• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme
Super Utilisateur n'a pas encore mis à jour sa biographie

Eliès revenu à moins de 5 milles de Paul Meilhat

Paul Meilhat n’est plus qu’à 30 milles de l’arrivée et en approche de la marque de Basse Terre située à 7 milles devant lui. Le 60 pieds SMA est passé plus tôt à la Tête à l’Anglais avec 12,4 milles d’avance sur Yann Eliès. Plus que jamais en course pour la victoire après la pénalisation de 24h infligée à Alex Thomson, le skipper de SMA est à 21h30 heure française empêtré dans les calmes alors que Yann Eliès revient derrière lui et n’est plus qu’à 4,5 miles. Va-t-on revivre la même arrivée entre François Gabart et Francis Joyon quasiment à la même heure lundi dernier ? Le final est déjà assez incroyable avec ce qu’il s’est passé ce matin avec Alex Thomson mais les prochaines heures s’annoncent encore plus haletantes.

???? Premières images du 60 pieds SMA au large de la Guadeloupe !#GoPaulo #RDR2018 pic.twitter.com/3jfDR3hr2L

— SMAVoile – Paul Meilhat (@SMAVoile) 16 novembre 2018

[ 36 milles de l’arrivée #RDR2018 ]
????????????Un arc en ciel, alors qu’#UCARStMichel n’est plus qu’à 3 milles de @SMAVoile, est-ce un signe 8265;#GoYannou 9994;pic.twitter.com/pgKkp9O1L3

— Yann Eliès (@YannElies) 16 novembre 2018

Lire la suite
126 lectures
0 commentaires

Erwan Le Roux deuxième de la Route du Rhum en Multi50 malgré deux arrêts

Erwan Le Roux a franchi la ligne d’arrivée ce vendredi à 15h 09’ 12’’ (heure de Paris) après 12 jours, 01 heure, 9 minutes et 12 secondes de course, à 12,25 nœuds de moyenne sur le parcours théorique (3542 milles). Il termine 2e de la Route du Rhum dans la catégorie Multi50, 17 heures 36 minutes et 32 secondes derrière le vainqueur Armel Tripon. Cette deuxième place, le skipper de FenêtréA-Mix Buffet est allé la chercher après deux arrêts au stand à Roscoff et aux Açores !

image

Credit : Y.Zedda

Arret express à Roscoff


Vainqueur de l’édition 2014, Erwan partait de Saint-Malo avec l’étiquette du grand favori et la volonté de réaliser le doublé cette année. Mais deux arrêts au stand auront raison de ses ambitions.
Pour le skipper de FenêtréA- Mix Buffet, les ennuis commencent dès le départ.

Quatre heures après le coup de canon, la découverte d’une voie d’eau au niveau du safran de la coque centrale l’oblige à s’arrêter à Roscoff pour réparer. Une escale expresse qu’il quitte vers minuit avec déjà 120 milles de retard sur les leaders de sa catégorie.

Avant un pit stop aux Açores

Commence alors une course poursuite qui va durer 9 jours. Pour Erwan, le choix de la route Nord est pris et comme ses camarades, il doit subir le passage de deux dépressions. Au grand large du golfe de Gascogne et dans la progression vers les Açores, les conditions sont dantesques.

« De mémoire, je n’avais jamais rencontré une mer aussi épouvantable, avec des vagues aussi croisées et désordonnées », avoue Erwan Le Roux. Alors qu’il a dépassé la latitude des Açores, Erwan doit faire demi-tour vers Punta Delgada.

Son pilote automatique fait défaut depuis plusieurs jours et les soucis électroniques sont récurrents. Deuxième escale technique de quelques heures le 10 novembre. Et deuxième nouveau départ avec l’obligation de cravacher pour rattraper les 150 milles de retard sur ses rivaux.

Quatrième lorsqu’il repart de Sao Miguel, Erwan passe la surmultipliée et se retrouve bientôt au contact de Thibaut Vauchel-Camus qu’il parvient à doubler dans les alizés. Le 12 novembre dans l’après midi, Erwan prend la deuxième place. Il ne la quittera plus jusqu’à Pointe à Pitre.

Thibaut Vauchel-Camus, en approche de la Guadeloupe, devrait compléter le podium des Multi50 avec une arrivée prévue en fin d’après midi à Pointe à Pitre.

Lire la suite
130 lectures
0 commentaires

Erwan Le Roux deuxième en Multi50

Erwan Le Roux vient de franchir la ligne d’arrivée à bord de @FenetreaMixB, après 12j 1h 9mn 12sec soit 17h et 36 mn après Armel Tripon sur Réauté Chocolat.
Une belle deuxième place alors qu’Erwan a du s’arrêter deux fois: la première à Roscoff pour assurer une réparation suite à un problème de safran de coque centrale ayant entraîné un début de voie d’eau puis une deuxième aux Açores pour réparer son pilote automatique. Il est revenu sur la flotte et s’est livré à un beau duel avec Thibaut Vauchel-Camus. Malheureusement ce dernier, confronté à un problème de hook sur sa GV a du ralentir. Le président de la Classe Multi50 réalise une très belle course.

Lire la suite
125 lectures
0 commentaires

L’analyse de la course Imoca par Jean-Pierre Dick

Alors qu’Alex Thomson est arrivé à Pointe-à-Pitre et que le jury lui a infligé 24h de pénalité, le duel très serré entre Paul Meilhat et Yann Eliès se transforme probablement en match pour la victoire. Jean-Pierre Dick livre son analyse.

« Alex Thomson qui heurte une falaise à pleine vitesse, quel fait de course incroyable ! Il a vraisemblablement subi le syndrome du solitaire à bout de force, qui se relâche un peu et part dans un sommeil incompressible. Peut-être s’est-il endormi avec le pilote en mode vent réel. Le vent a pu changer un peu de direction et amener Hugo Boss vers la côte. Cette situation doit être difficile à vivre, on ne peut qu’être désolé pour Alex et ressentir de l’empathie.

La « bonne nouvelle » c’est qu’il n’est pas blessé et qu’Hugo Boss est récupérable. Une telle collision peut faire très mal au bateau et au bonhomme. Le bout-dehors a certainement amorti le choc et été le fusible. La crash box (partie avant de l’étrave) a joué son rôle. Le bateau a pu terminer la course dans des conditions convenables. Alex a eu un peu de réussite dans son malheur.

« Même Hitchcock n’aurait pas imaginé un tel dénouement ! »

Alex Thomson est un peu le « chat noir » : quand il est en position de gagner, un fait majeur l’en empêche et il a du mal à remporter une grande course IMOCA. Techniquement, il peut encore être sacré : Alex a passé la ligne d’arrivée en première position et le jury doit statuer. C’est vraiment ce jury qui va déterminer le classement de la course. Il y a des grilles de pénalité mais c’est forcément un choix très compliqué dans un tel contexte. Le skipper a fait une bévue, mais après il s’est quelque part comporté en bon marin en essayant de se dégager de la côte. Je ne vais pas trop faire de théorie à ce sujet, la décision est à la discrétion des membres jury. Je n’aimerais pas être à leur place. Même Hitchcock n’aurait pas imaginé un tel scénario !

« Seule la victoire est jolie »

C’est assez étrange car derrière Alex, Paul Meilhat et Yann Eliès, qui pensaient lutter pour la 2eplace, sont peut-être en train de jouer la gagne. Cela change la donne car comme disait notre cher disparu Michel Malinovsky, « seule la victoire est jolie ». On peut dire tout ce qu’on veut mais la victoire est le Graal.
Je regarde bien entendu avec grande attention la course de Yann qui navigue avec mon ancien IMOCA. Yann a pris des bonnes options dans les alizés. Il a été particulièrement habile, en touchant sûrement du vent un peu plus fort quand il était à proximité des Canaries. Après, il a bien tricoté. Mais évidemment le point clé est aussi la vitesse et le bateau a démontré sa vélocité tout au long de la descente vers la Guadeloupe. Yann a dépassé Vincent Riou qui est handicapé par ses problèmes d’aérien. Et il revient fort sur Paul Meilhat qui navigue avec des angles un peu plus bas mais aussi un peu moins de vitesse. Le compromis est plutôt du côté de Yann. Ce qui va être déterminant désormais, c’est le passage sous le vent de Basse-Terre mais aussi le canal des Saintes.

« Guerre des nerfs entre Paul Meilhat et Yann Eliès ! »

On pense souvent que la plupart des choses se passent sous le vent de l’île. Il est vrai que la bouée de Basse-Terre est compliquée à aller chercher. Mais après ce n’est pas terminé. Il peut aussi y avoir des rebondissements sur le dernier tronçon, on l’a vu entre François Gabart et Francis Joyon. Attention aux filets de pêche qui sont nombreux. A chaque fois que je suis passé dans la zone j’ai pris des choses dans le safran et la quille.
Le match va être magnifique. Paul a un bateau d’une génération qui lui permet d’avoir un mât un peu plus élevé, il est donc potentiellement plus à l’aise dans le petit temps. Mais cela peut se jouer à la risée près donc Yann a toutes ses chances. Il y a une vraie incertitude quant à l’issue de ce duel. Ces deux garçons connaissent bien la régate au contact. Ils devront aller au bout d’eux-mêmes, garder de la lucidité pour prendre les bonnes décisions et ne rien regretter. Il faudra y croire jusqu’au bout du bout. C’est la guerre des nerfs ! »

Jean-Pierre Dick

Lire la suite
129 lectures
0 commentaires

Revoir le Direct de l’arrivée d’Alex Thomson

Très smart et avec son humour so british, Alex Thomson est arrivé à Pointe-à-Pitre. Le jury était monté à bord avant qu’il n’arrive pour lui signifier qu’il avait pris 24h de pénalité. Une décision qu’il accepte.

Lire la suite
146 lectures
0 commentaires

Lalou Roucayrol secouru – MAJ

Lalou Roucayrol a été secouru ce matin par Pierre Antoine (Olmix) qui s’était dérouté pour lui porter assistance. En tête de sa catégorie des Rhum Multi, Pierre Antoine a mis sa course entre parenthèses pour venir porter assistance au skipper d’Arkema. Le trimaran Olmix se dirige désormais vers Pointe à Pitre. En parallèle, un remorqueur parti jeudi de Martinique se dirige désormais vers Olmix pour récupérer Lalou, qui accompagnera l’équipe pour la récupération de son trimaran retourné.

Lalou Roucayrol, qui avait chaviré mercredi matin au milieu de l’Atlantique, a pu raconter l’opération de transfert.

Comment ça va Lalou ? On t’imagine soulagé d’être en sécurité sur Olmix…
Oui, j’ai été parfaitement accueilli par Pierre, on s’est fait un petit café, il m’a fait la visite de son magnifique voilier, je suis content d’être là. C’était un peu limite hier, soir, dans la nuit, on a essayé de faire le transfert, mais ce n’était franchement pas raisonnable, c’était un coup à soit casser la bateau soit perdre le bonhomme, ça ne servait à rien. Donc on a refait ça cet matin et finalement, au bout de quelques essais, j’ai réussi à lui balancer un bout qu’il a pu mettre sur un winch, et derrière, j’ai fait un peu de surf et de pêche au gros en attendant qu’il puisse ralentir son bateau et me remonter à bord. Tout va bien, je suis très heureux d’être ici avec Pierre.

C’était chaud, ce transfert ?
Oui, le transfert était très limite. Heureusement, l’alizé a ralenti un peu, parce qu’hier soir, il y avait trop de mer, la prise de risques était trop importante à la fois pour les bateaux et pour nous, marins.

As-tu trouvé le temps long pendant ces deux jours à l’envers ?
Non, parce que je me suis pas mal occupé à débarrasser mon gréement et à vérifier l’ensemble d’Arkema. C’est passé très vite et j’ai eu l’expérience de passer cinq jours avec Mayeul (Riffet, ils avaient chaviré sur la Transat Jacques-Vabre 2013), donc non, je n’ai pas vraiment trouvé le temps long.

As-tu des nouvelles du remorqueur qui doit venir te récupérer puis Arkema ?
Je n’ai pas de nouvelles directes du remorqueur, par contre, je viens d’avoir mon équipe qui m’a dit qu’il allait croiser notre route d’ici un ou deux jours, on fera la récupération de jour. Le remorqueur est équipé d’un zodiac qui peut être mis à l’eau pour que le transfert puisse se faire plus rapidement. Et j’ai bien testé le système de transfert. Entre la combi étanche, les bidons étanches qui me permettent de rester à flot en faisant du surf derrière le bateau, normalement, je devrais pouvoir y arriver.

Es-tu fatigué ou as-tu eu le temps de dormir pendant ces deux jours ?
Non, j’ai bien dormi cette nuit, mieux que Pierre, parce que j’étais en dérive. Et puis, tu t’habitues au bruit et à l’inconfort, j’en ai donc profité pour recharger les batteries, je suis plutôt en bon état physique, à part des petites blessures. Et le moral ça va aussi, parce que je sais que le remorqueur est en cours pour aller récupérer mon bateau, ça permet d’envisager le retournement, voire le remorquage à l’envers si on a un alizé trop fort pour pouvoir le retourner.

Tu vas regarder Pierre naviguer maintenant ?
Oui, on discute un peu, il fait beau, il y a du soleil, tout va bien. Je lui ai donné quelques lyophilisés, il m’a dit qu’il avait des trucs bien meilleurs, il m’a déjà servi un café au petit dej, donc tout va bien.

Lire la suite
146 lectures
0 commentaires

Premiers mots d’Alex Thomson

Je pensais arriver en Guadeloupe en tête mais pas sur la Guadeloupe !
Je suis très déçu de moi-même. Je m’étais beaucoup préparé et j’avais le bateau le plus rapide. Je me suis endormi. J’avais besoin de récupérer avant d’arriver. Malheureusement je ne me suis pas réveillé alors que ma montre sonnait.
Je me suis disqualifié moi-même. La pénalité est honnête et justifiée.
Il n’y a pas beaucoup de dommage su rle bateau. C’est réparable.
C’est dommage, j’ai fait une belle course. Je suis déçu de moi.
Je serai fier de voir Paul Meilhat remporter la course.

“Right now I am disappointed in myself. It will be hard for me to overcome that but in reality there is lots of positives to take from this too. It will take a few days to take the positive from this” – @ATRacing99 on the LIVE here https://t.co/AXVcM0oWKX pic.twitter.com/gkFUWq1LCA

— ???????? Route du Rhum – Destination Guadeloupe ENG (@routedurhumENG) 16 novembre 2018

Lire la suite
136 lectures
0 commentaires

Pénalité de 24 heures pour Alex Thomson, le skipper d'Hugo Boss ne remporte pas la Route du Rhum

Moins de 40 minutes après avoir franchi la ligne d’arrivée, Alex Thomson a appris qu’il écopait d’une pénalité de 24 heures. Elle s’ajoute à son temps de course qui devient de fait 12 jours, 23 heures, 10 minutes, 58 secondes. 


image

Credit : Y.Zedda

A l'unanimité et sans appel


Cette décision a été prise à l’unanimité du jury international composé de cinq membres (deux Français, deux Anglais, un Allemand). Elle est sans appel et relance évidemment la course à la victoire finale chez les IMOCA puisque Paul Meilhat et Yann Eliès, actuellement à 140 milles de Pointe-à-Pitre, sont attendus dans une douzaine d’heures.

« L’aspect sécuritaire n’a été qu’une circonstance atténuante qui a évité la disqualification, a expliqué Georges Priol, président du jury. Mais la pénalité de 24 heures était le minimum applicable dans le cas du skipper d’Hugo Boss. »

Source : Rivacom

Lire la suite
138 lectures
0 commentaires

Jury : Alex Thomson écope d’une pénalité de 24h

Moins de 40 minutes après avoir franchi la ligne d’arrivée, il a été notifié au skipper britannique qu’il écopait d’une pénalité de 24 heures. Elle s’ajoute à son temps de course qui devient de fait 12 jours, 23 heures, 10 minutes, 58 secondes. Cette décision a été prise à l’unanimité du jury international composé de cinq membres (deux Français, deux Anglais, un Allemand). Elle est sans appel et relance évidemment la course à la victoire finale chez les IMOCA puisque Paul Meilhat et Yann Eliès, actuellement à 140 milles de Pointe-à-Pitre, sont attendus dans une douzaine d’heures. « Je veux rendre hommage à Alex (Thomson) qui a eu une réaction d’une grande sportivité, a expliqué Georges Priol, président du jury. L’aspect sécuritaire n’a été qu’une circonstance atténuante qui a évité la disqualification. Mais la pénalité de 24 heures était le minimum applicable dans le cas du skipper d’Hugo Boss. »

Lire la suite
124 lectures
0 commentaires

Alex Thomson premier à franchir la ligne d'arrivée, mais sera-t-il le vainqueur de la Route du Rhum ? IMOCA

Malgré son échouement la nuit dernière en atterrissant sur la Guadeloupe, Alex Thomson a été le premier IMOCA à franchir la ligne d’arrivée de la Route du Rhum ce vendredi à 8 h 10 ' 58 s (heure de Guadeloupe) après 11 jours, 23 heures, 10 minutes et 58 secondes de course, à 12,33 nœuds de moyenne. Ayant été contraint de démarrer son moteur pendant plusieurs minutes pour extraire son bateau des rochers cette nuit, le skipper d'Hugo Boss fait l’objet d’une réclamation du Jury international à son encontre.


image

Credit : Y.Zedda

Il faut désormais attendre la décision du jury et l’arrivée de ses poursuivants Paul Meilhat (SMA) et Yann Eliès ( UCAR-StMichel), distants de 145 milles de Pointe-à-Pitre, pour connaître le vainqueur de cette 11ème édition de la Route du Rhum en catégorie IMOCA.

Au total, Alex Thomson a parcouru 4713 milles (16,4 noeuds de moyenne sur l'eau).

MAJ à 14h20 : 24 heures de pénalité

Le jury de la Route du Rhum a tranché : 24 heures de pénalité pour Alex Thomson. Le skipper d'Hugo Boss ne gagne pas la Route du Rhum, SMA étant attendu en début de soirée à Pointe à Pitre.

En savoir plus : Comment fonctionne le jury ?

Par la rédaction
Sources : Rivacom - ScanVoile

Lire la suite
163 lectures
0 commentaires

Claire Pruvot entre en collision avec un cargo sur la Route du Rhum, la skipper du Class40 évacuée - Flash

A l’arrière de la flotte de la Route du Rhum, grosse frayeur jeudi soir pour Claire Pruvot dont le Class40 Service Civique, qui évoluait à environ 500 milles à l’Ouest du cap Saint-Vincent, au Sud-Ouest du Portugal, est entré en collision avec un cargo.


image

Credit : A.Courcoux

Une collision qui a obligé la navigatrice normande à quitter son bateau pour être récupérée par l’équipage du cargo.

Claire Pruvot est à bord du porte-conteneurs allemand Dalian Dalian Epxress et sera sûrement débarquée à Malte. L'impact a eu lieu aux alentours de 00h15. Le bateau Service Civique a subi un choc au niveau du flanc tribord, il est ouvert sur 3m50.

Sources : Rivacom - Claire Pruvot

Lire la suite
148 lectures
0 commentaires

Hugo Boss s'échoue avant l'arrivée, Alex Thomson poursuit sa route en attendant la décision du jury - Route du Rhum

Coup de théâtre sur la Route du Rhum. Alors qu'il filait vers la victoire, Alex Thomson s'est échoué à l'approche de l'arrivée. Lancé à pleine vitesse bâbord amures, Hugo Boss a percuté les falaises de la Guadeloupe aux alentours de 21 h 45 (heure locale). L’accident est survenu à l’extrémité Nord de Grande terre, juste au Sud du phare de la Grande vigie sur La Pointe à Claude.


Hugo Boss s'échoue avant l'arrivée de la Route du Rhum

Credit : A.Courcoux


Avaries importantes Drossé à la côte, Alex Thomson a dû affaler les voiles et démarrer son moteur pour extraire son bateau des rochers. Il a ainsi pu s’écarter des récifs avant de ré-hisser pour reprendre sa route. Alex a ensuite coupé son moteur et installé un nouveau plomb sur l’arbre d’hélice.Le skipper n’a pas subi de dommage corporel mais les avaries sont importantes. La crash box et le bout dehors ont été endommagés, entraînant une voie d’eau, circonscrite par la cloison étanche du pic avant.Le foil tribord est endommagé. Selon Alex Thomson, la quille et sa structure ont été également touchées sans pouvoir établir de diagnostic plus précis en pleine nuit. Réclamation pour usage du moteur Le bateau fait route à une vitesse de 7 nœuds et poursuit son tour de l’île. Une vedette de la SNSM a été dépêchée sur place et se tient prête à intervenir en cas de besoin.Ce matin, il passait la bouée de Basse Terre.Le Jury a été informé par la Direction de course de l’accident et va porter réclamation contre Alex Thomson pour avoir fait usage de son moteur pendant la course. Comment fonctionne le jury ? Prévenu par la direction de course suite à l’accident d’Hugo Boss cette nuit, le jury a décidé de porter réclamation contre Alex Thomson pour usage de son moteur en course. La procédure afin de déterminer la pénalité est en cours mais elle suit un cheminement complexe. Explications avec Georges Priol, président du jury. Le timing des échanges Dans la nuit de jeudi à vendredi, à 1h40 TU, la direction de course a mis au courant le jury de l’incident concernant Alex Thomson. À 3h12, l’équipe technique d’Hugo Boss a envoyé un mail revenant sur les faits. Dans la foulée, le skipper s’est entretenu par téléphone avec Jacques Caraës le directeur de course, avant que leurs échanges soient retranscris par écrit. Un formulaire de réclamation a été envoyé à 8h TU au skipper pour l’informer que le jury portait réclamation.Comme la procédure l’impose, ce document contient un formulaire de recevabilité qu’Alex a approuvé par retour. « Reste désormais au skipper pour clore la procédure à répondre à la question de savoir s’il a des éléments à ajouter », éléments qui pourraient avoir valeur de circonstances atténuantes ou aggravantes (exemple : déplomber son moteur pour des raisons de sécurité est considéré comme une circonstance atténuante). La grille des pénalités « Sur la Route du Rhum, les pénalités sont exprimées en temps. Elles vont de 0 jusqu’à la disqualification. Nous travaillons sur un système de grille avec des plages selon la gravité de l’infraction : pénalité de 0 à 2 h, pénalité de 2 h à 24 h, pénalité de 24 h à DSQ (disqualification) ». La composition du jury- Le jugement sans appel Le jury international de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe est composé de cinq arbitres : deux Britanniques, deux Français, un Allemand. Comme il s’agit d’un jury international, ses décisions ne sont pas susceptibles d’appel.« Quelle que soit la décision, les circonstances et le timing de l’événement entraîneront nécessairement de la frustration. Nous espérons pouvoir rendre un jugement avant le passage de la ligne par Alex Thomson. Mais tout dépend à l’heure qu’il est de sa réponse, conformément à la procédure." imageimageimage

Par la rédaction
Source : Rivacom

Lire la suite
114 lectures
0 commentaires

Lalou Roucayrol récupéré par Pierre Antoine, le marin est à bord d'Olmix après son chavirage sur la Route du Rhum

Suite au chavirage de son trimaran Arkema sur la Route du Rhum il y a 48 heures, Lalou Roucayrol a été secouru ce matin par Pierre Antoine (Olmix) qui s’était dérouté pour lui porter assistance. 

image

Credit : V.Olivaud

En tête de sa catégorie des Rhum Multi, Pierre Antoine a mis sa course entre parenthèses pour venir porter assistance au skipper d’Arkema. Le trimaran Olmix se dirige désormais vers Pointe à Pitre.

En parallèle, un remorqueur parti jeudi de Martinique se dirige vers Olmix pour récupérer Lalou, qui accompagnera l’équipe pour la récupération de son trimaran retourné.

Lire la suite
116 lectures
0 commentaires

Deuxième tentative de Pierre Antoine pour récupérer Lalou Roucayrol

Le sauvetage de Lalou Roucayrol est en cours. Pierre Antoine sur son Olmix était sur zone cette nuit mais sa première tentative a échoué. Il va re essayer à nouveau. Pas facile de nuit d’arrêter son bateau sans heurter le trimaran Arkema retourné.

Lire la suite
142 lectures
0 commentaires

Claire Pruvot est entré en collision avec un cargo – MAJ

Claire Pruvot a été victime dans la nuit de jeudi à vendredi d’une collision avec un cargo. Elle a pu être récupérée par l’équipage du cargo en question.

Coup dur pour Claire Pruvot. Alors qu’elle naviguait jeudi soir au large du Sud du Portugal, la skipper de Service Civique a été victime d’une collision avec un cargo qui a sérieusement endommagé son Class40 Service Civique. La jonction coque et pont tribord était ainsi ouverte, ce qui a nécessité une opération de sauvetage. Après avoir sécurisé son bateau, Claire Pruvot a pu être récupérée par l’équipage du cargo 45 minutes après l’incident.

???? Update : Claire va bien. Elle est bord du porte-conteneurs allemand Dalian Dalian Epxress. Claire sera sûrement débarquée à Malte. L’impact a eu lieu aux alentours de 00h15. Le bateau Service Civique a subi un choc au niveau du flanc tribord, il est ouvert sur 3m50.

— Claire Pruvot (@clairepruvot) 16 novembre 2018

Lire la suite
141 lectures
0 commentaires

Alex Thomson après s’être échoué tente de rejoindre la ligne d’arrivée

Quel scénario sur cette Route du Rhum ! Alex Thomson sur Hugo Boss, en tête de la course en Imoca s’est échoué au pied d’une falaise au Nord de la Guadeloupe cette nuit à 1h30 heure locale à quelques milles de l’arrivée. Le choc a été assez violent puisqu’il naviguait à 18 nds. Le Britannique a du se servir de son moteur pour se sortir des rochers. Il a repris sa route vers l’arrivée. Son bateau a été endommagé : « Il a cassé le bout dehors et le crash box, le foil tribord est cassé. Il n’y a pas de voie d’eau, la quille aurait talonné » a déclaré Jacques Caraes, le directeur de la course. A 10h30, heure française, après être repartit, il se trouvait à 20 milles de l’arrivée.
Le Jury qui a réclamé contre lui pour déplombage du moteur devrait rendre sa décision dans les heures qui viennent. Une pénalité lourde ou une disqualification ? La victoire, promise jeudi soir au deuxième du dernier Vendée Globe, pourrait lui échapper, ce qui relancerait les chances de ses deux poursuivants immédiats, Paul Meilhat (SMA) et Yann Eliès (UCAR-StMichel) qui, à 6h30 vendredi matin (heure de la métropole), étaient respectivement pointés à 166 et 182 milles d’Alex Thomson !

#td_uid_1_5bee92d2adbc8 .td-doubleSlider-2 .td-item1 { background: url(http://www.courseaularge.com/wp-content/uploads/2018/11/ac-20181116rdr-1048-jpeg-160x120.jpg) 0 0 no-repeat; } #td_uid_1_5bee92d2adbc8 .td-doubleSlider-2 .td-item2 { background: url(http://www.courseaularge.com/wp-content/uploads/2018/11/ac-20181116rdr-1020-jpeg-160x120.jpg) 0 0 no-repeat; } #td_uid_1_5bee92d2adbc8 .td-doubleSlider-2 .td-item3 { background: url(http://www.courseaularge.com/wp-content/uploads/2018/11/ac-20181116rdr-1082-jpeg-160x120.jpg) 0 0 no-repeat; } #td_uid_1_5bee92d2adbc8 .td-doubleSlider-2 .td-item4 { background: url(http://www.courseaularge.com/wp-content/uploads/2018/11/ac-20181116rdr-1016-jpeg-160x120.jpg) 0 0 no-repeat; } #td_uid_1_5bee92d2adbc8 .td-doubleSlider-2 .td-item5 { background: url(http://www.courseaularge.com/wp-content/uploads/2018/11/ac-20181116rdr-1146-jpeg-160x120.jpg) 0 0 no-repeat; } #td_uid_1_5bee92d2adbc8 .td-doubleSlider-2 .td-item6 { background: url(http://www.courseaularge.com/wp-content/uploads/2018/11/ac-20181116rdr-1056-jpeg-1-160x120.jpg) 0 0 no-repeat; }
Alex Thomson s'échoue
1 de 6
Alex Thomson s'échoue @ Alexis Courcoux
Alex Thomson s'échoue @ Alexis Courcoux
Alex Thomson s'échoue @ Alexis Courcoux
Alex Thomson s'échoue @ Alexis Courcoux
Alex Thomson s'échoue @ Alexis Courcoux
Alex Thomson s'échoue @ Alexis Courcoux
Lire la suite
137 lectures
0 commentaires

Eté indien pour débuter les hostilités

Les conditions météos étaient idéales ce jeudi pour entamer le Championnat de France Espoirs de Match-Racing 2018. Du soleil et un flux de Sud-Sud Est autour des 10 nœuds. On a vu pire en Baie du Pouliguen, surtout à la mi-novembre ! Les dix équipages en lice ont donc pu s’en donner à cœur-joie cet après-midi et livrer des beaux duels à quelques encablures du célèbre remblai de La Baule, plutôt désert aujourd’hui. Le comité de Course a envoyé 7 Flights cet après-midi et à mi-chemin du Round Robin quelques tendances commencent à se dessiner. Favoris de la compétition, Simon Bertheau (APCC Voile Sportive) et Aurélien Pierroz (SR Le Havre) ont répondu présent d’entrée de jeu avec 6 victoires en 6 matchs !

Sentiments mêlés pour les 10 équipages en lice, ce matin au briefing à l’APCC Voile Sportive à Pornichet, le club organisateur de la compétition. La joie d’aller sur l’eau dans des conditions optimales mais aussi une pointe de nostalgie au moment d’entamer ce qui sera pour la grande majorité des concurrents le dernier grand rendez-vous de la saison 2018. Sur l’eau les dix duellistes avaient envie de bien faire, pour écrire un beau chapitre et refermer le livre de leur saison sur une note positive. Pour Simon Bertheau et Aurélien Pierroz les dernières pages de la saison débutent plutôt bien avec un sans-faute après 6 matchs chacun. Les organisateurs ne s’y sont pas trompés, ces deux-là se rencontreront lors du dernier Flight du Round-Robin pour terminer la phase de qualification par un duel au sommet.

Un duel qui permettre à un équipage de prendre l’ascendant psychologique peut-être mais qui aura un autre enjeu également : en effet l’équipage en tête à la fin du Round Robin sera directement qualifié pour les demi-finales. Pour ses 6 poursuivants il faudra passer par la case “quarts de finale”. Autant dire que les places seront chères demain car à mi-course rien n’est encore joué pour les places qualificatives aux phases finales.

Simon Bertheau (APCC Voile Sportive) :

« C’est globalement une bonne première journée vu qu’on gagne tous nos matchs. Après dans le contenu c’était quand même difficile, on a pas été magique sur les départs et on a dû s’accrocher. On va plutôt vite, on manœuvre bien donc ça suffit pour revenir et gagner pour l’instant mais ça serait pas mal de commencer à prendre des bons départs. Ça devrait nous permettre d’aller au moins en quarts, et puis on verra. On a eu match pas simple contre Jérémy Jean, donc un bon point de pris. On attend aussi le match contre Aurélien Pierroz qui s’annonce sympa ! »

L’article Eté indien pour débuter les hostilités est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
153 lectures
0 commentaires

Trésors de Tahiti remporte la 1ère édition Grand Prix Pacifique des Jeux

Cette 5e et dernière étape du Grand Prix Pacifique des Jeux s’est déroulée dans des conditions quasi parfaites, aurait-il fallu 5 nœuds de plus pour qu’elle le soit. Un soleil éclatant en guise d’éclairage, un lagon d’un bleu éponyme, le décor de cette dernière journée du Grand Prix Pacifique des Jeux à Bora Bora était planté pour la dernière bataille entre Oman Sail, Trésors de Tahiti et Mood.

Les trois équipes étaient séparées de 4,5 point seulement avant cette dernière étape. Deux stades nautiques de coefficient 1 et un raid dans le lagon de Bora-Bora étaient au programme, jeudi 15 novembre. Avec un vent oscillant entre 5-7 nœuds, la tension sur l’eau a été à son comble.

Mood remportait la première manche avec Trésors de Tahiti et Oman Sail sur leur talon. Au terme de la seconde, Trésors de Tahiti s’imposait devant les Genévois du CER, Mood et Cheminées Poujoulat. Oman Sail, 5e, lâchait de précieux points avant le dernier raid dans le lagon de la Perle du Pacifique. Trésors de Tahiti n’avait qu’à terminer au minimum une place derrière les Omanais pour remportait cette première édition du Grand Prix Pacifique des Jeux.

Les choses se sont corsées après que le comité course ait décidé de cindé le raid en deux à cause du manque de vent. Le premier, coefficient 1, partait de la capitale de l’île Vaitape, pour rallier le sud de l’île, la pointe Matira, par le lagon. Ce raid a été remporté par Mood, suivi d’Oman Sail et Trésors de Tahiti. Le dernier coefficient (0,5) de la journée s’est couru entre la pointe nord et la capitale. Ce dernier raid a été remporté par le CER de Genève devant Oman Sail, Trésors de Tahiti et Mood. Au final, c’est bien l’équipage de Damien Iehl sur Mood qui remporte cette 5e étape à Bora-Bora.

Trésors de Tahiti, vainqueur sur le fil

Le comité a ensuite dû sortir la calculette car à l’issue de cette dernière étape, Trésors de Tahiti et Oman Sail étaient à égalité de points. Et c’est Trésors de Tahiti, qui a remporté le plus de victoires (3) contre 2 pour Oman Sail ! Cette première édition aura été une incroyable épreuve pour les nerfs des trois premiers équipages qui auraient pu s’mposer jusqu’au dernier jour.

La remise des prix a été organisée sur le ponton du restaurant le Maikai Bora-Bora. Trésors de Tahiti, Oman Sail et Mood partageront le prize money de 5,000€ soit 600 000 CFP.

Hugues Riedinger, directeur général de la Pacifique des Jeux, a remis le trophée du Grand Prix Pacifique de Jeux à Trésors de Tahiti et le Prix de la Combativité Trésors de Tahiti Espoirs, invité au Tour Voile 2019.

Manutea Mahai, skipper Trésors de Tahiti :

« J’étais content d’être 2emais on ne pensait pas à être en tête et là on voit qu’on gagne ! On a gagné le GP de Pacifique des Jeux à domicile ! Mauruuru à tout le monde ! »

Classement final du Grand Prix Pacifique des Jeux :

Trésors de Tahiti (22,5 points) Oman Sail (22,5) Mood (25) CER (43) Cheminées Poujoulat (53,5) Merlin (66,5) Trésors de Tahiti Espoirs (80) SCEAP (84,5)

L’article Trésors de Tahiti remporte la 1ère édition Grand Prix Pacifique des Jeux est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
156 lectures
0 commentaires

Armel Tripon (Réauté Chocolat) vainqueur en Multi50 !

Troisième toutes catégories à Pointe-à-Pitre, Armel Tripon termine premier de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe en Multi50. Le Nantais a franchi la ligne d’arrivée ce jeudi à 16h32’40 (heure de Guadeloupe) après 11 jours, 7 heures, 32 minutes et 40 secondes de course, à 13,04 nœuds de moyenne. Avec sa route Sud, celle de la sagesse et de la préservation du matériel, il a en réalité parcouru 4563 milles. Un long détour comparé aux 3542 milles du parcours théorique, mais un pari gagnant pour le skipper de Réauté Chocolat. Armel Tripon arrive à Pointe-à-Pitre 3 jours 17 heures, 10 minutes et 53 secondes après Francis Joyon, vainqueur en ULTIME arrivé dans la nuit du 11 au 12 novembre.

C’est la deuxième victoire d’Armel sur une grande course transatlantique en solitaire (après la Mini-Transat en 2003), deux ans seulement après avoir débuté le Multi50. Une superbe récompense pour ce marin de 43 ans passé par le Mini, le Figaro Bénéteau, le Class40 et l’IMOCA. Une série qu’il retrouvera bientôt puisqu’il est candidat au prochain Vendée Globe, se faisant actuellement construire un 60 pieds Imoca sur plan Manuard.

Les mots d’Armel Tripon à son arrivée en Guadeloupe :

« Une arrivée magique avec 20 nœuds de vent au coucher du soleil. Là, je suis porté par l’émotion, par l’excitation de cette arrivée après une course qui a été éprouvante pour les nerfs sur ces bateaux tellement exigeants. Il y a du stress en permanence, ça use. Là, je suis cramé, cuit, mais tellement heureux, heureux de retrouver cette équipe. Car la voile en solitaire est un sport d’équipe aussi, il ne faut pas l’oublier. J’ai eu des frayeurs bien sûr. Il y a 24 heures avec une nuit à grains. Et encore cette nuit aussi, où t’as peur de tout casser avant d’arriver. Des coups de chaud, j’en ai eu bien sûr, je me souviens d’une nuit où le bateau est monté, monté, et je n’arrivais pas choquer et, pour cause, le bloqueur était fermé, je n’avais pas vu. Sinon, les moments clefs sur la course. Et bien, dans les conditions du début, j’ai réussi à me faufiler, à trouver une petite porte pour passer le front un peu plus facilement que les autres. C’est ma deuxième victoire de transat en 15 ans après celle de la Mini Transat (2013) mais celle-ci, c’est celle de la maturité, celle d’un projet monté avec une super équipe. Avec Réauté Chocolat, on s’était donné deux ans pour la Route du Rhum, et on atteint l’objectif, c’est fabuleux. Maintenant, il va falloir partager et fêter ça. »

L’article Armel Tripon (Réauté Chocolat) vainqueur en Multi50 ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
162 lectures
0 commentaires

Une entame sur les chapeaux de roue !

La 11e édition de la St.Barth Cata Cup a démarré sur les chapeaux de roues, ce jeudi puisque, comme attendu, les conditions ont été toniques, avec un flux d’est soufflant entre 16 et 20 nœuds qui a permis au comité de course de lancer deux courses. Une première en baie de Saint-Jean puis une deuxième, plus longue, entre les îlets Tortue et Bœuf. Si les figures de style ont été nombreuses et les sorties de pistes parfois radicales, à l’image de celle du duo Kévin Gréaux – Hervé Brin (SBDE) qui s’est terminée par un mât plié en deux, la bagarre a été belle à tous les étages et en particulier aux avant-postes. Au final, si les Belges Patrick Demesmaeker et Olivier Gagliani (Les Perles de St Barth) puis les Grecs Iordanis Paschalidis et Konstantinos Trigonis (St Barth Assurances) se sont chacun octroyé une victoire de manche, la première place est occupée ce soir par les Argentins Pablo Volker et Sergio Mehl (Paraboot by Maxwell & Co), auteurs d’une belle régularité avec deux places de deuxième, et ainsi vainqueurs du Grand Prix « DESIGN AFFAIRS-OO1 ».

Cette première journée de compétition s’annonçait haute en couleurs avec une météo tonique. Elle a tenu toutes ses promesses. Profitant d’un flux de secteur est soufflant entre 18 et 20 nœuds dans la matinée puis entre 15 et 17 dans l’après-midi, le comité de course a lancé deux courses. La première, disputée en baie de Saint-Jean, a été remportée par les Belges Patrick Demesmaeker et Olivier Gagliani (Les Perles de St Barth) tandis que la deuxième a été dominée par les Grecs Iordanis Paschalidis et Konstantinos Trigonis (St Barth Assurances), les vainqueurs de la dernière édition et les champions du monde en titre. « Ça a été une belle première journée. En termes de résultat, on est content puisqu’on termine 1er et 5e. Ça a été un peu la surprise de gagner le premier round et je pense qu’on a un peu énervé tous nos concurrents car ils se sont tous bien réveillés dans la manche suivante ! Le niveau de jeu est élevé et tous les favoris sont visiblement en forme ! », a assuré Patrick Demesmaeker, manifestement à l’aise dans les conditions sportives, mais malgré tout impressionné par la vitesse de ses adversaires Grecs. « Ils sont super rapides et d’ailleurs, ils ont remporté la deuxième régate avec une très belle avance mais ce n’est pas une vraie surprise. Ceux qui ont fait le Mondial le mois dernier en Floride, comme Mitch Booth, ont dit qu’il fallait des jumelles pour les voir tellement ils sont impressionnants », note de son côté Olivier Gagliani qui compte donc sur les quelques erreurs que pourrait faire le tandem Iordanis Paschalidis – Konstantinos Trigonis pour ne pas le laisser s’imposer une deuxième fois consécutive à Saint-Barth. Et de boulette grecque, il en a justement été question lors de la première course. « Nous avons pensé que la ligne d’arrivée était la même que celle du départ or ce n’était, en fait, pas le cas. Nous nous sommes alors trop rapprochés de la côte et nous sommes tombés dans un trou de vent, ce qui nous a fait perdre de nombreuses places », a expliqué le barreur, qui a ainsi rétrogradé de la 4e à la 11e place et perdu de précieux points. « Disons qu’il nous a fallu une manche de réglage mais demain, ça ne va plus se passer comme ça ! », a ajouté le Grec qui annonce donc la couleur et qui compte bien ne pas rester longtemps à la 5e place du classement.

Les favoris au rendez-vous

Un classement mené ce soir par les Argentins Pablo Volker et Sergio Mehl (Paraboot by Maxwell & Co) qui frappent, pour leur part, fort d’entrée de jeu pour leur première participation à l’épreuve. « Globalement, on a pris de bons départs et on a réussi à s’installer aux avant-postes assez tôt. On a ainsi réalisé une très belle journée et pour être honnête, on ne s’attendait pas à être si bien classé ce soir », a avoué Sergio Mehl que ses concurrents ne sont cependant pas franchement surpris de retrouver à ce niveau de jeu. Et pour cause, lui et son acolyte ont récemment terminé 10e du Mondial F18. De plus, l’un et l’autre affichent un palmarès solide en ClassA. « On sait que la bagarre va être intense jusqu’au bout et ce, quelles que soient les conditions », assure l’équipier sud-américain, pas mécontent que le comité de course ait retardé le départ de la première course aujourd’hui. « Si on était parti comme prévu à 10 heures, ça aurait vraiment très venté, avec le passage de deux grains à plus de 30 nœuds. Je pense que ça a vraiment été une bonne décision pour tout le monde que le départ ait été légèrement décalé », a ajouté l’Argentin. Et ce ne sont pas les équipages plus amateurs qui diront autre chose, bien au contraire même. Quelques-uns, à l’image de Dan Maxwell et de Nick Lovisa (Maxwell & Co) ont même carrément préféré rester à terre pour éviter de se faire peur, tandis qu’une poignée d’autres a finalement abandonné après avoir cassé du matériel comme, on l’a dit, Kévin Gréaux et Hervé Brin (SBDE), les deux jeunes St Barth victimes de la casse de leur mât dont la suite de la compétition est malheureusement compromise. Idem pour Pierre Altier et Olivier Sanz (Moh’s Place), l’équipier étant confronté à une déchirure ligamentaire au genou. Quoi qu’il en soit, la suite promet d’être belle autant qu’intense surtout que ce vendredi, pour le Grand Prix Eden Rock Villas Rental, entre 25 et 27 nœuds sont annoncés pour la première partie de la journée, avant que le vent s’assagisse un peu dans l’après-midi. De quoi garantir, une nouvelle fois, du joli spectacle… et quelques cascades.

Programme du vendredi 16 novembre

8h45 à 9h « Wake me up » avec Geoffrey Personal Trainer 9h Briefing Prix « EDEN ROCK VILLAS RENTAL » 12 à 13h30 Déjeuner au NIKKI BEACH 14h30 Prix «E DEN ROCK VILLA RENTAL » 20h Proclamation des résultats du Prix « EDEN ROCK VILLA RENTAL » Dîner au NIKKI BEACH 21h 00 Concert gratuit ouvert au public au NIKKI BEACH « North Island Band » suivi de « DJ EYEDOL »

L’article Une entame sur les chapeaux de roue ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
160 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions