• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme

350 coureurs pour une reprise sportive

Avec le mois d’octobre revient traditionnellement le Challenge d’Automne de la Société Nautique de la Trinité-sur-Mer (SNT). Ce week-end avait lieu l’épisode I de quatre week-ends de régate acharnée dans la baie de Quiberon. Pour ce premier volet, 350 coureurs ont répondu présents dans des conditions soutenues.

Samedi, toutes les séries ont réalisé un parcours côtier dans une quinzaine de nœuds de vent. Les IRC A, IRC B et IRC Double ont parcouru 18 milles dans la baie de Quiberon pendant que les IRC C, Mach 6.5, Open 7.50, Osiris Habitable, Mini 6.50 et Grand Surprise se lançaient pour 15 milles vers Nord et Sud Quiberon puis les Bugalets.
Dimanche, les IRC A, IRC B, IRC Double et Mini 6.50 repartaient pour un parcours côtier de 17 milles dans 15 à 18 nœuds de vent avec des rafales à 35 nœuds en fin de matinée. Le reste de la flotte a bataillé sur deux parcours techniques.

En IRC A, les grands habitués Jean-Claude Nicoleau et Nicolas Loday sur Codiam ont réalisé un week-end parfait. Ils remportent les deux manches et prennent la tête du général devant le non moins fidèle Alain Foulquier sur Saga. Nicolas Groleau (Bretagne Télécom) complète ce podium de haut vol.

Jean-Yves le Goff, toujours très en forme sur Realax, s’adjuge la victoire haut la main en IRC B, devant deux JPK 10.10. Benoît Rousselin (Delnic) et Eric Bastard sur Ishsha ont bataillé ferme pour tenter de s’imposer devant le vainqueur de la Duo Cat-Amania 2019, sans succès.

C’est également un carton plein en IRC C, pour Gildas le Barazer. Tout aussi à l’aise sur le parcours côtier que sur les parcours techniques, il écrase la concurrence sur son X 302 Frasquita. Philippe Wallon (Aubépine) et Olivier Kayser (Nuage II) devront batailler ferme dans les semaines à venir pour réduire l’écart.

Les IRC Double ont une nouvelle fois répondu à l’appel en nombre. Ludovic Menahes (Adeosys) remporte ce Challenge d’Automne qui était le premier pour lui et son co-équipier. Ils mènent devant Alain Peron (Un Papillon contre l’Eczema) qui a été très régulier. Patrick Isoard (Uship) prend la troisième place, de justesse devant Jean-Philippe Cau (Of Course), ex aequo en points.

Erwan Lebeau (Souezhadenn) s’impose en Osiris Habitable en réalisant un beau week-end, dont une victoire sur le parcours côtier. Patrick Roussel (Gauvain), très régulier, le talonne de près, suivi par Eric Delamare (Badboy) qui s’adjuge la victoire lors de la dernière manche.

Les Mach 6.5 n’ont couru que la manche de samedi, les conditions de dimanche étant un peu trop soutenues pour ces sportboats. Agitation Perpétuelle, le Django 6.70 de Jérôme Cosse a été le seul de la flotte à courir les trois manches, il se place donc en première position du classement. Manu Guedon (West Paysages – Le Carré 56) prend la deuxième place en remportant le côtier de samedi devant Jérôme Outin (MichMach).

Pendant que leurs petits copains sont en approche des Canaries pour la première étape de la Mini Transat La Boulangère 2019, trois Mini 6.50 se sont alignés au départ de ce Challenge de Printemps. Matthieu Lacharme (Poulparayure) sort victorieux du week-end. Il se place devant Alex Marmorat (Desire) et David Juhel (Grand Océan) qui n’ont pas pu terminer la deuxième manche.

En Grand Surprise, François Molinari (Sacripant) s’est senti un peu esseulé suite à la défection de Lionel Cazali (Lascar). Il remporte donc sans grande surprise (!) ce premier Challenge d’Automne 2019.

Ludovic Menahes – vainqueur en IRC Double : “C’était parfait ! C’est notre première participation au Challenge d’Automne de la SNT et nous sommes ravis. L’ambiance est bonne, c’est très sympa. Nous naviguons en double avec David le Goff sur Adeosys depuis le mois de mars. C’est une longue amitié entre nous, nous étions équipiers en 420 quand nous étions plus jeunes. Nous sommes très contents de gagner devant les autres équipages contre qui nous avons navigué toute la saison. Nous avons eu de la chance avec la météo car aujourd’hui la bascule de vent est arrivée au bon moment pour nous. Cela nous a permis de remporter la manche en temps réel et en temps compensé, un beau cadeau d’anniversaire pour David. Des week-ends comme ça, on en voudrait plus souvent et nous avons hâte d’être dans quinze jours!”

Rendez-vous les 26 et 27 octobre pour l’épisode II du Challenge d’Automne de la SNT.

L’article 350 coureurs pour une reprise sportive est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
3 lectures
0 commentaires

Mini-Transat. Ambrogio Beccaria premier en Série

Mini-Transat. Ambrogio Beccaria premier en Série

Ambrogio Beccaria à bord de Geomag (943) s’est imposé sur cette première étape en bateau de Série avec son Pogo 3 et termine 4e de l’étape. Il a franchi la ligne d’arrivée de la première étape de la Mini-Transat La Boulangère ce lundi, à 6 h 30 min 07 sec (heure française) à Las Palmas de Gran Canaria. Son temps de course est de 8 j 19 h 52 min 07s. Sa vitesse moyenne sur le parcours théorique de 1 350 milles depuis La Rochelle est de 6,32 nœuds.
Son Pogo 3 devance

 » Je suis très content. Je ne pensais pas être en tête. Je pensais avoir perdu. J’ai découvert à la fin que j’étais en tête. Je me disais, si je fais 3 c’est bien. L’étape a été très variée, très dure pour les nerfs. Dégolfer était très compliqué puis les conditions d’arrivée dans la pétole c’était dur. J’attends de voir à combien seront les suivants.« 

Lire la suite
1 lectures
0 commentaires

Mini-Transat. Tanguy Bouroullec 3e en proto sur son Pogo Foiler

Mini-Transat. Tanguy Bouroullec 3e en proto sur son Pogo Foiler

Tanguy Bouroullec à bord de Cerfrance termine 3ème 26 minutes après le vainqueur. Le Pogo Foiler mis à l’eau tardivement a montré un beau potentiel. « Je suis très content d’être arrivé et de faire un podium ! Ce fut un très gros finish avec Axel et François. Il y a eu beaucoup de suspense sur la fin. Ce n’est pas passé pour moi mais l’écart n’est pas catastrophique. Ça fait 3-4 jours que j’essayais de remonter pour limiter la casse en temps car je savais que François avait de l’avance. J’ai pris du retard lorsque j’ai déchiré mon spi médium le long du Portugal. J’ai donc terminé l’étape sous-toilé. On arrive tous les trois ensemble à Las Palmas, Axel avait 7 milles de retard il y a quelques heures et il nous double juste à la fin, c’est assez fou ! Après François et Axel ont terminé en match race deux milles devant moi. Au final ça me fait 26 minutes de retard, donc ça va, je prends. Tout reste à faire dans la deuxième étape ! La sortie du golfe de Gascogne n’a pas été facile. On s’est pris deux fronts. Ensuite dans les alizés portugais la mer était vraiment violente. J’ai eu un peu de casse. Ce n’était pas facile. Pendant deux jours et demi c’était assez dur, il fallait réussir à réduire pour ne pas tout casser. Après le reste de la première étape a été assez paisible. Il fallait s’accrocher pour réussir à remonter sur François, mais les conditions étaient sympathiques. Un peu de vent et du soleil, parfait pour finir ! Je n’ai pas trop pu exploiter les foils. Je ne suis pas allé voler dans les alizés portugais, j’essayais plutôt de freiner pour ne pas casser. Mais bon ils ont quand même servi un peu, notamment pour essayer de revenir sur François, j’étais bien calé sur le foil et ça avançait bien. »

Lire la suite
1 lectures
0 commentaires

Mini-Transat. François Jambou 2e : « Une étape difficile »

Mini-Transat. François Jambou 2e : « Une étape difficile »

François Jambou à bord de Team BFR Marée Haute Jaune deuxième à 6 min 22 secondes après le vainqueur, Axel Tréhin: « J’ai trouvé cette étape difficile. La pétole est compliquée moralement. La descente le long du Portugal était musclée et il y avait vraiment moyen de tout casser. Le bateau faisait des bonds, je n’avais jamais vu ça. Les vagues étaient vraiment raides, j’avais l’impression que le bateau allait s’ouvrir à chaque fois. J’avais une belle avance, jusqu’à 40 milles. Quand je suis arrivé devant Gran Canaria il y avait 10 nœuds de vent, je ne voyais personne à l’AIS. Je pensais que j’avais course gagnée. Mais ça ne s’est pas du tout passé comme ça. Axel et Tanguy sont revenus par derrière avec la pression, je n’ai rien pu faire. Axel est arrivé à 8 nœuds et j’étais à 0. J’ai redémarré quand il était à côté de moi et je n’avais pas la bonne voile. C’est dur d’arriver 2e quand tu as mené cinq jours. Mais c’est aussi ça qui est beau dans la course au large, le fait qu’il y ait des rebondissements. ​​​​​C’est une régate, on a tous envie de gagner la manche. Mais je suis 2e et je ne vais pas faire le rabat-joie. J’ai été vaincu par un très bon marin. L’objectif de départ est atteint, je suis encore dans le coup. Nous sommes à égalité avec Axel et Tanguy. La victoire reste carrément jouable. J’ai la niaque pour la deuxième étape. »

Lire la suite
0 lectures
0 commentaires

Mini-Transat. Belle victoire sur le fil d’Axel Tréhin

Mini-Transat. Belle victoire sur le fil d’Axel Tréhin

Le scénario final de cette première étape aura été incroyable avec 3 protos au coude à coude jusqu’à l’arrivée avec des conditions météos favorisant le suspens jusqu’à tard dans la nuit. C’est finalement, Axel Tréhin à bord de Project Rescue Ocean qui l’emporte en franchissant la ligne d’arrivée le premier ce lundi à 4h36 min 28 secondes (heure française) à Las Palmas de Gran Canaria après 8 jours 17 heures, 58 minutes de course à une vitesse moyenne de 6,37 nœuds.
Il était suivi 6 minutes plus tard par François Jambou à bord de Team BFR Marée Haute Jaune que l’on pensait voir gagner après avoir compté près de 30 milles d’avance 24 heures avant. Tanguy Bouroullec à bord de Cerfrance prend la troisème marche du podium en coupant la ligne d’arrivée à 5h02 (heure française).


Premières réactions d’Axel Tréhin : « Cette première étape a été très complète. Il y a eu du vent, moins de vent, du près, du portant, un poil de reaching… Il y a eu du placement de la stratégie et des moments où il fallait faire de la vitesse. Les conditions étaient compliquées et il y avait des coups à jouer. C’était hyper intéressant. On s’attendait à avoir du tout droit assez rapide après le cap Finisterre. Au final le jeu s’est ré-ouvert. Il fallait être polyvalent. Je commençais à me morfondre hier en voyant la nuit tomber. Je me disais que François (Jambou) et Tanguy (Bouroullec) étaient arrivés avant que le vent mollisse. Mais j’ai entendu causer à la VHF et compris qu’ils étaient collés l’un à côté de l’autre. Ça m’a fait un bien fou ! Je me suis calé à leur droite et le nouveau vent est justement venu de la droite. Je suis revenu avec de la pression, quasiment à égalité. Et au dernier moment il y a eu une grosse droite, un cadeau du ciel. Terminé bonsoir ! ​​​Les écarts sont très faibles avec François et Tanguy. On est à égalité, mais c’est moi qui ai gagné ! Ça fait du bien pour la suite. C’est mieux que la dernière fois, où j’avais fini 2e de la première étape. Maintenant place à la suite ! Je veux faire une belle deuxième étape pour finir le job. Personne ne se fera de cadeau, ce sera aussi une belle bagarre, je ne suis pas inquiet ! »

 

Lire la suite
0 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions