Un peu plus de huit jours de course et les plus rapides ont déjà bouclé les deux tiers du parcours de 2 700 milles entre Las Palmas de Gran Canaria et Le Marin en Martinique. D’après les derniers routages de la direction de course, François Jambou et Ambrogio Beccaria, respectivement leaders en proto et en série, pourraient arriver dès jeudi prochain. Matteo Sericano a signifié ce soir son abandon, suite à une collision avec un objet flottant, qui a fortement endommagé la quille de son proto. Joe Lacey étant hors course après avoir été aidé par un bateau accompagnateur, 80 marins sont encore en lice malgré des conditions loin d’être simples sur cette 22e édition de la Mini-Transat La Boulangère.

Effluves tropicales

Arriver les premiers en Martinique, savourer la victoire (et le rhum), accueillir leurs camarades qu’ils auront pris un malin plaisir à laisser dans leur tableau arrière durant quasiment toute la course… François Jambou (865) et Ambrogio Beccaria (943) doivent nécessairement avoir ces images dans un coin de leur tête. Mais ils chassent sûrement rapidement ces pensées parasites pour rester concentrés alors qu’il reste un tiers du parcours et que les poursuivants sont prêts à exploiter la moindre défaillance.

Des podiums très disputés

En proto, Axel Tréhin (945) est relégué à plus de 100 milles du leader. Erwan Le Méné (800) et Tanguy Bouroullec (969) sont au coude à coude pour la 3e place. Décalé dans le Nord, Morten Bogacki (934) reste dans le match pour les rattraper. En série, les places sur le podium sont chères. Au pointage de 17h, Nicolas D’Estais (905), Benjamin Ferré (902), Pierre Le Roy (925) et Félix de Navacelle (916) se tenaient en une dizaine de milles.

Un temps à grains

Respectivement à 867 et 932 milles de l’arrivée au pointage de 17h ce dimanche, François Jambou et Ambrogio Beccaria disposent d’une avance leur permettant de voir venir (voir les classements ci-dessous). Mais la prudence reste de mise car les hommes et le matériel fatiguent et les conditions ne sont pas simples avec la mer formée. Par ailleurs, la navigation est émaillée de nombreux grains apportant des précipitations importantes et surtout des vents pouvant atteindre 35 à 40 nœuds. Une sortie de route peut alors très vite arriver… Ce temps à grains devrait perdurer pendant au moins trois jours.

Matteo Sericano contraint à l’abandon

Peu après son départ de Mindelo (Cap-Vert) suite à une escale technique, l’Italien Matteo Sericano (888) est entré en collision avec un objet flottant. Le skipper italien a constaté d’importants dégâts sur sa quille. Matteo a tenté de réparer, en vain. Il annonce malheureusement ce soir son abandon.

Problème de balise résolu pour Julien Letissier

Julien Letissier (869) n’était depuis ce matin plus localisé sur la cartographie de la Mini-Transat La Boulangère. Sa balise était en panne et à la vacation du jour, la direction de course lui a demandé de changer de tracker. Le message a visiblement été entendu puisque Julien est réapparu sur la cartographie à 17h. Il pointe en 12e position en série.

Où sont les femmes ?

Huit femmes (sept en série, une en proto) ont pris le départ de la Mini-Transat La Boulangère et toutes sont encore en course. En série, la mieux placée est Amélie Grassi (944) qui fait un come-back de folie après s’être élancée de Las Palmas de Gran Canaria une bonne douzaine d’heures après le reste de la flotte. Repartie en 61e position, Amélie est ce soir dans le Top 15 ! Elle est suivie de la benjamine de la course, Violette Dorange (955), qui semble bien dans le rythme après une première étape marquée par des soucis d’énergie. A bord de son Ofcet 6.50, Anne Beaugé (890) fait elle aussi une jolie course (20e place au pointage de 17h). Elle est l’une des mieux placées parmi celles et ceux ne naviguant pas sur des Pogo 3 ou des Maxis.

Relativement esseulée sur le plan d’eau, en première partie de flotte, la Russe Irina Gracheva (579) trace joliment sa route, à bord de son vénérable Mini mis à l’eau il y a près de 15 ans. Même si la route est encore longue, Axelle Pillain (781) et Céline Sallès (514) sont elles aussi en train de réussir leur pari de traverser l’Atlantique en Mini. Elles sont ce soir à mi-parcours et pointent aux 40e et 48e places. Quant à la Belge Marie-Amélie Lénaerts (833), elle fait preuve d’une remarquable capacité à régler ses galères techniques en mer. Ralentie toute la journée hier pour réparer, elle a repris de la vitesse et poursuit sa route. Une seule femme est engagée en proto, Marie Gendron (930). Très vite revenue à Las Palmas pour des problèmes de quille et de bout-dehors, Marie a depuis courageusement cravaché sur une route Sud pour recoller à la flotte.

Classement du dimanche 10 novembre à 9h (heure française)

PROTO

1- François Jambou (865 – Team BFR Marée Haute Jaune) à 867,9 milles de l’arrivée
2- Axel Tréhin (945 – Project Rescue Ocean) à 100,9 milles du premier
3- Erwan Le Méné (800 – Rousseau Clôtures) à 212,4 milles du premier

SERIE

1- Ambrogio Beccaria (943 – Geomag) à 932,7 milles de l’arrivée
2- Nicolas D’Estais (905 – Cheminant-Ursuit) à 72,2 milles du premier
3- Benjamin ferré (902 – Imago Incubateur D’aventures) à 73,9 milles du premier

L’article A quatre jours du dénouement ? est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.