• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme
Super Utilisateur n'a pas encore mis à jour sa biographie

Aurélien Ducroz dévoilent le nouveau class40 CROSSCALL

Le Crosscall Sailing Team et Aurélien Ducroz ont dévoilé les lignes du futur monocoque Crosscall conçu en collaboration avec les architectes et ingénieurs de Marc Lombard Design Group. Premier prototype qui profite des nouvelles normes de la catégorie, le class40 Crosscall aura un style novateur et sera optimisé pour jouer aux avant-postes sur les grandes courses au large qui sont au programme d’Aurélien ces deux prochaines années.

Aurélien Ducroz, Skipper Crosscall Sailing Team

« Je suis fier de cette nouvelle grande étape dans ma vie de marin. Créer un nouveau bateau me laisse la liberté de faire mes propres choix et d’être au cœur de la conception, comme je l’ai déjà été pendant ma carrière de skieur avec plusieurs conceptions et constructions de ski. Je suis heureux de construire cet incroyable bateau avec mes partenaires historiques de montagne et de pouvoir continuer ainsi des projets dans les deux univers. L’objectif de la Route du rhum en 2022 est un grand pas vers mon rêve de Vendée Globe.’’

Cyril Vidal, Président et fondateur de Crosscall

“C’est aussi une nouvelle grande étape pour Crosscall car ce class40 sera notre premier bateau en tant que partenaire titre. Une aventure dans laquelle toutes nos équipes sont impliquées avec passion et qui démontre la fiabilité de nos smartphones et tablettes aux professionnels de la voile et aux plaisanciers. Ils seront intégrés comme outils d’aide à la navigation et permettront à Aurélien de filmer et partager ses aventures.’’

LE FUTUR CLASS40 CROSSCALL

Un style novateur, une performance optimale

Aurélien a fait appel au cabinet d’architecture Lombard dont le Lift V1 a remporté la Route du Rhum en 2018, un choix à la mesure des ambitions du skipper. « Le futur bateau d’Aurélien Ducroz sera réellement différent des autres class40 : il sera le premier bateau de la catégorie à exploiter les limites de la nouvelle jauge 2020. En plus des gains de performance calculés, ce Lift V2 se distinguera en esthétique. On a l’habitude de dire que ce qui est beau va vite, et celui-ci aura un look diffèrent et assez furtif !’’ Éric Levet, Marc Lombard Yacht Design Group.

La carène : un pan coupé pour gagner en légerté

La puissance de la carène, sa trainée hydrodynamique et son attitude dans la mer ont été les 3 axes de développement et d’optimisation. Le résultat est une carène originale, qui permettra des gains de vitesse conséquents avec un comportement très sain du bateau à toutes les allures, notamment au portant dans la mer formée.

L’étrave : une forme avant très optimisée

L’esthétique générale de la forme est ainsi nouvelle : la partie haute de l’étrave est inversée, et elle est associée à un frégatage marqué à l’avant du bateau.

Le cockpit : pensé pour le solitaire

Aurélien souhaitait avoir un cockpit avec l’ensemble des commandes à portée de main et le plus reculé possible dans le bateau afin de centrer le poids sur l’arrière et de le préserver des éléments.

Aurélien Ducroz

« J’ai presque toujours navigué sur des Lombard et je suis convaincu de leurs performances. Nous sommes allez très loin dans les détails afin d’optimiser chaque partie au maximum. Cela donne un bateau extrêmement abouti aux lignes novatrices qui nous permettra clairement de challenger les derniers nés de la class40 ! »

LES ATOUTS DU CLASS40 CROSSCALL

La technologie Crosscall au cœur de la conception : les smartphones et tablettes Core-T4 sont intégrés comme outils d’aide à la navigation à bord du futur bateau.

Construire avec bon sens : Aurélien a opté pour une fabrication française et des circuits courts avec une construction du bateau à Caen. Il souhaite également privilégier des matériaux durables : les parties non structurelles seront réalisées en biocomposites avec l’utilisation du lin et de résines biosourcées.

Une sécurité renforcée : un maximum de commandes sont ramenées dans le cockpit afin de minimiser le temps à l’avant du bateau et le radeau de survie est intégré dans le tableau arrière.

L’article Aurélien Ducroz dévoilent le nouveau class40 CROSSCALL est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
15 lectures
0 commentaires

Normandy Channel Race. Match Race en class40

Normandy Channel Race. Match Race en class40

Les 26 duos de la Normandy Channel Race partis ce dimanche ont vécu une deuxième nuit sous grande tension. Pour certains, les certitudes de la veille le sont toujours au réveil, pour d’autres elles sont toutes autres. On peut ainsi résumer l’état de la flotte ce matin qui subit un regroupement et s’improvise un nouveau départ après avoir passé Land’s End et à l’entame de la remontée vers le phare de Tuskar Rock au près, subissant au passage un chamboulement dans le classement.

Si l’on devait sortir du lot un équipage pour symboliser les chamboulements de la nuit, il suffirait de regarder le classement hier soir et ce matin de Redman. Le duo Antoine Carpentier et Nicolas Groleau avait, jusqu’à la marque de parcours de Wolf Rock, signé un début course d’une impeccable propreté en ne lâchant plus la position de leader depuis le parcours côtier au large de Ouistreham. Dans ces conditions de vent faible, l’intensité du courant prime sur la force du vent, une situation que le tandem à bord du dernier né de la Class40 a eu à affronter quand ses concurrents directs, restés proches de la côte, n’ont pas subi.

Le timing du passage de Land’s End, défavorable pour les premiers, a permis aux poursuivants de combler leur retard à l’instar d’Everial, Virgin Media Business, Vogue avec un Crohn, Free Dom et Lamotte Module Création, qui se retrouvent en position de nouveaux chasseurs des deux leaders, Crédit Mutuel et Banque du Léman. Mais attention, les certitudes acquises peuvent ne plus l’être quelques heures plus tard. Personne n’est à l’abris d’un nouveau retournement de situation tant la flotte se regroupe dans un mouchoir de poche. Effectivement, encore hier la flotte se tenait en 60 milles, pour aujourd’hui accumuler seulement 30 milles entre le premier et le dernier dont 13 unités qui se tiennent en moins de 10 milles. Le jeu reste totalement ouvert sur cette remontée de la Mer Celtique.

À noter l’option tentée par deux équipages, Fondation Sextant / Amiral Gestion et Rockall 6, qui semblent avoir choisi une anticipation de la rotation du vent vers le Nord-Est en naviguant proche des côtes du Canal de Bristol.

Pour les heures de navigation à venir, les concurrents n’ont plus beaucoup à attendre avant de voir le vent reprendre en intensité. Les conditions de vent faible avec lesquelles les duos auront dû combiner jusqu’à présent se terminent pour laisser place à un flux de secteur nord de 6 à 8 nœuds forcissant au fil de la journée.

Lire la suite
25 lectures
0 commentaires

50 000 mégots ramassés dans le cadre du 1er #MégotChallenge

Le 13 septembre, l’association “Opération Mer Propre” et la Fondation de la Mer ont organisé leur premier #MégotChallenge. L’objectif : ramasser le plus de mégots possible dans la nature en une seule journée. 50 000 mégots ont ainsi été collectés dans toute la France.

Un seul mégot jeté dans la nature pollue 500 litres d’eau. C’est donc 25 000 000 litres d’eau qui ont été préservés — l’équivalent de 10 piscines olympiques !

De plus, les mégots diffusent leurs substances toxiques, au moment de leur incinération ou s’ils sont enfouis.

Que faire des mégots ? L’association Recyclop assure la revalorisation des mégots en énergie en région PACA.

Consultez la carte interactive

© Fondation de la Mer

Vous aussi, vous pouvez transformer ce déchet nocif en une ressource : conservez vos mégots dans un bidon hermétique et contactez l’équipe Recyclop pour identifier un point de collecte proche de chez vous.

L’article 50 000 mégots ramassés dans le cadre du 1er #MégotChallenge est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
14 lectures
0 commentaires

Enseignements positifs pour Armel Tripon et Sam Manuard

Pour le skipper Armel Tripon et l’architecte naval Samuel Manuard le Défi Azimut aura permis de valider que L’Occitane en Provence est conforme à son concept : avoir une hauteur de vol mesurée afin d’éviter les atterrissages brusques qui lui feraient perdre élan et vitesse. Le bateau construit par Black Pepper aura ainsi démontré au cours de ces derniers jours qu’il était capable de vitesses moyennes élevées ! ce constat est très encourageant et motivant à moins de deux mois du Vendée Globe…

Armel Tripon, skipper de L’Occitane en Provence : « Nous avons montré de très belles choses »

« Ce Défi Azimut a été positif. Ces quelques jours à se confronter aux autres nouveaux IMOCA sous différentes allures et forces de vent, sont une première et étaient nécessaires pour progresser. Ce choix volontaire de voler moins haut que les autres a démontré son efficacité : moins d’écart entre nos vitesses basses et nos vitesses hautes et un bateau assez facile à mener. Cette course permet de se mettre dans une bonne dynamique avant le Vendée Globe ne serait-ce que pour reprendre des réflexes de placement, de trajectoires. C’était un rendez-vous à ne pas rater ! Dès demain, retour aux entraînements pour fiabiliser, naviguer dans la brise et éprouver le matériel ».

Samuel Manuard, architecte de L’Occitane en Provence : « Nous sommes dans le match, c’est une vraie satisfaction »

« Ce que j’ai vu des comportements de notre bateau au cours de ce Défi Azimut m’a beaucoup plus ! Jusqu’ici nous avions travaillé à partir de nos sensations sur le comportement du bateau, ainsi que de l’analyse numérique des performances, mais ‘’ c’est super important de se confronter aux autres en vrai, sur l’eau’’. En vitesse pure, nous savons maintenant que nous sommes vraiment dans le match et nous l’avons été à chaque exercice du Défi Azimut. Il faut évidemment relativiser tout cela, car ce n’étaient pas les conditions du Vendée Globe ; cependant et par comparaison avec la concurrence c’est vraiment très encourageant ! L’idée de L’Occitane en Provence, c’est d’être efficace ; c’est d’avoir des vitesses basses toujours élevées et de retomber de nos foils le moins souvent possible. C’est le même principe que sur l’autoroute en voiture : si tu t’arrêtes pour acheter des sandwiches, ça tue la moyenne (rires) ! Et il ne faut pas oublier que les grosses variations de vitesse c’est du stress mécanique, mais c’est aussi du stress mental pour le skipper. L’idée était de lisser la vitesse, je pense que c’est réussi et cela nous conforte dans nos choix. Le Vendée Globe ne se jouera pas sur les petits coups de mistoufle qu’il y a eu sur ce Défi Azimut. Ce que je retiens c’est que nous sommes bien dans le match par rapport aux autres bateaux neufs, et ça c’est une vraie satisfaction ! »

L’article Enseignements positifs pour Armel Tripon et Sam Manuard est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
15 lectures
0 commentaires

Deuxième acte des ETF Séries à la Rochelle, Billy Besson de nouveau sur la plus haute marche du podium

image

Credit : Ch.Breschi


Billy Besson survole l'épreuve

Les équipes ont enchainé 3 jours de régates entre raids et parcours construits dans des conditions de vent délicates, notamment sur la dernière journée.

On retiendra une très belle prestation du Billy Besson Racing by Ethik qui a remporté la quasi totalité des manches, une grosse remontée dans le classement pour le Youth Foiling Team et une bagarre très serrée entre le Team Pro et Ville de Nice - ABC Arbitrage, seulement 2 points les séparant à l'issue du week-end. Jean Christophe Mourniac, vainqueur des ETF Séries 2019, confie : "le niveau est monté, il faut se battre !"

Billy Besson : "La régate s'est super bien déroulée, on a vraiment bien travaillé. C'est exactement les mêmes parcours qu'en SailGP, et mine de rien, on engrange de l'expérience. Même si les bateaux ne sont pas les mêmes, il y a beaucoup de similitudes, c'est ce qui permet de bien travailler. C'est important pour nous pour rester dans le match !"

Rendez-vous au Spi Ouest France fin septembre

Arnaud Dorange (Président de la Classe ETF26) : "L'ETF26 est un bateau rapide, très fun, qui attire aussi bien des équipages internationaux et pointus comme ceux du SailGP (ndrl : Billy Besson et le danois Nicolai Sehested), des propriétaires expérimentés ou encore des navigateurs de la course au large comme Jean Pierre Dick. Le National à La Rochelle a été une très belle régate. Bravo au vainqueur Billy Besson."

Rendez-vous pour le 3ème acte des ETF Séries 2020 à La Trinité sur Mer, le Spi Ouest France, régate phare de la saison, les 25-26-27 septembre !

Classement général ETF SERIES 2020 (après 2 actes)

1 - Billy Besson Racing by Ethik / Billy Besson (2 points)
2 - Youth Foiling Team / Charles Dorange (6 points)
3 - Team Pro / Jean Christophe Mourniac (6 points)
Lire la suite
12 lectures
0 commentaires

Yann Eliès toujours en tête de La Solitaire, Armel Le Cléac'h dans le Top 10, ETA vers 15h à Saint-Nazaire

Yann Eliès (Quéguiner Matériaux - Leucémie Espoir) tient tête, depuis sa prise de pouvoir hier peu avant 18 heures à la bouée Occidentale de Sein, à la meute de ses poursuivants, regroupée à moins de 4 milles sous son vent. Calé sur la route la plus directe, il passera entre Quiberon et Groix en milieu de matinée. Les 40 derniers milles seront alors placés sous le signe de la tension maximum, pour des marins de La Solitaire du Figaro sérieusement entamés par le manque de sommeil. 

image

Credit : A.Courcoux


Armel Le Cléac'h revient au contact

Le leader du classement général Armel Le Cléac’h (Banque Populaire), sérieusement menacé à Sein quand son Figaro Bénéteau 3 demeurait longtemps encalminé, voyait Yann Eliès s’échapper avec une risée salvatrice. 

Il est revenu avec une belle vitesse au contact des 10 premiers, et s’est redonné toutes les chances de préserver en Loire-Atlantique son leadership, malgré les superbes performances de ses challengers les plus pressants, Sam Goodchild (Leyton) et Xavier Macaire (Groupe SNEF). 

Un léger décalage latéral existe, qui rehausse davantage encore le degré d’incertitude et d’ouverture d’une arrivée qui pourrait être jugée au large de Saint-Nazaire vers le milieu de l’après-midi, 15 heures selon les derniers routages.

  

Classement La Solitaire à 9h

1 Yann Elies Queguiner Materiaux - Leucemie Espoir

2 Sam Goodchild Leyton à 1.21

3 Xavier Macaire Groupe SNEF à 1.85

 4 Pierre Quiroga Skipper MACIF 2019 à 2.10

5 Fabien Delahaye Laboratoires Gilbert à 2.30

6 Kevin Bloch Team Vendee Formation à 2.51

7 Alan Roberts Seacat Services à 2.63

8 Tom Dolan Smurfit Kappa à 2.72

9 Phil Sharp OceansLab à 2.91

10 Armel Le Cleac'h Banque Populaire à 3,09

 

Par la rédaction

Source : La Solitaire

Lire la suite
15 lectures
0 commentaires

Clément Giraud sera bien au départ du Vendée Globe

Son monocoque s’appellera Compagnie du Lit / Jiliti. C’est à deux mois du départ du Vendée Globe que le skipper toulonnais a finalement été rejoint par deux entreprises réactives et ambitieuses. La Compagnie du Lit et Jiliti donneront donc leurs noms au bateau prêté par Erik Nigon. Pour ceux qui auraient perdu le fil des aventures hors norme de Clément Giraud, en voici un résumé.

Remember…

Octobre 2019 : Clément voit son bateau partir en fumée le long du quai, au Havre d’où il devait prendre le départ de la Transat Jacques Vabre. Novembre 2019 : son partenaire titre jette l’éponge et renonce au Vendée Globe Juillet 2020 : pour la Vendée – Arctique – Les Sables d’Olonne, Erik Nigon, skipper de l’IMOCA « Vers un monde sans SIDA », prête son bateau à Clément pour que ce dernier achève sa qualification pour le Vendée Globe (sait-on jamais…) Août 2020 : Clément acquiert l’autorisation tant attendue : prendre le départ sur un bateau avec lequel il n’était pas inscrit à l’origine. Dans le même temps, Erik Nigon renonce au Vendée Globe et rejoint l’équipe de Clément.

Tous les voyants sont au vert. Nous sommes alors à une semaine de la confirmation des inscriptions… Une semaine pour réunir un budget…

L’équipe à terre travaille jour et nuit, prospecte, relance, réactive ses réseaux et… convainc ! Jiliti et La Compagnie du Lit s’engagent dans ce tour du monde pas tout à fait académique, aux côtés d’un skipper et d’une équipe totalement habités par ce projet hors norme.

Eric Romedenne, Président de La Compagnie du Lit :

« Clément Giraud, que je connais depuis trois ans, me raconte l’histoire de son bateau qui a brulé, de ses déboires mais aussi du mouvement de solidarité créé autour de lui. Alors c’était évident, La Compagnie du Lit et son association Porte Rêves, reconnue d’intérêt général, ne devaient pas rester sans rien faire. Clément Giraud est un guerrier des mers, un marin ayant de vraies valeurs, être à ses côtés était une évidence. Ses combats ne resteront pas vains, La Compagnie du Lit repartira autour du monde pour une bonne cause, pour aider un battant à réaliser son rêve, avec pour objectif 2024, pour la gagne cette fois avec un bateau neuf pas comme les autres ».

Stéphane Hascoët, Président de Jiliti :

« Le Vendée Globe est une fantastique aventure humaine ! Il existe de nombreux points communs entre l’aventure de Clément Giraud et celle de Jiliti. 40 ans cette année pour Clément, 40 d’expériences pour Jiliti. Tout comme Clément, nous réalisons notre rêve en devenant indépendant et souhaitons aller au bout de nos ambitions, avec une volonté de conquérir le monde. Le Vendée Globe est une opportunité pour nous de faire connaitre notre nouvelle marque, d’embarquer nos équipes et de saluer nos clients internationaux tout au long de la course.

Avec Clément, nous partageons les mêmes passions de l’engagement, du dépassement de soi et de l’esprit d’équipe. »

Clément Giraud, skipper de l’IMOCA Compagnie du Lit / Jiliti :

« C’est un soulagement ! Les jours passaient, on y croyait parce que nous sommes d’insatiables optimistes… donc on avait anticipé la logistique technique et le chantier à faire. Tout était prêt, il n’y avait qu’à appuyer sur le bouton. La Compagnie du lit et Jiliti sont arrivés à la limite du faisable, au moment où c’était encore possible, dans de bonnes conditions. Et quand nous avons appuyé sur le bouton, beaucoup de compétences ont spontanément rejoint l’équipe. Nous sommes nombreux et bien organisés. Nos partenaires techniques ont été hyper réactifs également. »

Erik Nigon, propriétaire du bateau et skipper remplaçant :

« Nous surfons une vague positive depuis la Vendée – Arctique – Les Sables d’Olonne. Il était logique que nos projets se rejoignent. Ils sont avant tout des aventures auxquelles nous voulons donner du sens. J’ai porté les couleurs de la lutte contre le SIDA, Clément soutient beaucoup d’associations. Je reste associé au projet Vendée Globe et aux courses qui suivront. »

L’article Clément Giraud sera bien au départ du Vendée Globe est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
16 lectures
0 commentaires

Class40. Aurélien Ducroz le choix du Lift40 mais version 2

Class40. Aurélien Ducroz le choix du Lift40 mais version 2

Aurélien Ducroz vise la Route du Rhum et se donne les moyens de ses ambitions avec son partenaire Crosscall. Il a choisi le cabinet d’architecture Lombard dont le Lift V1 a remporté la Route du Rhum en 2018 avec Yoann Richomme. Le cabinet travaille depuis 1 an à une V2.  » Cette version sera réellement différent des autres class40 : il sera le premier bateau de la catégorie à exploiter les limites de la nouvelle jauge 2020. En plus des gains de performance calculés, ce Lift V2 se distinguera en esthétique. On a l’habitude de dire que ce qui est beau va vite, et celui-ci aura un look diffèrent et assez furtif !’’ souligne ÉRIC LEVET, de Marc Lombard Yacht Design Group. Un design qui a été confié également au designer des produits Crosscall qui donne un bateau moderne et réussi. La partie haute de l’étrave est inversée, et elle est associée à un frégatage marqué à l’avant du bateau (pont plus étroit que la coque, dans la limite de la jauge).Celui-ci devrait être mis à l’eau en avril 2021 et construit à Caen.

 » J’ai presque toujours navigué sur des Lombard et je suis convaincu de leurs performances. Nous sommes allez très loin dans les détails afin d’optimiser chaque partie au maximum. Cela donne un bateau extrêmement abouti aux lignes novatrices qui nous permettra clairement de challenger les derniers nés de la class40 !’’ souligne Aurélien

Lire la suite
13 lectures
0 commentaires

Solitaire du Figaro. Armel Le Cleac’h : La nuit du chacal !

Solitaire du Figaro. Armel Le Cleac’h : La nuit du chacal !

Yann Eliès s’envolait hier soir après avoir passé la marque à la bouée Occidentale de Sein. Le pointage le mettait en tête au général de la Solitaire tandis qu’Armel Le Cleac’h accusait un retard de près de deux heures sur lui. Ce matin à 8h, si Yann Eliès tenait encore la tête du peloton, le chacal avait frappé et revenait à quelques milles avec une belle vitesse trouvée plus à l’ouest grâce à un petit investissement hier soir qui rapportait gros durant la nuit. A 50 milles de l’arrivée et une ETA vers 15h cet après-midi avec un vent bien établi entre 6 et 8 nds, Armel Le Cleac’h semble avoir sauvé son étape et ses chances de gagner cette Solitaire alors que Sam Goodshild et Xavier Macaire restent encore dans le match.

Lire la suite
12 lectures
0 commentaires

Match Race à Land’s End

Non sans mal, les premiers Class40 de cette 11ème édition de la Normandy Channel Race ont passé le Cap Lizard en milieu de journée et s’abritent actuellement du courant contraire proche des côtes de Mounts Bay en attendant la bascule qui devrait les aider à contourner Land’s End. Derrière les concurrents vont devoir cravacher pour espérer passer avant la renverse et ne pas voir les leaders s’envoler vers Tuskar Rock.

« On commence à avoir les mains qui chauffent », voilà une déclaration du skipper de Crédit Mutuel, Ian Lipinski, à la vacation d’aujourd’hui qui résume bien la difficulté qu’auront rencontré les skippers pour atteindre la pointe sud-ouest anglaise. À bord des Class40, ça n’a pas chômé. Les conditions sur zone, vent faible et instable en direction, et épisodes brumeux à traverser, ont demandé aux marins une débauche d’énergie toute particulière pour enchainer les manœuvres et rester vigilant lorsque la visibilité était réduite. Il aura fallu faire preuve d’opportunisme pour exploiter la moindre situation favorable et sortir le bon bord au bon moment. Au delà des conditions exigeantes que rencontrent les marins, la flotte est très resserrée depuis la sortie du Solent, c’est une véritable régate au contact comme nous l’explique Pierre-Louis Attwell. « Pour l’instant c’est une Normandy Channel Race fidèle à sa réputation avec des équipages qui reviennent alors qu’on pensait ne jamais les revoir » déclare le calvadosiens d’origine.

C’est également le cas en tête de flotte, la position de leader ne cesse de changer, on assiste à un vrai match race entre Crédit Mutuel, Redman et Banque du Leman qui ont en quelques heures chacun à leur tour pris les commandes de la course. Une situation stressante comme l’expliquait ce midi Antoine Carpentier (Redman) à la vacation « Psychologiquement c’est dur, mais c’est ce qu’on vient chercher aussi, les bagarres de rue ça a été une de mes spécialités pendant des années… ». Voilà de quoi planter le décor de marins au couteau entre les dents prêts à ne rien lâcher pour être le premier à enrouler Land’s End.

ATTRAPER LE BON WAGON

Pour le reste de la flotte plus en arrière, la principale préoccupation est de savoir s’ils arriveront à attraper le bon wagon et bénéficier de la bascule de courant favorable à partir de 21h (heure française) ou si à contrario ils verront la route se barrer, ce qui risquerait de creuser d’avantage l’écart avec les leaders.

La remontée vers Tuskar Rock s’annonce elle aussi complexe. Les conditions météos vont rester compliquées avec toujours du vent faible de secteur Nord-Nord/Est.

L’article Match Race à Land’s End est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
11 lectures
0 commentaires

Elastique et accordéon

Jeu de l’élastique, air d’accordéon… quelque soit la formule, elle illustre bien la physionomie de cette troisième étape de La Solitaire du Figaro en son troisième jour de course. Au joli coup réalisé par des partisans d’une route sous Molène, Eric Péron (French Touch), Benoît Hochart (La Chaîne de l’Espoir) et Armel Le Cléac’h (Banque Populaire), grandement motivés par la crainte de la renverse du courant dans le Fromveur, et l’impérieuse nécessité de se démarquer du peloton leader, a succédé les caprices d’un vent à l’établissement perturbé par l’arrivée à la pointe de Bretagne d’une zone anticyclonique. En sa partie Ouest, le vent de Nord, en prenant un peu d’Est a favorisé les leaders du matin, au sein desquels on retrouve les incisifs Yann Eliès (Groupe Quéguiner – Leucémie Espoir), Tom Laperche (Bretagne CMB Espoir), Xavier Macaire (Groupe SNEF) et Sam Goodchild (Leyton). Yann Eliès était en toute fin d’après-midi le premier à franchir la marque figurée par la bouée cardinale Occidentale de Sein, avec 6 minutes d’avance sur son concurrent Britannique, et à entamer les 123 derniers milles vers l’arrivée.

Péron – Le Cléac’h, les opportunistes

On retiendra de cette étape, entre moult péripéties, le remarquable coup plein d’opportunisme joué ce matin par deux retardataires, Eric Péron et Armel Le Cléac’h, qui décidaient, alors que le peloton leader se laissait glisser dans l’ouest sous Ouessant, de piquer plein sud entre les îles de Trielen et Quéménès, vers la marque de Sein. La crainte de la renverse du courant du Fromveur et le retard déploré à ce moment de la course auront certainement poussé les deux expérimentés navigateurs à tenter le diable. Ce coup magistral relance naturellement les spéculations de victoire finale pour le skipper de Banque Populaire. Et parmi les navigateurs inspirés par cette belle option, on retrouve un peu sans surprise des garçons comme Adrien Hardy (Ocean Attitude), mais aussi Nils Palmeri (TeamWork), en passe lui aussi d’asseoir son leadership au classement envié des bizuths. Benoît Hochart (La Chaîne de l’Espoir) qui a “pris la roue ” d’Armel dans le franchissement de ce col hors catégorie, pourrait lui aussi toucher à Saint-Nazaire les dividendes d’une belle inspiration. Le Fromveur et Ouessant désormais dans les tableaux arrière, ils ne sont pas moins de 20 solitaires à se tenir dans un petit écart de 5 à 6 milles, alors que plus de 130 milles les séparent encore de l’arrivée en Loire-Atlantique. Autant dire que la valse des leaders et les retournements de situation n’ont pas fini d’émailler cette étonnante troisième étape.

Calamités

Les Solitaires ont cumulé en 24 heures la totalité des calamités redoutées par tout navigateur en course, l’absence de vent, avec un anémomètre proche de zéro en fin de nuit, une brume épaisse, à ne plus voir le balcon avant des Figaro Bénéteau 3, la proximité invisible mais parfois sonore des adversaires, dont on ne sait ni le tempo, ni l’allure ou la direction, et ces algues ! Ah ces algues. Francis Le Goff, directeur de course, a arrêté de compter le nombre d’appels reçus des marins désireux d’obtenir l’autorisation de faire marche arrière pour se dégager, plus de 250 ce matin. « Question algues, on a ratissé grave ! » avoue Loïs Berrehar (Bretagne CMB Performance). J’ai évité de faire des marches arrière. Je les enlève à la corde à nœuds car j’ai casé ma canne à algues.” Même tonalité chez Tanguy Le Turquais (Groupe Quéguiner – Innoveo), passé in extremis avant la renverse du courant dans le Fromveur : « Je n’ai jamais vu autant d’algues. J’ai rétrogradé au classement à cause de cela. Le vent est rentré après le four. J’ai fait marche arrière sans moteur, à la voile et toutes les algues sont parties ! »

ETA entre 9 heures et 13 heures mercredi

Le passage à niveau figuré par la renverse du courant sous Ouessant ne sera en définitive retombé que devant deux concurrents attardés, Elodie Bonafous (Bretagne CMB Oceane) et Marc Mallaret (CER Occitane), deux bizuths relégués à plus de 15 milles. Dans ce registre des jeunes premiers, on note la belle application de Kevin Bloch (Team Vendée Formation) et surtout Robin Follin (Ville de Sainte-Maxime) seul coureur à être passé au nord d’Ouessant pour un intéressant décalage dans l’ouest au plus loin des centres dépressionnaires déventés. Alors qu’une zone anticyclonique s’installe sur l’Ouest Finistérien, un petit flux de secteur Nord appelé à prendre de l’Est se fait doucement sentir, laissant préjuger d’une descente en ligne directe pour toute la flotte le long des rivages de Bretagne-Sud. Un bord de vitesse pure mais au petit trot pour une arrivée envisagée mercredi matin selon les routages.

Eric Peron (French Touch)

« Revenir dans le match après 16 milles de retard, c’est cool, c’est parfait d’être dans le groupe de tête. J’ai été chanceux. Il faut être attentif au bulletin météo de ce soir, (les coureurs reçoivent par VHF deux bulletins météos de Météo Consult lu par le Directeur de course, un à 9 heures et l’autre à 21 heures ndlr) mais après ce devrait être tout droit. A chaque quart d’heure près, ton option se dessine pour toi. Cela ne me plaisait pas de suivre les autres. On prévoyait du Nord-Ouest, ce qui faisait un meilleur angle pour la descente mais en définitive, c’est le Nord-Est qui se met en place et c’est mieux pour le groupe de l’ouest. Cela aurait pu être plus payant pour moi. Benoît Hochart a emboité le pas derrière moi et Armel a vu que cela n’allait pas le faire et il s’est remis dans le coup comme moi. »

L’article Elastique et accordéon est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
14 lectures
0 commentaires

Le Mercato : Le ponton du Vendée Globe, des partenaires pour Barrier et Giraud

NOMINATIONS & DÉPARTS

YANN JAUVIN (tacticien), XAVIER REVIL (régleur grand-voile), JACQUES GUICHARD (régleur voile d’avant), JULES BIDEGARAY (numéro 1), PAUL DAGAULT (embraque grand-voile) composeront l’équipage du TF35 Spindrift racing mené par YANN GUICHARD. ANTOINE RUCARD sera remplaçant.

GREGORY MURAC est le nouveau directeur des opérations de la Transat Jacques Vabre.

NICOLAS BÉRENGER (ex Musto) est, à partir de samedi, le nouveau directeur commercial et produits monde de la marque Dufour.

 

OFFRES DE SERVICES

SAMUEL PIVETEAU propose ses services bénévoles d’animateur à des teams aux Sables d’Olonne en amont et le jour du départ du Vendée Globe.

MARINA NICOL, pharmacienne installée à Lorient, propose de gérer les trousses médicales de bord pour les courses selon les RSO imposées (Vendée Globe, transats, Figaro, Mini 6.50…).

 

STAGES & ALTERNANCES

TIP & SHAFT cherche, dans le cadre de nouveaux développements, un-e stagiaire ou un-e alternant-e en marketing digital. Au programme : social média, web (WordPress + SEO), emailing, UX, production de contenus. Stage d’une durée de 6 mois, basé à Lorient, à pourvoir immédiatement.

BEFOIL propose un stage ou une alternance en communication/marketing pour une durée de 5 à 6 mois à partir de septembre, stage basé à Lorient.

 

ANNONCES & PARTENARIATS

TSE, acteur indépendant de l’énergie solaire en France, devient partenaire majeur d’Alexia Barrier pour le Vendée Globe 2020.

LA COMPAGNIE DU LIT, déjà auprès de Stéphane Le Diraison il y a quatre ans, et JILITI seront les partenaires-titres de Clément Giraud sur ce même Vendée Globe.

MARSEILLE HORIZON 2024, qui devait avoir lieu du 18 au 20 septembre, a finalement été annulée suite au renforcement des restrictions sanitaires imposées par la préfecture des Bouches-du-Rhône.

LA SYDNEY TO AUCKLAND RACE, nouvelle course qui devait se tenir en janvier prochain, a été reportée d’un an, à janvier 2022.

ATELIER INTERFACE s’agrandit et déménage à La Rochelle, où est mis en chantier le premier Floki 6.50, Mini 6.50 construit en bambou.

BRETAGNE DÉVELOPPEMENT INNOVATION et le programme Eurolarge Innovation ont dévoilé mercredi une étude menée auprès de 210 entreprises bretonnes du secteur de la voile de compétition : elles ont réalisé en 2019 un chiffre d’affaires de 348 millions d’euros dont 83,5 millions d’euros estimés exclusivement pour la voile de compétition ; 2 355 salariés y travaillent dont 980 dans le secteur de la compétition.

SAMUEL CADE, plus connu sous le nom de @samclickclack images, s’installe comme artisan photographe à Larmor-Plage.

LES EMPLACEMENTS SUR LE PONTON DU VENDÉE GLOBE, tirés au sort sous contrôle d’huissier, ont été dévoilés ce vendredi par l’organisation.

 

LANCEMENTS

SUISSES EN MER, ouvrage collectif qui dresse les portraits de 14 marins suisses ayant marqué la course au large (de Pierre Fehlmann à Alan Roura en passant, notamment, par Laurent Bourgnon et Bernard Stamm), est sorti en librairie le 3 septembre (éditions Favre).

 

VENTES & LOCATIONS

MERCONCEPT loue des bureaux dans son nouveau bâtiment de Concarneau (open space et bureaux de 30 à 75m2), avec possibilité d’accès aux espaces communs (salles de réunion et de sport, infrastructures techniques).

ADHINOTEC loue un local pouvant accueillir deux Imoca à Port-la-Forêt à partir d’avril 2021.

En partenariat avec Altaide recrute dans la course au large, cabinet de recrutement 2.0

Photo : Mark Llyod / DPPI / Vendée Globe

L’article Le Mercato : Le ponton du Vendée Globe, des partenaires pour Barrier et Giraud est apparu en premier sur Tip & Shaft.

Lire la suite
13 lectures
0 commentaires

Yann Eliès, Sam Goodchild, ... les leaders de la troisième étape de la Solitaire à l'occidentale de Sein sont

Rebondissements sur cette troisième étape de la Solitaire. Au joli coup réalisé cet après-midi par des partisans d'une route sous Molène, Eric Péron (French Touch), Benoît Hochart (La Chaîne de l'Espoir) et Armel Le Cléac'h (Banque Populaire), grandement motivés par la crainte de la renverse du courant dans le Fromveur, a succédé les caprices d’un vent à l'établissement perturbé par l'arrivée à la pointe de Bretagne d'une zone anticyclonique. En sa partie Ouest, le vent de Nord, en prenant un peu d'Est a favorisé les leaders du matin, au sein desquels on retrouve les incisifs Yann Eliès (Groupe Quéguiner - Leucémie Espoir), Tom Laperche (Bretagne CMB Espoir), Xavier Macaire (Groupe SNEF) et Sam Goodchild (Leyton). Yann Eliès, Sam Goodchild, ... les leaders de la troisième étape de la Solitaire à l'occidentale de Sein sont.

image

Crédit : A Courcoux


 


Pointage à l’occidentale de Sein :

1 Yann Eliès (Quéguiner Matérieux - Leucémie Espoir) à 17h35
2 Sam Goodchild (Leyton) à environ 6 minutes de Yann Eliès à 17h41
3 Tom Laperche (Bretagne CMB Espoir) à environ 11 minutes de Sam Goodchild à 17h52
4 Xavier Macaire (Groupe SNEF) à environ 5 minutes de Tom Laperche à 17h57
5 Pierre Quiroga (Skipper MACIF 2019) à 1 minute de Xavier Macaire à 17h58


6 Alan Roberts (Seacat Services) à 4 minutes de Pierre Quiroga à 18h02
7 Fabien Delahaye (Laboratoires Gilbert) à 2 minutes d’Alan Roberts à 18h04
8 Alberto Bona (Sebago) à 1 minute de Fabien Delahaye à 18h05
9 Kevin Bloch (Team Vendée Formation) à 3 minutes d’Alberto Bona à 18h08
10 Robin Follin (Ville de Sainte-Maxime) à 5 minutes de Kevin Bloch à 18h14
11 Alexis Loison (Région Normandie) à 18h20
12 Eric Peron (French Touch) à 18h22
13 Phil Sharp (OceansLab) à 18h27
14 Tom Dolan (Smurfit Kappa) à 18h32
15 Achille Nebout (Be Green Ocean) à 18h43

ETA entre 9 heures et 13 heures demain.

Lire la suite
14 lectures
0 commentaires

Solitaire du Figaro. Yann Eliès en tête de la Solitaire au pointage de Sein

Solitaire du Figaro. Yann Eliès en tête de la Solitaire au pointage de Sein

Après 3 jours de course déjà bien harassants, les skippers ont passé en fin de journée la marque à l’occidentale de Sein permettant de faire un premier pointage. Il leur reste encore 120 milles à parcourir.
Yann Eliès prendrait la tête au classement général devant Sam Goodshild et Tom Laperche. Xavier Macaire étant relégué à la 4e place. Armel Le Cleac’h bataille ferme pour revenir quitte à passer entre les cailloux. S’il dispose d’une avance de 49 minutes sur Yann Eliès, au passage de Sein, il devrait accuser plus d’une heure de retard. C’est dorénavant Yann Eliès qui se rapproche d’une 4e victoire « historique » sur cette Solitaire. En tête, avec l’expérience de 19 solitaires, il ne va rien lâcher avec la victoire si proche et peu d’options avant l’arrivée mais Sam Goodshild, Xavier Macaire et Tom Laperche restent en embuscade.

Yann Eliès (Quéguiner Matérieux – Leucémie Espoir) Sam Goodchild (Leyton) à environ 6 minutes de Yann Eliès Tom Laperche (Bretagne CMB Espoir) à environ 11 minutes de Sam Goodchild Xavier Macaire (Groupe SNEF) à environ 5 minutes de Tom Laperche Pierre Quiroga (Skipper MACIF 2019) à 1 minute de Xavier Macaire

Jeu de l’élastique, air d’accordéon… quelque soit la formule, elle illustre bien la physionomie de cette troisième étape de La Solitaire du Figaro en son troisième jour de course. Au joli coup réalisé par des partisans d’une route sous Molène, Eric Péron (French Touch), Benoît Hochart (La Chaîne de l’Espoir) et Armel Le Cléac’h (Banque Populaire), grandement motivés par la crainte de la renverse du courant dans le Fromveur, et l’impérieuse nécessité de se démarquer du peloton leader, a succédé les caprices d’un vent à l’établissement perturbé par l’arrivée à la pointe de Bretagne d’une zone anticyclonique.

En sa partie Ouest, le vent de Nord, en prenant un peu d’Est a favorisé les leaders du matin, au sein desquels on retrouve les incisifs Yann Eliès (Groupe Quéguiner – Leucémie Espoir), Tom Laperche (Bretagne CMB Espoir), Xavier Macaire (Groupe SNEF) et Sam Goodchild (Leyton). Yann Eliès était en toute fin d’après-midi le premier à franchir la marque figurée par la bouée cardinale Occidentale de Sein, avec 6 minutes d’avance sur son concurrent Britannique, et à entamer les 123 derniers milles vers l’arrivée.

Péron – Le Cléac’h, les opportunistes
On retiendra de cette étape, entre moult péripéties, le remarquable coup plein d’opportunisme joué ce matin par deux retardataires, Eric Péron et Armel Le Cléac’h, qui décidaient, alors que le peloton leader se laissait glisser dans l’ouest sous Ouessant, de piquer plein sud entre les îles de Trielen et Quéménès, vers la marque de Sein. La crainte de la renverse du courant du Fromveur et le retard déploré à ce moment de la course auront certainement poussé les deux expérimentés navigateurs à tenter le diable. Ce coup magistral relance naturellement les spéculations de victoire finale pour le skipper de Banque Populaire. Et parmi les navigateurs inspirés par cette belle option, on retrouve un peu sans surprise des garçons comme Adrien Hardy (Ocean Attitude), mais aussi Nils Palmeri (TeamWork), en passe lui aussi d’asseoir son leadership au classement envié des bizuths. Benoît Hochart (La Chaîne de l’Espoir) qui a « pris la roue  » d’Armel dans le franchissement de ce col hors catégorie, pourrait lui aussi toucher à Saint-Nazaire les dividendes d’une belle inspiration. Le Fromveur et Ouessant désormais dans les tableaux arrière, ils ne sont pas moins de 20 solitaires à se tenir dans un petit écart de 5 à 6 milles, alors que plus de 130 milles les séparent encore de l’arrivée en Loire-Atlantique. Autant dire que la valse des leaders et les retournements de situation n’ont pas fini d’émailler cette étonnante troisième étape.

Calamités
Les Solitaires ont cumulé en 24 heures la totalité des calamités redoutées par tout navigateur en course, l’absence de vent, avec un anémomètre proche de zéro en fin de nuit, une brume épaisse, à ne plus voir le balcon avant des Figaro Bénéteau 3, la proximité invisible mais parfois sonore des adversaires, dont on ne sait ni le tempo, ni l’allure ou la direction, et ces algues ! Ah ces algues. Francis Le Goff, directeur de course, a arrêté de compter le nombre d’appels reçus des marins désireux d’obtenir l’autorisation de faire marche arrière pour se dégager, plus de 250 ce matin. « Question algues, on a ratissé grave ! » avoue Loïs Berrehar (Bretagne CMB Performance). J’ai évité de faire des marches arrière. Je les enlève à la corde à nœuds car j’ai casé ma canne à algues. » Même tonalité chez Tanguy Le Turquais (Groupe Quéguiner – Innoveo), passé in extremis avant la renverse du courant dans le Fromveur : « Je n’ai jamais vu autant d’algues. J’ai rétrogradé au classement à cause de cela. Le vent est rentré après le four. J’ai fait marche arrière sans moteur, à la voile et toutes les algues sont parties ! »

ETA entre 9 heures et 13 heures demain
Le passage à niveau figuré par la renverse du courant sous Ouessant ne sera en définitive retombé que devant deux concurrents attardés, Elodie Bonafous (Bretagne CMB Oceane) et Marc Mallaret (CER Occitane), deux bizuths relégués à plus de 15 milles. Dans ce registre des jeunes premiers, on note la belle application de Kevin Bloch (Team Vendée Formation) et surtout Robin Follin (Ville de Sainte-Maxime) seul coureur à être passé au nord d’Ouessant pour un intéressant décalage dans l’ouest au plus loin des centres dépressionnaires déventés. Alors qu’une zone anticyclonique s’installe sur l’Ouest Finistérien, un petit flux de secteur Nord appelé à prendre de l’Est se fait doucement sentir, laissant préjuger d’une descente en ligne directe pour toute la flotte le long des rivages de Bretagne-Sud. Un bord de vitesse pure mais au petit trot pour une arrivée envisagée mercredi matin selon les routages.

Eric Peron (French Touch)
« Revenir dans le match après 16 milles de retard, c’est cool, c’est parfait d’être dans le groupe de tête. J’ai été chanceux. Il faut être attentif au bulletin météo de ce soir, (les coureurs reçoivent par VHF deux bulletins météos de Météo Consult lu par le Directeur de course, un à 9 heures et l’autre à 21 heures ndlr) mais après ce devrait être tout droit. A chaque quart d’heure près, ton option se dessine pour toi. Cela ne me plaisait pas de suivre les autres. On prévoyait du Nord-Ouest, ce qui faisait un meilleur angle pour la descente mais en définitive, c’est le Nord-Est qui se met en place et c’est mieux pour le groupe de l’ouest. Cela aurait pu être plus payant pour moi. Benoît Hochart a emboité le pas derrière moi et Armel a vu que cela n’allait pas le faire et il s’est remis dans le coup comme moi. »

Lire la suite
14 lectures
0 commentaires

Enchainer les manœuvres et rester vigilant, les marins de la Normandy Channel Race ne chôment pas

 

Les premiers Class40 de cette 11ème édition de la Normandy Channel Race ont passé le Cap Lizard en milieu de journée et s’abritent actuellement du courant contraire proche des côtes de Mounts Bay en attendant la bascule qui devrait les aider à contourner Land’s End. Derrière les concurrents vont devoir cravacher pour espérer passer avant la renverse et ne pas voir les leaders s’envoler vers Tuskar Rock.

 

image

Crédit : JM Liot


« On commence à avoir les mains qui chauffent », voilà une déclaration du skipper de Crédit Mutuel, Ian Lipinski, à la vacation d’aujourd’hui qui résume bien la difficulté qu’auront rencontré les skippers pour atteindre la pointe sud-ouest anglaise. À bord des Class40, ça n’a pas chômé. Les conditions sur zone, vent faible et instable en direction, et épisodes brumeux à traverser, ont demandé aux marins une débauche d’énergie toute particulière pour enchainer les manœuvres et rester vigilant lorsque la visibilité était réduite. 
Il aura fallu faire preuve d’opportunisme pour exploiter la moindre situation favorable et sortir le bon bord au bon moment. Au delà des conditions exigeantes que rencontrent les marins, la flotte est très resserrée depuis la sortie du Solent, c’est une véritable régate au contact.

 
C’est également le cas en tête de flotte, la position de leader ne cesse de changer, on assiste à un vrai match race entre Crédit Mutuel, Redman et Banque du Leman qui ont en quelques heures chacun à leur tour pris les commandes de la course. Une situation stressante comme l’expliquait ce midi Antoine Carpentier (Redman) à la vacation « Psychologiquement c’est dur, mais c’est ce qu’on vient chercher aussi, les bagarres de rue ça a été une de mes spécialités pendant des années… ». Voilà de quoi planter le décor de marins au couteau entre les dents prêts à ne rien lâcher pour être le premier à enrouler Land’s End.

 
 

Source : Sirius Evenements

Lire la suite
12 lectures
0 commentaires

Vendée Globe. Alexia Barrier avec TSE comme partenaire

Vendée Globe. Alexia Barrier avec TSE comme partenaire

Bonne nouvelle pour Alexia Barrier. L’Imoca 4myplanet devient ainsi TSE – 4myplanet. TSE, un des principaux acteurs indépendants français de l’énergie solaire en France, devient le partenaire majeur du projet de la navigatrice pour le Vendée Globe 2020-21 même s’il y a encore de la place pour d’autres partenaires.

Créée en 2013, TSE est un des principaux acteurs indépendants français de l’énergie solaire. Basée sur la technopole de Sophia-Antipolis, l’entreprise accompagne la transition énergétique en développant la production d’énergie solaire.

Partageant de nombreuses valeurs, TSE s’est rapprochée de la navigatrice Alexia Barrier, originaire elle aussi du Sud de la France, pour l’accompagner sur le prochain Vendée Globe, course mythique autour du monde en solitaire, sans escale ni assistance.

Alexia s’est engagée en 2018 dans le championnat Imoca Globe Series avec comme objectif la qualification au Vendée Globe 2020-21. Elle a ainsi participé à de nombreuses courses, notamment la Route du Rhum 2018 et La Transat Jacques Vabre 2019.

Le projet d’Alexia, porté par son association 4myplanet, a pour objectif de concilier course à la voile et engagement pour la planète. Ainsi, l’Imoca TSE-4my planet est équipé de moyens de mesure permettant de collecter des données scientifiques sur les eaux du globe. Alexia mène par ailleurs des missions pédagogiques durant lesquelles elle sensibilise les enfants à la protection de la Nature et des Océans via son programme éducatif «4myplanet Kids ».

L’esprit d’équipe est une autre valeur forte qui lie TSE et Alexia Barrier. Faire un Vendée Globe, course en solitaire, est avant tout le résultat d’un travail d’équipe. Le Team TSE-4my planet travaille actuellement à la réalisation du chantier dont la partie la plus importante est prévue en septembre à Port-la-Forêt avec un changement de quille, l’installation de nouvelles voiles, une optimisation de l’électronique… pour que la navigatrice puisse prendre le départ du Vendée Globe dans les meilleures conditions possibles le 8 novembre prochain.

Enfin, la détermination et l’audace d’Alexia, qui a mis tout en œuvre ces 3 dernières années pour être au départ du prochain Vendée Globe, font écho aux valeurs qui animent les collaborateurs de TSE au quotidien.

Mot de Mathieu Debonnet, président de TSE

« Nous soutenons régulièrement des jeunes sportifs dans l’univers de la voile, dont nous partageons les valeurs. Alexia est une femme exigeante et extrêmement talentueuse. Sa détermination et son engagement nous ont immédiatement séduit lorsque nous l’avons rencontré. C’est pourquoi nous avons souhaité l’accompagner dans ce projet ambitieux qu’est le Vendée Globe. Soutenir une femme, c’est aussi confirmer notre engagement vers plus de parité. Aujourd’hui, c’est l’ensemble des collaborateurs de TSE qui est derrière Alexia et son team. »

Mot d’Alexia Barrier

« Je suis particulièrement fière que TSE se joigne à nous pour ce challenge unique, le Vendée Globe 2020. Avec mon team, nous avons toujours imaginé notre partenaire titre, comme un équipier qui partagerait nos valeurs. Les énergies renouvelables et les énergies solaires sont absolument des modèles que nous aimons promouvoir. J’ai vraiment hâte de porter les couleurs de TSE autour du monde. Avoir une entreprise méditerranéenne à nos côtés, je ne pouvais rêver mieux », explique Alexia Barrier, skipper de TSE – 4myplanet.

Avis aux intéressés, il est encore possible de soutenir le projet d’Alexia Barrier pour le Vendée Globe 2020-2021 aux côtés de TSE.

Lire la suite
12 lectures
0 commentaires

Marseille Horizon 2024 : annulation à 72h du départ

Marseille Horizon 2024 : annulation à 72h du départ

Quel dommage et quelle déception pour les organisateurs comme les participants. A la suite des dispositifs mis en place lundi 14 septembre en fin de journée par le Préfet des Bouches-du-Rhône dans un contexte de circulation de l’épidémie de Covid-19 particulièrement active, les deux grands clubs marseillais, conscients de leur responsabilité d’organisateurs, ont pris la difficile décision d’annuler Marseille Horizon 2024 à 72 heures du coup d’envoi de l’événement qui devait se dérouler du vendredi 18 au dimanche 20 septembre 2020.

Les chefs de file des deux principales Délégations de Service Public du Vieux Port – le Cercle Nautique et Touristique du Lacydon et la Société Nautique de Marseille s’étaient unis pour proposer aux régatiers un rendez-vous commun novateur, inscrit au calendrier de la Fédération Française de Voile.

Après l’annulation de la Massilia et de la Snim au printemps dernier – qui reviendront en 2021 – Marseille Horizon 2024 était le meilleur programme possible et un exemple unique de sortie de crise par la coopération des forces vives de la voile à Marseille.

Placé sous le parrainage de Lili Sebesi, membre de l’équipe de France de voile, et François Jambou, vainqueur de la Mini Transat 2019, l’évènement, qui affichait plus de 120 concurrents, était ouvert aux solos, duos et équipages, et devait comporter une grande course, des côtiers et des parcours construits sur le futur plan d’eau des Jeux Olympiques.

Forts de l’expérience commune menée cet été, les organisateurs formulent le souhait de proposer de nouveau une grande régate sous la houlette des deux clubs.

Reports en 2021
* La 39ème édition de la Massilia Cup, ouverte aux IRC, OSIRIS et Sportboats, organisée par le Cntl, initialement prévue du 27 au 29 mars 2020, est reportée du 19 au 21 mars 2021.
* La 55ème Semaine Nautique Internationale de la Méditerranée, ouverte aux IRC et Monotypes, organisée par la Société Nautique de Marseille, initialement prévue du 10 au 13 avril 2020, est reportée du 2 au 5 avril 2021.

Lire la suite
14 lectures
0 commentaires

Solitaire du Figaro. Regroupement en vue, rien n’est joué, un suspens au ralenti

Solitaire du Figaro. Regroupement en vue, rien n’est joué, un suspens au ralenti

Quel suspens sur cette 3e étape. Un suspens au ralenti qui ne dépasse guère les 4 nds et qui a permis à Eric Péron et Armel Le Cleac’h de revenir dans le match cet après-midi alors que leurs positions en queue de peloton ce matin ne présageait rien de bon. Sam Goodshild, Xavier Macaire et Yann Eliès s’en voudront peut-être d’avoir laissé la porte ouverte à l’est après s’être enfermé dans une option ouest qui les a littéralement arrêtés sur place comme l’ensemble de la flotte. Mais avaient-ils le choix ?
Le vent dicte son scénario et à 130 mn de l’arrivée à St Nazaire impossible de dire qui aura pris l’avantage. Pour l’instant, le grand gagnant reste Armel Le Cleac’h qui conserve encore son maillot jaune et cela risque de partir par devant à l’approche de Groix. Mais avant cela, il va falloir que le vent revienne en fin de journée.

Lire la suite
16 lectures
0 commentaires

Vendée Globe. Clément Giraud au départ du Vendée avec La Compagnie du Lit et Jiliti

Vendée Globe. Clément Giraud au départ du Vendée avec La Compagnie du Lit et Jiliti

On dit souvent que le Vendée Globe commence avant notamment avec la recherche de partenaire. Clément Giraud a réussi son pari en partie avec l’aide d’Erik Nigon qui lui passe son bateau. Il sera au départ le 8 novembre prochain après s’être qualifié avec lors de la Vendée Arctique. Il a commandé un nouveau jeu de voiles en urgence. Son monocoque s’appellera Compagnie du Lit / Jiliti. C’est à deux mois du départ du Vendée Globe que le skipper toulonnais a finalement été rejoint par deux entreprises réactives et ambitieuses. La Compagnie du Lit et Jiliti donneront donc leurs noms au bateau prêté par Erik Nigon. Pour ceux qui auraient perdu le fil des aventures hors norme de Clément Giraud, en voici un résumé.

Remember…
• Octobre 2019 : Clément voit son bateau partir en fumée le long du quai, au Havre d’où il devait prendre le départ de la Transat Jacques Vabre.
• Novembre 2019 : son partenaire titre jette l’éponge et renonce au Vendée Globe
• Juillet 2020 : pour la Vendée – Arctique – Les Sables d’Olonne, Erik Nigon, skipper de l’IMOCA « Vers un monde sans SIDA », prête son bateau à Clément pour que ce dernier achève sa qualification pour le Vendée Globe (sait-on jamais…)
• Août 2020 : Clément acquiert l’autorisation tant attendue : prendre le départ sur un bateau avec lequel il n’était pas inscrit à l’origine. Dans le même temps, Erik Nigon renonce au Vendée Globe et rejoint l’équipe de Clément.

Tous les voyants sont au vert. Nous sommes alors à une semaine de la confirmation des inscriptions… Une semaine pour réunir un budget…
L’équipe à terre travaille jour et nuit, prospecte, relance, réactive ses réseaux et… convainc ! Jiliti et La Compagnie du Lit s’engagent dans ce tour du monde pas tout à fait académique, aux côtés d’un skipper et d’une équipe totalement habités par ce projet hors norme.

Eric Romedenne, Président de La Compagnie du Lit :

« Clément Giraud, que je connais depuis trois ans, me raconte l’histoire de son bateau qui a brulé, de ses déboires mais aussi du mouvement de solidarité créé autour de lui. Alors c’était évident, La Compagnie du Lit et son association Porte Rêves, reconnue d’intérêt général, ne devaient pas rester sans rien faire. Clément Giraud est un guerrier des mers, un marin ayant de vraies valeurs, être à ses côtés était une évidence. Ses combats ne resteront pas vains, La Compagnie du Lit repartira autour du monde pour une bonne cause, pour aider un battant à réaliser son rêve, avec pour objectif 2024, pour la gagne cette fois avec un bateau neuf pas comme les autres ».

Stéphane Hascoët, Président de Jiliti :

« Le Vendée Globe est une fantastique aventure humaine ! Il existe de nombreux points communs entre l’aventure de Clément Giraud et celle de Jiliti. 40 ans cette année pour Clément, 40 d’expériences pour Jiliti. Tout comme Clément, nous réalisons notre rêve en devenant indépendant et souhaitons aller au bout de nos ambitions, avec une volonté de conquérir le monde. Le Vendée Globe est une opportunité pour nous de faire connaitre notre nouvelle marque, d’embarquer nos équipes et de saluer nos clients internationaux tout au long de la course.
Avec Clément, nous partageons les mêmes passions de l’engagement, du dépassement de soi et de l’esprit d’équipe. »

Clément Giraud, skipper de l’IMOCA Compagnie du Lit / Jiliti :
« C’est un soulagement ! Les jours passaient, on y croyait parce que nous sommes d’insatiables optimistes… donc on avait anticipé la logistique technique et le chantier à faire. Tout était prêt, il n’y avait qu’à appuyer sur le bouton. La Compagnie du lit et Jiliti sont arrivés à la limite du faisable, au moment où c’était encore possible, dans de bonnes conditions. Et quand nous avons appuyé sur le bouton, beaucoup de compétences ont spontanément rejoint l’équipe. Nous sommes nombreux et bien organisés. Nos partenaires techniques ont été hyper réactifs également. »

Erik Nigon, propriétaire du bateau et skipper remplaçant :
« Nous surfons une vague positive depuis la Vendée – Arctique – Les Sables d’Olonne. Il était logique que nos projets se rejoignent. Ils sont avant tout des aventures auxquelles nous voulons donner du sens. J’ai porté les couleurs de la lutte contre le SIDA, Clément soutient beaucoup d’associations. Je reste associé au projet Vendée Globe et aux courses qui suivront. »

Lire la suite
10 lectures
0 commentaires

Bourgnon, Meilhat, Van Den Heede… tous au Spi !

Bien que déplacé du 24 au 27 septembre, le 42e Spi Ouest-France Destination Morbihan, s’annonce comme un excellent millésime, et avec au moins une inconnue ; la météo, potentiellement différente par rapport au traditionnel week-end Pascal.
Frustrés d’avoir été privés de navigation au printemps pour cause de crise sanitaire, les régatiers veulent se rattraper et « sauver » leur saison, notamment à La Trinité-sur-Mer fin septembre. Petit tour d’horizon des principales forces en présence, où quelque 300 bateaux sont attendus.

J/80 : Triple vainqueur de l’épreuve dans la catégorie la plus représentée et tenant du titre, Pierre Laouenan espère bien remporter un quatrième succès en baie de Quiberon pour cette épreuve comptant pour la Coupe de France 2020, et où l’on trouve nombre de favoris fines barres dont Sylvain Pélissier, Anne Phélipon, Eric Despierre… et tous les ténors de la série. Diam 24 : Mathilde Géron, Solune Robert, Pierre-Loïc Berthet, Clément Cron, ou encore Guillaume Pirouelle, ce dernier vainqueur du Spi et du Tour Voile 2019, sont les favoris logiques en Diam 24, et espèrent conquérir le titre de champion de France, disputé cette année en deux actes, à La Trinité-sur-Mer puis au Havre lors de la Normandie Cup. A noter également que c’est le Club Nautique d’Aix-Les-Bains qui a remporté le concours organisé par la classe avec le chantier ADH Inotec et des personnalités de la FF Voile, de la régate et de Ouest-France. Alexis Litoz sera donc à la tête du Diam 24 savoyard mis à disposition pour le Spi. Multi 2000 : Depuis que cette classe de multicoques a fait son apparition en baie de Quiberon, le succès ne se dément pas. Catamarans et trimarans de course-croisière (Bandit 800, Dragonfly…) croisent le fer sur des parcours côtiers en baie de Quiberon. Christian Guyader qui a disputé la dernière Route du Rhum sur son TS 42 est une fois de plus très attendu, et ce d’autant si le vent est présent. IRC Double : Faute de Transquadra cette année, et reportée en août 2021, tous les protagonistes ou presque seront à La Trinité-sur-Mer, à commencer par Patrice Carpentier (trois participations au Vendée Globe) et qui régate désormais sur son JPK 9.60. Mais il aura fort à faire face à une meute d’enragés à bord des Sun Fast 3200 et 3300, Figaro 2, JPK et autres J/99, d’Olivier Lunven à Jean-Marc Reibell ou encore Alain Caudrelier, dont le neveu n’est autre que Charles, vainqueur de la dernière Volvo Ocean Race, et co-skipper du trimaran Ultim Edmond de Rothschild. Osiris : Après sa victoire dans la Golden Globe Race l’an dernier, le tour du monde « à l’ancienne » Jean-Luc Van Den Heede, 74 ans, a définitivement fait une croix sur la course en solitaire. Il revient au Spi, à la barre de son nouveau bateau, un X 37 qu’il a acquis d’occasion en Espagne. Fidèle de l’épreuve trinitaine, et avec ses complices de toujours, VDH, vise la première place tout simplement… IRC : Comme chaque année en IRC A, Alain Foulquier sur son splendide plan Nelson Marek 47 Saga sera à la lutte en temps compensé face au TP 52 Paprec mené par Stéphane Nevé, ou encore le JND 39 Lann Ael 2 armé par Didier Gaudoux, vainqueur notamment du célèbre Fastnet « overall » (toutes classes). A noter aussi la présence de Paul Meilhat, vainqueur de la dernière Route du Rhum, à la barre du half tonner Domino’s en IRC C. Après plusieurs saisons en J/80 puis J/70, Laurent Sambron et son complice de la voilerie X Voiles Jean-Yves Jaffrezic, qui n’ont quasiment pas manqué une édition depuis plus de 30 ans, courent désormais sur un Sun Fast 3300 en IRC B. J/70 : Philippe Guigné, créateur du jeu Virtual Regatta et Hervé Leduc, ancien de l’équipe de France de 470, ou encore Olivier Burgaud font partie des favoris dans la catégorie des J/70, habituellement dominée par les équipages étrangers mais qui, pour cause de Covid 19, ne pourront sans doute pas venir courir le Spi cette année. ETF 26 : Jean-Pierre Dick, Yvan Bourgnon, Moana Vaireaux, Billy Besson, Charles Dorange, Jean-Christophe Mourniac… tous issus de la course au large ou de la voile olympique seront en baie de Quiberon sur un rond à proximité de l’ENVSN. Sur ces catamarans à foils atteignant plus de 30 nœuds, le spectacle promet d’être au rendez-vous trois jours durant.

L’article Bourgnon, Meilhat, Van Den Heede… tous au Spi ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
10 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions