• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme

Participez à la Grande Évasion, course de voile virtuelle avec déjà 50 000 concurrents engagés !

Participez à la Grande Évasion, course de voile virtuelle avec déjà 50 000 concurrents engagés !

Ce lundi 23 mars, à 13h02, La Grande Évasion, course transatlantique en solitaire entre La Rochelle et Curaçao mettra les voiles sur Virtual Regatta Offshore. En cette période de confinement, nombreux sont les amoureux du large que la navigation démange. Ils sont ainsi d’ores et déjà plus de 50 000 joueurs à avoir validé leur inscription dans l’une des quatre catégories : Ultimes, Imoca, Class40 et Figaro Bénéteau 3. Parmi les concurrents au départ de cette transat vers le soleil des Caraïbes figurent une vingtaine de navigateurs professionnels parmi lesquels Armel Le Cléac’h, Jérémie Beyou en course avec son fils Achille, Samantha Davies, Thibault Vauchel-Camus, Louis Burton, Amélie Grassi ou encore Erwan Le Draoulec pour ne citer qu’eux.
Course Au Large y participe également en Imoca. Une bonne répétition avant le Vendée Globe virtuel.

Rappelons que les skippers professionnels qui viendront régater avec leurs fans seront certifiés et qu’ils seront intégrés au classement général et à un deuxième à part. Les amateurs, quant à eux, se voient offrir par Virtual Regatta les avantages VIP, à savoir : une partie des avantages VIP, à savoir : 15 waypoints au lieu de 9 sur la version de base, plus de programmation, une météo étendue, des prévisions de trajectoire sur 120 heures, la possibilité d’afficher 100 bateaux amis au lieu de 50, la personnalisation du fond de carte ou encore la mise à disposition des polaires du bateau.

Il est encore temps de s’inscrire pour prendre un aller simple vers le soleil et la chaleur des Caraïbes. Cliquez ici : https://www.virtualregatta.com/fr/offshore-jeu/

Lire la suite
8 lectures
0 commentaires

La Solo Maître CoQ en mode virtuel : Alberto Bona vainqueur chez les Figaristes, François Dieul au scratch

Lancée à la suite de l’annulation de l’épreuve liée à l’épidémie de Coronavirus, la grande course de la Solo Maître CoQ proposée via le jeu de simulation de régates virtuelles Virtual Regatta Offshore a rencontré un franc succès. Pas moins de 21 500 participants ont tenté leur chance. Ce samedi 21 mars à la mi-journée, après 1 jour 22 heures 18 minutes et 14 secondes, François Dieul, sous le pseudonyme Speedou.TPN, a décroché la victoire au classement Scratch. Chez les Figaristes, l’Italien Alberto Bona, le skipper de Kiniska, s’est imposé, bouclant le parcours à la 147e place au général.

image
Credit : Ch.Breschi


François Dieul. vainqueur sur Virtuel Regatta : « Je me suis régalé. J’adore ce jeu que j’ai découvert par hasard. Je ne suis pas un vieux routeur, mais simplement un vrai passionné depuis quatre ans maintenant. Le contexte de confinement m’a permis de me concentrer pleinement sur la performance. Le format (plus ou moins 48 heures, ndlr) était parfait et c’était vraiment sympa de pouvoir se confronter aux Figaristes, même si on ne savait, en fait, pas où ils étaient ».

Chez les Figaristes, Alberto Bona a, lui aussi devancé de quelques secondes seulement son dauphin. Le skipper Italien, a, de fait, joué des coudes avec Achille Nebout (BeGreen Ocean) jusque dans les dernières longueurs. « Si j’avais déjà joué par le passé à Virtual Regatta Inshore, c’était en revanche la première fois que je régatais sur Virtual Regatta Offshore. Je suis content de gagner, évidemment. Dommage que ce ne soit que virtuellement cependant (rires) !

J’ai joué le jeu du marquage avec Achille et j’ai eu un peu de chance que ça se termine par un bord tout droit. », souligne le skipper de Kiniska qui assure avoir dormi un minimum.

Classements

Scratch :
1. Speedou.TPN en 1 jour 22 heures 18 minutes et 14 secondes
2. Wassuppp@TPN (Espagne) à 42 secondes
3. Rêves de gosse à 1 minute 46 secondes
...

Figaro :
1. Alberto Bona (Kiniska) en 1 jour 22 heures 35 minutes et 05 secondes
2. Achille Nebout (BeGreen Ocean) à 57 secondes
3. Alexis Loison (Région Normandie) à 22 minutes et 53 secondes

Source : L.Lunven

Lire la suite
8 lectures
0 commentaires

Vol en Moth pour Sébastien Simon avant le confinement

François Gabart cède sa place à Pascal Bidegorry sur The Transat : "Les saisons s’enchainent et la fatigue s’accumule"

François Gabart a décidé de mettre momentanément la compétition entre parenthèses cette saison. Un temps que le skipper du trimaran MACIF ...

image
Lire la suite
12 lectures
0 commentaires

Confinement : comment marins et équipes s’organisent

Depuis mardi et l’annonce d’une période de confinement d’au moins quinze jours, la plupart des teams de course au large ont mis leur activité en suspens. Ce qui n’empêche pas les marins, notamment ceux du prochain Vendée Globe, de se préparer individuellement et, avec leurs équipes, leurs partenaires, les classes et les organisateurs, d’envisager la sortie de crise et la suite de la saison. Tip & Shaft a appelé plusieurs d’entre eux pour savoir comment ils gèrent cette période particulière.

La mise en confinement d’une grande partie de la population française depuis mardi a touché tous les secteurs d’activité, dont celui de la voile de compétition. Pour les marins et leurs équipes, il a notamment fallu brutalement interrompre des chantiers d’hiver qui, pour la plupart, étaient sur le point de se terminer. « Il ne nous restait qu’une semaine avant la mise à l’eau, mais comme nous sommes assez proches du milieu médical du fait de notre partenariat avec Mécénat Chirurgie Cardiaque, nous avons vite compris que la situation allait être très compliquée et que le mieux à faire était de tout arrêter le plus tôt possible. On a donc fermé le chantier dès vendredi soir pour limiter la propagation du virus et montrer l’exemple », explique Sam Davies, skipper d’Initiatives Cœur.

« Nous avons cessé l’activité du chantier, nous avions encore trois semaines incompressibles. Notre chance, c’est que les foils et le mât sont chez nous, nos voiles tests à Vannes chez North, il nous reste à remonter le puzzle, on n’est pas trop tributaires des prestataires extérieurs, comme d’autres le sont, ce qui va rendre les mises à l’eau compliquées », explique de son côté Jérémie Beyou. « On a pris la décision de mettre le projet en stand-by, on reprendra dans des jours meilleurs », raconte quant à lui Yves Le Blévec, qui comme les dirigeants d’autres structures comptant des salariés en CDI, a dû avoir recours à du chômage partiel. Pour Sébastien Rogues, qui travaille avec des prestataires sur son projet Primonial en Multi50, la priorité a été de rassurer ces derniers : « J’ai passé du temps à leur expliquer les dispositifs d’accompagnement annoncés par l’Etat pour les auto-entrepreneurs et les petites entreprises, des dispositifs que j’utilise moi-même pour ma structure. »

Des structures forcément fragilisées dans un contexte de grave crise économique à venir, d’autant que leurs partenaires sont tout autant touchés qu’eux. « Ils nous interrogent souvent sur la façon dont nous gérons des crises en mer, là, c’est un peu le contraire, on se demande comment des sociétés de 300 salariés font pour faire face à cette situation », explique ainsi Benjamin Dutreux. Faut-il s’inquiéter pour la pérennité de certains partenariats, sachant que les actions de sponsoring – les précédentes crises l’ont prouvé – sont souvent les premières impactées dans pareils cas ? « On n’est pas la première roue du carrosse, pas non plus forcément la dernière. Mais aujourd’hui, on s’inquiète avant tout pour nous partenaires, ils ont des priorités à gérer bien plus importantes », poursuit le skipper de Water Family.

Sébastien Rogues confirme : « On sait que nos partenaires ont d’immenses problèmes à gérer, ce n’est pas le moment de leur présenter des factures ou de les embêter avec les nôtres, je ne souhaite pas être un poids pour eux. Donc on essaie de gérer cette crise comme on gère un coup de vent en course au large : l’objectif immédiat est de préserver au mieux notre monture pour que, quand les éclaircies reviendront, on puisse envoyer de la toile super fort. On ne pourra pas dire à nos partenaires qu’on a perdu quatre mois, donc il faut emmagasiner le maximum d’avance sur ce qu’on est capables de faire pour préparer la reprise. »

« Le maître mot, ça va être de naviguer à vue, mais c’est quelque chose qu’on cultive dans notre sport, sans doute plus que dans d’autres domaines », analyse Yves Le Blévec. Le skipper d’Actual Leader est rejoint par le spécialiste du Finn, Jonathan Lobert, qui devait initialement jouer sa qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo sur les World Cup Series de Gênes, annulées : « En voile, on est habitués au fait de s’adapter aux événements et d’essayer d’en tirer le meilleur. »

Depuis mardi, tous s’organisent ainsi pour remplir leur emploi du temps. Avec un passage obligé, l’entretien physique. « Mon objectif est d’être le plus prêt possible quand on me dira que ça redémarre. J’ai récupéré quelques poids et un swiss ball, j’ai aussi commandé un home trainer sur internet qui va arriver dans les jours qui viennent », poursuit le Rochelais. Même chose pour Jérémie Beyou – « Je fais des pompes, du gainage, j’ai des ballons, un ou deux poids et mon home trainer pour rouler » – ou Sam Davies qui, avec son compagnon Romain Attanasio, invente des exercices (voir la photo ci-dessus), tout en étant « drivée » à distance par une coach sportif : « Elle m’envoie des programmes et des vidéos. C’est forcément plus difficile de se motiver que qu’en salle, mais avec Romain, on essaie de s’entraîner. »

Les deux skippers, qui préparent chacun le Vendée Globe, en profitent aussi pour mutualiser d’autres aspects de la préparation : « On liste l’avitaillement du Vendée Globe, les menus, le matos pour se filmer, les meilleures applis, on partage toutes les choses qui ne sont pas concurrentielles« , poursuit Sam Davies. Qui travaille également la météo du parcours et va profiter de la période pour se pencher sur l’analyse de performances. « Dans une petite équipe comme la nôtre, on ne peut pas tout faire. Là, on a pas mal d’enregistrements de données qu’on va avoir le temps d’analyser avec Anne-Claire (Le Berre), notre ingénieure, qui avec le chantier, n’avait pas eu le temps de travailler sur ces datas, on va pouvoir faire un travail plus approfondi que d’habitude. »

Jérémie Beyou a lui aussi prévu d’approfondir ces dossiers : « On a un planning de travail sur la météo et sur la performance. On sort d’une semaine météo avec le Pôle (de Port-la-Forêt), je vais avoir le temps de mettre mes notes au propre et d’assimiler tout ça. On profite aussi de la période pour se pencher sur notre organisation et nos méthodes de travail. » Mais également pour penser à la suite de la saison, d’où un échange fréquent avec les organisateurs de courses et les représentants des classes.

Des conférences téléphoniques ont ainsi eu lieu ce vendredi entre les classes et OC Sport Pen Duick, à propos de The Transat CIC, l’idée étant d’étudier « différentes hypothèses » en termes de dates et de parcours. « L’option Etats-Unis semble fermée, ils aimeraient bien conserver les mêmes partenaires, à savoir Brest et le CIC, pour mettre en place un projet alternatif. Après, je ne te cache pas que ça risque de ne pas avoir la même dimension ni la même aura que The Transat », explique Yves Le Blevec. Joint vendredi au sortir de quatre heures d’entretiens avec les classes, Herve Favre, directeur général d’OC Sport Pen Duick, nous a confié : « Les divers scénarios envisagés présentent des avantages et des inconvénients différents selon les classes, si bien qu’on n’a pas aujourd’hui un consensus très clair. Mais tous sont dans l’état d’esprit de trouver une solution pour qu’un événement ait lieu en 2020, d’autant qu’on ne sait pas ce qui se passera en 2021. Donc on va continuer à travailler pour rapprocher les positions des uns et des autres. »

Pour Jérémie Beyou, qui ne devait pas participer à The Transat CIC mais avait prévu de courir la Transat New York-Vendée-Les Sables d’Olonne, « ce n’est pas la date de fin de blocus qu’il faut regarder, c’est l’écart entre cette date et le départ d’une course. Il faut prendre en compte l’état général de la flotte, avec des bateaux prêts et d’autres toujours en chantier voire même en construction pour Corum, il faut faire attention à laisser le temps à chacun de se préparer. De notre côté, l’objectif est vraiment de faire tout un protocole de tests avant d’aller régater, on ne veut pas le raccourcir car il a une plus-value énorme. Si on n’a pas ce temps, est-ce qu’on prendra le départ ou non d’une course ? Je n’ai pas la réponse. »

Autorité organisatrice de la Transat New York Vendée-Les Sables d’Olonne, l’Imoca n’a pour l’instant pas urgence à se prononcer sur une course dont le départ doit être donné dans trois mois. « Aujourd’hui, on est tous en train de prendre le choc en pleine figure et de le digérer, j’espère que d’ici une, deux ou trois semaines, on pourra se projeter vers la sortie du tunnel et amorcer une reconstruction, confirme son président, Antoine Mermod. Ce qui est sûr, c’est qu’on a une ville d’arrivée qui est à fond, un concept, à savoir une transat, peut-être qu’il faudra changer la ville de départ, mais faire une course de voile entre le 15 et le 30 juin avec 27 bateaux n’est aujourd’hui pas inenvisageable. »

Tous les scénarios sont donc possibles dans les mois qui viennent pour des marins qui profitent, enfin, de cette période pour se reposer et vivre en famille. « C’est ma troisième préparation olympique, ça fait plus de quinze ans que je suis au moins la moitié de l’année hors de la maison, explique Jonathan Lobert, père d’une petite fille de 5 ans. Alors, le fait de me retrouver tranquille, en famille, sans le stress permanent des entraînements et des régates, j’ai l’impression de prendre une grosse bouffée d’oxygène. » Sam Davies conclut : « Avec Romain, on avait imaginé qu’on n’allait pas trop se voir en cette année de Vendée Globe et qu’on serait chacun son tour à la maison pour s’occuper de Ruben (leur fils), du coup, on en profite vraiment. »

Photo : Sam Davies

Nos articles sont publiés en avant-première chaque vendredi dans notre newsletter, quelques jours avant leur parution sur le site. Abonnez-vous ici, si ce n’est pas déjà fait 🙂

S’ABONNER GRATUITEMENT

L’article Confinement : comment marins et équipes s’organisent est apparu en premier sur Tip & Shaft.

Lire la suite
11 lectures
0 commentaires

À nos lecteurs : voilà ce que Tip & Shaft va faire

Depuis mardi, comme tout le monde, Tip & Shaft est passé en mode confiné + télétravail – ce qui n’a rien de nouveau pour nous puisque l’équipe est répartie sur plusieurs sites depuis ses débuts.

Comme beaucoup d’entreprises, aussi, Tip & Shaft est durement touchée par cette crise, aussi soudaine que violente : à quelques jours d’intervalle, nous avons dû reporter Tip & Shaft/Connect puis l’édition lorientaise de Wind, tandis que nos autres sources de revenus (publicité, formations) sont également très impactées.

Mais nous travaillons d’arrache-pied à trouver des solutions pour continuer à vous proposer des contenus de qualité et nous poursuivons le développement de nos projets.

La vraie question aujourd’hui, pour nous, est la suivante : que pouvons-nous faire pour nos lecteurs – professionnels comme passionnés – et la communauté des courses à la voile, alors que notre sport préféré est suspendu pour une période indéterminée ?

Voilà donc ce que nous allons faire pendant cette période spéciale :

1⃣ Continuer à vous informer : Tip & Shaft sortira chaque vendredi par e-mail, dans un format un peu différent, que nous adapterons chaque semaine en fonction de l’actu, avec, notamment, la rediffusion de nos podcasts.

2⃣ Vous permettre de vous évader : à partir de lundi, nous diffuserons chaque jour à 9h par e-mail, Tip & Shaft/Story, une série consacrée à la genèse du Vendée Globe, tirée du livre-enquête Le Roman du Vendée Globe. À 7 mois et demi du tour du monde en solitaire, il est temps de préparer l’échéance ! Pour le recevoir, c’est par ici : https://bit.ly/2QAdG5X

À partir de lundi également, nous vous proposerons chaque jour en fin d’après-midi ici un lien vers un film de voile de compétition : Internet regorge de pépites et nous allons partir à la chasse pour vous.

3⃣ Soutenir et mobiliser la communauté : nous avons décidé d’offrir des espaces de publicité dans Tip & Shaft aux entreprises du secteur touchées par la crise : en cette période de confinement, les médias numériques voient leur audience augmenter fortement, si vous avez besoin de communiquer, c’est le moment de le faire.

Nous avons choisi de réserver ce coup de pouce aux TPE qui n’ont jamais annoncé dans Tip & Shaft et qui réalisent moins de 500 k€ HT de CA. Pour en profiter, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. Et si vous souhaitez annoncer normalement, vous êtes les bienvenus aussi, nous en avons besoin 😉

Le Mercato, la rubrique la plus lue de Tip & Shaft, dont une partie est payante, devient gratuite le temps du confinement.

Comme vous le savez, les masques FFP2 manquent au personnel soignant, en particulier en ville. Comme certains l’ont déjà fait, nous encourageons les chantiers, les équipes et les prestataires qui en ont en stock à en donner – dans la mesure du possible, même en petite quantité. À Lorient, nous pouvons centraliser les dons et les transférer aux médecins via la Maison médicale de garde Garmor qui regroupe 70 généralistes, n’hésitez pas à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

En attendant, prenez soin des vôtres et #restezchezvous.

Toute l’équipe de Tip & Shaft

Si vous n’êtes pas encore abonné à Tip & Shaft, c’est par ici (gratuit) : https://www.tipandshaft.com/abonnement/

📸 Jean-Marie Liot

L’article À nos lecteurs : voilà ce que Tip & Shaft va faire est apparu en premier sur Tip & Shaft.

Lire la suite
12 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions