• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme

Louis Duc et son équipier hélitreuillés au large des Açores lors du convoyage retour de son Class40

Alors qu'il convoyait son Class40 Crosscall Chamonix Mont Blanc après la Transat Jacques Vabre, Louis Duc et son équipier ont dû être hélitreuillés hier. Après un début plutôt tranquille, le duo du Class40 150 venait juste d’entrer dans l’automne et d’aborder les trains de dépressions. 35 à 40 nœuds fichier, une mer formée : les deux complices envisageaient une escale aux Açores avant de rallier Lorient dans de meilleures conditions météo. Leur balise a été déclenchée autour de 8h du matin. Les deux hommes sont aujourd'hui en sécurité.


image

Crédit : E Gachet


Hélitreuillés en soirée

Le CROSS Gris-Nez a immédiatement pris les affaires en main et transmis l’information au MRCC de Lisbone. Un bateau de commerce a été dérouté, un avion et un hélicoptère ont aussitôt décollé pour rallier la zone où le bateau avait été positionné à 8h TU.

Vers 19h l’avion avait repéré le Class40 et réussi à contacter Louis : ils étaient tous les deux à bord et en bonne santé. Une demi-heure plus tard, alors que la nuit tombait sur l’Atlantique, les deux marins étaient hélitreuillés et faisaient route vers l’hôpital de Terceira où ils ont aussitôt été pris en charge.

Entre deux eaux

Leur bateau aurait fait un 360°. Le mât, cassé, aurait transpercé le cockpit. Ils n’ont donc pu sortir leur radeau de survie. Les deux marins ont attendu les secours sur le pont de leur Class40, entre deux eaux, toute la journée.

Vous conseille : Louis Duc et Aurélien Ducroz 5è Class40 à Bahia, "on pouvait vraiment jouer le podium"

Source : Louis Duc

Lire la suite
30 lectures
0 commentaires

Maxime Sorel se prépare à 2020 : "J’ai hâte de participer à ma première transat en solitaire"

Cinquième de la Bermudes 1000 Race, 16ème de la Transat Jacques Vabre entre Le Havre et Salvador de Bahia suite à une épreuve mouvementée qui avait débuté par un arrêt technique, Maxime Sorel est entré de plain-pied dans le circuit IMOCA à bord de V and B – Mayenne. Le navigateur va désormais se préparer activement pour les saisons 2020 et 2021 avec The Transat, New-York / Vendée en mai et juin puis le départ du Vendée Globe le 8 novembre aux Sables d’Olonne. 


Maxime Sorel se prépare à 2020

Credit : JM Liot


Que s'est-il passé depuis votre arrivée à Salvador de Bahia mi-novembre ?

Maxime Sorel : "J’avais une vingtaine de personnes à m’accueillir à Salvador de Bahia et j’ai été très touché par leur soutien. Ensuite, nous avons totalement désarmé notre monocoque de 60 pieds afin de le mettre sur un cargo pour son retour en Europe. J’ai pris deux semaines de vacances où je suis parti surfer. 

Le bateau devrait arriver à Lorient début janvier. Il sera remis à l’eau afin de l’amener à Concarneau pour un chantier d’hiver chez Kaïros de Roland Jourdain. Nous allons nous concentrer lors de ce chantier sur la fiabilisation de notre navire et poursuivre son optimisation. Nous allons, par exemple, retravailler toute la partie qui concerne le contenu du gasoil mais aussi la partie hydrogénérateur ou encore le matossage."

Comment vous transposez-vous sur 2020 ?

"J’ai hâte de participer à ma première transat en solitaire à bord de V and B – Mayenne. La Transat CIC entre Brest et Charleston sera un moment important de ma saison. Je démarre par l’une des transats les plus difficiles. 

Je serai ensuite au départ de New York – Vendée. Ces deux transats vont nous permettre de travailler énormément sur le bateau et de le voir sur toutes ses coutures. Je pense aux phases de navigation dans le vent fort ce que nous n’avons pas vraiment eues sur la Transat Jacques Vabre. Ensuite, en juillet et août, le voilier retournera en chantier et on abordera la phase Vendée Globe début septembre."

Le programme de V and B - Mayenne

Mai 2020 : The Transat, départ de Plymouth
Juin 2020 : New York / Vendée
Septembre 2020 : Défi Azimut à Lorient
8 novembre 2020 : départ du Vendée Globe aux Sables d’Olonne
Lire la suite
27 lectures
0 commentaires

L'IMOCA Corum en construction chez Mer Agitée, Nicolas Troussel : "On sent que l'on arrive sur la fin" - Vidéo

Lire la suite
27 lectures
0 commentaires

America’s Cup. Chavirage de l’AC75 de Team New Zealand

America’s Cup. Chavirage de l’AC75 de Team New Zealand

L’AC75 de Team New Zealand a chaviré ce mercredi en baie d’Hauraki. On sait maintenant à quoi ressemble un chavirage d’AC75 . Cela s’est passé finalement en douceur et sans gravité pour l’équipage et pour le bateau qui a pu être redressé « facilement » et sans dommage. Une petite erreur dans un jib selon Peter Burling qu’il vaut mieux faire en entraînement qu’en course.

Lire la suite
34 lectures
0 commentaires

[Contenu sponsorisé] Pourquoi North Sails s’installe à Lorient

Dans la compétition serrée que se livrent les voileries de la course au large, tous les détails comptent, en particulier quand s’annonce un Vendée Globe d’envergure, avec 34 concurrents au départ. Et l‘ouverture, mercredi 18 décembre, du nouveau plancher lorientais de North Sails entre dans cette catégorie-là.

« Cela devait se faire au rez-de-chaussée du Bâtiment des défis, où était basé Groupama, mais l’ensemble brûlé en juin 2018″, explique Philippe Touet, manager général et directeur commercial de North Sails France, rencontré sur son stand du Salon nautique. Après de longs mois d’attente, la voilerie historiquement implantée à Vannes a saisi la première opportunité disponible : l’ancien plancher de la voilerie Tonnerre : « On peut y étaler une grand-voile d’Imoca et un gennaker en diagonale, c’était un critère. »

Arrivé en juin dernier chez North Sails après 22 ans passés chez Incidence La Rochelle, Philippe Touet ne fait pas mystère que la décision de s’implanter à Lorient ne date pas d’hier : « On sent bien que les emplacements à Lorient intéressent beaucoup de voileries. La compétition est rude et on s’est battus pour s’y implanter ; l’entreprise est fière aujourd’hui de faire partie de ce site stratégique. »

La principale raison reste cependant le service aux clients de la voilerie. « La majeure partie des bateaux sont entre Port-la-Forêt et Lorient, résume Philippe Touet. Se rapprocher de ses clients, c’est toujours bien, et c’est bien aussi pour la planète ! Et nous allons faire gagner du temps à tout le monde : les équipes, avec qui on fait beaucoup de réunions, qui n’auront plus à venir à Vannes, et  nos salariés qui vivent à Lorient, qui n’auront plus à faire la route tous les jours.  »

A Lorient, North Sails compte nombre de ses 18 clients en Imoca (Banque Populaire, DMG Mori, Advens…) et une bonne partie de la flotte basée à Port-la-Forêt (Apivia, 11th Hour Racing…). Autre argument pour le site lorientais : la majorité de la flotte des Ultims (Banque Populaire, Gitana, Sodebo), qu’elle équipe entièrement, y est amarrée – sans oublier les Class40, Figaro, Mini 6.50 et tous les ports de plaisance alentour. « Pour les Ultims, on pourra y assurer la maintenance générale et les modifications locales. Les grosses évolutions qui nécessitent plus d’espace seront faites à Vannes« , précise Philippe Touet.

Dédié au service, le plancher lorientais, dirigé par Thibaut Agaugue, accueillera au total 6 personnes. Si la production et le bureau d’études restent à Vannes, une partie de l’activité de la nouvelle implantation sera aussi consacrée aux études, puisque Gautier Sergent, en charge de la recherche et du développement de North Sails dans le monde, nommé directeur général de la voilerie après le départ de Greg Evrard pour diriger le projet Corum de Nicolas Troussel, y sera basé. Egalement en charge du design des voiles pour Ineos Team UK, Gautier Sergent sera rejoint à Lorient par Julien Pilate et Manuel Fluck, spécialistes des études aérodynamiques.

Et ils ont du pain sur la planche : l’an prochain, rien qu’en Imoca, North Sails devrait produire une centaine de voiles dans la perspective du Vendée Globe et The Ocean Race.

Photo : Maxime Horlaville/PolaRYSE

Contenu proposé par  Logo North Sails 

Nos articles sont publiés en avant-première chaque vendredi dans notre newsletter, quelques jours avant leur parution sur le site. Abonnez-vous ici, si ce n’est pas déjà fait

S’ABONNER GRATUITEMENT

L’article [Contenu sponsorisé] Pourquoi North Sails s’installe à Lorient est apparu en premier sur Tip & Shaft.

Lire la suite
16 lectures
0 commentaires

Elodie Bonafous, lauréate du challenge Océane Bretagne – CMB

La semaine dernière, puis ces lundi et mardi, les trois finalistes du Challenge Océane Bretagne – CMB se sont affrontées en solitaire à bord de Figaro Bénéteau 3 sur des parcours construits, en baie de Port-la-Forêt. Vainqueur de cinq des neuf courses disputées dans des conditions variées, Elodie Bonafous, 24 ans, a finalement remporté la mise, devenant ainsi la skipper Océane de la Filière d’excellence de course au large Bretagne – CMB. A la clé pour elle : un bateau, un budget de fonctionnement permettant de disputer dans les meilleures conditions le circuit du Championnat de France de Course au Large en Solitaire et, gage d’une formation professionnelle sérieuse et d’un apprentissage au contact des meilleurs navigateurs français, l’intégration au Pôle Finistère Course au Large.

Elodie Bonafous, lauréate du challenge Océane Bretagne – CMB

« C’est génial ! Je suis tellement heureuse ! Mettre les pieds dans le monde de la course au large dans cette équipe, je ne pouvais pas rêver mieux ! », a commenté la jeune sociétaire de l’Ecole de Voile de Locquirec, championne du Monde Universitaire et double championne du monde féminine en J80 puis vainqueur de la sélection Jeune Tour de Bretagne 2019, entre autres. « Nous avons rencontré des conditions très variées lors de cette finale. Dès le début, je savais qu’il fallait que je mise sur la régularité. Je suis restée très opportuniste et à fond du début à la fin, en gardant le rythme. J’ai réussi à être à l’aise dans tous les types de vent », a détaillé la navigatrice, titulaire d’un Master 2 Activité Physique Adaptée et Santé, qui a par ailleurs beaucoup régaté en Longtze, en Open 5.70 ou encore en Match Racing. « Je suis partie sur l’eau ce matin avec beaucoup de stress. Milena et Violette ont très bien navigué et elles n’ont jamais rien lâché. On a toutes senti que le niveau montait au fur et à mesure », a terminé Elodie Bonafous qui n’a assurément pas fini de faire parler d’elle.

L’article Elodie Bonafous, lauréate du challenge Océane Bretagne – CMB est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
28 lectures
0 commentaires

The Ocean Race annonce une étape en Chine en 2021-22

Leg 7,Commercial,Arrival,Dongfeng,NORTH SAILS,2017-18,Jeremie Beyou,Crew member,Auckland-Itajaí,Race Suppliers

L’édition 2021-22 de The Ocean Race fera une escale en Asie, dans la « Greater Bay Area » à Shenzhen, fière d’être la ville étape de l’iconique course autour du monde en équipage. Située au Nord de Hong Kong dans cette région connue sous le nom de Greater Bay Area, Shenzhen est parmi les plus prospères et croissantes villes de ces 30 dernières années. En tant que QG de beaucoup de multinationales et fabricants, ainsi que de grandes entreprises chinoises, c’est un lieu important pour beaucoup de partenaires de la course.

« Ces dernières années, la Chine a reconnu l’immense potentiel de la Greater Bay Area, faisant de son développement une priorité – avec Shenzhen au milieu – dans ses nouvelles politiques et en utilisant son emplacement géographique à son avantage, » soulignait récemment le Secrétaire de la Province de Guangdong, Mr. Li Xi.

« Il a également été souligné à plusieurs reprises que les ressources nationales de toutes sortes seraient redirigées vers la Greater Bay Area, afin d’en faire une puissance économique mondiale. »

The Ocean Race s’est rendue en Chine depuis l’édition 2008-09. À présent, la course fera escale à Shenzhen, également réputée comme étant la Sillicon Valley chinoise. La ville abrite une population approchant les 20 millions de personnes et fait partie des cinq villes les plus peuplées du pays.

« C’est la cinquième fois d’affilée que la course fera escale en Chine, » a affirmé Johan Salén, le Directeur Général de The Ocean Race.

« En 2018, l’équipe chinoise de Dongfeng Race Team remportait la course, lors de l’arrivée la plus serrée de l’histoire. Le stopover en Chine a été un élément clé pour augmenter la communauté de fans en Chine pour l’équipe mais également pour l’évènement. »

Deux classes de bateaux prendront part à l’édition 2021-22 de The Ocean Race – les innovants IMOCA à foils ainsi que les monotypes VO65 qui nous offraient une course aussi serrée que passionnante en 2017-18.

« Ouvrir la course aux IMOCA et aux VO65 signifie que nous pouvons réunir le meilleur des deux mondes, » a expliqué Johan Salén. « Lors de la dernière édition, les VO65 ont prouvé leur rapidité et leur fiabilité, en plus de nous offrir une course extrêmement disputée.

« Avec les IMOCA, nous ramenons les aspects liés à l’innovation, au design et à la fabrication des bateaux dans la course. Ces bateaux seront équipés de foils, ce qui les place à la pointe de notre sport. »

La course au large n’est pas un sport nouveau pour les habitants de la Greater Bay Area et du Sud-Est de la Chine, qui sont fiers de leur héritage maritime. Aujourd’hui, un environnement favorable mêlé aux nouvelles technologies offre des opportunités pour les sportifs/ves et les jeunes d’organiser des activités et de former des équipes pour participer aux futures courses, ravivant la tradition maritime régionale.

Les quatre dernières éditions de la course comportaient des équipes chinoises, avec la victoire de Dongfeng Race Team en 2017-18 comme point d’orgue. Au moins une équipe chinoise est attendue pour l’édition 2021-22 de The Ocean Race.

The Ocean Race est prévue pour partir de son port d’attache d’Alicante au dernier trimestre 2021, et se terminer à Gênes, en Italie, au mois de juin 2022. Shenzhen rejoint Le Cap – Afrique du Sud ; Auckland – Nouvelle-Zélande ; Itajaí – Brésil ; Aarhus – Danemark et La Haye – Pays-Bas comme ville étape confirmée, aux côtés du Cap-Vert, qui sera le premier stopover en Afrique de l’Ouest dans l’histoire de la course.

L’article The Ocean Race annonce une étape en Chine en 2021-22 est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
26 lectures
0 commentaires

The Ocean Race s'arrêtera en Chine pour la cinquième édition consécutive

L’édition 2021-22 de The Ocean Race fera une escale en Asie, dans la « Greater Bay Area » à Shenzhen. L'épreuve s’est rendue en Chine depuis l’édition 2008-09. La ville abrite une population approchant les 20 millions de personnes et fait partie des cinq villes les plus peuplées du pays. « C’est la cinquième fois d’affilée que la course fera escale en Chine, » rappelle Johan Salén, le Directeur Général de The Ocean Race.

The Ocean Race s'arrêtera en Chine pour la cinquième édition consécutive
Crédit : A Sanchez

« En 2018, l’équipe chinoise de Dongfeng Race Team remportait la course, lors de l’arrivée la plus serrée de l’histoire. »

Deux classes de bateaux prendront part à l’édition 2021-22 de The Ocean Race : les IMOCA ainsi que les monotypes VO65.

Les quatre dernières éditions de la course comportaient des équipes chinoises, avec la victoire de Dongfeng Race Team en 2017-18 comme point d’orgue. Au moins une équipe chinoise est attendue pour l’édition 2021-22 de The Ocean Race.

The Ocean Race est prévue pour partir de son port d’attache d’Alicante au dernier trimestre 2021, et se terminer à Gênes, en Italie, au mois de juin 2022. Shenzhen rejoint Le Cap - Afrique du Sud ; Auckland - Nouvelle-Zélande ; Itajaí - Brésil ; Aarhus - Danemark et La Haye - Pays-Bas comme ville étape confirmée, aux côtés du Cap-Vert, qui sera le premier stopover en Afrique de l’Ouest dans l’histoire de la course.

Source : The Ocean Race

Lire la suite
32 lectures
0 commentaires

Cap sur la 2ème Porquerolle’s Race fin mai 2020, plus de 60 équipages attendus

Après une très belle première édition qui a rassemblé 52 équipages pour son lancement en 2019, c’est à nouveau au cours du weekend de l’ascension que se déroulera la Porquerolle’s Race en 2020, du 20 au 24 mai. Cette deuxième édition promet de réunir un plateau de concurrents encore plus étoffé. Le Yacht Club de Porquerolles se prépare à recevoir plus de 60 équipages, soit 500 à 600 marins sur l’eau.


image
Photo Eric Vally / YCP

Avis de course

L’avis de course de la Porquerolle’s Race précise que la régate est ouverte à tous les monocoques jaugés IRC (exception faite des sportboats) ainsi qu'aux majestueux 12 MJI, les anciens voiliers de l’America’s Cup. Inscrite au calendrier du Championnat UNCL Méditerranée, cette épreuve se déroulera comme d’habitude sur le magnifique plan d’eau de la baie de Hyères et autour des îles d'or.  Avec pas moins de 11 courses lancées l’an dernier, les régates 2020 s'annoncent intenses.

Les inscriptions sont ouvertes 

Pour prendre part à la Porquerolle’s Race, les dossiers d’inscriptions complets (certificat de jauge, licences, liste d’équipage et règlement) doivent parvenir au Yacht Club de Porquerolles avant le 30 avril 2020, par inscription en ligne sur le site : www.yachtclubporquerolles.fr

Source : Mer et Media

Lire la suite
38 lectures
0 commentaires

Advens for Cybersecurity au chaud pour l'hiver, le chantier débute pour l'IMOCA de Thomas Ruyant

Franck Cammas et Charles Caudrelier vainqueurs de Brest Atlantiques, "Une grande satisfaction, un bonheur énorme"

Vainqueurs de « Brest Atlantiques » après un peu moins de 29 jours de mer , Franck Cammas et Charles Caudrelier, accompagnés du media man ...

image
Lire la suite
35 lectures
0 commentaires

Cap sur 2020 pour V and B – Mayenne

5ème de la Bermudes 1000 Race, performant également sur le Défi Azimut, 16ème de la Transat Jacques Vabre entre Le Havre et Salvador de Bahia avec Guillaume Le Brec suite à une épreuve mouvementée qui avait débuté par un arrêt technique, Maxime Sorel est entré de plain-pied dans le circuit IMOCA à bord de V and B – Mayenne. Le navigateur, originaire de Cancale, et son équipe vont désormais se préparer activement pour les gargantuesques saisons 2020 et 2021 avec l’enchaînement de The Transat CIC, New-York / Vendée en mai et juin puis le départ de leur premier Vendée Globe le 8 novembre aux Sables d’Olonne. Trois questions à Maxime Sorel…

Comment s’est déroulée ta vie depuis ton arrivée à Salvador de Bahia mi-novembre ?

J’avais une vingtaine de personnes à m’accueillir à Salvador de Bahia et j’ai été très touché par leur soutien. C’était top d’avoir mes partenaires, V and B, le département de la Mayenne et notre club d’entreprises au Brésil. 10 heures après mon arrivée, j’étais de retour sur l’eau pour leur faire découvrir la baie de tous les Saints. Ensuite, nous avons totalement désarmé notre monocoque de 60 pieds afin de le mettre sur un cargo pour son retour en Europe. J’ai pris deux semaines de vacances où je suis parti surfer. Le bateau devrait arriver à Lorient début janvier. Il sera remis à l’eau afin de l’amener à Concarneau pour un chantier d’hiver chez Kaïros de Roland Jourdain. Nous allons nous concentrer lors de ce chantier sur la fiabilisation de notre navire et poursuivre son optimisation. Nous allons, par exemple, retravailler toute la partie qui concerne le contenu du gasoil mais aussi la partie hydrogénérateur ou encore le matossage.

Comment te transposes-tu sur 2020 ?

J’ai hâte de participer à ma première transat en solitaire à bord de V and B – Mayenne. La Transat CIC entre Brest et Charleston sera un moment important de ma saison. Je démarre par l’une des transats les plus difficiles. Je serai ensuite au départ de New York – Vendée. Ces deux transats vont nous permettre de travailler énormément sur le bateau et de le voir sur toutes ses coutures. Je pense aux phases de navigation dans le vent fort ce que nous n’avons pas vraiment eues sur la Transat Jacques Vabre. Ensuite, en juillet et août, le voilier retournera en chantier et on abordera la phase Vendée Globe début septembre.

Et ceux toujours avec les mêmes partenaires ?

Je suis très fier de la confiance qui nous ai accordée par nos deux partenaires principaux que sont V and B et le département de la Mayenne. Ils seront évidemment avec nous tout au long de 2020 et jusqu’à l’arrivée du Vendée Globe en 2021. Nous avons également l’appui d’un club d’entreprises très soudé et engagé. Nous sommes vraiment en train de nous professionnaliser sur tous les aspects du projet. Enfin, nous mettrons en avant tout au long de ce programme l’association « Vaincre la Mucoviscidose ». Elle est notre fil rouge. Faites des dons !

Le programme de V and B – Mayenne

Mai 2020 : The Transat, départ de Plymouth Juin 2020 : New York / Vendée Septembre 2020 : Défi Azimut à Lorient 8 novembre 2020 : départ du Vendée Globe aux Sables d’Olonne

L’article Cap sur 2020 pour V and B – Mayenne est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
29 lectures
0 commentaires

Cap sur la 2ème Porquerolle’s Race

Après une très belle première édition qui a rassemblé pas moins de 52 équipages pour son lancement en 2019, c’est à nouveau au cours du weekend de l’ascension que se déroulera la Porquerolle’s Race en 2020, du 20 au 24 mai . Cette deuxième édition promet de réunir un plateau de concurrents encore plus étoffé, tous attirés par cette épreuve dores et déjà majeure pour le Championnat UNCL Méditerranée . Fort du soutien continu de la Ville de Hyères, le Yacht Club de Porquerolles se prépare à recevoir plus de 60 équipages, et 500 à 600 marins sur l’eau.

Avis de course

L’avis de course de la Porquerolle’s Race précise que la régate est ouverte à tous les monocoques jaugés IRC (exception faite des sportboats) ainsi qu’aux majestueux 12 MJI, les anciens voiliers de l’America’s Cup. Inscrite au calendrier du Championnat UNCL Méditerranée, cette épreuve se déroulera comme d’habitude sur le magnifique plan d’eau de la baie de Hyères et autour des îles d’or. Avec pas moins de 11 courses lancées l’an dernier, les régates 2020 s’annoncent intenses et probablement serrées dans toutes les classes. Et comme il se doit à Porquerolles, les soirées seront animées tout comme les moments de détente et de convivialité organisées par le Yacht Club de Porquerolles.

L’article Cap sur la 2ème Porquerolle’s Race est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
27 lectures
0 commentaires

Le Mercato de la semaine

Nominations, départs, annonces de partenariats et d’événements, lancements de projet, offres de jobs, de stages et de services, bateaux à vendre…

[DÉPARTS & NOMINATIONS]

CAMILLE LECOINTRE et ALOÏSE RETORNAZ, championnes d’Europe et médaillées de bronze mondiales de 470 en 2019, ont reçu le trophée de Marin de l’Année ; FABIEN PIANAZZA, champion du monde junior de RS:X, a été élu Espoir de l’Année. JAMES SPITHILL et BIANCA COOK sont les ambassadeurs de la nouvelle Sydney to Auckland Yacht Race qui s’élancera le 30 janvier 2021. MICHELE PAOLETTI sera en 2020 le nouveau tacticien du TP52 Azzurra sur les 52 Super Series, en remplacement de l’Argentin Santiago Lange, qui prépare les Jeux olympiques en Nacra 17. CLAUDIA KERGOSIEN (ex OC Sport, Windreport, Team France jeune) a rejoint l’équipe SailGP France en tant que coordinatrice commerciale.

[JOBS]

SPINDRIFT RACING recherche Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour assurer la maintenance et l’optimisation des installations à bord de Spindrift 2, en plus d’assurer le suivi et la gestion du matériel de l’écurie ; poste à temps plein, basé à La Trinité-sur-Mer. FABRICE AMEDEO cherche à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour le chantier d’hiver de son Imoca Newrest Art & Fenêtres ; prestation de quatre mois, basée à Lorient, profil junior souhaité. Le TEAM MALIZIA cherche un-e responsable marketing, médias et relations presse, poste à plein temps basé à Hambourg avec de nombreux déplacements ; l’équipe de Boris Herrmann recherche également Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour travailler le chantier d’hiver de l’Imoca Malizia à Lorient. MULTIPLAST recherche un ouvrier prototypiste polyvalent (F/H), poste en CDD de longue durée basé à Vannes, et un approvisionneur composite (F/H), anglais courant, poste en CDI basé à Lausanne. PLASTIMO recrute un-e chargé-e de communication et un-e chargé-e de communication digitale ainsi qu’un-e adjoint-e au responsable administratif et financier ; postes en CDI basés à Lorient. CAPONNETTO HUEBER recrute un-e ingénieur-e CFD (analyste et développeur) senior avec un minimum de 6 ans d’expérience ; un-e ingénieur-e naval-e spécialisé-e en hydrodynamique/project manager, avec un minimum de 4 ans d’expérience ; un-e mathématicien-ne/data scientist/programmer, avec un minimum de 4 ans d’expérience. GUNBOAT recherche son Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour le suivi et le support technique des Gunboat 68 ; poste en CDI basé à la Grande Motte. DÉCISION propose deux postes : l’un de technicien(ne) composites prototypiste, l’autre de technicien(ne/ingénieur(e) méthodes composites ; postes en CDD (pouvant évoluer en CDI) pour le premier et en CDI pour le second, basés à Lausanne (Suisse).

[STAGES]

OC SPORT PEN DUICK recherche un-e stagiaire sponsoring/partenariats, stage de 6 mois à pourvoir début janvier, basé à Lorient avec déplacements sur les événements. GENERALI propose un stage de gestionnaire sinistres plaisance, stage de 6 mois basé à Saint-Denis à pourvoir à partir d’avril 2020. EUDES LIBAUDIÈRE, en fin de DUT GEA (Gestion des entreprises et des administrations), recherche Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. au sein d’une entreprise présente dans le secteur du sport nautique, pour une durée de 2 mois, du 14 avril 2020 à fin juin 2020.

[OFFRES DE SERVICE]

CAMILLE MANRIQUE, après une année de gestion logistique et administrative sur le projet Use it Again ! de Romain Pilliard et sur le Tour de Belle-Ile, recherche Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. dans la course au large, disponible dès maintenant.
[ANNONCES & PARTENARIATS]
WIND : le premier festival du film de voile de compétition, co-organisé par Tip & Shaft et Poppop, aura lieu le mardi 4 février à 19h30 au Grand Rex à Paris. Au programme : des films inédits et exclusifs, avec les plus grands marins actuels à l’écran… et dans la salle. Infos et réservations sur wind-festival.com. PODCAST. Le 11e épisode d’INTO THE WIND, le podcast de Tip & Shaft accueille MICHEL DESJOYEAUX. Depuis leur lancement, en octobre 2018, les podcasts de Tip & Shaft ont dépassé les 150 000 téléchargements. Ils sont disponibles sur toutes les plateformes de diffusion : iTunesDeezerSpotifySoundCloundGoogle Podcasts… ainsi que sur le site de Tip & Shaft. ROCKWOOL sera le partenaire principal de Denmark Sail GP Team, la nouvelle équipe qui rejoint le circuit SailGP pour trois ans à partir de 2020, avec Nicolai Sehested à la barre. La prochaine YOUTH AMERICA’S CUP aura lieu en trois temps, avec une première épreuve en flotte en Chine en novembre 2020, une de match-racing à Auckland du 18 au 23 février 2021, avant une finale, toujours à Auckland, du 8 au 12 mars. Ouverte aux 18-24 ans, elle se déroulera sur un nouveau monotype à foil, l’AC9F, dessiné et construit par Yachting Developments. ZHIK s’est engagé en tant que partenaire de l’ENVSN en 2020. BANQUE POPULAIRE GRAND OUEST a annoncé le renouvellement du partenariat avec le planchiste Pierre Le Coq, médaillé de bronze aux JO de Rio. AMERICAN MAGIC a annoncé que sa campagne hivernale d’entraînement sur son AC75 The Defiant aurait lieu comme en 2018 à Pensacola (Floride). Le GUYADER SAILING TEAM aura un nouveau bateau à partir de la saison 2020, un catamaran TS5, qui portera les couleurs de Guyader Gastronomie & MExT et sera skippé par Bart Vanhaverbeke, PDG de l’entreprise MExT. Le projet aura en point d’orgue la Route du Rhum 2022 qui sera courue par Gwen Chapalain. Le GRAND PRIX GUYADER change de date en 2020, puisqu’il aura lieu du 15 au 22 août, au lieu de début mai jusqu’ici. La TRANSAT AG2R LA MONDIALE a une nouvelle identité visuelle et un nouveau site internet.   Le TOUR DE BELLE-ILE n’aura pas lieu en 2020, ses organisateurs étant pris sur le projet Use it Again ! de Romain Pilliard sur The Transat CIC, la prochaine édition aura lieu le 8 mai 2021. NORTH SAILS FRANCE a annoncé l’ouverture d’un nouveau plancher de 500 m2 à Lorient dans l’ancien bâtiment de la voilerie Tonnerre. TANGER sera la ville de départ de la Globe 40, course autour du monde en double par étapes en Class40, qui aura lieu en 2021/2022. HIGHFIELD et HONDA MARINE ont signé un partenariat avec le Vendée Globe pour la deuxième édition consécutive, 46 semi-rigides équipés de 48 moteurs seront fournis à l’organisateur. La QUÉBEC-SAINT-MALO 2020 s’élancera le 12 juillet, cette édition est ouverte aux Multi50, Imoca, Class40, monocoques et multicoques Open. La finale de la sélection BRETAGNE CMB OCÉANE entre Elodie Bonafous, Violette Dorange et Milena Schoenahl se terminera la semaine prochaine, toutes les manches n’ayant pu se courir cette semaine à cause de conditions météo trop musclées. La DRHEAM-CUP sera, à partir de sa prochaine édition en 2020 (18-27 juillet), le cadre du nouvel Open de France de course au large. Le SPI OUEST-FRANCE 2020 aura lieu du 9 au 13 avril, la 42e édition s’ouvrira aux Class40.

[LANCEMENTS]

La RYA (fédération britannique de voile) lance un appel à candidatures pour les marins souhaitant défendre les couleurs britanniques lors du championnat du monde de course au large mixte en 2020 à Malte. La sélection se fera sur la Rorc Channel Race, début août, à Cowes. La billetterie des premiers OCEAN GAMES 2020, qui auront lieu le 26 septembre au stade Jean-Bouin à Paris, est ouverte. La MED SEA RACE a été officiellement lancée lundi, nouvelle course en double par étapes en Méditerranée (elle passera notamment par Marseille) qui aura lieu sur 15 jours en mai-juin 2021 et s’inscrira dans le cadre du Championnat de France Elite de cours eau large en Figaro. Guillaume Rotée en sera le directeur de course. LAURENT ALLARD, maître voilier depuis 30 ans, se remet à son compte et lance la voilerie Allard à Plœmeur.

Photo : SailGP

Nos articles sont publiés en avant-première chaque vendredi dans notre newsletter, quelques jours avant leur parution sur le site. Abonnez-vous ici, si ce n’est pas déjà fait

S’ABONNER GRATUITEMENT

L’article Le Mercato de la semaine est apparu en premier sur Tip & Shaft.

Lire la suite
0 lectures
0 commentaires

Des nouveaux foils pour Charal en 2020

Des nouveaux foils pour Charal en 2020

L’IMOCA Charal a rejoint lundi 9 décembre le hangar lorientais du Charal Sailing Team où, pendant trois mois et demi, il va être l’objet de toutes les attentions de l’équipe technique et de plusieurs sous-traitants. Ce chantier d’hiver consistera notamment à doter le bateau d’une nouvelle paire de foils.

Depuis le lundi 9 décembre, l’atelier du Charal Sailing Team tourne à plein régime, l’IMOCA Charal, rentré en convoyage de Salvador de Bahia, terme de la Transat Jacques Vabre, ayant réintégré les lieux pour un chantier de trois mois et demi qui va mobiliser une vingtaine de personnes en tout. Le but de ce chantier d’hiver est de monter encore d’un cran en termes de performances en vue du Vendée Globe 2020, le grand objectif de tout le Charal Sailing Team, il se répartit en quatre dossiers : foils, ergonomie, énergie et voiles.

Pour ce qui est des foils, ces appendices qui permettent de faire « voler » l’IMOCA Charal, le dossier a été ouvert en janvier 2019, avec des premières réflexions sur une nouvelle paire, plus adaptée au parcours du Vendée Globe.
« Les formes de foils varient en fonction de la configuration des courses, confirme Pierre-François Dargnies, directeur technique du Charal Sailing Team. La Transat Jacques Vabre et la Route du Rhum sont des courses avec surtout du reaching et du VMG (1), on peut aussi se retrouver à faire du près et à traverser des fronts en début de parcours. Comme notre objectif était d’être performants sur ces deux courses, nous avions conçu la version 1 de nos foils en conséquence. Le Vendée Globe est en revanche une course avec 80% de VMG, nous avons donc typé notre V2 en fonction de ça. »

Pour la conception, le bureau d’études du Charal Sailing Team a travaillé avec VPLP, le cabinet d’architectures qui a conçu l’IMOCA Charal, ce dernier disposant pour l’occasion d’un tout nouvel outil, un simulateur mis au point par Emirates Team New Zealand sur la Coupe de l’America depuis dix ans et désormais commercialisé. « Sur la première version, nous avions travaillé avec un outil de prédiction de performances (VPP) qui simule les performances du bateau, mais sur une mer plate et en statique. Le fait d’avoir cet outil, qui permet d’obtenir des simulations en dynamique, beaucoup plus proches de la réalité, a été très profitable et nous sommes assez confiants dans le fait que cette nouvelle méthodologie de conception puisse nous apporter de la performance », explique Nicolas Andrieu, ingénieur au sein du bureau d’études, en charge justement de la performance.

Pour arrêter le dessin final, en juillet dernier, le bureau d’études et le cabinet VPLP se sont également appuyés sur les retours d’expérience et sur les enregistrements de données lors des deux grosses sessions de navigations du bateau, en décembre 2018 puis mars-avril 2019. La construction a alors démarré, chez C3 Technologies, à côté de La Rochelle, qui livrera les nouveaux foils l’un après l’autre entre mi-février et mi-mars. De son côté, le chantier lorientais Gepeto s’est vu confier la construction des puits et des systèmes de foils, conçus en collaboration avec la société Awentech et les ingénieurs structure de chez Gurit. Avant Noël, les anciens puits seront démontés, l’installation des nouveaux débutera en janvier, avant les finitions et peintures en mars. Il sera alors temps pour l’IMOCA Charal de reprendre son envol.

(1) reaching : vent de travers, VMG : vent arrière

Lire la suite
24 lectures
0 commentaires

Francis Joyon à Shenzhen

Francis Joyon à Shenzhen

Le maxi-trimaran IDEC SPORT mené par Francis Joyon et son équipage, parti d’Ho Chi Minh Ville (Vietnam) est arrivé à Shenzhen (Chine). Il a parcouru les 844 milles du parcours théorique en 2 jours, 20 heures, 28 minutes et 51 secondes, à la vitesse moyenne de 12,3 noeuds.
Après le record de la Mauricienne établi entre la Bretagne et l’île Maurice, puis celui entre Maurice et le Vietnam, ce nouveau parcours constituait le 3ème Acte du programme de records intitulé IDEC SPORT ASIAN TOUR dans lequel le vainqueur de la dernière Route du Rhum s’est engagé depuis le samedi 19 octobre dernier.

Francis Joyon, son fils Corentin, Antoine Blouet, Christophe Houdet et Bertand Delesne viennent ainsi, en 36 jours de navigation, de parcourir plus de 17 000 milles sur le fond, en Atlantique Nord et Sud, Océan Indien, mer de Java et de Chine méridionale. L’équipage et son vaillant maxi-trimaran IDEC SPORT vont désormais s’accorder une pause bien méritée, avant de s’attaquer à la mi-janvier 2020 au record Hong Kong- Londres, la célèbre Route du Thé, qui les ramènera vers la vieille Europe.

36 jours de record cumulés !
« Si nous cumulons nos temps de course lors de ces 3 premiers actes de l’IDEC ASIAN TOUR, 20 jours sur la Mauricienne, 13 jours pour rallier Ho Chi Minh Ville et 3 jours pour rejoindre Shenzhen, nous arrivons à un total de 36 jours de course effective, soit le temps du record établi en 2018 par Giovani Soldini sur le parcours Hong Kong-Londres, notre prochain défi! ». Francis Joyon trouve ainsi motif à se satisfaire grandement de son long périple entamé le 19 octobre dernier à Port Louis dans le Morbihan. Il en a terminé la nuit dernière avec le troisième de ses 4 travaux d’Hercule en rejoignant le delta de la rivière des perles, qui sépare Macao de Shenzhen, là où était mouillée la ligne d’arrivée de ce nouveau record, le plus court mais aussi le plus difficile sur le plan physique de ces trois challenges.

Le bateau malmené comme jamais !
« Durant 36 heures, le bateau, qui en a pourtant connu des mers difficiles, a été malmené comme jamais auparavant » avoue Francis. « Avec des vents contraires, de face, de plus de 35 noeuds, sur une mer infernale, il a longtemps tapé avec rudesse dans des vagues abruptes. Nous avons été bien secoué et l’arrivée sur les multiples îles qui barrent l’accès à Shenzhen a été une délivrance pour tout l’équipage. Heureusement, la mer s’est calmée au fur et à mesure de notre progression, et le vent a pris un peu de droite pour nous permettre un atterrissage plus confortable travers au vent d’Est Nord Est. Des milliers de bateaux de pêche, un peu comme au Viet Nam s’affairaient dans le secteur, avec leurs longues lignes de pêche en éventail. Un spectacle étonnant ! Nous sommes heureux d’en terminer. Cela fait près de deux mois que nous sommes entièrement dédiés à la vie du bateau, et une petite pause nous fera le plus grand bien, avant de s’attaquer, en janvier, à la Route du Thé et son record détenu par Giovanni Soldini. »

Une indispensable remise en forme !
Après un petit tour à terre et un bon repas, Francis et ses quatre équipiers se sont immédiatement remis au travail. « L’objectif est d’effectuer un check-up le plus complet possible du bateau. » explique Francis. « Christophe et Bertrand procèdent à un « tapping » complet des trois coques. Il s’agit de vérifier par tapotement qu’aucune délimitation interne n’est à déplorer. Corentin est en tête de mât pour inspecter tous les ancrages, et Antoine effectue les mêmes vérifications depuis l’intérieur du mât. » En bon capitaine, Joyon tient à s’assurer de la bonne santé de son trimaran, avant de s’envoler en fin de semaine avec tout l’équipage pour la France où il passera les fêtes de fin d’année.

Prochain défi : la Route du Thé !
Rendez-vous à la mi-janvier pour renouer avec une immense tranche d’aventure, la Route du Thé, entre Hong Kong et Londres, d’une seule traite cette fois, en équipage et en mode record.

Lire la suite
32 lectures
0 commentaires

2ème Porquerolle’s Race du 20 au 24 mai 2020

2ème Porquerolle’s Race du 20 au 24 mai 2020

Cette deuxième édition promet de réunir un plateau de concurrents encore plus étoffé, tous attirés par cette épreuve dores et déjà majeure pour le Championnat UNCL Méditerranée . Fort du soutien continu de la Ville de Hyères, le Yacht Club de Porquerolles se prépare à recevoir plus de 60 équipages, et 500 à 600 marins sur l’eau.

L’avis de course de la Porquerolle’s Race précise que la régate est ouverte à tous les monocoques jaugés IRC (exception faite des sportboats) ainsi qu’aux majestueux 12 MJI, les anciens voiliers de l’America’s Cup. Inscrite au calendrier du Championnat UNCL Méditerranée, cette épreuve se déroulera comme d’habitude sur le magnifique plan d’eau de la baie de Hyères et autour des îles d’or. Avec pas moins de 11 courses lancées l’an dernier, les régates 2020 s’annoncent intenses et probablement serrées dans toutes les classes. Et comme il se doit à Porquerolles, les soirées seront animées tout comme les moments de détente et de convivialité organisées par le Yacht Club de Porquerolles.

Les inscriptions sont ouvertes !
Pour prendre part à la Porquerolle’s Race, les dossiers d’inscriptions complets (certificat de jauge, licences, liste d’équipage et règlement) doivent parvenir au Yacht Club de Porquerolles avant le 30 avril 2020, par inscription en ligne sur le site : www.yachtclubporquerolles.fr

• AVIS DE COURSE : cliquez ICI
• INSCRIPTION EN LIGNE : cliquez ICI

Conformément à l’avis de course, la validation des inscriptions se fera le Mercredi 20 mai Puis les courses auront lieu du jeudi 21 mai au dimanche 24 mai, sur des parcours construits ou côtiers.

Lire la suite
42 lectures
0 commentaires

Elodie Bonafous gagnante du challenge Océane Bretagne – CMB

Elodie Bonafous gagnante du challenge Océane Bretagne – CMB

Elodie Bonafous, 24 ans, devient la première skipper Océane de la Filière d’excellence de course au large Bretagne – CMB. Après une finale qui s’est jouée en deux parties compte tenues des conditions météos le week-end dernier, Elodie Bonafous est parvenue à s’imposer sur 5 des neuf courses disputées la semaine dernière puis ce lundi et mardi en solitaire à bord de Figaro Bénéteau 3 sur des parcours construits, en baie de Port-la-Forêt.

Elle pourra disposer d’un bateau, un budget de fonctionnement permettant de disputer dans les meilleures conditions le circuit du Championnat de France de Course au Large en Solitaire et, gage d’une formation professionnelle sérieuse et d’un apprentissage au contact des meilleurs navigateurs français, l’intégration au Pôle Finistère Course au Large.

Elodie Bonafous était en finale avec Violette Dorange et Milena Schoenahl, les trois finalistes du Challenge Océane Bretagne – CMB.  Observées par un groupe d’experts composé de représentants de la Fédération Française de Voile, d’entraîneurs du Pôle et de navigateurs reconnus. « Les confrontations entre les trois candidates ont été passionnantes. Chacune d’entre elle a fait preuve d’une belle maîtrise du bateau. Il y a eu de la belle bagarre et les trois femmes méritaient d’être en finale. Nous avons vraiment vu du haut niveau sur l’eau, ce qui est non seulement une satisfaction mais aussi une fierté pour nous », explique Christian Le Pape, le Directeur du Pôle Finistère Course au Large, qui se réjouit donc d’accueillir une jeune femme de la trempe d’Elodie Bonafous au sein de la Filière Bretagne – CMB.

challenge Océane Bretagne – CMBchallenge Océane Bretagne – CMB

« Je ne pouvais pas rêver mieux »
« C’est génial ! Je suis tellement heureuse ! Mettre les pieds dans le monde de la course au large dans cette équipe, je ne pouvais pas rêver mieux ! », a commenté la jeune sociétaire de l’Ecole de Voile de Locquirec, championne du Monde Universitaire et double championne du monde féminine en J80 puis vainqueur de la sélection Jeune Tour de Bretagne 2019, entre autres. « Nous avons rencontré des conditions très variées lors de cette finale. Dès le début, je savais qu’il fallait que je mise sur la régularité. Je suis restée très opportuniste et à fond du début à la fin, en gardant le rythme. J’ai réussi à être à l’aise dans tous les types de vent », a détaillé la navigatrice, titulaire d’un Master 2 Activité Physique Adaptée et Santé, qui a par ailleurs beaucoup régaté en Longtze, en Open 5.70 ou encore en Match Racing. « Je suis partie sur l’eau ce matin avec beaucoup de stress. Milena et Violette ont très bien navigué et elles n’ont jamais rien lâché. On a toutes senti que le niveau montait au fur et à mesure », a terminé Elodie Bonafous qui n’a assurément pas fini de faire parler d’elle.

Lire la suite
24 lectures
0 commentaires

Elodie Bonafous, première skipper Océane de la Filière d’excellence de course au large Bretagne – CMB

La semaine dernière, puis ces lundi et mardi, les trois finalistes du Challenge Océane Bretagne – CMB se sont affrontées en solitaire à bord de Figaro Bénéteau 3 sur des parcours construits, en baie de Port-la-Forêt. Vainqueur de cinq des neuf courses disputées dans des conditions variées, Elodie Bonafous, 24 ans, a remporté la mise, devenant ainsi la skipper Océane de la Filière d’excellence de course au large Bretagne – CMB. 

image

Crédit : CMB 

Elodie Bonafous, Violette Dorange et Milena Schoenahl, les trois finalistes du Challenge Océane Bretagne – CMB avaient rendez-vous la semaine dernière puis ces deux derniers jours, au Pôle Finistère de Course au Large à Port-la-Forêt, pour la grande finale. Lors de cette ultime phase de test, les trois navigatrices se sont affrontées en solitaire à bord de Figaro Bénéteau 3 sur neuf parcours de type « triangle » et « banane », tout en étant observées par un groupe d’experts composé de représentants de la Fédération Française de Voile, d’entraîneurs du Pôle et de navigateurs reconnus.

« Je ne pouvais pas rêver mieux »

« C’est génial ! Je suis tellement heureuse ! Mettre les pieds dans le monde de la course au large dans cette équipe, je ne pouvais pas rêver mieux ! », a commenté la jeune sociétaire de l’Ecole de Voile de Locquirec, championne du Monde Universitaire et double championne du monde féminine en J80 puis vainqueur de la sélection Jeune Tour de Bretagne 2019, entre autres. « Nous avons rencontré des conditions très variées lors de cette finale. Dès le début, je savais qu’il fallait que je mise sur la régularité. Je suis restée très opportuniste et à fond du début à la fin, en gardant le rythme. J’ai réussi à être à l’aise dans tous les types de vent », a détaillé la navigatrice, titulaire d’un Master 2 Activité Physique Adaptée et Santé, qui a par ailleurs beaucoup régaté en Longtze, en Open 5.70 ou encore en Match Racing. « Je suis partie sur l’eau ce matin avec beaucoup de stress. Milena et Violette ont très bien navigué et elles n’ont jamais rien lâché. On a toutes senti que le niveau montait au fur et à mesure », a terminé Elodie Bonafous qui n’a assurément pas fini de faire parler d’elle.
Lire la suite
33 lectures
0 commentaires

Francis Joyon est arrivé en Chine !

Le maxi-trimaran IDEC SPORT mené par Francis Joyon et son équipage, a coupé cette nuit à 23h24 TU (0h24 française) la ligne d’arrivée du nouveau record entre Ho Chi Minh Ville (Vietnam) et Shenzhen (Chine). Il a parcouru les 844 milles du parcours théorique en 2 jours, 20 heures, 28 minutes et 51 secondes, à la vitesse moyenne de 12,3 noeuds. Après le record de la Mauricienne établi entre la Bretagne et l’île Maurice, puis celui entre Maurice et le Vietnam, ce nouveau parcours constituait le 3ème Acte du programme de records intitulé IDEC SPORT ASIAN TOUR dans lequel le vainqueur de la dernière Route du Rhum s’est engagé depuis le samedi 19 octobre dernier.

Francis Joyon, son fils Corentin, Antoine Blouet, Christophe Houdet et Bertand Delesne viennent ainsi, en 36 jours de navigation, de parcourir plus de 17 000 milles sur le fond, en Atlantique Nord et Sud, Océan Indien, mer de Java et de Chine méridionale. L’équipage et son vaillant maxi-trimaran IDEC SPORT vont désormais s’accorder une pause bien méritée, avant de s’attaquer à la mi-janvier 2020 au record Hong Kong- Londres, la célèbre Route du Thé, qui les ramènera vers la vieille Europe.

36 jours de record cumulés !

« Si nous cumulons nos temps de course lors de ces 3 premiers actes de l’IDEC ASIAN TOUR, 20 jours sur la Mauricienne, 13 jours pour rallier Ho Chi Minh Ville et 3 jours pour rejoindre Shenzhen, nous arrivons à un total de 36 jours de course effective, soit le temps du record établi en 2018 par Giovani Soldini sur le parcours Hong Kong-Londres, notre prochain défi! ». Francis Joyon trouve ainsi motif à se satisfaire grandement de son long périple entamé le 19 octobre dernier à Port Louis dans le Morbihan. Il en a terminé la nuit dernière avec le troisième de ses 4 travaux d’Hercule en rejoignant le delta de la rivière des perles, qui sépare Macao de Shenzhen, là où était mouillée la ligne d’arrivée de ce nouveau record, le plus court mais aussi le plus difficile sur le plan physique de ces trois challenges.

Le bateau malmené comme jamais !

« Durant 36 heures, le bateau, qui en a pourtant connu des mers difficiles, a été malmené comme jamais auparavant » avoue Francis. « Avec des vents contraires, de face, de plus de 35 noeuds, sur une mer infernale, il a longtemps tapé avec rudesse dans des vagues abruptes. Nous avons été bien secoué et l’arrivée sur les multiples îles qui barrent l’accès à Shenzhen a été une délivrance pour tout l’équipage. Heureusement, la mer s’est calmée au fur et à mesure de notre progression, et le vent a pris un peu de droite pour nous permettre un atterrissage plus confortable travers au vent d’Est Nord Est. Des milliers de bateaux de pêche, un peu comme au Viet Nam s’affairaient dans le secteur, avec leurs longues lignes de pêche en éventail. Un spectacle étonnant ! Nous sommes heureux d’en terminer. Cela fait près de deux mois que nous sommes entièrement dédiés à la vie du bateau, et une petite pause nous fera le plus grand bien, avant de s’attaquer, en janvier, à la Route du Thé et son record détenu par Giovanni Soldini. »

Une indispensable remise en forme !

Après un petit tour à terre et un bon repas, Francis et ses quatre équipiers se sont immédiatement remis au travail. « L’objectif est d’effectuer un check-up le plus complet possible du bateau. » explique Francis. « Christophe et Bertrand procèdent à un « tapping » complet des trois coques. Il s’agit de vérifier par tapotement qu’aucune délimitation interne n’est à déplorer. Corentin est en tête de mât pour inspecter tous les ancrages, et Antoine effectue les mêmes vérifications depuis l’intérieur du mât. » En bon capitaine, Joyon tient à s’assurer de la bonne santé de son trimaran, avant de s’envoler en fin de semaine avec tout l’équipage pour la France où il passera les fêtes de fin d’année.

Prochain défi : la Route du Thé !

Rendez-vous à la mi-janvier pour renouer avec une immense tranche d’aventure, la Route du Thé, entre Hong Kong et Londres, d’une seule traite cette fois, en équipage et en mode record.

L’article Francis Joyon est arrivé en Chine ! est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
32 lectures
0 commentaires

Charal s’équipe de nouveaux foils pour 2020

Rentré par la mer de Salvador de Bahia le jeudi 5 décembre, l’IMOCA Charal a rejoint lundi 9 décembre le hangar lorientais du Charal Sailing Team où, pendant trois mois et demi, il va être l’objet de toutes les attentions de l’équipe technique et de plusieurs sous-traitants. Ce chantier d’hiver consistera notamment à doter le bateau d’une nouvelle paire de foils.

Depuis le lundi 9 décembre, l’atelier du Charal Sailing Team tourne à plein régime, l’IMOCA Charal, rentré en convoyage de Salvador de Bahia, terme de la Transat Jacques Vabre, ayant réintégré les lieux pour un chantier de trois mois et demi qui va mobiliser une vingtaine de personnes en tout. Le but de ce chantier d’hiver est de monter encore d’un cran en termes de performances en vue du Vendée Globe 2020, le grand objectif de tout le Charal Sailing Team, il se répartit en quatre dossiers : foils, ergonomie, énergie et voiles.

Pour ce qui est des foils, ces appendices qui permettent de faire « voler » l’IMOCA Charal, le dossier a été ouvert en janvier 2019, avec des premières réflexions sur une nouvelle paire, plus adaptée au parcours du Vendée Globe.

« Les formes de foils varient en fonction de la configuration des courses, confirme Pierre-François Dargnies, directeur technique du Charal Sailing Team. La Transat Jacques Vabre et la Route du Rhum sont des courses avec surtout du reaching et du VMG (1), on peut aussi se retrouver à faire du près et à traverser des fronts en début de parcours. Comme notre objectif était d’être performants sur ces deux courses, nous avions conçu la version 1 de nos foils en conséquence. Le Vendée Globe est en revanche une course avec 80% de VMG, nous avons donc typé notre V2 en fonction de ça. »

Pour la conception, le bureau d’études du Charal Sailing Team a travaillé avec VPLP, le cabinet d’architectures qui a conçu l’IMOCA Charal, ce dernier disposant pour l’occasion d’un tout nouvel outil, un simulateur mis au point par Emirates Team New Zealand sur la Coupe de l’America depuis dix ans et désormais commercialisé. « Sur la première version, nous avions travaillé avec un outil de prédiction de performances (VPP) qui simule les performances du bateau, mais sur une mer plate et en statique. Le fait d’avoir cet outil, qui permet d’obtenir des simulations en dynamique, beaucoup plus proches de la réalité, a été très profitable et nous sommes assez confiants dans le fait que cette nouvelle méthodologie de conception puisse nous apporter de la performance », explique Nicolas Andrieu, ingénieur au sein du bureau d’études, en charge justement de la performance.

Pour arrêter le dessin final, en juillet dernier, le bureau d’études et le cabinet VPLP se sont également appuyés sur les retours d’expérience et sur les enregistrements de données lors des deux grosses sessions de navigations du bateau, en décembre 2018 puis mars-avril 2019. La construction a alors démarré, chez C3 Technologies, à côté de La Rochelle, qui livrera les nouveaux foils l’un après l’autre entre mi-février et mi-mars. De son côté, le chantier lorientais Gepeto s’est vu confier la construction des puits et des systèmes de foils, conçus en collaboration avec la société Awentech et les ingénieurs structure de chez Gurit. Avant Noël, les anciens puits seront démontés, l’installation des nouveaux débutera en janvier, avant les finitions et peintures en mars. Il sera alors temps pour l’IMOCA Charal de reprendre son envol.

(1) reaching : vent de travers, VMG : angle optimum pour un vent donné

L’article Charal s’équipe de nouveaux foils pour 2020 est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
28 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions