• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme

Giancarlo Pedote poursuit sa préparation Vendée Globe pendant le confinement

La crise sanitaire engendrée par l’épidémie de Coronavirus impose actuellement à tous d’agir en conséquence. Les skippers s’organisent au mieux pour poursuivre leur préparation dans les meilleures conditions possibles. L'Italien Giancarlo Pedote, en préparation Vendée Globe, raconte. 

image

Credit : E.Allaire


« J’ai toujours fait énormément de sport dans ma vie et cela fait partie intégrante de mon quotidien. Aussi, même si en cette phase particulière, je ne néglige pas cet aspect », explique le skipper de Prysmian Group.

« En ce moment, je remplace ces séances par d’autres de renforcement musculaire (pompes, abdos, gainage…), d’étirements et de cardio, avec notamment des exercices de corde à sauter dans mon garage », détaille Giancarlo Pedote.

Par la rédaction
Source : G.Pedote

Lire la suite
5 lectures
0 commentaires

SailGP, une révolution pour la régate

La SailGP fait évoluer cinq équipiers sur six catamarans à foils monotypes de 50 pieds sur les plans d’eau les plus mythiques de la planète. Les contrôles complexes de vol et du réglage de l’aile demandent une cohésion parfaite de l’équipage. Les athlètes peuvent pousser leur machine à plus de 50 nds !

L’article SailGP, une révolution pour la régate est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
5 lectures
0 commentaires

Ken Read : « Je ne m’aime pas assez pour faire du solitaire »

A 58 ans, Ken Read est l’un des navigateurs américains les plus expérimentés, qui, après avoir été récompensé à de multiples reprises sur des championnats monotypes, a participé à la Coupe de l’America puis à la Volvo Ocean Race (sur Ericsson puis Puma). Président de North Sails Group, il continue à beaucoup naviguer, comme récemment en J Class à Antigua, où Tip & Shaft l’a rencontré.

Ken, il y a actuellement un regain d’intérêt pour la J Class, mais celui pour les courses reste assez cyclique, comment l’expliques-tu ?
Je pense que c’est dans la nature de ces bateaux, certains propriétaires se contentent de naviguer dessus pour leur plaisir, d’autres font des régates, d’autres encore un peu des deux. Certains veulent aller en Méditerranée l’été, d’autres sur la côte est des États-Unis, d’autres encore dans l’ouest, c’est donc difficile de les réunir tous au même endroit, parce que ces propriétaires veulent utiliser leur bateau comme ils le souhaitent.

Quelle est l’importance de cette classe et des superyachts de haute performance pour North Sails Group ?
Elle est assez importante. Cela remonte en quelque sorte à 2007, lors de la dernière Coupe de l’America, où il y avait beaucoup de bateaux et beaucoup de voiles. Ensuite, la Coupe de l’America a tourné le dos aux voiles pour un moment [pour laisser la place aux ailes rigides, NDLR], nous avons donc eu besoin d’autre chose pour combler ce manque et heureusement, la Class J et les superyachts sont arrivés, ce qui a donc été très important pour notre entreprise.

En ce qui concerne ces superyachts, quelle est un peu la tendance du moment ?
Il y a deux aspects à prendre en compte sur ces bateaux, la performance et le plaisir. Nous devons continuer à mettre l’accent sur le côté amusant, parce que ces bateaux entrent dans l’univers du divertissement pour leurs propriétaires. Il ne faut pas perdre de vue que nous voulons juste qu’ils puissent utiliser leur bateau et naviguer, donc il ne faut pas mettre trop de pression sur l’aspect performance.

Quel est le domaine dans lequel les perspectives de croissance de votre chiffre d’affaires sont les plus importantes ?
Ça reste les gros bateaux comme ça. Une bonne année pour ces gros bateaux est une bonne année pour nous. Nous fabriquons 30 000 voiles par an, beaucoup pour des dériveurs, donc ça va des petits bateaux à Aquijo, qui est ici, un deux-mâts de 80 mètres. Je ne pense pas que nous donnions la priorité à certains par rapport à d’autres, nous essayons de ne pas le faire car chaque modèle fait partie du patrimoine de l’entreprise, après, c’est certain que les voiles qu’on fait ici (pour les superyachts) constituent un moteur de performance pour nous.

Êtes-vous proche des limites de la technologie avec ces superyachts ?
Non, je ne pense pas. Par exemple, quand ce bateau de 80 mètres a été construit, nous nous sommes forcément creusé les méninges, mais tout est question d’amélioration du logiciel. Nous pouvons construire n’importe quoi avec notre procédé 3Di. Mais nous dépendons du logiciel et celui-ci doit s’adapter à des bateaux plus grands, plus raides, plus rapides, à des charges plus importantes, à des moments de redressement plus élevés et à tout le reste. Tant que le logiciel s’adapte aux caprices et aux souhaits des clients, tout va bien.

On peut supposer que les développements en termes logiciels vous viennent du monde de la Coupe de l’America ?
Sans aucun doute, je pense notamment à quelqu’un comme Michael Richelsen qui est en charge des logiciels chez nous, et dont beaucoup de gens disent que c’est le plus fort dans ce domaine, discret et calme, il est aussi avec Prada pour toutes les bonnes raisons. Pour les campagnes de Coupe, nous donnons le meilleur de nous-mêmes et nous nous améliorons grâce à l’interaction avec ces équipes qui dépensent des sommes folles pour les détails les plus infimes, nous voulons faire partie de tout ça.

Le marché français de l’Imoca est-il aussi une source importante de développement pour North Sails ?
Il évolue très vite. Les Imoca ont toujours été – je ne dirais pas le parent pauvre – mais les budgets étaient très inférieurs par rapport à ceux de la Volvo. Aujourd’hui, certaines équipes sont assez bien financées et font des choses vraiment intéressantes. Les VPLP, Verdier et autres Juan K sont des gars tout simplement intelligents qui font en sorte que les bateaux aillent de plus en plus vite, mais aussi de les garder en un seul morceau. C’est ma seule crainte.

Et ce marché de l’Imoca est-il important pour vous ?
En France, oui. Notre plancher français va des Mini aux Ultimes en passant par les Figaro et les Imoca, beaucoup de jeunes marins français suivent cette progression qui est intéressante, donc notre atelier est vraiment bon pour ça et a toutes les bonnes raisons de se concentrer là-dessus.

Le monde a donc beaucoup à apprendre de la France ?
Autre que la façon de faire de la course au large ? (sourire) Aujourd’hui, il y a une tendance générale à naviguer en équipage réduit. J’ai d’ailleurs commencé à naviguer en double, je viens de faire la Fort Lauderdale to Key West Race sur un Jeanneau 3300 avec une fille qui s’appelle Suzie Leach et je peux vous dire que je n’ai pas pris autant de plaisir à naviguer depuis très, très longtemps !

Et cette tendance au double touche-t-elle aussi d’autres endroits aux Etats-Unis ?
Sans aucun doute, enfin, espérons-le. En tout cas, ça peut contribuer à faire sortir les gens et les bateaux des ports et les pousser à naviguer. Deux équipiers contre dix sur un bateau de même taille, des bateaux plus accessibles financièrement… Je pense que c’est une progression naturelle et je vais continuer à le faire parce en espérant que les gens, quand ils verront ça, se diront : « Ça a l’air plutôt amusant, laissez-moi essayer ».

Et les courses en solitaire, tu n’aimes pas ça ?
Je ne m’aime pas assez pour naviguer en solitaire… C’est clair pour moi. Après le double est assez proche, je suis parfois en solo quand Susie est au fond du bateau en train de chercher à manger ou que je suis seul sur le pont par une belle nuit, mais je pense que le double est vraiment amusant.

Donc tu es fan de la nouvelle épreuve de large olympique qui sera introduite aux Jeux de Paris ?
Sans aucun doute, c’est un super moteur, qui va contribuer à faire avancer les choses, il n’y a pas de doute dans ma tête que je vais continuer à pratiquer le double mixte.

As-tu milité pour l’introduire au programme olympique ?
Je parle tout le temps à Stan Honey (qui fait partie du « offshore committee » de World Sailing). Je n’ai jamais caché que j’étais un fervent supporter de ce format, j’adore et j’ai toujours adoré naviguer le long des côtes et au large.

La tranche d’âge sur cette épreuve pourrait être bien plus importante que dans toutes les autres classes ?
Oui, complètement, vous pourriez avoir des jeunes de 20 ans et des « jeunes » de 60, ça va vraiment être amusant. Plus l’intérêt va grandir, mieux ce sera pour la voile partout dans le monde.

Que penses-tu des nouveaux AC75 ? Es-tu fan ?
Oui, je le suis, je pense de toute façon que quand quelque chose de nouveau arrive, c’est bon pour la voile en général. Et là, en l’occurrence, quelque chose qui, sur le papier, paraît assez fou, quand on a tous vu les croquis, on s’est tous dit : « Quoi ? ». Et puis, tout d’un coup, tu vois tous ces mecs qui tournent en rond comme s’ils avaient tout sous contrôle. Comme dans toutes les Coupes, les marins finissent par trouver des solutions, là, ce sont les meilleurs marins du monde, je pense que nous allons assister à de belles régates.

Mais la fiabilité et la complexité de ces bateaux semblent poser de vrais problèmes en de moment, non ?
Encore une fois, ils vont finir par prendre la mesure de tout ça. Il ne faut pas y aller trop fort dès le début, il faut commencer doucement, casser, réparer, renforcer et repartir. Pour moi, ça ressemble à la progression naturelle de ce qu’est la Coupe de l’America.

Mais cette fois, les coûts sont vraiment prohibitifs, ne devrait-on pas faire un bateau plus accessible et promouvoir une Coupe avec huit ou dix équipes ?
Ce n’est pas à moi de le dire. A ce stade, je ne sais pas si nous pourrions revenir à des monocoques à quille, je pense que nos meilleurs jeunes marins dans le monde entier sont maintenant accros aux nouveaux bateaux à foils. Ce serait difficile de dire à la génération suivante de renoncer à ce sur quoi elle s’entraîne depuis le début. La Coupe ne sera jamais bon marché, jamais facile d’accès et jamais sans controverse.

Oui, mais il n’y a que trois challengers à l’arrivée…
Ma réponse est de demander si on a vraiment besoin d’être dix pour que la Coupe soit un succès, je ne sais pas. La première Coupe avec de nouveaux bateaux sera toujours difficile d’accès, après, seraient-ils [les défis de la précédente Coupe, NDLR] restés pour une autre Coupe sur les AC50 ? Peut-être. Mais c’est l’America’s Cup, une épreuve qui est dure, c’est comme ça qu’elle marche.

Photo : Claire Matches

Nos articles sont publiés en avant-première chaque vendredi dans notre newsletter, quelques jours avant leur parution sur le site. Abonnez-vous ici, si ce n’est pas déjà fait 🙂

S’ABONNER GRATUITEMENT

L’article Ken Read : « Je ne m’aime pas assez pour faire du solitaire » est apparu en premier sur Tip & Shaft.

Lire la suite
5 lectures
0 commentaires

La DRHEAM-CUP 2020 s’ouvre à la classe Figaro Bénéteau !

La troisième édition de la DRHEAM-CUP, toujours prévue du 18 au 27 juillet entre Cherbourg-en-Cotentin et La Trinité-sur-Mer, continuera à s’ouvrir au plus grand monde, puisque l’épreuve labellisée OPEN DE FRANCE DE COURSE AU LARGE accueillera cette année une flotte de Figaro Bénéteau 3. L’occasion pour les spécialistes de la classe de s’offrir une dernière répétition sur le parcours de la DRHEAM-CUP 400, à un peu plus d’un mois du départ de la Solitaire du Figaro.

Au moment où de nombreux organisateurs sont contraints de reporter ou d’annuler leurs courses pour cause de pandémie de Covid-19, notamment ceux de la Solo Maître CoQ, de la Solo Guy Cotten et de la Transat AG2R La Mondiale, les trois premières épreuves de la saison de la classe Figaro Bénéteau, Drheam Promotion, qui organise la DRHEAM-CUP, affirme son intention d’accueillir cette année une flotte de Figaro Bénéteau 3.
En lançant l’épreuve en 2016, son créateur, Jacques Civilise, avait fait le rêve, « dream » en anglais, d’une course estivale OPEN, c’est-à-dire ouverte à tous les supports, les formats et les marins. L’objectif est de leur permettre de disputer une vraie compétition de haut niveau dans une ambiance de fête et de partage. Cette ouverture, qui a d’ailleurs conduit à sa labellisation d’OPEN DE FRANCE DE COURSE AU LARGE, a notamment permis lors des deux premières éditions d’accueillir une flotte multi-classes, allant des Ultimes aux Yachts Classiques, en passant par les Imoca, les Class40, les Multi50, les Multi 2000, les IRC, les Osiris et les Mini 6.50.

Pour cette troisième édition, cette volonté d’ouverture se poursuit, puisque la classe Figaro Bénéteau a répondu à l’invitation de l’organisateur en inscrivant la DRHEAM-CUP à son calendrier officiel 2020. « Lorsque Jacques Civilise m’a fait part de son envie d’accueillir les Figaristes, j’ai tout de suite trouvé l’idée très intéressante et je l’ai soumise aux membres du bureau qui ont eux aussi été séduits, explique Yvon Breton, président de la classe Figaro Bénéteau. D’abord parce qu’elle a lieu à un moment idéal dans la perspective de la Solitaire du Figaro, qui démarre un bon mois après, ensuite parce que le fait de participer à une course multi-classes est l’occasion pour notre classe de s’ouvrir vers l’extérieur. Cette épreuve peut aussi donner envie à d’autres marins y participant de nous rejoindre, c’est toujours un objectif de continuer à se développer. C’est enfin important pour les partenaires, car la DRHEAM-CUP est une course bien médiatisée qui leur offre encore plus de visibilité. »

L’initiative n’a en tout cas pas échappé au Cherbourgeois Alexis Loison qui s’est précipité pour être le premier Figariste à s’inscrire. « C’est une évidence pour moi de participer à une course qui part de la maison et est fortement soutenue par mon partenaire, la Région Normandie. En plus, elle tombe super bien au niveau du calendrier, à cinq semaines du départ de la Solitaire du Figaro, ce n’est ni trop tôt ni trop tard, le parcours de la DRHEAM-CUP 400 pourrait d’ailleurs très bien être celui d’une étape de Figaro. Pour nous, c’est une bonne répétition, une sorte de warm-up, qui permettra de voir si tout fonctionne à bord. »

Et celui qui a disputé sa toute première Solitaire du Figaro, en 2006, au départ de… Cherbourg-en-Cotentin, de se réjouir de voir sa ville accueillir une épreuve de cette envergure : « Cherbourg a toujours été tournée vers la mer, mais depuis quelque temps, sa vocation maritime s’affirme encore davantage avec l’accueil du départ de la DRHEAM-CUP depuis l’édition 2018 et celui de l’arrivée de la Rolex Fastnet Race à partir de l’année prochaine. C’est donc l’occasion pour moi en tant que Cherbourgeois d’encourager les efforts faits dans ce sens par la ville et les collectivités. Tout est réuni à Cherbourg pour que cette DRHEAM-CUP soit une belle fête, il y a toujours beaucoup de monde à terre pour accueillir les marins, je suis assez confiant dans le fait que pas mal de mes amis Figaristes seront de la partie en juillet. »

Jacques Civilise conclut : « Malgré la période difficile que nous traversons, nous continuons à travailler avec tous nos partenaires pour organiser dans les meilleures conditions la troisième édition de la DRHEAM-CUP.
Très touchés par ce terrible drame que nous vivons tous, nous nous associons aux remerciements adressés à toutes les personnes mobilisées pour assurer les activités vitales, et notamment aux personnels soignants qui prennent des risques énormes pour combattre cette pandémie. En espérant que cette « guerre » contre le Covid-19 sera gagnée le plus vite possible. »

L’article La DRHEAM-CUP 2020 s’ouvre à la classe Figaro Bénéteau ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
4 lectures
0 commentaires

La DRHEAM-CUP 2020 s’ouvre à la classe Figaro un mois avant le départ de la Solitaire

La troisième édition de la DRHEAM-CUP, prévue du 18 au 27 juillet entre Cherbourg-en-Cotentin et La Trinité-sur-Mer, continue à s’ouvrir au plus grand monde, puisque l’épreuve labellisée OPEN DE FRANCE DE COURSE AU LARGE accueillera cette année une flotte de Figaro 3. L’occasion pour les spécialistes de la classe de s’offrir une dernière répétition sur le parcours de la DRHEAM-CUP 400, à un peu plus d’un mois du départ de la Solitaire du Figaro.

image

Crédit : Solo Concarneau

Au moment où de nombreux organisateurs sont contraints de reporter ou d’annuler leurs courses pour cause de pandémie de Covid-19, notamment ceux de la Solo Maître CoQ, de la Solo Guy Cotten et de la Transat AG2R La Mondiale, les trois premières épreuves de la saison de la classe Figaro Bénéteau, Drheam Promotion, qui organise la DRHEAM-CUP, affirme son intention d’accueillir cette année une flotte de Figaro Bénéteau 3.

En lançant l’épreuve en 2016, son créateur, Jacques Civilise, avait fait le rêve d’une course estivale OPEN, c’est-à-dire ouverte à tous les supports, les formats et les marins. L’objectif est de leur permettre de disputer une vraie compétition de haut niveau dans une ambiance de fête et de partage. Cette ouverture, qui a d’ailleurs conduit à sa labellisation d’OPEN DE FRANCE DE COURSE AU LARGE, a notamment permis lors des deux premières éditions d’accueillir une flotte multi-classes, allant des Ultimes aux Yachts Classiques, en passant par les Imoca, les Class40, les Multi50, les Multi 2000, les IRC, les Osiris et les Mini 6.50.

Pour cette troisième édition, cette volonté d’ouverture se poursuit, puisque la classe Figaro Bénéteau a répondu à l’invitation de l’organisateur en inscrivant la DRHEAM-CUP à son calendrier officiel 2020. « Lorsque Jacques Civilise m’a fait part de son envie d’accueillir les Figaristes, j’ai tout de suite trouvé l’idée très intéressante et je l'ai soumise aux membres du bureau qui ont eux aussi été séduits, explique Yvon Breton, président de la classe Figaro Bénéteau. D’abord parce qu’elle a lieu à un moment idéal dans la perspective de la Solitaire du Figaro, qui démarre un bon mois après, ensuite parce que le fait de participer à une course multi-classes est l’occasion pour notre classe de s’ouvrir vers l’extérieur. Cette épreuve peut aussi donner envie à d’autres marins y participant de nous rejoindre, c’est toujours un objectif de continuer à se développer. C’est enfin important pour les partenaires, car la DRHEAM-CUP est une course bien médiatisée qui leur offre encore plus de visibilité. »

Jacques Civilise conclut : « Malgré la période difficile que nous traversons, nous continuons à travailler avec tous nos partenaires pour organiser dans les meilleures conditions la troisième édition de la DRHEAM-CUP. Très touchés par ce terrible drame que nous vivons tous, nous nous associons aux remerciements adressés à toutes les personnes mobilisées pour assurer les activités vitales, et notamment aux personnels soignants qui prennent des risques énormes pour combattre cette pandémie. En espérant que cette « guerre » contre le Covid-19 sera gagnée le plus vite possible. »

Source : C Muller

Lire la suite
3 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions