• 1
  • 2
  • 3

Icones About sailing

previsions sailingnewscartographies

L'actualité voile d'AGP Course au large

Une sélection des meilleurs magazines voile et course au large pour vous tenir informés en permanence de l'actualité de la régate et du nautisme

Une transat pour les IRC en avril 2021

Une transat pour les IRC en avril 2021

Jean-Philippe Cau, Président de l’UNCL et Thibaut Derville organisent sous l’égide de l’UNCL (Union Nationale pour la Course au Large) une transat au départ d’un port de Bretagne Sud en avril 2021, direction les Antilles ouverte aux IRC types A35, Figaro Bénéteau 2, J99, Sun Fast 3200/3300/3600, Ofcet 32, JPK 10.10/10.30/10.80, etc.

Elle partira tous les deux ans, la même année que la Rolex Fastnet Race, et se dispute au choix en solitaire ou en double. Chacun doit se qualifier selon une règle qui est en cours de rédaction et répondre également aux conditions de sécurité imposées par Les OSR.

Plusieurs ports de départ de Bretagne Sud se portent candidats et devront être bientôt départagés. Pour l’arrivée, une île des Antilles française semble bien placée pour l’emporter. Les organisateurs proposeront le retour en cargo pour ceux qui le souhaitent ainsi qu’une logistique impeccable de part et d’autre de l’Atlantique.

« La Transquadra a donné un sacré appétit à tous ces duos et solos. Les lignes de départ des courses de cette catégorie se remplissent et attirent du beau monde ; des marins toujours plus jeunes ainsi que des équipages mixtes. Cela fait un bien fou ! Effet boule de neige ou juste suite logique ? Chacun s’est véritablement piqué au jeu et tous en demandent encore plus. Notre transatlantique sans escale s’inscrit véritablement et à point nommé pour répondre à cette passion grandissante, » Jean-Philippe Cau, président de l’UNCL, co-fondateur de la Transat IRC.

Accomplir son rêve et embarquer ses proches dans l’aventure d’une vie, voilà une magnifique motivation pour beaucoup. Porter en mer un message collectif pour donner de la voix à une cause défendue par d’autres toute l’année à terre, ajoute encore au défi relevé. Chaque bateau devra promouvoir et porter, en plus d’un éventuel sponsor une cause sociétale et/ou de développement durable.

« Le développement durable n’est plus une option mais une nécessité. Nous le savons bien nous qui partons en mer ! Nous sommes en pleine forme, tout le monde n’a pas cette chance ! La vitrine que sera cette course et chacun des bateaux et leurs marins doit permettre de donner un petit peu de visibilité à ces causes. C’est aussi une belle occasion pour les sponsors déjà engagés dans ces actions de le rappeler, » Thibaut Derville, co-fondateur de la Transat IRC.

Lire la suite
3 lectures
0 commentaires

TourVoile. Duel en Super Finale entre Beijaflore et Poujoulat ce dimanche !

TourVoile. Duel en Super Finale entre Beijaflore et Poujoulat ce dimanche !

Le 42e Tour Voile se jouera donc entre Team Beijaflore (leader) et Cheminées Poujoulat séparés de seulement 5 points. Les deux équipes ont confirmé leur domination ce samedi à Nice puisque Poujoulat a remporté les Stades Nautiques devant… Beijaflore ! Ils s’affronteront ce dimanche en Super Finale, ultime course dont les points compteront double et qui réunira les dix meilleurs équipages. La tension sera maximale et pour espérer l’emporter, Cheminées Poujoulat devra intercaler au moins deux bateaux entre lui et Beijaflore. Les grands déçus du jour sont Team Réseau Ixio – Toulon Provence Méditerranée et Golfe du Morbihan Breizh Cola qui ne peuvent plus jouer la victoire mais lutteront pour la 3e marche du podium. Rendez-vous dimanche à 15h15 pour la Super Finale.

Quels scénarios possibles pour la Super Finale ?
Quatre cas sont possibles pour la Super Finale de demain, dont les points comptent double :
– Si Beijaflore termine devant Cheminées Poujoulat, Beijaflore gagne le Tour.
– Si Cheminées Poujoulat termine devant Beijaflore sans intercaler de bateau, Beijaflore gagne le Tour.
– Si Cheminées Poujoulat termine devant Beijaflore en intercalant un bateau, Beijaflore gagne le Tour.
– Enfin, si Cheminées Poujoulat termine devant Beijaflore en intercalant deux bateaux ou plus, Cheminées Poujoulat gagne le Tour.

Qui complètera le podium ?
Grosse désillusion aujourd’hui pour Team Réseau Ixio – Toulon Provence Méditerranée (Sandro Lacan) qui a manqué la finale et donc vu ses espoirs de victoire réduits à néant. En Super Finale, l’enjeu sera de maintenir une 3e place que Golfe du Morbihan Breizh Cola (Solune Robert/Riwan Perron) peut encore mathématiquement convoiter…

Les vainqueurs des Classements Jeune et Mixte connus, encore du suspense en Amateur
En plus de jouer la victoire au Général, Cheminées Poujoulat est déjà assuré de remporter le Classement Jeune. Quant aux filles de La Boulangère, elles gagnent haut la main le Classement Mixte. En revanche, deux équipages peuvent encore remporter le Tour en Amateur, CER – Ville de Genève (en ballottage favorable) et Gregory Lemarchal Les Sables d’Olonne.

Comme aujourd’hui, Jean-Pierre Dick, ambassadeur de la Ville de Nice assistera à cette dernière journée décisive. « J’aime le Tour Voile, j’y ai participé et l’ai gagné plusieurs fois. C’est la base de la voile » a-t-il déclaré.

La journée de Cheminées Poujoulat
« Les choses avaient pourtant un peu mal commencé aujourd’hui car les six courses de qualifications ont été un peu dures, mais pas que pour nous, heureusement », a expliqué Gaulthier Germain qui n’a rentré qu’une manche dans le Top 3, décrochant ainsi presque ric-rac sa place pour la finale du jour. « Ce n’était pas évident car le vent, de terre, était très irrégulier, à la fois en force et en direction. Parfois, il y avait des grosses molles et à d’autres moments, des bonnes risées. On a eu un peu de mal à tirer notre épingle du jeu mais en terminant quatrième, on a quand même réussi à avoir notre ticket pour la finale. Là, on a réussi à sortir le « start » qu’il fallait et à enrouler en tête la première bouée de reaching. Derrière, on a fait que creuser l’écart. On a fait zéro erreur et on est allé du bon côté tout le temps. On a gagné sereinement et c’est évidemment super d’avoir laissé tous nos adversaires derrière », a ajouté l’équipier de Robin Follin et d’Antoine Rucard qui a non seulement repris un point à Beijaflore, mais aussi fait le break sur le reste de la concurrence. « Réseau Ixio – Toulon Provence Méditerranée et Golfe du Morbihan Breizh Cola n’ont, eux, pas passé la phase des qualif’ cet après-midi, et ont terminé respectivement 9e et 10e du jour. C’est une super opération pour nous », a ajouté le Varois qui possède, à la veille de la dernière régate, seulement 5 petits points de retard sur l’actuel leader et un matelas de 19 points sur le 3e au général. « D’après nos calculs, même si la dernière course compte double, on est assuré de la deuxième place au minimum. On se retrouve donc dans une position idéale puisqu’on n’a rien à perdre et tout à gagner », a souligné Gaulthier qui, plus que jamais, peut rêver du doublé au classement jeunes et au classement général.

Lire la suite
3 lectures
0 commentaires

Victoire de Cheminées Poujoulat, Robin Follin à 5 points du leader Beijaflore, dénouement demain - Tour Voile

5 points. C’est l’écart, infime, qui sépare ce soir le leader Team Beijaflore (skipper : Valentin Bellet) de son dauphin Cheminées Poujoulat (Robin Follin). Les deux équipages ont confirmé leur domination ce samedi à Nice puisque Poujoulat a remporté les Stades Nautiques devant… Beijaflore ! 

image

Crédit : JM Liot


Dénouement demain Les deux prétendants à la victoire dans le 42e Tour Voile se départageront demain en Super Finale, ultime course dont les points compteront double et qui réunira les dix meilleurs équipages. La tension sera maximale et pour espérer l’emporter, Cheminées Poujoulat devra intercaler au moins deux bateaux entre lui et Beijaflore. Les grands déçus du jour sont Team Réseau Ixio - Toulon Provence Méditerranée et Golfe du Morbihan Breizh Cola qui ne peuvent plus jouer la victoire mais lutteront pour la 3e marche du podium. Rendez-vous demain à 15h15 pour la Super Finale. Team Beijaflore et Cheminées Poujoulat dominent les débats Les deux leaders ont accédé aujourd’hui à la Finale, comme toujours depuis le début du Tour (en 9 jours de Stades Nautiques). Si les hommes de Valentin Bellet sont passés sans problème en Finale, la phase de qualification a été plus compliquée pour l’équipage de Robin Follin qui a toutefois réagi de la meilleure des manières en Finale. Offensifs au départ, ils ont dominé toute la course et terminé devant Team Beijaflore et EFG Private Bank Monaco. Qui complètera le podium ? Grosse désillusion aujourd’hui pour Team Réseau Ixio - Toulon Provence Méditerranée (Sandro Lacan) qui a manqué la finale et donc vu ses espoirs de victoire réduits à néant. Demain, en Super Finale, l’enjeu sera de maintenir une 3e place que Golfe du Morbihan Breizh Cola (Solune Robert/Riwan Perron) peut encore mathématiquement convoiter…
Les vainqueurs des Classements Jeune et Mixte connus, encore du suspense en Amateur
En plus de jouer la victoire au Général, Cheminées Poujoulat est déjà assuré de remporter le Classement Jeune. Quant aux filles de La Boulangère, elles gagnent haut la main le Classement Mixte. En revanche, deux équipages peuvent encore remporter le Tour en Amateur, CER - Ville de Genève (en ballottage favorable) et Gregory Lemarchal Les Sables d’Olonne. Robin Follin (Cheminées Poujoulat) : « On a galéré pendant les phases de qualification, on ne comprenait pas le plan d’eau. Mais on a eu une belle réaction en Finale, on attaqué au départ et personne ne nous a revu. Avec cette victoire, on sécurise le Classement Jeune et on revient à 5 points de Beijaflore. Gros duel à venir demain ! On va discuter de la manière dont on va aborder la Super Finale. On s’attend à ce que Beijaflore nous marque, c’est de bonne guerre. De notre côté, on n’a rien à perdre, on va lâcher les chevaux ! » Guillaume Pirouelle (Team Beijaflore) : « Nous avons déjà participé à la Super Finale les deux dernières années. Il faut donner sur cette ultime course. J’espère qu’on aura des belles conditions. On ne pense pas au scénario de l’an dernier, c’est de l’histoire ancienne. On est en tête depuis le début du Tour, c’est ça qui est important. » Jules Bidegaray (Team Réseau Ixio - Toulon Provence Méditerranée) : « On a très bien commencé les phases de qualification. On a enchaîné avec une dernière place sur une manche et on n’a jamais réussi à rebondir. Nous sommes les plus rapides de la flotte, normalement on doit se qualifier à chaque Finale. Mais là on a tout fait à l’envers. C’est très frustrant. On aurait voulu se mêler au match entre Beijaflore et Poujoulat en Super Finale. A la place de ça on va devoir regarder derrière car Golfe du Morbihan Breizh Cola peut encore revenir… » Quels scénarios possibles pour la Super Finale ? Ce soir, Team Beijaflore devance Cheminées Poujoulat de 5 points. Quatre cas sont possibles pour la Super Finale de demain, dont les points comptent double :- Si Beijaflore termine devant Cheminées Poujoulat, Beijaflore gagne le Tour.
- Si Cheminées Poujoulat termine devant Beijaflore en intercalant deux bateaux ou plus, Cheminées Poujoulat gagne le Tour. CLASSEMENT GENERAL (PTS) : 1 TEAM BEIJAFLORE BELLET Valentin 667
2 CHEMINÉES POUJOULAT FOLLIN Robin 662
3 RÉSEAU IXIO - TOULON PROVENCE MÉDITERRAN LACAN Sandro 643
4 GOLFE DU MORBIHAN BREIZH COLA ROBERT Solune 631
5 EFG PRIVATE BANK MONACO PENNEC Pierre 624
6 RENAISSANCE SERVICES MORRISON Stephen 619
7 PINK LADY - PAYS DE L'OR - SUD DE FRANCE SKOCZEK BERNARD Gabriel 598
8 CER - VILLE DE GENEVE CASAS Victor 590
9 TEAM OCEWOOD #WATERFAMILY BERTHEAU Simon 578
10 GRÉGORY LEMARCHAL - LES SABLES D'OLONNE DARY Emeric 576Source : Effets mer
Lire la suite
2 lectures
0 commentaires

Les bleus en grande forme au Youth World Sailing Championship 2019

On a vu que du Bleu ou presque cette semaine à Gdynia en Pologne pour les Youth World Sailing Championship 2019, le Mondial Jeunes et grand rendez-vous des futures stars de la Voile Olympique. En ramenant de l’or, de l’argent et du bronze, les jeunes marins tricolores ont démontré une fois de plus que le vivier de la voile Française avait encore de beaux jours devant lui. 

image
Crédit : R Hajduk/World Sailing

#Generation2024

Trois médailles de trois couleurs différentes et une régularité au top niveau quasiment inédite, c’est la trace que laissera la délégation tricolore après ce Mondial Jeunes disputé à Gdynia en Pologne. Un plan d’eau en Mer Baltique qui a offert des conditions variées aux 400 athlètes en lice et qui a permis à la #Génération2024 tricolore de faire parler sa polyvalence tout au long de la semaine. Au-delà des 3 médailles, la régularité des tricolores aura été exceptionnelle avec sur 8 des 9 séries en lice un Français dans les 7 premiers !

Fabien Pianazza en mode patron

L’énorme performance du Championnat au niveau individuel est cependant à mettre à l’actif d’un Français, Fabien Pianazza (CN Angoulins), déjà médaillé l’année dernière au Texas et Champion du Monde cette année en RS:X en remportant les 6 dernières courses de la compétition. Une vraie victoire de patron pour celui qui a déjà remporté le titre de Champion d’Europe Jeunes en RS:X en début d’année. En Nacra15, Titouan Petard (CN Arradon) s’abonne décidément à l’argent sur les grands rendez-vous. Petite particularité, s’il a obtenu la médaille d’argent aux Jeux Olympiques de la Jeunesse l’année dernière avec Kenza Coutard, cette année c’est avec sa coéquipière habituelle Marion Declef qu’il a refait le coup sur le Mondial Jeunes !

Après une semaine très solide, la Nordiste Héloïse Macquaert (YC du Calaisis) a complété la collection de médailles des Français avec du bronze. Avec elle, c’est l’ensemble de la délégation qui a joué aux avant-postes cette semaine et notamment les frères et sœurs Théo et Manon Peyre (La Pelle-Marseille) en Laser Radial. Avec du bon et du moins bon les deux équipages en 29er terminent tout de même au pied du podium. Même constat pour les filles en 420 tandis que pour le très jeune équipage chez les Garçons (Yannick Flandorffer n’a que 14 ans et naviguait en Optimist l’année dernière) l’avenir promet d’être radieux, peut-être dès la prochaine édition des Youth World Sailing Championships, à Salvador de Bahia au Brésil dans un an et demi !

Les résultats des Français :

- Héloïse Macquaert (YC du Calaisis - RS:X)= 3e/20
- Fabien Pianazza (CN Angoulins - RS:X) = 1er/29
- Manon Peyre (La Pelle-Marseille - Laser Radial) = 7e/47
- Théo Peyre (La Pelle-Marseille - Laser Radial) = 5e/57
- Titouan Petard et Manon Declef (CN Arradon - Nacra15) = 2e/21
- Amélie Flandorffer (YC Cannes) et Iona Wyper (SR Antibes - 420) = 5e/24
- Sacha Baraz (SR Antibes) et Yannick Flandorffer (YC Cannes - 420) = 17e/30
- Juliette Berthier et Marie Devoize (CNBPP - 29er) = 6e/25
- Aristide Girou et Noah Chauvin (CNBPP - 29er) = 5e/28
- Nations Trophy : La France termine 2e sur 67 pays.

Source : M Mermod

Lire la suite
4 lectures
0 commentaires

Sébastien Simon met à l'eau son nouvel IMOCA Arkéa Paprec : "Nous allons naviguer très vite maintenant"

Le nouvel IMOCA de Thomas Ruyant se dévoile, bye Persico, direction Lorient - Images

L'IMOCA "nouvelle génération" de Thomas Ruyant se dévoile à Persico. Dessiné par Guillaume Verdier avec l'appui du bure...

image
Lire la suite
4 lectures
0 commentaires

Bastide Otio, chaviré lors du Vendée Globe 2016, a été retrouvé, Kito de Pavant : "Ça me permet de tourner la page"

« On l’a retrouvé… » annonçait cette semaine Kito de Pavant à son équipe. C’est lors d’une croisière en famille à Madagascar que Mathieu Bellon, un navigateur hyérois, a découvert le 60 pieds IMOCA Bastide Otio dont on avait perdu la trace en décembre 2016, suite à une grave avarie dans le sud de l’océan Indien. "Ça fait un choc car il ne reste pas grand-chose de Bastide Otio."


Bastide Otio, chaviré lors du Vendée Globe 2016, a été retrouvé

© Mathieu Bellon

Kito de Pavant : "C’est le dernier endroit où j’aurais cherché"

« Sa découverte remonte à Novembre 2018, il se situait sur la côte Est de Madagascar, » racontait Mathieu Bellon dans un email adressé à Kito la semaine dernière. « Nous étions dans cette zone de navigation à l'occasion d'une croisière. Ça nous a intrigués et je me suis rappelé votre mésaventure au cours du Vendée Globe, dans le sud de l'océan Indien. »

C’était le 6 décembre 2016, un mois pile après le départ du Vendée Globe. Par 44° Sud au Nord des îles Crozet, Bastide Otio et son skipper Kito de Pavant naviguaient en 10e position, lorsqu’un OFNI* leur barre la route. Le choc violent stoppe le bateau, provoque une grave avarie de quille et une importante voie d’eau.

Sain et sauf à bord du Marion Dufresne, Kito de Pavant a suivi la trace de son bateau mais le 13 décembre, les balises de Bastide Otio ont définitivement cessé d’émettre. « C’est le dernier endroit où j’aurais cherché. Avec les vents portants, je m’attendais à le retrouver en Nouvelle-Zélande ou au Chili, certainement pas à Madagascar. Mais le bateau a chaviré et finalement ce sont les effets des courants qui l’ont emporté sur les effets des vents. Il a fait un voyage assez incroyable autour de l’océan Indien, en remontant la côte ouest de l’Australie, pour se retrouver dans les Alizés de sud-est et faire la route vers l’Afrique.

"Ça fait un choc"

Ça fait un choc, car il ne reste pas grand-chose de Bastide Otio. Le bateau a été abimé par l’océan Indien mais surtout complètement désossé pour récupérer tout ce qui pouvait l’être. Seul le palier avant de la quille n’a pas été démonté. Sans cette pièce, qui est unique et a été dessinée spécialement pour ce bateau, il aurait été difficile de faire le lien avec Bastide Otio. Et j’étais l’une des rares personnes à pouvoir l’identifier. »

« On connait donc la fin du voyage du bateau. Je préfère savoir qu’il a servi de matière première pour des tas d’objets utiles à Madagascar, plutôt que l’imaginer continuer à être un danger flottant pour les marins du prochain Vendée Globe ou du Trophée Jules Verne. Ça me permet de tourner la page,» conclut Kito de Pavant.

Rendez-vous le 27 octobre au Havre pour le départ de la Transat Jacques Vabre pour laquelle il sera accompagné du figariste Achille Nebout, à bord de son Class40 Made in Midi.

image

Par la rédaction
Source : C.Gutierrez

Lire la suite
4 lectures
0 commentaires

TourVoile. Un final serré à Nice

TourVoile. Un final serré à Nice

Le TourVoile va se jouer une nouvelle fois à Nice entre plusieurs équipes et où tout peut arriver. Les favoris au départ du Tour auront répondu présents du début à la fin de cette édition. Reste à savoir qui va l’emporter du Team Beijaflore, le mieux placé à la veille du dernier acte, à Cheminée Poujoulat, Team Réseau Ixio – Toulon Provence Méditerranée et Golfe du Morbihan Breizh Cola.

A Hyères, Robin Follin, Gaulthier Germain et Antoine Rucard ont remportant les Stades Nautiques. Cette performance, couplée à la 5e place de Team Beijaflore, permet à l’équipage de Cheminées Poujoulat de revenir à seulement 6 points du leader du Tour Voile ! Respectivement 2e et 3e aujourd’hui, Team Réseau Ixio – Toulon Provence Méditerranée et Golfe du Morbihan Breizh Cola vont jusqu’au bout batailler pour une place sur le podium au Général, voire plus en cas de défaillances des leaders… Tout va donc se jouer ce week-end à Nice lors d’un Acte 100 % Stades Nautiques. Les deux dernières journées du Tour s’annoncent haletantes, d’autant que les points compteront double lors de la Super Finale de dimanche, qui réunira les dix premiers au Classement Général.

Comme le prévoyaient les concurrents et les observateurs du 42e Tour Voile, tout va se jouer à Nice et probablement lors de la Super Finale disputée dimanche.

Beijaflore et Cheminées Poujoulat jouent les prolongations
Robin Follin, Gaulthier Germain et Antoine Rucard (Cheminées Poujoulat) ont grappillé 3 points à Team Beijaflore durant l’Acte 6 à Hyères. 4e du Raid côtier hier (juste derrière Beijaflore), ils ont aujourd’hui remporté les Stades Nautiques, décrochant leur deuxième victoire (la précédente avait été acquise à Dunkerque). Valentin Bellet, Guillaume Pirouelle et Valentin Sipan ont dû se contenter de la 5e place aujourd’hui. Ils gardent ce soir les commandes du Tour mais avec seulement 6 points d’avance sur Cheminées Poujoulat. C’est à Nice que les deux leaders se départageront.

Team Réseau Ixio – Toulon Provence Méditerranée et Golfe du Morbihan Breizh Cola convoitent le podium
Mathématiquement, plusieurs équipages peuvent encore prétendre au podium du Tour Voile 2019 (il reste 150 points à distribuer), mais deux ont pris un ascendant intéressant et confirmé leur bonne forme aujourd’hui. Team Réseau Ixio – Toulon Provence Méditerranée (skipper : Sandro Lacan) et Golfe du Morbihan Breizh Cola (Charles Dorange) sont ce soir 3e et 4e au Classement Général, séparés de 11 points. Bien que distancés, les deux teams omanais (EFG Private Bank Monaco et Renaissance Services) ne se démobiliseront pas et resteront en embuscade.

Deux nouveaux finalistes à Hyères
Deux équipages jeunes se sont qualifiés pour leur première Finale ce vendredi. Groupe Atlantic a été récompensé de sa ténacité, après avoir fait de belles courses de qualification depuis le début du Tour. Clément Cron, Aristide Gasquet et Raphaël Censier ont remporté le Prix Antargaz de la Combativité pour l’Acte 5 de Hyères. L’autre nouvel entrant en Finale a été Helvetia Blue by Normandy Elite Team (Aurélien Pierroz, Sébastien Riot, Théo Constance). En huit journées de Stades Nautiques, 16 équipages (sur 23) sont parvenus à se hisser au moins une fois en Finale.

On note enfin la belle prestation d’un équipage local, Pink Lady – Pays de l’Or – Sud de France (Gabriel Skoczek), 4e des Stades Nautiques du jour.

Robin Follin (Cheminées Poujoulat) : « Cela faisait un petit moment qu’on n’avait pas remporté une journée. Nous étions toujours placés mais pas gagnants. On va aborder le dernier Acte du Tour Voile avec un classement très serré. C’est le cas chaque année et c’est ce qui fait le charme de cette belle épreuve. Le match continue, que le meilleur gagne ! Rendez-vous est pris à Nice. »

Guillaume Pirouelle (Team Beijaflore) : « Les conditions étaient difficiles aujourd’hui, il fallait garder son calme. On limite la casse. C’est déjà bien d’arriver à Nice en tête. Comme l’an dernier, le Tour va se jouer en Super Finale dans un vent un peu bizarre, on s’y attendait ! On ne se met pas la pression. Demain, on fera notre course. Et on verra en Super Finale dimanche s’il y a une stratégie particulière à adopter… »

Sandro Lacan (Team Réseau Ixio – Toulon Provence Méditerranée) : « Je crois que ça va bien se battre à Nice. Pour l’instant, il n’y a pas trop d’air de prévu. Il n’est pas impossible qu’on ait des finales ou ça distribue et où ça joue dans tous les sens. On a quelques points de retard, mais c’est toujours jouable. Il y a deux ans, on avait récupéré 11 points en une journée. Là, on en a 17 à rattraper en deux jours, c’est possible ! »

Charles Dorange (Golfe du Morbihan Breizh Cola) : « Nous sommes dans une bonne dynamique depuis l’arrivée en Méditerranée. Ça se passe très bien dans l’équipe, tout le monde est impliqué et fait ce qu’il a à faire. On s’est économisés physiquement pour être au top jusqu’à Nice, l’équipage a bien tourné. Le podium est jouable. »

CLASSEMENT GÉNÉRAL
1. Team Beijaflore – 618 pts
2. Cheminées Poujoulat – 612 pts
3. Team Réseau Ixio – Toulon Provence Méditerranée – 601 pts

Lire la suite
7 lectures
0 commentaires

Multi50. Fabrice Payen avec Eric Flageul sur Team Vent Debout

Multi50. Fabrice Payen avec Eric Flageul sur Team Vent Debout

Après avoir pris le départ de la Route Du Rhum – Destination Guadeloupe en novembre dernier, Fabrice Payen se lance aujourd’hui un nouveau défi sur 3 ans à bord d’un multi50 nommé Team Vent Debout. Le 27 octobre 2019, Fabrice Payen, associé à Eric Flageul, prendra le départ du Havre de La Transat Jacques Vabre – direction Salvador de Bahia au Brésil.

Un équipage 100 % handi, une première !
« Après ma Route du Rhum écourtée, j’ai pris un peu de temps et de recul pour savoir ce que je voulais faire et la suite ce que je souhaitais donner à ce projet Team Vent Debout, projet qui me tient à cœur. Prendre le départ de la Transat Jacques Vabre est rapidement devenu l’objectif pour toute l’équipe.
Je suis ravi d’accueillir Eric dans le projet, je suis convaincu que nous allons former un super duo, je suis impatient de commencer les entraînements » confie Fabrice Payen.
« J’avais deux objectifs : traverser l’atlantique et naviguer sur un multi50. La proposition de Fabrice d’embarquer dans le projet Team vent Debout me permet de réaliser ces deux objectifs. » explique Eric Flageul.
Le duo Fabrice et Eric sera donc le premier équipage 100% handi à bord d’un trimaran Multi50 à prendre le départ de la transat Jacques Vabre.

Un nouveau bateau à découvrir
Pour cette nouvelle aventure, Fabrice a loué le Multi50 de Gilles Lamiré. Fin juillet, Fabrice et Eric vont rejoindre Gilles aux Antilles pour prendre en main le multicoque. Gilles les accompagnera sur la première partie de la traversée de l’Atlantique – jusqu’aux Açores, puis c’est en double pour effectuer leur parcours de qualification pour la Transat Jacques Vabre que le duo rejoindra le port de Saint-Malo mi-août .

Un programme de course sur 3 ans
Tous les ans, jusqu’à la prochaine Route du Rhum en 2022, Fabrice participera à plusieurs courses : The Transat et La Transat Québec-Saint-Malo en 2020, la Transat Jacques Vabre 2021.
Le projet de l’association Team Vent Debout s’inscrit autour de la dynamique gouvernemental « cap vers l’entreprise inclusive » permettant de travailler sur le sujet de l’inclusion des personnes en situation de handicap dans les entreprises.

Pour rappel, Fabrice, son histoire en quelques mots
Fabrice Payen, 50 ans, a travaillé pendant près de 20 ans en tant que capitaine de marine marchande et skipper de métier. Originaire de Saint-Malo a navigué sur des bateaux mythiques tels que Pen Duick III et Pen Duick VI.
En 2012 en Inde, Fabrice et sa compagne ont un terrible accident de la route. Suite à son retour en France le skipper a de nombreux problèmes à un genou et ne peut plus le plier. Pendant près de 4 ans, Fabrice endure de nombreuses opérations sans succès jusqu’à sa prise de décision de se faire amputer. Malgré la difficulté de l’épreuve, Fabrice est au contraire « libéré » de ses souffrances lui qui ne rêve que d’une chose, retrouver la barre de son bateau. Avec l’appareillage d’un genou prothétique étanche, il reprend la navigation. C’est alors qu’il décide de se lancer dans un projet fou, participer à la Route du Rhum et ainsi être le premier skipper handicapé à réaliser cet exploit. Pour cela, il met en place le projet « Vent Debout » qui portera les couleurs de « Premiers de Cordées », une association qui promet des initiations sportives auprès des enfants hospitalisés et handicapés. Ainsi que l’APF France Handicap, la plus grosse association nationale sur le handicap physique.

Eric Flageul
Après 15 années au service du développement des activités nautiques au Centre Nautique d’Etel et ensuite au Yacht Club de Carnac, Eric est cadre d’état au Ministère des Sports en poste à l’Ecole Nationale de Voile et des Sports Nautiques.
Son expérience de sportif de haut niveau acquise au cours des préparations des jeux paralympiques de Londres 2012 & de Rio 2016 en voile et son expérience professionnelle, fond la richesse de son parcours et sa polyvalence.

Lire la suite
3 lectures
0 commentaires

1er Championnat d’Europe Offshore double mixte : Candidatures ouvertes pour sélectionner l’équipage Français

1er Championnat d’Europe Offshore double mixte : Candidatures ouvertes pour sélectionner l’équipage Français

L’épreuve de course au large aux JO de Paris 2024 s’organise. En novembre 2018, World Sailing (Fédération Internationale) a retenu la « Course au Large – Double Mixte » parmi les 10 disciplines proposées aux Jeux Olympiques de Paris 2024. Moins d’un an après, la discipline tend à se structurer au niveau international avec l’organisation du premier Championnat d’Europe de Course au Large, sous l’égide de l’EUROSAF. Cette compétition inédite se déroulera du 8 au 11 octobre au départ de Venise sur une flotte monotype de L30 (www.L30class.org) mise à disposition par l’organisateur. Le L30 sera également le bateau du tout premier championnat du Monde de Course au Large prévu à l’automne 2020 à La Valette (Malte) durant la Middle Sea Race.

La France souhaite obtenir une place pour concourir et la FFVoile compte présenter un binôme performant (équipage double mixte – une femme française et un homme français) pour affirmer son statut de nation Leader de la course au large en Europe.

La FFVoile définira le soutien à apporter à l’équipage en fonction du projet et des besoins exprimés (encadrement, logistique, aide financière…).

Les licencié(e)s Français(es) de la FFVoile ayant une solide expérience de course au large peuvent faire acte de candidature en envoyant leur dossier au plus tard le 24 août. 2019 à :
FFVoile – Département Compétition Performance
Pôle Habitable
17 rue Henri Bocquillon
75015 PARIS
habitable[@]ffvoile.f

L’avis de Course du Championnat d’Europe de Course au Large 2019.
>> eurosaf_dhm_ec_nor_approved

-> Découvrez la présentation du circuit « NastroRosa », dans lequel le Championnat d’Europe est intégré.
>> nastrorosa_2019_teams_en_appendix1-min-1

 

Lire la suite
2 lectures
0 commentaires

L’IMOCA Bastide Otio retrouvé à Madagascar, réactions de Kito de Pavant

L’IMOCA Bastide Otio retrouvé à Madagascar, réactions de Kito de Pavant

Le 6 décembre 2016, lors du Vendée Globe, Kito de Pavant devait abandonner son bateau. Celui-ci a été retrouvé à Madagascar. « On l’a retrouvé…Bon il y a un peu de boulot mais avec un peu d’organisation, le Vendée Globe 2020 est à notre portée… » annonçait cette semaine Kito de Pavant à son équipe avec beaucoup d’humour. C’est lors d’une croisière en famille à Madagascar que Mathieu Bellon, un navigateur hyérois, a découvert le 60 pieds IMOCA Bastide Otio dont on avait perdu la trace en décembre 2016, suite à une grave avarie dans le sud de l’océan Indien.

« Sa découverte remonte à Novembre 2018, il se situait sur la côte Est de Madagascar, » racontait Mathieu Bellon dans un email adressé à Kito la semaine dernière. « Nous étions dans cette zone de navigation à l’occasion d’une croisière sur le catamaran de mon frère et de ma belle-sœur qui ont fait la traversée depuis l’île de la Réunion. Ça nous a intrigués et je me suis rappelé votre mésaventure (le terme est peut-être un peu faible) au cours du Vendée Globe, dans le sud de l’océan Indien. »
C’était le 6 décembre 2016, un mois pile après le départ du Vendée Globe. Par 44° Sud au Nord des îles Crozet, Bastide Otio et son skipper Kito de Pavant naviguaient en 10e position, lorsqu’un OFNI* leur barre la route. Le choc violent stoppe le bateau, provoque une grave avarie de quille et une importante voie d’eau. Les dommages sont irréversibles, l’eau monte et le bateau n’est plus manœuvrable. La Direction de Course du Vendée Globe organise les secours. Par chance, le Marion Dufresne, navire en charge du ravitaillement des Terres Australes et Antarctiques Françaises, est en route pour l’archipel de Crozet à 110 milles nautiques au Nord de Bastide Otio. 16h plus tard, l’opération de sauvetage est lancée.
Sain et sauf à bord du Marion Dufresne, Kito a suivi la trace de son bateau et étudié toutes les solutions pour tenter de le récupérer. Mais le 13 décembre, les balises de Bastide Otio ont définitivement cessé d’émettre, indiquant très certainement le chavirage du 60’. « A ce stade, je n’avais plus aucun espoir de le retrouver… Depuis, on me demande tous les jours si je sais où il est. Maintenant j’ai la réponse !
C’est le dernier endroit où j’aurais cherché. Avec les vents portants, je m’attendais à le retrouver en Nouvelle-Zélande ou au Chili, certainement pas à Madagascar. Mais le bateau a chaviré et finalement ce sont les effets des courants qui l’ont emporté sur les effets des vents. Il a fait un voyage assez incroyable autour de l’océan Indien, en remontant la côte ouest de l’Australie, pour se retrouver dans les Alizés de sud-est et faire la route vers l’Afrique.

Ça fait un choc, car il ne reste pas grand-chose de Bastide Otio. Le bateau a été abimé par l’océan Indien mais surtout complètement désossé pour récupérer tout ce qui pouvait l’être. Seul le palier avant de la quille n’a pas été démonté. Sans cette pièce, qui est unique et a été dessinée spécialement pour ce bateau, il aurait été difficile de faire le lien avec Bastide Otio. Et j’étais l’une des rares personnes à pouvoir l’identifier. »

Sans compter Mathieu Bellon, conscient que sa découverte pouvait avoir un intérêt. Il a donc pris quelques photos pour conserver une trace. Une fois rentré en Métropole, il s’est lancé dans une vraie petite enquête. Et ce n’est que la semaine dernière, après avoir trouvé plusieurs indices permettant d’identifier le bateau, qu’il a décidé d’entrer en contact avec Kito : « Le bateau a subi quelques découpes comme vous pourrez le constater sur les photos. Il faut dire qu’à Madagascar rien ne se perd… Et les tempêtes tropicales ont peut-être déjà emporté les éléments découverts. Mais j’ai profité d’avoir un peu de temps cet été pour faire quelques recherches. En visionnant la vidéo de votre avarie, on retrouve des vues de cette pièce métallique qui maintient l’axe de la quille. J’ai trouvé pas mal de similitudes, comme la couleur orange à certains endroits de la carène. J’en ai d’ailleurs récupéré un petit morceau. J’espère que ces éléments vous permettront d’établir une identification, c’est pourquoi je trouvais intéressant de pouvoir vous livrer tous ces indices. Le fait qu’il soit arrivé à cet endroit peut s’expliquer par la présence d’un courant qui remonte du sud de l’océan Indien jusqu’au long des côtes Malgaches,» écrivait encore Mathieu Bellon à Kito, avant d’avoir sa confirmation qu’il s’agissait bien de Bastide Otio.
« On connait donc la fin du voyage du bateau. Je préfère savoir qu’il a servi de matière première pour des tas d’objets utiles à Madagascar, plutôt que l’imaginer continuer à être un danger flottant pour les marins du prochain Vendée Globe ou du Trophée Jules Verne. Ça me permet de tourner la page,» conclut Kito.
Il ne sera pas au départ du Vendée Globe 2020, mais le marin occitan continue à sillonner la Méditerranée et à traverser des océans. Rendez-vous le 27 octobre au Havre pour le départ de la Transat Jacques Vabre, la célèbre Route du Café en double, pour laquelle il sera accompagné du jeune et talentueux figariste Achille Nebout, à bord de son Class40 Made in Midi.

Lire la suite
4 lectures
0 commentaires

Alan Roura et l’IMOCA La Fabrique battent le record de l’Atlantique

Alan Roura et l’IMOCA La Fabrique battent le record de l’Atlantique

Alan Roura et l’IMOCA La Fabrique ont battu le record de l’Atlantique. Une belle prouesse du suisse que beaucoup ont tenté sans y parvenir. En mettant 7 jours 16 heures et 55 minutes pour rallier le phare d’Ambrose (sortie du port de New York) et le cap Lizard (pointe sud-ouest de l’Angleterre), le jeune Suisse améliore le précédent record de 12 heures et 25 minutes.

Le Suisse de 26 ans est devenu ce vendredi le nouveau détenteur du record officiel de la traversée de l’Atlantique Nord en monocoque et en solitaire, en 7 jours 16 heures et 55 minutes. Un chrono qui sera prochainement officialisé par le WSSRC (World Sailing Speed Record Council) et qui améliore de 12 heures et 25 minutes le précédent temps de 8 jours 5 heures 20 minutes et 20 secondes, établi par Marc Guillemot, à bord de l’IMOCA Safran en 2013.

2019 : Alan Roura (IMOCA La Fabrique) en 7J 16H 55’
2013 : Marc Guillemot (IMOCA Safran) en 8J 5H 20′
2012 : Alex Thomson (IMOCA Hugo Boss) en 8J 22H 08′
2002 : Bernard Stamm (IMOCA Bobst Group-Armor Lux / Superbigou) en 10J 11H 55′

Lire la suite
3 lectures
0 commentaires

Robin Follin vainqueur du stadium à Hyères, 6 points séparent Beijaflore et Cheminées Poujoulat - Tour Voile

Robin Follin, Gaulthier Germain et Antoine Rucard ont frappé fort ce vendredi en remportant les Stades Nautiques à Hyères. Cette performance, couplée à la 5e place de Team Beijaflore, permet à l’équipage de Cheminées Poujoulat de revenir à seulement 6 points du leader du Tour Voile ! Respectivement 2e et 3e aujourd’hui, Team Réseau Ixio - Toulon Provence Méditerranée et Golfe du Morbihan Breizh Cola vont jusqu’au bout batailler pour une place sur le podium au Général, voire plus en cas de défaillances des leaders. 


image

Crédit : JM Liot

Beijaflore et Cheminées Poujoulat jouent les prolongations

Robin Follin, Gaulthier Germain et Antoine Rucard (Cheminées Poujoulat) ont grappillé 3 points à Team Beijaflore durant l’Acte 6 à Hyères. 4e du Raid côtier hier (juste derrière Beijaflore), ils ont aujourd’hui remporté les Stades Nautiques, décrochant leur deuxième victoire (la précédente avait été acquise à Dunkerque). Valentin Bellet, Guillaume Pirouelle et Valentin Sipan ont dû se contenter de la 5e place aujourd’hui. Ils gardent ce soir les commandes du Tour mais avec seulement 6 points d’avance sur Cheminées Poujoulat.

Team Réseau Ixio - TPM et Golfe du Morbihan Breizh Cola convoitent le podium

Mathématiquement, plusieurs équipages peuvent encore prétendre au podium du Tour Voile 2019 (il reste 150 points à distribuer), mais deux ont pris un ascendant intéressant et confirmé leur bonne forme aujourd’hui. Team Réseau Ixio - Toulon Provence Méditerranée (skipper : Sandro Lacan) et Golfe du Morbihan Breizh Cola (Charles Dorange) sont ce soir 3e et 4e au Classement Général, séparés de 11 points. Bien que distancés, les deux teams omanais (EFG Private Bank Monaco et Renaissance Services) resteront en embuscade.

Robin Follin (Cheminées Poujoulat) : "Rendez-vous est pris à Nice"

« Cela faisait un petit moment qu’on n’avait pas remporté une journée. Nous étions toujours placés mais pas gagnants. On va aborder le dernier Acte du Tour Voile avec un classement très serré. C’est le cas chaque année et c’est ce qui fait le charme de cette belle épreuve. Le match continue, que le meilleur gagne ! Rendez-vous est pris à Nice. »

Guillaume Pirouelle (Team Beijaflore) : "Demain, on fera notre course"

« Les conditions étaient difficiles aujourd’hui, il fallait garder son calme. On limite la casse. C’est déjà bien d’arriver à Nice en tête. Comme l’an dernier, le Tour va se jouer en Super Finale dans un vent un peu bizarre, on s’y attendait ! On ne se met pas la pression. Demain, on fera notre course. Et on verra en Super Finale dimanche s’il y a une stratégie particulière à adopter… »

Sandro Lacan (Team Réseau Ixio - TPM) : "On a quelques points de retard"

« Je crois que ça va bien se battre à Nice. Pour l’instant, il n'y a pas trop d’air de prévu. Il n'est pas impossible qu'on ait des finales ou ça distribue et où ça joue dans tous les sens. On a quelques points de retard, mais c’est toujours jouable. Il y a deux ans, on avait récupéré 11 points en une journée. Là, on en a 17 à rattraper en deux jours, c’est possible ! »

CLASSEMENT GÉNÉRAL
1 Team Beijaflore – 618 pts
2 Cheminées Poujoulat – 612 pts
3 Team Réseau Ixio - Toulon Provence Méditerranée – 601 pts
La suite, ici

Source : Effets Mer

Lire la suite
4 lectures
0 commentaires

Record battu pour Alan Roura, l'Atlantique Nord en 7 jours 16 heures et 55 minutes à bord de l'IMOCA La Fabrique

Alan Roura et l’IMOCA La Fabrique ont franchi la ligne d’arrivée du record de l’Atlantique Nord ce vendredi 19 juillet 2019 à 14h20 HF. En mettant 7 jours 16 heures et 55 minutes pour rallier le phare d'Ambrose et le cap Lizard, le solitaire améliore le précédent record de 12 heures et 25 minutes.


image

Crédit : La Fabrique Sailing Team

Alan Roura vient d’inscrire son nom au palmarès des marins les plus rapides à parcourir l’Atlantique d’Ouest en Est ! Le Suisse de 26 ans est devenu ce vendredi le nouveau détenteur du record officiel de la traversée de l’Atlantique Nord en monocoque et en solitaire, en 7 jours 16 heures et 55 minutes. Un chrono qui sera prochainement officialisé par le WSSRC (World Sailing Speed Record Council) et qui améliore de 12 heures et 25 minutes le précédent temps de 8 jours 5 heures 20 minutes et 20 secondes, établi par Marc Guillemot, à bord de l’IMOCA Safran en 2013.

Records de l’Atlantique Nord en solitaire en monocoque

2019 : Alan Roura (IMOCA La Fabrique) en 7J 16H 55’
2013 : Marc Guillemot (IMOCA Safran) en 8J 5H 20'
2012 : Alex Thomson (IMOCA Hugo Boss) en 8J 22H 08'
2002 : Bernard Stamm (IMOCA Bobst Group-Armor Lux / Superbigou) en 10J 11H 55'

Source : A Mouraud

Lire la suite
4 lectures
0 commentaires

La Transat Jacques Vabre 2019 attend plus de 30 IMOCA au départ fin octobre, Arkéa Paprec, Apivia, Charal sur la ligne

Alors qu'Alan Roura (La Fabrique) cavale à travers l'Atlantique pour 'emparer du record de l'Atlantique Nord en solitaire, la liste des duos IMOCA engagés dans la Transat Jacques Vabre 2019 a été révélée hier par son organisateur, dévoilant un plateau de plus de 30 monocoques au départ. L'IMOCA sera la principale classe représentée sur cette nouvelle édition de la Transat Jacques Vabre. 

image

Crédit : JM Liot


Parmi les meilleurs marins au départ

Tous les grands noms et les cadors de la séries seront là, formant des duos complémentaires, parmi lesquels on peut noter : Charlie Dalin - Yann Eliès (Apivia); Sébastien Simon - Vincent Riou (Arkea-Paprec); Clarisse Crémer - Armel Le Cléac'h (Banque Populaire); Jérémie Beyou - Christopher Pratt (Charal); Nicolas Troussel - Jean Le Cam (Corum l'Epargne); Damien Seguin - Yoann Richomme (Groupe Apicil); Alex Thomson - Neal Mc Donald (Hugo Boss); Samantha Davies - Paul Meilhat (Initiatives Coeur); Isabelle Joschke - Morgan Lagravière (MACSF); Fabrice Amedeo - Eric Péron (Newrest - Art et Fenêtre); Yannick Bestaven - Roland Jourdain (Maitre CoQ); Kevin Escoffier - Nicolas Lunven (PRB), sans oublier l'Allemand Boris Herrmann  ou le Nordiste Thomas Ruyant qui n'ont pas encore fait connaitre le nom de leurs co-skippers.....

Les IMOCA de nouvelle génération sur la ligne

Au moins cinq IMOCA flambant neufs devraient s'aligner au départ de la Transat Jacques Vabre, véritable test-match avant le prochain Vendée Globe. Si le Charal de Jérémie Beyou se présentera avec une avance sur ses concurrents en termes de préparation, les 4 autres monocoques neufs, Apivia de Charlie Dalin, Arkéa-Paprec de Sébastien Simon, Hugo Boss d'Alex Thomson et le nouveau monocoque de Thomas Ruyant, n'auront qu'à peine deux mois pour effectuer premières navigations et tests de fiabilisation.

Rappelons-nous que les conditions de mer et de vent avaient été très brutales lors de la précédente édition pré-Vendée Globe de 2015, lors de laquelle 11 des 20 IMOCA avaient dû abandonner et que sur les 6 monocoques de dernière génération présents, seul le Banque Populaire VIII mené par Armel Le Cléac'h et Erwan Tabarly arriva à Itajaí, aux termes d'un duel remporté au finish par Vincent Riou et Sébastien Col sur PRB.

Source : Mer et Media

Lire la suite
7 lectures
0 commentaires

IMOCA Arkea Paprec, sortie de chantier

IMOCA Arkea Paprec, sortie de chantier

L’IMOCA ARKÉA PAPREC a été dévoilé ce jeudi par Sébastien Simon et Vincent Riou à Port-la-Forêt où il a été assemblé. Un bateau dessiné par Juan Kouyoumdjian et qui est le deuxième IMOCA de nouvelle génération présenté après le Charal de Jérémie Beyou.

Le skipper sablais, qui prendra le départ du Vendée Globe en novembre 2020, ne cache pas sa joie et sa satisfaction de mettre enfin à l’eau son bateau, un bateau pour lequel il s’est beaucoup impliqué. « La construction était une partie du projet passionnante, c’est ce que je rêvais de faire. Ce bateau est à mon image. Nous nous sommes beaucoup améliorés par rapport aux bateaux de l’ancienne génération ». Juan Kouyoumdjian, Vincent Riou et Sébastien Simon ont attaché une attention toute particulière au centre de gravité et au développé de surface du bateau : « nous ne pouvons pas faire beaucoup mieux. Et nous avons tenu un rapport de poids qui est plutôt très bon, peut-être même meilleur que PRB qui est un bateau très léger. »

#td_uid_1_5d3194a5a6be9 .td-doubleSlider-2 .td-item1 { background: url(http://www.courseaularge.com/wp-content/uploads/2019/07/DJI_0137.jpg) 0 0 no-repeat; } #td_uid_1_5d3194a5a6be9 .td-doubleSlider-2 .td-item2 { background: url(http://www.courseaularge.com/wp-content/uploads/2019/07/DJI_0122.jpg) 0 0 no-repeat; } #td_uid_1_5d3194a5a6be9 .td-doubleSlider-2 .td-item3 { background: url(http://www.courseaularge.com/wp-content/uploads/2019/07/DJI_0122-1.jpg) 0 0 no-repeat; }
Imoca Arkea Paprec
1 de 3
@ Yann Riou / polaRYSE / ARKÉA PAPREC

« Nous avons été dans l’optimisation et n’avons pas fait de choix architecturaux délirants. »
Sébastien Simon

Dessiné par l’architecte franco-argentin Juan Kouyoumdjian, le 60 pieds a été réellement pensé autour de ses foils, pièces maîtresses d’ARKÉA PAPREC. Un objectif a guidé le travail de l’architecte et de Vincent Riou, directeur technique du projet : permettre à Sébastien Simon de prendre le départ du Vendée Globe à bord d’un bateau taillé pour le tour du monde sans escale et sans assistance. « C’est un foiler, nous l’avons conçu selon la nouvelle règle de jauge. La carène que nous avons imaginée permet d’exploiter davantage la performance des foils », explique Juan K.
« Dans les vitesses basses, la coque est primordiale et dans les hautes vitesses, ce sont les foils. Il faut donc utiliser les statistiques et accepter de faire des compromis sur le design. »

« Quand tu as quelqu’un comme Vincent autour de la table à lire les statistiques, tu te rends compte de la chance d’avoir cet avis si précieux. Vincent a endossé le rôle de pivot central dans le trio que l’on a formé avec Sébastien. »
Juan Kouyoumdjian

Vainqueur du Vendée Globe en 2004, Vincent Riou a coordonné la construction de ce foiler nouvelle génération, dans ses locaux à Port-La-Forêt. Celui qui avait déjà fait construire pour lui deux bateaux pour le Vendée Globe (un plan Farr et un plan VPLP / Verdier) a choisi cette fois d’assurer l’assemblage de A à Z. Avec Sébastien, il a fédéré les expertises d’une quarantaine de personnes qui s’est investie pleinement dans la construction d’ARKÉA PAPREC. Une expérience incroyable sur le plan humain et une méthodologie qui a permis de maîtriser toutes les phases de cette construction jusqu’à la révélation ce jour des formes du monocoque.

« C’est un super bateau que l’on a construit avec une très belle équipe. Nous avons fait de l’orfèvrerie. Le bateau est superbe, mieux encore que ce que j’imaginais. Mais ma plus grande fierté est d’avoir réuni des femmes et des hommes autour de ce projet, d’avoir construit un groupe avec des expertises différentes, un groupe qui s’est très bien entendu durant toute cette phase de construction. »
Vincent Riou

ARKÉA PAPREC a été sorti du hangar en cette fin de journée et installé au-dessus de la fosse permettant la mise en place de sa quille. L’IMOCA de Sébastien Simon sera mis à l’eau demain puis équipé de ses foils la semaine prochaine.
Les premières navigations auront lieu dans les jours qui viennent. « C’était important d’être dans les premiers à mettre mon bateau à l’eau car selon moi, la course commence maintenant », ajoute Sébastien. « Cela me met en confiance. La Rolex Fastnet Race sera un bon galop d’essai. Il y aura sans doute des éléments à ajuster sur le bateau mais au moins, cela va nous permettre de naviguer. » Le skipper d’ARKÉA PAPREC disputera la course en double avec Vincent Riou, au départ de Cowes samedi 3 août.

| Jean-Pierre Denis, Président du groupe Arkéa
« La mise à l’eau d’un bateau neuf constitue forcément une étape symbolique et riche en émotions. Pour nous, c’est aussi la poursuite de l’aventure humaine entamée avec Sébastien Simon en 2014. Cet Imoca est également la concrétisation du formidable travail d’équipe réalisé ces derniers mois sous la houlette de Vincent Riou. Un nouveau chapitre de notre belle histoire s’ouvre désormais. Ce 60 pieds ARKÉA PAPREC est vraiment superbe et il me tarde de le voir naviguer ! »

| Sébastien Petithuguenin, Directeur Général de Paprec Group
« La mise à l’eau de l’Imoca ARKÉA PAPREC consacre sept mois de design et travaux en coopération avec Vincent Riou, le directeur technique du projet, Sébastien Simon, le skipper et l’architecte, Juan Kouyoumdjian. Ce 60 pieds sera un des premiers pensés dès le départ autour de ses foils et taillés pour un tour du monde sans escale et sans assistance. Nous avons hâte désormais que Sébastien Simon prenne le départ en tandem avec Vincent Riou de la Rolex Fastnet Race, en août et ensuite de la Transat Jacques Vabre. Un grand merci à l’ensemble du team qui a travaillé sans relâche pour que cet Imoca ARKÉA PAPREC voit le jour. »

Lire la suite
7 lectures
0 commentaires

Jérémie Beyou retrouve son IMOCA Charal : "Le bateau est vraiment cohérent aujourd’hui"

Après un premier semestre consacré à Solitaire URGO Le Figaro, Jérémie Beyou a retrouvé son IMOCA Charal le 16 juillet pour débuter les entraînements en double avec Christopher Pratt, qui l’accompagnera sur la Transat Jacques Vabre. D’ici là, les deux compères ont un premier objectif dans le viseur : la Rolex Fastnet Race, qui s’élancera le 3 août.

image

Credit : G.Lebec


Du Figaro à l'IMOCA

Après deux semaines d’un repos en famille à l’issue d’une Solitaire URGO Le Figaro particulièrement éprouvante physiquement, Jérémie Beyou a retrouvé son IMOCA Charal, remis à l’eau le 5 juillet. « Je suis chanceux, parce que je saute d’un programme ultra intéressant en Figaro à un autre juste génial avec l’IMOCA, » souriait le skipper. 


Jérémie Beyou est désormais passé en mode double en IMOCA aux côtés de Christopher Pratt, leur grand objectif pour les quatre mois à venir étant la Transat Jacques Vabre. « Cela ne veut pas forcément dire que nous sommes tout le temps seuls à bord – nous sommes notamment accompagnés par Bertrand Pacé dans un rôle de coach – et jusqu’au départ pour Le Havre, nous ferons toutes les manœuvres et la conduite en double », explique Jérémie Beyou. La Rolex Fastnet Race pour commencer Première échéance pour le duo : la Rolex Fastnet Race. Cette grande classique de 628 milles entre Cowes et Plymouth, via le rocher du Fastnet, s’élancera le 3 août avec 22 IMOCA au départ. « Le bateau est vraiment cohérent aujourd’hui en termes de performances et de fiabilité, donc nous avons envie de faire un beau résultat. Avec Christopher, nous serons dans une dynamique de compétition, c’est un vrai objectif sportif. »La suite du programme ? Après quelques jours de repos au retour à Lorient, Jérémie Beyou et Christopher Pratt participeront aux cinq stages IMOCA organisés par le Pôle Finistère Course au large de Port-la-Forêt d’août à octobre, mais également à la 9e édition du Défi Azimut à Lorient (18-22 septembre).Par la rédaction
Source : Charal Sailing Team
Lire la suite
7 lectures
0 commentaires

Les Multi 50 attendus à Brest

C’est une première, cette année le Grand Prix de l’Ecole Navale se déroule en deux temps. Lors du week-end de l’Ascension, ce sont plus de 200 bateaux qui sont venus régater autour de l’Ecole Navale mais en septembre, c’est à Brest que sont attendus les Multi 50, réunis pour leur championnat de France. Ces grands multicoques font leur retour pour le Trophée de Brest Multi 50. Quatre bateaux ont déjà confirmé leur participation. Gilles Lamiré (Groupe GCA), Lalou Roucayrol (Noir Désir) et Thibaut Vauchel-Camus (Défi Voile Solidaire et Peloton) reviennent pour la seconde année consécutive. On note également la présence de Thierry Bouchard (Ciela Village). A moins de deux mois du départ de la Transat Jacques Vabre, le Trophée de Brest Multi 50 sera un test décisif pour tous les concurrents.

Pour cette édition exceptionnelle, le Trophée de Brest Multi 50 s’associe à Finist’Air Sailing qui attire depuis trois ans les amoureux du foil. Devant le Moulin Blanc, ce sont des planches à voile, des kite surfs et des catamarans volants qui vont s’affronter pendant trois jours. Christophe Boutet, l’organisateur, a mis en place un « format spectacle » avec des finales organisées en fin de journée, pour permettre aux Brestois d’en profiter après la journée de travail.

Le dimanche, la fête se poursuit avec la Pen Ar Bed Paddle Race, organisée par l’Association Grand Prix de l’Ecole Navale. Cette grande épreuve de paddle est destinée au grand public et pourrait accueillir quelques centaines de participants.

DECLARATIONS

Frédéric Damlaimcourt (Président de l’association Grand Prix de l’Ecole Navale) :

« Cette dernière édition du Grand Prix de l’Ecole Navale s’est bien déroulée. Nous avons des retours très positifs de la part des classes et notamment de la part de celles qui venaient pour la première fois. Je pense par exemple aux Open 500 ou aux Flying Fifteen qui ont déjà prévu de revenir l’année prochaine. Avec Brest Evènement Nautique, nous préparons maintenant le Grand Prix de la Ville de Brest qui constituera la deuxième partie du Grand Prix avec le championnat de France des Multi 50 en septembre, ainsi que Finist’Air Sailing. »

Christophe Boutet (Organisateur de Finist’air Sailing) :

« Avec le Trophée, nous sommes sur le même week-end en septembre donc ça serait illogique de ne pas nous associer. C’est l’occasion d’offrir un beau spectacle au public brestois. On met à disposition l’infrastructure et pour nous cela rajoute du spectacle. Pour les spectateurs, c’est la chance de voir les Multi 50 lors des phases de départ et d’arrivée. Je suis convaincu qu’il faut permettre aux habitants de Brest et de la région de voir les bateaux en navigation, en vrai, et pas seulement sur les réseaux sociaux. »

Arnaud Pesson, Président de Brest Bretagne Nautisme

« Ca sera la première compétition sous l’égide de Brest Bretagne Nautisme. C’est une page qui se tourne mais c’est aussi une page qui s’écrit car Brest Bretagne Nautisme rassemble les quatre clubs brestois (USAM Brest, SR Brest, Crocos de l’Elorn, Canoë Kayak Brestois). Nous avions déjà participé à l’organisation l’année dernière et c’est un superbe spectacle sur l’eau. Nous n’aurons aucun mal à mobiliser des bénévoles. Nous apportons notre expertise sur le rond des Multi 50 mais également sur la Pen Ar Bed Paddle Race car le paddle fait partie de notre nouvelle entité. »

L’article Les Multi 50 attendus à Brest est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
7 lectures
0 commentaires

Seb Simon dévoile Arkéa Paprec, le nouvel IMOCA à l'eau ce vendredi, "nous ne pouvons pas faire beaucoup mieux !"

Après 7 mois d’assemblage dans les locaux du team à Port-La-Forêt, ARKÉA PAPREC est sorti du hangar ce jeudi, dévoilant sa carène plate destinée à exploiter toute la performance des foils qui seront posés dans les jours qui viennent. Un rêve qui se réalise pour Sébastien Simon, lui qui n’avait jamais navigué en IMOCA il y a quelques mois seulement.

image

Crédit : Y Riou / polaRYSE / ARKÉA PAPREC

"Ce bateau est à mon image"

Le skipper sablais, qui prendra le départ du Vendée Globe en novembre 2020, ne cache pas sa joie et sa satisfaction de mettre enfin à l’eau son bateau, un bateau pour lequel il s’est beaucoup impliqué. « La construction était une partie du projet passionnante, c’est ce que je rêvais de faire. Ce bateau est à mon image. Nous nous sommes beaucoup améliorés par rapport aux bateaux de l’ancienne génération ».

Juan Kouyoumdjian, Vincent Riou et Sébastien Simon ont attaché une attention toute particulière au centre de gravité et au développé de surface du bateau : « nous ne pouvons pas faire beaucoup mieux. Et nous avons tenu un rapport de poids qui est plutôt très bon, peut-être même meilleur que PRB qui est un bateau très léger. »

Arkéa Paprec conçu selon la nouvelle règle de jauge

Dessiné par l’architecte franco-argentin Juan Kouyoumdjian, le 60 pieds a été réellement pensé autour de ses foils, pièces maîtresses d’ARKÉA PAPREC. Un objectif a guidé le travail de l’architecte et de Vincent Riou, directeur technique du projet : permettre à Sébastien Simon de prendre le départ du Vendée Globe à bord d’un bateau taillé pour le tour du monde sans escale et sans assistance. « C’est un foiler, nous l’avons conçu selon la nouvelle règle de jauge. La carène que nous avons imaginée permet d’exploiter davantage la performance des foils », explique Juan K.

« Dans les vitesses basses, la coque est primordiale et dans les hautes vitesses, ce sont les foils. Il faut donc utiliser les statistiques et accepter de faire des compromis sur le design. »

"La course commence maintenant"

ARKÉA PAPREC a été sorti du hangar en fin de journée ce jeudi et installé au-dessus de la fosse permettant la mise en place de sa quille. L’IMOCA de Sébastien Simon sera mis à l’eau aujourd'hui puis équipé de ses foils la semaine prochaine.

Les premières navigations auront lieu dans les jours qui viennent. « C’était important d’être dans les premiers à mettre mon bateau à l’eau car selon moi, la course commence maintenant », ajoute Sébastien. « Cela me met en confiance. La Rolex Fastnet Race sera un bon galop d’essai. Il y aura sans doute des éléments à ajuster sur le bateau mais au moins, cela va nous permettre de naviguer. »

Le skipper d’ARKÉA PAPREC disputera la course en double avec Vincent Riou, au départ de Cowes samedi 3 août.

imageimageimage

Crédit : Y Riou / polaRYSE / ARKÉA PAPREC


LE PROJET ARKÉA PAPREC EN 6 DATES

· 6 février 2018 : Arkéa et Paprec annoncent leur engagement aux côtés de Sébastien Simon pour le Vendée Globe 2020
· Septembre 2018 : la construction du foiler débute chez CDK Technologies à Port-La-Forêt
· 18 décembre 2018 : la coque d’ARKÉA PAPREC est receptionnée dans les locaux du team
· 10 mai 2019 : le pont et la coque d’ARKÉA PAPREC sont assemblés
· 11 juin 2019 : le mât est réceptionné par le team à Port-La-Forêt
· 18 et 19 juillet 2019 : Mise à l’eau d’ARKÉA PAPREC

Source : Effets Mer

Lire la suite
5 lectures
0 commentaires

Et Golfe du Morbihan colla toute la flotte…

Golfe du Morbihan Breizh Cola renaît en Méditerranée ! Après un Acte très réussi à Port Barcarès, Solune Robert, Louis Flament et Charles Dorange ont remporté le dernier Raid Côtier du Tour Voile 2019, disputé ce jeudi en baie d’Hyères. Dans un final complètement dingue, ils ont réalisé un coup magistral et bouclé le parcours avec une avance impressionnante sur leurs poursuivants. Après une journée difficile hier, les locaux de Team Réseau Ixio – Toulon Provence Méditerranée (skipper : Tim Mourniac) ont parfaitement réagi en décrochant la 2e place devant Team Beijaflore (Valentin Bellet) qui reste ce soir leader au Classement Général avec 10 points d’avance sur Cheminées Poujoulat, 4e aujourd’hui. Les courses continuent vendredi à Hyères, avec les antépénultièmes Stades Nautiques du 42e Tour Voile.

Les Raids Côtiers sont sans doute les exercices les plus imprévisibles dans le Tour Voile et, quand les conditions météo s’en mêlent, ils deviennent les courses de tous les dangers ! Les têtes d’affiche pouvaient perdre très gros ce jeudi. Finalement, cela n’est pas arrivé mais la journée a été marquée par de nombreux rebondissements et d’étonnantes remontées.

Golfe du Morbihan Breizh Cola revenu de nulle part !

Après un début de course compliqué (16e à la première marque de parcours), Solune Robert, Louis Flament et Charles Dorange ne se sont pas démobilisés. Un à un, ils ont dépassé des concurrents jusqu’à la marque mouillée devant Port Cros où ils ont réalisé leur premier gros coup de la journée, en gérant parfaitement une zone de molle. 4e à cette marque, les Morbihannais ont poursuivi sur leur lancée et c’est finalement sur l’ultime bord entre Porquerolles et la ligne d’arrivée à Hyères qu’ils ont acté leur superbe victoire. Observateurs, opportunistes, ils ont anticipé une bascule du vent et déposé tous leurs camarades. C’est finalement avec une avance de près de 9 minutes qu’ils ont remporté leur deuxième victoire dans ce Tour, après le Raid Côtier de Port Barcarès.

Les trois leaders s’en sortent bien

Aujourd’hui, connaître la zone de navigation était un vrai plus et l’équipage de Team Réseau Ixio – Toulon Provence Méditerranée (Tim Mourniac, Achille Nebout, Jules Bidegaray) en a profité. Après une journée compliquée hier, ils se sont bien ressaisis, décrochant une 2e place très bonne pour le moral des troupes. Ixio a devancé le leader du Classement Général, Team Beijaflore. Valentin Bellet, Guillaume Pirouelle et Julien Villion ont une nouvelle fois été solides, ne se faisant pas piéger et confirmant leur régularité sans faille. Leurs premiers poursuivants au Général s’en sont également bien sortis : à bord de Cheminées Poujoulat, Robin Follin, Antoine Rucard et Gaulthier Germain ont terminé 4e et donc concédé un seul point à Beijaflore.

Deux abandons, trois hors temps

Derrière, on note le nouveau bon résultat de CER – Ville de Genève (Victor Casas/Laurane Mettraux), plus que jamais leader du Classement Amateur. Quant aux filles de Helvetia Purple by Normandy Elite Team, elles ont décroché leur meilleur résultat en Raid depuis le début du Tour en terminant 7e, juste devant un autre team 100 % féminin, La Boulangère. La journée a été frustrante pour l’équipage de Batistyl Habitat qui faisait une très jolie course, au contact des leaders, avant d’être contraint à l’abandon suite à un problème de safran. Un autre équipage, les Hollandais de TU Delft. Enfin, trois équipages n’ont pas pu finir le Raid dans les temps.

Solune Robert (Golfe du Morbihan Breizh Cola) :

« Le Raid a été compliqué avec beaucoup de transitions à gérer. Nous avons été très opportunistes sur le dernier bord entre Porquerolles et l’arrivée, en cherchant une bascule. On y a cru, on s’est arrachés et on a joué notre coup à fond ! Nous avons eu la réussite qui nous manquait depuis le début du Tour. Un grand bravo à Charles (Dorange) et Louis (Flament) qui ont fait un gros travail en vitesse et en tactique. »

Tim Mourniac (Team Réseau Ixio – Toulon Provence Méditerranée) :

« Nous avons très bien navigué, on s’est toujours sortis des mauvaises passes. Aujourd’hui ça s’est joué à des transitions de vent, à des prises de risques… Beijaflore a une belle avance, s’il n’y pas de coup de Trafalgar d’ici la fin, je les vois bien rester en tête… S’ils s’en sortent dans une telle journée, c’est que ça devrait le faire pour eux ! »

Valentin Bellet (Team Beijaflore) :

« C’était le Raid de tous les dangers ! Il fallait être très observateur. Ça s’est plutôt bien goupillé pour nous. Il y avait moyen de perdre le Tour aujourd’hui et on a réussi à ne pas le faire. Il reste trois jours de Stades Nautiques et en Méditerranée on peut s’attendre à tout. Dix points d’avance, c’est à la fois beaucoup et très peu. »

L’article Et Golfe du Morbihan colla toute la flotte… est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
6 lectures
0 commentaires

ARKÉA PAPREC se dévoile à Port-La-Forêt

Après 7 mois d’assemblage dans les locaux du team à Port-La-Forêt, ARKÉA PAPREC est sorti du hangar aujourd’hui, dévoilant sa carène plate destinée à exploiter toute la performance des foils qui seront posés dans les jours qui viennent. Un rêve qui se réalise pour Sébastien Simon, lui qui n’avait jamais navigué en IMOCA il y a quelques mois seulement.

Le skipper sablais, qui prendra le départ du Vendée Globe en novembre 2020, ne cache pas sa joie et sa satisfaction de mettre enfin à l’eau son bateau, un bateau pour lequel il s’est beaucoup impliqué. « La construction était une partie du projet passionnante, c’est ce que je rêvais de faire. Ce bateau est à mon image. Nous nous sommes beaucoup améliorés par rapport aux bateaux de l’ancienne génération ». Juan Kouyoumdjian, Vincent Riou et Sébastien Simon ont attaché une attention toute particulière au centre de gravité et au développé de surface du bateau : « nous ne pouvons pas faire beaucoup mieux. Et nous avons tenu un rapport de poids qui est plutôt très bon, peut-être même meilleur que PRB qui est un bateau très léger. »

« Nous avons été dans l’optimisation et n’avons pas fait de choix architecturaux délirants. »

Sébastien Simon

« LE SOLITAIRE EST UN DES CRITÈRES FONDAMENTAUX POUR LE DESIGN ET LA CONSTRUCTION »

Dessiné par l’architecte franco-argentin Juan Kouyoumdjian, le 60 pieds a été réellement pensé autour de ses foils, pièces maîtresses d’ARKÉA PAPREC. Un objectif a guidé le travail de l’architecte et de Vincent Riou, directeur technique du projet : permettre à Sébastien Simon de prendre le départ du Vendée Globe à bord d’un bateau taillé pour le tour du monde sans escale et sans assistance. « C’est un foiler, nous l’avons conçu selon la nouvelle règle de jauge. La carène que nous avons imaginée permet d’exploiter davantage la performance des foils », explique Juan K.

« Dans les vitesses basses, la coque est primordiale et dans les hautes vitesses, ce sont les foils. Il faut donc utiliser les statistiques et accepter de faire des compromis sur le design. »

« Quand tu as quelqu’un comme Vincent autour de la table à lire les statistiques, tu te rends compte de la chance d’avoir cet avis si précieux. Vincent a endossé le rôle de pivot central dans le trio que l’on a formé avec Sébastien. »

Juan Kouyoumdjian

« NOUS AVONS FAIT DE L’ORFÈVRERIE »

Vainqueur du Vendée Globe en 2004, Vincent Riou a coordonné la construction de ce foiler nouvelle génération, dans ses locaux à Port-La-Forêt. Celui qui avait déjà fait construire pour lui deux bateaux pour le Vendée Globe (un plan Farr et un plan VPLP / Verdier) a choisi cette fois d’assurer l’assemblage de A à Z. Avec Sébastien, il a fédéré les expertises d’une quarantaine de personnes qui s’est investie pleinement dans la construction d’ARKÉA PAPREC. Une expérience incroyable sur le plan humain et une méthodologie qui a permis de maîtriser toutes les phases de cette construction jusqu’à la révélation ce jour des formes du monocoque.

« C’est un super bateau que l’on a construit avec une très belle équipe. Nous avons fait de l’orfèvrerie. Le bateau est superbe, mieux encore que ce que j’imaginais. Mais ma plus grande fierté est d’avoir réuni des femmes et des hommes autour de ce projet, d’avoir construit un groupe avec des expertises différentes, un groupe qui s’est très bien entendu durant toute cette phase de construction. »

Vincent Riou

ARKÉA PAPREC a été sorti du hangar en cette fin de journée et installé au-dessus de la fosse permettant la mise en place de sa quille. L’IMOCA de Sébastien Simon sera mis à l’eau demain puis équipé de ses foils la semaine prochaine.

Les premières navigations auront lieu dans les jours qui viennent. « C’était important d’être dans les premiers à mettre mon bateau à l’eau car selon moi, la course commence maintenant », ajoute Sébastien. « Cela me met en confiance. La Rolex Fastnet Race sera un bon galop d’essai. Il y aura sans doute des éléments à ajuster sur le bateau mais au moins, cela va nous permettre de naviguer. » Le skipper d’ARKÉA PAPREC disputera la course en double avec Vincent Riou, au départ de Cowes samedi 3 août.

Jean-Pierre Denis, Président du groupe Arkéa

« La mise à l’eau d’un bateau neuf constitue forcément une étape symbolique et riche en émotions. Pour nous, c’est aussi la poursuite de l’aventure humaine entamée avec Sébastien Simon en 2014. Cet Imoca est également la concrétisation du formidable travail d’équipe réalisé ces derniers mois sous la houlette de Vincent Riou. Un nouveau chapitre de notre belle histoire s’ouvre désormais. Ce 60 pieds ARKÉA PAPREC est vraiment superbe et il me tarde de le voir naviguer ! »

Sébastien Petithuguenin, Directeur Général de Paprec Group

« La mise à l’eau de l’Imoca ARKÉA PAPREC consacre sept mois de design et travaux en coopération avec Vincent Riou, le directeur technique du projet, Sébastien Simon, le skipper et l’architecte, Juan Kouyoumdjian. Ce 60 pieds sera un des premiers pensés dès le départ autour de ses foils et taillés pour un tour du monde sans escale et sans assistance. Nous avons hâte désormais que Sébastien Simon prenne le départ en tandem avec Vincent Riou de la Rolex Fastnet Race, en août et ensuite de la Transat Jacques Vabre. Un grand merci à l’ensemble du team qui a travaillé sans relâche pour que cet Imoca ARKÉA PAPREC voit le jour. »

LE PROJET ARKÉA PAPREC EN 6 DATES

6 février 2018 : Arkéa et Paprec annoncent leur engagement aux côtés de Sébastien Simon pour le Vendée Globe 2020 Septembre 2018 : la construction du foiler débute chez CDK Technologies à Port-La-Forêt 18 décembre 2018 : la coque d’ARKÉA PAPREC est receptionnée dans les locaux du team 10 mai 2019 : le pont et la coque d’ARKÉA PAPREC sont assemblés 11 juin 2019 : le mât est réceptionné par le team à Port-La-Forêt 18 et 19 juillet 2019 : Mise à l’eau d’ARKÉA PAPREC

L’article ARKÉA PAPREC se dévoile à Port-La-Forêt est apparu en premier sur Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère.

Lire la suite
5 lectures
0 commentaires

Parrains officiels

Partenaires officiels

Equipementiers officiels

Fournisseurs officiels

Connexion visiteur

Plan du site

sitemaps

Suivez-nous

camera social 1 socialsocial media youtubenewsletter

Mentions légales

document

Devenez partenaire

business

Contact

communication

logo AGP Course au large

aboutsailing

previsions