• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme

Thomas Ruyant et son équipe en stand-by

C’est en patron de TR Racing, la structure technique et sportive qui préside à la destinée de son voilier Imoca Advens for Cybersecurity, que Thomas Ruyant a, en toute collégialité, débattu avec ses équipes, tant internes qu’externes, de la manière d’appréhender les mesures de confinement recommandées par les autorités. « J’ai souhaité offrir à chacun la liberté de prendre le recul nécessaire face à cette situation totalement inhabituelle, et de retrouver leur famille avec pour objectif principal la préservation de la santé de chacun. » Le chantier Lorientais est donc pour l’heure à l’arrêt, et tous les techniciens mobilisés par l’optimisation du voilier confinés en leurs foyers. Thomas profite depuis pleinement de moments rares dans la vie d’un marin, aux petits soins pour sa petite famille, tout en continuant à avancer depuis son domicile sur la partie administrative de son entreprise.

Encore un mois de travail…

« A équipe complète, il nous reste un bon mois de travail avant d’envisager pouvoir naviguer » poursuit Thomas. « Tous les « dossiers » techniques du bateau sont ouverts, aménagement du cockpit, électronique, informatique, accastillage, renforcement structurel, peinture, sans oublier les renforts sur nos foils première version. Comme pour tout un chacun, après quelques jours seulement de confinement, il est difficile de se projeter dans un avenir même à court terme. On échange donc beaucoup par téléphone et internet interposés, avec tous les membres de l’équipe, afin d’anticiper les scénarii de redémarrage, et pour ne pas être pris à froid quand l’heure du retour au chantier sonnera. »

Ne pas confondre confinement et solitude

Thomas respecte donc scrupuleusement les conseils sanitaires et de confinement. « Je joue au maître d’école avec mes deux enfants. Ce sont des moments nouveaux pour moi, et que j’apprécie à leur juste valeur. Ce confinement représente une pause singulière dans mon rythme de vie depuis plusieurs années. Pour l’instant, j’en vois tous les avantages. Cela ne ressemble en rien à la solitude du navigateur de course au large. En tant que marin, nous choisissons la solitude, car elle est le support de notre réalisation personnelle, qui s’additionne aux données techniques, sportives de notre discipline. En mer, on analyse, on décortique, on anticipe et on tend vers la plus grande réactivité. Ce qui arrive aujourd’hui à nos sociétés modernes n’a rien à voir. On subit et on attend. »

Etre prêt à redémarrer dès que possible…

L’heure n’est donc pas encore arrivée pour se livrer à de philosophiques réflexions. « Il est vrai que ce qui se passe pousse à l’introspection, sur notre société, nos modes de vie, de consommation, et comment nous impactons notre planète » avoue Thomas. « Peut-être sortira-t’il quelque chose de bon de tout cela. » Le skipper d’Advens for Cybersecurity vit un peu au jour le jour, heureux de pouvoir donner du temps et de l’attention à ses proches, de prendre un peu de hauteur aussi sur son quotidien de marin et de chef d’équipe. « Il ne faudra pas ressortir groggy, assommé de ce temps hors du temps. » ajoute t’il, « Mais au contraire, regonflé, reboosté, reposé, et avec un regard neuf sur nos tâches immédiates. Le sport et la voile en particulier demeurent des sources d’inspirations et des vecteurs d’évasion pour beaucoup d’êtres humains. Soyons prêts à leur offrir tout cela dès que possible… »

L’article Thomas Ruyant et son équipe en stand-by est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
11 lectures
0 commentaires

Une équipe 100% suisse sur la Québec Saint Malo, Justine Mettraux rejoint le duo Gautier - Koster sur le Class40 neuf

L'équipe de voile Roesti Sailing Team annonce son programme 2020 à bord de son Class40 Banque Du Léman. Un programme encore incertain au vu de la circonstance actuelle. Mais la motivation est intacte ! Les navigateurs suisses Valentin Gautier et Simon Koster s’élanceront sur la Transat Québec/St-Malo cet été, en équipage mixte, en compagnie de Justine Mettraux.

image

Credit : Th.Deregnieaux

100% suisse


Dans une ambiance particulière en ce début de saison, l’équipe 100% suisse Roesti Sailing Team dévoile son programme 2020 : la fameuse Transat Québec/St-Malo sera l'objectif principal, dès le 12 juillet 2020. Comme le reste de l'Europe, l'équipe s'est pour l'instant mise en stand-by en attendant l'amélioration de la situation, en respectant les recommandations officielles.

« Nous sommes impatients de travailler l’optimisation du bateau », raconte Simon Koster. « Nous avons terminé le chantier et voulons maintenant passer aux détails. Nous avons surtout besoin de temps sur l’eau pour apprendre à tirer le meilleur du bateau. »

Transat Québec/St-Malo

En cohérence avec le projet 100% Suisse, c’est la Genevoise Justine Mettraux qui complètera l’équipe.

« Lorsque la situation sanitaire le permettra, nous allons nous entraîner le plus possible à trois pour apprendre à fonctionner ensemble », ajoute Simon Koster. « L'objectif est d'être dans le paquet de tête et de faire une course propre, sans grosse erreur. Nous allons profiter de cette préparation adéquate pour apprendre un maximum de la part de Justine, notamment de son experience en Figaro et en Volvo Ocean Race. »

Calendrier prévisionnel 2020 Roesti Sailing Team

21 mai : Armen Race - à confirmer
Fin mai : Convoyage Québec - à confirmer
12 juillet : Départ Transat Québec/St-Malo - à confirmer
13 septembre : Normandy Channel Race

Par la rédaction
Source : MaxComm Communication

Lire la suite
9 lectures
0 commentaires

La Solo Concarneau reportée en raison du Coronavirus, l'épreuve de Figaro devait se tenir du 2 au 5 avril

En raison de la crise sanitaire sévissant actuellement, la Société des Régates de Concarneau et son partenaire Guy Cotten sont contraints de suspendre l’organisation de la Solo Guy Cotten 2020, initialement prévue du 2 au 5 avril prochain à Concarneau.


image

Credit : A.Courcoux


La Société des régates de Concarneau met tout en œuvre pour reporter cette 44e édition et fixer une date appropriée cette saison.Source : MA Prestation
Lire la suite
8 lectures
0 commentaires

La nouvelle casquette de La Mie Caline d'Arnaud Boissières a été posée avant l'arrêt du chantier

François Gabart cède sa place à Pascal Bidegorry sur The Transat : "Les saisons s’enchainent et la fatigue s’accumule"

François Gabart a décidé de mettre momentanément la compétition entre parenthèses cette saison. Un temps que le skipper du trimaran MACIF ...

image
Lire la suite
9 lectures
0 commentaires

Thomas Goyard, Jean-Baptiste Bernaz et Marie Bolou en route vers Tokyo

Malgré les restrictions sanitaires liées au Coronavirus, et parce qu’il est important de poursuivre la sélection des sportifs pour les Jeux Olympiques, la Commission consultative de sélections olympiques (CCSO) puis le Bureau Exécutif se sont entretenus par visioconférence ce jeudi 19 afin de valider la sélection de Thomas Goyard (planche à voile, RS :X), Jean-Baptiste Bernaz (dériveur solitaire, Laser) et Marie Bolou (dériveur solitaire féminin, Laser Radial) pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020.

RS :X : Thomas Goyard s’impose devant les talentueux Pierre Le Coq et Louis Giard

Originaire de Nouvelle-Calédonie, Thomas a vécu 14 ans à bord d’un catamaran avec sa famille. C’est à Tahiti que Thomas a tiré ses premiers bords en planche à voile, à 8 ans. À 18 ans, il décroche son premier titre mondial en 2010 à Chypre. Naturellement, il veut aller plus loin et s’installe à La Rochelle où il bénéficie de l’encadrement du Pôle France et de la compagnie des meilleurs planchistes. En parallèle, Thomas valide son diplôme d’ingénieur. Mais il n’y a pas que l’olympisme dans sa vie, le planchiste participe également à des compétitions de Stand Up Paddle ou de Funboard. Il manque de peu le titre mondial en foil en 2019. Ce cocktail multisports, auquel il ajoute la pratique du surf et le kitesurf, lui permet d’assurer une préparation physique et mentale optimale. Après une saison riche et une médaille de bronze lors des Mondiaux à Melbourne fin février, Thomas décroche aujourd’hui son ticket pour Tokyo. Une sélection qui aura été particulièrement intense tant le niveau de l’équipe de France de RS :X est excellent aux côtés des grands champions que sont Louis Giard et Pierre Le Coq.

Thomas Goyard, RS:X ( A.CALEDONIENNE P.A.V) :

« Cela fait quelques années que l’on donne tous le meilleur de nous-même. Cette sélection est un très grand soulagement, mais elle me rappelle que l’objectif final est d’aller décrocher une médaille à Tokyo. C’est aujourd’hui un immense honneur de pouvoir participer aux Jeux Olympiques, qui sont un objectif de vie et de carrière pour un sportif de haut niveau, même si sportivement je pense que cela a la même valeur qu’un mondial. Ça reste incroyable de pouvoir y participer. Je rêve du titre et j’ai les conditions pour y arriver, je vais viser le plus haut possible. Je serai vraiment très heureux de ramener une médaille pour la France. Cela fait 2 ans que je suis totalement focalisé sur ces Jeux Olympiques en RS :X, même si je continue à pratiquer intensément d’autres disciplines. C’est ma manière de fonctionner, j’ai besoin de varier les activités pour garder une fraicheur mentale. Avec cette situation liée au Coronavirus, il y a une grande part d’incertitude dans notre programme des prochaines semaines. Ce qui est sûr, c’est que pour performer il faut faire du sport et être heureux, je ne vais donc pas changer mes habitudes. Actuellement je suis à Nouméa en famille et je rentre dès que la situation semble viable en métropole pour m’entrainer. Je ne suis pas inquiet. »

Laser masculin : les 4e Jeux de Jean-Baptiste Bernaz, ceux de la maturité

Jean-Baptiste Bernaz, 32 ans, a déjà trois Jeux Olympiques au compteur, avec Pékin en 2008 (8ème), Londres en 2012 (10ème) et Rio en 2016 (5ème). C’est auprès de ses parents, professionnels dans le milieu du nautisme, que Jean-Baptiste s’initie aux plaisirs de la voile. Depuis 15 ans Jean-Baptiste mène ses préparations olympiques avec beaucoup de sérieux et de professionnalisme. En bonne voie pour remporter une médaille à Rio, il termine finalement à la 5ème place. Mais la détermination du Maximois reste intacte et Jean-Baptiste Bernaz flirte depuis avec le titre mondial tant convoité. Il se lance désormais dans ses 4ème Jeux Olympiques, bien décidé à décrocher la première médaille olympique du Laser français.

Jean-Baptiste Bernaz, Laser (CN Sainte-Maxime) :

« Je suis très fier de pouvoir représenter notre beau pays. Pour moi c’est une vraie fierté d’être en bleu, blanc, rouge, et avoir un double objectif : imposer mon pays, et imposer mon nom ! Il faut imaginer ce que c’est de vivre une cérémonie d’ouverture… attendre dans les coulisses du stade, entendre la Marseillaise, c’est une émotion incroyable, une reconnaissance, une fierté. On se sent comme un héros de la nation. Mais au-delà de cette euphorie, on est tous là pour aller au bout de notre mission et être au rendez-vous pour faire la meilleure des compétitions. Les Jeux Olympiques c’est un aboutissement. On ne travaille que pour ça, sans aucune autre motivation. Être sélectionné est une première étape mais je vais tout faire pour être au meilleur niveau pour cet événement planétaire. Aujourd’hui les entrainements sur l’eau sont mis entre parenthèse à cause du Coronavirus, mais ça n’enlève rien à ma détermination… j’ai 15 ans de préparation derrière moi. L’objectif est de sortir de cette période le plus en forme possible, je vais être une machine de guerre !»

Laser féminin : Marie Bolou, de Sciences Po aux J.O

Marie Bolou est née à Quimper et tire ses premiers bords à Pont-Aven aux côtés de son frère avec lequel elle suit toutes les étapes de l’école de voile jusqu’à ses 18 ans. Cap ensuite sur La Rochelle où elle intègre Sport étude avant d’intégrer Sciences Politiques. Après une grosse déception en 2016 où Marie passe à côté de la qualification pour les Jeux de Rio, la laseriste fait une pause et se consacre à ses études à Sciences Po Paris avant de s’installer à Rio avec son compagnon et y valider un MBA en ressources humaines. Aujourd’hui installée à Brest, Marie s’entraine au pôle France et a trouvé un emploi de conseillère chez Pôle Emploi. Un équilibre qui lui convient parfaitement puisqu’elle revient au plus haut niveau.

Marie Bolou, Laser Radial (SR DOUARNENEZ) :

« Je ne suis pas sûre de réaliser encore que je suis sélectionnée ! Les Jeux c’est pour moi un rêve de petite fille, je regardais toutes les épreuves à la télévision en me disant que c’était le graal. Je suis forcément heureuse de représenter la France, de vivre cette expérience avec les meilleurs sportifs du monde. C’est ma première sélection olympique après la très grande déception de Rio. Comme quoi même s’il y a eu des hauts et des bas, le travail et la détermination payent. Pour moi, l’élément déclencheur a été de me faire embaucher chez Pôle Emploi ce qui m’a apporté un vrai équilibre dans ma vie sociale, ma carrière de sportive mais aussi d’un point de vu financier. J’avais besoin d’un rythme professionnel pour me mettre dans le bain et performer. Aujourd’hui l’objectif est de donner le meilleur de moi-même, si je navigue bien comme je sais le faire, on peut rêver à une médaille, mais il y a encore du travail ! Nous avons un programme d’entrainement que nous adaptons au jour le jour. Pour le moment le confinement n’a pas trop d’impact sur ma préparation, car je dois me concentrer sur des séances d’entrainement physiques… comme en mer, on va savoir s’adapter pour performer ! ».

Rappel des étapes de sélections pour les Jeux Olympiques :

La sélection pour les Jeux Olympiques se déroule en 3 temps : l’équipe de France doit d’abord qualifier sa série. Un seul bateau est ensuite sélectionné pour les Jeux Olympiques. Tout au long de la saison, le DTN Jacques Cathelineau, le Vice-Président en charge du Haut Niveau Jean-Pierre Salou, et le Directeur de l’équipe de France Guillaume Chiellino, s’appuient sur les résultats sportifs des athlètes pour choisir ceux qui participeront aux Jeux Olympiques.
Le Bureau Exécutif du CNOSF valide la sélection des équipages et annonce les noms des athlètes.

RS:X Féminin : Charline Picon (sélection le 5 juin 2019) 470 Féminin : Camille Lecointre & Aloïse Retornaz (sélection le17 septembre 2019) 470 Masculin : Kévin Peponnet & Jérémie Mion (sélection le 17 septembre 2019) Nacra 17 : Quentin Delapierre & Manon Audinet (sélection le 9 janvier 2020) 49er : Lucas Rual & Emile Amoros (sélection le 9 janvier 2020) Laser : Jean-Baptiste Bernaz (sélection le 20 mars 2020) RS:X Masculin : Thomas Goyard (sélection le 20 mars 2020) Laser Radial : Marie Bolou (sélection le 20 mars 2020) 49er FX : série qualifiée à Auckland (Nouvelle – Zélande ) en décembre 2019 Finn : série à qualifier

Le programme de l’équipe de France 2020 (à date) :

World Cup Series 2020 :

Miami (USA) du 19 au 26 janvier 2020
Gênes (Italie) du 13 au 19 avril 2020 > annulé
Finale : Enoshima (Japon) du 14 au 21 juin 2020

Championnats du Monde 2020 :

49er, FX et Nacra : Geelong (Australie) du 17 du 8 au 16 février 2020
Laser Radial : Melbourne (Australie) du 9 au 16 février 2020
Laser Standard : Melbourne (Australie) du 21 au 28 février 2020
RS:X : Sorrento (Australie) du 23 au 29 février 2020
470 : Palma (Espagne) du 13 au 21 mars 2020 > reporté

Finn : Palma (Espagne) du 9 au 16 mai 2020

Championnats d’Europe 2020 :

470 : Hyères (France) du 2 au 9 mai 2020
RS:X : Aigro (Grèce) du 10 au 16 mai 2020
49er, FX et Nacra : Lac de Garde (Italie) du 11 au 17 mai 2020 > reporté

Eurosaf 2020 :

Palma (Espagne) du 27 mars au 04 avril 2020 > Annulé

Semaine Olympique Française à Hyères (France) du 18 au 25 avril 2020
Kiel (Allemagne) du 20 au 28 juin 2020 (selon séries)

Jeux Olympiques du 24 juillet au 9 août 2020 à Enoshima (Japon)

RS:X du 26 juillet au 01 août 2020
Laser et Radial du 26 juillet au 02 août 2020
49er et FX du 28 juillet au 03 août 2020
Finn du 28 juillet au 04 août 2020
Nacra du 29 juillet au 04 août
470 du 29 juillet au 05 août

L’article Thomas Goyard, Jean-Baptiste Bernaz et Marie Bolou en route vers Tokyo est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
9 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions