• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme

Retour sur la Rolex Fastnet Race 2019, les records tombent pour cette 48ème édition

La 48e Rolex Fastnet Race s'est clôturé pour les 388 bateaux au départ, contre 362 en 2017. Avec des schémas météos très inhabituels, cette édition 2019 a été rapide, faisant tomber de nombreux records, en allant des Ultimes aux Sigma 38. 


image

Crédit : M Keruzoré


La course fut une superbe occasion pour les unités à la pointe de la technologie, comme les Ultimes, les IMOCA 60 et les Class40, de naviguer aux côtés de l’immense flotte IRC, à la conquête de la plus prestigieuse récompense de l’épreuve : la Fastnet Challenge Cup.

Gitana 17, vainqueur Ultim

Tout le monde savait que les Ultimes seraient les plus rapides, mais personne n’aurait pu prédire une course aussi serrée entre ces maxis trimarans volants.

Le Maxi Edmond de Rothschild qui menait la course jusqu’au Rock, s’est fait doubler ensuite par le trimaran MACIF de François Gabart, qui semblait avoir désormais course gagnée. Une dernière option sur l’ultime empannage a permis à Gitana 17 de s’envoler vers la victoire et de franchir la ligne 58 secondes devant Macif. Charles Caudrelier, co-skipper sur le Maxi Edmond de Rothschild, commentait : « « C’est toujours plaisant de battre François car c’est un des marins les plus réputés en multicoque, qui dispose d’un très bon bateau et d’une très bonne équipe. Notre bateau est parfois plus rapide dans certaines conditions, mais ils se sont améliorés en vitesse et naviguent très bien. C'était une grosse bagarre - très amusante ! »

Belle bagarre en monocoque

Derrière, la bagarre faisait également rage entre le plus expérimenté Rambler 88 et le plus long SHK Scallywag pour décrocher les honneurs en monocoque. La première nuit, les deux équipages sont descendus trop sud, permettant au VO70 Wizard de David et Peter Askew de prendre les devants. SHK Scallywag reprenait la tête de la course devant le Cap Lizard, mais la taille et la puissance de Rambler 88 lui permettaient de reprendre la tête et d’enrouler le Fastnet avec 17 minutes d’avance en établissant un nouveau record de 26 heures 45 minutes et 47 secondes, sans toutefois battre le record en monocoque de l’Abu Dhabi Ocean Racing en 2011.

En temps compensé, c’est finalement Wizard qui l’emporte en IRC Z avec 45 minutes d’avance.

Vitesse de l'IMOCA Charal

Pour les vingt IMOCA 60 engagés, la course a effectivement repris ses droits aux Scillies. Jérémie Beyou et Christopher Pratt sur Charal ont pu faire une démonstration de la vitesse exceptionnelle de leur foiler dernière génération en accentuant leur avance de 2 à 15 milles nautiques sur la traversée de la mer Celtique.

Même si la flotte des Imoca avait tendance à se resserrer avant l’arrivée à Plymouth, Charal a pu conserver le leadership en couvrant ses arrières et remportait l’épreuve dans sa catégorie, en 2 jours 1 heure et 32 minutes.

Kevin Escoffier, ravi de sa première participation à une course en tant que nouveau skipper de PRB, a pris la deuxième place avec Nicolas Lunven en franchissant la ligne 23 minutes plus tard, et quatre minutes avant Banque Populaire, skippé par Clarisse Cremer, accompagnée d’Armel Le Cleac’h.

En Class40

Les leaders en Class40 sont eux arrivés au milieu de la flotte des IRC Z et avant même quelques Imoca. La concurrence était bien présente dans cette flotte de 19 bateaux. Luke Berry, avec Corentin Douguet et Fred Denis, ont repris l'avantage sur le bord de reaching jusqu’à Bishop Rock et en plein match-race jusqu’à la ligne, remporte l’épreuve à moins du trois minutes du deuxième.

En IRC

En IRC 1, le Ker 46 Tonnerre de Glen du Français Dominique Tian et Ino XXX de James Neville ont mené la régate sur l’eau mais sont finalement battus en temps compensé par deux plus petits concurrents - L'Ange de Milon de Jacques Pelletier qui termine 30 minutes devant Lann Ael 2 de Didier Gaudoux, vainqueur toutes classes de la Rolex Fastnet Race 2017.

Ce n’est pas un hasard si Géry Trentesaux et son JPK 11.80 Courrier recommandé remportent les honneurs en IRC 2. Cette année, le marin a bouclé le parcours en franchissant la ligne 2 heures et 28 minutes avant le MC34 de François Lognone, Nutmeg Solidaire En Peloton, en IRC. Parmi les plus gros et plus rapides bateaux en IRC 1, seuls huit bateaux avaient auparavant franchi la ligne.

En IRC 4, le vainqueur ne fut pas une grande surprise. Le Foggy Dew de Noel Racine a remporté 4 fois le trophée dans cette plus petite catégorie sur les 8 dernières éditions du Fastnet. En revanche, contrairement aux vainqueurs en IRC 1 et 3, qui naviguaient sur de nouveaux bateaux, son JPK 10.10 est le même depuis 2011. Il gagne avec une avance respectable d’1 heure et 9 minutes devant son sistership Gioia d’Emmanuel & Etienne Pinteaux.

Le vainqueur dans la catégorie multicoques MOCRA est le très convoité catamaran TS42 Guyader Gastronomie de Christian Guyader.

Wizard (ex-Groupama 4), grand vainqueur de la Rolex Fastnet 2019

En fin de compte, le vainqueur de la Rolex Fastnet Race cette année met un terme à la domination française depuis trois éditions : les Askews et leur magnifique Wizard, ex-Groupama 4 de Franck Cammas, vainqueur de la VOR 2011-12. Les deux frères de Baltimore continuent leurs séries de victoires après la Newport Bermuda l’année dernière, la RORC Caribbean 600 et la Transatlantic Race 2019 avec Charlie Enright, deux fois vainqueur de la Volvo Ocean Race, en skipper, Will Oxley à la navigation, et d’autres grands marins dont Rob Greenhalgh et Richard Clarke.

" Remporter la course est incroyable", a déclaré David Askew. "De toute évidence, la Rolex Fastnet Race est le plus grand événement en course au large au monde. Son histoire est magnifique et remonte à bien avant ma naissance, et pourtant je suis un vieil homme!"

Source : RORC

Lire la suite
11 lectures
0 commentaires

Benjamin Schwartz en tête du championnat de France Elite : "Satisfait pour ma première saison en solitaire !" - Figaro

Le plateau avait beau être réduit, le niveau n’en était pas moins affecté : « Même si nous n’étions ‘que’ 16, le plateau était de qualité. C’était intéressant de jouer avec ces concurrents et forcément, quand tu as moins de monde, tu as moins de pression. »

Ce qui lui aura notamment permis de tester plus de choses pendant ses navigations, comme ses trajectoires, ou ses choix de voiles: « Je me sentais un peu plus libre que sur la Solitaire et j’ai trouvé des boutons sympas en terme de vitesse, notamment dans le medium. »

Certes déçu de ne pas monter sur le podium, le skipper relativise en se disant qu’il a construit sa saison comme il le pouvait, puisqu’il travaille en parallèle pour la financer : « Dans ces conditions, je suis content de ce que je fais. »

Benjamin Schwartz en tête du championnat de France Elite de course au large

Cette 4e place lui permet de prendre la tête du championnat de France Elite de course au large. Benjamin Schwartz : « Ce n’était pas un objectif en début de saison, mais plus on s’en approche, mieux ça se présente ! »

La régularité du skipper de Action Contre la Faim tout au long de la saison a également payé : « Je n’ai jamais fait de coup d’éclat, mais je suis satisfait pour ma première saison en solitaire ! »

Benjamin Schwartz sera fixé au terme de la dernière épreuve du circuit, le Tour de Bretagne. Il le courra aux côtés de Fabien Delahaye, à bord de Loubsol : « Ça nous paraissait naturel de le faire ensemble puisque nous sommes tous les deux au Hub et nous avons tous les deux envie de bien faire. »

Une dernière semaine de course sur le circuit Figaro avant de savoir s’il est le premier bizuth champion de France de course au large.

Source : Rivacom

Lire la suite
8 lectures
0 commentaires

Clap de fin sur la Douarnenez Gijon, il est déjà l'heure du bilan - Figaro

La remise des prix de la Douarnenez Courses Solo Gijón s'est tenue ce vendredi à la Maison du Nautisme de Tréboul. Ce dernier rendez-vous était l’occasion pour les coureurs de faire le bilan de ces deux semaines de compétition. 

image

Crédit : F Van Malleghem

Les étapes hauturières validées

Les solitaires ont tenu à insister, c’est le grand intérêt de la deuxième étape Gijón – Douarnenez en passant par le Fastnet. Même si le jeu est resté relativement fermé tactiquement, la faute à une direction du vent assez stable, les opportunités de creuser le trou ont été réelles, tant les conditions ont été variées : du vent fort aux brises évanescentes, du soleil à la pluie battante, les solitaires ont dû s’adapter en permanence. Paradoxalement, c’est dans le tronçon entre le Fastnet et Douarnenez que les options de route ont été les plus marquées. Mais au final, ces quatre jours de mer avalés à bonne vitesse ont reçu l’assentiment de tous.

Un Championnat de France inédit

La Douarnenez Courses Solo Gijón était la deuxième épreuve la plus cotée du Championnat de France de Course au Large. En participant à l’épreuve douarneniste, certains coureurs ont pu ainsi se placer. Benjamin Schwartz (Action contre la Faim) est quasiment assuré de remporter le titre, Xavier Macaire (Groupe SNEF) de finir vice-champion de France. Pierre Leboucher (Guyot Environnement) complète le podium. Enfin Tom Laperche (Bretagne CMB Espoir) se hisse en quatrième place avant le Tour de Bretagne à la Voile, dernière épreuve de la saison affectée d’un coefficient un. Deux bizuths dans le top 5, c’est aussi le signe d’un profond renouvellement de la classe Figaro Bénéteau.

Et demain

Les coureurs présents ont manifesté leur attachement à Douarnenez. Resteront à résoudre les problèmes de calendrier. C’est peut-être une opportunité pour de nouvelles manifestations, qu’il faudra creuser pour l’avenir.

Classement général :

1 Xavier Macaire (Groupe SNEF) en 7j 10h01:19
2 Tom Laperche (Bretagne CMB Espoir) en 7j 11h26:35, écart au premier 01h25:16
3 Pierre Leboucher (Guyot Environnement) en 7j 12h25:15, écart au premier 02h23:56
4 Benjamin Schwartz (Action contre la faim) en 7j 12h39:28, écart au premier 02h38:09
5 Loïs Berrehar (Bretagne CMB Performance) en 7j 12h45:44, écart au premier 02h44:25
La suite, ici

Source : L Lunven

Lire la suite
11 lectures
0 commentaires

Test Event au Japon pour les athlètes, grande répétition générale un an avant les Jeux de Tokyo

Jusqu'au au 22 aout, les athlètes de l’équipe de France de voile olympique se retrouvent sur le plan d’eau olympique d’Enoshima, au Japon, pour participer au dernier « Test Event », la grande répétition générale un an avant les Jeux de Tokyo 2020. 


image

Credit : Sailing Energy 

Pour les organisateurs comme pour les sportifs, l’objectif de ce rendez-vous est de se mettre dans des conditions très proches de celles qu’ils rencontreront l’an prochain lors des Jeux Olympiques. Un seul équipage français a été sélectionné pour chacune des 10 séries olympiques.

A noter : la sélection pour les Jeux Olympiques est en cours et la présence au Test Event n’est pas un gage de participation aux Jeux.

Seule Charline Picon (RS: X) est déjà officiellement sélectionnée par le Bureau Exécutif du CNOSF pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020.

Liste des équipages sélectionnés :

RS : X femmes : Charline Picon (SR Rochelaises)
Laser : Jean-Baptiste Bernaz (CN Sainte-Maxime)
Finn : Jonathan Lobert (SR Rochelaises)
49er : Mathieu Frei (SR Calédonienne) et Noé Delpech (YCPR Marseille)
49er FX : Lili Sebesi (SN Marseille) et Albane Dubois (GGVLS Gravelines)
Nacra 17 : Quentin Delapierre (EV Cataschool) et Manon Audinet (St Georges Voile)
RS : X hommes : Thomas Goyard (SR Calédonienne)
Laser Radial : Marie Barrué (COYCH Hyères)
470 hommes : Kevin PEPONNET (SR Rochelaises) et Jérémie MION (SR Havre)
470 femmes : Camille LECOINTRE (SR Brest) et Aloïse RETORNAZ (SN Sablais)

Le programme du Test Event :

Du 17 au 20 aout : courses de qualification
21 aout :
- Medal Race pour les RS :X, 49er et 49er FX, Nacra 17
- courses de qualification pour les Laser, Laser radial, Finn et 470
22 aout : Medal Race pour les Laser, Laser radial, Finn et 470

Source : FFV

Lire la suite
8 lectures
0 commentaires

Qualif' en poche pour Cammas et Caudrelier sur Gitana 17, rendez-vous le 3 novembre pour la Brest Atlantiques

Le nouvel IMOCA Apivia a rejoint Port la Forêt, Charlie Dalin : "Toute l'équipe a fait un superbe travail"

Mis à l'eau la semaine dernière à Lorient, Apivia a rejoint ce soir son port d'attache de Port la Forêt. Après les tests statique...

image
Lire la suite
8 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions