• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme
Super Utilisateur n'a pas encore mis à jour sa biographie

Louis Burton et Davy Beaudart veulent écrire une belle histoire

A moins de 3 semaines du départ de la Transat Jacques Vabre, Louis Burton et Davy Beaudart effectuent leurs derniers entraînements sur l’IMOCA Bureau Vallée 2. Après deux courses préparatoires, La Rolex Fastnet Race et le Défi Azimut, les deux navigateurs sont plus que jamais convaincus que leur amitié et leur complicité seront des avantages de poids pour la grande course de l’année.

Depuis 10 ans, malgré des parcours différents et particulièrement chargés, Louis Burton en IMOCA et Davy Beaudart en Classe Mini, ne se sont jamais vraiment quittés. « Même si nos vies quotidiennes sont bien remplies, on s’appelle ou on se voit très régulièrement. Pour savoir comment ça va, les courses, le bateau, la famille… » explique Louis Burton. « On s’appelle aussi souvent quand on a besoin de conseils ou d’avis techniques. J’ai une grande confiance en Louis et je crois que c’est réciproque. » poursuit Davy Beaudart.

4ème place prometteuse sur la Rolex Fastnet Race

Et sur l’eau, cette confiance mutuelle se transforme en véritable complicité, comme sur la dernière Rolex Fastnet Race en août dernier, où le duo a décroché une belle 4ème place : « Au-delà du classement, c’est surtout nos options de navigation et nos vitesses qui ont été une vraie confirmation de notre entente avec Davy » précise Louis Burton. Les bonnes sensations étaient également au rendez-vous au départ du Trophée Azimut à la fin du mois de septembre à Lorient : « On a pris la tête dès le départ, nos options de voile étaient payantes et la vitesse au rendez-vous » explique Davy Beaudart.

Mais très vite, quelque chose ne fonctionne plus sur ou plutôt sous Bureau Vallée 2 : « Par rapport à nos performances de vitesse habituelles, nous n’étions qu’à 85% de nos polaires théoriques » ajoute Louis Burton. Ralenti pendant la quasi-totalité des 48 heures de la course, le duo termine 10ème à Lorient : « Clairement, on était pas à la place où nous voulions être » déclare Davy Beaudart. A Lorient, après une plongée sous Bureau Vallée 2, les deux navigateurs remarquent que l’un des deux carénages d’ogive de quille était cassé et de grandes traces de frottement. « En fait nous pensons avoir traîné un gros filet de pêche pendant toute la course, c’est ce qui explique notre déficit de vitesse pendant une grande partie du parcours » explique Louis Burton.

Une amitié sans faille

Très vite, Bureau Vallée 2 a été sorti de l’eau et entièrement réparé : « Nous avons repris la navigation, la vitesse est à nouveau au rendez-vous, ça fait du bien » précise Davy Beaudart en souriant. Aujourd’hui les deux amis enchaînent les entraînements avec toujours autant d’envie. « Nous partageons les mêmes objectifs avec Davy. Aller le plus vite possible sur l’eau sans se poser de questions et en prenant le maximum de plaisir » explique Louis Burton. Les deux amis partagent la même ambition concernant la Transat Jacques Vabre, celle de mener à bien un projet de course au large performant. Et celle aussi d’écrire une belle histoire, à l’image de leur amitié sans faille. Le duo va continuer de s’entraîner jusqu’à la mi-octobre, avant de rejoindre le port du Havre le 18 octobre, date de l’ouverture du village départ de la Transat Jacques Vabre.

L’article Louis Burton et Davy Beaudart veulent écrire une belle histoire est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
2 lectures
0 commentaires

La polyvalence des marins à l’épreuve

Cela fait maintenant plus de cinq jours que les concurrents de la Mini-Transat La Boulangère sont en mer et ils en ont déjà vu de toutes les couleurs. Après un long run dans des conditions soutenues, le vent a légèrement molli ce jeudi, ce qui offre aux marins un peu de répit. Mais ce répit sera de courte durée. Une nouvelle difficulté se profile sur la fin de parcours puisqu’une dorsale anticyclonique va se dresser sur la route des Ministes. Au pointage de 14h, François Jambou (proto) et Ambrogio Beccaria (série) emmenaient toujours une flotte très étalée.

Après l’abandon de Pavel Roubal, qui a été hélitreuillé la nuit dernière au large du Portugal, 86 marins de la Mini-Transat La Boulangère sont toujours en mer. Deux sont toutefois en escale : David Kremer à Baiona et Jonathan Chodkiewiez à La Corogne. Ces deux coureurs n’ont pas encore indiqué à la direction de course s’il leur sera possible de repartir en course pour boucler cette exigeante première étape entre La Rochelle et Las Palmas de Gran Canaria.

Les coureurs sortent d’une phase très rapide et usante qui a fait souffrir les organismes et le matériel. On en saura plus à l’arrivée, quand les skippers raconteront leur course, mais il est probable que ces conditions compliquées aient fait quelques dégâts, plus ou moins handicapants. L’Allemand Morten Bogacki semble dans ce cas : il progresse à allure réduite depuis ce matin. Sans doute est-il en train de régler des bobos techniques.

Jambou et Beccaria maintiennent le cap

François Jambou impose un rythme effréné en proto. En 24 heures (de mercredi 14h à aujourd’hui 14h), il a parcouru 251 milles. Ses concurrents directs (Axel Tréhin et Tanguy Bouroullec) peinent à suivre mais absolument rien n’est joué à plus de 400 milles d’une arrivée qui s’annonce piégeuse.

En série, Ambrogio Beccaria ne lâche rien et reste leader. Julien Letissier, Félix De Navacelle et Guillaume L’Hostis sont ses plus proches poursuivants. Derrière, un groupe compact reste en embuscade : au pointage de 14h, seulement 10 milles séparaient le 5e (Florian Quenot) du 10e (Lauris Noslier).

Vers un final complexe

C’était à prévoir : cette première étape de la Mini-Transat La Boulangère est pour le moins variée. Les marins ont fait face à tous types de conditions, progressé à toutes les allures, et ce sont les profils polyvalents qui décrocheront les belles places aux Canaries.

Si le vent mollit progressivement, c’est samedi que les choses devraient sérieusement se compliquer avec l’instauration d’une dorsale anticyclonique entre Madère et Les Canaries. Le vent sera alors très faible, quasi inexistant. Selon les derniers routages, les premiers concurrents pourraient arriver à Las Palmas dans la nuit de samedi à dimanche, ou dimanche matin.

CLASSEMENT DU JEUDI 10 OCTOBRE A 14H

Classement du jeudi 10 octobre à 14h (heure française)

PROTO

1- François Jambou (865 – Team BFR Marée Haute Jaune) à 437 milles de l’arrivée
2- Axel Tréhin (945 – Project Rescue Ocean) à 37,4 milles du premier
3- Tanguy Bouroullec (969 – Cerfrance) à 45,8 milles du premier

SERIE

1- Ambrogio Beccaria (943 – Geomag) à 485 milles de l’arrivée​​​​​​​
2- Julien Letissier (869 – Reno Style) à 7,7 milles du premier
3- Félix De Navacelle (916 – Youkounkoun) à 17,4 milles du premier ​​​​​​​

L’article La polyvalence des marins à l’épreuve est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
2 lectures
0 commentaires

Le concours du Mirabaud Sailing Video Award approche, plus que deux semaines pour soumettre une vidéo

Les agences de production TV, les réalisateurs, caméramans et monteurs sont invités à envoyer leur meilleur clip vidéo, pour participer à la troisième édition du Mirabaud Sailing Video Award. Il ne reste que deux semaines avant la clôture du concours vidéo. L’objectif est de célébrer les meilleures vidéos de voile produites chaque année, ainsi que leurs auteurs, parmi lesquels les marins professionnels qui filment les régates auxquelles ils participent.

image

Crédit : C Balcells

Les vainqueurs seront célébrés à l’occasion du Yacht Racing Forum (Bilbao, Espagne) les 25 et 26 novembre.

Informations à retenir pour l’édition 2019 :
Les vidéos doivent avoir été filmées entre le 24 septembre 2018 et le 23 octobre 2019
Les vidéos doivent être soumises avant le 23 octobre 2019 à minuit GMT
Durée des vidéos: 45’’ à 2’00
Bande son libre de droits

Source : Mirabaud sailing

Lire la suite
0 lectures
0 commentaires

Hélitreuillage cette nuit sur la Mini Transat, Pavel Roubal a déclenché sa balise de détresse

La nuit a été sportive et délicate pour les concurrents de la Mini-Transat La Boulangère. Le Tchèque Pavel Roubal a déclenché sa balise de détresse avant d'être hélitreuillé. Il a atterri à Lisbonne, sain et sauf. Ce matin, 84 concurrents sont en mer (David Kremer et Jonathan Chodkiewiez sont toujours en arrêt technique).

image

Crédit : A Courcoux

Le skipper de la République Tchèque, Pavel Roubal (908) a déclenché sa balise de détresse cette nuit à 23H30 TU alors qu’il naviguait au large du Portugal. Sain et sauf, Pavel a été récupéré par un hélicoptère du MRCC Lisboa à 2H TU. Le tableau arrière de son Mini 6.50 a été arraché. Le skipper a atterri à Lisbonne ce matin où il a été pris en charge. Il a alors contacté la direction de course pour dire qu'il allait bien.

Classement du jeudi 10 octobre à 10h (heure française)

PROTO

1- François Jambou (865 – Team BFR Marée Haute Jaune) à 483,7 milles de l’arrivée
2- Axel Tréhin (945 – Project Rescue Ocean) à 34,7 milles du premier
3- Tanguy Bouroullec (969 – Cerfrance) à 41,8 milles du premier

SERIE

1- Ambrogio Beccaria (943 - Geomag) à 528,5 milles de l’arrivée​​​​​​​
2- Julien Letissier (869 – Reno Style) à 7,9 milles du premier
3- Guillaume l’Hostis (868 – Alternative Sailing-Constructions du Belon) à 17,1 milles du premier ​​​​​​​

Source : Mini Transat

Lire la suite
1 lectures
0 commentaires

L'AG2R LA MONDIALE s’engage pour la mixité, les inscriptions pour la Transat 2020 sont ouvertes - Figaro

Pour sa 15e édition, la Transat AG2R LA MONDIALE innove une nouvelle fois. En 2020, la mixité sera mise à l’honneur. Avec le soutien de la FFVoile, AG2R LA MONDIALE souhaite encourager la participation de duos homme-femme et leur offrira l’inscription à la course afin qu’ils soient le plus nombreux possible à prendre le départ. 

image

Crédit : A Courcoux


10 jours de festivités à Concarneau

Vendredi 10 avril 2020, les Figaro Bénéteau 3 seront amarrés à Concarneau au pied de la ville close et le village ouvrira ses portes au grand public. Ce sera le coup d’envoi de 10 jours de festivités avant le grand départ qui aura lieu dimanche 19 avril.

Les inscriptions sont ouvertes

Alors qu’Armel Le Cléac’h a d’ores et déjà annoncé sa participation à la 15e édition de la Transat AG2R, la dynamique lancée par le Figaro Bénéteau 3 équipé de foils laisse entrevoir un plateau de choix en 2020. Les skippers sont invités à s’inscrire dès aujourd’hui.

Challenge Handivoile

Sur le village de la course à Concarneau, le challenge Handivoile sera organisé pour la 3e édition consécutive et réunira des duos handisportif / skipper. Ce challenge permet à AG2R LA MONDIALE de promouvoir la mixité et la lutte contre l’exclusion.

Source : F Morin

Lire la suite
0 lectures
0 commentaires

Mode sous-marin activé pour l'IMOCA Advens, Thomas Ruyant et Antoine Koch se mouillent pour la Jacques Vabre

Lire la suite
0 lectures
0 commentaires

Mini-Transat. François Jambou accélère !

Mini-Transat. François Jambou accélère !

Le rythme s’est accéléré depuis mercredi sur cette première étape de la Mini-Transat. La flotte des 87 bateaux entame le dernier tiers du parcours. Le moment idéal aidé de bonnes conditions météos pour accélérer et creuser l’écart pour François Jambou qui compte ce jeudi 10 octobre plus de 30 milles d’avance sur ses poursuivants directs Axel Tréhin et Tanguy Bouroullec. C’est sans doute entre ces 3 skippers que se jouera le podium.
En Série, le match s’est clairement resserré avec un trio qui navigue groupé avec  Ambrogio Beccaria, Julien Letissier et Guillaume L’Hostis placés non loin du 4e proto de Marie Gendron.

Lire la suite
2 lectures
0 commentaires

Mini Transat. Pavel Roubal (908) a déclenché sa balise de détresse

Mini Transat. Pavel Roubal (908) a déclenché sa balise de détresse

Le skipper de la République Tchèque, Pavel Roubal (908) a déclenché sa balise de détresse cette nuit à 23H30 TU alors qu’il naviguait au large du Portugal. Sain et sauf, Pavel a été récupéré par un hélicoptère du MRCC Lisboa à 2H TU. Le tableau arrière de son Mini 6.50 a été arraché. Le skipper a atterri à Lisbonne ce matin où il a été pris en charge. Il a alors contacté la direction de course pour dire qu’il allait bien.

Lire la suite
1 lectures
0 commentaires

Rythme effréné sur la Mini Transat, François Jambou emmène toujours la flotte - Classement

Ce soir, la flotte de la Mini-Transat La Boulangère s’étire de la latitude de Lisbonne au cap Finisterre. La journée a été très rapide et grisante, surtout pour les marins les plus au Sud. Les concurrents de tête imposent un rythme effréné, emmenés par François Jambou (en proto) et Félix De Navacelle (en série). Quatre Ministes ont été contraints à des escales techniques. Jean-Baptiste Ternon et Joe Lacey ont repris leur course. Quant à David Kremer, il a ouvert son tableau arrière, et s’est arrêté à Baiona. Seul dans le port espagnol, il doit surmonter la déception et envisager les différentes options possibles.

image

Crédit : A Courcoux

Les marins de la Mini-Transat La Boulangère 2019 vivent la journée la plus rapide de cette première étape, initiée samedi dernier à La Rochelle, et qui se terminera à Las Palmas de Gran Canaria. Le rythme sera très soutenu la nuit prochaine dans un flux de Nord puissant (avec des rafales jusqu’à 35 nœuds) et une belle houle. Les milles vont défiler avant que le vent ne commence à mollir à partir de demain, pour devenir très timide aux abords des Canaries à partir de vendredi. Mais chaque chose en son temps. Pour le moment, l’heure est aux grands surfs sous spi et à la vitesse. L’ambiance est humide et les marins passent beaucoup de temps à la barre. Les moments de repos doivent être réduits au strict minimum et quand tout marche bien à bord, le plaisir doit être maximum.

Proto : Jambou, Tréhin et Bouroullec tiennent le bon bout

François Jambou, Axel Tréhin et Tanguy Bouroullec emmènent toujours la flotte en proto. Sauf soucis techniques, ils ne se quitteront probablement pas jusqu’aux Canaries. Lancés à vivre allure, grand largue, ils ont fait aujourd’hui cap au Sud-Ouest. Outre la nécessité de bien faire marcher le bateau, ils doivent se poser la question du meilleur moment pour empanner. A la 4e place, on retrouve Marie Gendron, la seule femme engagée en proto cette année. La flotte est très étalée. Vincent Lancien, 10e, est relégué à 80 milles du leader tandis que Nicolas Tobo, 20e, est à plus de 200 milles.

Série : Changements de leaders

Le match est plus ouvert en série dans le sens où beaucoup de skippers peuvent encore prétendre aux meilleures places à Las Palmas de Grand Canaria. Au pointage de 18h, Félix de Navacelle occupait la première place devant Guillaume L’Hostis. Dans le Top 10, on trouve neuf Pogo 3 avec aussi Julien Letissier, Ambrogio Beccaria, Matthieu Vincent, Sébastien Guého, Benjamin Ferré, Lauris Noslier et Amélie Grassi. Un marin disposant d’un Mini de série à étrave ronde se mêle à la bagarre : Florian Quenot occupe une très belle 3e place. Egalement sur un scow, Paul Cloarec est 11e.

Des dégâts pour Kremer ; Ternon et Lacey repartent

Coup dur pour David Kremer. Le tableau arrière de son vénérable proto Bon Pied Bon Peil (260) s’est ouvert. David a rallié Baiona où il tente de reprendre ses esprits avant d’envisager les différentes options possibles et de voir s’il peut repartir en course. A 18h, Jean-Baptiste Ternon était reparti de La Corogne et Joe Lacey était sur le point de quitter Gijón. Jonathan Chodkiewiez est toujours à La Corogne.

Kevin Bloch emmène la flotte des « vintage » en série

Le match n’est pas seulement devant et à tous les niveaux de la flotte, chacun trouve des coureurs à qui se confronter. Certains marins engagés sur des bateaux d’ancienne génération réalisent de jolies performances, à l’instar de Kevin, Bloch sur son Pogo 2 de 2007 (le 697), qui s’accroche à des concurrents engagés sur des Minis bien plus récents. On peut aussi saluer les belles navigations de Jean Bachèlerie sur le plus vieux bateau de série de la flotte (le 428, mis à l’eau en 2003) mais aussi de Masa Suzuki (470), Irina Gracheva (579), Thomas Gaschignard (539), Mathieu Gobet (455) – entre autres. Ces marins font des belles courses avec les moyens dont ils disposent. Du premier au dernier, ces 87 femmes et hommes qui bravent actuellement l’Atlantique sur les plus petits bateaux de course au large au monde méritent tous d’être salués.

CLASSEMENT DU MERCREDI 9 OCTOBRE A 18H

PROTO
1- François Jambou (865 – Team BFR Marée Haute Jaune) à 653,7 milles de l’arrivée
2- Tanguy Bouroullec (969 – Cerfrance) à 15,6 milles du premier
3- Axel Tréhin (945 – Project Rescue Ocean) à 17,4 milles du premier

SERIE
1- Félix De Navacelle (916 - Youkounkoun) à 696 milles de l’arrivée​​​​​​​
2- Guillaume l’Hostis (868 – Alternative Sailing-Constructions du Belon) à 3,7 milles du premier ​​​​​​​
3- Florian Quenot (946 – Mini Skippy) à 4,6 milles du premier

Source : A Bargat

Lire la suite
3 lectures
0 commentaires

14ème édition droit devant !

La 14èmeédition du Fort Boyard Challenge se tiendra les 12 et 13 Octobre prochains sur la grande plage de Fouras-Les-Bains (17). Ils seront près de 500 à participer au challenge sportif toujours aussi ambitieux en windsurf, paddle et pirogue VA’A. Les challengers sont nombreux à être inscrits, certaines épreuves affichent déjà complet.

Un plateau de haut niveau en paddle !

Avec un format de course original depuis 4 éditions, le Fort Boyard Challenge a acquis ses lettres de noblesse dans le milieu des courses en stand up paddle. Il faut dire que l’épreuve a de quoi séduire… Un embarquement en bac à la pointe de la Fumée, puis un départ vers le large en fonction des conditions météo. Les concurrents se jettent alors en mer pour prendre le départ d’un Downwind (course avec le vent dans le dos), et doivent rallier la plage de Fouras le plus vite possible ! Parmi les challengers engagés on notera la présence d’Amandine Chazot (Gagnante de l’Euro Tour à Cap de Creus, 2ème au downwind Euro Tour de Vendée Gliss Event et 3ème sur le downwind des Gorge Paddle Festival – USA) de Fanny Teissier (2ème Championnat de France SUP Race Longue Distance 2019 Milieu Maritime) ou encore de Marie Buchanan. Cette dernière fait partie de la Team Great Britain pour lequel elle a participé aux 6 derniers ISA SUP World Championships. Marie a aussi gagné les 11 Cities, Pro Ladies Paris crossing, Icon Classic… Leur participation promet une belle bataille pour le podium féminin de l’édition 2019 Fort Boyard !

Chez les hommes, Tom Auber (un des meilleurs mondiaux, récemment 2ème en technical race au Championnats de France élite,champion de France 2018 et vainqueur d’épreuves internationales comme l’ Eurotour Cap Creus 2019 et l’Eurotour Battle of the coast 2018) et son frère Marius Auber (champion de France jeune et récent vainqueur de la Kelt Ocean race), Vincent Verhoven(watermen averti) ou encore Boris Jinvresse (5ème sur l’Euro tour Vendée Gliss event et a fini dans le Top 10 Gorge paddle Festival (USA), sont déjà annoncés.

En windsurf, les coureurs auront plus de temps pour aller contourner le Fort Boyard !

Depuis la première édition du FBC en 2006, le format de la course windsurf n’avait pas vraiment évolué. Pour faire le tour du Fort Boyard, il fallait être dans les 30 minutes derrière le premier. Et il faut dire que la tâche s’avèrait rude quand Antoine Albeau 25 fois champion de monde boucle le parcours dans sa totalité en … 39 minutes ! Durant 13 éditions, bon nombre de riders ont dû rentrer à la plage de Fouras sans passer par le Fort.
Cette année, tout en respectant les mesures de sécurité optimales, le temps définit par l’organisation permettra à un plus grand nombre de windsurfeurs d’aller faire le tour du Fort au moins une fois dans la journée. La mise en place de cette nouvelle organisation de course répond ainsi aux attentes des windsurfeurs qui ne manquaient pas de témoigner leur déception de ne pouvoir se rendre au Fort Boyard.
Dernière nouveauté sur la course windsurf pour cette édition, il s’agit de l’arrivée d’un classement séparé pour les windsurfoils. Le départ des courses sera séparé de 5 minutes, ce qui permettra de compenser la différence de vitesse entre foil et planches classiques. Les coureurs pourront participer un jour sur un support et l’autre jour sur l’autre. Antoine Albeau, parrain de l’événement a déjà confirmé sa participation tout comme Fabien Pianazza (champion du monde en RS:X). Manon Pianazza vice-championne du monde jeune en RS :X, courra aux côtés de son frère.

L’épreuve de pirogue prend des airs internationaux

C’était déjà le cas pour l’épreuve de SUP avec des engagés venant des îles Anglo-Normandes, ce sera aussi le cas pour la pirogue VA’A : le Fort Boyard Challenge s’internationalise ! Traverser la France pour venir ramer plus de 50km en cumulé sur les 2 jours du Fort Boyard Challenge, c’est ce que s’apprête à faire des rameurs italiens.
C’est lors de leur participation en mai dernier à la Vendée Va’a qu’ils entendent parler du Fort Boyard Challenge, qu’à cela ne tienne, ils seront sur la ligne de départ de cette 14ème édition. Au programme près d’une vingtaine d’équipages engagés, 2 parcours entre les îles d’Aix et Madame avec le très attendu tour de Fort Boyard !

En pirogue toujours, la journée du samedi verra se confronter les entreprises du territoire dans un challenge par équipages de 4. Un seul trophée est à remporter !

Un événement qui se vit aussi à terre

Comme chaque année, l’organisation fait le plein d’animations à proposer au public qui se déplace pour encourager les challengers. Initiations, SUP Yoga, Tyrolienne géante, jeux pour enfants et marché polynésien font partie des incontournables de l’événement. La nouveauté 2019 réside dans une animation proposée par ACT Service, entreprise du territoire. Il y a quelques semaines, ils ont équipé Antoine Albeau d’une caméra 360°, ce dernier est alors parti faire le tour du Fort Boyard en windfoil. Durant 2 jours, le public pourra, muni d’un casque de réalité virtuelle, contourner le Fort Boyard en planche… et sans quitter la terre ferme. Une expérience inédite qui devrait séduire petits et grands, sportifs et moins sportif !
Aerial Pictures, partenaire de l’évènement, proposera également une expérience similaire avec un masque 3D. Le public pour en effet prendre de la hauteur et survoler la grande plage de Fouras… en live !

L’article 14ème édition droit devant ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
4 lectures
0 commentaires

Les Femmes et les bateaux d’abord

Le HUB By OC Sport et The Magenta Project organisent un atelier dédié aux femmes souhaitant se lancer dans la course au large les 11 et 12 octobre prochains. Différentes activités seront proposées aux 25 participantes, telles que des navigations en Figaro 3, des conférences et des rencontres avec les acteurs du milieu.

Organisé conjointement par le HUB By OC Sport et The Magenta Project, l’atelier dédié aux femmes souhaitant se lancer dans un projet de course au large va permettre aux participantes de découvrir plusieurs facettes du milieu.

Deux journées de navigation sont prévues le vendredi 11 et le samedi 12 octobre. Par groupes de 3 et accompagnées des skippers de la saison 2019 – Justine Mettraux, Cécile Laguette, Benjamin Schwartz, Yoann Richomme, Fabien Delahaye, Corentin Douguet ou encore Jean-Pierre Nicol ont répondu présent, les participantes bénéficieront de leurs conseils pour s’initier et progresser, en fonction de leur niveau, sur les manœuvres en solitaire.

En parallèle, des conférences aborderont les différents thèmes de la course au large. Pierre-Yves Lautrou interviendra sur : « Communiquer autour d’un projet Figaro 3 et développer une offre commerciale ». La gestion de projet sera également présentée par Marcus Hutchinson, tandis que les skippers partageront leur expérience sur la préparation physique et la gestion de l’avitaillement et du sommeil en course.

Ces deux jours seront ponctués par la soirée du Champion de France Elite de Course au large Benjamin Schwartz le vendredi soir et par la visite des infrastructures et de l’IMOCA Initiatives Cœur de Sam Davies, qui met à disposition ses locaux le samedi matin.

L’article Les Femmes et les bateaux d’abord est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
4 lectures
0 commentaires

Le Easy To Fly à l’assaut de l’Europe !

Inspirés par les multicoques de la Coupe de l’America, Jean-Pierre Dick (quadruple vainqueur de la Transat Jacques Vabre) et l’architecte Guillaume Verdier créent en 2016 l’ETF26 (Easy to Fly). A travers le développement de ce support, le skipper aux multiples tours du monde souhaite proposer un catamaran qui permette à chacun de naviguer facilement pour atteindre l’excellence du vol à bord de bateaux équipés de foils. Construit et assemblé en France, ce sportsboat est conçu pour voler dès 8 nœuds de vent. Sa facilité d’utilisation (montage et démontage en 4 heures sans grue) et une offre de location attractive en font l’un des supports en vogue pour les régatiers de la « génération foil »

Pour leur deuxième année, les ETF Series seront présents lors de cinq grands rendez-vous en Europe.

SPI OUEST-FRANCE – DESTINATION MORBIHAN / La Trinité sur Mer – France / 9 au 13 avril 2020 EUROCAT / Carnac – France / 1er au 3 mai 2020 GRAND PRIX DE SUISSE / Lac Léman – Suisse / 4 au 6 juin 2020 GARDA FOILING WEEK / Malcesine – Italie / 25 au 28 juin 2020 NATIONAL ETF26 / Marseille – France / 11 au 13 septembre 2020

Les équipages pourront également participer à trois régates d’exception : le Bol d’Or Mirabaud à Genève, le Tour de Belle-Ile et la Catagolfe à Arradon. C’est donc sur un planning riche que vont pouvoir s’engager les régatiers pour vivre une expérience de compétition exigeante.

Des entraînements et relations publiques seront mis en place dans la plupart des lieux de régate. Plusieurs teams de course au large ont testé l’ETF26, certains l’ont même adopté en tant que support complémentaire de leur projet. C’est le choix qu’a fait par exemple Armel Tripon cette saison. Skipper d’un monocoque IMOCA, il s’entrainait parallèlement en ETF26, notamment dans les phases de chantier de son bateau. Le foiler de 26 pieds permet aussi l’activation de relations publiques exceptionnelles pour faire vivre et partager l’expérience de la navigation à foils avec le plus grand nombre.

ILS ONT ADOPTÉ L’ETF26

Armel Tripon, skipper de l’ETF26 et de l’IMOCA L’Occitane en Provence actuellement en construction :

« Les ETF Series m’ont permis de régater sur des événements médiatisés pendant les périodes de chantier de mon monocoque de course au large. Il s’agit d’un très bon support d’entraînement car il développe la vigilance, la concentration, la compréhension du vol qui seront des atouts pour ma prochaine expérience en IMOCA tout en limitant les contraintes logistiques. »

Dominique Ceolin, CEO d’ABC arbitrage, sponsor

« L’ETF26 est un bateau technologique, tout comme les solutions que notre société développe. Le parallèle est facile à faire, et ce sponsoring est une démonstration de notre engagement vers l’innovation auprès de notre clientèle. Il s’agit d’un véritable soutien pour notre communication car la nouveauté est au cœur de notre stratégie et les ETF26 amènent du jamais vu en termes d’images, de sensations et d’exploitation médias. Les sensations sont immédiates dans toutes les conditions de vent. La majorité de ceux qui ont pu naviguer avec ce catamaran volant est revenue éblouie par l’expérience. Une sortie d’un quart d’heure illustre mieux que des mots nos valeurs porteuses : la technologie, l’innovation et la performance.»

L’article Le Easy To Fly à l’assaut de l’Europe ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
3 lectures
0 commentaires

Plaisir, vigilance et compétition !

Les concurrents de la Mini-Transat La Boulangère en finissent avec une traversée du golfe de Gascogne exigeante. Ils entrent dans la deuxième grande phase du parcours, qui n’est pas la moins grisante puisque les prochains jours se feront aux allures portantes. Quasiment tous les concurrents passent à l’intérieur du DST cap Finisterre, mis à part quatre marins qui tentent une option « Far West » potentiellement payante. Deux marins sont contraints à des escales techniques, Joe Lacey (à Gijon) et Jonathan Chodkiewiez (à La Corogne). En proto, François Jambou a pris les commandes, suivi de très près par Axel Tréhin. En série, Ambrogio Beccaria navigue en patron.

Les Ministes sont en train de trouver ce qu’ils sont venus chercher, ces longues journées de glissades sous spi. Il a fallu les mériter et la navigation reste toujours complexe aux abords du cap Finisterre puis le long des côtes portugaises, notamment en raison du trafic maritime très dense, imposant la plus grande vigilance. Les jours prochains, les marins vont glisser dans un vent de Nord qui devrait se renforcer progressivement, et une belle houle (plus de 3 mètres). Il faudra aller vite, tout en maîtrisant le bateau et sans partir au tas.

Quatre marins tentent une option Ouest DST

Morten Bogacki (934), Fabio Muzzolini (716), Julien Letissier (869) et Guillaume L’Hostis (868) sont à 18h les seuls coureurs à être passés à l’Ouest du DST (Dispositif de Séparation de Trafic) du cap Finisterre. Ils vont chercher du vent plus soutenu, s’éloignent du trafic maritime et naviguent sur une houle plus longue. Une option à suivre avec attention !

Gros matchs en proto et série

L’Allemand Morten Bogacki, qui fait un très joli début de course, espère ainsi recoller avec le trio de tête en proto. François Jambou (865) a ravi les commandes à Axel Tréhin (945). Tanguy Bouroullec (969) est plus que jamais en embuscade. Marie Gendron (930) reste dans le Top 5 et devra résister aux assauts de Raphaël Lutard (900) et Erwan Le Méné (800) – entre autres.

En série, Ambrogio Beccaria (943) impose son rythme. L’Italien, toujours rapide, est connu pour faire très peu d’erreurs stratégiques. Dans son sillage, un groupe très compact compte bien le détrôner. Félix de Navacelle (916) est toujours 2e ce soir mais Julien Letissier et Guillaume L’Hostis profitent de leur option Ouest pour revenir très fort : ils étaient 3e et 4e au pointage de 18h.

Deux concurrents en escale technique

Ce midi (heure française), le bateau accompagnateur Yemanja a envoyé le message suivant à la direction de course : « Le 958 croise derrière nous à la position 43°53’N 8°41’W à 10h39 TU. Il fait route vers La Corogne pour réparer ses problèmes de batteries et génois déchiré. » Le marin menant le Mini 6.50 n°958 est Jonathan Chodkiewiez, l’un des 22 concurrents engagés en proto. A 18h, Jonathan était en approche de La Corogne.

Quant à Joe Lacey, il est bien arrivé à Gijón aujourd’hui à 11h30, où il répare son avarie électrique et espère repartir en course. La durée d’escale minimum étant de 12h, il ne pourra reprendre la mer qu’à partir de 23h30.

Les bateaux accompagnateurs rapportent quelques autres mésaventures. Guillaume Quilfen (977) est monté au mât pour récupérer sa drisse de spi. Benoît Formet (887) a lui aussi laissé partir sa drisse de grand spi en tête de mât. S’est-il attaqué à son tour à la périlleuse ascension ?

CLASSEMENT DU MARDI 8 OCTOBRE A 18H

PROTO

1- François Jambou (865 – Team BFR Marée Haute Jaune) à 906,2 milles de l’arrivée
2- Axel Tréhin (945 – Project Rescue Ocean) à 2,6 milles du premier
3- Tanguy Bouroullec (969 – Cerfrance) à 6 milles du premier

SERIE

1- Ambrogio Becarria (943 – Geomag) à 932,6 milles de l’arrivée
2- Félix De Navacelle (916 – Youkounkoun) à 6,9 milles du premier
​​​​​​​3- Julien Letissier (869 – Leno Style) à 10,4 milles du premier ​​​​​​​

L’article Plaisir, vigilance et compétition ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
3 lectures
0 commentaires

Rendez-vous mi-octobre pour la Finale de l’Engie Kite Tour à La Grande-Motte, Alex Caizergues et Axel Mazella attendus

Après Hendaye, La Baule et Wimereux, l’ENGIE KITE TOUR 2019 va faire escale en Méditerranée, sur le spot de La Grande-Motte. Du vendredi 11 au dimanche 13 octobre, environ 60 riders, professionnels comme amateurs, se retrouveront pour disputer des courses spectaculaires.


image
Crédit : Eric Bellande / Engie FFVoile

Kitefoil, planche directionnelle et twin-tip

Parmi les ambassadeurs présents, il y Alex Caizergues, l’homme le plus rapide de la planète en kite et fidèle de l’ENGIE KITE TOUR, circuit de référence sur lequel il brille régulièrement en planche directionnelle.

Après l’Atlantique (Hendaye, La Baule) et la mer du Nord (Wimereux), c’est en Méditerranée que les leaders vont se départager. A l’issue des trois jours de course disputés à La Grande-Motte, on connaîtra les vainqueurs dans chacune des trois classes : kitefoil, planche directionnelle et twin-tip.

Alex Caizergues, le local

Cette quatrième étape devrait être celle qui réunit le plus de concurrents avec 60 riders espérés. Les amateurs locaux vont pouvoir se mesurer aux cinq ambassadeurs présents : Chris Ballois, Anaïs Mai-Desjardins, Axel Mazella, Poema Newland et Alex Caizergues, le local de l’étape.

Déjà vainqueur à Hendaye et Wimereux en planche directionnelle, Alex Caizergues ne fera toutefois pas de cadeaux aux kiteboarders qui tenteront de le détrôner. « Mon objectif est de gagner à La Grande Motte et de remporter l’ENGIE KITE TOUR 2019 dans ma catégorie. Pas le droit à l’erreur car je n’ai pas pu participer à l’étape de La Baule. »

Source : M Mermod

Lire la suite
3 lectures
0 commentaires

Entrainement musclé pour l'IMOCA Charal, le duo Beyou - Pratt à fond vers la Transat Jacques Vabre - Images

Entrainement musclé pour l'IMOCA Charal, le duo Beyou - Pratt à fond vers la Transat Jacques Vabre - Images | ScanVoile
Lire la suite
2 lectures
0 commentaires

A Sfida Capicursina. Troisième édition les 19 et 20 octobre

A Sfida Capicursina. Troisième édition les 19 et 20 octobre

Le 19 et 20 octobre prochain, se déroulera à Macinaggio (dans le Cap-Corse) la troisième édition de la régate A Sfida Capicursina avec pour parrain Antoine Albeau, 25 fois champion du monde et recordman de vitesse.

Cette course, qui prend de l’ampleur d’année en année, est inscrite dans le calendrier régional des épreuves de vitesse et de longues distances en planche à voile, en kitesurf ainsi qu’en voilier habitable. Le Cap Corse, pourtant encore méconnu par beaucoup de pratiquants, propose aux amateurs de sports nautiques un cadre idéal qui mélange le goût de la nature et des sensations fortes. La pointe de l’île étant en effet, connue pour ses conditions de vent idéales pour leur pratique.
Comme l’an dernier, ce sont les conditions météorologiques qui décideront du choix des parcours pour les funboardeurs et les kitesurfeurs de vitesse ou de longue distance. Pour les habitables, le départ s’effectuera le samedi 19 octobre en direction de Capraia. » en direction de Capraia. Cette épreuve sera la dernière régate de la saison sportive du championnat de Corse.

Lors de la remise des prix en habitable sera décerné, en plus du titre de vainqueur de «A Sfida Capi Cursina », le titre de champion de Corse. Le Parc naturel marin Cap-Corse et de l’Agriate partenaires de la course s’inscrit dans une démarche de mise en valeur du parc. Cet événement mettra à l’honneur Florent Adjina, mort brutalement à 22 ans, le numéro 711 étant son numéro de voile.
Parallèlement à notre course, la course pédestre « A serra di u Capicorsu » donnera également son départ le 19 octobre.

Lire la suite
6 lectures
0 commentaires

Imoca. Très belles images d’Advens, le nouvel Imoca de Thomas Ruyant

Imoca. Très belles images d’Advens, le nouvel Imoca de Thomas Ruyant

Thomas Ruyant et Antoine Koch multiplient les entraînements à bord de leur nouveau monocoque IMOCA Advens for Cybersecurity avant le départ de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre le 27 octobre prochain ! Il nous présente son bateau dans le dernier numéro de Course au Large n°87, en kiosque. Très belles photos du large réalisées par Pierre Bouras.

Thomas Ruyant et Antoine Koch en entraînement @ Pierre BourasThomas Ruyant et Antoine Koch en entraînement @ Pierre Bouras
Lire la suite
3 lectures
0 commentaires

Cinq rendez-vous pour les ETF Series 2020, les catamarans à foils Easy to Fly attendus au Spi OF et à l'Eurocat

Cinq rendez-vous pour les ETF Series 2020, les catamarans à foils Easy to Fly attendus au Spi OF et à l'Eurocat | ScanVoile
Lire la suite
4 lectures
0 commentaires

Mini-Transat. Break en proto, belle option en Série, la Mini accélère !

Mini-Transat. Break en proto, belle option en Série, la Mini accélère !

Déjà à la hauteur de Lisbonne, cette journée de mercredi s’annonce comme la plus rapide de cette première étape. Le long des côtes portugaises, les Ministes alignent des vitesses à deux chiffres sous spi. En proto, François Jambou, Axel Tréhin et Tanguy Bouroullec ont fait le break. En série, Guillaume L’Hostis et Julien Letissier ont tiré les bénéfices de leur option à l’Ouest du DST cap Finisterre. Ils sont ce matin en tête. Trois concurrents sont en escale technique : Jean-Baptiste Ternon et Jonathan Chodkiewiez (à La Corogne), et toujours Joe Lacey (à Gijón). Enfin, David Kremer se détourne vers un port pour réparer un problème de safran.

Le rythme a franchement accéléré depuis le passage du cap Finisterre. Le flux de Nord prend de la consistance à mesure que les Ministes gagnent dans le Sud. La journée s’annonce sportive et périlleuse. Gare aux sorties de route !

Changement de leader en série
En proto, François Jambou garde un petit avantage en tête de la flotte. Son nouveau dauphin est Tanguy Bouroullec qui déboule à vive allure avec son foiler, suivi de près par Axel Tréhin. Les trois leaders ont fait le break sur leurs premiers poursuivants (Morten Bogacki, Marie Gendron, Erwan Le Méné).

En série, la nuit a davantage redistribué les cartes. Guillaume L’Hostis et Julien Letissier ont profité à plein de leur option prise hier à l’Ouest du DST cap Finisterre. Ils ont ainsi détrôné Ambrogio Beccaria qui a fait un bord de recadrage vers la côte (suivi de quelques autres concurrents). Pour le moment pénalisant, ce léger décalage permettra-t-il à moyen terme à l’Italien de reprendre les commandes ? On notera au passage le remarquable come-back de Julien Letissier qui était 35e au pointage de 2h hier et qui navigue ce matin en 2e position !

Point sur les escales techniques
Hier soir, Jean-Baptiste Ternon est arrivé à La Corogne. Il a contacté ce matin la direction de course pour expliquer qu’il a arraché un support de panneau solaire dans un départ au tas. Il espère pouvoir repartir vers midi aujourd’hui. David Kremer va lui aussi devoir s’arrêter dans un port suite à un problème de safran. On ne sait pas encore où il va faire escale. Toujours à Gijón, Joe Lacey pourrait repartir ce midi. Enfin, Jonathan Chodkiewiez tente à La Corogne de réparer sa voile d’avant déchirée et de régler ses problèmes d’énergie.

Classement du mercredi 9 octobre à 10h (heure française)

PROTO

1- François Jambou (865 – Team BFR Marée Haute Jaune) à 734 milles de l’arrivée
2- Tanguy Bouroullec (969 – Cerfrance) à 5,9 milles du premier
3- Axel Tréhin (945 – Project Rescue Ocean) à 8 milles du premier

SERIE

1- Guillaume l’Hostis (868 – Alternative Sailing-Constructions du Belon) à 771 milles de l’arrivée​​​​​​​
2- Julien Letissier (869 – Leno Style) à 2,2 milles du premier ​​​​​​​
3- Félix De Navacelle (916 – Youkounkoun) à 3,9 milles du premier

 

Lire la suite
2 lectures
0 commentaires

Transat Jacques Vabre. Maître CoQ IV fin prêt !

Transat Jacques Vabre. Maître CoQ IV fin prêt !

Yannick Bestaven et Roland Jourdain achèvent cette semaine leur préparation sur l’eau pour la Transat Jacques Vabre par un ultime stage d’entraînement à Port-la-Forêt. Confortés par leur bonne quatrième place en septembre sur le Défi Azimut, les deux skippers de Maître CoQ IV, qui ont beaucoup navigué depuis le début de l’année, ont fait le plein de confiance avant de mettre le cap sur Le Havre.

Depuis la Rolex Fastnet Race début août, dont ils ont pris la sixième place, Yannick Bestaven et Roland Jourdain n’ont pas chômé : à leur retour de Cowes, l’IMOCA Maître CoQ IV est d’abord repassé par la case chantier, comme l’explique son skipper Yannick Bestaven : « Nous avons effectué un chantier de révision chez Bilou (Roland Jourdain) à Concarneau en vue de la Transat Jacques Vabre, parce que nous avons beaucoup navigué depuis le début de l’année, entre une mise à l’eau dès le mois de janvier, le stage au Portugal et toutes les courses auxquelles j’ai participé, c’était nécessaire de tout vérifier. Et ce qui est très positif, c’est que nous n’avons eu aucune mauvaise surprise, c’est la preuve que Maître CoQ IV est bien fiabilisé. »

Une fois ce dernier remis à l’eau le jeudi 5 septembre, le duo a poursuivi sa préparation sur l’eau à Concarneau pendant une semaine, avant de mettre le cap sur Lorient pour participer du 18 au 22 septembre au Défi Azimut, ultime compétition avant la Transat Jacques Vabre. Maître CoQ IV, comme en début de saison sur la Bermudes 1000 Race en solo (deuxième place pour Yannick Bestaven), s’y est illustré en terminant quatrième (sur vingt participants) des trois épreuves au programme, les runs de vitesse, la course en double de 48 heures et le tour de Groix. « Nous sommes vraiment contents du résultat, d’autant que la concurrence était rude, avec notamment quelques nouveaux foilers, mais nous avons plutôt fait les bons choix, et avec Yannick, ça s’est très bien passé, nous avons la même façon de voir les choses à bord, ce qui rend le fonctionnement assez fluide », commente Roland Jourdain.

Yannick Bestaven confirme : « C’est un plaisir de naviguer avec Bilou, qui est à la fois très agréable quelles que soient les conditions et passionné, il met beaucoup de cœur dans ce qu’il fait et possède une grosse expérience, qui m’est précieuse. En plus, comme nous aimons tous les deux la compétition et que le bateau est bien fiabilisé, nous avons pu attaquer comme nous le voulions. A l’arrivée, c’est une belle quatrième place et c’est vraiment positif d’avoir pu se mesurer à une partie de la concurrence que nous retrouverons sur la Transat Jacques Vabre ».

Ce qui a encore été le cas début octobre, puisque le duo de Maître CoQ IV a été invité à participer à un stage d’entraînement avec le pôle Finistère course au large de Port-la-Forêt, une première pour Yannick Bestaven, qui a apprécié : « Ce qui est sympa, c’est que les skippers mettent tout en commun, ça tire forcément vers le haut et ça permet de gagner beaucoup de temps. Nous avons notamment effectué une sortie de 24 heures à cinq bateaux, pendant laquelle nous avons enchaîné un départ et un parcours au large dans toutes les configurations, à savoir du près vitesse, du reaching travers au vent, du portant dans 25-30 nœuds, et un retour au près. C’était très constructif et nous avons encore eu la confirmation que nous étions dans le match. »

Les deux hommes enchaînent depuis mardi 8 jusqu’au jeudi 10 octobre avec un ultime stage, toujours à Port-la-Forêt, l’occasion notamment de finir de valider les nouvelles voiles de portant reçues en septembre, avant de mettre le cap, la semaine prochaine, vers Le Havre, où le village de la Transat Jacques Vabre ouvrira ses portes le vendredi 18 octobre. « L’objectif après ce dernier stage sera de bien se reposer pour que les skippers et Maître CoQ IV arrivent en pleine forme au Havre. J’ai la chance d’avoir une très bonne équipe autour de moi pour préparer le bateau (Jean-Marie Dauris, Stan Delbarre, Ronan Le Goff et Antoine Conan), c’est un vrai confort. L’engouement autour du projet que je sens également chez mon partenaire Maître CoQ et chez l’ensemble des collaborateurs de la marque est aussi une véritable source d’énergie. C’est important dans ma préparation de me sentir soutenu et même porté »,apprécie Yannick Bestaven, pour lequel « tous les signaux sont au vert »à trois semaines du départ du grand rendez-vous de la saison.

Lire la suite
5 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions