• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme

Le Trophée Mer Montagne débute dimanche aux Carroz

La 27ème édition du Trophée Mer Montagne prendra place pour la première année dans la station des Carroz sur le domaine du Grand Massif en Haute-Savoie, du dimanche 19 au mercredi 22 janvier 2020. Cet événement unique en station de ski propose depuis bientôt 30 ans de rassembler les grands noms de la mer et la montagne autour d’activités neige et de défis d’équipe pour délivrer des messages forts tels que le dépassement de soi et surtout l’écoresponsabilité à travers le globe.

Beaucoup de navigateurs pratiquent l’alpinisme, et l’inverse se vérifie aussi souvent ! Imaginé en 1994 par le navigateur Eric Loizeau pour rapprocher les personnages les plus célèbres de ces deux univers, cet événement unique en son genre est devenu incontournable dans le monde de la mer et de la montagne.

Le « Trophée Mer Montagne » associe deux champions, un marin, un montagnard et un enfant du club des sports de la station pour une compétition conviviale de 4 jours sur le territoire de la station d’accueil. Il va réunir une quinzaine d’équipes et cette année, c’est aux Carroz que l’événement se déroule !

« Station sportive par nature, nous sommes enthousiaste à l’idée d’accueillir le Trophée Mer Montagne aux Carroz. Déjà investi dans le projet Maewan (un bateau qui fait le tour du le monde et emmène avec lui des athlètes pour explorer les coins les plus reculés du globe), nous avons eu l’opportunité d’accueillir un événement qui porte en lui les valeurs que nous soutenons : le sport et le dépassement de soi, le côté social et éducatif, et surtout la protection de l’environnement. » explique Philippe POETTOZ, directeur de la station des Carroz.

Cette 27ème édition va placer la thématique environnementale au cœur de ses enjeux, notamment au travers de « Maewan », le partenaire éco-responsable de la station des Carroz. Parti en 2015, Maewan a quitté la France pour 7 ans d’expédition de l’Arctique à l’Antarctique en passant par le Pacifique. Il est le support d’actions éducatives et environnementales, animées par des sportifs de classe mondiale accompagnés de spécialistes scientifiques, éducatifs et audiovisuels. Basée aux Carroz, Maewan s’engage aux côtés du Trophée Mer Montagne pour accompagner cet événement unique vers plus d’écoresponsabilité tout en valorisant leurs bonnes pratiques. Aussi, de nombreuses pratiques écoresponsables vont être mises en place pendant l’événement comme le covoiturage des participants, la réduction des emballages plastique, la suppression des documents plastifiés mais aussi la réalisation d’un état des lieux avant et parant l’événement.

Le succès du Trophée Mer Montagne repose sur la qualité et le charisme des champions invités, tous de dimension internationale, qui seront présents cette année et qui troqueront, une fois encore, leur veste de quart pour affuter leurs carres : Frank Cammas, Paul Meilhat, Maxime Sorel, Louis Duc, Thomas Ruyant notamment côté « marins » et Aurélien Ducroz, Nathan Paulin, Marie Dorin, Marie-Laure Brunet, Laetitia Roux et bien d’autres côté « montagnards ».*

« En 1994, lorsque nous avons organisé la première édition du Trophée Mer Montagne, je n’aurai jamais imaginé que nous arriverions à autant d’éditions… Nous voici donc aux Carroz pour la 27ème et j’en suis ravi pour avoir apprécié déjà l’ambiance sympathique du village, la richesse du domaine skiable du Grand Massif et la gentillesse de l’accueil. Je suis sûr que les concurrents marins et montagnards vont apprécier et que, grâce à tous, nous allons vivre aune superbe édition dédiée à la protection de notre belle planète et de nos océans. Vivement le dimanche 19 janvier ! » explique Eric Loizeau, le fondateur de l’événement.

Champions olympiques, champions du monde, vainqueurs des plus mythiques courses au large, recordmen de tous les défis, summiters des plus hautes montagnes du globe ou des faces les plus engagées, aventuriers autant que sportifs, le Trophée c’est aussi l’occasion pour ces athlètes hors du commun d’échanger spontanément leurs expériences et partager avec le grand public et les enfants, les récits de leur vie palpitante.

« Invitée par Eric, j’ai découvert le Trophée Mer-Montagne en 2019. Plutôt de caractère solitaire et en aucun cas une « compétitrice », j’avoue avoir partagé un moment d’exception avec des concurrents affutés pour la plupart mais pas seulement, dont j’ai sincèrement apprécié l’esprit et la convivialité. Je suis donc d’autant plus heureuse et honorée d’avoir été choisi comme Marraine pour les Carroz, en 2020 ! » exprime quant à elle l’alpiniste Laurence de la Ferrière, participante à l’édition 2020.

L’article Le Trophée Mer Montagne débute dimanche aux Carroz est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
1 lectures
0 commentaires

L’ex-Fleury Michon IX retrouvé sur les côtes libyennes

L’ex-Fleury Michon IX retrouvé sur les côtes libyennes

Le trimaran Ad Maoira, ex-Fleury Michon IX, semble avoir terminé sa vie sur les côtes libyennes. C’est le journal de la Vela italien qui a publié les images où l’on voit la coque centrale sur la plage sans ses flotteurs. Le bateau participait à la Rolex Middle Sea Race et se livrait à un beau duel avec Rambler jusqu’à Lampedusa où l’équipage s’est rendu compte de problèmes structurels à bord et avait du abandonner le bateau qui a dérivé sur les cotes libyennes.
Son propriétaire, Bruno Cardile qui avait restauré le bateau a tout fait pour le récupérer après son abandon mais les vents violents à plus de 40 nds n’avait pas permis de le récupérer. Arrivé sur les côtes libyiennes, le bateau a été littéralement pillé et irrécupérable.

Lire la suite
1 lectures
0 commentaires

The World Match Racing Tour annonce son calendrier, demandez le programme 2020

Le World Match Racing Tour (WMRT) annonce sa 20e saison avec un calendrier 2020 qui mènera la flotte dans 13 pays du globe sur 18 compétitions. Agenda. 


image

Crédit  : WMRT

Calendrier 2020 World Match Racing Tour 

- The Ficker Cup, Long Beach CA, USA, 24-26 Avril
- WORLD CHAMPIONSHIP Event – The Congressional Cup® Regatta, Long Beach, California, USA 29 Avril – 3 Mai
- Porto Montenegro Match Race, Montenegro, 8-10 Mai
- WORLD CHAMPIONSHIP Event - Argo Gold Cup, Bermuda 11-16 Mai
- Slovenia Match Race Cup, Portorož, Slovenija, 14-17 Mai
- NJK Open Spring Cup, Finland, 22-24 Mai
- Match Race Germany, Langenargen, Germany 27 Mai – 1 Juin
- Świnoujście Match Race – Polish Match Tour, Poland, 18-21 Juin
- WORLD CHAMPIONSHIP Event - GKSS Match Cup Sweden, 1-5 Juillet
- Internationaux de France de Match Racing, France, 23-26 Juillet
- Baltic Match Race, Estonia, 29 Juillet – 1 Aout
- AIRCALIN Match Race, Noumea, New Caledonia, 8-11 Aout
- Chicago Grand Slam, Chicago, USA 14-16 Aout
- International Match Race for the Detroit Cup, USA, 19-23 Aout
- Oakcliff International, Oyster Bay, USA, 27-31 Aout
- Thompson Cup, Oyster Bay, USA, 2-5 Sept
- DBS Marina Bay Cup, Singapore, 17-20 Sept
- WMRT FINAL - TBA Nov/Dec

Source : WMRT

Lire la suite
1 lectures
0 commentaires

Vendée Globe. Modifications ergonomiques sur Charal

Vendée Globe. Modifications ergonomiques sur Charal

La vie à bord d’un Imoca de dernière génération est vite un enfer à vivre pour les skippers.  Le chantier d’hiver de l’IMOCA Charal a notamment eu pour but d’apporter des retouches ergonomiques pour permettre à Jérémie Beyou de supporter du mieux possible la vie à bord pendant le Vendée Globe. Explications avec le skipper et Héloïse Baizé, ingénieure au bureau d’études du Charal Sailing Team.

S’ils sont nettement plus performants que les IMOCA de la génération précédente, les nouveaux foilers sortis de chantier en 2018 et 2019, dont Charal aura été le premier de cordée, s’avèrent en revanche plus exigeants physiquement, avec des comportements assez brutaux qui ne ménagent guère les skippers. Jérémie Beyou et Christopher Pratt en ont encore fait l’expérience sur la dernière Transat Jacques Vabre, dont ils ont tiré nombre d’enseignements en termes d’ergonomie du cockpit et de la cellule de vie à l’intérieur du bateau.

« Avec la vitesse et le mode semi-volant, le bateau devient rapidement invivable, explique Jérémie Beyou. En débriefant la transat Jacques Vabre, nous nous sommes dit que si j’avais été tout seul, j’aurais vite été à bout physiquement, juste sur des positions statiques. Quinze jours en double, ça passait, mais en solitaire sur 70-80 jours, non. La notion de rythme est capitale sur un Vendée Globe : pour tenir la cadence que tu souhaites à certains moments, c’est primordial d’être bien assis pour régler le bateau, bien allongé pour récupérer, c’est cette somme de petits détails qui permet d’imprimer le bon rythme. Aujourd’hui, sur ces bateaux, la limite devient plus humaine que technique. »

D’où le soin apporté cet hiver à plusieurs modifications ergonomiques, confiées au sein du bureau d’études à la jeune ingénieure Héloïse Baizé, qui indique : « Un des objectifs du chantier est de mettre le bateau en configuration solitaire et de répondre aux demandes spécifiques de Jérémie. Cela concerne aussi bien le poste de veille dans le cockpit que sa position à la table à cartes. Par exemple, à l’origine, il n’y avait de siège nulle part, on est en train d’étudier cette solution. »

La modification la plus importante concerne la protection du cockpit, de façon à ce que le skipper soit en permanence au sec, ce qui nécessite la fabrication d’une maquette à l’échelle 1, en bois et en mousse : « Nous avions déjà fait évoluer le cockpit avant la Transat Jacques Vabre en le protégeant quasiment intégralement sous ce que avions appelé « la véranda ». Il s’est avéré qu’elle avait quelques défauts, notamment qu’elle n’était pas totalement étanche. Nous faisons donc quelque chose de plus structuré et de plus esthétique pour que ça puisse tenir pendant tout le Vendée Globe », poursuit Héloïse Baizé.

Jérémie Beyou ajoute : « On se rapproche d’un cockpit fermé comme sur d’autres bateaux neufs, mais on veut garder l’esprit de départ, à savoir que je puisse continuer à voir ce qui se passe devant pendant les manœuvres, au vent et sous le vent pour régler les voiles. On a donc adopté une solution un peu hybride. Parallèlement, avec Garmin, un de nos partenaires, nous sommes en train de développer la vision par caméras. Le « confort », c’est aussi ça, ce n’est pas que rajouter du composite ou des mousses à droite à gauche. »

Lire la suite
1 lectures
0 commentaires

SailGP. Bruno Dubois nouveau Team Manager de France SailGP

SailGP. Bruno Dubois nouveau Team Manager de France SailGP

Bruno Dubois, ex-team manager de China Team l’année dernière, rejoint cette année l’équipe française de SailGP. S’il devra contribuer à la performance sportive du team, il participera également à son développement commercial aux côtés de l’agence Disobey, ex-Wind Report, qui gère aussi la communication du Team Macif. Larry Elisson et Russel Coutts qui financent l’ensemble du circuit pendant 3 ans ont demandé aux teams de trouver eux aussi des partenaires.

En 2020, de nouvelles nations comme le Danemark et l’Espagne rejoignent la ligue mais la Chine, elle, ne sera plus présente. Bruno Dubois entre donc avec beaucoup d’enthousiasme dans les rangs de France SailGP Team. L’ex-Directeur de North Sails France pendant près de 20 ans, met désormais au service de l’équipe de Billy Besson son expérience forgée ces dernières années en tant que Team Manager de différents projets, notamment à la tête de Team France pour la 35e America’s Cup. Ces dernières années, Bruno Dubois a aussi dirigé les deux campagnes Volvo Ocean Race (tour du monde en équipage avec escales) de l’équipe franco-chinoise Dongfeng Race Team avec, à la clef, la victoire de l’édition 2017-18.

« Nous sommes heureux d’accueillir Bruno au sein de notre équipe tricolore. Son arrivée est une chance pour le succès et les objectifs 2020 de France SailGP team », souligne Billy Besson. Pour l’équipe de France SailGP Team, barré par le quadruple champion du monde de Nacra 17 Billy Besson, l’enjeu sportif est bien de capitaliser sur l’expérience accumulée en 2019 et de poursuivre la progression amorcée. Avec cinq podiums accrochés l’an dernier et une victoire de manche lors de la grande finale à Marseille devant son public, les Français ont gagné en confiance. Si les marins ont moins d’expérience que certains concurrents à bord de ces catamarans surpuissants, ils ont tous un très fort bagage en termes de régates au contact et en multicoque, au niveau international. En progressant dans le maniement de cette machine exigeante, les résultats sont arrivés et l’ambition est bien de franchir une nouvelle marche pour la saison 2 de SailGP qui doit rimer le plus souvent possible avec des places sur le podium.

Quatre événements ont été annoncés pour 2020 : Sydney (28-29 février), San Francisco (2-3 mai), New York (12-13 juin), et Cowes (14-15 août). Les deux derniers grands prix qui clôtureront la saison seront annoncés prochainement.

Sur la ligne de départ, l’équipe de Billy Besson retrouvera les deux nations poids lourds de 2019 : l’Australie menée par Tom Slingsby qui a remporté la saison 1, au coude à coude avec l’équipe Japon SailGP Team du double médaillé olympique Nathan Outteridge. Côté britannique, Grand-Bretagne SailGP Team accueille cette année un nouveau barreur aux cinq médailles : Sir Ben Ainslie. Rome Kirby mènera une nouvelle fois l’équipe Américaine, alors que ce championnat accueille deux nouvelles nations : le Danemark, skippé par Nicolai Sehested, et l’Espagne dont la composition du team sera présentée à Madrid fin janvier.

Questions/réponses avec Bruno Dubois :

Que retirez-vous de votre expérience avec l’équipe Chine SailGP Team ?
« Nous avons terminé troisièmes de cette première saison et j’en retire une grande satisfaction car ce n’était pas évident au départ d’affronter les meilleures nations et nous avons eu une belle courbe de progression. »

Quel regard portez-vous sur la saison 1 de France SailGP Team ?
Ce que je sais c’est que le podium s’est joué de peu entre la Chine, la Grande-Bretagne et la France. Billy Besson et son équipe ont beaucoup travaillé pour s’améliorer et nous avons vu à Marseille qu’ils étaient dans le coup.

Quels sont les principaux objectifs pour l’équipe sur cette saison 2 ?
Deux axes de travail dicteront le futur de l’équipe : la performance et le sponsoring. Nous devons commencer à flirter avec le podium dès que possible et avoir des partenaires pour nous accompagner. A ce stade et comme la majeure partie des équipes dans cette ligue, nous sommes encore subventionnés par SailGP et nous devons nous diriger au plus vite vers une indépendance financière.

Que mettez-vous en place pour atteindre ces objectifs ?
L’équipe n’a évidemment pas attendu mon arrivée pour préparer la prochaine saison. Beaucoup de travail a été fait depuis Marseille dans tous les domaines que ce soit sportifs mais aussi en communication, marketing et commercial. La structure est en place et solide. Pour y arriver, il va falloir se concentrer et faire un focus sur notre saison.

Quel est le programme avant la première épreuve de Sydney fin février ?
Côté sportif, l’équipe va participer à deux sessions de simulateur en Angleterre avant de partir pour Sydney ainsi que des jours d’entrainements début Février sur un support volant ! Nous avons sélectionné les derniers membres de l’équipe et nous allons faire un “get together » de travail afin d’être fin prêts pour Sydney.

Lire la suite
1 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions