• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme

32 inscrits à la Solo Guy Cotten 2020 !

Ils seront 32 navigateurs et navigatrices solitaires à s’élancer ce jeudi 6 août à 15h de Concarneau sur la Solo Guy Cotten. Un plateau dense et un parcours riche pour ces skippers en Figaro Bénéteau 3, désireux de se jauger une dernière fois avant la Solitaire du Figaro ! Même si le programme habituel est légèrement modifié en raison du protocole sanitaire ; la convivialité, la bonne humeur et la compétition sportive seront clairement au rendez-vous !

Revue d’effectif

C’est un superbe plateau que nous offre cette 44e édition ! Une flotte complète, comptant aussi bien dans ses rangs 7 jeunes bizuths faisant leurs armes sur l’exigeant circuit Figaro Bénéteau que les habitués à la course au large en solitaire. Cette année, Elodie Bonafous, Violette Dorange, Robin Follin, Marc Mallaret, Erwan Le Draoulec, Keneth Rumball et Nils Palmieri jouent en effet le rôle des ‘petits nouveaux’ du circuit. Ils viendront se frotter aux skippers aguerris, à l’instar de Yann Eliès, Gildas Mahé, Corentin Douguet, Xavier Macaire ou Fred Duthil, pour ne citer qu’eux. Il faudra également surveiller de près les jeunes en puissance, comme Sam Goodchild, Tom Laperche, Pierre Leboucher ou encore Pierre Quiroga, qui ont trusté les premières places des deux épreuves du début de saison. Notons enfin la présence de 6 skippers internationaux : Tom Dolan et Keneth Rumball (Irlandais) Jack Boutell (Australien) , Nils Palmieri (Suisse) et enfin Sam Goodchild, Phil Sharp et Alan Roberts (Britanniques).

Avec 32 Figaro Bénéteau inscrits, la Solo Guy Cotten conforte clairement sa position d’épreuve incontournable du circuit Figaro.

Les parcours envisagés

Trois parcours différents  ont été présentés ce matin aux navigateurs : le parcours 1 de 380 milles nautiques, le 2 de 335 milles nautiques et enfin le parcours 3 de 270 milles nautiques. La Direction de Course communiquera aux coureurs le parcours retenu mercredi en fin de journée, en fonction des conditions météo attendues. Lois Berrehar, skipper de Bretagne CMB Performance, nous livre sa première analyse de la situation météo : « Selon les fichiers, à aujourd’hui, nous avons peu de vent prévu. Les fichiers vont continuer à s’affiner sur les trois prochains jours, mais il apparaît que la première journée sera assez lente, avec potentiellement du vent thermique à rentrer en fin de journée. En revanche, nous pourrions avoir du vent sur la fin de la deuxième nuit et la fin du parcours. Ils annoncent pour l’instant entre 15 et 20 nœuds de vent sous spi. »

L’arrivée des premiers bateaux est prévue pour le samedi 8 août dans la journée.

Les inscrits à la Solo Guy Cotten 2020

1 / BERREHAR Lois (Bretagne CMB Performance)
2 / BONAFOUS Elodie (Bretagne CMB Oceane) / Bizuth
3 / BOUTTEL Jack (Bull Rock)
4 / DECROOCQ Aymeric
5 / DELAHAYE Fabien (Laboratoires Gilbert)
6 / DOLAN Tom (Smurfit Kappa)
7 / DORANGE Violette (Devenir) / Bizuth
8 / DOUGUET Corentin (NF Habitat)
9 / DUTHIL Fred (Technique Voile – Cabinet Bourhis Generali)
10 / ELIES Yann (Quéguiner Matériaux – Leucémie Espoir)
11 / FOLLIN Robin (Ville de Ste Maxime) / Bizuth
12 / GOODCHILD Sam (Leyton)
13 / HARDY Adrien (Ocean Attitude)
14 / HOCHARD Benoit (Chaîne de l’Espoir)
15 / MARCHAND Anthony (Groupe Royer – Secours Populaire)
16 / LAPERCHE Tom (Bretagne CMB Espoir)
17 / LE BOUCHER Pierre (Guyot Environnement)
18 / LE DRAOULEC Erwan (Skipper Macif 2020) / Bizuth
19 / LE PAPE Martin (Fondation STARGARDT)
20 / LE TURQUAIS Tanguy (Groupe Quéguiner – INNOVEO)
21 / MACAIRE Xavier (Groupe SNEF)
22 / MAHE Gildas (Breizh Cola)
23 / MALLARET Marc (C.E.R Occitanie) / Bizuth
24 / MARAIS Robin (Ma chance moi aussi)
25 / MARIETTE Benoit (Génération Senoriales)
26 / NEBOUT Achille (Be Green Ocean)
27 / PALMIERI Nils (TeamWork) / Bizuth
28 / PERON Eric (French Touch)
29 / QUIROGA Pierre (Skipper Macif 2019)
30 / ROBERTS Alan (Seacat Services)
31 / RUMBALL Keneth (RL Sailing) / Bizuth
32 / SHARP Phil (OceansLab)

L’article 32 inscrits à la Solo Guy Cotten 2020 ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
13 lectures
0 commentaires

Des incertitudes à tous les étages

Les pontons de Port Olona sont en effervescence. Et pour cause, à la veille du coup d’envoi de la première étape de la Les Sables – Les Açores en Baie de Morlaix, les 72 Ministes en lice s’affairent pour peaufiner les derniers détails à bord de leurs bateaux avant d’entamer, demain à 13 heures, le premier acte de l’épreuve : une boucle de 197 milles au départ et à l’arrivée des Sables d’Olonne via Belle-Ile et le plateau de Rochebonne. Si tous se réjouissent de débuter les débats dans des conditions anticycloniques et par conséquent clémentes, tous sont aussi conscients que la molle annoncée sur le parcours risque bien de créer quelques surprises et de mettre leurs nerfs à vif. Mais que ce soient les « bizuths » qui s’apprêtent à faire leurs premiers pas en solo et donc à trouver des premières réponses à toutes les questions qui se bousculent aujourd’hui dans leurs têtes, ou pour les « récidivistes » qui n’ont aucune idée précise de la nouvelle concurrence, le but est clairement défini : il s’agit d’aller au bout et ainsi de se qualifier pour les deux étapes suivantes.

Si cette première étape de la Les Sables – Les Açores en Baie de Morlaix n’affiche « que » 197 milles sur le papier, elle s’annonce plutôt longuette, la faute à des conditions anticycloniques prévues cette semaine sur la façade Atlantique. « On attend, en effet, des vents faibles sur la zone de course puisqu’on est sur un range entre 4 et 10 nœuds. De plus, ces vents seront assez variables en direction puisqu’on va avoir à peu près tout entre le nord et le sud, en passant par l’ouest », explique Christian Dumard, météorologue de l’épreuve. « De nombreux effets diurnes sont à prévoir. Les concurrents vont devoir tenter de se positionner au mieux aux différentes heures de la journée afin d’éviter les zones de calmes et de profiter d’éventuelles brises thermiques », ajoute le Morbihannais dont les routages laissent envisager une arrivée des premiers ce jeudi en milieu de matinée. « Ce premier round sera un bel apprentissage, mais il va falloir faire preuve de patience. Pour ceux qui aiment le gros temps, comme moi, il va falloir se canaliser un peu. La météo risque d’être un vrai casse-tête. En premier lieu, il faudra donc réussir à faire avancer le bateau », relate Basile Bourgnon (975 – Edenred). Un avis partagé par Pierre Legendre (994 – Akka) : « Ça s’annonce effectivement mou et on ne va assurément pas beaucoup dormir car on va passer beaucoup de temps sur le pont pour régler le bateau et essayer de choper le moindre filet d’air, tout en faisant attention aux courants, notamment du côté de Belle-Ile. Il faudra essayer de garder un moral stable du début à la fin. En somme, éviter de péter un câble ».

Des réponses à trouver

Si certains redoutent de voir leurs nerfs mis à vif, d’autres en revanche semblent plus philosophes, à l’image de Marine Legendre (902 – EY), dont c’est la première course en Mini 6.50. « Je n’appréhende pas le fait qu’il n’y ait pas beaucoup de vent. Je pense au contraire que ce sera pas mal pour se mettre en jambes. Clairement, je préfère ça que de commencer avec 30 nœuds ! », commente la navigatrice qui espère avant tout boucler le parcours et ainsi se qualifier pour les étapes 2 et 3 dont les départs sont respectivement programmés les 10 et 19 août prochains. « Je vais y aller tranquille je pense, et j’imagine que je vais apprendre plein de choses sur moi et sur le bateau », relate la jeune femme qui a, comme l’ensemble des autres bizuths de cette Les Sables – Les Açores en Baie de Morlaix, une foule de questions sans réponse en tête. « Ce que je me demande avant tout, c’est si je vais réussir à être à fond tout le temps. Si je vais pouvoir garder la niaque jusqu’au bout », ajoute Marine qui ne sait absolument pas non plus ce à quoi elle peut prétendre en termes de classement. Et pour cause, 45 rookies font partie des rangs, soit près des deux tiers de la flotte. Difficile, en conséquence, d’établir des pronostics. Cependant, quelques noms peuvent être évoqués sans trop se tromper. Du côté des Proto, on peut ainsi citer Tanguy Bouroullec (969 – Cerfrance), déjà vainqueur de la Les Sables – Les Açores – Les Sables en 2016 en bateau de Série, ou Fabio Muzzolini (945 – Tartine) à la barre de l’ancien Mini 6.50 d’Axel Tréhin qui a déjà fait ses preuves. Chez les Série, Jean-Marie Jézéquel (951 – Branchet/KPL) sera assurément un client, surtout sur les étapes 2 et 3 qui se joueront en partie dans son jardin, la baie de Morlaix. Basile Bourgnon, Loïc Blin (871 – Mini moi cherche sponsors), Michel Sastre (903 – Shaman), Romain Le Gall (987 – Les Optimistes cherchent des partenaires), Quentin Riché (947 – Eliott) ou encore Pierre Blanchot (890 – Soley) pourraient également truster les premières places. Les paris sont ouverts !

Ils ont dit:

Pierre Meilhat (485 – Le Goût de la Vie) :

« Sur ce format 2020 de la SAS, on est sur du côtier. Cela implique des zones où il faut rester en veille et moi, à mon âge (65 ans, ndlr), j’ai sans conteste besoin d’un peu plus de temps de récupération que les autres. Dans ce contexte, mes objectifs sont d’abord de terminer puis d’avoir des vitesses qui se rapprochent des 100% des polaires. Je sais que je perds toujours un peu de temps dans les manœuvres car je sécurise toujours un peu plus que les autres, ce qui me fait perdre du terrain dans les transitions. Cela étant dit, dans la molle annoncée, avec nos vieux bateaux, il ne sera pas impossible de réussir à être un peu plus dans le match que d’habitude. »

Gaby Bucau (984 – Mex) :

« Cette Les Sables – Les Açores en Baie de Morlaix est ma deuxième course sur le circuit Mini. J’avais, en effet, fait une BSM en 2016 que j’avais toutefois dû abandonner après la casse de ma dérive. C’est malgré tout ma première en solo et je suis impatient de prendre le départ. Mes objectifs ? Naviguer le plus proprement possible, faire de belles manœuvres et essayer de rester concentré dans la molle. Après, le reste en découlera ou pas, mais c’est sûr que pour être devant, il ne va pas falloir beaucoup dormir et rester attentif aux réglages. Essayer d’être au bon endroit en étant bien réglé sera, c’est certain, un facteur clé lors de cette première étape. »

Valentin Foucher (990 – Mini Chorus) :

« J’ai récupéré mon bateau il y a quelques temps mais j’ai eu pas mal de soucis de préparation et là, j’ai enfin un bateau prêt à naviguer. C’est un soulagement d’être prêt à temps pour cette première étape. Sur l’eau, ce sera beaucoup de plaisir. Ce sera intéressant de pouvoir se jauger, même dans le petit temps. J’ai hâte de me tirer la bourre sur l’eau avec les copains. »

Pierre Blanchot (Soley – 890) :

« L’idée ce sera d’être devant tous les copains du Pôle de La Rochelle. Une fois que j’aurais échoué à cette mission, ce sera de laisser un maximum de concurrents derrière, tout en sachant qu’il faudra terminer les trois étapes pour valider la qualification pour la Mini Transat 2021. Les étapes seront agréables et compliquées à la fois. On va passer proche des cailloux, une chose que je n’affectionne pas particulièrement, puis on va traverser la Manche dans tous les sens, et aller du côté de l’Espagne où, malheureusement, on n’aura pas le droit de s’arrêter, ce qui est dommage parce qu’il y a un super bar à Gin’to (Rires) ! Je pense qu’on va passer un mois de vacances super cool. On attend ça depuis longtemps ! »

L’article Des incertitudes à tous les étages est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
8 lectures
0 commentaires

Lancement de la 10ème édition du Défi Azimut

À deux mois du départ du Vendée Globe le 8 novembre prochain, la crème des skippers inscrits au tour du monde en solitaire viendra s’amarrer au cœur de Lorient La Base pour 5 jours de compétition au départ de Lorient et autour de l’île de Groix. La 10e édition du Défi Azimut promet d’être grandiose par le nombre d’inscrits, la présence des meilleurs marins au monde, la formidable vitrine technologique qu’elle représente, et le programme alléchant à terre pour valoriser la filière nautique territoriale. Un cocktail détonnant pour fêter les 10 ans de cet évènement devenu incontournable au calendrier de la course au large !

Les meilleures courses naissent toujours d’un bel élan d’amitiés. D’une régate à cinq bateaux, lancée en 2011 par Jean-Marie Corteville, patron de la société Azimut, à la demande de coureurs au large, le Défi Azimut rayonne désormais comme un évènement unique, un rendez-vous qui fait d’avance saliver skippers et spectateurs. Pourquoi ? Parce que tout simplement, les ingrédients essentiels sont là.

Trois formats de course dans un décor de rêve

La Sailing Valley ne porte jamais aussi bien son nom que lors du Défi Azimut. Le nouveau port de Lorient La Base sera à guichets fermés le mardi 8 septembre au soir. Cap sur 5 jours de courses folles ! Mercredi 9, place aux runs endiablés et aux images à couper le souffle. 23 IMOCA lancés pleine balle : frissons et émotions garantis pour ce tour de chauffe qui permet d’embarquer les partenaires pour vivre l’incroyable. Le lendemain, jeudi 10 septembre, les solitaires partiront pour 48h de compétition avec un media man embarqué. Parce que c’est aussi ça le Défi Azimut : permettre au grand public de vivre de l’intérieur le quotidien des marins. Et ils vont se chauffer et se bagarrer les skippers ! Dimanche 13 septembre, place aux images et record du tour de l’île de Groix en équipage avec les équipes techniques et les invités. De la compétition, de l’émotion, des visuels rares, le Défi Azimut résonnera comme un feu d’artifice…

Les meilleurs bateaux et les plus talentueux skippers au monde

Les prétendants au graal du Vendée Globe seront là. Les derniers IMOCA construits seront à voir au port et sur l’eau. Jérémie Beyou (Charal), Thomas Ruyant (LinkedOut), Sébastien Simon (ARKEA-PAPREC), Charlie Dalin (APIVIA), Armel Tripon (L’Occitane en Provence) autant de nouvelles montures bourrées de technologies se frotteront aux meilleurs IMOCA de la génération précédente, comme ceux de Samantha Davies (Initiatives-Cœur), Boris Herrmann (Seaexplorer-Yacht Club de Monaco) ou encore Isabelle Joschke (MACSF)… Et bien d’autres ! Près de 15 foilers et des bateaux à dérives très éprouvés se lanceront dans une course contre la montre, comme un condensé hyper énergivore avant le grand départ du Vendée Globe.

Partager les compétences à terre

Développement durable, technologies de pointe, découverte et partage d’expériences seront également au rendez-vous au port de Lorient La Base. Parce que le territoire est riche de connaissances en matière de nautisme, et que la conscience du mieux vivre environnemental demeure dans les têtes de tous les acteurs du nautisme, vendredi 11 septembre, les discussions battront leur plein pour mieux connaitre et échanger autour de la formidable énergie qui règne au sein du secteur nautisme du territoire de Lorient.

Gildas Morvan, directeur de course

« Le Défi Azimut est unique. C’est un évènement phare très attendu des skippers parce que c’est le dernier round chaque année avant les transats (Jacques Vabre et Route du Rhum) et cette année le Vendée Globe. Les IMOCA piaffent d’impatience de se mesurer entre eux ! Cette année, vu le nombre de bateaux, nous jouons à fond la carte de la sécurité sur les lignes de départ. Les marins viennent pour régater et se bagarrer ! »

Jean-Marie Corteville, créateur du Défi Azimut et Président d’Azimut

« Le Défi Azimut est riche de liberté, d’innovations, d’échanges. Nous sommes installés au cœur de la Sailing Valley, là où beaucoup se passe au niveau de la course au large. L’idée est de booster les initiatives, la culture maritime, l’ingénierie, faire vivre la compétition ici à Lorient et valoriser cette pépinière de compétences. Le Défi Azimut est à la fois une compétition de haute voltige et une formidable vitrine de la course au large. »

Candice Crépeau, directrice de l’organisation du Défi Azimut

« Le Défi Azimut est une compétition que nous organisons avec justesse et passion sur un formidable terrain de jeu. Un état d’esprit positif, une conjugaison de sportif, de performance et convivialité, c’est ce que toutes les femmes et les hommes de l’organisation tentent d’apporter. Chaque détail compte et notamment l’accueil des skippers. Nous sommes à l’écoute de chacun d’entre eux, nous prenons tout en considération. Il y a un vrai bel état d’esprit ! ».

L’article Lancement de la 10ème édition du Défi Azimut est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
8 lectures
0 commentaires

Fabien Delahaye au départ de la Solo Concarneau : "l’objectif est de monter en puissance en vue de la Solitaire du Figaro"


Fabien Delahaye prendra le départ ce jeudi 6 août de la Solo Guy Cotten sous de nouvelles couleurs, celles des Laboratoires Gilbert maison-mère de Loubsol. Le skipper raconte.

image

Crédit : Laboratoire Gilbert


Votre Figaro est désormais en configuration Solitaire du Figaro, comment abordez-vous cette Solo Guy Cotten ?

« J’ai en effet toutes les voiles de la Solitaire, à part le gennaker qui arrivera dans une dizaine de jours. L’idée est donc de prendre encore des repères avec ces nouvelles voiles, notamment en termes de réglages. Je vois cette Solo Guy Cotten comme la troisième étape de préparation pour la Solitaire du Figaro dans cette année particulière : la Solo Maître Coq était vraiment un redémarrage du solitaire assez délicat pour moi, j’avais mal géré mes rythmes perso, sur la Drheam Cup j’ai mieux géré cette partie mais j’ai fait quelques belles boulettes qui m’ont fait perdre du temps et que je ne referai plus ; l’objectif est de continuer dans cette prise de repères sur la Solo Guy Cotten et de monter en puissance en vue de la Solitaire du Figaro. »

Le plateau est encore bien fourni, quels sont vos objectifs ?

« Je ne veux pas me fixer d’objectifs de résultat, l’idée c’est vraiment d’arriver prêt sur la Solitaire. L’objectif est de travailler, de prendre des directions que l’on ne prendrait pas forcément si on veut jouer la sécurité sur une étape de Solitaire, mais plutôt des orientations sur les réglages, notamment le mât, qu’on joue beaucoup en mer. Il faut encore essayer des choses pour avoir des résultats qui marchent. Ce n’est pas grave de se tromper et de faire moins bien sur cette course. C’est la dernière régate de préparation à la Solitaire pour peaufiner les derniers réglages et tester encore des choses : trouver des repères, ne pas se limiter à ce que l’on sait faire.


Quant à la confrontation, elle est très importante, tous ceux qui vont participer à la Solitaire seront pratiquement tous là. Elle est essentielle car elle donne beaucoup de repères sur la façon dont on navigue et dont le bateau est réglé. C’est important également pour trouver la confiance, dans des phases où ça va bien par exemple, mais aussi pour identifier ce que l’on doit améliorer. Ça t’amène dans un état d’esprit de compétition, en mode régate au contact avec toujours un bateau à côté avec qui se battre, c’est essentiel pour avoir des repères. »


Source : J Cornille

Lire la suite
5 lectures
0 commentaires

Fabrice Amedeo, deuxième du classement provisoire du Championnat IMOCA Globe Series 2018-21


A moins de 100 jours du départ du Vendée Globe, c’est un skipper serein qui s’apprête à passer le mois d’août en famille à la Trinité-sur-Mer, à proximité de son IMOCA Newrest – Art & Fenêtres. Navigations partenaires, préparation technique à quai et sport sont au programme de Fabrice Amedeo. Car il le sait, les sept semaines de septembre à l’ouverture du village le 17 octobre vont être folles !

image

Credit : JM Liot

Check-list dense

Si la préparation du bateau est bien avancée, Fabrice Amedeo et son équipe technique ont encore du travail à bord. Objectif : que l’IMOCA Newrest – Art & Fenêtres soit prêt, en configuration Vendée Globe, pour le Défi Azimut qui aura lieu du 9 au 13 septembre à Lorient. 

La check-list du navigateur est encore dense : navigations techniques, entraînement à monter au mât, installation du siège de barre, formation médicale, formation sécurité – zone des glaces, formation météo, exploration du sommeil. Il restera alors trois semaines avant le départ du tour du monde, une parenthèse à la fois interminable tant les sollicitations et le public seront nombreux.

« L’équipe technique a bien travaillé ces trois dernières semaines. On a validé pas mal de choses sur la Vendée – Arctique – Les Sables et gardé le rythme après la course pour continuer à avancer sur la préparation du bateau," explique Fabrice Amedeo.


Fabrice Amedeo, deuxième du classement provisoire du Championnat IMOCA Globe Series 2018-21

Le Championnat IMOCA Globe Series, initié en 2018, bouclera son premier cycle à l’issue du Vendée Globe. Après six épreuves*, c’est l’Allemand Boris Herrmann (Seaexplorer-Yacht Club de Monaco) qui prend la tête, avec 236 points, devant Fabrice Amedeo (Newrest – Art & Fenêtres), 217 points, et Jérémie Beyou (Charal), 212 points. 

« C’est satisfaisant d’être en deuxième position mais c’est surtout important parce que cela valide mon projet et ma volonté d’être assidu à toutes les épreuves IMOCA, commente Fabrice Amedeo. J’aime aller au bout des choses, je suis fidèle à ce principe même si ce n’est pas toujours évident de finir les courses. Le programme n’est plus seulement axé sur le Vendée Globe. La Vendée-Arctique-Les Sables d’Olonne l’a prouvé : il y a de la place pour une course forte au parcours ambitieux. »


* Monaco Globe Series 2018, Route du Rhum 2018, Bermudes 1000 Race 2019, Rolex Fastnet Race 2019, Transat Jacques Vabre 2019, Vendée-Arctique-Les Sables d’Olonne 2020


Source : F.Amedeo

Lire la suite
7 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions