours de course vers le Sud de l’océan Indien, Francis Joyon, son fils Corentin, Christophe Houdet, Bertrand Delesne et Antoine Blouet entament désormais une remontée vers le nord, le long des côtes de l’Ouest Australien. Deux belles journées à plus de 700 milles, tout va pour le mieux à bord d'Idec Sport. 


image

Credit : JM Liot

Francis Joyon hors quart : « Je ne fais presque rien à bord » s’amuse-t-il. « Tout le monde semble prendre beaucoup de plaisir à mener IDEC SPORT. Nous sommes descendus un peu plus bas qu’initialement prévu, la faute à cet anticyclone qui nous a contraints à nous rapprocher de l’Australie. Nous allons devoir le contourner en sa partie orientale et nous nous attendons à toucher des vents très faibles ces prochaines heures. »

Des centaines de litres d’eau dans le bateau

De la très haute vitesse accomplie sans faire le moins du monde souffrir le bateau. « Nous voulions éviter les allures au plus près du vent dans une mer formée » insiste Francis Joyon. « D’où le choix assumé de rallonger la route par le Sud. Seul petit souci à déplorer, les vibrations du bateau à vive allure ont permis l’ouverture d’un petit capot de contrôle dans le puits de dérive, et le bateau s’est instantanément rempli de plusieurs centaines de litres d’eau. »

Vous conseille : Top départ pour Francis Joyon et ses hommes, Idec Sport poursuit ses records vers le Vietnam : "Un immense plaisir"

Par la rédaction
Source : Mer et Media

Lire la suite
45 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions