• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme
Super Utilisateur n'a pas encore mis à jour sa biographie

Un futur bâtiment dédié à la course au Large à Lorient La Base

Afin de conforter le niveau de services et la place internationale du site de Lorient La base, le projet de la future Maison des skippers dédiée aux à la course au large, insérés entre les blocs K1 et K3 avance. L’agence Bohuon Bertic architectes groupée avec B.A. Bois bureau d’études atlantique, Aerius, Armor Economie et Alhyange a été sélectionnée pour la qualité de son projet qui s’intègre parfaitement dans le site imposant de l’ancienne base des sous-marins, sur l’espace libéré suite à l’incendie du bâtiment du Défi français en 2018.

Le projet a été sélectionné le 23 septembre dernier par un jury composé d’élus et d’architectes. Sur 95 candidatures reçues 3 projets sont restés en compétition. Au final, c’est le l’agence lorientaise Bohuon Bertic architectes groupée avec B.A. Bois bureau d’études atlantique, Aerius, Armor Economie et Alhyange qui concevra le nouveau bâtiment dédié à la Course au Large à Lorient la Base, sur le site de l’ancien bâtiment du Défi français.

Près de 3 000 m² seront donc consacrés à l’accueil de l’association Lorient Grand Large et des skippers, mais aussi aux teams pour y assembler et stocker leurs Imoca ou même Ultim. Un projet phare pour le territoire, déjà leader sur le secteur de la Course au Large, avec un budget prévisionnel global de 5,7 M€.

« Véritable écosystème constitué au fur et à mesure des années, Lorient La Base est aujourd’hui quelque peu victime de son succès qu’il nous faut entretenir pour le faire durer. Nous travaillons sur la gestion du foncier à terre et sur l’accueil en mer car nous avons aujourd’hui plus demandes que de possibilités d’accueil. Cet équipement est un nouvel outil qui permettra de mettre en place les services attendus dans de (très) bonnes conditions et de renforcer toujours un peu plus Lorient-La Base dans l’accueil incontournable des teams de courses au niveau mondial. Nous n’oublions pas que La Base est également un lieu d’accueil touristique et culturel et nous avons eu une attention particulière à l’intégration du bâtiment et à sa qualité architecturale pour valoriser le site » indique Fabrice Loher, président de Lorient Agglomération.

Un véritable balcon sur la mer
Entre les deux imposants blocks K1 et K3, le projet qui sera sélectionné doit construire une réponse architecturale à la fois intégrée et en rupture : « nous souhaitons réaliser un véritable balcon sur la mer. Cette idée simple ordonne le programme en positionnant la maison des skippers vers le quai et en arrière, en vis-à-vis des ateliers du K1, le hangar pour les écuries ». A la fois lieu d’accueil des skippers, avec des bureaux, des salles de repos et d’animation, et local technique avec des hangars modulables pour accueillir les différentes jauges de bateaux, le futur équipement doit répondre à une multiplicité d’usages. Angles arrondis et hauteur maîtrisée, façades vitrées pour jouer la transparence, 3 niveaux pour mieux organiser les fonctionnalités, decks et coursives larges en bois pour vivre entre l’intérieur et l’extérieur : l’organisation du bâtiment joue l’originalité et la polyvalence.

Lire la suite
2 lectures
0 commentaires

Trophée Jules Verne. Nouvelle tentative cet hiver pour Sails of Change (ex-Spindrift 2)

Dona Bertarelli et Yann Guichard repartent à l’assaut du Trophée Jules Verne, détenu depuis 2017 par Francis Joyon et son équipage en 40j 23h 30’ 30’’. À bord de Sails of Change (ex-Spindrift 2), ils seront onze à mener le maxi-trimaran remodelé l’hiver dernier pour améliorer encore ses performances.

Dona Bertarelli et Yann Guichard révèlent les détails de la quatrième tentative du Trophée Jules Verne, dont le stand-by commencera le 1er novembre prochain.

Ce sera la quatrième tentative de Yann Guichard comme skipper sur ce tour du monde à la voile avec pour objectif non seulement le Trophée Jules Verne, mais aussi l’autonomie énergétique. Pour la première fois, la totalité du périple sera effectuée sans moteur auxiliaire.

« Nous allons relever un défi supplémentaire, puisque nous tenterons de battre le record du tour du monde sans utiliser d’énergie provenant de combustibles fossiles. Nos principales sources seront l’énergie solaire et éolienne, ainsi qu’un générateur à vélo embarqué. Nous voulons démontrer que c’est possible, » précise le skipper Yann Guichard.

Ce nouveau challenge énergétique vient en parallèle des évolutions techniques apportées l’hiver dernier concernant le cockpit, l’aérodynamisme et la coque centrale, raccourcie de trois mètres. Cette dernière modification offre un meilleur équilibre à la barre et moins de vibrations à bord du plus grand multicoque de course jamais construit (37 mètres), renommé pour cette tentative : Sails of Change.

Sails of Change est une communauté de passionnés de sports et de nature, qui souhaitent créer un avenir durable pour notre planète. Les fondateurs Yann Guichard, Dona Bertarelli et ses enfants sont engagés dans le partage d’idées et d’informations, la création de partenariats pour protéger et restaurer l’environnement, et travaillent pour assurer un avenir durable pour tous.

La première campagne soutenue par Sails of Change est « 30×30 » un appel mondial à l’action pour protéger au moins 30% de l’océan et de la terre d’ici 2030. Le maxi-trimaran portera ce message autour du monde, avec le #30×30 inscrit dans ses voiles et sur ses coques, associé au bleu et vert qui composent le nouveau design du bateau amiral de l’écurie.

« À travers le sport que nous aimons, j’invite chacun à embarquer avec nous dans cette aventure humaine, à découvrir la beauté de la nature et à nous accompagner autour du monde, » confie Dona Bertarelli, reporter embarquée pour cette prochaine tentative.

À propos de Spindrift for Schools

Le maxi Sails of Change arborera également les couleurs du programme éducatif Spindrift for Schools, dont le kit pédagogique « Apprendre de la nature pour agir! » vient d’être publié, en partenariat avec les Services Départementaux de l’Éducation nationale du Morbihan, le réseau Canopé de Lorient et avec le soutien de l’UNESCO. « Notre objectif est d’inspirer, de sensibiliser et de préparer les plus jeunes à devenir les adultes de demain. À travers nos passions et nos engagements, nous partageons des connaissances et des valeurs pour accompagner les enfants à travailler collectivement et à s’engager pour leur avenir, » précise Dona Bertarelli.

Un stand-by dès le 1er novembre

C’est depuis La Trinité-sur-Mer que le maxi-trimaran Sails of Change partira pour rejoindre la ligne de départ devant Ouessant, dès qu’une fenêtre météorologique sera favorable à partir du 1er novembre 2021.

Dix marins aux profils complémentaires, parmi lesquels cinq tourdumondistes, s’élanceront aux côtés du skipper Yann Guichard pour cette quatrième tentative de l’équipe. Deux d’entre eux, Thierry Chabagny et Xavier Revil, ont déjà été détenteurs du Trophée Jules Verne en 2012, tandis que Dona Bertarelli est la femme la plus rapide autour du monde depuis 2016. Au total, neuf des onze marins se sont déjà essayés au Trophée Jules Verne. Seuls Julien Villion et Yann Jauvin feront leurs débuts sur cette épreuve mythique de la course au large internationale.

Chris Schmid / Spindrift

Équipage 2021 du maxi-trimaran Sails of Change
Yann Guichard – skipper
Dona Bertarelli – reporter embarquée
Benjamin Schwartz – navigateur
Jacques Guichard – Chef de quart
Xavier Revil – Chef de quart
Jackson Bouttell – Chef de quart, numéro 1
Duncan Späth – navigant
Thierry Chabagny – navigant
Gregory Gendron – navigant
Julien Villion – navigant
Yann Jauvin – navigant, numéro 1

Jean-Yves Bernot – routeur à terre

Lire la suite
7 lectures
0 commentaires

Imoca. Sam Davies qui passe son bateau à Arnaud Boissières qui passe son bateau à Rodolphe Sépho

Bonne nouvelle pour Arnaud Boissières qui a fait l’acquisition d’Initiatives-Cœur de Sam Davies, le plan Verdier VPLP de 2012 désormais équipé de foils et qui resigne avec La Mie Câline.

L’aventure débutée en 2015 se poursuit pour les quatre prochaines années, avec comme objectif un 5ème Vendée Globe pour Arnaud Boissières et un 3ème pour La Mie Câline. Si le projet sera encore plus ambitieux sportivement, l’envie de vivre et de partager des moments de bonheur avec les fans de voile, le réseau de franchisés, les salariés et les clients de l’enseigne demeure au cœur du projet.

Après une première séquence de sponsoring du Team jusqu’en 2021, qui a vu la notoriété de La Mie Câline fortement progresser l’entreprise vendéenne sort confortée dans le choix de son skipper. Selon une étude réalisée par Kantar en mars 2021, la notoriété spontanée de La Mie Câline, a augmenté de 7,8 points depuis 2017, auprès d’un public qui s’intéresse au moins un peu à la voile.

La même étude a classé la marque au 5ème rang des sponsors de bateaux qui ont participé au Vendée Globe 2020. Une belle performance qui récompense la fidélité. Le réseau de pains, viennoiseries, pâtisseries et de restauration rapide, aux 240 magasins en France, a donc décidé de reconduire son soutien au natif de Bordeaux, en devenant son partenaire principal. A l’occasion de cette Transat Jacques Vabre, le bateau porte d’ores et déjà le seul nom de La Mie Câline.

David Giraudeau – Directeur Général de La Mie Câline : « Après avoir fait le bilan de ces 6 années de partenariat, nous avons pu mesurer combien notre marque, notre réseau et notre activité sortaient renforcés de cette association avec le Team Arnaud Boissières. Notoriété et reconnaissance, cohésion interne, développement de notre réseau de franchisés… nous avons progressé sur bien des sujets. Notre ambition pour cette nouvelle aventure est de donner de la continuité au projet sportif d’Arnaud, tout en renforçant notre image de marque pour mieux faire connaître la personnalité de notre entreprise. »

Pour Arnaud Boissières : « Pouvoir compter sur un partenaire pendant une aussi longue période est une chance pour la stabilité de notre programme sportif et de notre entreprise. Notre quotidien est à la fois celui du sport de haut niveau, mais aussi celui d’une PME qui est plongée dans les réalités du monde économique. Avec La Mie Câline, nous nous sommes bien trouvés parce que nous partageons une culture de l’entrepreneuriat équilibrée entre la recherche de performance et le goût du travail bien fait, parfait dosage entre ambition et humilité. »

Un nouveau bateau pour le Team Arnaud Boissières

La feuille de route est claire, elle doit mener Arnaud Boissières vers un cinquième Tour du monde d’affilée en 2024. Performance inédite qui en dit long sur la régularité du skipper et sur sa force mentale, quand on connait les sacrifices nécessaires pour affronter une course comme le Vendée Globe.

L’ambition est là. Elle s’est accompagnée de la volonté de repartir sur un bateau plus compétitif. Grâce au soutien de La Mie Câline et de son club de partenaires, ce sera chose faîte avec l’acquisition du bateau « Initiatives-Cœur » de Sam Davies, à l’issue de la Transat Jacques Vabre 2021.

Une fois bouclée cette 8ème Route du Café, Arnaud Boissières effectuera la transat retour en compagnie de la navigatrice britannique, pour débuter la prise en main de cette nouvelle monture. Un bateau plus récent, qui a connu en 2016 une évolution technologique majeure en étant doté de foils.

Ce bateau fait également partie des plus emblématiques de la flotte IMOCA. Conçu à l’origine pour Michel Desjoyeaux, ce plan Verdier VPLP aurait pu faire d’Armel Le Cléac’h le vainqueur du Vendée Globe 2012 – 2013, suite à son duel d’anthologie avec François Gabart.

Arnaud Boissières : « C’est une étape importante que nous allons franchir avec l’acquisition d’Initiatives-Cœur. Notre ambition est de bien maîtriser le potentiel du bateau pour le préparer, et nous avec lui, de la meilleure manière possible en vue du Vendée Globe 2024. Je suis très heureux de reprendre le bateau de Sam Davies qui une compétitrice redoutable, mais dont j’apprécie particulièrement la personnalité très humaine. »

Un nouveau propriétaire pour l’actuel bateau du Team Arnaud Boissières

L’actuel 60 pieds du Team, sera de son côté cédé à Rodolphe Sépho, figure de la voile Guadeloupéenne. Rodolphe qui a découvert la classe en duo avec Arnaud lors du Trophée Azimut, effectuera toujours avec Arnaud, sa première Transat en IMOCA sur la Route du Café 2021.

Pour Rodolphe aussi le programme sportif est bien défini, avec deux étapes majeures que sont la Route du Rhum Destination Guadeloupe 2022 et le Vendée Globe 2024. L’acquisition de ce bateau est une vraie progression pour Rodolphe, qui a couru les deux précédentes éditions de la Route du Rhum en Class 40. Elle témoigne de la professionnalisation de sa structure, Team Rêve de Large Racing, qui bénéficie depuis juillet 2021 du soutien de la région Guadeloupe. Bon vent à lui !

Lire la suite
3 lectures
0 commentaires

François Gabart explique son trimaran SVR-LAZARTIGUE d'un point de vue écologique - Vidéo

Au coeur de Malama, l'IMOCA mené par Charlie Enright et Pascal Bidegorry - Vidéo inside

Embarquez à bord de Malama, l'IMOCA neuf du 11th Hour Racing Team. Charlie Enright et Pascal Bidegorry ont effectué leur qualification p...

image
Lire la suite
8 lectures
0 commentaires

Vendée Globe. Un Imoca neuf pour Sam Davies sur plan Manuard

Sam Davies participera au prochain Vendée Globe avec un Imoca neuf signé Sam Manuard dans les moules de L’Occitane en Provence ; Il portera les couleurs d’Initiatives-Cœur. Sam prendra le départ de la prochaine Route du Rhum à la barre de cette nouvelle machine de dernière génération.

Ce nouvel Imoca construit dans les moules de l’ex-L’Occitane en Provence racheté par Louis Burton et devenu Bureau Vallée 3 ne sera pas un « sistership » au sens propre du terme eu égard aux modifications apportées notamment au niveau des foils afin de se conformer à la nouvelle Jauge.
La plateforme sera livrée à Lorient dans les locaux d’Initiatives-Cœur en décembre de cette année (2021), où ses équipes techniques prendront en charge la préparation ainsi que toutes les intégrations de systèmes sur le bateau.
La mise à l’eau, prévue en mai 2022, permettra à Sam de prendre le départ de la Route du Rhum 2022 à la barre de cette nouvelle machine en attendant le Vendée Globe 2024.

« Nous sommes extrêmement fiers de construire le bateau de Sam Davies, navigatrice exceptionnelle pour qui nous avons une grande admiration ; sentiment renforcé par la cause qu’elle défend en portant haut les couleurs d’Initiatives- Cœur – Mécénat Chirurgie Cardiaque. Nous avons adoré travailler avec l’équipe technique d’Initiatives-Cœur, dont l’expérience, de concert avec Sam Manuard et notre bureau d’étude, aura permis de beaucoup faire évoluer ce magnifique bateau.
Sam pourra désormais, à la barre de cette machine de dernière génération, se battre pour sauver encore plus d’enfants ! »
Michel Douville de Franssu – Black Pepper Yachts

Lire la suite
5 lectures
0 commentaires

Un bâtiment dédié à la course au large verra le jour à Lorient la Base, sur le site de l’ancien bâtiment Groupama Team France

Un futur bâtiment dédié à la course au large à Lorient La Base.  Le projet a été sélectionné le 23 septembre dernier par un jury composé d’élus et d’architectes. Au final, c’est le l’agence lorientaise Bohuon Bertic architectes groupée avec B.A. Bois bureau d’études atlantique, Aerius, Armor Economie et Alhyange qui concevra le nouveau bâtiment dédié à la Course au Large à Lorient la Base, sur le site de l’ancien bâtiment du Défi français (Groupama Team France). "La maison des skippers vers le quai et en arrière, le hangar pour les écuries."


image

Future Maison des skippers

L’agence Bohuon Bertic architectes groupée avec B.A. Bois bureau d’études atlantique, Aerius, Armor Economie et Alhyange a été sélectionnée pour la qualité de son projet qui s’intègre parfaitement dans le site imposant de l’ancienne base des sous-marins, sur l’espace libéré suite à l’incendie du bâtiment du Défi français en 2018.

Près de 3 000 m² seront donc consacrés à l’accueil de l’association Lorient Grand Large et des skippers, mais aussi aux teams pour y assembler et stocker leurs Imoca ou même Ultim. Un projet phare pour le territoire, déjà leader sur le secteur de la Course au Large, avec un budget prévisionnel global de 5,7 M€.

« Véritable écosystème constitué au fur et à mesure des années, Lorient La Base est aujourd’hui quelque peu victime de son succès qu’il nous faut entretenir pour le faire durer. Nous travaillons sur la gestion du foncier à terre et sur l’accueil en mer car nous avons aujourd’hui plus demandes que de possibilités d’accueil. Cet équipement est un nouvel outil qui permettra de mettre en place les services attendus dans de (très) bonnes conditions et de renforcer toujours un peu plus Lorient La Base dans l’accueil incontournable des teams de courses au niveau mondial. Nous n’oublions pas que La Base est également un lieu d’accueil touristique et culturel et nous avons eu une attention particulière à l’intégration du bâtiment et à sa qualité architecturale pour valoriser le site » indique Fabrice Loher, président de Lorient Agglomération.

Un véritable balcon sur la mer

Entre les deux imposants blocks K1 et K3, le projet qui sera sélectionné doit construire une réponse architecturale à la fois intégrée et en rupture : « nous souhaitons réaliser un véritable balcon sur la mer. Cette idée simple ordonne le programme en positionnant la maison des skippers vers le quai et en arrière, en vis-à-vis des ateliers du K1, le hangar pour les écuries ».

A la fois lieu d’accueil des skippers, avec des bureaux, des salles de repos et d’animation, et local technique avec des hangars modulables pour accueillir les différentes jauges de bateaux, le futur équipement doit répondre à une multiplicité d’usages. Angles arrondis et hauteur maîtrisée, façades vitrées pour jouer la transparence, 3 niveaux pour mieux organiser les fonctionnalités, decks et coursives larges en bois pour vivre entre l’intérieur et l’extérieur : l’organisation du bâtiment joue l’originalité et la polyvalence.

image

Budget

Le montant global prévisionnel de l’opération est estimé à l’issue de l’étude de programmation à un montant de 5 701 310 € HT (travaux de construction : 4 397 410 € HT)

Calendrier prévisionnel

Procédure de concours d’architecture : fin 2021
Etudes de maitrise d’oeuvre: 2022
Construction : 2023-2024

Source : Lorient Agglomération

Lire la suite
7 lectures
0 commentaires

Initiatives Coeur renouvelle son engagement avec Sam Davies, un IMOCA neuf signé Manuard en 2022, objectif Vendée Globe 2024

 

Les trois sponsors-mécènes d’Initiatives-Cœur (Initiatives, K-LINE et VINCI Energies) ont choisi de renouveler ensemble leur engagement et leur confiance à Sam Davies. La belle histoire d’Initiatives-Cœur, écrite avec Sam depuis 2017, va ainsi continuer jusqu’en 2025 avec notamment le Vendée Globe 2024. La navigatrice va de surcroit disposer d’un nouveau bateau, construit dans le moule de l’ancien L’Occitane en Provence sur les plans de l’architecte Sam Manuard, dont la mise à l’eau est prévue en mai 2022. Ce bateau, plus performant que l’actuel Initiatives-Cœur, permettra à Sam de rester compétitive au sein d’une flotte IMOCA en fort développement, et de porter haut la cause solidaire d’Initiatives-Cœur.

 

image

 

Convaincus que Sam incarne magnifiquement le projet, avec générosité et détermination, les sponsors-mécènes Initiatives, K-LINE et VINCI Energies, ont souhaité lui maintenir leur pleine confiance jusqu’au prochain Vendée Globe. Leur souhait est de s’inscrire dans la continuité tout en poursuivant le développement des volets sportif et solidaire du projet.

 

Un nouveau bateau dès 2022 

L’équipe Initiatives-Cœur a saisi une opportunité pour disposer d’un IMOCA compétitif, tout en maîtrisant le budget : réutiliser le moule du bateau l’Occitane en Provence, propriété de Black Pepper Yachts. Sam disposera ainsi d’une carène très innovante, que les retours d’expérience du dernier Vendée Globe et les compétences du Team Initiatives-Cœur permettront de faire encore progresser. 

La construction de la coque du futur Initiatives-Cœur, qui a été confiée au chantier Black Pepper, est en cours. Avant la fin de l’année 2021, le bateau sera transporté à Lorient où l’équipe Initiatives-Cœur se chargera de l’assemblage : quille, mât, accastillage, mécanique, électronique, peinture… Le bureau d'études intégré pilotera les évolutions par rapport à la précédente version notamment sur les foils, et adaptera le bateau à Sam.

 
Sa mise à l’eau est prévue en mai 2022, ce qui permettra d’envisager sereinement le Vendée Globe 2024, avec pour commencer une belle participation à la Route du Rhum 2022.

 
L’actuel Initiatives-Cœur sera quant à lui racheté par le skipper Arnaud Boissières, il passera sous les couleurs La Mie Câline en 2022.

 

Sam Davies : "Beaucoup attendent notre aide, nous n’allons pas les laisser tomber"

 
"C’est génial que l’aventure continue, je suis fière de faire partie de ce magnifique projet qui fonctionne bien et pour lequel beaucoup de monde s’investit. Partir avec un bateau plus récent va nous permettre, avec l’aide de la formidable équipe Initiatives-Cœur, de viser de très belles places.

 
Je suis fière qu’enfin une femme skipper puisse naviguer à armes égales et j’espère que je ne serai pas la seule. Je suis prête à m’investir totalement, à travailler très dur pour mener ce futur IMOCA à 100 % de ses capacités. Je suis convaincue que le côté sportif va booster le côté solidaire car plus on est devant plus on parle de nous, plus on nous suit. Cela va aider à mettre en avant Mécénat Chirurgie Cardiaque et donc à sauver des enfants. Beaucoup attendent notre aide, nous n’allons pas les laisser tomber, nous sommes toujours là pour eux !"

image

Lire la suite
7 lectures
0 commentaires

L’UNCL fête ses 50 ans !

Il y a 50 ans, en 1971, l’Union Nationale des Croiseurs (UNC-1913) et le Groupement des Croiseurs Légers (GCL-1962) fusionnaient pour créer l’Union Nationale pour la Course au Large, qui a écrit depuis, les plus belles pages de la Course au large, aventures sportives et humaines les plus phénoménales, solitaires ou collectives, qui nous ont tous tant enthousiasmés !

Et c’est bien avec l’UNCL que s’est développée cette formidable aventure qu’est celle de la Course au Large, accompagnant les créations de courses transatlantiques, consolidant les circuits, grâce notamment à ses emblématiques membres UNCL, créateurs d’épreuves fameuses, comme par exemple Michel ETEVENON pour la Route du Rhum, Bernard DECRE pour le Tour de France à la Voile, tous deux accompagnant l’émergence de nos plus célèbres navigateurs, à la suite du légendaire Eric TABARLY, bien sûr membre de l’UNCL, qui entraîna dans son sillage, au fil des vagues et des embruns, d’autres navigateurs, très souvent membres de l’UNCL, comme les Halvard MABIRE, Philippe POUPON, Florence ARTHAUD, Alain GAUTIER, Michel DESJOYEAUX, Jean LE CAM, Laurent BOURGNON, Franck CAMMAS, Yann ELIES, Jérémy BEYOU, François GABART, Yannick BESTAVEN, Charlie DALIN… Pour n’en citer que quelques-uns !

L’histoire de la Course au large, née en France avec l’UNCL, et qui a fait des émules partout dans le monde, a été écrite également largement par les bénévoles de l’UNCL, passionnés et dévoués, qui se sont forgés une grande expertise, notamment au sein des Comités de course des plus prestigieuses épreuves.

Le Livre des 50 ans de l’UNCL, sous la plume de Philippe SERENON, retrace cette indissociable aventure de l’UNCL et de la Course au Large ! Vous pouvez déjà y souscrire à des conditions privilégiées sur la Boutique de l’UNCL.

>> Pré-commande ici

La Course au large doit également à l’UNCL, le génie de la création de la jauge IRC, avec le Royal Ocean Racing Club, qui est la plus importante jauge à handicap mesurée mondiale, et donc la plus équitable, qui permet depuis des décennies à des bateaux différents (Age, taille, équipements…), de participer aux mêmes régates, avec les mêmes lignes de départ et d’arrivée, et cela, pour un classement en toute équité ! Les plus prestigieuses et les plus grandes épreuves au monde profitent de la jauge IRC, comme la Rolex Fastnet Race, la Middle Sea Race, les Voiles de Saint-Tropez, le Spi Ouest France …. Et bien sûr les championnats UNCL Manche-Atlantique et Méditerranée, qui étoffent et dynamisent considérablement les régates des clubs partenaires de l‘UNCL sur ces deux façades, en favorisant l’émulation entre les navigateurs, toujours en recherche de plus d’excellence, ce qui profite largement à la filière industrielle du Nautisme !

A l’UNCL, nous avons de nombreux régatiers qui brillent dans les courses IRC, nationales ou internationales, et il est impossible de tous les citer ! Certains d’entre eux nous ont confié dans cette Newsletter le récit de leurs épreuves ! En les lisant, on reprend la mer !

Par ailleurs, forte de son expertise, et constatant un déficit de formation des jeunes pour la Course au large, l’UNCL a lancé en 2021, un appel à projet international pour la création du Class 30 One Design™, pour obtenir un Class 30 accessible financièrement à tous les clubs et particuliers, et créer ainsi un circuit intéressant qui redynamisera la formation de jeunes à la course au large ! Après 25 candidatures de cabinets d’architecture navale, issus de 9 nationalités différentes, c’est l’équipage VPLP–Multiplast qui a été retenu !

Vous pourrez découvrir la maquette du futur Class 30 One Design™, qui sera exposée sur le stand UNCL au Nautic, et participer samedi 11 décembre au Diner du Jubilé de l’UNCL à l’Aéro-club de France, Jubilé que nous fêterons dignement en compagnie de notre partenaire SEVENSTAR, leader mondial du transport de yachts, et dont le PDG, Richard KLABBERS, est membre de l’UNCL, et excellent régatier, navigant à bord du fameux Winsome d’Harry HEIJST, également membre de l’UNCL !

Anne de BAGNEAUX-SAVATIER
Présidente

Lire la suite
10 lectures
0 commentaires

Transat Jacques Vabre. Visiter le village

Le village départ de la Transat Jacques Vabre ouvre ses portes au Havre du vendredi 29 octobre au dimanche 7 novembre
Pendant 10 jours, avant le grand départ, le bassin Paul Vatine va vivre au rythme de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre. Des animations ouvertes au grand public, des grands rendez-vous autour des valeurs de la course, des concerts tous les soirs, et évidemment 80 des plus beaux bateaux de course à quai… voilà le programme riche et intense du village départ de cette 15ème édition.
Exceptionnellement cette année, le village ouvrira ses portes dès le vendredi martin. Cette première journée du 29 octobre sera marquée par un premier temps fort : le Rendez-vous des solutions océan et environnement, une conférence (sur invitation) à l’initiative du Havre Seine Métropole, pour échanger autour des meilleures pratiques qui transforment l’industrie de la mer. François Gabart et Marie Tabarly, parrain et marraine de cet événement, seront présents toute la journée. Et toutes ces discussions pourront aussi se poursuivre pendant 10 jours sur le Pavillon des initiatives positives, un espace dédié au développement durable et à la responsabilité environnementale, au sein du village, en partenariat avec 11th Hour Racing.

Le village sera officiellement inauguré le samedi 30 octobre, à 11 heures, en présence du maire du Havre Edouard Philippe et de tous les skippers. Dès lors, un premier week-end de festivités s’annonce sur le bassin Paul Vatine, avec notamment le “e-prologue” organisé par Virtual Regatta le samedi à partir de 15 heures 30, et la présentation des 80 concurrents le dimanche à partir de 11 heures.

Tout au long de la semaine, le public pourra aussi profiter de toutes les animations permanentes sur le village autour des thèmes chers à la Transat Jacques Vabre : Inspirer (des séances de dédicaces, des expositions), Rassembler (la visite du Belem ou d’un bateau de la Marine nationale, la tyrolienne Charal, des concerts tous les soirs à l’espace V&B, et un feu d’artifices le samedi 6 à 21h30), Engager (les régates virtuelles sur le stand de Virtual Regatta, ou encore l’espace kids avec l’escape game “Panique à la Transat Jacques Vabre”) et Transmettre (avec des baptêmes de voile organisés par la région Normandie). Sans oublier de nombreux baptêmes de bateaux tout au long de la semaine.

Autre temps fort à noter, organisé à l’occasion du village départ : le Challenge innovation océan & environnement, en partenariat avec la French Tech Le Havre Normandy et la French Tech Martinique, dont la finale se tiendra le mercredi 4 novembre à la Cité numérique, et qui récompensera deux projets innovants, l’un d’étudiants, l’autre d’une start-up, promouvant les énergies renouvelables, l’économie circulaire et la préservation de la biodiversité.

Comment venir sur la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre :
Adresse : Bassin Paul Vatine au Havre, accès gratuit, accessible à tous (sur présentation du pass sanitaire)
Bus ou Tram : Arrêt Carré des Docks – Lignes 3; 15 et 18 / Arrêt Gares – Lignes A,B,4, 8,9, 12,13,19,22:
Train : La SNCF propose un tarif spécifique et des solutions routières (bus NOMAD pour Caen ; Fécamp ; Etretat ; Goderville ; Lillebonne ; Caudebec-en-Caux) et ferroviaires (Paris ; Rouen) avec le Pass Normandie Découverte : « Voyagez à 2 ou + en illimité à partir de 20€ pour découvrir la Normandie en semaine avec le Pass Normandie Découverte ».
En vélo : Rack à disposition aux entrées du Village
Horaires : Ouvert tous les jours de 10 heures à 20 heures. Trois “nocturnes” auront lieu les vendredi 29 octobre, samedi 30 octobre et samedi 6 novembre jusqu’à 22 heures.

Lire la suite
8 lectures
0 commentaires

Championnat de France de Match-Racing Open 2021. Jean-Baptiste Bernaz invaincu

Belle première journée sur le Championnat de France de Match-Racing Open 2021 à Antibes. Pour le lancement du Round Robin ce jeudi, pas moins de 11 Flights (soit 33 matchs) ont pu être validés sous le soleil et dans les eaux houleuses au pied de la Tour Grimaldi. Nous sommes déjà à mi-chemin de cette première phase et rien n’est encore joué même si Jean-Baptiste Bernaz (CN Ste-Maxime) est pour l’instant le seul barreur invaincu avec un joli 6/6 aujourd’hui. Derrière la bagarre fait rage et ce début de compétition a déjà offert de féroces duels.

Un « invité de marque » était au première loge de l’entame du Championnat de France Match-Racing Open 2021 : « Le Grand Bleu », l’un des 20 plus grands Yachts de luxe du Monde s’est ajouté au magnifique décor planté au pied de la vieille ville d’Antibes. Les First Class 7.5 avaient des allures de petits dériveurs à coté de ce géant de 113 mètres de long mais ils ont assuré le spectacle ce jeudi pour l’entame de la compétition.

Le soleil et le vent ont bien fini par s’installer au large de la plage de la Salis mais avec quelques variations qui ont donné du fil à retordre aux équipages sur le plan tactique. Coté technique ce n’était pas simple non plus avec une houle longue particulièrement difficile à appréhender. A ce « jeu » là le meilleur équipage a été celui de Jean-Baptiste Bernaz (CN Ste Maxime), qui s’est fait plaisir dans ces conditions de mer « Enoshimesque » qui lui ont peut-être rappelé ses derniers Jeux Olympiques l’été dernier.

Un 100% pour le sudiste qui le place en tête du classement provisoire après 11 Flight, devant la surprise de ce début de compétition, Louis Liégey (APCC Nantes) auteur d’un 4/5 ce jeudi et très à l’aise avec les First Class 7.5 mis à disposition par l’organisation. Derrière tout le monde a au moins remporté un match et la bataille est rude pour aller accrocher les 7 premières places du classement, qui permettront d’accéder à la deuxième phase de la compétition. Demain, le vent devrait être léger en début de journée mais pourrait gagner en intensité au fil des heures. La fin du Round Robin va être passionnante !

LES RESULTATS DU ROUND ROBIN APRES 11 FLIGHTS

Lire la suite
9 lectures
0 commentaires

Navigation musclée pour Crédit Mutuel, le Class40 mené par Ian Lipinski et Julien Pulvé - Images

Au coeur de Malama, l'IMOCA mené par Charlie Enright et Pascal Bidegorry - Vidéo inside

Embarquez à bord de Malama, l'IMOCA neuf du 11th Hour Racing Team. Charlie Enright et Pascal Bidegorry ont effectué leur qualification p...

image
Lire la suite
8 lectures
0 commentaires

Reprise pour Fabrice Amedeo et Lois Berrehar, départ imminent pour la qualification à la Jacques Vabre

 

L’IMOCA de Fabrice Amedeo a été remis à l’eau samedi dernier. L’équipe a effectué sa première navigation technique ce mercredi au large de Lorient et tous les voyants sont au vert. Prochain objectif ? La qualification pour la Transat Jacques Vabre à partir de vendredi.

 

image

Crédit : F Amedeo


Ce mercredi à Lorient, sous le soleil automnal, Nexans - Art & Fenêtres a effectué sa première navigation depuis sa dernière phase de chantier. À bord, ils étaient cinq : Éric Lamy, le nouveau team manager, Arnaud Vasseur, Jérémie Flahault, Martin Piquet, Loïs Berrehar et Fabrice Amedeo. « Ça s’est vraiment très bien passé, se réjouit le skipper. Nous avons essayé le code 0, le J2, le grand spi, on a passé les ris… C’était avant tout une navigation technique pour mettre le bateau en route. »

 

La qualification en ligne de mire 

Cette sortie en mer marque une nouvelle étape après la phase de chantier qui s’est achevée samedi dernier. Le monocoque a en effet retrouvé sa nouvelle place aux pontons de la base des sous-marins de Lorient, « une grande satisfaction » pour Fabrice Amedeo. En début de semaine, l’équipe s’était activée en matière de réglages pour installer la grand-voile, le J2, réaliser l’ensemble des branchements nécessaires et peaufiner les réglages du mât.

 
Désormais, tous les regards se tournent vers le large. Vendredi soir, Fabrice Amedeo et Loïs Berrehar s’élanceront pour réaliser leur qualification à la Transat Jacques Vabre, soit une boucle de mille milles à parcourir. Un préalable nécessaire pour préparer avec sérénité et envie le grand événement de la fin de la saison, dont le départ aura lieu le 7 novembre prochain depuis Le Havre.

 Source : C Gutierrez

Lire la suite
9 lectures
0 commentaires

Sails of Change à l’assaut du Jules Verne

Dona Bertarelli et Yann Guichard repartent à l’assaut du Trophée Jules Verne, détenu depuis 2017 par Francis Joyon et son équipage en 40j 23h 30’ 30’’. À bord de Sails of Change (ex-Spindrift 2), ils seront onze à mener le maxi-trimaran remodelé l’hiver dernier pour améliorer encore ses performances.

Dona Bertarelli et Yann Guichard révèlent les détails de la quatrième tentative du Trophée Jules Verne, dont le stand-by commencera le 1er novembre prochain.
Ce sera la quatrième tentative de Yann Guichard comme skipper sur ce tour du monde à la voile avec pour objectif non seulement le Trophée Jules Verne, mais aussi l’autonomie énergétique. Pour la première fois, la totalité du périple sera effectuée sans moteur auxiliaire.

« Nous allons relever un défi supplémentaire, puisque nous tenterons de battre le record du tour du monde sans utiliser d’énergie provenant de combustibles fossiles. Nos principales sources seront l’énergie solaire et éolienne, ainsi qu’un générateur à vélo embarqué. Nous voulons démontrer que c’est possible, » précise le skipper Yann Guichard.

Ce nouveau challenge énergétique vient en parallèle des évolutions techniques apportées l’hiver dernier concernant le cockpit, l’aérodynamisme et la coque centrale, raccourcie de trois mètres. Cette dernière modification offre un meilleur équilibre à la barre et moins de vibrations à bord du plus grand multicoque de course jamais construit (37 mètres), renommé pour cette tentative : Sails of Change.

À propos de Sails of Change

Sails of Change est une communauté de passionnés de sports et de nature, qui souhaitent créer un avenir durable pour notre planète. Les fondateurs Yann Guichard, Dona Bertarelli et ses enfants sont engagés dans le partage d’idées et d’informations, la création de partenariats pour protéger et restaurer l’environnement, et travaillent pour assurer un avenir durable pour tous.

La première campagne soutenue par Sails of Change est « 30×30 » un appel mondial à l’action pour protéger au moins 30% de l’océan et de la terre d’ici 2030. Le maxi-trimaran portera ce message autour du monde, avec le #30×30 inscrit dans ses voiles et sur ses coques, associé au bleu et vert qui composent le nouveau design du bateau amiral de l’écurie.

« À travers le sport que nous aimons, j’invite chacun à embarquer avec nous dans cette aventure humaine, à découvrir la beauté de la nature et à nous accompagner autour du monde, » confie Dona Bertarelli, reporter embarquée pour cette prochaine tentative.

À propos de Spindrift for Schools

Le maxi Sails of Change arborera également les couleurs du programme éducatif Spindrift for Schools, dont le kit pédagogique « Apprendre de la nature pour agir! » vient d’être publié, en partenariat avec les Services Départementaux de l’Éducation nationale du Morbihan, le réseau Canopé de Lorient et avec le soutien de l’UNESCO. « Notre objectif est d’inspirer, de sensibiliser et de préparer les plus jeunes à devenir les adultes de demain. À travers nos passions et nos engagements, nous partageons des connaissances et des valeurs pour accompagner les enfants à travailler collectivement et à s’engager pour leur avenir, » précise Dona Bertarelli.

Un stand-by dès le 1er novembre

C’est depuis La Trinité-sur-Mer que le maxi-trimaran Sails of Change partira pour rejoindre la ligne de départ devant Ouessant, dès qu’une fenêtre météorologique sera favorable à partir du 1er novembre 2021.

Dix marins aux profils complémentaires, parmi lesquels cinq tourdumondistes, s’élanceront aux côtés du skipper Yann Guichard pour cette quatrième tentative de l’équipe. Deux d’entre eux, Thierry Chabagny et Xavier Revil, ont déjà été détenteurs du Trophée Jules Verne en 2012, tandis que Dona Bertarelli est la femme la plus rapide autour du monde depuis 2016. Au total, neuf des onze marins se sont déjà essayés au Trophée Jules Verne. Seuls Julien Villion et Yann Jauvin feront leurs débuts sur cette épreuve mythique de la course au large internationale.

Équipage 2021 du maxi-trimaran Sails of Change

Yann Guichard – skipper Dona Bertarelli – reporter embarquée Benjamin Schwartz – navigateur Jacques Guichard – Chef de quart Xavier Revil – Chef de quart Jackson Bouttell – Chef de quart, numéro 1 Duncan Späth – navigant Thierry Chabagny – navigant Gregory Gendron – navigant Julien Villion – navigant Yann Jauvin – navigant, numéro 1

L’article Sails of Change à l’assaut du Jules Verne est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
9 lectures
0 commentaires

C'est reparti pour un Jules Verne, Dona Bertarelli, Yann Guichard et l'équipage de Sails of Change à l'assaut du Tour du Monde

 

Dona Bertarelli et Yann Guichard repartent à l’assaut du Trophée Jules Verne, détenu depuis 2017 par Francis Joyon et son équipage en 40j 23h 30’ 30’’. À bord de Sails of Change (ex-Spindrift 2), ils seront onze à mener le maxi-trimaran remodelé l’hiver dernier pour améliorer encore ses performances.


image

Crédit : Duncan Späth / Spindrift


Ce sera la quatrième tentative de Yann Guichard comme skipper sur ce tour du monde à la voile avec pour objectif non seulement le Trophée Jules Verne, mais aussi l’autonomie énergétique. Pour la première fois, la totalité du périple sera effectuée sans moteur auxiliaire.

 
« Nous allons relever un défi supplémentaire, puisque nous tenterons de battre le record du tour du monde sans utiliser d'énergie provenant de combustibles fossiles. Nos principales sources seront l'énergie solaire et éolienne, ainsi qu'un générateur à vélo embarqué. Nous voulons démontrer que c'est possible, » précise le skipper Yann Guichard.

 
Ce nouveau challenge énergétique vient en parallèle des évolutions techniques apportées l’hiver dernier concernant le cockpit, l'aérodynamisme et la coque centrale, raccourcie de trois mètres. Cette dernière modification offre un meilleur équilibre à la barre et moins de vibrations à bord du plus grand multicoque de course jamais construit (37 mètres), renommé pour cette tentative : Sails of Change.

 
« À travers le sport que nous aimons, j’invite chacun à embarquer avec nous dans cette aventure humaine, à découvrir la beauté de la nature et à nous accompagner autour du monde, » confie Dona Bertarelli, reporter embarquée pour cette prochaine tentative.

 

Un stand-by dès le 1er novembre 

C’est depuis La Trinité-sur-Mer que le maxi-trimaran Sails of Change partira pour rejoindre la ligne de départ devant Ouessant, dès qu’une fenêtre météorologique sera favorable à partir du 1er novembre 2021.

 
Dix marins aux profils complémentaires, parmi lesquels cinq tourdumondistes, s’élanceront aux côtés du skipper Yann Guichard pour cette quatrième tentative de l’équipe. Deux d’entre eux, Thierry Chabagny et Xavier Revil, ont déjà été détenteurs du Trophée Jules Verne en 2012, tandis que Dona Bertarelli est la femme la plus rapide autour du monde depuis 2016. Au total, neuf des onze marins se sont déjà essayés au Trophée Jules Verne. Seuls Julien Villion et Yann Jauvin feront leurs débuts sur cette épreuve mythique de la course au large internationale.

 

image

Crédit : Ch Schmid

Équipage 2021 du maxi-trimaran Sails of Change

Yann Guichard - skipper
Dona Bertarelli - reporter embarquée
Benjamin Schwartz - navigateur
Jacques Guichard - Chef de quart
Xavier Revil - Chef de quart
Jackson Bouttell – Chef de quart, numéro 1
Duncan Späth - navigant
Thierry Chabagny - navigant
Gregory Gendron - navigant
Julien Villion - navigant
Yann Jauvin - navigant, numéro 1
Jean-Yves Bernot - routeur à terre

 
Source : H Chartier

Lire la suite
7 lectures
0 commentaires

Optimiser pour mieux performer

Alors que le départ de la 15e édition de la Transat Jacques Vabre approche à grands pas, Erwan Le Roux et Xavier Macaire multiplient les entraînements. D’une part, pour continuer de rôder leur duo et, d’autre part, pour prendre en main leur Ocean Fifty largement optimisé lors d’un chantier effectué cet été. Nouvelles sensations, nouvelle manière de fonctionner, nouveaux repères : le tandem de Koesio s’adapte et se réjouit des modifications effectuées avec, à la clé, un gap en termes de confort, de sécurité, mais aussi et surtout de performance !

Entré en chantier mi-août pour quatre semaines, l’Ocean Fifty d’Erwan Le Roux aux couleurs de Koesio a à la fois subi un check-up complet après près de 10 000 milles effectués en début de saison et de nombreuses modifications dans un but d’optimisation. « Nous avons réalisé en l’espace d’un mois ce que l’on fait normalement en trois. Le travail a été intense et toute l’équipe s’est énormément investie pour réussir le pari de tenir le planning. Nous avons démonté absolument tout l’accastillage de façon que la nouvelle peinture puisse être faite. Nous avons, par ailleurs, ajouté des planchers, des éléments électroniques et informatiques avec notamment un PC puis des écrans plus robustes, ainsi qu’un hublot afin de pouvoir rentrer dans le bateau en cas de retournement. Nous avons également rallongé la casquette, installé l’intégralité du système anti-chavirage, des panneaux solaires puis une pile à hydrogène. Enfin, nous avons refait l’ensemble des appendices puis remplacé l’ensemble des pièces du gréement dormant. Tous ces éléments doivent, je l’espère, nous permettre d’être plus efficace », explique Erwan Le Roux.

Un grand pas de franchi

Les premières sensations et les premières impressions sont bonnes. Mieux, elles sont particulièrement prometteuses. « On arrive aujourd’hui à quelque-chose d’intéressant. Tout ce que l’on observe nous conforte dans l’idée que l’on va être bien dans notre « cabane ». Il faut encore que l’on s’organise pour la vie à bord, notamment pour ce qui concerne les repas, mais en termes de navigation et de conduite du bateau, nous avons vraiment fait un grand pas », assure le skipper de Koesio dont les entraînements spécifiques en double ont débuté fin septembre, peu après la très belle deuxième place de Xavier dans la fameuse Solitaire du Figaro. « Nous sommes actuellement sur des sorties à la journée. Des séances lors desquelles nous travaillons essentiellement les manœuvres tels que les virements de bord et les changements de voiles, sachant que nous avions déjà bien bossé les empannages lors de la qualification. Ces prochains jours, nous allons ajouter des sorties au large de 24 heures à notre préparation », détaille Erwan.

De nouvelles habitudes à prendre

Si quelques pièces manquent encore à l’appel ou différents petits points restent à peaufiner, notamment sur le plan de la calibration électronique, le skipper de Koesio et son acolyte prennent rapidement leurs marques à bord de leur machine nouvellement optimisée. « Nous commençons à bien gérer le bateau depuis l’intérieur de la casquette, et c’est un sujet important car réussir à bien le faire et clairement le gros défi de la navigation en double », relate le Morbihannais qui doit bousculer le mode de fonctionnement qu’il avait jusqu’alors. « Il faut s’habituer à gérer le bateau depuis la cabane. Ce sont d’autres repères et d’autres gestes. C’est assez nouveau. Pour l’instant, nous restons donc sur nos gardes, mais cela est plus que prometteur », termine Erwan Le Roux.

L’article Optimiser pour mieux performer est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
6 lectures
0 commentaires

Le Havre et son bassin Paul Vatine s'apprêtent à accueillir la flotte de la Transat Jacques Vabre

 

Pendant 10 jours, avant le grand départ, le bassin Paul Vatine va vivre au rythme de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre. Des animations ouvertes au grand public, des grands rendez-vous autour des valeurs de la course, des concerts tous les soirs, et 80 des plus beaux bateaux de course à quai… voilà le programme riche et intense du village départ de cette 15ème édition.

 

image

Crédit : JM Liot


Exceptionnellement cette année, le village ouvrira ses portes dès le vendredi matin. Cette première journée du 29 octobre sera marquée par un premier temps fort : le Rendez-vous des solutions océan et environnement, une conférence (sur invitation) à l'initiative du Havre Seine Métropole, pour échanger autour des meilleures pratiques qui transforment l’industrie de la mer. François Gabart et Marie Tabarly, parrain et marraine de cet événement, seront présents toute la journée. Et toutes ces discussions pourront aussi se poursuivre pendant 10 jours sur le Pavillon des initiatives positives, un espace dédié au développement durable et à la responsabilité environnementale, au sein du village, en partenariat avec 11th Hour Racing.

 
Le village sera officiellement inauguré le samedi 30 octobre, à 11 heures, en présence du maire du Havre Edouard Philippe et de tous les skippers. Dès lors, un premier week-end de festivités s’annonce sur le bassin Paul Vatine, avec notamment le “e-prologue” organisé par Virtual Regatta le samedi à partir de 15 heures 30, et la présentation des 80 concurrents le dimanche à partir de 11 heures.

 
Tout au long de la semaine, le public pourra aussi profiter de toutes les animations permanentes sur le village autour des thèmes chers à la Transat Jacques Vabre : Inspirer (des séances de dédicaces, des expositions), Rassembler (la visite du Belem ou d’un bateau de la Marine nationale, la tyrolienne Charal, des concerts tous les soirs à l’espace V&B, et un feu d’artifices le samedi 6 à 21h30), Engager (les régates virtuelles sur le stand de Virtual Regatta, ou encore l’espace kids avec l’escape game “Panique à la Transat Jacques Vabre”) et Transmettre (avec des baptêmes de voile organisés par la région Normandie). Sans oublier de nombreux baptêmes de bateaux tout au long de la semaine.

 
Autre temps fort à noter, organisé à l’occasion du village départ : le Challenge innovation océan & environnement, en partenariat avec la French Tech Le Havre Normandy et la French Tech Martinique, dont la finale se tiendra le mercredi 4 novembre à la Cité numérique, et qui récompensera deux projets innovants, l’un d’étudiants, l’autre d’une start-up, promouvant les énergies renouvelables, l’économie circulaire et la préservation de la biodiversité.

 

Comment venir sur la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre : 

Adresse : Bassin Paul Vatine au Havre, accès gratuit, accessible à tous (sur présentation du pass sanitaire) 
Bus ou Tram : Arrêt Carré des Docks - Lignes 3; 15 et 18 / Arrêt Gares - Lignes A,B,4, 8,9, 12,13,19,22 
Train : La SNCF propose un tarif spécifique et des solutions routières (bus NOMAD pour Caen ; Fécamp ; Etretat ; Goderville ; Lillebonne ; Caudebec-en-Caux) et ferroviaires (Paris ; Rouen) avec le Pass Normandie Découverte : « Voyagez à 2 ou + en illimité à partir de 20€ pour découvrir la Normandie en semaine avec le Pass Normandie Découverte ». 
En vélo : Rack à disposition aux entrées du Village
 
Horaires : Ouvert tous les jours de 10 heures à 20 heures. Trois “nocturnes” auront lieu les vendredi 29 octobre, samedi 30 octobre et samedi 6 novembre jusqu'à 22 heures.

 

Source : O Teboul
Lire la suite
14 lectures
0 commentaires

On a le sourire jusqu’aux oreilles !

6 semaines après la mise à l’eau de leur IMOCA Kostum – Lantana Paysage, Louis Duc et Marie Tabarly ont eu le temps de se qualifier pour la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre, de naviguer dans plus de 50 nœuds, de passer plusieurs nuits en mer, d’aller à la rencontre de leurs partenaires… « Je suis ravi du niveau de préparation que nous avons pu atteindre aujourd’hui, c’était inespéré il y a quelques semaines », se réjouit le skipper Normand. « A chaque fois que l’on navigue, on a le sourire jusqu’aux oreilles tellement on est heureux d’être à bord d’un IMOCA ! ». « Je me sens super bien à bord de ce bateau : il est sain, facile et intuitif », complète Marie Tabarly.

En un gros mois seulement, Louis et Marie ont réussi à découvrir et apprivoiser leur 60 pieds. Ils n’ont pu réaliser que quatre navigations, dont leur parcours de 1000 milles qualificatif pour la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre et un aller-retour Normandie – Bretagne avec un passage à plus de 50 nœuds à la pointe de Bretagne, mais chaque sortie a rempli ses objectifs avec efficacité.

Louis Duc, skipper de l’IMOCA Kostum – Lantana Paysage :

« A chaque navigation, les conditions météo et les objectifs techniques ont été très variés. Nous avons bien progressé et travaillé ce qu’il y avait à travailler. Il nous manque du temps, mais notre niveau de préparation nous permet de partir dans de très bonnes conditions. »

Marie Tabarly, co-skipper de l’IMOCA Kostum – Lantana Paysage :

« Par rapport à Pen Duick VI, c’est beaucoup plus confort. Tout est centralisé, j’ai pu rapidement trouver mes marques. Ça se présente très bien ! »

Tous les deux comme des gosses !

Ces quelques navigations ont aussi permis au duo de se découvrir, en mer.

Marie Tabarly :

« Avec Louis, c’est comme à terre, c’est très simple ! Il est très pédagogue. Il me laisse faire. J’ai trouvé des réglages qui fonctionnent. Bref, c’est très agréable ! »

Louis Duc :

« On regarde ce projet-là tous les deux comme des gosses ! A chaque fois qu’on navigue, on a le sourire jusqu’aux oreilles tellement on est heureux de naviguer sur un IMOCA ! On a, je pense, la même passion de ce genre de bateau et de projet. On partage le même rêve et nous sommes en train de le réaliser. »

Une transat découverte

Le mois d’octobre va être consacré aux dernières préparations techniques et à quelques navigations de validation. Chaque journée compte dans ce timing très serré, mais l’IMOCA et le duo Kostum – Lantana Paysage ont désormais la certitude de pouvoir s’élancer dans de bonnes conditions sur leur première transat en IMOCA. Une transat « découverte » pour eux comme pour leurs partenaires : une belle histoire qui commence…

4 sorties en mer de 0 à 55 nœuds et 1 mois de préparation : Louis et Marie racontent…

Marie Tabarly, co-skipper de l’IMOCA Kostum – Lantana Paysage :

« Je me sens super bien à bord de ce bateau. Ensuite, il faudra le faire aller vite : ça va venir… -Je me suis très vite familiarisée avec le plan de pont, le piano. C’est ma formation d’être à l’avant, au pied de mat, j’ai trouvé mes marques. Avec Louis, c’est très simple ! C’est comme à terre : aucune surprise. Ce sera sans doute un peu différent en course avec la pression de la compétition et le rythme à adopter sur du long terme. Mais à deux, ça va être facile à mettre en place.
Il y a encore beaucoup de points techniques à régler et quelques navigations de validation à faire. Il faudrait passer du temps en mer, mais ce ne sera pas possible. Nous avons vraiment bien optimisé les navigations que nous avons pu faire : nous avons eu beaucoup de chance avec la météo, notamment d’avoir 40 – 55 nœuds avant de partir. »

Louis Duc, skipper de l’IMOCA Kostum – Lantana Paysage :

« Je suis extrêmement content de notre niveau de préparation, c’était inespéré ! On a commencé par une navigation de nuit, ce qui est assez rare quand on découvre un bateau. Cela nous a tout de suite permis d’orienter notre job-list vers ce qu’il fallait prioriser pour être à l’aise en mer et la nuit. Pour notre parcours de qualification, les conditions ont été assez douces. Nous avons déballé toutes les voiles et découvert le mode d’emploi du bateau. Nous avons commencé à créer des selects, des polaires, que nous avons ajustées après notre sortie à 40 – 55 noeuds… J’ai l’impression de connaître déjà le bateau par cœur !
En mer, on arrive à bien se caler. Marie a une belle analyse du plan de pont. Elle comprend très vite tout ce qui se passe. C&rs quo;est génial. J’ai mon regard plus technique, on se complète et on se comprend. Ça colle très bien.
Nos partenaires sont hyper enthousiastes, c’est un grand plaisir de partager ce défi avec eux. Nous avons pu embarquer des collaborateurs de Lantana Paysage : ils sont tous repartis avec le sourire, ça fait vraiment plaisir ! Nous sommes aussi allés à la rencontre des collaborateurs de Cadiou à Locronan et à Paris lors d’un salon avec leurs équipes. La météo nous a en revanche empêchés de les embarquer avec nous : nous étions très déçus. Nous aimerions avoir plus de temps… partie remise ! Nous avons également à nos côtés un Club de partenaires « Votre Entreprise Autour du Monde » qui réunit aujourd’hui 11 sociétés. Il y a une belle énerg ie qui se dégage de tout cela ! C’est le début, tout s’enchaine assez bien… Ce sont des projets porteurs, nous faisons le maximum pour que cela fonctionne au mieux. Nous sommes aux portes d’une belle aventure commune, j’espère que tout le monde sera satisfait ! »

L’article On a le sourire jusqu’aux oreilles ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
9 lectures
0 commentaires

Les Français dans les starting-blocks

Un mois après le championnat d’Europe de KiteFoil où les Français ont trusté les podiums hommes et femmes, l’équipe de France de kitefoil sera de nouveau au complet cette semaine du 11 au 17 octobre à Torregrande en Italie pour le championnat du monde de Formula Kite.

Ils sont chauds et en pleine forme ! Les riders de l’Equipe de France se sont entrainés toute la semaine dernière, et ont participé pour certains à la KiteFoil World Series à Cagliari, où ils ont brillé, avec les victoires d’Axel Mazella chez les Garçons et de Laurianne Nolot chez les Filles, et avec 5 médailles glanées par les tricolores sur les 6 en jeu au total ! Cette semaine, ils seront tous présents à Torregrande pour les championnats du monde avec un seul objectif : monter sur la plus haute marche du podium.

Ariane Imbert, Entraîneur national de l’équipe de France :

« Torregrande, c’est un plan d’eau que l’équipe de France connait déjà, il est assez joueur, il va y avoir de la stratégie et de la vitesse…C’est ce que l’on aime bien ! Les riders sont bien affutés, ils ont eu de bons résultats sur les derniers championnats d’Europe, ils sont en confiance, maintenant il n’y a plus qu’à confirmer. ».

Axel Mazella, champion d’Europe 2019 – 2020- 2021 :

« On n’a pas eu de championnat du monde depuis 2 ans, mon objectif est de faire la même chose que sur le championnat d’Europe et de monter sur la plus haute marche du podium. Il y a de plus en plus de monde à surveiller dont les Français Théo de Ramecourt, Maxime Nocher, Benoît Gomez ou encore dans le vent léger, le Singapourien Maximilian Maeder. ».

Alexia Fancelli :

« Mon objectif sur ce championnat du monde, c’est de faire aussi bien que sur le championnat d’Europe mais je sais que ça va être difficile. J’espère être dans le top 5 ce serait vraiment super ! ».

Benoît Gomez, vice-champion d’Europe 2021 :

« Je suis parti un peu en avance à Torregrande pour naviguer dans toutes les conditions possibles sur le spot des Championnats du Monde. Mes principaux concurrents sur ce championnat, ce sont les Français ! ».

Équipe de France engagée :

Hommes :
Axel Mazella – Hyères Kitesurf Association
Benoit Gomez – Cercle de voile d’Arcachon
Maxime Nochez – Yacht Club de Monaco
Nicolas Parlier – Cercle de voile d’Arcachon
Théo de Ramecourt – Ches Cayteux Femme
Alexia Fancelli – Hyères Kitesurf Association
Lauriane Nolot – Hyères Kitesurf Association

L’article Les Français dans les starting-blocks est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
11 lectures
0 commentaires

Reprise pour Armel tripon et Benoit Marie, l'Ocean Fifty «Les P'tits Doudous» a retrouvé son mât - Vidéo

 
L'OCEAN FIFTY «Les P'tits Doudous» a retrouvé son mât. Une belle satisfaction pour Armel Tripon, Benoit Marie et toute l’équipe qui depuis le démâtage cet été, près des côtes portugaises, a travaillé sans relâche à la réparation du mât et à la préparation du bateau. J-25 avant le départ de la Transat Jacques Vabre ! 

image

Crédit : Jean-Thierry Debord 


 

En août dernier, à l’occasion de l’épreuve finale du Pro Sailing Tour entre Toulon et Brest, le trimaran de 50 pieds d’Armel Tripon et Benoît Marie démâtait au large du Portugal. Après plusieurs semaines de chantier et l’engagement de toute l’équipe, la journée d’hier et le soleil trinitain sont venus balayer l’attente et la frustration. Armel et Benoît ont remis en place le mât de l’Ocean Fifty « Les P’tits Doudous » et redonné à leur trimaran ses ailes. Un soulagement et un bonheur non feints à moins d’un mois du départ de la Transat Jacques Vabre, qui partira du Havre le dimanche 7 novembre.

Benoît Marie : « Dans notre malheur, c’est arrivé au bon moment. C’est sûr que nous aurions préféré naviguer plus, mais Armel et moi savons nous adapter. Nous avons consacré le temps sans entraînement à faire autre chose et notamment à trouver des partenaires et lancer une belle dynamique. A partir de maintenant, nous allons naviguer non-stop jusqu’à notre arrivée au Havre le 28 octobre. Le fait d’avoir renforcé le mât pour permet de partir sereins ».

Armel Tripon : « C’est un énorme soulagement, une grande joie de voir ce si beau bateau retrouver son mât. Je veux vraiment exprimer ma reconnaissance à toute l’équipe et aux prestataires qui ont œuvré d’arrache-pied pour nous permettre d’être au départ de la Transat Jacques Vabre. Nous y avons cru et nos partenaires en tête ! « Les P’tits Doudous » seront bien au Havre, prêts à montrer les dents ! »

Source : M Le Berrigaud

Lire la suite
8 lectures
0 commentaires

Sortie d'eau pour l'Ocean Fifty de Thibaut Vauchel-Camus, "Nous prendrons le départ de la Jacques Vabre pour la victoire"

 

Le départ de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre approche à grands pas. Fred Duthil et Thibaut Vauchel-Camus s’activent et abordent la dernière ligne droite dans leur préparation à la grande course entre la ville de Paul Vatine et Fort-de-France.

 

image

Crédit : P Contin


Lundi 11 octobre, Saint-Malo, Thibaut Vauchel-Camus et son équipe technique s’affairent autour de l’Ocean Fifty Solidaires En Peloton. « Nous sommes en train de le sortir de l’eau pour 10 jours de check complet avant le départ du 7 novembre » indique au téléphone Thibaut. « Nous allons vérifier les gréements courant et dormant, les cales de dérives et faire de l’antifouling sur les coques. C’est un petit chantier afin de s’assurer que tout va bien et que notre trimaran est à 100% pour la Transat. »

 
De son côté, Fred Duthil est aux commandes de la voilerie Technique Voiles à la Trinité-sur-Mer et règle de nombreux détails avant cette longue navigation afin que la société tourne sans lui. « Fred doit préparer son absence et gérer son entreprise. Nous avons enchainé pas mal de navigations en septembre et il est bien normal que je le laisse un peu. Il est ultra-motivé et il sait à quoi s’attendre car nous étions déjà ensemble en 2019. » « Je suis, en effet, focus sur le travail à la voilerie pendant le chantier du bateau. Nous préparons 2022 chez Techniques Voile et le Nautic de Paris de décembre » indique Fred.

 
Ces dernières semaines, le tandem Solidaires En Peloton a surtout effectué des sorties en mer de calage de l’électronique et de réglages des nouvelles voiles. Thibaut a aussi participé au record de la Route du Bigorneau le long de la côte d’Emeraude pour le fun. Il a aussi proposé à des patients atteints de Sclérose En Plaques de nouvelles navigations. « C’est toujours un énorme plaisir de recevoir les patients et je suis content d’en revoir au Havre, en Martinique et en Guadeloupe. » En effet, comme à chaque départ de la Transat Jacques Vabre, l’équipe de Thibaut, menée par Astrid Van den Hove, animera un stand aux couleurs du défi afin de sensibiliser le grand public à la maladie. Ce lieu sera un endroit propice à la discussion entre patients, chercheurs. Thibaut ira, après son arrivée en Martinique, en Guadeloupe début décembre afin de revoir les siens, préparer la Route du Rhum et montrer son voilier aux associations liées à la SEP.

 
Il est presque temps d’entrer en mode course maintenant. « J’y suis déjà » précise Thibaut. « Elle va être hyper intéressante à suivre en Ocean Fifty. Nous sommes 7 duos à avoir le potentiel de gagner. Le match va être très, très serré. Nous pouvons imaginer des arrivées très rapprochées à Fort-de-France ». « Je sais à quoi m’attendre alors qu’il y a deux ans, je vivais une première. Le degré d’engagement physique et mental est très important en Ocean Fifty sur une course aussi longue. C’est un exercice périlleux. Avec Thibaut, nous sommes capables de mener notre Solidaires En Peloton – ARSEP à son potentiel maximum. Le challenge est énorme. Nous prendrons le départ pour la victoire mais il faut rester humble car le plateau est relevé, la concurrence très forte » conclut Fred.

 
Source : TB Press

Lire la suite
10 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions